Texte définitif de l’accord secret de libre échange entre le Canada est l’UE

salaires-fonctionnaires-europeens

Le dévoilement d’une partie de l’accord commercial intervenu entre le Canada et l’Union européenne ne dit rien qui vaille aux mouvements altermondialistes.

L’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne (AECG) conclu la semaine dernière affaiblira notamment les pouvoirs des gouvernements face aux investisseurs étrangers, empêchera de lever une taxe sur les transactions financières et augmentera le prix des médicaments, déduit le Réseau québécois d’intégration continental (RQIC) d’un premier examen de ce qui serait une partie du texte de l’entente et qui a coulé dans les médias. Le regroupement québécois de syndicats, d’organismes d’aide au développement et d’autres organisations altermondialistes craint également qu’on ait fait des concessions importantes en matière de pouvoir des gouvernements provinciaux et locaux de se servir des contrats publics comme levier de développement économique, mais également de gestion de l’eau et de politique agricole.

« Il faudra plus de temps pour analyser tout cela »,a précisé d’emblée au Devoir le coordonnateur du RQIC, Pierre-Yves Serinet, à propos des quelque 520 pages dévoilées mercredi par une chaîne de télévision allemande. En plus d’être complexe et rédigé dans le langage hermétique propre aux négociateurs commerciaux, le document pose notamment comme problème de ne pas venir avec toutes ses annexes dans lesquelles les parties indiquent, entre autres, les secteurs qu’ils soustraient aux règles du traité.

 Le contenu de l’entente

 

ceta-complet.pdf

Il apparaît cependant déjà, si le document est véridique, que l’accord aura une disposition accordant, comme dans l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), aux investisseurs étrangers de poursuivre les gouvernements s’ils se sentent lésés. « On avait promis que ce droit serait plus étroitement encadré, mais ça ne paraît pas être le cas »,déplore Pierre-Yves Serinet.

La définition d’investisseur retenue se révèle très large. La future réglementation des gouvernements devra tenir compte de leurs « attentes légitimes » et des risques qu’ils courent. Les investisseurs conserveront tous leurs recours jusqu’à 20 ans après l’éventuelle sortie de l’une des parties de l’entente.

Tout indique aussi que les compagnies européennes ne seront pas soumises aux mêmes seuils à partir desquels Ottawa se donne le droit, s’il le juge souhaitable, d’empêcher des projets d’investissement et d’acquisition au Canada.

Le Conseil des Canadiens, une autre organisation altermondialiste, a aussi noté, mercredi, que l’entente reprend le libellé des demandes européennes sur l’allongement de la durée de la protection des brevets pharmaceutiques. On dit craindre que cela se traduise par une augmentation du coût des médicaments au Canada en plus d’ouvrir la porte à des poursuites de l’industrie.

Un rapide examen du document confirme aussi l’augmentation au Canada des quotas d’importation de fromage européen en échange du même geste d’ouverture pour le porc et le boeuf canadiens en Europe. Une période de transition de six ans semble avoir été prévue.

 

Le débat à venir

Ottawa a refusé de confirmer ou d’infirmer l’authenticité du document mercredi soir. « Le Canada ne commente pas les fuites de documents de négociations,a écrit par courriel à La Presse canadienne un porte-parole du ministre du Commerce international, Ed Fast. Nous avons déjà publié des communiqués complets décrivant les éléments de l’entente et démontrant clairement les bénéfices significatifs qu’elle procurera à toutes les régions du Canada dès qu’elle sera en vigueur. »

 Le Canada et l’Europe ont d’abord annoncé en octobre la conclusion d’une entente de principe, après quatre ans et demi de négociations, puis une entente sur un texte complet, la semaine dernière. Il resterait encore à traduire ce texte en langage juridique, puis en 25 langues, avant de le soumettre à la ratification des Parlements nationaux et européen, un exercice qui pourrait prendre encore deux ans.

 

Considéré comme le projet de traité commercial le plus ambitieux entrepris par le Canada, l’AECG porte sur un vaste ensemble d’enjeux, dont le commerce des biens et services, la coopération réglementaire, les contrats publics, l’agriculture, la protection des investisseurs et la mobilité de la main-d’oeuvre.

 Pierre-Yves Serinet se dit convaincu que le reste du texte de l’entente coulera bientôt. « C’est une bonne chose parce que cela permettra aux élus et à la population de mieux savoir de quoi il retourne et d’entreprendre enfin un débat démocratique. Il est encore temps, sinon on nous placera devant un fait accompli. »


Innovons ! Surprenons la Mondialisation ! Exploitons notre potentiel !

2f286daa31869bf9ffc01f04f860ac79

 

Réunissons les dépôts de nos revenus et de nos épargnes en un même établissement bancaire que nous allons choisir tous ensemble, après avoir mis en concurrence tous les établissements bancaires.

Ce ne sont pas les banques qu’il faut nationaliser, ce sont nos dépôts et nos épargnes qu’il faut « nationaliser citoyennement »!

Si demain, nous sommes 30/40 millions et plus de français unis en un même mouvement, faisant tous nos dépôts dans une même banque et que nous y déposons également toutes nos épargnes, nous serons devenus une véritable force face à la mafia politique, industrielle et bancaire de la Mondialisation.

Si 30 millions de français déposaient mensuellement leurs revenus dans un même et unique établissement bancaire et d’une simple valeur de 1000€, cela représente 1000€ x 30 000 000 = 30 000 000 000€, TRENTE MILLIARDS D’EUROS ! Imaginez la réalité du dépôt !

Nous serons alors une véritable force de frappe !

Cette union sera un partenaire incontournable de l’établissement bancaire choisi et nous pourrons exiger d’être membre du conseil d’administration afin d’avoir droit de regard et de décision sur l’exploitation et les bénéfices de nos dépôts et épargnes.

N’oubliez pas que quand vous déposez 1000€ sur votre compte, la banque s’octroie le droit d’en dépenser 9000€. Donc quand nous déposons mensuellement 30 milliards d’Euros les banques dépensent 270 milliards d’Euros que l’on nous demande de rembourser. Cela fait réfléchir…

Imaginez la tête d’un de ces PDG bancaires recevant une union citoyenne qui lui déclare : « Monsieur le PGD nous sommes 30 millions d’usagers prêts à s’inscrire sur vos livres, soi un dépôt mensuel de 30 milliards d’Euros ou 360 000 000 000 € annuel et un dépôt de 11 000 milliards d’Euros d’épargnes également à votre disposition, comment faisons nous ? »

Je vous laisse apprécier la réaction de ce garçon face à une telle situation. Sans oublier que, si une telle organisation était Européenne, nous ne parlerons plus de 30 milliards mensuels, mais de 300 milliards et voir plus évidemment…

Croyez vous que les choses ne changeraient pas face à un tel état de fait ?

C’est tout le système bancaire et le système politique qui seraient remis en cause, et c’est nous, les citoyens, qui retrouveront notre véritable statut !

L’union fait la force, c’est pour cela que l’escroquerie de la Mondialisation, des banques et de la politique fonctionnent, qu’attendons nous pour nous unir ??

Soyons aussi intelligents que la Mondialisation et les politiques, cette union peut faire levier à tous les niveaux de la société.

Actuellement l’ouverture à la concurrence est une hypocrisie notoire, nous savons que tous les fournisseurs se mettent d’accord entre eux pour mieux nous berner. La concurrence c’est à nous les consommateurs, de la créer, de la gérer et non de la subir.

Si demain nous sommes 30/40 millions de Français unis et que nous mettons tous les fournisseurs en concurrence, que ce soit la nourriture, les services bancaires, l’automobile, la téléphonie, l’énergie, les pétroliers, la politique etc. toute cette mafia viendra nous manger dans la main pour avoir nos bonnes grâces.

Si demain nous sommes 30/40 millions de citoyens unis en même mouvement, le parti politique qui voudra être élu sera obligé de prendre en compte et d’appliquer les demandes des 30 ou 40 millions d’électeurs, la majorité des électeurs.

C’est par la remise en cause citoyenne des usages économiques et politiques au niveau national, européen, que nous retrouverons notre véritable identité citoyenne, que nous retrouverons nos droits et le respect que tous ces gens nous doivent, car c’est nous qui les faisons vivre.

Si un internaute passe le message à 10 de ces amis et que ces 10 amis passent le message à 10 de leurs amis et ainsi de suite, en sept vagues de messages toute la France et même plus peut être informé du système  et s’organiser en conséquence :

1 / 10 amis x 10 amis = 100 contacts

2 / 100 X 10 = 1000 contacts

3 / 1000 X 10 = 10 000 contacts

4 / 10 000 X 10 = 100 000 contacts

5 / 100 000 X 10 = 1 000 000 contacts

6 / 1 000 000 X 10 = 10 000 000 contacts

7 / 10 000 000 X 10 = 100 000 000 contacts

Il existe en France assez de matière grise et de citoyens intègres au chômage et en exercice  pour mettre en place ce système et le faire fonctionner.

Même si on vous a convaincu que vous ne pouviez rien changer, nous pouvons tout changer si nous faisons confiance à nos qualités de citoyens libres et intègres. Nous sommes aussi intelligents que la Mondialisation, les banquiers, mais nous devons devenir solidaires comme ils le sont malgré qu’ils font tout pour nous en dissuader.

Il n’y a que par l’argent que nous pouvons intervenir en notre faveur face à la mafia de la Mondialisation et des politiques, car seul l’argent est leur raison de vivre. Par conséquent l’argent est l’unique moteur pouvant nous permettre de reprendre le pouvoir, le pouvoir qui nous revient de droit conformément à la Constitution Française.

Mon message n’est pas une incitation à la révolution, à la violence, mais un appel solennel à la conscience citoyenne afin de réhabiliter nos droits, nos vies, et protéger celles de nos parents et de nos enfants dans le plus grand respect des institutions et de la solidarité, la vraie.

Considérez ma proposition comme utopique est tout à fait légitime, j’en ai conscience. Rappelez vous en mars 2011, Hollande Président, utopie ! Quand 1953 un fou américain et une poignée de voyous organisent la faillite des états et condamnent à la misère et à la famine la terre entière, utopique aussi ! Qu'en 2013, le Président français accepte l'abolition du droit du travail utopique ??

Non tout cela est bien réel et pourtant aussi incroyable que cela puisse paraître !

L'avenir nous appartient, alors arrêtons les querelles partisanes et agissons vite car la Mondialisation, par la voix de l’Europe et de la « crise » de la zone Euro va finir, et sans tarder, de nous asservir, de nous ruiner avec la complicité des élus sous des prétextes fallacieux comme la perte du triple A, la croissance bloquée tout comme le PIB etc... Tout cela est un synopsis écrit et réalisé par les sectes mafieuses de la Mondialisation et joué par les politiques.

Voulez-vous attendre d’être transformés en esclave comme les grecs, les Italiens, les Portugais, les Espagnols etc., que nos enfants, leurs enfants et petits enfants vivent l’esclave de notre laxisme face à la voyoucratie d’une économie orchestrée dans l'unique but de nous nuire ?

Récemment aucun élu ou prétendant au trône n’a passé d’appel national pour créer une union nationale citoyenne économique semblable à ma proposition, car ils ont pleinement conscience qu’ils perdraient tous les privilèges qu’ils se sont octroyés sur le fruit de nos vies.

Internet c’est la rue d’aujourd’hui !

Passez le message, réagissons, organisons nous, l'urgence est de mise et notre salut ne viendra pas des politiques mais de notre volonté à croire en nous même !

Correspondance sur le site :

http://labolitiondelaraison.over-blog.com

07 novembre 2011

La banque d’Angleterre refuse de divulguer des informations sur ses transactions en or

pound_coinsRefusant une récente demande de liberté de l’information émise par un citoyen du Royaume-Uni, la banque d’Angleterre insiste pour que l’ensemble de ses transactions en or soient tenues secrètes. Le 24 octobre dernier, dans une réponse à James Bern, supporteur du GATA  qui demandait une transparence totale de la comptabilité des réserves d’or britanniques, Jackie Keating, porte-parole de la banque d’Angleterre, décrivait cette transparence comme étant ‘trop sensible’. ‘Toute personne à la recherche d’informations serait alors en mesure d’observer quelles transactions ont été effectuées’, écrit-il, ‘et cela représenterait une limitation à la liberté du gouvernement et des clients privés des banques auprès desquels les banques sont tenues à une confidentialité des plus strictes’.

La banque d’Angleterre est donc, comme nous pouvons l’imaginer, active sur le marché de l’or, que ce soit pour le compte du gouvernement ou celui des clients privés des banques. L’intérêt des citoyens britanniques à connaître les actions opérées par leur gouvernement sur un marché soi-disant libre ne semble ici qu’être un argument très secondaire.

Grâce à Bern, il a encore une fois été démontré qu’il est nécessaire de lancer une investigation quant aux transactions effectuées par les banques centrales sur le marché de l’or. Qui sera le premier à se lancer dans une telle enquête et à la publier, au risque de se voir écarté des affaires publiques ? Existe-t-il quelque part un journaliste financier qui soit assez courageux pour risquer de se voir refuser l’entrée à quelques fêtes de Noël autant que l’accès à des sources officielles ? (Source et 24hGold)
LIESI rappelle ce que nous avons cité hier soir, à savoir que « le Royaume-Uni préparait des plans pourfaire face à une possible disparition de l’euro ».

Par Chris Powell (secrétaire du GATA – Gold Anti Trust Action Commitee) –

LIESI