Guerre spirituelle, et la destruction des valeurs absolues

1380542_696202677057765_1714556515_n

Une enquête approfondie et courageuse sur les méthodes scandaleuseset occultes qu'utilisent

les organismes de pouvoirs tels que CIA, FBI, NSA, services secrets militaires et gouvernementaux,
mais aussi la NASA et les sociétés dites secrètes (Illuminati, etc.)
Selon ce rapport extrêmement troublant, des survivants du Programme Monarch du contrôle
de l'esprit, affirment avoir été utilisés comme esclaves top-techniques par certains services secrets
et politiciens de haut-niveaux.

L'esclavage de haute technologie existe et se porte bien sur la planète Terre. Après que le projet
gouvernemental Paperclipait réalisé, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le recyclage
d'environ 2000 nazis de haut niveau aux États-Unis, la technologie du contrôle programmé de
l'esprit a rapidement progressé.

Fritz Springmeier 2


"Les Allemands, sous le régime hitlérien, avaient commencé à faire de sérieuses recherches
scientifiques dans le domaine du contrôle du cerveau basé sur les traumatismes", écrivent Fritz
Springmeier et Cisco Wheeler dans leur livre The Illuminati Formula used to create an
Undetectable Total Mind Controlled Slave, [La formule des Illuminati (1) utilisée pour réaliser
un esclave à l'esprit totalement contrôlé et indétectable]. "Sous les auspices de l'Institut médical
Kaise Wilhem à Berlin, Joseph Mengele conduisit les recherches du contrôle de la pensée sur des
milliers de jumeaux et de malheureuses victimes".
[Note : (1) Illuminati,personnes ayant, selon elles-mêmes, des connaissances surhumaines]
Mengele, connu sous le pseudonyme de "l'Ange de la mort", fut l'un des 900 militaires
scientifiques et chercheurs en médecine secrètement infiltrés aux États-Unis. Là il continua ses
recherches et forma d'autres opérateurs à l'art obscur du contrôle de l'esprit. Ce travail sur la
manipulation du comportement fut plus tard intégré aux projets de la C.I.A. Bluebird[L'oiseau
bleu] et Artichoke[Artichaut] qui devinrent, en 1953, le fameux MKULTRA. La C.I.A. affirma
que ces programmes avaient été stoppés, mais il n'y aucune preuve que the search for the

Manchurian candidate[la quête du candidat mandchou] (titre du livre de John Marks) ait
vraiment cessé.
En fait, John McCarthy, capitaine dans les Forces spéciales de l'armée américaine qui avait
conduit les équipes de la C.I.A. à Saïgon pendant la guerre du Viêt-nam, a déclaré à son ami
délateur LAPD Mike Ruppert que MKULTRA était un acronyme de la C.I.A. signifiant
Manufacturing Killers Utilizing Lethal Tradecraft Requiring Assassinations, [Production de
tueurs utilisant un conditionnement à l'assassinat]. Ainsi, l'obsession officielle de la C.I.A. de
produire des meurtriers programmés à travers le projet MKULTRApermit de développer 149
sous-programmes dans les domaines allant de la biologie et la pharmacologie ou la psychologie à
la physique du laser et l'ESP.

iggyazalea-e1351697023473


Plus récemment de nouveaux recoupements rendirent évidente l'utilisation, dans ce même
but, de ces techniques de programmation basées sur les traumas. Celles-ci incluent l'induction
délibérée de désordres multiples dela personnalité (D.M.P.) chez des sujets involontaires, cobayes
humains par essence.
Les D.M.P. ont été redéfinis par l'Association américaine de psychiatrie comme désordres
dissociatifs de l'identité. La bible des psychiatres américains, le "Manuel de diagnostic et de
statistique" (DSM-IV), les caractérise ainsi (page 487):
L'existence de deux états de personnalité distincts, ou plus ;
Au moins deux de ces identités, ou états de lapersonnalité, prennent épisodiquement contrôle du
comportement de la personne ;
L'incapacité de se souvenir d'importantes informations personnelles est trop importante pour être
expliquée par une perte de mémoire courante ;
La perturbation n'est pas due à des causes physiologiques directes de quelque substance, ni à la
condition médicale générale du sujet.
Peu importe la façon dont on nomme le problème, créer intentionnellement et
consciemment cette condition constitue une atrocité si dépravée que la programmation du
contrôle de l'esprit par traumatisme demeure, de facto, l'holocauste secret du vingtième siècle.
Connu sous le titre de Monarch Program, son existence a, été corroborée par de nombreux
rescapés comme Cathy O'Brien, auteur de Trance Formation of America[Transe-formation de
l'Amérique], Brice Taylor, auteur de Starshine, et de K. Sullivan, auteur de MK. Mais on n'a
retrouvé aucune trace écrite permettant d'établir une relation entre le projet MKULTRA de la
C.I.A. et le Monarch Program, nom générique désignant ces opérations de contrôle de l'esprit qui
impliquent l'armée américaine,  la C.I.A., la NASA, et d'autres agences du gouvernement
américain.

conspiracy-of-silence-the-franklin-cover-up


Le livre du procureur John W. DeCamp, The Franklin Cover-up, [l'étouffement de l'affaire
Franklin] qui traite de la pédophilie dans les hauts milieux, donne également des détails sordides
sur le Monarch Program; "La drogue ne représente pas le plus bas niveau des malveillances
cautionnées par le gouvernement, écrit-il. Je pense que l'échelon le plus bas est atteint par ceux
qui ont réussi à imaginer et à mettre à exécution le projet Monarch. Le terme "Monarch" fait
référence aux jeunes Américains victimes d'expériences de contrôle de l'esprit conduites par des agences de renseignement du gouvernement telle que la C.I.A. etdes agences de renseignement
militaires."

FFF


Le témoignage de Paul Bonacci, rescapé du Monarch et interlocuteur de DeCamp, est
similaire aux calvaires endurés par O'Brien, Taylor et Sullivan. Cela constitue une sérieuse
vérification croisée de l'identité des exécutants etde leurs méthodes de "production d'une horde
d'enfants à l'âme détruite, prêts à espionner, se prostituer, tuer, ou se suicider" – selon les termes
de Anton Chaitkin, reporter d'investigation cité dans le livre de DeCamp.
Les victimes de Monarchen voie de guérison parlent d'un traumatisme permanent également
appelés "abus rituel satanique" à cause de l'iconographie les accompagnant et à la structure des
croyances associées au satanisme et au luciférisme. Par des drogues, l'hypnose, la torture et les
électrochocs, les acteurs du Monarch ont produit plusieurs générations de victimes.
Ce n'est pas de la science-fiction mais des faits scientifiquement établis. Les désordres
multiples de la personnalité impliquent la création de personnalités autres, personnalités
alternatives ou fragments de personnalité qui peuvent être utilisés à des tâches spécifiques,
généralement des activités illégales comme des livraisons de drogues ou autres nécessités pour le
marché clandestin (mules), transmissions de messages (coursiers), meurtres (assassins). Ces alters
(ou fragments de l'âme), sont séparés et compartimenté dans l'esprit de la victime par l'usage
répété d'armes paralysantes, de drogues et de l'hypnose, ce qui isole les mémoires des différentes
expériences.
Un alter peut être stimulé par quiconque connaissant les "codes" ou les "déclencheurs". Ces
derniers, qui provoquent un état modifié ou de transe, peuvent êtreconstitués par n'importe quoi
y compris des tonalités téléphoniques, des comptines, des dialogues de films ou des signaux de la
main.
Selon Springmeier et Wheeler, dont le livre de 468 pages fait référence en la matière : "La
base de la réussite de la programmation contrôlée de l'esprit de Monarch réside dans le fait que les
différentes personnalités, ou parties de la personnalité, appelées alters, peuvent être crées sans se
connaître les unes les autres et prendre le contrôle du corps à des moments différents. Les murs
d'amnésie qui sont construits par les traumas formentun écran assurant le secret sur l'identité des
abuseurs et empêche la personne consciente d'avoir connaissance du système d'alters utilisé chez
elle."
La programmation du contrôle de l'esprit n'a pas fonctionné selon ce qui avait été planifié.
En fait les exécutants, dans leur arrogance et leur orgueil démesuré, n'ont jamais pensé que leur
méthode pouvait faillir. La redécouverte par les survivants desouvenirs précis de type
"photographique" d'abus de fait, dont des images, des sons et des odeurs, constitue une mise en
lumière majeure de ces atteintes aux Droits del'homme. Ces victimes portent le témoignage des
atrocités secrètement perpétrées par lesoi-disant "Nouvel Ordre Mondial".
En savoir plus sur le contrôle de la pensée par les Illuminati
Selon John Colemen, auteur de Conspirator'Hierarchy : The Committee of 300, [La Hiérarchie
des conspirateurs : le comité des 300] : "Le mouvement des Iluminatiest très actif et se porte très bien en Amérique. Comme ce mouvement est lié ausatanisme, on peut en déduire que la C.I.A.

b5b41fac0361d15L


était contrôlée par un sataniste du temps ou Dulles en avait la charge. C'est également vrai pour
Georges Bush (membre de l'ordre Skull and Bones) ["crâne et os"].
"Étant donné l'atrocité des expériences de contrôle de l'esprit constamment menées par la
C.I.A. et ses relations passées avec d'abominables monstres tels que les docteurs Campbell et
Sydney Gottlieb, il n'est pas difficile d'établir quela C.I.A. suit un chemin satanique," conclut
Coleman dans sa monographie Illuminati in America.


En ce qui concerne les "capacités de lavage de cerveau de l'Institut de Tavistock ou les projets
du ministère américain de la Défense tels que le Advanced Research Project Agency, [agence de
recherche avancée], écrit Coleman, le premier objectifest bien le contrôle de la pensée, comme le
prédisait le livre de Zbigniew Brzezinski The Technotronic Era, [L'ère technotronique]. Sous le nom de Monarch Program, ce vaste projet implique non seulement la C.I.A., mais aussi l'armée,
l'armée de l'Air et la Marine avec les compétences et les vastes ressources qui sont les leurs."


Les abus sexuels d'enfants et l'horrible technologie du contrôle de l'esprit peuvent être le dogme de foi des pratiquants du satanisme aussi bien que celui des programmeurs. Ils peuvent aussi être symptomatiques d'un combat plus vaste à l'échelle cosmique.

LA SOUMISSION TOTALE DES AMES A DES ENTITES EXTRATERRESTRES  APPELEES DEMONS

il suffit de voir que toutes les stars sous mind controle sont sous possessions comme pour beyonce ou eminem ....est un exemple de la finalité et des conséquences engendrées par le controle de l'esprit la personne ne devient plus qu'une coquille vide dans lequel l'intrus tirera les ficelles .


En fait, il se pourrait que cette guerre spirituelle, et la destruction des valeurs absolues, soient
la vrai raison de la mise en lumière des abus rituels et du contrôle de la pensée. Pendant ce temps là, l'impérialisme satanique continuesa route, invaincu, et la bataille pour la planète Terre passe à l'étape suivante.

Sources , auteuret références

Rusty james
Article de Uri Dowbenko, NEXUS Magazine, édition française, juin 1999
Version originale en anglais sur le site Nexus Magazine Australie :
http ://www.nexusmagazine.com/MindControlNWO.html


Vaccin : L’adjuvant VTX-294 : de la cocaïne pour le système immunitaire des bébés .

4768166_7128176

Un nouvel adjuvant vaccinal cible les nouveau-nés

Un adjuvant est un produit qu’on rajoute dans les vaccins pour augmenter la réponse immunitaire de l’organisme.

Vous connaissez en effet le principe du vaccin : on vous inocule un microbe affaibli afin de stimuler vos défenses naturelles. Le jour où vous serez contaminé par la maladie vraie, votre système immunitaire aura gardé mémoire de ce microbe, et réagira plus vite et plus fort pour l’éliminer.

C’est du moins la théorie. En pratique, c’est plus compliqué.

La science médicale veut corriger le système immunitaire des bébés

Chez les bébés, le système immunitaire ne fonctionne pas du tout comme chez les adultes ni même comme chez les petits enfants. (1)

Au lieu de combattre les corps étrangers qui cherchent à pénétrer, le bébé les accueille. C’est logique parce que le fœtus est un peu comme un « invité » dans le ventre de sa mère. Il doit être en mesure d’accueillir tout ce qui passe au travers du placenta. Grâce à un processus qui n’est pas encore bien compris de la science médicale, peu de temps avant et après la naissance, le système immunitaire qui acceptait toutes les substances étrangères se met à les rejeter. Il faut environ six mois après la naissance pour que ce processus soit terminé.

Et c’est ce qui pose problème aux médecins qui veulent vacciner : quand le bébé est tout jeune, ils ont beau lui injecter des vaccins, le bébé ne fabrique pas, ou pas assez, d’anticorps. Et en dépit d’une absence quasi totale de compréhension du processus de conversion du système immunitaire (qui accepte puis rejette les substances étrangères), certains médecins ont décidé que ce n’était pas comme ça que les choses devaient marcher. Ils ont donc lancé des recherches pour tenter de contraindre le système immunitaire des nourrissons à développer des anticorps suite à la vaccination.

Pour eux, le système immunitaire du bébé aurait donc un défaut inhérent, et ce serait à leur science d’y apporter un remède. Ce remède, ils croient aujourd’hui l’avoir trouvé grâce à un nouvel adjuvant appelé le VTX-294. (2)

L’adjuvant VTX-294 : de la cocaïne pour le système immunitaire

Un adjuvant est donc une substance qui augmente la production d’anticorps par le système immunitaire.

Des chercheurs de l’hôpital pour enfants de Boston (3) ont découvert qu’un composé synthétique appelé VTX-294 augmente la production d’interleukine-1 bêta (IL-1β) et d’un facteur de nécrose tumorale (TNF), témoignant d’une forte réaction du système immunitaire.

Les effets du VTX-294 sont particulièrement intéressants sur le sang des nouveau-nés, ce qui en fait un candidat comme adjuvant pour les vaccins qui leur sont destinés.

Mais des voix s’élèvent pour dénoncer ces manipulations dignes de l’apprenti sorcier. En effet, cette forte production d’anticorps déclenche dans le corps du bébé une réaction inflammatoire contraire à la nature et qui pourrait avoir des effets désastreux. (4)

L’inflammation au cours de la grossesse a été identifiée comme étant un facteur important dans le développement de l’autisme. (5) Le facteur de nécrose tumorale (TNF) et l’interleukine-1 bêta (IL-1β), sont des cytokines, et des taux excessifs de cytokines (tempêtes de cytokines) ont été liés à l’autisme. (6,7,8,9) Comment pourrait-on qualifier autrement que « tempête de cytokines » la libération artificielle de cytokines TNF et de IL-1β, dans le sang des nouveau-nés ?

Ainsi, ces réactions inflammatoires déclenchées artificiellement pourraient contribuer à déclencher l’autisme chez les enfants.

Une substance proche des anxiolytiques les plus puissants

Le VTX est une benzazépine, un produit chimique proche des benzodiazépines, le nom chimique des anxiolytiques comme le Lexomil, le Diazépam, le Xanax ou le Valium. (10)…

Le benzazépine est en effet formé d’un cycle de benzène et d’un cycle azépine, tandis que les benzodiazépines sont formées d’un cycle de benzène et de deux azépines (ou di-azépine).

Le benzène est un produit toxique associé au cancer, ainsi qu’à des dommages neurologiques, développementaux et de troubles de la reproduction. (11,12,13)

Il est difficile d’imaginer que l’on puisse sérieusement envisager d’injecter un produit dérivé du benzène, produit toxique connu, à des nouveau-nés. Mais pouvait-on imaginer que d’autres produits toxiques connus comme le mercure et le formaldéhyde seraient injectés avec certains vaccins ? C’est pourtant ce qui se passe aujourd’hui en dépit des protestations de nombreux patients et victimes des effets secondaires de ces adjuvants.

Un orgueil médical démesuré

La recherche médicale moderne ferait donc l’hypothèse que, pour chaque bébé qui nait, quelque chose ne tourne pas rond.

Cela semble relever de la plus pure arrogance mais c’est pourtant bien à ça que reviennent les tentatives de contourner la nature fondamentale du système immunitaire du bébé.

Ceci est d’autant plus inquiétant que l’expérience nous montre que les adjuvants aux vaccins sont insuffisamment testés. C’est le cas du squalène dont on a récemment montré qu’il augmente le risque de narcolepsie. Il faut aussi mentionner le formaldéhyde (cancérogène), le mercure (neurotoxique), le polysorbate 80 (perturbateur endocrinien), l’aluminium (neurotoxique et peut-être cancérogène). Tous ces produits sont communément utilisés dans les vaccins en dépit de leur toxicité.

Dans la conclusion de l’étude sur le VTX-294, publiée sur le site médical de référence Plos One, il est écrit en toutes lettres :

« VTX-294 is a novel ultra-potent agonist that activates newborn and adult leukocytes and is a candidate vaccine adjuvant in both early life and adulthood. »

Le VTX-294 est un nouvel agoniste TLR8 ultra-puissant qui active les leukocytes des nouveau-nés et des adultes et c’est un candidat pour devenir adjuvant vaccinal pour l’enfance et l’âge adulte » (ma traduction).

Et pourtant, si jamais le VTX-294 devait être utilisé dans les vaccins, nul ne sait s’il ne sera pas capable de perturber le développement normal du système immunitaire, et provoquer le cancer, l’autisme, des anomalies neurologiques, ou créer de nouvelles maladies, telles que la myofasciite à macrophages probablement induite par l’aluminium des vaccins.

Il semble donc que les désastres sanitaires récents n’aient pas suffi à remettre en cause l’orgueil de certains chercheurs. Continueront-ils à prétendre, cette fois, que toutes les vies détruites ne seront encore que de « pures coïncidences » ?

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis