La Troisième Guerre mondiale et Les effets d’un athéisme absolu par Albert Pike

ordo ab chaos

Albert Pike est un avocat, un général confédéré et un écrivain américain né le 29 décembre 1809 à Boston et mort le 2 avril 1891 à Washington. Il fut un tribun du parti Whig avant de rejoindre le mouvement Know Nothing dans les années 1850. Il dirigea également pendant trente-deux ans l’une des plus importantes composantes de la franc-maçonnerie des États-Unis: le Suprême Conseil de la Juridiction Sud du Rite écossais ancien et accepté. À ce titre, son nom apparaît fréquemment dans le cadre de théories du complot.

Wikipédia 

Leur mainmise sur le monde peut être prouvée. Citons le commentaire que fit l’officier W. Carr, après qu’il eut copié un document de la British Museum Library à Londres : la lettre écrite en 1871 par l’Illuminati Albert Pike, fondateur du rite palladique luciférien, à Mazzini (chef révolutionnaire de la Haute-Vente, branche armée de la Maçonnerie).

 

Extrait de la lettre d’Albert Pike adressée à Mazzini en 1871:
« … La Première Guerre mondiale devait être livrée afin de permettre aux Illuminés de renverser le pouvoir des Tsars en Russie et de faire de ce pays une forteresse du Communisme athée. Les divergences suscitées par « l’agentur » (médias des Illuminés) entre les Empires britannique et allemand devaient servir à fomenter cette guerre. A la fin, le Communisme devait être édifié et utilisé pour détruire les autres gouvernements et pour affaiblir les religions. »

« La Seconde Guerre mondiale
devait être fomentée en profitant des divergences entre les Fascistes et les Sionistes politiques. Cette guerre devait être livrée de telle sorte que le Nazisme soit détruit et que le Sionisme politique soit assez fort pour instaurer l’état souverain d’Israël en Palestine. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Internationale Communiste devait devenir assez forte pour équilibrer la Chrétienté. Elle serait alors contenue et tenue en échec jusqu’au moment où l’on aurait recours à elle pour le cataclysme social final (3). »

« La Troisième Guerre mondiale doit être fomentée en profitant des divergences suscitées par « L’agentur » des « Illuminés » entre les Sionistes politiques et les dirigeants du Monde Islamique. Elle doit être menée de telle manière que l’islam (le Monde arabe musulman) et le Sionisme politique se détruisent mutuellement (4). Tandis que les autres nations, une fois de plus divisées sur cette affaire seront contraintes à se combattre jusqu’à complet épuisement physique, moral, spirituel et économique. »

Le 15 Août 1871 Albert Pike dit à Mazzini qu’à la fin de la Troisième Guerre mondiale ceux qui aspirent à dominer le monde sans conteste provoqueront le plus grand cataclysme social que le monde ait jamais connu. Nous citons ses propres termes (empruntés à sa lettre de la British Museum Library à Londres) :

 

« Nous allons lâcher les Nihilistes et les Athées et provoquer un formidable cataclysme social qui, dans toute son horreur montrera clairement aux nations les effets d’un athéisme absolu, origine de ta sauvagerie et du plus sanglant chambardement. Alors, tous les citoyens, obligés de se défendre contre la minorité révolutionnaire mondiale, extermineront les démolisseurs de la civilisation et les masses déçues par le Christianisme, dont l’esprit déiste, laissé à partir de ce moment sans boussole à la recherche d’une idéologie, sans savoir vers qui tourner son adoration, recevra la vraie lumière grâce à la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer (au Sinaï n.d.r.) (5), enfin révélée aux yeux de tous, manifestation qui suivra la destruction du christianisme et de l’athéisme, simultanément soumis et détruits. »



Albert Pike, Discours prononcé en France en 1889


Albert Pike, Discours prononcé en France en 1889 et adressé aux hauts degrés de la maçonnerie de « Rite Palladique », publié par la revue anglaise « The Freemason » dans son numéro du 19 janvier 1935 (cf. Epiphanius in « Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l’histoire », pp. 508-509, ouv. cité plus haut)
:

« Voilà ce que nous devons dire aux foules : “ Nous adorons un Dieu, mais c’est le Dieu qui s’adore sans superstition ”. A toi, Souverain Grand Instructeur Général, nous disons ceci, que tu peux répéter aux Frères des 32°, 31° et 30° : “ La Religion maçonnique devrait être maintenue, par nous tous initiés de hauts degrés, dans la pureté de la doctrine luciférienne. Si Lucifer n’était pas Dieu, Adonaï (le Dieu des chrétiens) dont les actions prouvent sa cruauté, sa perfidie, sa haine pour l’homme, sa barbarie et sa répulsion pour la science, l’aurait-il calomnié avec ses prêtres ? Oui, Lucifer est Dieu, et malheureusement Adonaï est aussi Dieu. Par la loi éternelle selon laquelle il n’y a pas de lumière sans ombre, de beauté sans laideur, de blanc sans noir, l’absolu peu seulement exister comme deux Divinités : l’obscurité étant nécessaire à la lumière pour lui servir de contraste, comme le piédestal est nécessaire à la statue et le frein à la locomotive… La doctrine du Satanisme est une hérésie ; et la véritable et pure religion philosophique est la foi en Lucifer, l’égal de Adonaï ; mais Lucifer, Dieu de lumière [avec l’une de ses orgueilleuses devises : Post tenebras lux] et Dieu du bien, lutte pour l’humanité contre Adonaï, le dieu des ténèbres et démon ”. »

Posté par rusty james à 23:43 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Les organes de l'athée sont croyants et contredisent ses pensées

rusty james gif nature desert lune ciel

L’athée est croyant en l’existence de Dieu dans son cœur, mais c’est l’orgueil qui l’empêche de reconnaître cette vérité.(meme le diable croiyait  en Dieu) pour vous dire le degré de rebellion de certains hommes .

Le phénomène de l’athéisme a attiré l’attention des scientifiques dans le pays de l’athéisme, la Finlande, où des chercheurs de l’université de Helsinki University of Helsinkiont élaboré une recherche qui a été publiée en février 2013 dans le journal international de psychologie de la religion, les scientifiques ont trouvé que l’athée ne montre en apparence aucune réaction à la mention de Dieu ou quand on injurie Dieu L’Exalté, cependant, est- ce que c’est la vérité, est- ce qui se passe réellement dans son cœur et dans son cerveau ou bien y a-t-il autre chose ?

Les chercheurs ont mené une expérience sur un certain nombre d’athées sous la supervision du Docteur Lindemann Marjaana… ils ont surveillé les changements qui se produisent au niveau de l’activité du cerveau, de la peau et du cœur…ils ont découvert des faits étranges et indéniables.

Contemplons quelques-unes des phrases qui ont figuré dans l’étude :

The heads and hearts of atheists may not be on precisely the same page.

(Les cerveaux et les cœurs des athées peuvent ne pas être exactement sur la même page)

 

La chercheuse Lindemann Marjaana dit dans cette recherche :

“The results imply that atheists’ attitudes toward God are ambivalent, in that their explicit beliefs conflict with their affective response,”

(Les résultats indiquent que les attitudes des athées envers Dieu sont ambivalentes, à l’égard de leurs croyances explicites qui s’opposent à leurs réponses affectives)

Cela signifie que les résultats de cette étude montrent que les attitudes des athées envers Dieu sont contradictoires, ils vivent dans un conflit entre ce qu’ils croient et ce qu’il y a dans leurs esprits…

On a observé la réponse de l’athée au mot (Dieu) Le Tout-Puissant en plaçant des électrodes sur deux de ses doigts, l’athée a répété des phrases insolentes à l’égard de Dieu, par exemple, si Dieu existe qu’Il fasse noyer mon père…et des phrases comme celle-ci..

Il est supposé que de telles déclarations ne suscitent aucune peur à l’intérieur de l’athée quand il ose les proférer contre Dieu parce qu’il est déjà un non-croyant (en Dieu)…mais la vérité c’est que la peau, le cœur et le cerveau de l’athée ont répondu à cette menace et des changements physiologiques sont survenus confirmant que l’athée reconnaît implicitement l’existence de Dieu quoiqu’il le renie extérieurement !!

L’étudeditaussi :

The arousal levels of the believers and non-believers followed precisely the same pattern.

(les niveaux d’excitation des croyants et des non-croyants ont suivi le même modèle)

Cela signifie que les niveaux d’émotion par le mot (Dieu) ou par les paroles offensives contre Dieu étaient les mêmes chez l’athée et chez le croyant, c'est-à-dire que les cellules de l’être humain répondent à leur Créateur en dépit de son niveau de croyance en Dieu, cela est dû au fait qu’il n’existe pas des cellules croyantes et des cellules incrédules, mais ces cellules glorifient leur Créateur, le craignent et sont émues à l’égard de Ses paroles Exalté soit-il !

Cette vérité que les scientifiques ont découvert en 2013

Les chercheurs ont trouvé dans cette étude que le mot (Dieu) a un effet effrayant ou terrifiant plus précisément sur l’athée qui ne croit pas en Dieu…ils ont dit :

 

Atheists “may have found using the word God stressful"

(Les athées ont peut-être trouvé que l’utilisation du mot Dieu est stressante).

Ils pensent que cet effet est à cause de l’environnement autour d’eux, mais nous croyons que c’est Dieu Le Tout-Puissant qui a crée ces athées et c’est Lui qui nous a informé de leur vérité, La mention de Dieu devant l’athée suscite la peur et l’aversion à l’intérieur de lui, même s’il le dissimule et déclare qu’il n’est pas ému et qu’il ne reconnaît pas le Créateur Le Tout-Puissant.

Les chercheurs se concentrent dans cette étude sur l’influence de l’invocation De dieu sur la peau, qu’Allah soit invoqué agréablement ou incrédulement, c’est du pareil au même, puisque la peau manifeste des réactions lorsque l’être humain entend des mots à propos de Dieu le Tout-Puissant.

Selon l’étude :

But skin conductance data revealed the underlying emotional reactions of the two groups were essentially the same. This suggests that taunting God made the atheists more upset than they were letting on even to themselves

(Mais les données de la conductance de la peau ont révélé que les réactions émotionnelles sous-jacentes des deux groupes étaient essentiellement les mêmes. Cela suggère que les railleries contre Dieu rendaient les athées plus dérangés (contrariés) que quand ils les permettaient même à eux-mêmes).

Les informations que transmet la peau révèlent les mêmes réactions émotionnelles internes chez les deux groupes ( les croyants et les athées), le fait de se moquer de Dieu rend l’athée perturbé et contrarié…Gloire à Dieu, ceci est une confirmation de la part des chercheurs que l’athéisme génère la confusion, qu’est-ce que Dieu a dit à propos de ceux qui traitent la vérité de mensonge ?

 

Néanmoins, qu’est-ce que l’athée dit lorsqu’il voit la vérité le jour de la résurrection et voit le feu réellement ? Méditez avec moi la parole de l’athée le jour où il rencontrera Dieu : « Alors il ne leur restera comme excuse que de dire : "Par Allah notre Seigneur! Nous n'étions jamais des associateurs. Vois comment ils mentent à eux-mêmes! Et comment les abandonnent (les associés) qu'ils inventaient! » (Les bestiaux 23 – 24).  Il s’est menti deux fois à lui-même, il a menti dans la vie d’ici-bas quand il a prétendu être athée tandis qu’il reconnaissait Dieu dans son cœur et il mentira une deuxième fois le jour de la résurrection quand il va prétendre ne pas avoir donné d’associé à Dieu, mais en réalité il prenait des alliés en dehors de Dieu qu’il adorait et se rapprochait d’eux.

 

Cette recherche confirme que l’athée est en contradiction avec lui-même !! ainsi que le mot (Dieu) provoque une pression et une inquiétude chez l’athée quoiqu’il ne reconnait pas l’existence de Dieu !! Pour cette raison, le résultat auquel les scientifiques ont abouti c’est que l’athée dit le contraire de ce qu’il ya dans son cœur ! Ce profond état psychique lui cause le conflit, l’anxiété et l’inconfort.

Ce conflit affaiblit le système immunitaire chez l’athée et devient plus exposé aux maladies que le croyant. Donc, les chercheurs aujourd’hui croient que l’athéisme est un phénomène intrus par rapport à la composition de l’être humain, puisque les cellules sont programmées à rendre l’homme croyant en Dieu et que l’athée agit contre la nature !

 

En fin de compte, ces versets  confirment que l’athée souffre de profondes troubles psychiques comme  Le Tout-Puissant a dit : « les voilà donc dans une situation confuse »…que l’athée renie l’existence du Créateur mais il est certain de l’existence de Dieu , comme le Tout-Puissant a dit : «« Ils les nièrent injustement et orgueilleusement, tandis qu'en eux-mêmes ils y croyaient avec certitude »et que l’athée sent de la répugnance et devient perturbé davantage chaque fois que le nom de Dieu est mentionné, pour cela Le Tout-Puissant a dit : « Et quand le seigneur est mentionné seul (sans associés), les cœurs de ceux qui ne croient pas en l'au-delà se crispent »… la question est : n’est-ce pas ce que les scientifiques ont démontré dans leur récente étude ?

Ayant été crée les organes ne peuvent s'opposer a ce processus inscrit dans leur systeme d'exploiattion qui est l'ADN comme un ordinateur est athee au sens ou il ne croit pas a son createur microsoft mais il ne detruira pas pour autant son systeme dexploitation sauf si le virus qui est le diable le pousse a se suicider analogie tres proche de ce qui est la vie des hommes dans la matrice .Rjames

 

Référe

Emotional Reactions of Atheists May Reveal Echoes of Belief, 2013, International Journal for the Psychology of Religion,  http://www.psmag.com/blogs/news-blog/emotional-reactions-of-atheists-reveal-echoes-of-belief-56395/

http://en.wikipedia.org/wiki/Religion_in_Finland

http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10508619.2013.771991#.UqBnVvsWrHt

Montage vidéo inédit - L’existence de Dieu confirmée par la Science ?

mt_blanc_mario

Einstein, “L’escalier de la science est comme l’échelle de Jacob, il ne s’achève qu’aux pieds de Dieu.” Il arrive un moment ou la science n’est plus suffisante pour apporter une explication véritable à nos origines, à notre destiné et au sens de toute chose. La réponse relève donc ensuite plus du bon sens et des considérations métaphysiques que de la science. Peut-être que la vérité ne se trouve ni dans la religion ni dans la science ou dans la philosophie, mais dans les trois réunies…

Néanmoins, il demeure intéressant de constater et de souligner un fait : plus la science avance, plus les textes sacrées des temps anciens se confirment et se révèlent être exacts et en adéquation avec les récentes découvertes. Il ne s’agit pas de faire du concordisme aveugle, mais d’évaluer simplement les faits :

Songer par exemple à la découverte scientifique récente du big bang qui démontrait officiellement que l’univers avait bien un commencement. La lecture de la Genèse l’affirmait déjà il y a plus de 2000 ans. voir l’article : http://www.hebdo.ch/au_commencement_eacutetait_le_big_bang_10612_.html

Songer à la lumière primordiale que l’astrophysique contemporaine a découverte récemment, laquelle indique que l’énergie primordiale de l’univers était d’abord majoritairement sous forme de rayonnement avant que les étoiles ne soient créées. Un communiqué de presse du CRNS dit : “La naissance du cosmos se serait accompagnée de l’émission d’un intense rayonnement”.  Il y a dèjà 2000 ans, la lecture de la Genèse affirme que la lumière fût créée en premier. Voir l’article : http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosbig/decouv/xcroire/rayFoss/niv1_1.htm

Songer à la datation de l’univers et de la terre qui ont plusieurs milliards d’années alors que le texte de la Genèse affirme dans sa lecture littérale qu’elle aurait été créée en 6 jours et que notre terre serait donc jeune. La science prouve à l’aide de la relativité général d’Einstein que ce n’est pas incompatible et que les deux sont vrais, tout dépend du référentiel-Temps dans lequel on se trouve. Car le temps dépend de la matière, de sa gravité et de la vitesse. Voir l’article : http://www.lamed.fr/index.php?id=1&art=374 . Voir également l’article sur la relativité d’Einstein démontrant que l’écoulement du temps change selon la gravité : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/02/17/01011-20100217FILWWW00785-une-prediction-d-einstein-confirmee.php

Songer à la datation de notre première ancêtre commun appelé dans le monde scientifique “Eve mitochondriale”. La science a daté notre ancêtre commun à 150 000 ou 200 000 ans ? Et bien non, les scientifiques se sont aperçus que leur technique de datation basée sur la vitesse de mutation de l’ADN pouvait être 20 fois plus rapide que ce qu’il pensait, ce qui donne : 150 000 années / 20 = 7500 ans. Selon la genèse, Adam, notre ancêtre commun aurait environ 7000 ans. La genèse est une foie de plus confirmée. Voir l’article : http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=18480

Songer aux recherches en génétique menées par Cavalli-Sforza et portant sur la linguistique. Ces travaux penchent ainsi en faveur de l’hypothèse d’une langue originelle… La genèse parle elle aussi d’une langue commune avant la construction de la tour de Babel. Voir l’article : http://www.croixsens.net/creation/langage.php

Songer à ces nombreux squelettes de géants retrouvés et datant de plusieurs milliers d’années, la bible affirme que les géants ont existé…

Songer aux preuves archéologiques de la coexistence des hommes avec les dinosaures et développées par le paléontologue Hans Joachim Zilmmer dans son livre l’erreur de Darwin”. Le texte de la Genèse décrit clairement de gigantesque animaux qui vivaient à l’époque de nos ancêtres.

Songer à cette troublante découverte de l’arche de Noé et confirmant encore une fois les récits bibliques : http://www.7sur7.be/7s7/fr/1506/Sciences/article/detail/1098039/2010/04/26/L-arche-de-Noe-decouverte-en-Turquie.dhtml

Songer à cet article, cosigné par Doron Witztum, Eliyahu Rips et Yoav Rosenberg, et paru en 1994 dans la prestigieuse revue de mathématique ”Statistical science’  qui prouve qu’un code contenu dans la bible existe et qu’il ne peut pas être attribué au hasard.

Songer aux Expériences de Mort Imminentes (E.M.I) vécues par des millions de personnes et aujourd’hui étudiées pas de nombreux scientifiques à travers le monde. Les E.M.I apportant des preuves sérieuses que l’esprit n’est pas le produit du cerveau. Il y a 2000 ans, la bible disait déjà que notre corps possédait une âme et un esprit… Voir les articles suivants : http://meditation-pratique.blogspot.com/2010/07/nde-dune-aveugle-de-naissance.html ET http://www.paranormal-info.com/Preuves-medicales-des-NDE.html

Songer enfin aux innombrables prophéties annoncées il y a des milliers d’années et dont la plupart ce sont réalisées… Voir une petite partie ici : http://www.christiananswers.net/french/q-eden/edn-t003f.html

On pourrait continuer longtemps ainsi.. 

http://www.prisedeconscience.org/science/montage-video-inedit-la-theorie-de-la-creation-a-lepreuve-de-la-science-2095

DMI La destruction des valeurs spirituelles par Albert Pike texte rare

bougies-21

La D. M. I., et nous l'expliquons ésotériquement par : Destruction, Matérialisation, Imposition. En d'autres termes, il faut Imposer, par le travail maçonnique, la Destruction de tout ce que la Matérialisation n'atteint pas.

Les trois points qui suivent chacune de ces trois initiales signifient que le travail maçonnique de Destruction, de Matérialisation et d'im­position est triple.

I. DESTRUCTION :

1° de la Superstition; - 2° de la Tyrannie Po­litique; - 3° de l'Anti-Maçonnisme.

II. MATÉRIALISATION :

1° de la Conscience; - 2° de l'Etat; - 3° de l'Enseignement.

III. IMPOSITION :

1° à la Famille ; - 2° à la Nation; -3° à l’Humanité.

C'est pourquoi, le travail maçonnique doit consister, par tous les moyens quels qu'ils soient, à Imposer pratiquement à la Famille d'abord, à la Nation ensuite, et àl'humanité enfin, la Destruction : de la Superstition, là où la Ma­térialisation n'a pu faire son oeuvre sur la Conscience; de la Tyrannie Politique, là où l'Etat n'a pu être matérialisé ; de l'Anti-Maçonnisme, là où l'Enseignement n'a pu être atteint par la matérialisation.

Tel est l'ordre de mise en pratique du D. M. I. qui résume en trois lettres notre loi.

Il est absolument nécessaire de ne laisser parvenir au grade de Chevalier Kadosch que des Frères choisis parmi ceux qui sont intimement convaincus de l'existence d'une Cause Première. Retenez au grade de Rose-Croix tous ceux dont l'âme vous paraît s'ouvrir à la Vraie Lumière, mais qui ont néanmoins de la lenteur à compren­dre ; instruisez-les graduellement, soumettez leur intelligence à des épreuves, exposez-leur surtout le rôle du feu, agent actif de la nature ; mais ne les pressez pas.

Les athées nous sont bons comme auxiliaires, mais dans les Loges Symboliques seulement. Il faut leur dire que, si, par le premier article de la Déclaration de Principes du 22 septembre 1875, nous avons proclamé l'existence d'un prin­cipe Créateur, sous le nom de Grand Architecte de l'Univers, c'est uniquement pour attirer à l'Ordre l'adhésion des croyants libéraux et faire preuve de tolérance envers tous les cultes. Mais n'agissez qu'avec la plus grande prudence vis-à-vis des athées ; ils sont plus difficiles à convaincre que les hommes qui, croyant à la divi­nité, en ont une fausse idée. L'idée de ceux-ci peut à la longue se rectifier; l'athée, au contraire, s'obstine dans sa négation. Ne vous servez donc des athées que pour les oeuvres politiques, et ne leur confiez jamais le soin de faire en loge des conférences sur les questions philosophiques.

 

C'est avec le plus grand soin qu'il est néces­saire de choisir les adeptes. Dans beaucoup d'orients, on les prend trop au hasard ; aussi tar­dons-nous à atteindre le but.

Ne conférez la Maîtrise qu'au Compagnon qui se connaît lui même. Sur le fronton des anciens temples érigés au Dieu de la Lumière, on lisait cette inscription en deux mots : « Connais-toi ». Nous donnons le même conseil à tout homme qui veut s'approcher de la science.

N'initiez jamais au troisième degré l'homme qui, malgré les enseignements reçus aux deux grades précédents, est demeuré esclave des préjugés du monde profane. Il ne parviendra jamais tant qu'il ne se réformera pas. Au grade de Com­pagnon, vous lui ouvrez les portes des Loges d'Adoption ; là, vous le jugerez bien. Vous ver­rez si ses préjugés tombent. S'il reste esclave de ses passions, s'il s'attache exclusivement à une femme, ne vous préoccupez plus de lui, vous perdriez votre temps. Il ne saurait être un adepte; car le mot « adepte » signifie celui qui est parvenu par sa volonté et par ses oeuvres, qui mé­prise les préjugés et qui triomphe de ses pas­sions.

L'homme qui a peur de perdre ses idées ; celui qui redoute les vérités nouvelles et qui n'est pas disposé à douter de tout plutôt que d'admettre quelque chose au hasard, celui-là n'est point pour nous. S'il soupçonnait notre secret, il le comprendrait mal ; son âme timide en serait troublée. Il deviendrait dangereux. Aussi, dès que vous sentez que vous vous êtes mépris sur le caractère et le tempérament d'un homme à qui vous avez conféré le premier grade et même le second, excluez-le adroitement, mais impitoya­blement, en faisant naître des prétextes quelconques d'élimination.

On ne montre pas la lumière aux oiseaux de nuit. La leur montrer, c'est la leur cacher; car elle les aveugle et devient pour eux plus obscure que les ténèbres.

Notre science est la science traditionnelle des secrets de la nature ; elle nous vient des mages, adorateurs d'Ormudz, nom persan du Principe du Bien, du Génie de la Lumière. Il ne faut donc la communiquer qu'à bon escient et avec des précautions infinies, attendu qu'au moyen de cette science, l'adepte se trouve investi d'une sorte de toute-puissance et peut agir surhumai­nement, c'est-à-dire d'une manière qui passe la portée commune des hommes.

Pour parvenir au sanctuaire de notre Dieu, quatre qualités sont indispensables : 1° une intelligence éclairée par l'étude; 2° une audace que rien n'arrête; 3° une volonté que rien ne brise ; 4° une discrétion que rien ne puisse corrompre ou enivrer.

SAVOIR, OSER, VOULOIR, Se TAIRE, voilà les quatre verbes du mage qui sont écrits dans les quatre formes symboliques du sphinx.

La première science étant la connaissance de soi-même, la première aussi de toutes les oeuvres de la science, celle qui renferme toutes les autres, c'est la création de soi-même. L'adepte doit dé­pouiller le vieil homme profane et se créer une humanité nouvelle. De même que l'homme ne devient le roi des animaux qu'en les domptant ou en les apprivoisant, sous peine d'en devenir la victime ou l'esclave, de même l'homme doit vaincre ses passions, dont les animaux sont la figure, doit commander à toutes les forces ins­tinctives de la nature, sous peine d'être broyé par elles.

Celui qui aspire à devenir un vrai Maçon doit être, dirons-nous, l'héritier du sphinx ; il doit en avoir la tête humaine pour posséder la parole, les ailes d'aigle pour conquérir les hauteurs, les flancs de taureau pour labourer les profondeurs, et les griffes de lion pour se faire place à droite et à gauche, en avant et en arrière.

A la science de Faust, le vrai Maçon joindra l'impassibilité de Job. Il piétinera la superstition dans son coeur. Il sera sans indécision et sans caprices. Il n'acceptera le plaisir que lorsqu'il le voudra, et il ne le voudra que lorsqu'il le devra.

Nous recommandons très instamment de multiplier les Loges d'Adoption. Elles sont indispensables pour former des Maçons bien maî­tres d'eux-mêmes. Le prêtre essaye de dompter sa chair en s'astreignant au célibat ; il commet là un crime social, et, en même temps, il entreprend contre la nature une lutte impossible. Le vrai Maçon, au contraire, arrive à la perfection, c'est-à-dire à se dominer, en employant son zèle dans les Loges d'Adoption à se soumettre aux épreuves naturelles. Le commerce avec la femme commune à tous ses Frères lui fait une cuirasse contre les passions qui égarent le coeur. Celui-là seul peut vraiment posséder la volupté de l'amour, qui a vaincu, par l'usage fréquent, l'a­mour de la volupté. Pouvoir, à volonté, user et s'abstenir, c'est pouvoir deux fois. La femme t'enchaîne par tes désirs, dirons-nous à l'adepte ; eh bien, use des femmes souvent et sans passion ; tu deviendras ainsi maître de tes désirs, et tu enchaîneras la femme. D'où il résulte que le vrai Maçon parviendra facilement à résoudre le problème de la chair, que le prêtre ne résou­dra jamais ; et c'est lui qui sera le vainqueur et le sage, parce qu'il aura pris, contrairement au prêtre, l'épée triomphante et raisonnable de l'ac­tion, au lieu du bouclier absurde de l'abstention systématique, arme défensive vouée d'avance à la défaite.

Dans la question du choix des adeptes, la Maîtrise est le premier degré important. Les grades d'Apprenti, Compagnon et Maître sont dans tous les rites : les deux premiers ont leur signification au point de vue doctrinal, et l'on ne saurait les supprimer ; mais ils sont avant tout les grades préparateurs de la Maîtrise. Aussi, les officiers qui confèrent le troisième degré à un Frère peu disposé à comprendre et incapable de se vaincre, sont impardonnables.

Evidemment il n'est pas de nécessité absolue que l'homme que vous allez diriger vers les hauts gra­des soit immédiatement parfait et ait compris notre secret dès son entrée dans la Maçonnerie. Ce que Nous vous demandons, c'est de l'observer avec le plus grand soin pendant son Apprentissage, d'abord, et de faire, ensuite, de la Loge d'Adop­tion, où il pénétrera quand il sera Compagnon, votre critérium, votre instrument de contrôle infaillible. L'Atelier de Frères, qui ne s'annexe pas une Loge de Soeurs, est un Atelier incom­plet, destiné fatalement à ne jamais perfection­ner ses membres ; il ne produira que des Maçons, dont la politique sera le principal souci, qui se préoccuperont surtout des intrigues et des compé­titions, qui s'agiteront dans le vide, qui avance­ront tantôt de trois pas pour reculer après d'autant, en un mot, qui feront du mauvais travail et dont la politique sera incohérente.

Ce qui est indispensable, aussi, c'est de faire élire comme officier de Loge, au moins au Vénéralat et aux fonctions d'Orateur, des Frères pourvus des hauts grades ; car le Vénérable et l'Orateur sont les conducteurs des Apprentis et des Compagnons vers la lumière de la Maîtrise, qui n'est elle-même qu'un pâle reflet de la Vraie Lumière. Or, des aveugles ne peuvent conduire des aveugles, et le chemin de la lumière est perdu, quand les guides portent encore un ban­deau sur les yeux. Pour faire quelque chose, il faut savoir ce que l'on veut faire ou du moins avoir foi en quelqu'un qui le sait; mais com­ment risquerait-on sa vie à l'aventure et suivrait-on au hasard celui qui ne sait pas lui-même où il va ?

Une fois que, par l'observation, vous aurez acquis la certitude que votre homme peut, sans inconvénient, être conduit à la parfaite initia­tion du Chevalier Kadosch, conférez-lui la Maîtrise, commencez à soulever pour lui un coin du voile ; et si vraiment vous le jugez digne de rece­voir un jour la révélation, vous lui ferez connaître le Verbe, au grade de Rose-Croix.

Nous appelons Verbe ou Parole le voile es­sentiel de l'être et le signe caractéristique de la vie. Toute forme est le voile d'un verbe, parce que l'idée mère d'un verbe est l'unique raison d'être des formes. Toute figure est un carac­tère, tout caractère appartient et retourne à un verbe. C'est pourquoi les anciens sages avaient formulé leur dogme unique en ces termes : « Ce qui est au-dessus est comme ce qui est au-des­sous, et ce qui est au-dessous est comme ce qui est au-dessus.» Notre Dieu est comme le Dieu des prêtres, et pourtant celui-là n'est pas celui-ci ; ils sont semblables, quant à leur éternité et à leur puissance surnaturelle; mais il n'y a pas iden­tité entre eux. A telle lumière répond telle obs­curité ; au feu s'oppose l'eau ; l'ordre n'est l'ordre, que parce qu'il a contre lui le chaos qui lutte pour l'absorber. Mais, logiquement, la lumière remportera le triomphe final sur les té­nèbres, en les repoussant et les enchaînant à jamais aux extrêmes confins de l'immensité ; le feu sortira vainqueur de sa lutte contre l'eau, en la dissolvant et reculant les limites de son do­maine ; l'ordre régnera sur le chaos écrasé, non détruit. Telle est la loi suprême, le destin iné­luctable.

Mais il faut néanmoins reconnaître que les deux opposés sont semblables, comme essence. La forme est proportionnelle à l'idée ; l'ombre est la mesure du corps calculée avec sa relation au rayon lumineux ; le fourreau est aussi profond que l'épée est longue ; la négation est proportionnelle à l'affirmation contraire ; la produc­tion est égale à la destruction dans le mouve­ment qui conserve la vie, et il n'y a pas un point dans l'espace infini qui ne soit le centre d'un cercle dont la circonférence s'agrandit et recule indéfiniment dans l'espace.

Ce qui est dans le surnaturel est reproduit dans l'humanité, en des proportions moindres, il est vrai. Toute individualité est donc indéfiniment perfectible, puisque le moral est analogique à l'ordre physique, et puisqu'on ne saurait con­cevoir un point qui ne puisse se dilater, s'agrandir et jeter des rayons dans un cercle philo­sophiquement infini. Par conséquent, le Com­pagnon éprouvé dont vous aurez fait un Maître, et qui, Maître, aurait été jugé digne de devenir Rose-Croix, est perfectible entre vos mains et sera le Kadosch de la sainte initiation, l'Elu qui connaîtra la Vraie Lumière, parce que le regard de ses yeux lucides aura traversé le voile du Verbe.

Pour distinguer le futur Elu, le futur Kadosch, dès le grade de Maître, vous vous attacherez à discerner les Frères doués d'une imagination ardente, et vous négligerez les esprits terre à terre. L'imagination est, en effet, comme l'oeil de l'âme. L'homme, dont le cerveau ne travaille pas à la découverte des grands mystères, pos­sède une âme incomplète, une âme irrémédiablement frappée de cécité. C'est l'imagination qui est la plus forte puissance intellectuelle, et c'est elle qui fait triompher même physiquement. Etes-vous en danger dans une bataille ? Croyez-vous invulnérables comme Achille, et vous serez vraiment invulnérables. La peur attire les balles, et le courage fait rebrousser chemin aux boulets. Le vrai Maçon est audacieux, et il triomphera, parce que, grâce à son imagination ardente, il verra la vérité avant même qu'elle ait paru devant les yeux de son corps. Toute la question est de diriger vers la saine raison l'i­magination de l'adepte. Le prêtre qui obscurcit la conscience du fidèle en lui imposant des dog­mes que la raison ne peut expliquer, fait de ce fidèle, s'il a une imagination ardente, un fou. Au contraire, l'imagination appliquée à la raison, c'est le génie.

En résumé, Nous ne saurions trop insister sur ce point : le succès dépend du choix des adeptes, et, pour bien choisir les adeptes, pour avoir de bons Maîtres qui seront ensuite d'excellents Rose-Croix et enfin de parfaits Kadosch, il faut que les Ateliers pratiquent la Maçonnerie dans son intégralité, chaque Atelier ayant sa Loge d'Adoption, qui est le meilleur moyen de contrôle de la perfectibilité des Compagnons, et il faut que les Ateliers aient, en outre, à leur tête, au moins un Chevalier Kadosch, c'est-à-dire un Maçon ayant reçu la Vraie Lumière.

 

 

Nous avons examiné avec très grand soin les Annuaires du Grand Orient de France, que le Grand Collège des Rites nous envoie régulièrement, et Nous avons constaté que, dans les Loges Symboliques du Rite Français, le Véné­rable est souvent un Maître, très rarement un Rose-Croix, presque jamais un Chevalier Ka­dosch. Nous voyons là la cause des agitations stériles, qui condamnent le Rite Français à pié­tiner sur place. Aussi, dans la Maçonnerie Française, où ce rite possède 379 Ateliers, tandis que le Rite Ecossais en a 116 seulement, le progrès est d'une lenteur désolante, et les Loges sont, Nous avons le devoir de le dire, envahies par les brouillons politiques. Les résultats acquis sur le terrain gouvernemental de la nation manquent de stabilité ; l'ennemi peut, sans cesse, préparer un retour offensif ; une bonne loi, dont le vote parlementaire a été amené par le concert ma­çonnique, est mal appliquée ou même ne tarde pas à tomber en désuétude. Cela tient à ce que, dans le Rite Français, l'orient de l'Atelier, au lieu d'être, comme cela est indispensable, un foyer de lumière, est occupé, neuf fois sur dix, par des officiers dont les yeux sont encore cligno­tants.

En cette année (1889), le Conseil de l'Ordre, au Grand Orient de France, compte 15 Maîtres, 3 Rose-Croix, 2 Chevaliers Kadosch, et 13 Sou­verains Grands Inspecteurs Généraux. Il y a là un progrès sur les années précédentes ; mais, au sein de ce conseil administratif, les Frères ayant reçu la parfaite initiation, c'est à dire les Che­valiers Kadosch et les Souverains Grands Ins­pecteurs Généraux, sont encore en nombre égal à celui des simples Maîtres ; de sorte que la majorité dépend des 3 Rose-Croix, c'est à dire de 3 Frères dont l'instruction maçonnique n'est pas terminée. Cette situation est profondément re­grettable.

Il faut absolument que le Rite Français s'ins­pire mieux des traditions de l'Ordre. Sinon, il végétera dans l'impuissance, et les temples des autres rites, dans les contrées autres que la France, continueront avec douleur, à fermer leurs portes aux imparfaits initiés de ce Grand Orient.

D'autre part, il faut éviter aussi de passer d'un extrême à un autre. En France, - du moins, dans la plupart des Loges du Rite Français, - on a trop de tendances à professer un scepticisme absolu. C'est ainsi qu'on Nous a communiqué des planches de convocation d'Ateliers, où ne figure pas la formule : A la gloire du Grand Architecte de l'Univers. Dès 1877, nous avions malheureusement prévu qu'on en viendrait là. Jusqu'en cette année 1877, le premier article de la Constitution du Rite Fran­çais portait : « La Franc-Maçonnerie a pour principes l'existence de Dieu, l'immortalité de l'âme et la solidarité humaine. » Le Convent de septembre 1877, au Grand Orient de France, supprima l'affirmation de la divinité, et vota que l'article premier de la Constitution du Rite Fran­çais porterait : « La Franc-Maçonnerie a pour principes la liberté absolue de conscience et la solidarité humaine. » En 1884, le Convent annuel des Loges du Rite Français aggrava en­core cette suppression de l'affirmation de la divinité, en introduisant ceci dans la rédaction du dit premier article : « Considérant les conceptions métaphysiques comme étant du domaine exclu­sif de l'appréciation individuelle de ses membres, la Franc-Maçonnerie se refuse à toute affirmation dogmatique. » Voilà certainement un excès, que Nous réprouvons de toutes nos forces.

Mais, par contre, en Italie et en Espagne, de nombreux Frères, - bien intentionnés, sans doute, - pèchent par l'excès contraire, et leur erreur mérite d'être relevée.

En effet, ces Frères, mûs par une légitime haine contre le Dieu des prêtres, glorifient son adversaire sous le nom de Satan, et en lui conservant la situation et le rôle d'un ange déchu, révolté. Il y a là une hérésie manifeste. Le mot de Satan, ayant été inventé par l'imposture sacerdotale et s'appliquant à un être surnaturel subalterne ou diable, ce mot n'a pas lieu d'être prononcé, ne doit pas être prononcé en Maçon­nerie.

On Nous a signalé une Loge de Gènes qui a poussé l'inconscience jusqu'à arborer dans une manifestation publique une bannière portant : Gloire à Satan! A Milan, des Frères Maçons ont, dans une fête, fait exécuter et ont chanté un Hymne à Satan. D'Espagne, on Nous a fait hommage d'une poésie signée par le Frère Bartrina, poésie dont voici le texte :

REHABILITACION

 

Solo estaba Satan en el infierno

Siglos hacia, cuando entro Caïn ;

Ambos a Dios juraron odio eterno

Y dar juraron a su imperio fin.

- Soy la revolucion, por Dios maldita,

Desterrada por Dios, dijo Satan.

- Soy et trabajo que a ese Dios irrita,

Dijo et terrible Vastago de Adan.

Miraronse : en la luz de la mirada

Brillo rayo de colera en los dos.

Y la raza de Abel tremblo asustada,

Y hasta en su trono estremeciose Dios.

La maldicion divina con su peso

No los hundio. - Raza de Abel, atras!

Plaza al triunfante carro del progreso,

Quo arrastra Caïn y empuja Satanas !

 

H. JOAQUIN-MARIA BARTRINA.

 

Certes, ces vers sont animés par un souffle généreux ; mais ils sont en opposition directe à l'orthodoxie maçonnique.

Les égarés qui glorifient Satan considèrent, en général, que le Dieu des prêtres a manqué à de prétendues promesses faites par lui à l'humanité, et, en présence de la désertion de ce Dieu, ils font appel au diable. Tel est le système de la goétie, qui est une aberration, qui est la démonomanie.

Existe-t-il un diable ? - Les prêtres disent : Oui. - Nous répondons : Non.

Qu'est-ce que le diable ? - C'est, disent les prêtres, le prince des anges, qui s'est révolté par orgueil contre Dieu, et qui, ayant été vaincu par l'archange Mikaël, a été, pour son châtiment, précipité en enfer, où il est condamné à rôtir éternellement en la compagnie d'autres anges, ses complices, devenus des démons, et de ceux d'entre les humains qui n'ont pas vécu selon la loi des prêtres.

Or, cette légende sacerdotale est un infâme mensonge, et nos Frères qui glorifient Satan n'aboutissent, en réalité, qu'à consacrer l'im­posture et à nous nuire maladroitement dans l'opinion de la multitude ignorante.

C'est pourquoi, Nous condamnons, de la façon la plus formelle, la doctrine du Satanisme, qui est une divagation de nature à faire le jeu des prêtres. Les Francs-Maçons satanistes donnent, sans s'en douter, des armes contre la Franc-Maçonnerie.

Ce que nous devons dire à la foule, c'est : - Nous adorons un Dieu, mais c'est le Dieu que l`on adore sans superstition.

A vous, Souverains Grands Inspecteurs Géné­raux, Nous disons, pour que vous le répétiez aux Frères des 32e, 31e et 30e degrés : - La reli­gion maçonnique doit être, par nous tous, initiés des hauts grades, maintenue dans la pureté de la doctrine luciférienne.

Car le Dieu Lucifer de la théurgie moderne n'est pas le démon Satan de la vieille goétie. Nous sommes Ré-Théurgistes Optimates, et non praticiens de la magie noire.

Les prêtres, en inventant Satan, ont créé les sorciers, leurs sanglants sacrifices du Moyen-Âge, leurs folles assemblées, leurs criminels et horri­bles conventicules de goules et de striges. Mais il y a deux magies : la magie lumineuse, et la magie des ténèbres. Il est vrai que les prêtres, lorsqu'ils ont eu l'omnipotence, ont persécuté également les mages de la sagesse et les mages de la folie, ont brûlé les Templiers, nos pères, aussi bien que les sorciers, oubliant que ces der­niers, sans eux, n'eussent pas existé.

La magie créatrice du démon, cette magie qui a dicté le Grimoire du pape Honorius, 1'Enchiri­dion de Léon III, les exorcismes de l'église catholique, les réquisitoires des Laubardemont, les sentences de Torquemada, cette magie n'est pas la nôtre ; cette horreur, cette démence, avec son cortège de turpitudes et de cauchemars, c'est la Rome papale qui doit en porter la res­ponsabilité.

Elle a été enfantée par Adonaï, calomniateur de Lucifer. Dans sa rage contre son éternel et magnanime antagoniste, le Dieu Mauvais a bouleversé chez les hommes superstitieux la notion des choses saintes, Il a nié la divinité du Père du Bien et l'a appelé le Mal. Il a voulu écraser la raison sous les pieds de la crédulité aveugle. Il a perverti le sens de toutes choses, il a porté son chaos jusque dans la logique des mots. L'hypocrisie a été par lui transformée en sainteté ; le vice, en vertu ; le mensonge, en vé­rité ; le caprice et l'arbitraire, en justice ; la diva­gation et la foi de l'absurde, en science théolo­gique. La nuit a osé appeler nuit le jour; ténèbres, la lumière ; licence, la liberté ; erreur, la philoso­phie. L'orgueil, qui se prétend infaillible et se cantonne dans l'obscurité de ses dogmes illogi­ques et anti-naturels, l'orgueil superbe a eu le cynisme de nommer orgueil l'humble raison qui doute, qui ne croit que lorsqu'elle est sûre, qui n'émet une affirmation que lorsque la preuve des faits a été irrévocablement donnée par la science ; oui, Adonaï et ses prêtres ont jeté au ciel de notre Dieu toutes les boues de leur impudence, en qualifiant d'orgueilleuse l'intelligence raisonnable, qui cherche la solution des grands problèmes, qui marche sans cesse à une découverte nouvelle, qui est toujours insatiable de vérité.

Si Lucifer n'était point Dieu, Adonaï, dont tous les actes attestent la cruauté, la perfidie, la haine de l'homme, la barbarie, la répulsion pour la science, si Lucifer n'était point Dieu, Adonaï et ses prêtres le calomnieraient-ils ?

Oui, Lucifer est Dieu, et malheureusement Adonaï l'est aussi. Car la loi éternelle est qu'il n'y a pas de splendeur sans ombre, pas de beauté sans laideur, pas de blanc sans noir ; car l'absolu ne peut exister que comme deux ; car les ténèbres sont nécessaires à la lumière pour lui servir de repoussoir, comme le piédestal est nécessaire à. la statue, comme le frein à la locomotive.

En dynamique analogique et universelle, on ne s'appuie que sur ce qui résiste. Aussi l'univers est-il balancé par deux forces qui le maintiennent en équilibre : la force qui attire et celle qui repousse. Ces deux forces existent en phy­sique, en philosophie et en religion. Et la réalité scientifique du dualisme divin est démontrée par les phénomènes de la polarité et par la loi uni­verselle des sympathies et des antipathies. C'est pourquoi les disciples intelligents de Zoroastre, ainsi qu'après eux les Gnostiques, les Manichéens, les Templiers ont admis, comme seule concep­tion métaphysique logique, le système des deux principes divins se combattant de toute éternité, et l'on ne peut croire l'un inférieur à l'autre en puissance.

Donc, la doctrine du Satanisme est une hérésie; et la vraie et pure religion philosophique, c'est la croyance en Lucifer, égal d'Adonaï, mais Lucifer Dieu de Lumière et Dieu du Bien, luttant pour l'humanité contre Adonaï Dieu des Ténèbres et Dieu du Mal....

 

... Donné au Grand Orient de Charleston, le quatorzième jour du cinquième mois de l'an 000889 de la Vraie Lumière (14juillet 1889, ère vulgaire). ALBERT PIKE, 33e.

 Extraits de cette instruction de Pike ont été publié par Domenico Margiotta dans ses ouvrages : Souvenirs d’un trente-troisième. Adriano Lemmi chef suprême des Francs-Maçons (Delhomme et Briguet, 1894) et : Le Palladisme culte de Satan-Lucifer dans les Triangles Maçonniques (H. Falque, 1895, pages 61 à 66).

 

Les apparitions de vierge ne sont que des manipulations de démons

dyn008_original_518_389_pjpeg_2571946_618a3ba5a3a8103940558e72bd72f5a9

Les apparitions de vierge  ne sont que des manipulations de démons qui veulent augumenter le nombre de pécheur et quel péché ? L'idolatrie et l'association ,  deux des plus grands péchés ,alors ils ont mis en place un stratagème très efficace les apparitions , et ensuite le bouche à oreille des fervents croyants arriveront par millier détournant de bons et loyaux fidèles vers de vaines  prières détournées de leur source unique et divine , ainsi ils détournent le culte vers des idoles de bons croyants qui dans leur amour se font tromper ,les miracles sont que de la magie de ces entités qui sont responsables des phénomènes ovnis et d'aparitions ( de nombreuse maladie sont des sorts jetés par ces djinns alors ils les enlèvent très facilement ce n'est que de la magie faites a votre corps ,aucun miracle la dedans ,comme les exorcismes pratiquaient avec des bibles falsifiés ,le demon complice fait semblant de partir pour credibiliser le livre alors qu'il na plus aucun effet sur lui seul la foi du croyant sincère peut le géner . bref je comprends que cela peut etre violent a accepter pour des fervents catholique ,et j'en suis franchement désolé mais la vérité reste la vérité à vous de la chercher comme je le fais non pour opposer et détruire mais pour aider et guider toutes mes excuses a ceux qui se seront sentis offensés ,les actions ne valent que par leurs intentions  .


comme le révèle un exorciste sur les phénomènes d'apparition de vierge : "

L'évêque exorciste d'Isernia-Venafro

Mgr Andrea Gemma est l'unique évêque exorciste au monde, il dirige le diocèse d'Isernia-Venafro, dans la région Molise (Italie). Interrogé par le quotidien en ligne Petrus, le 6 mai 2008, il déclare : « C'est un phénomène absolument diabolique, autour duquel gravitent de nombreux intérêts souterrains. La Sainte Église, la seule à avoir son mot à dire par la bouche de l'Évêque de Mostar, a déjà déclaré publiquement, et officiellement, que la Vierge n’est jamais apparue à Medjugorje et que toute cette imposture est l'œuvre du Démon. »Note 14,39. Il déplore à plusieurs reprises l'argent qui gravite autour du phénomène : « A Medjugorje tout se passe en fonction de l'argent : pèlerinages, nuitées, ventes de gadgets. »

.Dans beaucoup de cas le djinn prend la forme de celui que l'humain appelle dans ses invocations comme ceux qui appellent les saints à leurs secours ou comme le font ces chrétiens croyant parlaient à Jésus ou autre saint.Ces visionnaires tombent facilement dans ce piège démoniaque.


Un hebdomadaire international catholique, publie dans son numéro du 21 septembre 1996 un article qui avance que la Vierge Marie est apparue dans le petit village de Nsimalen, près de Yaoundé, la capitale du Cameroun, en 1996.

Des centaines de personnes se rendent, chaque nuit, à l'église de l'Immaculée Conception, à San Francisco, pour y contempler une image de la Vierge apparue sur le comble du pignon de l'église. Cette image s'est manifestée à l'époque où deux adolescents du quartier ont été tués, dans un parc voisin. L'image apparaît après la tombée de la nuit et reste visible toute la nuit.  la religion interdit les images et la vierge marie apparait en image jamais elle ferait une telle erreur seul l'adversaire a ce but .......

Des milliers de personnes affluent vers une maison de Floride pour écouter une femme délivrer des messages de la Vierge. Rosa Lopez(posséder par un djinn) déclare qu'elle reçoit quotidiennement des messages dans lesquels la Vierge exhorte à davantage de prière et de dévotion. Rosa Lopez offre ces messages au public une fois par mois.

Le premier mardi de chaque mois, de très nombreuses personnes se rendent à Sara Piqui, au Costa Rica, pour assister à l'apparition de la Vierge dans le ciel. Lors de ces apparitions miraculeuses, il arrive parfois que des paillettes se manifestent sur les bras des personnes présentes. Elles affirment que ce scintillement est très réel et qu'elles peuvent saisir les paillettes avec les doigts.

Des images de saints sont apparues sur des pétales de roses aux Etats-Unis et le visage du Christ sur un rocher en Australie. Pendant trois jours, en septembre 1995, dans le monde entier, des statues hindoues ont « bu » le lait que leur offraient des fidèles.

D'autres signes et visions sont apparus aussi chez les bouddhistes , les juifs et les Indiens d'Amérique. Par ailleurs, on ne compte plus le nombre de statues dans chaque communauté et religion qui versent des larmes de sang ou d'huile, ou qui bougent.

Selon un article paru en 1996 dans le Dallas Morning News, « un regain d'attrait pour la spiritualité s'est développé en territoire navajo après que l'on ait annoncé que des divinités étaient apparues, en mai, à deux femmes respectées de la tribu. »

et chez les musulmans .
Bref à son époque Sheikh Al Islam Ibn Taymiya a mis les musulmans en garde contre ces pièges démoniaques.Que les démons avaient la possibilité de prendre toutes les formes qu'ils voulaient pou apparaitre aux humains .Il avait dit :Un jour lorsque j'étais en prison,certains de mes amis qui combattaient les Tatars m'appellèrent à l'aide et ils dirent à Ibn Taymiya tu arriva à temps et tu nous avait bien aidé.Ibn Taymiya leur dit :Ce jour là j'étais en prison,de meme ce n'est pas un ange que vous avez vu parceque ce que vous avez vu a dit qu'il est Ibn Taymiya.Ce qui fait qu'il a menti et un ange ne ment pas.Ce n'est qu'un djinn(démon) qui a pris mon apparence pour vous faire tomber dans un piège.

un non sens dans le catholicisme romain ,comment ne pas comprendre que le culte des idoles est flagrant et antichrist.

« 4.Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. 5 Tu ne te prosterneras (1) point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l'Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, 6 et qui fais miséricorde jusqu'en mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements » Exode 20). Pourquoi cet avertissement ? Parce que tout simplement d’un point de vue bible même Satan peut se déguiser en « ange de lumière » et en lisant un livre apocryphe comme « l’apocalypse d’Adam et Eve » (que j’ai bien sûr lu) cela y apparait comme une terrible évidence. Dans ce livre non seulement Satan est décrit comme un être qui peut changer d’apparence, mais aussi comme « quelqu’un » à l’imagination très fertile et qui voue une haine sans borne au genre humain.

Le culte de la "Vierge" est d'origine Babylonienne et le mot "Damnation" sonne comme "Dame-nation".

Posté par rusty james à 12:51 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Croire en Dieu au XXIe siècle - La conviction des scientifiques

6612654-9974684

« La probabilité que notre univers soit issu du hasard est comparable à celle d'un archer réussissant à planter sa flèche au milieu d'une cible carrée de 1 cm de côté et située à l'autre bout de l'univers. » Trinh Xuan Thuan (Astrophysicien)

 Le titre assez provocateur est là pour attirer l'attention sur le débat sur l'existence de Dieu dans ce XXIe siècle où la science réalise des prouesses et où l'homme est de plus en plus barbare. « Si Dieu n'existe pas, alors tout est permis. » écrivait Dostoyevski dans les « Frères Karamazov » Pourtant, des scientifiques et non des moindres ne confondant pas leur travail scientifique avec leur conviction personnelle sont dans le doute. Beaucoup d'entre eux ont fait le saut. Ils revendiquent leur croyance en un « principe créateur » qui règle d'une façon parfaite le mouvement de l'Univers.

 Il est vrai que plus on plonge dans l'infiniment petit, plus on trouve que les limites nous échappent, Plus on plonge dans l'infiniment grand, on s'aperçoit que la Terre est une poussière dans le tohu-bohu, une sorte de chaos initial universel que Dieu a mis en ordre. De l'infiniment petit à l'infiniment grand, l'homme se donne un sentiment de puissance bâti sur du vent et chaque événement survenu le remet à sa place. Le mythe de Prométhée a toujours accompagné l'homme ce tard venu dans la création, dans sa folie des grandeurs insultant de ce fait, l'ordre harmonieux du monde qui fait que chaque astre tourne sur une orbite et il suffirait d'une petite erreur dans « les calculs », dans la précision des vingt constantes universelles pour que le système de l'univers tel que nous le voyons n'ai jamais paru. Et pourtant, il est là disent les physiciens, depuis le big bang il y a 15 milliards d'années.



Ce que dit la Physique :

 

On sait justement que le big bang nous a fait découvrir une histoire imprévue et fantastique. Il a eu une naissance, grandiose, il grandit maintenant, et peut-être connaîtra-t-il un jour la vieillesse, et la mort. L'histoire connue commence alors que l'univers avait déjà atteint l'âge de 10-43 secondes. le temps de Planck. Avant, on ne sait rien. Cette période inconnue est d'une brièveté inouïe : A cet « âge » de 10-43 secondes l'Univers était vraiment tout petit : il était alors des millions de milliards de fois plus petit qu'un atome ! Il était chaud, une fièvre gigantesque, cosmique ! Des milliards de milliards de degrés ! Puis, pour une raison inconnue, que les scientifiques ne s'expliquent pas, le vide si vivant s'est mis à enfler. C'est comme si quelqu'un a donné le signal du début. En moins de temps, nous dit Françoise Harrois-Monin, qu'un battement de cil (entre 10-43 et 10-32 seconde), son volume a été multiplié par 1050 ! Et sans que l'on sache pourquoi, sont apparues les premières particules de matière. Après cette barrière fatidique des trois cent mille ans, des nuages de gaz se sont formés. Ils donnèrent naissance aux milliards de galaxies pendant près de 15 milliards d'années. Une minuscule poussière - Notre Terre - en faisait partie. (1)

 Le « visage de Dieu » ? C'est l'expression qu'utilisa l'astrophysicien George Smoot (prix Nobel 2006) lorsque le 23 avril 1992, il réussit, grâce au satellite Cobe, à prendre des photos de la naissance de l'Univers tel qu'il émergeait des ténèbres cosmiques tout juste 380.000 ans après le big bang. Depuis, cette expression a fait le tour du monde. Les frères Bogdanov, auteurs d'un ouvrage : « Le visage de Dieu », résument pour Anne Catherine Renaud leur ouvrage : Oui, Dieu existe. L'image d'un ordre extrêmement précis est associée à la première lumière qui précède le big-bang. Robert W.Wilson tout à fait par hasard, en 1965, a découvert le rayonnement fossile, qui est l'écho de l'immense explosion originelle.(2)

 Cette réflexion élégante du mystère de l'harmonie de l'univers nous est donnée par une série d'entretiens du philosophe Jean Guitton avec les deux astrophysiciens biens connus Igor et Grichka Bogdanov. Ecoutons-les : « Rappelons-nous que la réalité tout entière repose sur un petit nombre de constantes cosmologiques : moins de quinze. Il s'agit de la constante de gravitation, de la vitesse de la lumière, du zéro absolu, de la constante de Planck, etc. Nous connaissons la valeur de chacune de ces constantes avec une remarquable précision. Or, si une seule de ces constantes avait été un tant soit peu modifiée, alors l'univers - du moins tel que nous le connaissons -, n'aurait pas pu apparaître. Un exemple frappant est donné par la densité initiale de l'univers:si cette densité s'était écartée un tant soit peu de la valeur critique qui était la sienne dès 10-35 seconde après le big bang, l'univers n'aurait pas pu se constituer. Aujourd'hui, le rapport entre la densité critique de l'univers et la densité critique originelle est de l'ordre de 0,1 ; or il a été incroyablement près de 1 au départ, jusqu'à laquelle nous remontons. L'écart avec le seuil critique a été extraordinairement faible (de l'ordre de 10-40) un instant après le big bang de sorte que l'univers a donc été « équilibré » juste après sa naissance. Ceci a permis le déclenchement de toutes les phases qui ont suivi. »(3)

 Ceci rejoint la probabilité de l'astrophysicien Trinh Xuan Thuan cité plus haut. De plus, « l'origine de la vie, déclare Francis Crick, prix Nobel de Biologie, paraît actuellement tenir du miracle, tant il y a de conditions à réunir pour la mettre en oeuvre ». Nous sommes donc en présence du mystère de la création de l'Univers, de la vie sous toutes ses formes et de l'avènement de l'homme ce tard venu dans l'échelle du temps. De même, George Ellis, astrophysicien anglais avoue que l'ajustement si précis des lois de l'univers est un miracle : ´´Un ajustement stupéfiant se produit dans les lois de l'univers, rendant la vie possible. En réalisant cela, il est difficile de ne pas utiliser le terme ´´miracle´´ sans prendre position sur le statut ontologique de ce monde´´ (G.Ellis, le principe anthropique) Enfin, Paul Davies, célèbre astrophysicien britannique, s'émerveille lui aussi de l'ajustement de cette horloge : ´´Il y a pour moi des preuves très fortes que quelque chose se passe derrière tout ça...on a l'impression que quelqu'un a ajusté ces nombres des lois de la nature afin de créer l'univers...la sensation d'un dessein intelligent est débordante´´ (P.Davies, l'empreinte cosmique, p.203.)

 

 

Ce que disent les scientifiques de l'existence de Dieu :

 

On dit que beaucoup de scientifiques ont un rapport à Dieu de plus en plus net car basé sur une foi qui n'est pas celle du « charbonnier ». Pour l'écrivain Jim Holt dans son livre ´´La Science a ressuscité Dieu´´, il écrit : « Je me rappelle avoir vu il y a quelques mois un sondage dans le magazine scientifique « Nature » qui indiquait que presque la moitié des physiciens, biologistes et mathématiciens américains croyaient en Dieu, et pas seulement en une abstraction métaphysique mais en une entité qui se soucie des affaires humaines et qui entend nos prières, c'est-à-dire le Dieu d'Abraham, d'Issaac et de Jacob » www.thesigns.fr 25 Août, 2011 (4)

Ainsi, même si « on a longtemps pensé que la science allait chasser la fonction religieuse, c'était une erreur », comme le souligne l'astrophysicien Hubert Reeves. On rapporte l'angoisse d'Einstein qui n'hésitait pas à écrire que « la science s'arrête aux pieds de l'échelle de Jacob ». Si Einstein est respecté et écouté, il n'en est pas moins, à la fin de sa vie en butte aux jeunes physiciens qui proposent une théorie basée sur les incertitudes (Heisenberg, Bohr). Einstein n'adhère pas à cette vision probabiliste de la réalité. Pour lui, Dieu ne joue pas aux dés. Il refuse que le résultat d'une expérience ne puisse être unique et prédit avec certitude.

Dans ce qui suit nous allons rapporter, et sans être exhaustif les réflexions de scientifiques connus. Le savant anglais Sir William Herschel (1738-1822), fondateur de l'astronomie stellaire écrit :»Plus le domaine de la science s'étend, plus nombreux deviennent les arguments puissants et irréfutables prouvant l'existence d'un Créateur éternel à la puissance illimitée et infinie. Les géologues, les mathématiciens, les astronomes et les naturalistes ont tous collaboré à bâtir l'édifice de la science qui est, en vérité, le socle de la Grandeur suprême de Dieu l'unique » (4)

 Le plus grand nom de la bactériologie, Louis Pasteur affirme : « Un peu de science éloigne de Dieu, mais beaucoup y ramène. » William Thomson (1824,1907) fondateur de la thermodynamique, disait : « La science affirme positivement l'existence d'un pouvoir créateur qu'elle nous pousse à accepter comme un article de foi. » il dit aussi : « Ne soyez pas effrayés d'être des penseurs libres. Si vous pensez suffisamment fort, vous serez contraints par la science à croire en Dieu. » Thomas Edison (1847,1931) celui qui inventa l'ampoule electrique affirme : « J'admire tous les ingénieurs, mais surtout le plus grand d'entre eux : Dieu ! ». (4)

Anthony Flew est un des plus grands philosophes athées de ce siècle, il a choisi l'athéisme à l'âge de 15 ans, et après l'avoir défendu pendant plus de 54 ans, à 81 ans il annonce avec regret : « Comme les gens ont été certainement influencés par moi, je veux essayer de corriger les énormes dommages que j'ai dû occasionner. » Il affirme, expliquant les raisons de son retour : « Les recherches des biologistes sur l'ADN ont montré, par la complexité presque inconcevable des arrangements nécessaires pour produire [la vie], qu'une intelligence devait nécessairement être impliquée. » Max Planck, physicien allemand fondateur de la physique quantique moderne disait : « Toute personne s'intéressant sérieusement à la science, quel que soit le domaine, lira les inscriptions suivantes sur la porte du temple de la connaissance : « Crois. » La foi est une caractéristique dont ne peut se passer un scientifique. » (Max Planck, Where Is Science Going ?, Allen & Unwin, 1933, p. 214 (4)

Ancien directeur à la Nasa, l'homme qui a fait alunir Armstrong, Werner Von Braun a déclaré : « On ne peut être confronté à la loi et à l'ordre de l'univers sans conclure qu'il doit exister une conception et un but derrière tout ça... Plus nous comprenons les complexités de l'univers et ses rouages, plus nous avons des raisons de nous étonner de la conception inhérente qui le sous-tend... Etre forcé de ne croire qu'en une seule conclusion - que tout dans l'univers soit apparu par le fait du hasard - violerait l'objectivité de la science elle-même... Quel processus aléatoire pourrait produire le cerveau d'un homme ou le système de l'oeil humain ?... » (Dennis R. Petersen, Unlocking the Mysteries of Creation, Creation) (4)

Dembski, un des savants mathématiciens renommés de notre époque, souligne que la science est une tentative pour comprendre le monde : « Le monde est la création de Dieu, et les savants dans leur compréhension du monde reconstituent simplement les pensées de Dieu. Les savants ne sont pas des créateurs mais des découvreurs... La chose importante concernant l'acte de création est qu'elle révèle le Créateur. L'acte de création porte toujours la signature du Créateur. » (William Dembski, The Act of Creation)

Enfin, le physicien Mehdi Golshani, de l'Université de Technologie Sharif à Téhéran, dans une interview à Newsweek, a souligné sa croyance en Dieu et que la recherche scientifique complète la religion : « Les phénomènes naturels sont les signes de Dieu dans l'univers et les étudier est pratiquement une obligation religieuse. Le Coran demande aux humains de « parcourir la terre, et de voir comment Il a initié la création ». Les recherches sont un acte d'adoration, puisqu'elles révèlent les merveilles de la création de Dieu. « Science finds god news week 20 July 1998 » (4)



Dieu pour les philosophes :

 

Les philosophes sont en première ligne de par leur vocation à s'interroger sur l'existence ou non de Dieu. Peut-on décider qu'un événement est bon ou mal. Si « Mais alors, que deviendra l'homme, sans Dieu et sans immortalité ? Tout est permis, par conséquent, tout est licite ? » Personne n'a rien à nous dire sur notre manière de vivre. En effet, s'il n'y a pas de Dieu, alors il n'y pas de règles objectives qui dictent ce qui est bon ou mauvais. Par conséquent, dans un monde sans Dieu, qui est en droit de dire ce qui est bien ou mal ? Est-ce par exemple par hasard que l'univers s'est formé ?

 Pour le philosophe Jean Guitton : « (...) Ni les galaxies et leurs milliards d'étoiles, ni les planètes et les formes de vie qu'elles contiennent ne sont un accident ou une simple « fluctuation du hasard. » Nous ne sommes pas apparus « comme ça », un beau jour plutôt qu'un autre, parce qu'une paire de dés cosmiques a roulé du bon côté. Pour les frères Bogdanov : les lois de probabilité indiquent que ces ordinateurs devraient calculer pendant des milliards de milliards d'années, c'est-à-dire pendant une durée quasiment infinie, avant qu'une combinaison de nombres comparable à ceux qui ont permis l'éclosion de l'univers et de la vie puisse apparaître. Autrement dit, la probabilité que l'univers ait été engendré par le hasard est pratiquement nulle.(...) » (3)

 Jean-Paul Sartre (1905-1980) est un philosophe et écrivain français qui reçut le prix Nobel de littérature en 1964. Il est considéré comme étant le fondateur de l'existentialisme athée, un courant de pensée et une forme d'athéisme qui aborde et la question de l'existence de l'Homme sans référence à un être divin et qui prétend que Dieu et la nature humaine sont des concepts inéxistants. Vers la fin de sa vie, Jean-Paul Sartre s'est mis à reconnaître l'existence d'un créateur.

 Voici ci-dessous ce que rapporte le magazine américain « National Review » (Examen National) le 11 juin 1982. L'article a été écrit par Thomas Molnar, professeur de littérature française à l'université de Brooklyn : Au printemps1980 un mois avant sa mort, le Nouvel Observateur publie une série d'interviews que Sartre a eues avec l'un de ses amis, Pierre Victor (Benny Levy) « Je ne pense pas être le résultat d'un pur hasard de simple poussière de l'univers mais plutôt quelqu'un qui était attendu, préparé, en bref, un être que seulement un créateur aurait pu créer et cette idée d'une main créatrice se réfère à Dieu. » Après sa mort, sa compagne Simone de Beauvoir publie la « cérémonie des adieux » dans laquelle elle attaque Sartre « Tous mes amis, tous les sartriens me supportent dans ma consternation » (5).

 Enfin, il faut mentionner à en croire les éditeurs du magazine « Wired », qui rapportent en 1996 qu'en réalité, Jean-Paul Sartre se serait converti au judaïsme probablement influencé par son ami et confident Benny Levy, juif orthodoxe (6).

 Il y aurait de fait un consensus des scientifiques sur l'existence d'un horloger transcendant réglant l'univers et de ce fait observant les actes des humains qui ont le vertige de la puissance, eux qui ne sont qu'une poussière dans l'espace et un battement de cils dans le temps de la civilisation humaine dont l'homme est à tort si imbu. Il reste que le Dieu des scientifiques amène à une foi plus forte et plus assumée d’autant qu’elle ne sert pas de faire valoir ni en science encore moins en politique . L’Abbé Lemaitre, l’un des pères du Big bang,  la théorie de l’Expansion de l’Univers, avait l’habitude de dire : « quand je rentre au Laboratoire je laisse ma soutane au vestiaire ». Tout est dit.

 

La science témoigne de Dieu

Les scientifiques confirment les signes de dieu



Comme nous avons pu le constater à travers les article précédent, la science ne fait que confirmer la foi en dieu et défaire les allégations matérialistes. Un autre point marquant cette réalité :le grand nombre de savants qui ont apporté d'importantes contributions à la science et qui avaient une foi enracinée en l'existance du créateur et son unicité .
Dans la suite de cet article vous pourrez nous allons présenter des savants du passé et du présent et présents, qui ont fondé et développé la science moderne, et qui croyaient que l'univers et toutes les formes de la vie étaient créés par Dieu.

Louis Pasteur

Le plus grand nom de la bactériologie , Louis Pasteur affirme : « Un peu de science éloigne de Dieu, mais beaucoup y ramène. »   il affirme aussi , faisant allusion aux athées :  «Tant pis pour ceux dont les idées philosophiques sont gênées par mes études»




 

Einstein


Albert Einstein disait:
« Je n'arrive pas à concevoir un scientifique dépourvu d'une foi profonde. Ceci pourrait être formulé de la façon suivante: il est impossible de croire à une science sans religion. »

Anthony flew


Anthony flew est un des plus grand philosophes athées de ce siècle , il a choisi l'athéisme à l'age de 15 ans , et après l'avoir défendu pendant plus de 54 ans , aujourd'hui à 81 ans il annonce avec regret :
« "Comme les gens ont été certainement influencés par moi, je veux essayer de corriger les énormes dommages que j’ai dû occasionner." »
Il affirme , expliquant les raisons de son retour :
« "Les recherches des biologistes sur l’ADN ont montré, par la complexité presque inconcevable des arrangements nécessaires pour produire [la vie], qu’une intelligence devait nécessairement être impliquée. »

Max Planck


Max Planck, physicien allemand fondateur de la physique moderne disait:
« Toute personne s'intéressant sérieusement à la science, quel que soit le domaine, lira les inscriptions suivantes sur la porte du temple de la connaissance: "Crois." La foi est une caractéristique dont ne peut se passer un scientifique. »Max Planck, Where Is Science Going?, Allen & Unwin, 1933, p. 214

 

1. Chems Eddine Chitour : Science, foi et désenchantement du monde. Réed. OPU 2007

2. Anne-Catherine Renaud : Les frères Bogdanov : « Le visage de Dieu » Le Matin 05.06.2010

3. Jean Guitton, Igor et Grichka Bogdanov. Dieu et la science, Entretiens Ed Grasset 1991.

Source : www.agoravox.fr

Le mystère des sinkhole un phénomène mondiale en augmentation

6687909-abstract-render-futuriste-num-ros-situ-s-sur-un-cercle-autour-d-un-plat-de-satellite

Il ya deux semaines e n Virginie un gouffre a fermé une partie de la I-81 près de Fairfield. La semaine dernière, il a été la route 250 ouest de Staunton. Et maintenant, c'est près de l'autoroute à nouveau. Ils sont en partie pourquoi VDOT de Staunton district a passé plus d'un million de dollars cette année sur des éboulements d' infrastructures.

Cette semaine il ya un autre gouffre grande pour les entrepreneurs de l'excavation et de remplissage. La cause de ces trous est karstique la géologie de la vallée de Shenandoah avec une roche calcaire qui n'est pas aussi solide qu''elle en a l'air.

un autre énorme trou de 20 mètres de larges dans la province du Zhejiang en Chine orientale.sinkhole-3

ces phénomènes de sinkhole se généralisent a travers la planète ,je sais que les micro ondes permettent de ramollir un sol est le rendre plus friable et malléable ce phénomène étant globale je pense a une arme globale type HAARP ,depuis 7ou  8 ans je constate que les glissements de terrains et autres phénomènes a travers le monde sont en augmentation, évidemment que la pluie accentue la glisse ou l'éboulement je dis çà pour les critiques et les sceptiques mais ce ne sont que les conséquences  pas l'origine ni les causes .....

107014_0323sinkhole1

3,h=3437ab80e5111424910d70e6a7067002116002276

 

Pour moi le sol est fragilisé par l'émission de micro ondes comme sur cette photos satellite météo inexpliquée,et une fois que la pluie va humidifier le sol est le sous-sol alors tout s'effondrera,  le crime parfait .

strange-weather-australia16-338x268 L’observatoire météorologique gouvernemental australien à  Kalgoorlie et Gile en Australie de l’Ouest déclare qu’il n’y avait aucun phénomène météorologique qui correspond à l’énorme anneau qui s’est formé sur les images satellites il y a quelques jours

une sacrée mise en scène digne des meilleurs films bien orchestrée pour faire accepter au plus grand nombre que si demain il se passe un évènement majeur, alors  ce sera naturelle,moi je pense qu'il sera provoqué ,oui  pour éliminer le surplus d'humains inutiles et qui déstabilisent l'ordre qui naîtra du chaos ,le système devient instable les gens et les consciences se réveillent alors il faut accélérer l'agenda ,il n'ya pas de hasard c'est planifié de longue date ...

Procédures en cour martiale pour punir les chrétiens dans l'armée US qui expriment ou partage leur foi.


cross_of_jesus_i_am_the_vine_christian_post_card_postcard-p239285018130057904qibm_400
traduction RJames
Le communiqué, publié à  Fox News , suite à une Nouvelles Breitbart  rapport  sur ​​l'administration Obama Pentagone nommées rencontre avec l'anti-chrétien extrémiste Mikey Weinstein qui à élaborer des procédures en cour martiale pour punir les chrétiens dans l'armée qui expriment ou partager leur foi. 
(De notre rapport précédent: Weinstein est à la tête de la Fondation militaire de la liberté religieuse, et dit chrétiens - y compris les aumôniers - partage de l'évangile de Jésus-Christ dans l'armée se sont rendus coupables de «trahison», et d'avoir commis un acte de «spirituel viol »comme un crime grave comme« une agression sexuelle. "Il a également affirmé que les chrétiens partagent leur foi dans l'armée sont des« ennemis de la Constitution. ")
Avoir été reconnu coupable par une cour martiale signifie qu'un soldat a commis un crime en vertu du droit militaire fédéral. Punition pour une cour martiale peut inclure l'emprisonnement et d'être dégradé de l'armée. 
Ainsi le  président Barack Obama qui dirige  le Pentagone confirmeque l'armée fera un procés - qui peut entraîner une peine d'emprisonnement - pour ceux en uniforme qui partageront  leur foi. Cela comprendrait les aumôniers militaires officiers qui sont ordonnés prêtres de leur foi (surtout des pasteurs ou prêtres chrétiens ou rabbins) - dont le service depuis la fondation de l'armée américaine sous George Washington est d'enseigner leur foi et de pourvoir aux besoins spirituels des troupes qui viennent à eux pour l'avocat, l'instruction, ou de confort.
Ce règlement limiterait sérieusement les expressions de la foi dans l'armée, même sur un one-to-one entre amis proches. Il pourrait également supprimer efficacement le poste d'aumônier dans l'armée, car il ne permettrait pas que les aumôniers (ou des membres de services, d'ailleurs), pour dire quelque chose au sujet de leur foi que d'autres disent amenés à penser qu'ils ont été encouragés à faire foi partie de leur vie. Il est difficile d'imaginer comment un membre du clergé pourrait donner des conseils spirituels sans rien dire qui pourrait être perçu de cette façon.
En réponse aux plans du Pentagone, retraité  Lt. Le général Jerry Boykin , qui est maintenant vice-président exécutif du Family Research Council (FRC), a déclaré sur  Fox & Friends  mercredi matin:
C'est une question de qu'est-ce qu'ils entendent par «prosélytisme». ... Je pense qu'ils ont leurs defintions un peu confus. Si vous parlez de coercition c'est une chose, mais si vous parlez le libre exercice de notre foi en tant que soldats individuels, marins, aviateurs et marins, en particulier pour les aumôniers, ils Je pense que la pire chose que nous puissions faire est d'arrêter la capacité d'un soldat d'être en mesure d'exercer sa foi. "
FRC a  lancé une pétition  qui a déjà recueilli plus de 60.000 signatures, demandant au Secrétaire Hagel est cesser de travailler avec Weinstein et son organisation anti-chrétienne de développer une politique militaire en ce qui concerne la foi religieuse.
on ne peut servir deux maitres à la fois et le maitre d'Obama déteste les croyants § rjames
Source: http://www.breitbart.com/Big-Peace/2013/05/01/Breaking-Pentagon-Confirms-Will-Court-Martial-Soldiers-Who-Share-Christian-Faith

La "mission scientifique" AMPTE avait pour but de tester la création de fausses cometes

Queensland-Geoff-Sims-640x426

La "mission scientifique" AMPTE.

Le 16 août 1984, une fusée Delta (n°175), porteuse de la mission AMPTE, "Active Magnetospheric Particle Tracer Explorer", décollait de Cap Canaveral. Ce programme d'une durée d'un an consistait, à l'aide de trois petits satellites, à larguer plusieurs "nuages" de baryum et de lithium en différents endroits de l'espace intra et extra-magnéto-sphérique. Puis d'observer l'évolution de ces éléments traceurs, afin d'étudier les interactions des vents solaires avec notre magnétosphère. Cette expérience avait été réalisée avec la collaboration de plusieurs laboratoires différents (des Etats-Unis, de la R.F.A. et du Royaume-Uni). Si la mission officielle était d'améliorer la connaissance scientifique, le but réel était d'expérimenter en conditions réelles, la création d'un phénomène cométaire, afin d'étudier son évolution dans le temps et dans différentes conditions spatiales. En effet, sous l'action des rayonnements solaires, le Baryum et le Lithium sont rapidement ionisés et ont alors la particularité de devenir fluorescents, créant ainsi une comète artificielle.

La mission AMPTE a été l'une des phases importantes de la préparation du projet d'essai sur Jupiter. Une étape primordiale dans la recherche d'un "système de camouflage", par un nuage de particules, composé d'un alliage de Baryum et de Lithium. Pour que l'on pense à une comète et que personne ne se rende compte de l'origine réelle des impacts et des explosions sur la planète. Avec cette mission spatiale "scientifique", les scientifiques ont en fait étaient manipulés sans le savoir, à des fins militaires. (5)

Ce qu'était vraiment, la "comète" Shoemaker-Levy.

Dans la nuit du 25 mars 1993, trois astronomes amateurs, Eugene et Carolyne Shoemaker et David Levy detectèrent une vingtainne d'objets, s'étalant sur 160 millions de kilomètres. De son observatoire du Mont Palomar (Californie), Carolyn fût la première à observer ce qui deviendra "la comète périodique Shoemaker-Levy 9" (ou "SL9"). "Je suis tombée sur cet objet à l'aspect très étrange. J'ai pensé que ce devait être une comète, mais c'était la comète la plus étrange que j'ai jamais vu", déclara-t-elle.

Effectivement, comme vous pouvez le voir sur cette photo prise le 1er juillet 1993 par le télescope Hubble, c'est une "comète" plutôt bizarre:

L'astronome venait en fait de découvrir les fameux nuages lumineux de Baryum-Lithium, qui étaient générés par les modules-bombes, situés en leurs centres. L'importance des nuages avait été adaptée à la puissance présumée des bombes correspondantes. Dans certains cas, les modules étaient groupés deux par deux, et ont pût soit s'écarter progressivement l'un de l'autre (les "fragments" P et Q), soit rester très proches (les "fragments" G et K) comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous. Ces derniers provoquant ainsi des explosions à quelques minutes d'intervalle l'une de l'autre. Dont les phases se sont intercalées et chevauchées, peut-être avec des puissances et des épicentres quelque peu différents.(6)

Le test des modules-bombes.

Les modules de "SL9" ont été placés sur une orbite de Jupiter très excentrique d'une période de 2 ans. La forme de cette orbite est donc elliptique. Cette orbite a plusieurs particularités: à l’une de ses extrémités (périastre), elle passe à une distance du centre de Jupiter, qui est inférieure au rayon de la planète elle-même, d'où une collision inéluctable. Alors qu'à l’autre extrémité (apoastre), elle frôle la limite de la zone d'attraction gravitationnelle de Jupiter.

Si "SL9" avait eu une vitesse très légèrement supérieure, elle aurait quitté l'influence de Jupiter et aurait continué son chemin sur une orbite solaire. En regardant cette orbite, on s'aperçoit que c'est le meilleur choix si l'on veut qu'un objet circule un certain temps au large de Jupiter, en ayant le maximum de chances de se faire repérer, avant de revenir ensuite percuter la planète. Les choix de la route orbitale et des autres éléments qui décidèrent des points d'impacts, ont étaient calculés pour que les collisions se produises sur la face cachée de la planète, invisible depuis la Terre. Une précaution indispensable car ces explosions ressemblent aux explosions nucléaires, avec en plus de très puissantes émissions de rayonnements électromagnétiques (principalement des rayons gamma). Et cela aurait pût révélés la véritable nature des explosions. Toutefois, alors qu’aucun observateur ne pouvait voir directement ces événements, depuis la Terre. Mais il y eu tout de même un témoin inattendu des évènements, la sonde Galiléo.

La sonde Galiléo, témoin involontaire de toute l'opération.

Ce programme d'exploration avancée de Jupiter (après plusieurs reports) à finalement était lancé le 8 octobre 1989. La sonde Galiléo partie dans le système solaire, afin de bénéficier de plusieurs réactions gravitationnelles, pour pouvoir atteindre enfin Jupiter en décembre 1995, au terme d'un trajet d'une durée de plus de six années. Curieusement, alors que les impacts de "SL9" étaient sur la face cachée de Jupiter, Galiléo (illustration ci-dessous) se trouvait au même moment, avec une vue directe les événements.De plus, on pourrait rapprocher cette possibilité, avec la curieuse panne d'enregistrement de Galiléo lorsqu'elle a frôlé Io et Europe en décembre 1995 (qui nous a privé d'images rapprochées des deux satellites de Jupiter).

Maintenat on peut se poser la question pourquoi cherche t ils à nous faire croire qu'une comète pourrait nous percutter? Qui ira ensuite les blamer  après ,on dira çà devait arriver avec toute celle qui nous ont  frollé avant .
www.jp.petit.org;

Réseau finders et satanisme créé dans les années 60 comme un sorte de filiale secrète de la CIA.

83909781_p



D'après les recherches menées sur ce réseau, il aurait été créé dans les années 60 comme un sorte de filiale secrète de la CIA. Ses membres étaient spécialement entraînés comme "kidnappeurs du gouvernement", et opéraient avec une protection totale. Leur mission était d'enlever des enfants, de les torturer et de les violer, en les embarquant parfois dans des orgies sataniques, des rituels sanguins et autres meurtres d'enfants.


Ils enlevaient les enfants à bord de véhicules sans plaques, aux abords des écoles ou des aires de jeux. Ils attrapaient un enfant, le droguaient et l'amenaient dans une planque. Les enfants étaient alors utilisés pour des cérémonies sataniques, vendus aux enchères comme esclaves sexuels, tués ou sacrifiés. Gunderson ajoute que des ventes aux enchères d'enfants ont eu lieu à Las Vegas, à Lincoln dans le Nabraska, dans le Michigan, à Houston au Texas et à Toronto au Canada.

Pettie, le chef du réseau, était un homosexuel et officier de la CIA. Son fils avait un temps travaillé pour Air America, filiale de la CIA qui transportait de la drogue depuis le triangle d'or pendant la guerre du Vietnam, pour le compte de la CIA, et son ex femme avait aussi bossé pour la CIA. Enfin, Pettie était en contact avec des officiers de l'OSS pendant la deuxième guerre mondiale. Il a été mis en contact aussi avec un agent des renseignements qui travaillait sous couverture journalistique, Charles E. Marsh, proche de Lyndon Johnson, et membre du national Press Club, qui lui a filé de grosses quantités d'argent pour acheter des propriétés aux USA. En 1946, Marsh l'a admis à une formation en contre espionnage à Baltimore dans le Maryland. En 1956-1957, Pettie reçoit une formation en renseignements à luniversité de Georgetown puis par l'US Air Force à Frankfort en Allemagne.


Ensuite, Pettie est chargé de recruter un réseau d'agents en Europe. Il rentre dans les années 60, s'installe dans une ferme de Virginie, et se met en lien avec le mouvement beatnik. En 1968 il se targue de créer la "World Future Society" avec Edward S Cornish. Et ce truc existe toujours. Cette Future Society a permis à pettie d'entrer dans le monde des hippies. A ce sujet, précisons que la CIA a introduit le LSD aux Etats Unis dans le but de détruire le mouvement hippie (anti guerre), et de financer ses opérations secrètes. Un plan qui a très bien fonctionné. Pour cette infiltration, Pettie a bénéficié de l'aide de Wait Schneider, un ancien soldat devenu le pilote privé de Timothy Leary.

Christopher Bird, autre ancien agent de la CIA, qui a travaillé à des opérations psychologiques au Japon et a ensuite écrit plein de bouquins sur le New Age et la contre culture (d'autres créations de la CIA pour mieux embrigader les jeunes), a aussi travaillé avec Pettie. En 1979, Pettie rencontre un génie de l'informatique, John J Cox, qui travaillait pour la Défense. Cox a formé plusieurs membres du Finders aux techniques informatiques et à la programmation.

Gunderson ajoute qu'il a reçu plusieurs plaintes (six) concernant du trafic d'enfants, plaintes que le FBI a refusé d'examiner.


J'ai reçu deux plaintes d'employés de l'aviation qui disaient que des avions contenant plusieurs centaines d'enfants étaient amenés à Paris, France, depuis Denver dans le Colorado et Los Angeles en Californie. Deux cent dix enfants étaient inscrits dur les registres de vol de cet avion depuis Denver", ajoute Gunderson.



Plusieurs des protagonistes du réseau "The Finders" étaient dans les fichiers classés du FBI.
Le jour où Houlihan et Ammerman ont été arrêtés, un message a été envoyé via les ordinateurs du réseau, pour prévenir les membres de déplacer les enfants pendant quelque temps dans différentes juridicitions, et pour donner des instructions afin d'éviter d'éveiller les soupçons des flics.

On peut aussi se demander si "The Finders" n'agissait pas à une échalle quasi industrielle... Les enquêteurs ont aussi appris que le réseau répondait systématiquement à toutes les annonces pour rechercher un baby sitter, des cours etc. dans le but d'obtenir un maximum d'informations sur les habitudes de la famille. Le réseau avait aussi collecté énormément d'informations sur de nombreuses associations d'aide à l'enfance.

Après l'affaire, le réseau a pu continuer tranquillement ses activités, et s'est installé ailleurs, dans le Kansas à Wichita, où il était déjà présent. Il s'est resséré autour d'une équipe de 11 personnes dont pettie: Ronald L. Alleman, Stanley Berns, Mary Grogan, Christian (Kris) Herbst, Kristin Knauth, Theodore G. Reiss, Allen Schoen, Stuart Miles Silverstone, Randolph Winn, et Steve Usdin. The Fingers s'est ensuite introduit dans le National Press Club où il tente de se faire passer pour un respectable éditeur de revues informatiques. Et au final, on a retenu qu'il n'y avait rien d'illégal derrière ce groupe.


http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/02/18/26444753.html