L'armée américaine a secrètement construit un cerveau artificiel appelé le Sentient

ai

Depuis 2010, diverses agences américaines développent un système d'intelligence artificielle top secret qu'elles ont appelé Sentient , un terme qui se traduit par «conscient» ou «doté de sens».

 

Les  documents  confidentiels et  classifiés  récemment publiés par  The Verge  décrivent le Programme  Sentient  National Reconnaissance Office (NRO) comme un système de renseignement entièrement intégré qui peut coordonner les positions des satellites, et sera bientôt utilisé pour gérer les opérations sur le champ de bataille lors d'affrontements militaires.

Accès restreint au cerveau artificiel appelé «le sensible»

Même maintenant, les détails sur le  programme Sentient  sont rares et les représentants du gouvernement fournissent des réponses minimales aux questions directes sur ce que le système d'IA peut faire et comment il sera utilisé dans les conflits futurs.

«La pratique courante de la NRO et de la communauté du renseignement est de NE PAS divulguer des sources et des méthodes sensibles, car une telle divulgation présente un risque élevé d'être contrée par des nations adverses», a déclaré Karen Furgerson, directrice adjointe des affaires publiques de la NRO, à  The Verge  . «Une telle perte nuit à notre nation et à ses alliés; cela diminue l'avantage informationnel et la sécurité nationale des États-Unis. Pour ces raisons, les détails sur  Sentient  restent confidentiels et ce que nous pouvons en dire est limité. "

En fin de compte, un tel secret signifie que ce «cerveau artificiel» pourrait être mis en œuvre sans que les gens le sachent, et les algorithmes, avec tous leurs préjugés intégrés, pourraient mener des conflits militaires dans un proche avenir.

Screenshot - 2021-01-31T214347

Posté par rusty james à 21:52 - Permalien [#]


La slovaquie a enregistré l'ivermectine comme traitement approuvé pour le SRAS-CoV-2, covid 19

Ivermectin-Study-Reveals-Fantastic-Results-100-of-60-Patients-Better-in-an-Average-of-Just-Under-6-Days

Un coup dure pour le vaccin avec ce medicament efficace et sans effet secondaire.

le groupe FB IVERMECTIN MD TEAM a été fermé par les censeurs pour ce poste. Ce groupe international comptait plus de 10 000 médecins et chercheurs, partageant des nouvelles et des témoignages inestimables non seulement pour les membres, mais aussi pour leurs patients, et pour aider à façonner les politiques pro-IVM dans divers pays.

La Slovaquie devient la première nation de l'UE à approuver officiellement l'ivermectine pour la prophylaxie et le traitement des patients COVID-19:

Le ministre de la Santé de la République slovaque a précédemment enregistré l'ivermectine comme prophylaxie et traitement approuvés pour le SRAS-CoV-2, le virus à l'origine du COVID-19. Dans les dernières nouvelles, l'autorisation a eu lieu lorsque les médecins ont appris qu'ils pouvaient procéder à des ordonnances formellement autorisées à la fois dans les hôpitaux et en ambulatoire. Le 26 janvier, le ministre de la Santé, Marek Krajci, a accordé un permis pour le médicament non enregistré car le médicament a déjà été utilisé à titre humanitaire au cours du dernier semestre. TrialSite a interviewé Ondrej Halgas, un chercheur de l'Université de Toronto et originaire de Slovaquie. Halgas a été activement impliqué dans un réseau d'organisation et de lobbying pour l'approbation du médicament pendant la pandémie.

Le ministre de la Santé de la République slovaque a précédemment enregistré l'ivermectine comme prophylaxie et traitement approuvés . Dans les dernières nouvelles, l'autorisation a eu lieu hier lorsque les médecins ont appris qu'ils pouvaient procéder à des prescriptions formellement autorisées à la fois dans les hôpitaux et en ambulatoire. Le 26 janvier, le ministre de la Santé, Marek Krajci, a  accordé un permis pour le médicament non enregistré car le médicament a déjà été utilisé à titre humanitaire au cours du dernier semestre. TrialSite a interviewé Ondrej Halgas, chercheur de l'Université de Toronto et originaire de Slovaquie. Halgas a été activement impliqué dans un réseau d'organisation et de lobbying pour l'approbation du médicament pendant la pandémie. Ce pays d'Europe de l'Est enclavé de 5,4 millions d'habitants, membre de l'Union européenne depuis 2004, vient d'entrer dans l'histoire.

Un biochimiste de l'Université de Toronto, M. Halgas , vient également d'être présenté dans un récent communiqué de presse  à ce sujet. TrialSite a pu le contacter pour en savoir plus.

L'autorisation réelle était le résultat de réseaux de professionnels de la santé, de journalistes et d'autres militants de la santé qui ont travaillé avec diligence pour sensibiliser le public aux données d'efficacité croissantes dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

En fait, Ondrej Halgas et le  TrialSite Network  s'accordent parfaitement avec la COVID-19 Front Line Critical Care Alliance (FLCCC)  et d'autres universitaires, journalistes et médecins qui travaillent pour sensibiliser à cette option thérapeutique importante pendant la pandémie. 

La Slovaquie, première nation de l'UE à autoriser l'ivermectine

Le médicament antiparasitaire a été autorisé par le ministre de la Santé à la suite d'une demande officielle du professeur Ivan Schréter, CSc,  l'expert en chef des maladies infectieuses auprès du ministère de la Santé de la République slovaque. Une autorisation conditionnelle,  TrialSite  interprète que l'enregistrement est valable pour une période de six (6) mois pour les hôpitaux et les soins ambulatoires pour l'indication de la prophylaxie et le traitement des patients atteints de COVID-19. Le médicament sera également disponible dans les pharmacies de prescription agréées.

Le chemin vers l'approbation

Un scientifique de l'Université de Toronto, Ondrej Halgas, a exprimé sa fierté que son pays d'origine ait pu devenir la toute première nation d'Europe à approuver officiellement ce médicament en complément des vaccins et autres traitements. Dans une interview avec  des TrialSite  Daniel O'Connor , Halgas partagé , il a collaboré avec les médecins comme le Dr Pierre Kory et Paul E. Marik ainsi que d' autres. En Allemagne, apparemment, l'utilisation d'ivermectine a augmenté, rapporte Halgas. Il était en contact avec un groupe de médecins qui traitait les personnes âgées dans une maison de retraite.

Le taux de mortalité dans les maisons de retraite de ce pays européen (Allemagne) est d'environ 25% à 30%. Après avoir traité environ 100 résidents avec de l'ivermectine, ce taux dans une série de cas est apparemment descendu à environ 5% - une énorme différence. Bien sûr, ce n'est pas le résultat d'une étude formelle, mais représente néanmoins plus de points de données du monde réel.

Défis d'approvisionnement

Ondrej Halgas rapporte que l'offre est une autre affaire. Contrairement à de nombreux autres pays de l'UE, comme l'Autriche, en Slovaquie, l'ivermectine n'était disponible que pour les animaux et sous forme de crème pour les humains. À ce jour, au moins un hôpital de la deuxième plus grande ville du pays a eu une influence sur l'importance du médicament en vertu d'une dérogation. Ils ont vu des résultats nettement améliorés, selon Halgas.

Ce dernier décret du ministre de la Santé autorise désormais l'importation. Les médecins et les hôpitaux importent le médicament d'Autriche et même d'aussi loin qu'en Inde, et on ne sait pas comment le système de santé, principalement national, fonctionnera pour importer efficacement le médicament. Actuellement, le pays compte trois payeurs, dont un payeur national et deux groupes du secteur privé.

L'importation est un domaine que  TrialSite  continuera de surveiller.

Appel à l'action :  TrialSite  prédit que davantage de pays autoriseront ce médicament à être utilisé comme prophylaxie et traitement ciblant le COVID-19 au moins pendant la durée de la pandémie. 

L'Autorité sud-africaine de réglementation des produits de santé (SAHPRA) a intensifié ses efforts, annonçant que l'agence de réglementation autoriserait désormais l'utilisation compassionnelle contrôlée de l'ivermectine en tant que traitement non conforme du COVID-19. Ces protocoles d'accès seront partagés d'ici quelques jours, rapporte l'agence. Annonçant aujourd'hui la décision avec le National Press Club, TrialSite félicite l'agence pour sa flexibilité et sa considération quant à l'accumulation de preuves combinées aux tendances troublantes du SRAS-CoV-2. Bien que l'agence de réglementation n'accepte toujours pas les arguments de preuve basés sur les méta-analyses existantes produites par des groupes, tels que la Front Line COVID-19 Critical Care Alliance (FLCCC), le Dr Andrew Hill de l'Université de Liverpool ou Tess Lawrie avec l'Evidence-Based Medicine Consultancy, l'action de l'agence profite à l'humanité là-bas.

Pas une position changée mais

Bien que l'organisme de réglementation pharmaceutique fasse preuve de souplesse pour une utilisation compassionnelle, il est catégorique sur le fait que la position fondamentale quant au manque de preuves n'a pas changé. C'est selon le Dr Boitumelo Semete -Makokotlela, directeur général de SAHPRA, que «cela ne signifie pas que notre position change autour du manque de disponibilité des données scientifiques, mais nous devions en tant que régulateur avoir des discussions très approfondies autour de la contexte dans lequel nous nous trouvons avec cette pandémie avec des options limitées. » L'espoir qu'il a partagé est que ce programme encouragera une utilisation appropriée, évitant ainsi un marché noir problématique, rapporte la société de médias  Independent Online .

 

 

 

Le 11 décembre, TrialSite a rendu compte d'une audience du Sénat américain au cours de laquelle, entre autres, des témoignages ont appelé de toute urgence à davantage de recherche et à un EUA pour l'ivermectine en tant que traitement prophylactique et précoce du COVID-19. Comme nous l'avons récemment mentionné , il existe de plus en plus de preuves en faveur de ces utilisations, et certainement pour la recherche financée par le gouvernement, pour ce médicament bon marché et sûr. Un compte médiatique que nous n'avons pas abordé était une «vérification des faits» du 10 décembre par l'Associated Press (AP) en collaboration avec Facebook intitulée « Aucune preuve que l'ivermectine est un médicament miracle contre le COVID-19. » Dans cet article, l'AP s'appuie sur d'anciens protocoles et ignore également les preuves plus récentes, montrant une déférence excessive envers les décrets officiels par rapport à l'examen honnête des preuves médicales. L'auteur AP ne fait pas ses devoirs comme expliqué ci-dessous. Sur la base de l'accumulation de données et de preuves de plus en plus nombreuses, les arguments en faveur d'une enquête financée par l'État sur l'ivermectine sont convaincants. AP représente-t-il un programme particulier dans cette pièce particulière? Le pouvoir, la politique et l'argent influencent-ils la recherche financée au milieu de la pandémie?

erreur d'argumentation  un service bien huilé avec youtube tweeter et facebook plus aucune infos alternative ou novatrice ne passe soit cest complotiste soit cest faux mais eux cest parole d'evangile 

Les scientifiques de ces pays disent qu'il n'y a aucune preuve pour incriminer le vaccin Covid-19, ajoutant que la plupart de ceux qui sont décédés étaient des personnes âgées et déjà vulnérables.

L'alarme a été déclenchée la semaine dernière par la Norvège, qui a signalé la mort de 33 des quelque 20 000 résidents de maisons de retraite qui avaient reçu une première injection du vaccin Pfizer / BioNTech, a rapporté l'Afp.

Au moins 13 des décès étaient non seulement très âgés, mais également considérés comme fragiles avec des maladies graves, a déclaré l'Institut norvégien de la santé publique.

En France, sur 800 000 personnes vaccinées, neuf décès de résidents de soins et de maisons de retraite atteints de maladies chroniques ont été enregistrés vendredi dernier.

L'ANSM a déclaré que sur la base des preuves disponibles, "rien ne permet de conclure que les décès rapportés étaient liés à la vaccination."

D'autres exemples incluent 13 décès de personnes âgées enregistrés en Suède et sept en Islande, tous sans lien établi.

Au Portugal, un travailleur social est décédé deux jours après avoir été vacciné, mais le ministère de la Justice a déclaré qu'une autopsie n'avait trouvé aucun lien direct.

L'Agence européenne des médicaments a déclaré que malgré les décès, "à ce jour, aucun problème spécifique n'a été identifié avec Comirnaty", le nom commercial du vaccin Pfizer.  a gibraltar il ya eut en un an 17 mort covid et depuis la vaccination 33 soit le double en deux semaine mais evidemment aucun lien cest de leur faute elles etaient trop fragiles ...

Screenshot - 2021-01-31T080901

L'AP, via l'auteur Beatrice Dupuy, se livre à la fois à un argument d'homme de paille et à une tactique de piège  dans sa conclusion clé; le premier en demandant si l'ivermectine est «miraculeuse» (alors qu'un médecin peut avoir utilisé un tel langage, le bon sens veut qu'une enquête plus pertinente pour la santé publique serait de savoir si l'ivermectine est «efficace»), et le dernier en offrant une «évaluation »Qui répond à une question différente de celle de la« Réclamation ». Citant AP, «RÉCLAMATION: L'ivermectine, un médicament antiparasitaire, a une efficacité miraculeuse qui efface« la transmission du COVID-19 et empêchera les gens de tomber malades. »ÉVALUATION DE L'AP: Faux. Il n'y a aucune preuve que l'ivermectine s'est avérée être un traitement sûr ou efficace contre le COVID-19. » L'allégation concerne l'ivermectine en tant que prophylactique pour éviter de contracter la maladie COVID-19, mais le libellé de l'évaluation indique qu'il ne s'agit pas d'un «traitement efficace contre le COVID-19». Puisque la prévention prophylactique est pour le puits, et le traitement est pour les malades, confondre ces utilisations médicales semble être un journalisme bâclé ou pire. 

Erreurs de fait

AP s'appuie fortement sur le fait que la FDA et le NIH, "ont déclaré que ce n'est pas approuvé pour la prévention ou le traitement du COVID-19." Il est essentiel de se rappeler que les directives officielles sont souvent mises à jour au fur et à mesure que des preuves sont mises au jour, et se fier à l'autorité sans examiner les preuves est une autre erreur lors de la recherche de la vérité. Le résumé le plus à jour (au 7 décembre) des preuves concernant l'ivermectine est celui de l'Alliance FLCCC, « A Review of the Emerging Evidence Demonstrating the Efficacy of Ivermectin in the Prophylaxis and Treatment of COVID-19 ». Une grande partie de la chronique de l'accumulation de preuves à ce jour a été réalisée par TrialSiteLe Dr Pierre Kory, membre du FLCCC, a souligné qu'une bonne quantité de rapports dans le monde entier pour cette histoire révolutionnaire était en fait dirigée par TrialSite , une plateforme d'échange de médias et d'informations en ligne engagée pour l'accessibilité et la transparence des essais cliniques. Après tout, cela est nécessaire pour nourrir et renforcer la confiance dans la recherche, ce qui est essentiel pour faire progresser la recherche biomédicale globale. 

La revue du Dr Kory comprend 90 sources de diverses études et données probantes, et répertorie ce que pourraient être les 11 principaux points de données à utiliser (et continuer à collecter des données sur) l'ivermectine et les notes de bas de page dans la revue :

  • Depuis 2012, des études in vitro ont montré une inhibition de la réplication virale de l'ivermectine.
  • L'ivermectine inhibe la réplication du SARS-CoV-2 in vitro et élimine ainsi tous les virus en 48 heures (Université de Monash)
  • L'ivermectine est anti-inflammatoire avec des données solides montrant à la fois une inhibition de la production de cytokines et un médiateur clé de l'inflammation. 
  • L'ivermectine réduit considérablement la charge virale et prévient les dommages aux organes chez les modèles animaux utilisant le SARS-CoV-2 ou d'autres coronavirus. 
  • L'ivermectine en tant que prophylactique arrête la transmission virale et le développement de la maladie COVID-19 chez les personnes exposées. 
  • L'ivermectine accélère à la fois la récupération et arrête la détérioration chez les personnes atteintes de COVID-19 léger ou modéré. 
  • Le médicament «accélère le rétablissement et évite l'admission aux soins intensifs et le décès des patients hospitalisés».
  • La mortalité chez les patients gravement malades est réduite avec l'ivermectine. 
  • Les régions à utilisation répandue montrent des réductions importantes des taux de mortalité 
  • La sécurité, la disponibilité et le coût sont inégalés avec des interactions médicamenteuses ou des effets secondaires minimes observés sur près de quatre décennies et des milliards de doses d'utilisation.
  • La liste OMS des médicaments essentiels comprend l'ivermectine depuis de nombreuses années. 

Également cité par l'Alliance FLCCC, l' International Journal of AntiMicrobial Agents a récemment publié une analyse de «données utilisant la banque de données de chimiothérapie prophylactique administrée par l'OMS ainsi que le nombre de cas obtenu par Worldometer, un site public d'agrégation de données utilisé entre autres par les Johns Université Hopkins. » Ils ont comparé les données des pays ayant une utilisation massive de l'ivermectine pour la prévention des parasites avec d'autres pays et ont constaté que les pays de l'ivermectine avaient un nombre de cas de COVID-19 significativement plus bas «à un degré élevé de signification statistique».

 

Posté par rusty james à 21:39 - - Permalien [#]

Bill Gates promet davantage de censure sur les réseaux sociaux pour contrecarrer les `` théories du complot maléfique ''

Bill-Gates-more-censorship-678x381-1

Bill Gates a promis que les entreprises de médias sociaux pourraient travailler pour censurer les «théories du complot pervers» qui le dépeignent sous un jour négatif.

Mercredi dernier, Gates a déclaré à Reuters qu'il y avait «des millions de messages» ciblant lui et le Dr Fauci, et a averti que Big Tech travaillait pour combattre «les théories du complot folles et perverses».

«Personne n'aurait prédit que moi et le Dr Fauci seraient si proéminents dans des théories vraiment perverses sur - avons-nous créé la pandémie, essayons-nous d'en tirer profit? - et ainsi de suite », a  déclaré Gates, ajoutant:  « Nous allons devoir nous renseigner à ce sujet au cours de l'année prochaine et comprendre comment cela change-t-il le comportement des gens? »

«Comment aurions-nous dû minimiser cela,  en travaillant avec les sociétés de médias sociaux ou en expliquant mieux ce que nous faisions? "

 

Zerohedge.com  rapporte: Les motivations de Gates ont été critiquées par la participation de sa fondation en 2019 à  « Event 201 »  - une collaboration entre le Johns Hopkins Center for Health Security, le Forum économique mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates qui a simulé une pandémie mondiale après qu'un coronavirus fictif a éclaté chez des porcs au Brésil, avant de se propager aux agriculteurs. Dans la simulation,  le virus a infecté le monde en six mois et tué 65 millions de personnes, déclenchant une crise financière mondiale . Tout cela a eu lieu quelques mois avant l'apparition du COVID-19.

Dans une interview d'avril 2020, Gates a déclaré à la  BBC : «Maintenant, nous y sommes. Nous n'avons pas simulé cela, nous n'avons pas pratiqué, donc tant les politiques de santé que les politiques économiques, nous nous trouvons en territoire inconnu.

En avril 2018, Gates a déclaré à la Massachusetts Medical Society que «des millions de personnes pourraient mourir » si les États-Unis ne se préparaient pas à une pandémie à venir. Plus précisément, Gates a déclaré que le gouvernement américain ne parvient pas à préparer la nation et le monde à  «la probabilité significative d'une grande et mortelle pandémie moderne de notre vie».

En 2017, Gates a déclaré à la  Conférence de Munich sur la sécurité  que les dirigeants mondiaux devraient «imaginer que quelque part dans le monde, une nouvelle arme existe ou pourrait émerger, capable de tuer des millions de personnes, de paralyser les économies et de plonger les nations dans le chaos. S'il s'agissait d'une arme militaire, la réponse serait de faire tout son possible pour développer des contre-mesures », ajoutant qu'un« sentiment d'urgence fait défaut »face aux menaces biologiques.

Et selon  Robert F. Kennedy , Gates a été impliqué dans un programme de vaccination contre la polio en Inde qui a paralysé 490 000 enfants.

Promettant  sa part de 450 millions  de dollars sur 1,2 milliard de dollars pour éradiquer la poliomyélite, Gates a pris le contrôle du Groupe consultatif technique national sur l'immunisation (NTAGI) de l'Inde, qui a mandaté jusqu'à  50 doses  (tableau 1) de vaccins antipoliomyélitiques grâce à  des programmes de vaccination qui se chevauchent  aux enfants avant l'âge de cinq. Les médecins indiens blâment la campagne Gates pour une épidémie dévastatrice de  paralysie flasque aiguë non polio (NPAFP) qui a paralysé 490 000  enfants au-delà des taux attendus entre 2000 et 2017. En 2017, le gouvernement indien a reculé le schéma vaccinal de  Gates  et a demandé à Gates et à ses politiques vaccinales quitter l'Inde. Les taux de NPAFP ont chuté précipitamment.

En 2017, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a admis à contrecœur que l'explosion mondiale de la polio était  principalement une souche vaccinale . Les épidémies les plus effrayantes au  Congo, en Afghanistan et aux  Philippines  sont toutes liées aux vaccins. En fait, en 2018,  70% des cas de polio dans le monde  étaient des souches vaccinales.

L'Inde a  interdit à la Fondation Gates  de financer une partie de son programme de vaccination, invoquant des inquiétudes concernant des «organisations non gouvernementales» affirmant le contrôle sur la prise de décision dans des domaines politiques clés.

https://usmagspress.com/bill-gates-promises-more-social-media-censorship-to-thwart-evil-conspiracy-theories/

Posté par rusty james à 21:22 - Permalien [#]

Plainte relative aux vaccins - L'action internationale en cours

Screenshot - 2021-01-31T111719

Notre association a pour objet la défense de vos droits suite aux mesures prises par les autorités françaises et par l’Union européenne voire par les autorités mondiales pour lutter contre la pandémie de la Covid-19Peu importe votre pays, rejoignez la plainte pénale contre X de l'association Reaction19: ensemble, nous sommes plus forts!

https://reaction19.fr/action-en-cours/

Nous avons le plaisir de vous communiquer le courrier envoyé ce jour, le 21 janvier 2021, au Président de la République ainsi que les courriels adressés aux Députés et Sénateurs les informant, qu’en 48 heures, l’Association REACTION 19 a reçu plus de 5.500 emails envoyés par les Français en 48H qui disent “stop au confinement, nous voulons la liberté!”

Posté par rusty james à 11:11 - - Permalien [#]

MES EXCUSES À FACEBOOK (VOSTFR)

1200px-No_Facebook

Posté par rusty james à 10:50 - Permalien [#]


DOC : LE BROUILLARD DE GUERRE (VOSTFR)

19-370x278

Ce documentaire est l'histoire de l'Amérique vue par l'ancien secrétaire de la Défense américaine, Robert S. McNamara, personnalité parmi les plus controversées et les plus influentes de la scène politique internationale. A travers son analyse, nous redécouvrons les événements majeurs du XXe siècle.
Du bombardement de 100000 civils japonais à Tokyo en 1945 au risque imminent de catastrophe nucléaire pendant la crise des missiles cubains, en passant par les effets dévastateurs de la guerre du Vietnam, The Fog of war examine la psychologie et les raisonnements des décisionnaires du gouvernement qui ont envoyé les hommes au combat.
Ce film apporte également une vision essentielle à ce que souhaite comprendre l'exercice du pouvoir et ses stratégies. Un essai puissant et dérangeant sur la guerre et la nature de l'histoire.
The Fog of War est un film entièrement centré autour de la personne de Robert S. McNamara, privilégié de l'Histoire. Américain d'origine modeste, il devient après un passage à Berkeley et Harvard président de la Ford Motor Company, puis secrétaire de la Défense de John Fitzgerald Kennedy et de Lyndon Johnson, avant d'être nommé directeur de la Banque Mondiale.
C'est ce parcours et son rapport aux temps forts de l'histoire diplomatique américaine au XXe siècle qu 'Errol Morris tente d'éclaircir grâce à des dizaines d'heures d'interview avec Robert S.McNamara, des images d'archives, des reconstitutions et des documents sonores de la Maison Blanche déclassés «secret défense».

Ce documentaire, divisé en 11 chapitres, laisse la parole presque uniquement à Robert S. McNamara, de telle sorte qu'un jeu de cache-cache finit par s'opérer entre l'interviewer et l'interviewé.

Posté par rusty james à 10:13 - - Permalien [#]
Tags :

La réaction sévère d'une femme au vaccin Pfizer COVID déclenche une enquête aux usa

 


 

architecture-cross-duct-engineering-wallpaper-preview

Les craintes quant à la sécurité du vaccin ont été suscitées par une vidéo d'une femme souffrant de convulsions après avoir reçu un vaccin contre le coronavirus Pfizer en Louisiane. Dans une interview exclusive avec RT, Brant Griner, fils de la personne touchée, a déclaré qu'elle n'avait rencontré aucun problème de santé avant de prendre la photo, et a ajouté que la réponse qu'il avait reçue à sa vidéo à ce sujet suggère que le cas de sa mère n'est pas Ce n’est pas un cas unique.

RT News .

CDC: 329 décès enregistrés à ce jour suite à des injections expérimentales d'ARNm COVID aux États-Unis



10 morts avec 51 effets secondaires graves chez les personnes âgées allemandes après des injections expérimentales de Pfizer COVID

 
 
 

 

Des spécialistes allemands sondent 10 décès de personnes vaccinées contre Covid-19

par ANI News

Extraits:

Des spécialistes de l'Institut allemand Paul Ehrlich enquêtent sur le décès de 10 personnes décédées peu de temps après avoir été vaccinées contre le nouveau coronavirus, a déclaré Brigitte Keller-Stanislawski, chef du département de sécurité des médicaments et des dispositifs médicaux de l'institut, sur Jeudi.

Selon l'expert médical, les défunts étaient âgés de 79 à 93 ans, tous atteints de maladies antérieures. Le délai entre la vaccination et le décès variait de plusieurs heures à quatre jours.

«Jusqu'à hier, nous avons eu neuf cas; il faut attendre les données de Basse-Saxe [sur un autre cas présumé], puis il y en aura 10.

Nous parlons de patients dans un état extrêmement grave, avec de multiples maladies, qui recevaient un traitement palliatif.

Fin décembre, l'Allemagne a lancé une campagne de vaccination contre le COVID-19, en utilisant le vaccin développé par les sociétés Pfizer et BioNTech. À ce jour, 842 000 personnes ont reçu le vaccin. Les premiers à se faire vacciner sont les plus de 80 ans, les résidents et le personnel des maisons de soins infirmiers ainsi que le personnel médical.

L'institut a également signalé six cas d'anaphylaxie. Jusqu'à présent, il y a eu 325 cas d'effets secondaires prétendument liés au vaccin, dont 51 graves. Keller-Stanislawski a déclaré que ces résultats sont conformes aux attentes et correspondent aux statistiques de vaccination américaines.

Lisez l'article complet sur ANI News .

La réaction sévère d'une femme au vaccin Pfizer COVID déclenche une enquête

par RT News

Les craintes quant à la sécurité du vaccin ont été suscitées par une vidéo d'une femme souffrant de convulsions après avoir reçu un vaccin contre le coronavirus Pfizer en Louisiane. Dans une interview exclusive avec RT, Brant Griner, fils de la personne touchée, a déclaré qu'elle n'avait rencontré aucun problème de santé avant de prendre la photo, et a ajouté que la réponse qu'il avait reçue à sa vidéo à ce sujet suggère que le cas de sa mère n'est pas Ce n’est pas un cas unique.

 

La Californie arrête les injections de lot de vaccin Moderna Covid en raison d'un `` nombre d'événements indésirables plus élevé que d'habitude ''

par RT News

Extraits:

Les responsables de la santé californiens demandent aux fournisseurs de vaccins d'arrêter d'administrer un lot de vaccin Covid-19 de Moderna, après qu'un nombre inhabituellement élevé de réactions indésirables ait été lié au médicament.

Les doses de Moderna Lot 041L20A sont soupçonnées de provoquer un «nombre d'événements indésirables plus élevé que d'habitude» et devraient être mises de côté jusqu'à ce qu'une enquête appropriée puisse être menée, a déclaré dimanche le département de la Santé publique de Californie.

L'épidémiologiste d'État Dr Erica S. Pan a déclaré dans un communiqué que «moins de 10 personnes» souffraient d'une «possible réaction allergique grave» et nécessitaient des soins médicaux au cours des 24 dernières heures après avoir reçu l'injection du lot spécifique de vaccin.

Tous les incidents semblent s'être produits dans une seule clinique communautaire qui administrait le lot. Le site aurait fermé pendant plusieurs heures après la série de réactions indésirables, avant de passer à un autre lot du médicament.

Lisez l'article complet sur RT News .

Voir aussi :

Les médecins du monde entier ont un problème grave AVERTISSEMENT: NE PAS OBTENIR LE VACCIN COVIDE !!

CDC: 329 décès enregistrés à ce jour suite à des injections expérimentales d'ARNm COVID aux États-Unis

24 résidents décédés en 3 semaines alors qu'un tiers des résidents des foyers de soins britanniques meurent après des injections expérimentales d'ARNm COVID

53 morts à Gibraltar en 10 jours après le début des injections expérimentales d'ARNm de Pfizer COVID  ils sont mort non du vaccin declare le gouverneur de gibraltar mais du covid qu'il avait pas detecté avant car negatif au test donc le vaccin ne protege pas du covid au mieux car mort apres avoir ete vaccinés a quoi sert ce vaccin ? je crois que lon se vaccine pour se premunir du covid pas pour en mourir ....  en un an il nyavait eut que 17 mort covid en deux semaine 53 

 

Screenshot - 2021-01-31T080901


26 janvier 2021


Dénonciateur des foyers de soins de l'AIIC: les personnes âgées meurent comme des mouches après des injections COVID! S'EXPRIMER!!!

T
 

 

par Brian Shilhavy
Rédacteur, Health Impact News

James (il donne son nom de famille dans la vidéo) est un CNA (Certified Nursing Assistant), et il a enregistré cette vidéo en tant que dénonciateur parce qu'il ne pouvait plus garder le silence.

James rapporte qu'en 2020, très peu de résidents de la maison de soins infirmiers où il travaille sont tombés malades du COVID, et aucun d'entre eux n'est décédé pendant toute l'année 2020.

Cependant, peu de temps après avoir administré les injections expérimentales d'ARNm de Pfizer, 14 sont décédés dans les deux semaines, et il rapporte que de nombreux autres sont sur le point de mourir.

La vidéo est longue (47 minutes), et il est clair que James souffre de stress émotionnel, et il admet qu'il n'a rien à gagner à être rendu public, et qu'il perdra probablement son travail pour cela.

Mais il précise très clairement qu'il s'agissait de patients qu'il connaissait et qu'il prenait en charge (il est aussi un «pasteur laïc»), et qu'après avoir reçu une injection d'ARNm, les résidents qui avaient l'habitude de marcher seuls ne peuvent plus marcher. Les résidents qui avaient l'habitude d'avoir une conversation intelligente avec lui ne pouvaient plus parler.

Et maintenant, ils meurent. «Ils tombent comme des mouches.»

Ses supérieurs expliquent que les décès ont été causés par un «super-épandeur COVID19».

Cependant, les résidents qui ont refusé de prendre les injections ne sont pas malades, selon James.

James dit très clairement qu'en tant que chrétien, il ne peut plus vivre avec sa conscience et qu'il ne peut plus rester silencieux.

Il n'est pas anti-vaccin, mais partage simplement ce qu'il sait être vrai, concernant les personnes dont il s'occupe dans sa profession depuis plus de 10 ans maintenant.

C'est un modèle très clair maintenant. Injectez aux personnes âgées les injections d'ARNm, puis blâmez leurs maladies et décès sur le virus COVID.

La seule raison pour laquelle Big Pharma et leurs médias d'entreprise sponsorisés s'en tirent, c'est parce que plus de travailleurs de la santé comme James ne se manifestent pas pour parler au nom des impuissants.

Même beaucoup dans les médias alternatifs sont coupables de ne pas avoir couvert ce génocide contre nos aînés, comme le dit James, parce que les gens sont plus préoccupés par l'actualité politique de Donald Trump et Joe Biden, tandis que la grand-mère, le grand-père et d'autres personnes sont tués par ces injections.

James appelle d'autres CNA, infirmières et membres de la famille à rendre public et à dire au monde ce qui se passe avec ces injections expérimentales d'ARNm COVID.

Combien de vies doivent encore être perdues avant que nous disions quelque chose?

Si vous savez ce qui se passe, mais que vous ne vous exprimez pas, vous faites partie du problème.

Et honte à vous, dans les médias alternatifs, qui vous souciez plus de savoir quel tyran devrait être président que de couvrir le plus grand crime de génocide que ce pays ait jamais connu.

Sauvez ceux qui sont emmenés à la mort; retenez ceux qui titubent vers l'abattage.

Si vous dites: «Mais nous n'en savions rien», celui qui pèse le cœur ne le perçoit-il pas? Celui qui garde votre vie ne le sait-il pas? Ne remboursera-t-il pas chacun selon ce qu'il a fait? (Proverbes 24: 11-12)

 

https://healthimpactnews.com/2021/cna-nursing-home-whistleblower-seniors-are-dying-like-flies-after-covid-injections-speak-out/

https://www.chronicle.gi/devastating-weekend-as-gibraltar-loses-13-people-in-two-days-to-covid-19/

UK Defence Journal

https://ukdefencejournal.org.uk/raf-deliver-covid19-vaccine-to-gibraltar/

Posté par rusty james à 08:05 - Permalien [#]

A voir et entendre : "Maintenant ou jamais"

Screenshot - 2021-01-30T203310

« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins. Oui. On n'a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C'est la mère Nature qui l'a décidé. "

Posté par rusty james à 20:40 - Permalien [#]
Tags : ,

La prochaine fois que vous verrez d'étranges lumières dans le ciel

ZZ

Screenshot - 2021-01-29T095812

Posté par rusty james à 09:59 - Permalien [#]
Tags :