La supernova la plus brillante s'allume dans la constellation du Dauphin


La supernova la plus brillante depuis 1999 est apparue dans la constellation du Dauphin, a annoncé le Bureau central des télégrammes astronomiques (CBAT) basé aux Etats-Unis. Selon le Bureau, la supernova a été découverte par l'astronome japonais Koichi Itagaki. Le 14 août dernier, il a repéré dans la constellation du Dauphin une étoile de sixième grandeur invisible sur les photos prises antérieurement.
Cette découverte a par la suite été confirmée par des astronomes en Russie, en Biélorussie et dans d'autres pays. La luminosité de l'étoile, qui ne cesse d'augmenter, a déjà atteint 4,3, ce qui en fait la supernova la plus brillante de notre galaxie depuis l'apparition en mai 1999 d'une nouvelle étoile de magnitude 3,1 dans la constellation des Voiles.
"A l'heure actuelle, on peut l'observer à l'œil nu partout où les conditions météorologiques le permettent, à l'exception des grandes villes. Elle a déjà surpassé en termes de luminosité la supernova rapide de 2002 (V4743 Sgr)", a déclaré à RIA Novosti l'astronome Leonid Elenine de l'Institut des mathématiques appliquées. Selon lui, il s'agit d'un "phénomène très rare".

Posté par rusty james à 14:34 - - Permalien [#]
Tags : , ,


18 décembre 2011

Mystère , Comment une comète a survécu à l'approche du soleil ?

201112151716274eea71bb5fbe6

La comète Lovejoy, découverte le 27 novembre dernier par l’astronome amateur australien Terry Lovejoy avec son petit télescope de 200 mm de diamètre équipé d’une caméra CCD, fonce actuellement vers le Soleil ! La petite comète, qui doit mesurer entre 100 et 200 mètres de diamètre seulement, est un membre du groupe de Kreutz, des comètes aux orbites semblables, passant toutes extrêmement près du Soleil. Les astronomes supposent que ces milliers de petits icebergs sont les fragments d’une ancienne comète de grande taille, qui se serait désintégrée il y a quelques centaines d’années.

C’est le satellite européen Soho, qui surveille le Soleil 24 heures/24 depuis 1995, qui a révélé le nombre tout à fait imprévu de ces « mini comètes » : il en a découvert plus de deux mille ! Parfois, en s’approchant trop près du Soleil, les comètes du groupe de Kreutz se volatisent, ou tombent sur notre étoile… C’est, peut-être, ce qui attend la comète Lovejoy. Ce matin, à 10 h 30 (9 h 30 T.U), elle était encore distante de près de dix millions de kilomètres, mais elle passera cette nuit à moins de 150 000 kilomètres de la surface de notre étoile. Survivra t-elle à la traversée du plasma brûlant de la couronne solaire ? Nous le saurons demain matin.

En principe, l’approche et le passage au plus près du Soleil par la comète Lovejoy peut être suivi sur le site du satellite européen Soho. Les images des différents instruments de Soho sont régulièrement mises à jour. Ce sont les images des coronographes Lasco C2 et Lasco C3 qu’il faut régulièrement consulter. Ces coronographes, en effet, offrent un champ immense (respectivement 8 millions et 45 millions de kilomètres) autour du Soleil – masqué par un cache, le Soleil est représenté par un cercle blanc sur ces images -, champ dans lequel apparaissent régulièrement, au fil des ans, éruptions solaires, étoiles, planètes et comètes. La comète Lovejoy se trouve dans le champ de Lasco C3 depuis ce matin, elle devrait entrer dans le champ de Lasco C2 ce jeudi 15 décembre, dans la soirée.

Cette vidéo réalisée à partir des images de Lasco C3 http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_c3.mpg montre l’approche du Soleil par la comète Lovejoy. Plus elle s’approche, plus la comète devient lumineuse (elle avoisine ce soir la magnitude -7 ) et grande : sa chevelure s’étend sur une dizaine de millions de kilomètres…

sur cette vidéos nous voyons la comète foncé tout droit sur le soleil et resortir intact de sa rencontre en fait elle ne fait que nous révéler la nature du soleil qui est loin d'etre une boule de feu mais il est tout simplement froid  une sorte de plasma froid

ce n'est pas la première comète qui traverse le soleil est ressort intact , la glace fond au soleil mais le soleil est loin d'etre chaud comme on nous raconte dans les  livres ....encore un mensonge de plus . cela n'est que de la simple logique basé sur aucne étude scientifique d'ailleursinexistante sur le sujet qui semble etre un secret bien gardé à mon humble avis.R.James

 

Posté par rusty james à 21:26 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

21 novembre 2011

Un satélite russe a appris le mystère des elfes et des torrents bleus

8Upperatmoslight1Le satellite  de l’Université d’Etat de Moscou  «Universitetski-Tatiana-2» a découvert dans l’espace des phénomènes physiques uniques. Il s’agit des lueurs atmosphériques de courte durée qu’on peut observer dans les zones du globe terrestre, où il n’y a pas d’orages, d’éclairs et de nébulosité.

Le programme scientifique «Tatiana-2», c’est la suite des recherches faites par le satellite  «Tatiana-1» en 2005. A l’époque on a fixé dans les hautes couches de l’atmosphère des lueurs atmosphériques qu’on appelle des sprites, des elfes  et des torrents bleus.  Ils sont liés aux orages, a indiqué à la Voix de la Russie  le directeur de l’Institut des recherches scientifiques de la physique nucléaire  Skobeltsyne de l’Université d’Etat de Moscou Mikhaïl Panasuk. Cependant, le satellite «Tatiana – 2» a découvert des éclairs atmosphériques même dans les zones, où ils ne doivent pas apparaître, a affirmé le chercheur. 

"On n’attendait pas  qu’on puisse observer ces phénomènes  dans les régions, où il n’y a pas d’éclaires et de nébulosité.  Par exemple, nous avons survolé le territoire du Sahara et nous avons observé les phénomènes du rehaussage de l’atmosphère. Ils sont intéressants parce qu’ils sont courts, mais ils produisent beaucoup d’énergie. Les phénomènes semblables présentent un danger potentiel pour les vols des aéronefs qui volent à l’altitude d'une dizaine de kilomètres. On organise les travaux dans cette direction car il s'agit d'un sujet actuel appliqué: il faut comprendre  à quel point ces altitudes sont dangereuses pour les aéronefs qui vont voler dans les hautes couches atmosphériques de la Terre". 

Selon le chercheur, les éclairs ont un caractère successif. "Le satellite  a survolé 10 km de son trajectoire et nous avons enregistré les rejaillissements du rayonnement lumineux dans l’ultraviolet.  C’est un résultat impressionnant du point de vue de la physique, mais il n’a pas encore été interprété définitivement", ajoute Mikhaïl Panassuk. Un satellite encore plus moderne de l’Université d’Etat de Moscou «Lomonossov» doit permettre de résoudre le mystère des phénomènes spéciaux. Il sera équipé d'appareils modernes qui pèsent 120kg. Le lancement de «Lomonossov» est prévu pour 2012.

french.ruvr.ru

28 juillet 2011

PANSTARRS la comète brillante qui sera visible en 2013

pan-Starrs2Les astronomes de l’Université d’Hawaï à Manoa ont découvert une nouvelle comète qui sera probablement visible à l’œil nu début 2013. La découverte a été faite depuis le télescope Pan-STARRS 1 à Haleakala, Maui, dans la nuit du 5 au 6 juin 2011 et confirmée la nuit suivante par Richard Wainscoat et Marco Micheli sur la Canada France Hawaï Telescope sur la Mauna Kea.

Les premiers calculs de Minor Planet Center, Cambridge, Massachussetts, montrent que la comète C/2011 L4 (PANSTARRS) s’approchera du Soleil d’environ 50 millions de kilomètres du Soleil, soit l’équivalent de la distance de Mercure au Soleil. La comète ne présente aucun danger pour la Terre. Wainscoat commente “la comète a une orbite très parabolique ce qui signifie que c’est peut-être la première fois qu’elle s’approche du Soleil ; ensuite elle ne reviendra peut-être jamais plus”.

5845312151_10d0ca8c4f_o
Située actuellement à 1,2 milliards de kilomètres, au-delà de l’orbite de Jupiter, elle n’est bien sur visible pour l’instant que par de puissants télescopes. Elle devrait être brillante en février et mars 2013 lors de son approche du Soleil. Mais il sera peut-être difficile de la discerner dans la lumière du crépuscule, bas dans le ciel à l’horizon Ouest.
Au cours des prochains mois les astronomes vont continuer de l’observer. Wainscoat et Henry Hsieh (lui aussi de l’Université d’Hawaï) rappellent que la prédiction de la luminosité des comètes est notoirement ardue. Dernièrement de nombreuses comètes n’ont jamais atteint leur éclat attendu. La luminosité d’une comète tient principalement à la quantité de glace d’eau qu’elle sublime dans l’espace, et les astronomes ne peuvent estimer la quantité de glace d’eau qu’elles contiennent avant qu’elles ne soient proches du Soleil.

Les comètes sont habituellement désignées du nom de leur découvreur, mais dans ce cas l’ensemble des équipes du télescope Pan-STARRS ayant été mises à contribution, son nom a été attribué génériquement au télescope.

C/2011 L4 (PANSTARRS) est probablement née dans le lointain Nuage de Oort entourant le système solaire. Déstabilisée gravitationnellement elle s’approche du Soleil. L’occasion est donc importante d’étudier ces matériaux encore vierges, témoins des tous premiers instants du système solaire, avant que C/2011 L4 (PANSTARRS) ne s’éloigne définitivement de nouveau dans les confins de l’espace lointain.

La comète a été découverte dans le cadre d’un programme automatisé de surveillance du ciel. Le télescope Pan-STARRS 1 possède un miroir de 1,8 mètres et la plus puissante caméra numérique active au monde. La caméra prend un cliché tous les 45 secondes et couvre ainsi chaque nuit 1000°² de ciel nocturne. Pan-STARRS est l’un des instruments dédiés à la recherche des objets géocroiseurs, potentiellement dangereux pour la Terre.

 

Source : site Institute for Astronomy, University of Hawaï

Posté par rusty james à 15:09 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

25 avril 2011

Une nébuleuse avec une forme distincte de double hélice d'ADN au coeur de notre galaxie

dnanebula“Nous observons deux brins entrelacés l’un autour de l’autre comme dans une molécule d’ADN” a déclaré Mark Morris, un professeur UCLA d’astronomie et principal auteur du rapport. “Personne n’a jamais rien observé de tel dans la sphère cosmique. La plupart des nébuleuses sont soit des galaxies spirales pleines d’étoiles soit des conglomérats amorphes de poussière et de gaz.

Ce que nous voyons indique un haut degré d’ordre.” Les chercheurs pensent que le champ magnétique au centre de notre galaxie a produit cette nébuleuse en forme de double hélice. “Nous savons que le coeur galactique possède un champ magnétique intense qui est hautement structuré et que les lignes du champ magnétique sont orientées de façon perpendiculaire au plan de notre galaxie”, expliqua Morris. “Si vous prenez ces lignes de champ magnétique et que vous les torsadez à leur base, cela envoie une vague de torsion sur toute leur longueur...” Ce qui crée la vague de torsion est précisément inconnu.

Quelles que soient les dynamiques qui y sont impliquées, les astronomes observent avec leurs meilleurs instruments matériels un événement objectif dans l’espace cosmique, au cœur de la galaxie.Ainsi que vous le constatez, tout est construit selon un système parfait qui n'est pas forcément reconnaissable au premier coup d'oeil mais qui devient évident si l'on regarde de plus près. La vie elle-même est soumise comme le microcosme et le macrocosme à des lois parfaites. Ces lois, nous les trouvons partout dans notre système solaire, dans les cellules du sang, dans l'électricité et dans le magnétisme.

Et puisque la matière est maintenue et déterminée par des forces électromagnétiques, nous les hommes, qui sommes aussi matière, sommes soumis à ces lois.Cela ne vous a-t-il pas frappé qu'une étoile ne quitte jamais "par hasard" son orbite, qu'une cellule sanguine n'aille pas à contre-courant de la circulation sanguine ou qu'une fleur d'été ne fleurisse jamais, par hasard, en hiver ? Avez-vous déjà entendu dire qu'un électron quitte, par hasard, l'orbite qu'il décrit autour du noyau de l'atome ? Toute matière est composée de 105 élànents fondamentaux formés, eux aussi, de neutrons, de protons et d'électrons dont les mouvements sont absolument parfaits et rythmiques. Pourquoi donc seul l'homme devrait-il être exposé aux "hasards" alors que toute vie en nous et autour de nous est soumise à un rythme régulier ? Le hasard n'existe pas ! Il y a une loi pour chaque événement. Certes, nous ne reconnaissons pas toujours cette loi du premier coup d'oeil. Mais cela ne nous autorise pas à nier son existence. Les pierres tombaient déjà bien avant que nous soit connue la loi de la pesanteur.  L'homme est la copie fidèle de l'Univers macrocosmique. C'est pourquoi il est écrit au-dessus de l'oracle de Delphes :

"Homme, connais-toi toi-même, alors tu connaîtras Dieu"Le champ magnétique humain tournant sur lui-même a exactement l'aspect de notre Galaxie .

Posté par rusty james à 21:50 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

09 avril 2011

l’explosion cosmique la plus puissante et la plus longue jamais observée

eso1032a_thumbLa Nasa a mobilisé plusieurs télescopes dont Hubble pour étudier dans une galaxie lointaine l’explosion cosmique la plus puissante et la plus longue jamais observée, a indiqué ce jeudi l’agence spatiale américaine.

Plus d’une semaine après, de fortes radiations, dont l’intensité fluctue, continuent à être émises de l’endroit où la déflagration s’est produite, précise la Nasa dans un communiqué.

Un phénomène vraiment «extraordinaire»

Les astronomes affirment ne jamais avoir vu une explosion d’une intensité lumineuse aussi variable et d’une aussi longue durée.

Généralement, ces puissantes émissions de rayons gamma qui résultent de la destruction d’une étoile massive ayant épuisé son carburant nucléaire ne durent jamais plus que quelques heures.
«Nous connaissons des objets dans notre galaxie pouvant produire des explosions à répétition mais ils sont des milliers ou des millions de fois moins puissants que ce que nous observons. C’est vraiment extraordinaire», estime Andrew Fruchter, astronome au Space Telescope Science Institute à Baltimore (est).

Une explosion «inhabituelle»
Ce phénomène cosmique a été initialement saisi le 28 mars par le satellite américain Swift, spécialement conçu pour détecter les explosions de rayons gamma dans l’univers.
Swift a localisé la source de ces explosions dans la constellation du Dragon, au centre d’une galaxie située à 3,8 milliards d’années-lumière de la Terre (une année lumière équivaut à 9.460 milliards de km).
Bien que les recherches se poursuivent, les astronomes pensent que cette explosion inhabituelle s’est produite quand une étoile s’est approchée trop près du trou noir se trouvant au coeur de la galaxie.
Le trou noir et force gravitationnelle
Quasiment toutes les galaxies, y compris la nôtre, la Voie Lactée, ont un trou noir en leur centre dont la masse est des millions de fois celle de notre Soleil.
La force gravitationnelle intense du trou noir a probablement brisé l’étoile et les jet de gaz qui s’échappent continuent à s’écouler vers son centre.
© 2011 AFP

06 mars 2011

Un Allemand de 13 ans a corrigé des calculs de la Nasa sur la probabilité de collision

180px_2004MN4_SormanoUn Allemand de 13 ans a corrigé des calculs de la Nasa sur la probabilité de collision d'un astéroïde avec la Terre et l'Agence a reconnu son erreur. Nico Marquardt avait fait connaître sa découverte dans le cadre d'un concours régional qu'il avait remporté grâce à son travail intitulé "L'astéroïde meurtrier Apophis". A partir d'observations télescopiques à l'Institut d'astrophysique de Potsdam, près de Berlin, le lycéen a calculé une probabilité de 1 sur 450 qu'un astéroïde baptisé Apophis entre en collision avec la Terre.
La Nasa, qui avait estimé à 1 sur 45.000 la probabilité d'un tel impact, a fait savoir via l'Agence européenne de l'espace que le jeune génie avait raison. Le facteur intégré par Nico Marquardt que l'Agence américaine n'avait pas pris en compte est le danger de collision d'Apophis avec l'un ou plusieurs des 40.000 satellites lors du passage près de la planète bleue le 13 avril 2029. Ces satellites tournent à une vitesse de 3,07 km/seconde autour de la Terre à une distance allant jusqu'à 35.880 kilomètres: or l'astéroïde devrait passer à 32.500 kilomètres de notre planète. Si un impact a lieu en 2029, cela pourrait changer la trajectoire d'Apophis de manière à lui faire rencontrer notre planète lors de son prochain passage près de la Terre prévu en 2036. La Nasa et Nico Marquardt estiment qu'en cas de collision, la boule de fer et d'iridium d'un diamètre de 320 mètres et lourd de 21 millions de tonnes tomberait dans l'Océan Atlantique. Ce choc déclencherait des vagues monstrueuses, ravageant les côtes et bien au-delà, tandis que des masses extrêmement denses de poussière dans l'atmosphère assombriraient le ciel pour un temps indéterminé.

il semnle bien que 2012 ne soit qu'une diversion et que apophis soit l'enjeu  de plus croire qu'ils se sont trompés dans leurs calculs  et vraiment naif vu le nombre de bun ker qu'ils construisent depuis 15 ans faut arreté de prendre les gens pour des cons ,une telle catastrophe  arrangerait bien certains partisants de l'eugénisme ....

Posté par rusty james à 15:27 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

17 janvier 2010

ovnis au dessus de la terre le 13 janvier 2010

Un objet mystérieux à survolé la Terre


 

      

(Source : Spaceweather)

[…] Est-ce un astéroïde ou un vaisseau spatial abandonné ? Le mystérieux objet « 2010 AL30 » a survolé la Terre aujourd’hui, à seulement 1/3 de la distance Terre-Lune, alors que les télescopes du monde entier le surveillent. En Colombie, l’astronome amateur Alberto Quijano Vodniza, a utilisé un télescope de14 pouces, Meade LX20, pour enregistrer son approche :

« 2010 AL30 produit à une légère trace lumineuse, en se déplaçant parmi les étoiles », commente Vodniza. "L’animation révèle un second objet beaucoup plus lumineux. C’est un satellite qui se trouvait là, au même moment." L’espace est un endroit très fréquenté.

Découvert il y a trois jours à peine, « 2010 AL30 » est catalogué comme un astéroïde de la classe 10m. Curieusement, toutefois, son orbite elliptique, a une période de révolution de presque un an, soi la même que celle de la Terre. Cela soulève l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’un morceau d’engins spatial, venant de notre propre planète. Le radar de Goldstone, de la NASA, dans le désert Mojave, devait faire un « ping » sur « 2010 AL30 » à 2:20-4:40 UTC, le 13 janvier. Les échos radar devraient révéler la nature de cet obje

Posté par rusty james à 14:04 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,