18 septembre 2011

Des relevés anormaux de pluie radioactive effectués à Saint-Louis

jpn_dees2
Les relevés indépendants anormaux effectués à Saint-Louis, MO, USA : des descendants du radon en quantité importante, a priori rien à voir avec des rejets accidentels

Vous connaissez peut-être son site, un bloggeur situé aux USA procède depuis quelque temps à des analyses d'activité radioactive sur des échantillons d'eau de pluie et de poussières prélevés après des pluies importantes sous le régime de vent dominant (régime Jet Stream / Pacifique) ; voyez plutôt les résultats de son prélèvement effectué à Saint-Louis, Montana, le 14 septembre : une activité mesurée à plus de 1,33 mR/h soit 13.3µSv/h soit encore environ 133 fois le bruit de fond habituel à cet endroit. Il faut noter en outre qu'une nouvelle analyse du même échantillon, placé en sachet étanche donc excluant les radiations Alpha, effectuée environ une vingtaine d'heures plus tard affiche encore une activité de 0.014 mR/h soit environ 1/95ème de la dose initiale et une estimation de 2 fois le bruit de fond habituel.

Commentaire technique : cette seconde analyse permet de penser que la plus grande partie du prélèvement effectué le 14/9 est de nature locale car constitué probablement des descendants du célèbre gaz radon 222. D'une part le rayonnement Alpha initial d'un éventuel résidus de Ra222 gazeux est bloqué par l'enveloppe de l'échantillon et d'autre part la durée de demi-vie très faible des descendants Bêta et Gamma donc mesurables du Radon (Plomb 214 de demi-vie 27 minutes et Bismuth 214 de demi-vie 20 minutes) réduit théoriquement l'activité exactement à 1/100ème de l'échantillon initial (1/(2*20*2.5))

La décroissance rapide de l'activité Bêta / Gamma de cet échantillon semble donc prouver sa nature locale et notamment celle des descendants du gaz Radon qui se trouvent souvent piégés dans les pluies, notamment les pluies d'orage. Cette démonstration simple semble donc exclure la présence en quantité importante de rejets de type accidentels dans


23 février 2011

Une pluie gluante et blanche sur la ville de Oakville USA

chembas2Nous sommes en 1994 dans la petite ville d'Oakville dans l'état de Washington qui compte environs six cent habitants.
La petite ville est réputée pour ses pluies fréquentes.
Mais l'histoire mystérieuse qui va se dérouler durant trois semaines en août 1994, va terroriser la population.
Quand l'eau commence à s'abattre sur la ville le 7 août 1994, personne ne s'inquiète jusqu'à ce que l'on s'aperçoive que ce n'est pas de l'eau de pluie.

Se sont de minis gouttes poisseuses de couleurs blanches, qui forment un torrent et recouvre bientôt cinquante kilomètres carré de terrain apportant avec elle un véritable fléau.
Maurice Gobeil habitant de la ville déclare que lui, sa femme et sa fille sont tombés malades ainsi que tous les habitants d’Oakville.
Beverly Roberts, déclare elle aussi que tous les habitants sont tombés malades, un virus très violent qui n'a pas durer sept jours, mais plutôt trois mois.
C'est un policier local qui rapporte le premier ses intempéries. L'officier David Lacey est en patrouille avec un ami civil a trois heures du matin lorsque l'averse commence.
La pluie est étrange et les deux hommes commencent à se poser des questions.

08 novembre 2010

l'ADN UNE BIBLIOTHEQUE DE 900 VOLUMES DE 500 PAGES

_39245100_203300dna_handL'information génétique déterminant le plan structurel d'une personne, depuis son apparence externe jusqu'à ses organes internes, est enregistré avec un système d'encodage spécial dans l'ADN. Pour écrire cette information génétique sur papier, il faudrait une librairie gigantesque comprenant environ 900 volumes de 500 pages chacun. Mais cette quantité incroyable d'information a été encodée dans notre ADN. Affirmer que l'information de la "librairie" de l'ADN humain soit apparue par hasard est aussi irrationnel que de croire que les cailloux jetés sur une plage par les vagues pourraient écrire l'histoire entière de l'humanité.ADN Toutes nos informations génétiques sont stockées dans ces molécules .

 

Il y a 30 ans, le professeur Frank Salisbury, de l’Université de l’Utah (États-Unis), a calculé la probabilité de formation spontanée d’une molécule d’ADN simple, essentielle à l’apparition de la vie. Les calculs ont abouti à une probabilité si infime qu’elle est considérée comme mathématiquement impossible : la formation de cette molécule par réactions chimiques naturelles aurait pu se produire sur 100 000 000 000 000 000 000 (1020) planètes “ hospitalières ” au cours d’une période de quatre milliards d’années. Quelles sont les chances qu’une seule molécule d’ADN se soit formée dans ces conditions ? Selon ses calculs, une sur 10415.

DNA

L'ADN humain contient quelques 30.000 gènes, et il est impossible qu'un seul d'entre eux ait pu apparaître par hasard. Le biologiste évolutionniste Frank Salisbury admet :

 

"Une protéine moyenne peut comporter environ 300 acides aminés. Le gène de l'ADN contrôlant cela aura environ 1.000 nucléotides dans sa chaîne. Puisqu'il y a quatre types de nucléotides dans une chaîne d'ADN, une chaîne constituée de 1.000 liens peut exister sous 41000 formes. En utilisant un peu d'algèbre (les logarithmes), on peut voir que 41000 = 10600. 10 multiplié par lui-même 600 fois donne le chiffre 1 suivi de 600 zéros ! Ce nombre est complètement au-delà de notre compréhension." (Frank B. Salisbury, "Doubts about the Modern Synthetic Theory of Evolution", American Biology Teacher, septembre 1971, p. 336)

l'ADN subirait des ondes de torsions électromagnétique dextrogyre c a dire de droite en recevant des ondes n' émanant pas du vivant  mico-ondes et polution antenne wifi ....qui viendrait en sens inverse elle provoquerait une incapacité de notre ADN a communiquer avec l'espace de notre corps qui est a lui tout seul un univers infini composé de milliards d'étoiles que sont nos neurones ,ces torsions ont la forme du ruban de moebius qui ferait de notre ADN une machine qui voyage dans le temps .une telle sophistication du vivant ne peut être le fruit du hasard comme nous le disait Darwin qui était biens loin de se douter de  l'existence de l'ADN. non monsieur Darwin je ne descends pas du singe car chaque espèces a son programme complexe signe d'un système globale intelligent et non primitif.

si je descends du singe alors pourquoi le singe n'a pas évolué  ,de plus il y'a des espèces comme le scorpion  crocodiles et j'en passe qui annule sa théorie ( qui n'est pas une théorie une philosophie écrite par son grand père ) de l'évolution tout bonnement parce qu'ils n'ont pas changé  depuis des millions d'années .

facebook_logo