Les sept métaux alchimiques, l’ADN et l’iatrochimie

adndoublehelice

Des travaux réalisés par Etienne Guillé dans le Département de Biologie Moléculaire d’Orsay et à l’Institut Curie apportent un éclairage nouveau sur la tradition alchimique.

Parmi les métaux capables de se fixer sur l’ADN, on retrouve très précisément les sept métaux dits alchimiques, à savoir le plomb, l’étain, le fer, l’or, le cuivre, le mercure, l’argent, et le soufre. Ces métaux peuvent ouvrir ou fermer une chaîne d’ADN selon le site sur lequel ils se fixent. L’argent et le mercure ne peuvent eux qu’ouvrir de nouvelles chaînes d’ADN d’une grande spécificité. Les recherches de Guillé montrent par exemple que le plomb ouvre la séquence CA AG CG - CA TC GG, le soufre la séquence AT AG AC AA ou TT TC TG TA (voir tableau). Les lettres représentent ici les quatre bases azotées qui assurent la complémentarité des deux brins d’ADN, il s’agit de l’Adénine (A), Guanine (G), Thymine (T), Cytosine (C). On pourrait d’ailleurs à ce propos se demander si l’Azoth alchimique ne concerne pas directement les quatre bases azotées constituant notre ADN.

Selon Guillé, l’ADN fonctionnait à l’origine avec les sept métaux traditionnels de l’alchimie mais au cours de l’évolution, par manque de mercure et d’or, l’ADN s’est adapté pour fonctionner avec des métaux ayant des propriétés voisines mais moins intenses et moins spécifiques. Ses expériences en laboratoire ont démontrées que des cellules privées d’un certain métal, sont capables au prix de grandes destructions, d’apprendre à se développer avec l’aide d’un métal très voisin. Certains métaux toxiques peuvent se substituer à un métal manquant. Cependant, ils introduisent une information pathologique dans la chaîne d’ADN au détriment de la cellule puisque cette information va se transmettre aux gènes des cellules filles.

Alors qu’en est-il des remèdes alchimiques ou iatrochimiques ? S’il s’agit de réintroduire dans un organisme les sept métaux permettant une saine réplication de l’ADN, on peut comprendre qu’il s’agisse d’un remède universel. Il pénètre au plus profond de notre système cellulaire et le ré-informe grâce à l’énergie vibratoire des métaux. De plus si ce remède est composé d’azote (Azoth), utilisé sous une forme associée, on peut imaginer que par sympathie il vient agir directement sur les bases azotées de l’ADN et optimise harmonieusement la réplication cellulaire. Si c’est bien là l’étonnante composition iatrochimique, alors, on peut parler de remède universel dont le mystère reste entier à ce jour.

Nous n’en sommes qu’au stade de redécouverte de données qui nous ont été transmises par la tradition. Par exemple, la tradition orale du Yi King établie il y a plus de 3 000 ans, symbolise par 64 hexagrammes, la connaissance des lois de mutation de l’énergie. Or, on sait aujourd’hui qu’il existe 64 combinaisons nucléotidiques. Que penser du chiffre 22 que l’on retrouve dans toute la tradition sachant que nous sommes constitués de 22 acides aminés. Contes, symboles, chiffres, mythes et textes religieux devraient être relus à la lumière des sciences actuelles, en toute humilité et sans préjugés…

Enfin nous ne pouvons que conclure sur le conte qui berça notre enfance à tous : Blanche-Neige et les Sept Nains. Vous l’aurez compris il s’agit bien entendu des sept métaux alchimiques et de l’œuvre au blanc, remède iatrochimique blanc comme la neige. Nous laissons au lecteur le soin de reprendre ce livre d’enfance et d’en analyser plus avant la nature alchimique dont Walt Disney nous fit l’honneur.

Sources : L’alchimie de la Vie, Biologie et Tradition de Etienne Guillé aux éditions du Rocher, 1983.


L’idée de génie d’un homme pour faire pousser des tomates

James Bryan eu une brillante idée qui a abouti à quelque chose de brillant. Jardiniers et fanatiques de la récupération regardez, un mini jardin, une cage à tomates, une irrigation goutte à goutte. La configuration est évidemment simple mais très fonctionnelle et efficace. Vous pouvez en concocter une pour presque rien, surtout si vous récupérez le grillage.

Bryan dit:

J’ai commencé le 28 mai à planter 4 tomates autour d’une poubelle avec des trous percés sur le pourtour du bas et une deuxième rangée environ 25 cm au dessus… j’ai enterré la poubelle de sorte que les trous du haut dépassent à peine du sol … j’ai mis dedans deux pelletées de compost… puis j’ai rempli d’eau la poubelle tous les 2 jours en essayant de ne pas arroser les feuilles… ces quatre plants font maintenant 1m 60 en moins d’un mois et demi et sont chargés de tomates vertes et d’une centaine de fleurs de tomates…

tomates

 

28 mai

tomates2

Fin Juin, cage de 1 mètreTrès grande

 

tomates3

« Le 9 Juillet, après une semaine de températures records et très peu de pluie… les plants sont chargés de tomates dans la cage et pleins de fleurs aussi! » -James Bryan via Hometalk

Bryan a utilisé une poubelle de cuisine de 50 litres pour faire pousser les plants de tomates ci-dessus mais est depuis passé à des seaux de 20 litres, car ils sont beaucoup moins chers et plus faciles à trouver en nombre.

Vous pouvez même utiliser une plus grande poubelle aussi longtemps que vous fournissez à chaque plant 20 litres d’eau par semaine. Par exemple, si vous utilisez un seau de 20 litres et plantez 2 plants de tomates autour vous remplissez le seau de 20 litres 2 fois par semaine. Ou une poubelle de 50 litres remplie deux fois donne 100 litres, de sorte que vous pouvez planter jusqu’à 5 plants autour.

«Je fais maintenant pousser des tomates pour le marché, et j’ai un rendement plus élevé par plant que la plupart des autres producteurs», explique Bryan.

Source :  hometalksante-nutrition

Posté par rusty james à 01:49 - Permalien [#]
Tags : , , ,

TOUS les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

 

Fear-Bringer-by-Cap-CatRagu

Plusieurs personnes nous ont déjà demandé en matière de vaccination "Qui faut-il croire?". Pour nous, très clairement, cette question est hélas mal posée car celui qui croit s'en remet en fait à des arguments d'autorité, alors que celui qui préfère SAVOIR, fait le choix d'informations objectives, dont la valeur et la pertinence sont universelles, indépendamment de celui qui les expose ou de la langue utilisée.La question centrale en matière de vaccination et qui concerne en fait tous les vaccins, quels qu'ils soient, est donc la suivante: CROIRE ou SAVOIR? Croire que les vaccins sont bien évalués ou SAVOIR et surtout COMPRENDRE en quoi et pourquoi tous les vaccins sont des produits expérimentaux et les vaccinés, des cobayes qui s'ignorent.Comme vous allez vous en rendre compte, les exigences règlementaires imposées aux vaccins sont nettement plus laxistes que ne le sont celles imposées aux autres médicaments en général, et même aux cosmétiques....Voici les quatre grandes raisons qui font de tous les vaccins, depuis toujours, c'est à dire depuis plus de 200 ans, des produits expérimentaux et de la vaccination en général, la plus grande expérimentation sans consentement jamais réalisée dans toute l'histoire de l'humanité:

1°) On ne compare JAMAIS les vaccins à des placebos réels (= substances neutres, inertes) pour évaluer valablement leurs effets secondaires réels; on donne alors des autres vaccins ou d'autres substances intrinsèquement toxiques comme l'aluminium dans le faux groupe placebo, de façon à "diluer" les effets secondaires du nouveau vaccin testé puisque, par contraste, les effets secondaires du faux groupe placebo se trouvent ainsi gonflés avec une telle astuce bien commode, ce qui permet ainsi aux fabricants de conclure que "le nouveau vaccin a un profil de sécurité acceptable par rapport au (faux) groupe placebo!" Un des pseudo-arguments scandaleux des officiels pour justifier la non réalisation de telles études réellement scientifiques et donc réellement comparatives, est de décréter que cela ne serait pas éthique !!!! Mais dire cela, c'est donc décréter a priori, de façon dogmatique et non scientifique que les vaccins font donc forcément GLOBALEMENT plus de bien que de tort!  

 La VRAIE Science ne refuse jamais de savoir par peur de ce qu'elle risque de trouver et qui pourrait malmener les intérêts financiers en jeu. On est donc dans un système hypocrite qui estime plus éthique de préserver les intérêts de Big Pharma, quitte à imposer à tous des vaccins expérimentaux qui font de nous tous des cobayes qui s'ignorent!! (NB: en fait, pour être complet et précis, ils recourent à des placebos pour le volet "efficacité" donc évaluation des taux d'anticorps produits par un nouveau vaccin; du coup, le mot "placebo" apparaît dans les comptes-rendus d'études que lisent les médecins pressés dans leurs revues sponsorisées mais peu si pas aucun ne se rend compte du drame sanitaire que représente le fait de se priver de vrais groupes neutres en matière d'évaluation de la tolérance!!)

 2°) Aucune étude des effets secondaires à long terme alors que les maladies auto-immunes post-vaccinales peuvent prendre des mois voire des années à se déclarer! Gardasil? Des effets secondaires évalués sur seulement 14 jours après chacune des doses? Engerix B (= vaccin hépatite B)? 5 jours seulement!! Twinrix (vaccin anti-hépatite B et A imposé aux professionnels de santé)? 4 jours seulement selon des documents confidentiels de la firme elle-même que nous avons pu consulter!!! Et là aussi, ce sont des vaccins contenant notamment de l'aluminium. Par comparaison, il faut savoir que les effets des contraceptifs oraux ont eux été évalués sur des décennies! [Lire aussi la lettre qu'avait écrit le Dr J. B Classen au British Medical Journal en 1999 pour s'indigner de cette absence d'études à long terme.]

 3°) Autre passe-droit, les vaccins sont dispensés de la moindre analyse pharmacocinétique, contrairement aux autres médicaments. Cette analyse est pourtant capitale puisqu'elle consiste très précisément à étudier le devenir et la répartition des différents composants du médicament une fois administré (donc comment les composants se diffusent, où ils vont se loger, s'ils persistent ou non et si oui où et combien de temps, comment ils sont métabolisés, comment ils sont éliminés et par quelle voie etc.). Ce genre d'études serait pourtant d'autant plus importante pour les vaccins que, contrairement aux autres médicaments, en cas d'effets secondaires, on ne sait pas arrêter la prise, une fois que c'est injecté, c'est irréversible! Si cela avait été réalisé, des milliers de cas inutiles de maladies, notamment dégénératives, auraient pu être évités et l’aluminium, qui migre notamment au cerveau, cessé d’être utilisé dans les vaccins alors qu’il l’est depuis… 1926.Chose intéressante à ce sujet, les aveux accablants du Dr Nathalie Garçon, responsable du Centre Mondial des Adjuvants chez GSK, au sujet de l'aluminium vaccinal. Cette doctoresse déclarait en effet en 2002 aux USA à l'occasion d'un symposium sur la sécurité des adjuvants que: "En réalité, le seul adjuvant [aluminique] autorisé pour la consommation humaine, est le plus empirique. Personne ne sait comment il fonctionne, personne ne connaît sa biodistribution. [...] En fait, je crois que si l'alun arrivait maintenant, il ne serait pas accepté." [cfr page 220 de ce workshop aux USA]

Si "personne ne sait" ce qu'il advient d'une telle substance faisant partie d'une majorité de vaccins une fois qu'ils sont injectés, on est donc bien clairement dans quelque chose d'expérimental et les mots ne sont donc ni trop forts, ni exagérés, ni usurpés. Il faut pouvoir appeler un chat, un chat!

 4°) Enfin, Xième passe-droit dramatique, les vaccins sont aussi dispensés, là encore contrairement aux autres médicaments (et même aux cosmétiques qui eux ne sont jamais obligatoires!) de tests destinés à évaluer leurs potentiels cancérogène, mutagène et tératogène, c'est à dire leur capacité d'induire un cancer, une mutation de notre ADN (dont certaines débouchent aussi sur des cancers) et des maladies chez la descendance (alors qu'on préconise désormais la vaccination aux femmes enceintes... y compris contre la grippe & bientôt aussi contre la coqueluche). Les notices francophones ne mentionnent plus que les vaccins sont dispensés de ces tests, sans doute pour ne plus trop rebuter les patients, mais les notices américaines des vaccins identiques, de même composition, continuent elles de le mentionner (cf. point 13.1). Ce passe-droit est d'autant plus scandaleux que les vaccins contiennent pourtant plusieurs composants notoirement cancérogènes (pensons au formaldéhyde, reconnu comme cancérigène certain par le CICR qui dépend pourtant de l'OMS!!)!

 Le Dr Deborah Novicki de Novartis a confirmé que ces tests pour évaluer la cancérogénicité n'avaient pas été effectués sur l'adjuvant à base de squalène des vaccins H1N1 (le MF59) ni sur aucun des vaccins du groupe et qu'il n'était pas prévu que cela se fasse. « Nous n’avons pas testé le potentiel cancérogène du squalène MF59 de notre vaccin H1N1 ni d’aucun autre de nos vaccins et nous n’avons pas l’intention de le faire. » a-t-elle déclaré lors d'une réunion à l'Agence Américaine du Médicament (FDA). [cfr p. 391]Si ces études avaient été réalisées de façon rigoureuse et indépendante, vaccin par vaccin, avant de comparer des populations ayant reçu plusieurs types de vaccins à la fois, et que ce genre d'études avaient réellement montré que la santé des gens vaccinés n'est pas sensiblement moins bonne que celle des gens réellement non vaccinés, alors et seulement alors cela aurait du sens et ce serait éthique de promouvoir la vaccination. Alors et seulement alors, on pourrait dire que la vaccination n'est pas expérimentale et qu'elle a réellement été évaluée scientifiquement. Alors et seulement alors, les experts officiels seraient crédibles quand ils affirment que la vaccination est non dangereuse

 Mais à l'heure actuelle, compte tenu de ces carences graves dans l'évaluation de TOUS les vaccins, l'attitude des pouvoirs publics et de tous les prosélytes de la vaccination consiste à promouvoir dans les faits une EXPERIMENTATION HUMAINE SANS CONSENTEMENT, ce qui est illégal et contraire au Code de Nuremberg. Pour aboutir à la rédaction de ce Code de Nuremberg, il est tout de même bon de se rappeler qu'il a fallu deux Guerres Mondiales et des millions de morts, peut-être des gens de VOTRE famille. De même, il est aussi fondamental de se rappeler que TOUTES les expérimentations sans consentement sont prohibées en vertu de ce Code, "même si l'expérimentation est motivée par des besoins de santé publique."Voici en effet un extrait d'une présentation disponible sur youtube du Dr Delépine sur les essais cliniques en cancérologie:

Voilà, vous savez maintenant l'essentiel, la véritable quintessence de la question des vaccins, le noeud du problème et le point commun entre tous les vaccins, quels qu'ils soient.

 Vous savez maintenant pourquoi la lutte actuelle en France contre l'aluminium vaccinal est totalement incomplète et ne s'attaque en réalité qu'à "un seul tentacule de la pieuvre." (les vaccins au phosphate de calcium n'ayant par ailleurs jamais satisfait aux critères énumérés ci-dessus non plus)

 Sachant ces informations, vous avez à présent LE CHOIX d'accepter ou de refuser en conscience pour vous et vos enfants des produits expérimentaux dont l'infinité et la gravité des conséquences possibles n'ont donc encore jamais été évaluées scientifiquement.

 A ce propos, sachez que même des médecins des firmes pharmaceutiques, comme par exemple le Dr Jean-François Saluzzo de Sanofi Pasteur (aussi consultant pour l'OMS!) admettent qu'ils ne savent tout simplement PAS comment marchent les vaccins... Or s'ils ne le savent pas, c'est bien parce que la vaccination n'est pas sous-tendue par une Science rigoureuse, solide et véritable!

 Médecins, journalistes, avocats, hommes ou femmes politiques, adolescents, futurs parents, malades chroniques, voyageurs, ... nous sommes tous concernés et nous devons, sur base de ces carences règlementaires graves, savoir désormais QUOI réclamer, quoi exiger, quoi dire devant les tribunaux et quoi modifier au niveau des législations concernées.

 

L'avenir, la santé et l'intégrité des générations futures dépendront en grande partie de notre capacité collective à exiger et à obtenir ces modifications règlementaires, même bien sûr au prix de devoir arrêter complètement la vaccination aux termes de résultats probablement accablants que craignent comme la peste les fabricants et les autorités depuis maintenant bien trop d'années déjà....

 

 

                 

Un neurotoxique notoire impliqué dans l'autisme et les troubles du développement de l'enfant.

 

4Le Journal du Médecin le prouve une fois de plus dans sa Lettre du Médecin n°1127 de ce 4 février 2013,

 

Au point n°4 de cette newsletter en effet, voici ce qu'on pouvait lire:

 

 

Pas un seul instant le Journal du Médecin n'ose évidemment rappeler la présence de mercure toxique dans plusieurs vaccins antigrippaux pourtant préconisés aux femmes enceintes et qui alourdiront par conséquent immanquablement "la barque toxique" dans laquelle le bébé va naître, une barque faite de mercure mais aussi de formaldéhyde cancérigène (aussi contenu dans les vaccins antigrippaux, lisez donc les notices svp!!) et d'aluminium car plusieurs vaccins sont à présent recommandés en cours de grossesse, comme par exemple des rappels diphtérie-tétanos-coqueluche (Boostrix), comme cela se fait au Royaume-Uni notamment... au prétexte de "protéger" le nourrisson!! Le Boostrix contient une belle dose d'aluminium, un neurotoxique notoire impliqué dans l'autisme et les troubles du développement de l'enfant. Il est évidemment beaucoup plus "politiquement correct" de se contenter de conclure "qu'il faut notamment remplacer le thon par d'autres poissons" mais il serait pourtant ô combien plus honnête et surtout plus efficace d'informer les parents sur les dangers des amalgames dentaires au mercure ainsi que sur l'administration insensée et totalement injustifiée du moindre vaccin pendant la grossesse et l'allaitement! Rappelons en effet, comme l'ont fait des chercheurs de l'INSERM en France, que l'exposition précoce (au cours de la vie foetale ou postnatale) à divers polluants chimiques, fait courir un risque d'altération de l'ADN avec en conséquence, l'apparition possible de maladies graves à l'âge adulte (apparition différée donc... qui pensera dès lors à "faire le lien"??).

 

Il est aussi nocif de sous-entendre et absurde de laisser croire qu'il y aurait certains seuils "sûrs" ou non problématiques de substances qui sont toujours toxiques pour tous les êtres vivants!

 

Songez-y surtout bien à temps, et rappelez-vous bien que votre enfant à naître ou déjà là ne peut compter QUE SUR VOUS pour penser à le protéger de ce genre de risque concret qui est hélas hypocritement ignoré par les autorités!!