Lakhovsky un visionnaire hors du temps !

web-Protection-homme-spirituel-aura-énergie

 

Georges Lakhovsky (1869-1942) biophysicien d’origine russe mais de nationalité française, fut un précurseur en matière d’utilisation d’ondes électromagnétiques de haute fréquence à visée thérapeutique. Il était contemporain et ami de Nikola Tesla auprès duquel il a utilisé le savoir-faire en électromagnétisme pour construire son émetteur-oscillateur multi ondes. Ses théories avant-gardistes fondées sur une connaissance approfondie de la biologie et de la physique, établissaient non seulement les fondations d’une thérapeutique prometteuse mais aussi des concepts révolutionnaires sur la nature du temps, de l’espace, de la matière, de l’énergie et de l’information !

Initialement il s’agissait d’utiliser une information-signification à visée thérapeutique, portée par les signaux physiques d’ondes de nature électromagnétique, et transmise à l’organisme qui la recevait, la décryptait et l’utilisait.

Ses premières applications médicales furent réalisées au début des années 1930 dans divers hôpitaux parisiens (Val de Grâce, Necker, St Louis) avec un appareil radio oscillateur cellulaire générant via deux antennes (de 10 circuits C) de haute impédance, un champ électrostatique d’à peine 1 mégahertz pulsé en trains d’ondes de quelques centaines de hertz.

Cette première version d’appareillage fut la plus connue en France et en Italie mais aussi la plus controversée. La dernière version -MWO- (brevet US enregistré le 12 juin 1943), la moins connue et la plus énigmatique, expérimentée en protocoles universitaires à Chicago et à New York (après son départ de France avant l’invasion nazi), fonctionnait par l’emploi d’ondes électromagnétiques modulées en multifréquences opposées.

Les radiations étaient pulsées en mécanismes tournants à très haute fréquence, via les deux antennes de 13 circuits C. Celles-ci étaient composées chacune de 13 tubes creux, circulaires et concentriques mais non contigus de cuivre (jaune et rouge) disposés en alternance entre des circuits en aluminium. Les circuits étaient maintenus et isolés par un fil de soie ceci pour optimiser le phénomène de résonance. Les mécanismes tournants des pulsations traduisaient l’importance de champs magnétiques asymétriques induits par des courants de haute fréquence atténués par une coupure de l’étincelle. Le patient était placé entre les deux antennes c’est à dire dans leurs champs oscillants de haute fréquence et chaque cellule de la zone à traiter était ainsi exposée - avec une pénétration maximum de 20 cm - à l’effet résonant : exactement comme une corde de guitare qui vibre lorsqu’elle est exposée à un son résonant.

Lakhovsky expliquait cette notion de syntonie par la condition d’un transfert maximum d’énergie (par triangulation) pouvant être réglé avec un ampèremètre thermique H-F indiquant l’intensité maximum. La durée du traitement quotidien variait de cinq à dix minutes, ce laps de temps était purement arbitraire puisque les radiations ne provoquaient aucun effet thermique ni de perturbation organique. Lakhovsky expliquait que quelle que soit la cause pathogène, les multi ondes reproduisaient et surtout rehaussaient les fréquences nécessaires pour rétablir l’équilibre naturel oscillatoire des cellules. Chaque cellule peut alors de nouveau vibrer à sa propre fréquence naturelle et à sa propre longueur d’onde. Dans tous les cas pathologiques et selon leur stade de développement (pour les cancers), les traitements donnaient de très bons résultats, des guérisons spectaculaires quelques fois après seulement 3 séances (on a soupçonné à juste raison un effet retard). C’est donc l’organisme lui-même qui par sa vitalité renforcée par l’oscillation optimisée des cellules, résiste et détruit (étouffe) les agents pathogènes sans détruire le tissu vivant (rapports divulgués en appendice de son livre « Le secret de la Vie »).

(Note : les virus ont une structure cristalline et peuvent de ce fait être éradiqués en utilisant leur contre fréquence !)

Son émetteur-oscillateur, Multi Wave Oscillator, MWO, Oscillateur à Ondes Multiples fonctionnait avec toutes les longueurs d’ondes basiques de 10 cm à 400 m fournies par induction via des bobines et des condensateurs de faibles capacités (éclateurs de Tesla ) : des dipôles hertziens de fréquences opposées, clos sous lampes ou tubes à vide dont les bobines sont réduites en multi étages sur une échelle de plusieurs tours à une fraction de tour (brevet français du 21 novembre 1941) et ouverts : des boucles couplées aux circuits oscillants des antennes. Lakhovsky a utilisé des lampes multi triodes à bulbe sous vide ceci pour ne pas altérer les modulations d’impulsions à étages multiples, la transmission des ondes ultracourtes et ainsi éviter leur distorsion.

Chaque circuit creux des antennes (clos hermétiquement) de par leur alliage de cuivre (jaune et rouge) et d’aluminium, créait intérieurement des effets thermo-ioniques en rapport avec des interactions gazeuses entre des isotopes de matière et d’anti-matières radioactifs par leurs liaisons h (hydrogène). Ces interactions émettaient de nombreuses harmoniques qui avec leurs ondes basiques, leurs interférences et leurs effluves électroluminescentes, pouvaient atteindre l’échelle de l’infrarouge et même celle de la lumière blanche visible dans le spectre électro-acoustique et optique à environ 3000 trillions de hertz.

La technologie mise en oeuvre dans la conceptualisation de son MWO était un point de départ dans la compréhension actuelle de phénomènes plasmiques (entre l’électro-spectre acoustique et optique) et leurs applications potentielles dans les domaines d’énergie hyper acoustique et d’effets miroir interactifs dans des systèmes cristallins transistorés et où il est question de phénomènes holographiques. A ce jour, les expériences menées à ce sujet démontrent que des mécanismes contrarotatifs peuvent, dans certaines conditions mettant en jeu des systèmes non linéaires, générer des fréquences pures d’ondes de chocs de nature électro-acoustique (entre phonons et gravitons), entre des holostructures cristallines exotiques et des propriétés virtuelles émergeantes du vide quantique absolu au travers de l’hyperespace.

Bien que le MWO fonctionnât sur les principes primaires de l’électromagnétisme, Lakhovsky n’assimilait pas l’énergie radiante à des particules hautement chargées électromagnétiquement mais plutôt à un fluide électrique énergétique de valeur très élevée

(Note : Cela correspond tout à fait à la technologie de Nikola Tesla : ’’Magnifying Transmitter’’ utilisée dans le fonctionnement de ses générateurs ’’0-Time’’).

Les récentes découvertes en matière de plasmas valident ses affirmations et prouvent que les mouvements contrarotatifs des électrons négatifs et des ions positifs constituent un courant électro-plasmique en rapport avec la lumière luxonique (les luxons de la barrière de la lumière 300 000k/s) et auxquels s’associent (aux bradyons sous-luminiques) ipso facto les champs magnétiques des photons. Actuellement, avec la compréhension de ces phénomènes de radio interactivités nucléaires dans les milieux plasmiques provoqués par des ondes de chocs dans les structures cristallines ADN (nano cristaux), on peut rationaliser en partie des concepts à partance de connaissances approfondies en psycho biophysique. Concepts qui à l’époque étaient certes révolutionnaires mais incompris car trop en avance sur leur temps. Lakhovsky était (ainsi que son ami Tesla) un érudit en matière d’électro-acoustique et de phénomènes magnétiques (qu’il nommait ’’Universion’’) qui sous-tendent les principes qui régulent les fluctuations cycliques, logarithmiques et dissipatives de tous les systèmes vivants du microcosme au macrocosme et au travers de toutes leurs échelles de manifestations temporelles et dimensionnelles.

Pour construire les antennes de son appareil, Lakhovsky emprunta le design et les proportions du Golden-Ratio (Nombre d’Or) de Pythagore. Les circuits en C des antennes sont accordés et agencés selon un logarithme périodique dérivé de relations numériques entre les vibrations des harmonies tonales (octaves) ou harmoniques ayant leurs équivalences de fréquences concordantes avec un spectre électro-acoustique d’une tonalité inaudible.

Lakhovsky orienta donc ses recherches sur les harmoniques du son et de la lumière séparés seulement par la mesure du son en fréquences et de la lumière en longueurs d’onde (vitesse de la lumière/fréquence). Les harmoniques sont également en rapport avec une radiation ’’maser’’ d’un ’’Dipôle Primordial’’ (’’Arché-Génotype-Cosmique’’), dont leur niveau respectif de vibration est un sur multiple des harmoniques de l’ultra basse fréquence de l’ADN qui est elle-même interconnectée (via son Dipôle Originel) par d’extraordinaires harmonies numériques à un niveau intégrant une ’’Courbe Spiralée Infinie’’ de modulations tonales qui orchestre au travers les ’’Réseaux Matriciels Cristallins’’ de toutes ses structures psychophysiques dissipatives, sa propre démodulation dans d’infinies sphériques de courbes de groupes quantiques croissant et énergétiques décroissant.

Sa démodulation s’exprime dans une échelle de vibrations atténuées dans d’innombrables dimensions et variables temporelles. Le 13ème anneau C le plus externe (le plus grand) des antennes symbolise Cette Courbe Infinie de l’Univers et de Laquelle jaillissent des myriades de courbes ’’ouvertes’’ (brèches temporelles) gigognes (ou cordes selon la théorie des Super-Cordes). Elle fait également office de système d’ancrage entre le vide quantique absolu et les multi courbes gigognes de lumière diffractée au travers du ’’Réseau Matriciel Cristallin’’ d’une structure psychophysique donnée. La Courbe Infinie évoque également la notion de ’’Signification-Information’’.

(Note : le terme ’’Signification’’ désigne un potentiel virtuel unifié (dans le sens de force duale et ’’d’Information’’ compressées)

potentiel intégrateur et autorégulateur de vecteurs énergétiques trans-temporels (non scalaires) et trans-dimensionnels. Ce potentiel virtuel est immanent à toute structure psychophysique dissipative dans toutes les échelles de résolutions observées au travers de son propre ’’Réseau Matriciel Cristallin’’ et dans toutes les densités temporelles de tous les univers (de l’infiniment petit à l’infiniment grand) et à travers tous les états basiques de la chaîne de la matière et de l’anti-matière. En termes de ’’Cyber-Noétique’’, la notion de ’’Signification’’ se rapporte à l’étude des hyperbolique-sphériques (abusivement interprétées comme des sphères) de quantum de qualia (ondes psi) associés aux quanta.

Concernant les valeurs numériques, il a pris en considération la série de Fibonacci qui aboutit en une séquence de nombres (1+1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, 89, 144....etc) ayant une valeur de plus en plus exacte du Nombre d’Or et du rapport Phi (échelle de proportions dans la nature) à travers la division de chaque dernier nombre par le précèdent (ex : 144/89=1.6179775). C’est le seul nombre dans lequel les proportions décimales des réciproques et le carré du nombre lui-même (0,618033988) ont la même valeur : 1,618033988. Cette valeur est un sous-multiple harmonique (subharmonique) de l’ultra basse fréquence des rotations orbitales des espaces-temps électroniques opposés et gémellaires (les écorces du noyau dans leur milieu thermo-ionique) des paires de bases nucléotides de la ligne d’assemblage ADN. Les fréquences d’harmoniques des ondes générées par le MWO, dans les échelles de 75O hz jusqu’à 3000 trillions hz proches de celles de la lumière blanche, étaient en mesure d’interagir sur les densités temporelles orbitales des espaces électroniques à partir de leur fréquence respective ultra basse surmultipliée. Cette fréquence ultra basse équivaut à un large spectre détecté par ’’Le Dipôle Primordial Cosmique’’ au travers ses ’’Réseaux Matriciels Cristallins’’.

Ce large spectre est aussi la valeur de rapport ’ r ’ de n’ dimensions (D) d’homothétie de courbures de champs électro-plasmiques contra-rotatifs en rapport avec le nombre (N) de parties ou d’images reflétées dans une hyperbolique-sphérique par le Dipôle Originel ADN. Il matérialise ainsi à chaque réitération logarithmique, son propre modèle psychophysique en 3D dans un rapport ’’r’’ (D=log N 1/r) quelle que soit l’échelle dimensionnelle de résolution observée au travers son ’’Réseau Matriciel Cristallin’’ de géométrie fractale. C’est la définition même d’une spatialisation holographique d’une forme donnée au travers d’un point de vergences dioptriques (un ’’focus’’) diffractées dans un réseau de résolutions gigognes observées au travers de multi sphériques. 1,618033988 est aussi un sous multiple de la valeur d’échelle numérique de la longueur d’onde basique des dipôles hertziens de son appareil qu’il a divisé par Pi et multiplié par une constante x. Lakhovsky a toujours pris en considération les dipôles de fréquences opposées pour construire son appareil : tant dans sa partie électronique (clos sous tubes à vide) que dans la conception de ses antennes (deux sphériques obturant chaque extrémité des anneaux des antennes).

Lakhovsky, qui s’est inspiré des travaux de Viktor Schauberger sur les vortex et de von Koch sur sa courbe (découverte en 1904 et redécouverte en 1975 par Mandelbrot), a établi des correspondances avec la pyramide à base carrée et la géométrie des champs électromagnétiques pour conceptualiser judicieusement le design des antennes de son MWO. En superposant, sur un plan perpendiculaire à leur axe 6 dipôles électromagnétiques : 4 en carré, 1 au-dessus et 1 en dessous, on obtient 12 monopoles électromagnétiques opposés 2 à 2. Ces 12 monopoles à partir de leur convergence coaxiale (au centre), projettent des vortex d’ondes concentriques informatives et formatives dans 4 dimensions

Ces cercles peuvent être conçus comme des vecteurs hyper acoustiques non linéaires pour l’hologrammisation en substance, via des gradients de tension de polarités négative et positive au travers la matière et l’anti-matière, d’un invariant systémique de 2 hémisphériques primordiales (chacune de polarité opposée) et à partance de son ’’Réseau Matriciel Cristallin’’ de géométrie fractale. Ces 2 hémisphériques sont de liaison optico-acoustique avec les nano-cristaux mésomorphes de la ligne d’assemblage ADN. Elles sont à l’origine de la conceptualisation de la conception hologrammique de notre ’’future’’ structure psychophysique (adulte) subséquente à notre génotype : 22 + 1 = 23 gènes (au lieu de 24 !).

Ce principe holographique peut être considéré initialement comme une sextuple projection holophononique instantanée à partance de notre Dipôle Originel, puis diffractée (à la limite d’effets-miroir) et réfractée par 4 double-effets de 3 fréquences-miroir (une image acoustique de phonons). Notre Dipôle Originel est un génotype composé de 2 gènes exotiques ’’intemporels’’ et oximore (de 2 polarités opposées). Ces 2 gènes exotiques sont de pureté chimique cristalline proche des 100% (cristal de quartz, la perfection du minéral) s’holographiant et s’hologrammisant en substance dans un multi treillis solitonique de points nodaux.

Ces points nodaux peuvent être analogiquement comparés à un multi système nano-oscillographique piezo-électro-acoustique auto-intégrant ses 46 chromosomes dans son propre ’’Réseau Matriciel Cristallin’’ subséquent à sa ligne d’assemblage ADN. Ce multi système transforme ainsi des oscillations vertigineuses au travers de l’éther (de l’hyper espace) en lumière blanche (en rapport avec les luxons). Les 46 chromosomes sont des entités qualiques ou entités élémentaires de matière et d’anti-matière de spectre opposé. Les 6 dipôles électromagnétiques sont symbiotiques de par leurs fonctions temporelles transitoires à partance d’un vecteur d’hyper énergie de fréquences phononiques d’une densité supérieure dissipative dans une densité inférieure, et toutes deux sont projetées instantanément dans 4 densités (temps horizontal ou dissipatif lié à notre perception psychologique). Ces 6 dipôles font office de diaphragme ou obturateur par ’’effet lentille’’, qui caractérise une fonction ’’focus’’ holographique virtuelle au travers d’un tube thermo-ionique optico-acoustique (comme un tube fluorescent). Ce tube canalise sur son axe magnétique le tube ’’alimentaire’’ psycho-biologique de notre structure psychophysique dissipative (adulte), à partir de la division cellulaire de ses 6 cellules souches (mitose et méiose de l’interphase à la télophase). A ce stade, un dipôle est donc formé de 2 monopoles électro-plasmiques, dont chacun réfracte par fréquences-miroirs, un faisceau optico-acoustique fondamentalement électro-plasmique.

Dans une perspective en 4D, les 6 dipôles forment 2 hyper plans tangents de 6 axes de faisceaux électro-plasmiques sur lesquels s’alignent 6 champs magnétiques et dont leurs connexions méridiennes et coaxiales à leur centre caractérisent un tunnel de temps ou vortex de densités ou variables temporelles contrarotatives, et par lequel les 6 champs électromagnétiques se projettent instantanément et s’introjectent en logarithme périodique au travers de l’hyper espace, formant des trains infinis d’ondes sinusoïdales (ondes de pression) bornées par les faisceaux électro-plasmiques (comme un gyroscope). En termes multidimensionnels, il s’agit d’un ’’holomouvement’’ (terme que j’emprunte en mémoire de David Bohm) quadri-axial : orbital, rotationnel, toroïdal et dissipatif, qui pivote à partance de points de vergences dioptriques angulaire à 90° sur un axe quadrique par radians disposés en cercle et totalisant 360°. L’axe de ces points de vergences en 360° caractérise le ’’focus’’.

Ces 4 formes de mouvement, peuvent être subdivisées en deux fondamentalement radial-axial (de l’extérieur vers l’intérieur). Ces deux forces opposées sont la manifestation d’une même force duale bipolaire qui s’exprime différemment : a’ < d’une façon non linéaire en se projetant instantanément à travers 2 densités temporelles de temps vertical et b’ < en s’introjectant logarithmiquement en dynamique linéaire dans 4 variables temporelles de temps horizontal ; cette force duale spatio-temporalise ainsi le tube ’’thermo-ionique’’ de notre future structure psychophysique ’’adulte’’ sur son axe magnétique bipolaire. Le tube thermo-ionique est une fonction ’’Phaser holographique’’ ou fonction ’’Pulsante’’ de radiations hautement amplifiées, interactive entre le ’’Réseau Matriciel Cristallin’’ et les radiations saser et laser dans les contextes internes holographiques et hologrammiques des nano-cristaux ADN ! C’est une psycho-bio-technologie ’’hyper psychique’’ virtuelle à partance de 12 graphes (12 spectres optico-acoustiques), et qui s’exprime non linéairement par triangulation de 3 infimes faisceaux d’ondes (de phonons et de luxons) cohérées avec des ondes psi (ordinairement) dans les contextes holographiques et hologrammiques sub-nanométriques.

A l’échelle et en termes de psychophysique (avancée), le tube thermo-ionique est un puits anti-gravitationnel d’ondes psi intemporelles (et non atemporelles) entrecoupées par 4 variables temporelles de mouvements de temps cinématique liés à la matière. Une image simplifiée en 2D de ceci, correspondrait à 2 huit -8- type ’’moebius’’ s’interpénétrant l’un dans l’autre sur leurs axes communs localisant ainsi (virtuellement) l’axe de temps vertical ’’0-Time-Space’’ qui est également le siège du Dipôle Originel au sein du ’’focus’’. Le tunnel de temps vertical est le résultat auto généré par ces 4 mouvements au travers de l’hyperespace qui est atemporel (notion que l’on peut assimiler à l’éternité). Ces 6 ’’portails’’ temporels sont chacun en rapport de vergences dioptriques hyper-luminiques (tachyoniques) diffractées et réfractées à partance de vecteurs hyper acoustiques inhérents aux 2 monopoles primordiaux du Dipôle Originel (qui est à l’intérieur du ’’focus’’).

Chaque entité élémentaire de la matière et son anti-matière, possède leur propre point vibrationnel de fréquences et de longueurs d’onde alignés en vortex sur 3 axes dans leur propre spectre électromagnétique de polarité opposée entre spectre positron et spectre électron.

(Note : le positron est l’anti-particule de l’électron, les deux sont identiques en masse selon leur résolution optique en rapport avec leur radiation électromagnétique opposée : le positron et l’électron sont une paire d’entités élémentaires informationnels créées par réduction d’ondes psi (affaiblissement) d’un photon qui n’a pas de charge électrique).

Chaque spectre de chaque dipôle est aligné sur 3 axes angulaires de 90° entre son champ électrique et son champ magnétique respectif autour du ’’focus’’ et chaque monopole est décalé temporellement et angulairement sur leurs 3 axes respectifs (comme 4 pales d’une hélice de bateau) dans 4 cônes d’espace relatif. L’espace entre ces champs correspond au domaine éthérique c’est à dire l’hyperespace de spectre de lumière pure non déviée et non décomposée. Les 12 monopoles sont opposés et tournoient contra-rotativement sur l’axe commun du ’’focus’’ et dont la somme de leurs jonctions caractérise un interface membraneux (plissement éthérique) qui enferme le Dipôle Originel (fonction ’’focus’’) dans une ’’chambre’’ à vide quantique absolu. Les 2 faces de l’interface membraneux recto verso, forment un réseau connexe réticulaire transducteur optico-nucléaire de polarités négative recto et positive verso. En termes d’holographie, il s’agit de 6 paires de graphes (12 au total) de fréquences vertigineuses opposées, d’ondes psi/corpuscules hologrammiques : 6 spectres de lumière électro-plasmique (blanche associée aux luxons) qui se réfractent et agissent comme fonctions simultanément analogiques et digitales (saser phononique et laser luxonique), et interactifs par triangulation des 3 axes des faisceaux entre l’électro-spectre et le spectre positron. Ils sont porteurs, et accumulateurs d’Information Elémentaire (ondes temporelles psi).

A travers l’hyper espace qui les connecte, les 12 graphes tournoient en un holomouvement à travers les 4 variables temporelles relative à 2 densités : supérieure et/ou inférieure multi contrarotatives et dont leurs jonctions compressent et canalisent la ’’chambre’’ à vide quantique absolu. Cette ’’chambre’’ à vide est formée par le plissement éthérique qui enveloppe le ’’focus’’ du Dipôle Originel. La ’’chambre ’’ à vide est également commune aux 6 paires de graphes, et par laquelle se diffractent et se réfractent les spectres électro-plasmiques de lumière par ’’effet-miroir’’. Ces faisceaux sont interactifs dans les milieux gazeux, via des polarités opposées, qui se traduisent par des effets de sonoluminescence produits par des ondes de chocs entre des phonons et des gravitons (liés aux ondes temporelles psi) au travers et entre le ’’Réseau Matriciel Cristallin’’ et ses nano-cristaux ADN. Les nano cristaux sont des prismes mésomorphes qui peuvent adopter toutes ’’bases- lentille’’ susceptibles d’être structurées en taille ’’diamant’’ ! Dans leurs états basiques, ils dévient et décomposent les 6 spectres électro-plasmiques du multi treillis (les points nodaux) en bio-photons dans les contextes holographiques et hologrammiques (processus de Tet-Tracking). Dans l’hyper espace qui n’est pas du vide mais de l’éther (lumière blanche non magnétisée), les ondes de chocs provoquées par la collision des phonons génèrent des gravitons qui, lorsqu’ils percutent les prismes structurés en taille ’’diamant’’ du Dipôle Originel (dans la ’’chambre’’ à vide), génèrent des faisceaux électro-plasmiques associés aux luxons.

Ces particules luxoniques correspondent à la barrière de lumière de notre courbe d’univers (ou mur de Planck). Les phonons sont des ondes acoustiques de fréquence V (10 puissance 12 hertz) provoquées par les vibrations tonales syntoniques et synergétiques entre la courbe hyperluminique d’un univers supérieur et notre propre courbe d’univers et qui sont absorbées par notre ’’Réseau Matriciel Cristallin’’ et réfractées in fine dans les nano-cristaux ADN. Ils s’associent dans notre spectre éléctromagnétique aux ondes sonores et aux photons.

(Note de l’auteur : en 1907, Einstein avait introduit par analogie aux photons la notion de ’’phonons’’ une énergie E=hv (h=constante de Planck). Mais c’est Debye qui a démontré que les phonons étaient aussi des quanta de chaleur).

Les phonons sont donc les vecteurs hyper énergétiques de nature fondamentalement acoustique, immanents à notre manifestation physique basée sur la résonance de 6 spectres de vergences optico-acoustiques au travers notre tube thermo-ionique et ses ramifications.

L’axe de l’holomouvement qui localise virtuellement le ’’focus’’ holographique et les jonctions contrarotatives opposées des 6 dipôles, est leur connexion basique à l’axe de convergence dioptrique (réflexion, réfraction et diffraction) de la lumière et qui est également l’axe de convergence du temps vertical (non linéaire ou cinétique) et du temps horizontal (linéaire et circulaire ou cinématique) c’est à dire le ’’0-Time-Space’’ ou puits gravifique d’ondes temporelles psi.

(N.d.a. : à propos du temps cinétique qui a le mouvement pour origine et cinématique qui est relatif aux corpuscules en fonction de variables temporelles, et pour simplifier cette notion, j’emploierai les termes de temps vertical pour désigner le temps cinétique non scalaire et de temps horizontal pour désigner le temps linéaire ou dissipatif associé au temps psychologique).

Cet ensemble holostructuré tournoie sur lui-même en un holomouvement dynamique de 4 variables temporelles (temps horizontal) pulsées logarithmiquement au travers les 2 densités supérieure et/ou inférieure (temps vertical). Ces 4 variables temporelles procèdent initialement des 4 mouvements au travers de 4 cônes d’espace relatif. Ces 4 mouvements dans l’hyper-espace, auto génèrent le tunnel de temps vertical et le ’’focus’’ qui lui-même distribue entropiquement la ’’Signification’’ (du futur) de la densité supérieure au présent (l’ici et maintenant) et la dissipe dans la densité inférieure (du passé). Autrement dit, la densité supérieure canalise des ondes temporelles psi du futur, et la densité inférieure stocke des ondes temporelles psi du passé dans l’éther (comme un négatif de film). Leurs inférences se limitent d’une part : pour la densité temporelle psi supérieure, aux mesures observées par microscope à effet-tunnel, et d’autre part pour la densité temporelle psi inférieure aux observations mesurées par télescope (lointains systèmes et amas galactiques). L’infiniment grand est la rémanence de couches éthériques chronosiques ’’empilées’’ de réalités mémorielles du passé toujours réactivées en boucles fermées. Ces boucles de temps évoquent la mémoire de notre univers et de toutes les lignes d’univers de toutes ses structures psychophysiques dissipatives. L’infiniment petit est l’émergence d’espaces holographiques sériels ou séquentiels et atemporels, ce sont des réalités alternatives actualisées en logarithme périodique dans le présent (ici et maintenant).

Ce logarithme périodique rétro-active en temps nul des boucles dissipatives (ouvertes) du futur vers le passé, et aux travers desquelles l’ontogenèse récapitule la phylogenèse. A l’échelle du réseau thermo-ionique et orbital contrarotatif subséquent aux 6 espaces-temps électroniques des noyaux des paires de bases nucléotides de l’ADN (opposés comme des rotors), les densités temporelles supérieure et/ou inférieure coexistent et tournoient dans l’ hyperespace non scalaire sans aucune droite et où tout y est courbé et dont les limites de bornage de notre structure psychophysique forment une hyperbolique-sphérique de connectabilité subtile de liaison h (atomes d’hydrogène) entre son ’’Réseau Matriciel Cristallin’’ et les nano cristaux mésomorphes de la ligne d’assemblage ADN. Dans sa ligne d’univers projetée instantanément du point initial ’’0-Time-Space’’ dès notre conceptualisation, notre hyperbolique-sphérique se dilate instantanément jusqu’à sa limite d’horizon événementielle (limite d’effets-miroir) et se re-comprime en un logarithme périodique rétroactif au travers 4 cônes d’espace relatif, pulsant ainsi la ’’Signification-Information’’ en temps linéaire et circulaire qui nous canalise dès notre conception jusqu’à notre mort biologique ; c’est à dire l’absorption’’ in fine au point de retour initial ’’0-Time-Space’’ : la ’’chambre’’ à vide où siège notre Dipôle Originel.

Toute particule, toute structure physique dissipative d’énergie informationnelle, tout système dynamique et linéaire évoluant dans un temps horizontal (dissipatif du passé vers le futur), sont connectés de par leur ’’0-Time-Space’’ via leur propre axe d’holomouvement de temps vertical (tube thermo-ionique) à cette convergence néguentropique virtuelle. Ces infinies connexions coaxiales multi contra rotatives forment des puits d’ondes temporelles psi de ’’temps manquant’’ (temps vertical) au travers l’hyperespace. A l’échelle astrophysique ce sont des trous de ver (missing-time) qui caractérisent un système non linéaire d’écume de micro trous noirs opposés à leur contrepartie connexe en trous blancs. Leurs jonctions localisent les ’’chambres’’ à vide quantique absolu, c’est à dire la 5ème inter dimension virtuelle et vectorielle (cardinale) de la ’’Signification’’ entre toutes les courbes d’univers et dont son ’’Information’’ se traduit par les fonctions simultanément analogiques et/ou digitales (’’effets lentille) via tous les ’’focus’’ de toutes les structures dissipatives qui occupent la quatrième dimension temporelle répartie en 4 cônes d’espace relatif déterminés par la rotation logarithmique de l’holomouvement sur 4 axes angulaires et perpendiculaires à 90°. Les puits d’ondes temporelles psi sont omniprésents dans l’hyperespace et permettent via les ’’focus’’, une interconnexion multiple d’infinis faisceaux optico-acoustiques et en temps nul entre tous les espaces-temps électroniques des bases nucléotides au travers leur milieu ambiant thermo-ionique.

Ces ondes temporelles psi sont la dimension de la lumière blanche elle-même interconnectant tous les domaines d’énergie et de densités temporelles d’un holomouvement donné au travers des 4 cônes d’espace relatif ; Cet holomouvement se traduit par des fréquences pulsant une hyper-énergie de ’’Signification-Information’’ gravifique fragmentée au travers l’hyperbolique-sphérique par les 12 graphes et qui est distribuée au travers les 6 densités temporelles variables dans les 4 cônes d’espace relatif. Les 12 graphes sont la manifestation de notre système ’’Hyper-Psychique’’ primordial (un 7ème sens si l’on considère le 6ème comme l’intuition) au sein du ’’Réseau Matriciel Cristallin’’ de connectivité peu activée (ou pas du tout) dans notre propre réseau neuro-synaptique (de liaison h avec des atomes gazeux furtifs).

Ce système ’’Hyper-Psychique’’ actualise dans le présent (relatif à notre cône d’espace dans l’ici-présent) des sujétions rétroactives du passé et du futur décalées temporellement au travers des 4 cônes d’espace relatif. Ce procédé informatif et formatif dans les processus hologrammiques de la matière, relativise ainsi notre libre arbitre via nos perceptions sensorielles : en termes noétiques (psychologie appliquée dans l’étude des aspects phénomènologiques des manipulations matière-’’Information’’) il s’agit du Moi (ou du Soi ou tout autre nom que l’on veut bien lui donner) non fragmenté qui se caractérise par une conscientisation relative de l’espace, du temps et de la causalité : c’est le point ’’focus’’ de lumière (blanche) au bout du tunnel d’arches lumineuses contrarotatives que décrivent les ‘’expérienceurs’’ de NDE. Cette manifestation hyper psychique (non linéaire ou non scalaire) est liée aux états de conscience modifiés et/ou aux perceptions extra-sensorielles en général et qui débouchent sur l’aperception d’événements concernant un cône d’espace relatif donné, d’une variable temporelle du futur et/ou du passé. Ce phénomène s’interprète comme une intro-projection psychique temporaire dans la zone virtuelle ’’focus’’ au travers le tube thermo-ionique et par laquelle le système ’’Hyper Psychique’’ peut percevoir simultanément et en 360° à partir de la 5ème dimension, des séquences événementielles (du futur ou du passé) décalées dans les 4 cônes d’espace relatif . Nous créons et manipulons nous-mêmes notre propre réalité événementielle du présent (dans l’ici et maintenant) à partir du ’’Réseau Matriciel Cristallin’’ (qui peut-être analogiquement comparé à un holo-système ’’Cyber-Noétique’’) à partance de notre système ’’Hyper Psychique’’ qui décode simultanément les 6 spectres relatifs à deux densités supérieure et/ou inférieure de 4 cônes d’espace-temps variables (ce phénomène peut s’interpréter comme une fonction psychique temporelle rétro et/ou pré cognitive). Notre propre ligne d’univers (événementielle) est ainsi prédéterminée à l’avance, par cooptation d’événements synchroniques c’est à dire des synchronicités toujours croissantes pré actualisées en séquences holographiques mais non déterministes, rétroactives ou modulables en temps sériel nul. En termes de ’’Cyber-Noétique’’, il s’agit d’un programme évolutionniste multi-existentiel- expérimentiel et interactif entre les 12 graphes.

L’hyperbolique-sphérique forme une ceinture d’ondes radiales et longitudinales ultra stables (le multi treillis solitonique de points nodaux) qui enserre le plasma formant le réseau électro-plasmique et dans lesquels les courants électriques et les champs magnétiques sont alignés perpendiculairement selon l’axe de radians angulaires de 90° des 4 cônes d’espace relatif. Ces faisceaux sont distribués en multi étages gigognes au travers Les 6 variables temporelles (ou ’’portails’’ holographiques) structurant ainsi matière et ’’Signification-Information’’ dans un champ énergétique de fréquences pulsantes. Ce champ est l’extension intra périphérique de la structure psychophysique et dont les limites d’alignement entre les 6 ’’portails’’ gigognes sont bornées par un effet ’’sonoluminescent’’ interactif entre les graphes connexes (réseau réticulaire) et décroissant dans une échelle d’ondes sinusoïdales de pression de compositions moléculaires gazeuses (xénon, krypton, argon, néon, hélium, azote, hydrogène) qui font office de cavités résonantes propices pour l’amplification des fréquences (phononiques) relatives à 12 états basiques de matière opposés à 12 autres d’anti-matière en rapport avec les spectres positrons et électrons des 12 graphes. L’amplification est relativisée par les ’’cavitations’’ d’ondes sinusoïdales selon des potentiels de charges et de gradients de tension (entre les 6 ’’portails holographiques’’) qui sont subséquents aux inversions de polarité électro-plasmique entre les 2 monopoles du Dipôle Originel (au travers de la ’’chambre’’ à vide). Les gradients de tension transductent des phénomènes d’attraction et de répulsion au travers de la ’’chambre’’ à vide et par laquelle la lumière électro-plasmique des 6 spectres optico-acoustiques se répand par permittivité relative en résonance avec les champs contextuels : ioniques et magnétiques entre chaque ’’portail’’ temporel. Ce phénomène permittif interagit analogiquement comme un condensat Bose-Einstein et dans lequel la vitesse de la lumière blanche est proportionnelle à la vitesse des ondes phononiques : c’est le principe basique des faisceaux optico-acoustiques tronqués de gravité lévitante ou repoussante.

Un potentiel gravifique peut adopter deux polarités : l’une attirant la matière et l’autre la repoussant, elles sont directement liées au potentiel attracteur et répulseur du Dipôle Originel. Dans ce milieu de lumière électro-plasmique les modifications de pression sont caractérisées par l’interactivité énergétique des ondes sonores (bruit thermique) entre les 6 spectres électro-plasmiques alignés entre les 6 ’’portails’’ et leurs champs de célérité gravifique respective. La célérité gravifique détermine elle-même dans une échelle descendante de fréquences, de longueurs d’ondes et d’amplitudes, la ’’Signification-Information’’. Au niveau de la structure psychophysique, dans son cône d’espace (ici et maintenant), la ’’Signification-Information est associée aux ondes psi portées par les fréquences atténuées au travers de son tube et ses ramifications thermo-ioniques dans leur milieu ambiant de gravité basique ; ces ondes psi sont décodées par collapses (réduction d’ondes psi par 3 infimes faisceaux) au niveau des espace-temps électroniques des bases nucléotides : plus le champ gravifique est puissant plus la ’’Signification-Information’’ s’accroît et inversement.

Le bornage de ce milieu plasmique gigogne forme un double plasmoïde ovoïde de la structure psychophysique plus connu sous le nom de ’’corps de lumière’’ ou ’’corps aurique’’ (ne pas confondre avec l’effet Kirlian) c’est un champ énergétique-informationnel excédentaire (comme celui de la magnétosphère terrestre et de tout planétoïde) dont l’interface externe de bornage se situe dans l’hyperespace c’est à dire dans une bande de fréquences au-dessus de celle des rayons cosmiques et qui sont associées au phénomène de trans-substantation ondes-particules, qui fait qu’une particule apparaît dans l’espace et disparaît dans l’hyperespace par un effet ’’glich-time’’ de l’holomouvement entre deux variables temporelles.

Cette ceinture hyperbolique de lumière électro-plasmique est interactive entre les dipôles électro-plasmiques des 6 ’’portails’’ temporels gigognes de fréquences opposées dont la polarité primordiale négative est le pôle supraconducteur absorbant de lumière par le ’’focus’’ lui-même, et le pôle positif dissipatif in fine sont les espaces-temps électroniques de la ligne d’assemblage des paires de bases nucléotides de l’ADN au travers leur milieu ionique isolant. Ce double plasmoïde agit comme un circuit redresseur de puissance énergétique-informationnelle d’ondes temporelles longitudinales psi et gravifiques de fréquences très élevées (dans le tunnel de temps vertical du tube thermo-ionique) qui sont entrecoupées dans les 4 cônes d’espace relatif (temps horizontal) par les ondes radiales du champ de gravité basique faible : les fréquences de valeur très élevée sont ainsi atténuées in fine dans le spectre ultraviolet en harmoniques acoustiques et optiques dans les ramifications ioniques qui sont susceptibles d’être supraconducteurs dans un système diélectrique convenablement excité !

Un circuit alimenté par des courants électriques de haute fréquence atténués, crée de nombreuses harmoniques dans un système diélectrique dont la polarité positive est le pôle absorbant d’électricité et le pôle dissipatif est le pôle négatif : ce qui a pour effet d’amplifier la tension au détriment de l’énergie électron-volt (et non pas le contraire comme on l’enseigne encore actuellement !). A l’opposé, même à partir d’une faible force d’alimentation tirée de son milieu ambiant son rendement sera supérieur à l’unité. Si par ce même principe, l’on augmente la force d’alimentation (ex : absorption-sub-nanométrique de haute fréquence dans les milieux ioniques), l’énergie obtenue le sera par amplification radioactive nucléaire et s’interprétera par une hausse thermique convertie en bio-électricité (et c’est le principe basique de l’énergie libre). Ce principe thermique est également à la base de tous les phénomènes paranormaux (télékinésie, psychokinésie...etc) et qui crée leur manifestation. Il évoque la notion même de fluide énergétisant qui est dû simplement à des attractions et des répulsions contraires et universelles, entre protons et électrons. C’est le principe fondamental de tout fonctionnement psychophysique sur-unitaire qui implique la superposition de 12 fréquences de longueurs d’ondes multi étagées relatives aux 12 états basiques des éléments chimiques périodiques de la matière, opposées à 12 autres fréquences de longueurs d’ondes qui sont les contreparties connexes d’anti-matière. C’est sur ce principe que Lakhovsky a agencé judicieusement les 24 circuits des antennes du MWO !

Dans le temps horizontal (ici et maintenant) la ’’Signification-Information’’ est dilatée à travers les 6 variables temporelles inhérentes aux 6 espaces électroniques par l’effet de la gravité basique faible. A l’échelle psycho-biologique (et psychophysique en général), ce milieu de gravité ambiante relativise les processus d’homéostasie auto maintenus par nos aptitudes psychiques et sensorielles, selon les fréquences acoustiques et les longueurs d’ondes absorbées et décryptées par les 3 infimes faisceaux saser et laser dans leurs contextes holographique et hologrammique ; contexte qui est relatif à notre cône d’espace (l’ici et maintenant). Les fréquences sont proportionnelles selon leur rapport d’homothétie de courbes de champs électromagnétiques orientés en radians angulaires par leurs connexions optico-acoustiques au niveau du ’’focus’’ et dont leur réfraction réticulaire entre les 12 graphes, à partance du ’’Réseau Matriciel Cristallin’’ du Dipôle Originel et entre les deux densités temporelles supérieure et/ou inférieure, est de correspondance numérique entre d’une part les nombres de 0 à 12 (en rapport avec les éléments chimiques périodiques) liés à 12 états basiques de la matière, et d’autre part leur contrepartie respective d’anti-matière de liaison h avec les nano cristaux ADN . Plus leurs fréquences sont en résonance avec celles de valeur énergétique très élevée du Dipôle Originel, subséquentes à la convergence ’’0-Time-Space’’, plus l’Information de la ’’Signification’’ augmente, plus il y a d’espaces électroniques de vide autour du noyau plus la gravité et les densités ondes psi sont faibles et plus la ’’Signification-Information’’ décroît et inversement.

Notre ’’focus’’ est de connectabilité fondamentalement électro-plasmique dans sa plus haute manifestation énergétique avec notre Dipôle Originel qui la diffracte au sein du ’’Réseau Matriciel Cristallin’’ des 12 graphes au travers du tube thermo-ionique et ses ramifications. Cette manifestation énergétique ainsi atténuée, sous-tend tous nos micro-champs électriques et magnétiques alignés dans les plasmas qui se manifestent par des fonctions analogiques et digitales simultanées entre et au travers des milieux thermo-ioniques des espaces-temps électroniques des bases nucléotides ADN, dans les connexions synaptiques de notre cortex cérébral et le système nerveux. Au niveau du ’’focus’’ c’est à dire au point de convergence ’’0-Time-Space’’ (alignement optimal des 12 graphes) , les notions de temps circulaire (passé, présent, et futur), ainsi que les vitesses limites ou supérieures de la lumière (sous-luminique, luminique et hyperluminique) et des ondes temporelles et de leur ’’Information’’ (ondes psi) qui leur sont associées, n’y ont plus aucun sens puisque leur vitesse respective est par définition la dimension (la 5ème) de la ’’Signification’’ Elle-Même et son ’’Information’’ est de l’hyper-espace parcouru en quantum/bits de temps rétro activés logarithmiquement au travers 4 cônes d’espace relatif décalés en 6 variables temporelles.

Dans les contextes internes ordinaires de conscientisations psycho-homéostasiques (qui relèvent de la psyché) et qui régulent les processus holographiques et hologrammiques (température, concentration des substances...etc), l’ ’’Information de la ’’Signification’’ est tronquée (au travers des 6 ’’portails’’ temporels des espaces-temps électroniques) à partance d’échelles descendantes de fréquences hyperluminiques, luminiques (seuil de la barrière de la lumière) et in fine sous-luminiques à environ 3000 trillions de hz.

Ces fréquences descendantes s’inscrivent dans une dynamique de conscientisation décroissante : énergétique, quantique, atomique, moléculaire, cellulaire, tissulaire, organique...et in fine psychique (aux environs de 450 Mhz). L’ ’’Information de La ’’Signification’’ est dans une large part, dispersée aux travers des espaces-temps électroniques de toutes les bases nucléotides de la masse de notre structure psychophysique. Sa masse est constituée par la somme de tous ses (6) espaces-temps électroniques opposés et du vide quantique absolu entre ses isotopes, elle est donc pleine de vide subséquent à la gravité basique ambiante dans leur milieu ionique. Ce vide relativise à la fois les processus homéostasiques mais également les processus psychiques selon sa plus ou moins grande compression. On peut compresser les espaces de vide électroniques d’un noyau atomique par une force duale électromotrice opposée et contrarotative (2 vortex gémellaires) électromagnétiques d’accélération progressive centripète radiale-axiale ou tangentielle (de l’extérieur vers l’intérieur comme un cyclone) au sein desquels ses éléments quantiques et chimiques peuvent être amenés à leurs conditions extrêmes selon des lois de ’’tonalité’’. Ces lois de ’’tonalité’’ concordent des fréquences matière - anti-matière par effets de résonances qui débouchent sur un point de ’’libération’’ à partir de 96% de la vitesse de la lumière, et par lesquels les éléments quantiques et chimiques de matière et d’anti-matière fusionnent par scissibilité.

La plupart des mouvements liés à nos technologies actuelles sont axial-radial (centrifuges) et inducteurs de bruit de chaleur et de friction, c’est à dire de dynamique fissile désunifiante, dispersive, gabegique, polluante pour notre environnement et nuisible pour nos fonctions psychiques (qui interfère dans les fonctions de collapses d’ondes temporelles psi). A l’opposé, une dynamique duale centripète comme un cyclone ou une tornade qui sont la manifestation d’une même force duale s’exprimant dans un différentiel de températures et de fréquences résonantes et opposées, et qui se déplace contra-rotativement de l’extérieur vers l’intérieur avec une célérité et une vélocité croissante, agit par convergence, concentration et amplification de gravité instable et de compression d’ondes temporelles psi tendant vers le point de libération Unifiant : Chaleur x Froid = Unité = Le Tout qui correspond à l’Energie ’’point-0’’ (ce principe de dualité thermique s’observe dans les réactions plasmiques des milieux ionisés à 0° Kelvin ex : les effets de givre sur les réacteurs à plasmas). Au point de libération, deux forces opposées s’annihilent en s’unifiant, et créent un champ gravifique exponentiel implosif (aspirant et lévitant) générant ainsi une distorsion à la fois sur l’espace et le temps.

Ce principe de courbure influe sur les densités temporelles, si l’on compresse l’espace on densifie le temps : son énergie et son ’’Information’’ (ondes temporelles psi) augmentent graduellement par transfert ’’glich-time’’ d’une densité d’espace à une autre plus faible. Au niveau des bases nucléotides, ceci se traduit graduellement par des facultés optimisées ’’d’absorption’’ dans les dimensions sub-nanomètriques atomiques de toutes les fréquences acoustiques et de toutes les longueurs d’onde (en angströms) dans un seul cône d’espace-temps ici et maintenant, et de décodifications simultanées de quantum/bits en temps presque nul (en deçà des femto-secondes). C’est le principe unificateur qui débouche sur La Sur-Unité ou ’’hyper-conscientisation’’ de la ’’Signification’’ en une seule densité temporelle de convergence paroxysmale avec le ’’0-Time-Space’’ du temps vertical !

La technologie pulsante non scalaire de champs électro-plasmiques est en mesure de cohérer des ondes temporelles psi de gravité instable de l’hyperespace, de les amplifier et les concentrer pour influer sur la gravité basique faible. Ceci est impossible avec des fréquences magnétiques de forces conventionnelles d’accélération centrifuge dans un système linéaire. Au niveau des antennes du MWO, les fréquences pulsées des champs électro-plasmiques de fréquences très élevées, étaient capables par leurs effets de torsion centripète, d’influer sur l’orientation des champs bio-électriques et bio-magnétiques plus faibles au niveau des 6 dipôles (’’portails’’ temporels) au travers du tube thermo-ionique (exemple imagé : l’inclinaison angulaire des pales d’hélicoptère pour exercer une poussée lévitante dans l’air ambiant). Les 6 dipôles de notre structure psychophysique ont la particularité d’être diamagnétiques au sein du tube thermo-ionique dans leur milieu ambiant de gravité basique faible, c’est à dire qu’ils s’opposent gravifiquement et naturellement par leurs orientations angulaires à 90° de leurs champs électriques et magnétiques alignés, à toute aimantation de polarités + -

Les champs électriques s’opposent ainsi à toute compression constante entre leurs champs magnétiques respectifs et donc à tout ’’effet lentille’’ mais sont susceptibles de l’être par des champs multi étagés ascendant des fréquences radioactives via des interactions nucléaires amplifiées par méthodes hétérodyne et superhétérodyne. Ces méthodes sont analogues à celles utilisées naguère en radiotélégraphie et qui utilisaient les interférences produites entre les ondes reçues et les ondes utilisées par le générateur local (l’émetteur) à l’intensité désirée par le récepteur. Cette technologie de triangulation psycho-bio-physique relève d’un principe de syntonisation à logique topographique multi-valente spatialisant orthogonalement les 3 infimes faisceaux saser-laser dans les contextes hologrammiques ordinaires assujettis à la gravité basique. Ces 3 infimes faisceaux composent une signature ’’maser’’ zippée (verrouillage temporel calé sur le ’’0-Time-Space’’) et propre à tout individu et à toutes structures psychophysiques dissipatives en général. Dans ces paramètres ordinaires de gravité basique, cette signature radie par effet hétérodyne de micro fréquences peu élevées. A un niveau plus élevé, lorsque les champs électriques et magnétiques des 6 dipôles et tous les 3 axes des entités élémentaires (matière et anti-matière) sont suffisamment alignés, il se produit graduellement un effet sur-amplifié nommé ’’superhétérodyne’’ de triangulation des 3 infimes faisceaux entre le ’’Réseau Matriciel Cristallin’’ les nano cristaux ADN et le système ’’ Hyper Psychique. La signature ’’maser’’ ainsi amplifiée, le système ’’Hyper Psychique’’ par ses fonctions analogiques digitales en système télé-sub-nanomètrique saser-laser via les 3 infimes faisceaux, peut localiser et cibler avec grande précision un atome donné ou tous les atomes d’un groupe de cellules et les exciter sans affecter leurs noyaux. Ce procédé oblige, dans leur contexte hologrammique, un processus décodificateur numérisé (de nombres entre 0 et 12 relatifs aux 12 états de la matière) au niveau des espaces -temps électroniques des bases nucléotides, qui se manifeste par une scissibilité d’anti-matière avec leurs isotopes. C’est un phénomène de fusion froide entre le spectre positron et le spectre électron des 12 graphes. Les atomes pendant cette scission, captent de la ’’Signification-Information’’ dans une variable temporelle quelconque et reviennent à leur état quantique initial en libérant un bio-photon porteur d’une nouvelle bio-information .

Cet effet ’’glich-time’’, fait qu’un atome peut exister dans l’ici et maintenant pendant que ses isotopes stockent et accumulent une ’’Information’’ d’une variable temporelle d’un autre cône d’espace relatif donné. Aucune autre base cognitive rétro/pré-mnémonique nucléaire ne peut lui être comparée. Ce processus est à la base de toutes les manifestations psycho-bio-physiques dans toutes les échelles de conscientisation pré et/ou rétro cognitive, et qui sont encore (faussement) interprétées comme paranormales. Cette mnémo-psycho-technique interagit avec nos fréquences psychiques ordinaires qui sont comprises dans un registre d’environ 450 Mhz car assujetties au seuil de conscientisation psychophysique dans un registre de fréquences entre le spectre ultraviolet et infrarouge c’est à dire en dessous de 3000 trillions hertz (toutes les cellules vibrent dans cette échelle de fréquences). A son plus haut degrés d’amplification la signature ’’maser’’ permet d’élever ce seuil de conscientisation et les fréquences psychiques au-delà de l’infrarouge dans l’échelle de la lumière blanche aux environs de 3000 trillions hertz (à 96% du point de libération). A partance de ce seuil, le système ’’Hyper Psychique’’ active la fonction ’’Phaser’’ c’est à dire l’effet ’’glich-time’’ paroxysmal ou convergence ’’0-Time-Space’’ (sans rapport de vergence) avec les nano cristaux ADN. Les espaces électroniques sont ultra compressés au point extrême de ’’libération’’ et leur milieu ionique (du tube et ses ramifications) absorbe une colossale énergie de fréquences vertigineuses de Pure ’’Signification’’ de vitesse hyperluminique (au-delà du mur de Planck) ! .

La fonction ’’Phaser’’ est une Connaissance ultime en matière de technologie qui rend compte des processus radioactifs nucléaires et interactifs dans les phénomènes de rémissions spontanées ou d’ auto guérisons (pseudo-miracles !). Au niveau neuro-physiologique cette psycho-technologie permet d’activer l’ ’’Information’’ dans les réseaux synaptiques des aires cérébrales et de moduler (élever et transcender) tous les états de conscientisation. En termes de plasticité cérébrale, ce phénomène s’accompagne par une transition bio-chimique ’’vitrifiante’’ au niveau des nano-cristaux mésomorphes ; ceux-ci modifient leur holostructure en taille ’’diamant’’ et dont chacune de leur facette réfracte la lumière blanche diffractée (sans rapport de vergence dioptrique) par le Dipôle Originel au travers du ’’focus’’ : les 3 infimes faisceaux peuvent alors coïncider avec n’importe quelle raie spectrale des 12 graphes. Toutes les échelles de conscientisation sont optimalement alignées et Unifiées sur Celle du Dipôle Originel.

Cette Connaissance ultime nous révèle comment manipuler l’espace, le temps et son énergie, la matière et son ’’Information’’ et nous permet d’interpréter correctement tous les phénomènes encore considérés dans le conscient (et l’inconscient) collectif comme paranormaux ! Lakhovsky l’a appliquée dans la conceptualisation de son MWO pour aborder une nouvelle thérapeutique radicale sous l’angle de la psychophysique (psycho-biologie et psycho-neuro-physiologie). La morpho-psycho-biologie quantique et atomique, recèle les modèles conceptuels basiques qui sont pré-holographiés dans le ’’Réseau Cyber-Noétique’’, ils préfigurent les futures technologies liées à la lumière (électro-plasmique).

En dehors de l’objectif thérapeutique et son approche dans les processus d’optimisation neuro-physiologique, l’ingénierie radio de base (rudimentaire) telle que l’avait conçue Lakhovsky, permettait d’une part de rationaliser les phénomènes énergétiques latents et sous-jacents aux champs électromagnétiques humain et de son environnement et d’autre part de comprendre et de mettre en oeuvre des technologies innovantes en matière d’énergie propre et illimitée. Lakhovsky avait retransposé dans des protocoles heuristiques, une Science exacte de l’holographie et de l’électro-acoustique. Science formulée et encodée au travers les mythes et La Tradition depuis des millénaires mais qui s’est au fil du temps diluée (pas par hasard !) dans un brouillard mystico-ésotérique. Ses travaux qui ont été volontairement passés sous silence et incompris de ses contemporains et de l’establishment scientifique, furent (après son décès à New York) détournés de leur objectif initial pour aboutir dans des black-programms de technologies militaro-industrielles....dont la technologie Pulser (ondes de chocs et anti-gravitation) mise en oeuvre pour la conception du B2 (ses formes sont basées sur la taille en ’’diamant’’). Il y a environ plus d’un demi siècle déjà, que les découvertes importantes de Lakhovsky (et de Tesla), qui avaient pour but l’épanouissement du potentiel virtuel humain (dans tous les domaines) auraient pu bouleverser l’aventure humaine !

Posté par rusty james à 12:40 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Les cellules atteintes de virus émettent des signaux lumineux d'alertes avant de mourir

Biophotons-1Grande

Indications sur l'état sanitaire d'une cellule

Dans les années 1950 - 60, les chercheurs russes remarquent que lorsqu'un système biologique est soumis à une destruction (chauffage, congélation, empoisonnement), son émission photonique augmente, comme s'il envoyait un avertissement. Cette émission cesse à la mort du système.

Les chercheurs russes des années 70 (S. Stschurin, V.P. Kaznacheev et L. Michailova que nous avons présentés plus haut) ont constaté que l'intensité du rayonnement cellulaire change quand la cellule est agressée, endommagée ou qu'elle meurt.

Les cellules vivant normalement émettent un courant lumineux constant. Lorsqu'un virus pénètre dans les cellules, le rayonnement se modifie: augmentation du rayonnement, puis silence, puis nouvelle augmentation, puis extinction progressive du rayonnement en ondes multiples jusqu'à la mort des cellules. [Cité par F.A. Popp, Biologie de la lumière]

En 1974, Stschurin énonce: Les cellules touchées par différentes maladies ont des caractéristiques de rayonnement différentes. Nous sommes persuadés que les photons sont capables de nous informer très tôt avant le début d'une dégénérescence pernicieuse et de révéler la présence d'un virus.

Dans les années 1980, Nagl (biologiste), Popp et Li ont établi des théories fondamentales sur la relation entre les biophotons et la croissance des cellules, sur les différences d'émission entre des cellules saines et des cellules cancéreuses. Ils ont fait l'hypothèse que la figure de diffusion des photons des cellules contient l'information sur la présence d'une infection virale ou bactérienne. Ceci a été confirmé par des scientifiques du laboratoire national de Los Alamos (USA). Le virologue Lipkind a trouvé les premiers éléments indiquant la présence d'une infection virale par les biophotons (Institut International de Biophysique, Research and History, traduction A.B)

Le rayonnement est fonction de l'état de la cellule. Les informations incluses dans les biophotons rendent compte de l'état énergétique de la ou des cellules émettrices. L'émission d'une cellule saine est calme, comme une rivière tranquille. Selon les recherches de F.A. Popp, si on blesse une plante, d'autres plantes semblables placées autour en sont averties, même si elles sont éloignées. Tout dérangement augmente la production de rayonnement, comme si une activité de réparation se met en branle.

Il est probablement possible de déterminer l'état de santé d'un tissu biologique et aussi d'un organisme entier par les caractéristiques de ses émissions photoniques. La santé semble se manifester par une communication d'information aisée et abondante à l'intérieur du corps, tandis que la maladie consisterait en un appauvrissement de ce flux d'information.

Analyse de la qualité des tissus biologiques

La mesure du flux de biophotons émis par un organisme permet d'en tirer des informations sur l'état de santé ou de déséquilibre énergétique de cet organisme. Cette méthode est un complément prometteur des autres méthodes d'analyse biologique, car elle a l'avantage de ne pas introduire de produits dans l'organisme, ni de faire des prélèvements, de sorte qu'elle ne le perturbe pas.

Sur cette base, plusieurs types d'appareils ont été conçus, d'abord à l'Institut International de Biophysique de Neuss en Allemagne, ou mis au point dans divers secteurs de l'industrie en Europe et au Japon, pour évaluer l'état sanitaire de végétaux, d'animaux, ou du corps humain.

Maladies et vieillissement cellulaire

Selon de nombreuses études, incluant celles de Popp et d'autres en Australie, en Pologne et au Japon, on peut détecter l'état cancéreux d'un groupe de cellules en mesurant ses émissions de biophotons. Sur une biopsie (tissus prélevés dans l'organisme), on peut distinguer les cellules tumorales (cancéreuses) des cellules saines, déterminer leur degré de malignité et évaluer leur réponse énergétique à des substances médicamenteuses.

Popp, VanWikj et d'autres ont mesuré qu'un groupe de cellules cancéreuses n'émet pas les mêmes rayonnements que les groupes de cellules saines. Lorsqu'on stimule des cellules par la lumière, la bioluminescence augmente puis décroit. La vitesse de décroissance est beaucoup plus grande dans les cellules malignes, ce qui indique que leur capacité de stockage en biophotons est réduite. De plus les biophotons ont perdu une bonne partie de leur cohérence. Si on compare l'émission par des tissus d'épaisseur croissante, elle augmente dans le cas de cellules normales et diminue dans le cas de cellules tumorales.

Par la même technique, il est possible d'évaluer le vieillissement cellulaire et l'état du sang.

Des chercheurs japonais (Kobayashi et coll.) ont construit une chambre noire munie d'un système de comptage pour le corps entier. Ils ont mis en évidence que l'émission de biophotons du corps suit en tous points le rythme naturel biologique. Lorsqu'il y a des déviations, elles indiquent une maladie.

Qualité des aliments et cosmétiques

Une des applications les plus immédiates est l'évaluation de la qualité de la nourriture. Popp et ses collaborateurs ont fait de nombreuses mesures pour comparer les émissions de substances en fonction de leur mode de culture ou d'élevage, leur durée de stockage, leur contamination par des produits toxiques tels que les métaux (voir émission Archimède d'ARTE-TV). La qualité des aliments s'évalue en termes de faculté d'emmagasinage de lumière.

Par exemple, on a comparé l'émission photonique d'œufs de poules vivant en liberté à celle d'œufs de poules vivant en cage. Dans le premier cas, les photons étaient beaucoup plus cohérents.

La technique est également très utile pour évaluer la qualité des produits cosmétiques. On peut aussi évaluer leur innocuité avant de faire des tests biologiques sur les organismes, en particulier sur les animaux.

L'aspect de l'émission photonique d'un organisme végétal, animal ou humain donne des indications sur une éventuelle contamination par des bactéries ou des virus. Une application industrielle a été réalisée avec un fabricant de bière sur les mélanges de houblon fermenté.

Extraits d'un article de F.A. Popp et l'Institut International de Biophysique. Traduction A. Boudet

La lumière est un programme qui informe les processus cellulaire

myster10Nos cellules communiquent entre elles par l’échange de « biophotons », lumière ultra-ténue porteuse d’informations, porteuse de vie. Travaux du biophysicien Fritz Albert Popp sur le rayonnement cellulaire.

La lumière est fondamentale pour toute forme de vie terrestre. Nous savons de longue date que la lumière solaire est utilisée par les végétaux pour synthétiser diverses substances parmi lesquelles on peut citer les sucres. Dès 1927, le professeur soviétique Alexander Gurwirtsch découvrait que des radicelles d'oignons communiquaient entre elles sous terre grâce à des émissions de rayonnements ultraviolets. Cette communication déterminait une modification de la multiplication cellulaire dans la radicelle de l'oignon voisin. Gurwitsch appelait cette radiation "radiation mitogénétique". Cette découverte était tellement extraordinaire pour l'époque que Gurwitsch fut traité de faussaire et traîné dans la boue par la plupart des biologistes de l'avant-guerre.

En 1975, grâce à des techniques de pointe, le biophysicien allemand Fritz Albert Popp (Université de Kaiserslautern), non seulement confirmait les découvertes d'A.Gurwitsch, mais prouvait par la même voie que toutes les cellules vivantes émettent et captent constamment de la lumière. Il ne s'agissait plus seulement de cellules de végétaux, mais aussi des cellules animales… et humaines. La découverte fit grand bruit en Allemagne et partout dans le monde, mais en France, à part de rares exceptions, sa connaissance n'a franchi les barrières des médias tant scientifiques que populaires, que bien des années plus tard (ce cas n'est pas un cas unique) (1).
Pourtant cette découverte est destinée à modifier considérablement dans les années à venir la conception de la biologie fondamentale. Elle nous engage vers une biologie dans laquelle la physique quantique serait partie prenante. Le professeur Ily a Prigogine (Université de Bruxelles), prix Nobel 1977, par son concept de "structures dissipatives", introduit le principe selon lequel de l'énergie fournie localement en des endroits déterminés peut se propager à l'ensemble d'un système, donc se délocaliser.
Ceci ne se produit qu'en dehors de tout équilibre.

La lumière, un système de communication codée entre cellules sous forme de biophotons.
En réalité, ce que F.A. Popp a découvert est fondamental et est une application des structures dissipatives. La lumière (= énergie) distribuée dans les tissus vivants par ces émissions cellulaires joue un rôle central dans des processus moléculaires profonds.
Cette lumière est présente sous la forme de quantités d'énergie bien définies émises de manière synchronisée (photons). Ces photons biologiques ou biophotons (assimilables à des particules de lumière, donc associées à une fréquence électromagnétique lumineuse particulière) excitent les molécules en modifiant leur niveau énergétique et permettent ainsi le déclenchement de réactions biochimiques importantes. Nous pouvons affirmer aujourd'hui que chaque processus chimique dans nos cellules est initié grâce à une émission particulière de biophotons (chaque biophoton représente une quantité définie d'énergie appelée quantum). Ceci nous permet de comprendre que les événements cellulaires sont régis par des processus relevant de la physique quantique.
Ces particules de lumière ne concernent pas seulement les tissus exposés à la lumière solaire comme la peau, mais aussi les tissus profonds : reins, foie, poumon, pancréas, par exemple. En somme ces biophotons vont de cellule en cellule et sont en quelque sorte l'objet d'échanges.
Attention, il ne s'agit pas ici de phénomènes de fluorescence ou de photoluminescence comme on peut en rencontrer chez certaines algues ou avec des tissus morts en cours de décomposition ! Ces émissions de biophotons sont des manifestations de la vie normale de cellules vivantes impliquées dans le fonctionnement d'un tissu ou d'une colonie de cellules.
vortex_book_01
Certains animaux vivant en collectivité utilisent le système de communication par biophotons.
Des recherches ont été effectuées sur différents types d'animaux vivant en groupes. Des chercheurs de l'équipe de Popp, ont étudié sur la mangrove de Thaïlande les scintillements des lucioles. Grâce à des appareils très précis, ils se sont rendu compte de ce qu'au bout de quelques minutes de vol en commun, toutes les lucioles émettaient leurs vibrations lumineuses au même rythme (en cohérence). Cette cohérence est un signe de coordination, de coopération entre les différents individus du groupe.
F.A. Popp a montré par exemple que dans des colonies de daphnies (minuscules crevettes) les émissions de biophotons par les daphnies elle-mêmes diminuent avec l'augmentation de la population (contrairement à ce que l'on pourrait attendre), ce qui correspondrait à une absorption par les animaux de plus en plus nombreux d'une partie du rayonnement photonique. Ceci pourrait être un signal de limitation du taux de reproduction. En réalité, lorsque les animaux commencent à vivre dans une certaine promiscuité, les rayonnements photoniques des différents individus sont plus aisément absorbés par d'autres puisque la distance devient plus courte. Ces faits indiquent une sorte de langage informatif collectif que des animaux vivant en colonies utilisent pour transmettre des messages destinés à maintenir le groupe en harmonie, dans des conditions acceptables pour un milieu donné.

L'ADN est le siège de ces échanges de biophotons
F.A. Popp et ses collaborateurs ont aujourd'hui démontré que ces émissions de lumière se font au niveau de l'ADN. Ils ont même prouvé que l'énergie lumineuse est "stockée" dans l'ADN sous forme de biophotons et que ce stockage peut perdurer pendant toute la vie de la cellule. Lorsque des cellules groupées en tissus vivants
meurent, elles émettent toutes ensemble leur rayonnement photonique, ce qui tend à indiquer que leur fonctionnement tout comme leur mort sont étroitement coordonnés. Il s'agit là aussi d'émissions "cohérentes".
Les gènes émetteurs de l'ADN sont également des récepteurs, si bien qu'un échange énergétique s'établit entre le corps vivant et le milieu extérieur. Ce dialogue par flux extrêmement ténus entretient les mécanismes de la vie en puisant son "organisation" interne (diminution de l'entropie) dans la lumière solaire ambiante, laquelle est également cohérente sur un espace restreint…

1. Popp F.A. "Biologie de la lumière", Ed. Résurgence, Pietteur Liège, (réédition 2002,
228 p., 24,90 €). (Diffusé en librairies et magasins bio par DG Diffusion, rue Marx
Planck, BP 734, 31683 Labège cedex, tél. : 05.61.00.09.99).
2. Popp F.A., Li K.H., Gu Q., "Recent advances in biophoton research and its
applications", Ed. World Scientific Publishing Co., 73 Lynton Mead, Totteridge,
London N20 8DH (1992).

Posté par rusty james à 17:31 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Notre Système Biotique détient tous les Secrets de la Science cachée

tumblr_m9kvorXcLe1qzjl9xo1_500 - Copie

cfdfdf

 

Dans cet article qui résume rapidement les grandes lignes de l’astrobiotique, je mets en parallèles certaines révélations reçue en canalisation concernant , les angles Gardien du Temps et la tête originelle du sphinx, ainsi que d’autres relevant de la Kabbale. Tout se rejoint merveilleusement grâce à la compréhension du système biotique, qui vient corroborer tous les enseignements.

Le système biotique qui nous gouverne modifie notre comportement et celui de ceux que l’on rencontre.

Nos mains peuvent sentir les mouvements du cerveau et c’est ce que Emmanuel Guizzo découvre.

Nos mains ont accès à la pulsation du cerveau vibratoire, lorsque la pulsation devient mouvement elle emprunte les mouvements de la nature pour s’exprimer. Ceci se passe dans une autre dimension de l’espace et légitime la télépathie. Ce système est celui par lequel des êtres d’autres dimensions peuvent nous informer.

Le système biotique est ultra sensible à la masse qui induit une déformation de l’espace temps, c’est le cas du menhir qui modifie l’espace-temps intérieur et donc la conscience en envoyant des informations, mais c’est aussi le cas des pierres en général qui informent le cerveau vibratoire quantique et peuvent ainsi aider à la guérison.

Ce système biotique est lié à la lune et au mouvements des planètes Les aspects planétaires nous envoient des informations que nous devons intégrer, et nous pouvons nous réaligner simplement en contemplant ce mouvement sur internet depuis notre fauteuil. Tout peut être testé par les mains, en relation avec les pulsations du cerveau vibratoire que nous devons apprendre à décoder. Les configurations planétaires étaient ainsi testées par les Atlantes qui connaissaient ces secrets.

Selon la position des astres à notre naissance nous sommes plus ou moins sensible à cette communication planétaire. Or toute information mal digérée peut créer une maladie. C’est ainsi que peut se propager des épidémies. Lors du passage d’un Ovni l’information reçue par le système biotique est dense et il est nécessaire de la digérer. On peut le faire simplement en se remettant en contact avec cet ovni via une vidéo regardée sur internet.

Tout prend racine dans une dimension hors de l’espace-temps et cela peut s’inscrire sur des générations. Le Soi cosmique est ainsi géré et influencé par des phénomènes surnaturels. Une personne qui verra un Ovni va aussitôt informer, via son système biotique, tous les systèmes vibratoires de la planète et c’est ainsi que la civilisation a évolué. Mais c’est aussi vrai pour les vaccins dont les effets vibratoires se propagent à l’insu de ceux qui n’ont pas été vaccinés.

Les nouveaux enfants qu’on appelle « enfants lumière » sont particulièrement bien adaptés pour recevoir et intégrer ces informations. Ce sont les enfants du futur. Les cas d’autisme viennent d’une incapacité à ré-informer le cerveau neuronal, laissant ainsi l’information dans un autre espace-temps de conscience.

L’inquiétude de nos frères extraterrestres concernant la manipulation de l’énergie nucléaire les amènent à visiter la terre de plus en plus souvent et ces passages continus participent à l’évolution de l’humanité et peuvent aussi causer des perturbations climatiques et engendrer des maladies.

La mécanique énergétique de la Vie

cerveau memoire a la une

Le système biotique émet un mouvement « circalaire » (entre circulaire et scalaire) qui se sert de la « fréquence eau » pour se dilater.

Tous les os du crâne correspondent à une planète et sont en relation avec les aspects, de manière positive: dilatée, hydratée ou négative: déshydratée.

Les informations que nous recevons à notre insu doivent impérativement être intégrées et cette intégration dépend de l’hydratation qui baigne le mouvement circalaire du système biotique. La conscience de ces phénomènes et l’acceptation de notre mission est un facteur d’hydratation. La compréhension des phénomènes surnaturels est indispensables, notamment pour les personnes qui par leur configurations planétaires sont hyper-informées.

Une personne très informée est sans le savoir le jouet de forces extraterrestres ou surnaturelles, et lorsqu’un déséquilibre hydrique provoqué par un aspect dissonant dans le thème astral n’est pas conscientisé, l’eau se charge d’information et la personne grossit.

Lors de ses recherches, Emmanuel Guizzo s’aperçoit que le Système Biotique de l’Homme est une dynamique fondamentale de vie très simple qui se décline en trois paramètres fondamentaux: Biofréquences, Pulsation et Mouvement Biotiques, qui, comme les trois mousquetaires qui sont en fait quatre: les Biotorsions.

C’est à dire la forme originelle de la mémoire du stress.

L’expulsion de nos anciens comportements correspond à l’expulsion de l’eau intracellulaire (karma) pour recevoir une nouvelle eau vibratoire et cela se répercutera au niveau du sang . Au final notre foie ne véhiculera plus le même sang. C’est le travail que nous faisons actuellement et les Ovnis nous aident pour cette transition. Nous expulsons nos anciennes émotions pour recevoir la nouvelle information.

Emmanuel Guizzo découvre que les deux os temporaux du cerveau forment l’angle de la molécule d’eau!

L’angle si particulier à l’apparition de la vie qui est également celui de la Grande Pyramide construite selon les règles du nombre d’or.

Ces deux directions d’angles sont associés à l’Animus et l’Anima. C’est ainsi que le cerveau, tout comme l’eau, est sexué.

C’est ce secret majeur de la Vie, le secret de l’eau,

L’angle de la molécule d’eau

Angle de la molécule

on associe la molécule d’eau à un tétraèdre régulier dans un repère (o,x,y,z)

l’oxygène est au centre du tétraèdre, et il est entouré de deux doublets liants (liés aux hydrogènes) et de deux doublets non liants. Et tous ces doublets se repoussent.

La molécule d’eau isolée (dite eau incohérente) a une forme coudée (en V) à un angle de 104,5° H-O-H.

Dans cette molécule d’eau, les deux liaisons covalentes O-H ont la même longueur (0,95 Å) (rappelez-vous que 1 Å = 10-10 m = 0.1 nm).

Les valeurs d’angles et de distances mesurées à partir des modèles sont des valeurs moyennes. De fait, dans l’eau comme dans toute molécule, les noyaux des atomes ne restent pas fixes. Ils oscillent autour de positions moyennes en fonction de différents modes de vibration dont la fréquence varie. Dans la molécule entière, toutes ces vibrations et leurs harmoniques se combinent en modes normaux de vibration, caractérisés par un nombre d’onde n exprimé en cm-1.

Lorsque l’eau devient cohérente, elle prend un angle de de 109.4978°.

La mécanique quantique relativiste explique cette variation d’angle par le fait que l’eau est capable de se coupler avec le vide via son niveau qui correspond à l’orbitale 5d de l’atome d’oxygène ; C’est l’angle du tétraèdre qu’on retrouve dans la glace.

L’angle cohérent

L’eau devient cohérente lorsque le cerveau neuronal est en phase avec le cerveau vibratoire, lorsque nous sommes à l’écoute de notre intuition. La connaissance de ces phénomènes permettent de lever les doutes qui freinent notre capacité à digérer les informations que nous recevons des étoiles. Cette digestion va s’expanser et se propager au sein des systèmes biotiques de tous les individus.

L’Eau, un autre état de la Lumière

Pyramide_de_Lumiere

Il ne peut exister de préférence entre féminin et masculin pour la lumière, elle reste un composé d’ondes  ayant une différence constante de phase. Ces différences de phase n’affectent ni l’onde de lumière, ni même la relation entre les phases, une phase n’étant qu’une situation instantanée au sein d’un cycle en mouvement.

Cet « instant-phase virtuel » peut être vu comme un angle dans le plan complexe, entre imaginaire et réel.

C’est un « angle intuitif » que l’on peut appeler « Gardien du Temps ». Un moment clé de connexion entre nos deux cerveaux, neuronal et vibratoire. La connexion consciente aux Gardiens du Temps se font dans un état d’hydratation optimale, dans un état de Cohérence où la Foi joue un rôle prédominant.

Ce que Emmanuel Guizzo nomme le cerveau vibratoire quantique n’est autre que le Tzelem Elohim, identique à la pyramide avec ses quatre cotés qui sont en fait huit, puisque chaque coté est partagé en deux. et nous ne pouvons  que le remercier de nous offrir toute la richesse de ces précisions incontestables.

Ci-dessous la vidéo de la conférence d’Emmanuel Guizzo réalisée lors des repas ufologiques :

OVNI : l’hypothèse Astrobiotique

Je vous invite également à réécouter cette émission de radio de Bob vous dit toute la vérité  qui est plus récente sur cet article :

Ovnis, Cerveau, Menhirs: L’Hypothèse Astrobiotique avec Emmanuel Guizzo

Médusa et la figure originelle du Sphinx

Médusa et la figure originelle du Sphinx

Savez vous que la figure du sphinx a été falsifiée ?

La Figure ou Partzouf (en hébreu) est un Design , une géométrie qui permet de réengendrer un hologramme.

Le corps du Sphinx contient un système hydraulique intérieur qui est la parfaite copie des organes de reproduction féminins. Ce corps du sphinx, détient une technologie secrète en son sein.  Ce corps représente le monde des morts et son gardien est Anubis, le Dieu à tête de chacal ou chien de Sirius.

La tête du Sphinx était à l’origine la figure d’une femme à chevelure de lion. Cette chevelure disposée en couronne à 12 pointes avait le pouvoir de rediriger les rayons venant du soleil afin de les mettre en cohérence avec le flux émanant d’Orion capté par le système des pyramides. ….

Lire à ce propos le message des Hathor :

Réunissez-vous et rétablissez en Son lieu « La Figure de la véritable Liberté » – Les Hathor

Le mouvement circalaire du système biotique est comparé à celui de la méduse ou du poulpe

la poulpe attitude

Ce mouvement est illustré par ce qui a été appelé la « poulpe attitude ».

Le poulpe est un animal très intelligent doté de neuf cerveaux qui commandent huit tentacules, capable d’effectuer une multitude de tâches en même temps. Son secret ? L’intuition.

L’auteur développe toute une analyse sur le rôle fondamental de l’intuition dans les processus de décision.

merci a  Elishean

http://www.elishean.fr

 

Toute la vie cellulaire est régit par la lumière biophoton de l'ADN qui la dirige à distance .

tumblr_m4ra9sB5zY1r29m0ko1_1280

Dans les années 1950 - 60, les chercheurs russes remarquent que lorsqu'un système biologique est soumis à une destruction (chauffage, congélation, empoisonnement), son émission photonique augmente, comme s'il envoyait un avertissement. Cette émission cesse à la mort du système.

Les chercheurs russes des années 70 (S. Stschurin, V.P. Kaznacheev et L. Michailova ) ont constaté que l'intensité du rayonnement cellulaire change quand la cellule est agressée, endommagée ou qu'elle meurt.

Les cellules vivant normalement émettent un courant lumineux constant. Lorsqu'un virus pénètre dans les cellules, le rayonnement se modifie: augmentation du rayonnement, puis silence, puis nouvelle augmentation, puis extinction progressive du rayonnement en ondes multiples jusqu'à la mort des cellules. [Cité par F.A. Popp, Biologie de la lumière]

En 1974, Stschurin énonce: Les cellules touchées par différentes maladies ont des caractéristiques de rayonnement différentes. Nous sommes persuadés que les photons sont capables de nous informer très tôt avant le début d'une dégénérescence pernicieuse et de révéler la présence d'un virus.

Dans les années 1980, Nagl (biologiste), Popp et Li ont établi des théories fondamentales sur la relation entre les biophotons et la croissance des cellules, sur les différences d'émission entre des cellules saines et des cellules cancéreuses. Ils ont fait l'hypothèse que la figure de diffusion des photons des cellules contient l'information sur la présence d'une infection virale ou bactérienne. Ceci a été confirmé par des scientifiques du laboratoire national de Los Alamos (USA). Le virologue Lipkind a trouvé les premiers éléments indiquant la présence d'une infection virale par les biophotons (Institut International de Biophysique, Research and History, traduction A.B)

Le rayonnement est fonction de l'état de la cellule. Les informations incluses dans les biophotons rendent compte de l'état énergétique de la ou des cellules émettrices. L'émission d'une cellule saine est calme, comme une rivière tranquille. Selon les recherches de F.A. Popp, si on blesse une plante, d'autres plantes semblables placées autour en sont averties, même si elles sont éloignées. Tout dérangement augmente la production de rayonnement, comme si une activité de réparation se met en branle.

Il est probablement possible de déterminer l'état de santé d'un tissu biologique et aussi d'un organisme entier par les caractéristiques de ses émissions photoniques. La santé semble se manifester par une communication d'information aisée et abondante à l'intérieur du corps, tandis que la maladie consisterait en un appauvrissement de ce flux d'information.

Analyse de la qualité des tissus biologiques

La mesure du flux de biophotons émis par un organisme permet d'en tirer des informations sur l'état de santé ou de déséquilibre énergétique de cet organisme. Cette méthode est un complément prometteur des autres méthodes d'analyse biologique, car elle a l'avantage de ne pas introduire de produits dans l'organisme, ni de faire des prélèvements, de sorte qu'elle ne le perturbe pas.

Sur cette base, plusieurs types d'appareils ont été conçus, d'abord à l'Institut International de Biophysique de Neuss en Allemagne, ou mis au point dans divers secteurs de l'industrie en Europe et au Japon, pour évaluer l'état sanitaire de végétaux, d'animaux, ou du corps humain.

Maladies et vieillissement cellulaire

Selon de nombreuses études, incluant celles de Popp et d'autres en Australie, en Pologne et au Japon, on peut détecter l'état cancéreux d'un groupe de cellules en mesurant ses émissions de biophotons. Sur une biopsie (tissus prélevés dans l'organisme), on peut distinguer les cellules tumorales (cancéreuses) des cellules saines, déterminer leur degré de malignité et évaluer leur réponse énergétique à des substances médicamenteuses.

Popp, VanWikj et d'autres ont mesuré qu'un groupe de cellules cancéreuses n'émet pas les mêmes rayonnements que les groupes de cellules saines. Lorsqu'on stimule des cellules par la lumière, la bioluminescence augmente puis décroit. La vitesse de décroissance est beaucoup plus grande dans les cellules malignes, ce qui indique que leur capacité de stockage en biophotons est réduite. De plus les biophotons ont perdu une bonne partie de leur cohérence. Si on compare l'émission par des tissus d'épaisseur croissante, elle augmente dans le cas de cellules normales et diminue dans le cas de cellules tumorales.

Par la même technique, il est possible d'évaluer le vieillissement cellulaire et l'état du sang.

Des chercheurs japonais (Kobayashi et coll.) ont construit une chambre noire munie d'un système de comptage pour le corps entier. Ils ont mis en évidence que l'émission de biophotons du corps suit en tous points le rythme naturel biologique. Lorsqu'il y a des déviations, elles indiquent une maladie.

Qualité des aliments et cosmétiques

Une des applications les plus immédiates est l'évaluation de la qualité de la nourriture. Popp et ses collaborateurs ont fait de nombreuses mesures pour comparer les émissions de substances en fonction de leur mode de culture ou d'élevage, leur durée de stockage, leur contamination par des produits toxiques tels que les métaux (voir émission Archimède d'ARTE-TV). La qualité des aliments s'évalue en termes de faculté d'emmagasinage de lumière.

Par exemple, on a comparé l'émission photonique d'œufs de poules vivant en liberté à celle d'œufs de poules vivant en cage. Dans le premier cas, les photons étaient beaucoup plus cohérents.

La technique est également très utile pour évaluer la qualité des produits cosmétiques. On peut aussi évaluer leur innocuité avant de faire des tests biologiques sur les organismes, en particulier sur les animaux.

L'aspect de l'émission photonique d'un organisme végétal, animal ou humain donne des indications sur une éventuelle contamination par des bactéries ou des virus. Une application industrielle a été réalisée avec un fabricant de bière sur les mélanges de houblon fermenté.

L'ADN, un laser à photons

La forte cohérence dès rayonnements de biophotons indique qu'ils sont émis par des émetteurs coordonnés. Il reste à trouver quelle est la source de production d'un tel rayonnement dans les cellules. Nous allons retrouver l'ADN. Afin de localiser quelle était la ou les sources des photons corrélés, Popp et ses collaborateurs ont effectué des expériences supplémentaires.

double hélice

Structure de la molécule d'ADN
Les 2 brins sont enroulés en hélice autour d'un axe commun, et réunis par des liaisons horizontales entre bases azotées

Ils ont irradié des tissus biologiques avec des rayonnements lumineux. Lorsqu'on soumet des tissus biologiques vivants à un rayonnement lumineux, la matière est excitée et émet une plus grande quantité de biophotons. Lorsque cette illumination cesse, l'émission ne s'arrête pas brusquement, mais décroit plus ou moins rapidement. On peut observer de quelle manière elle décroit, à quelle vitesse. Les résultats recueillis par Popp et coll. démontrent que la décroissance est typique d'une source qui vibre, par exemple un fragment de molécule.

Georges Lakhovsky (1869 - 1942), un scientifique et ingénieur d'origine russe qui vivait en France, a été le premier à mentionner que les cellules et leurs noyaux pouvaient être considérés comme des oscillateurs biologiques. Ils se transmettent des informations en émettant des ondes électromagnétiques.

L'équipe de Popp avait l'impression que cette source vibrante devait inclure la molécule d'ADN. Pour s'en assurer, ils ont modifié l'ADN chimiquement avec du bromure d'éthidium pour voir si cela avait un impact sur la décroissance de la bioluminescence. L'ADN est normalement enroulé en hélice (voir ADN et code génétique), mais il se déroule sous l'influence du bromure d'éthidium. Or on constate que parallèlement, la bioluminescence baisse. Il y a une relation de cause à effet bien visible entre la conformation de l'ADN et la bioluminescence. L'ADN est la source primaire et essentielle de l'émission biophotonique ultraténue.

Popp et ses collaborateurs ont démontré que des photons s'accumulent dans des petites cavités de la molécule, les exciplex. En gros, ces cavités sont constituées de deux bases se faisant face sur les 2 brins. Les exciplex fonctionnent comme des lasers. Un laser est une cavité qui résonne à une fréquence de la lumière, comme un son peut résonner dans un récipient creux. En résonnant, cette micro-cavité accumule cette lumière de façon cohérente. Puis elle la projette en faisceau à l'extérieur.

L'ADN accumule les biophotons, les guide le long de sa structure hélicoïdale et les projette en-dehors. Dans les années 60, Eisinger et Schulman avait déjà établi que l'ADN conduit les photons.

À ce stade de notre étude, les molécules n'apparaissent plus seulement comme des volumes mécaniques légèrement plastiques qui s'emboitent comme des légos, se séparent et voyagent au cours des réactions chimiques. Les molécules d'ADN sont parcourues de mouvements électrodynamiques internes innombrables. Des charges électriques et des photons circulent dans la molécule, sont transmis à d'autres atomes, en modifient l'état et induisent des émissions électromagnétiques. Elles sont extraordinairement vivantes.

Les ondes téléphoniques ou radiophoniques de notre quotidien sont aussi des ondes électromagnétiques, des photons qui transmettent des signaux qui sont décryptés en sons dans les appareils d'écoute. De la même façon, par son rôle de conducteur de photons, l'ADN peut être qualifié d'antenne électromagnétique qui reçoit et transmet des informations. Il en a les caractéristiques: à la fois allongé comme une antenne droite qui peut très bien capter les impulsions électriques, et circulaire (vu de bout) pour être une excellente antenne magnétique. C'est un oscillateur.

Régulation de réactions chimiques

En plus de l'état sanitaire des cellules, les biophotons peuvent véhiculer des informations pour indiquer ou déclencher une "action" à effectuer, telle qu'intensifier ou diminuer une réaction chimique.

La vie normale des cellules se manifeste par des réactions chimiques qui en maintiennent l'intégrité et assurent son fonctionnement et sa croissance. Les réactions chimiques sont principalement déclenchées (catalysées) et régulées par des enzymes, une catégorie de protéines. Or, on compte environ 100'000 réactions par cellule et par seconde qui font intervenir environ 10'000 enzymes. Comment ces innombrables réactions peuvent-elles être coordonnées pour aboutir à des actions coordonnées qui maintiennent l'organisme en bonne santé et assurent son adaptation à l'environnement et son développement?

La réponse se trouve dans le rôle des biophotons. Ils transportent les instructions qui permettent aux enzymes de savoir quand et où agir, en fonction de l'état physiologique de l'organisme et de son évolution. L'énergie qu'ils transportent peut parfois assurer l'activation d'une réaction. Le photon n'est pas le produit de la réaction comme il a été suggéré, mais son déclencheur. En stockant et émettant des biophotons, l'ADN peut donc diriger à distance les processus métaboliques de la cellule et fournir l'énergie nécessaire.

La quantité impressionnante de matériaux expérimentaux accumulés nous permet de fournir une image convaincante de la réalité de ces interactions électromagnétiques intercellulaires, c'est-à-dire de bio-information électromagnétique... Elle ouvre la possibilité de découvrir des solutions aux questions biologiques fondamentales comme l'évolution, la croissance, le vieillissement et le développement de nouvelles particularités." (V.P. Kaznacheev, L.P. Mikhailova, Ultraweak Radiation in Cell Interactions, 1981)

Le champ de biophotons imprègne l'organisme

Un organisme vivant est constitué d'une multitude de cellules. Chacune des cellules contient de l'ADN qui émet ses biophotons. Au total, c'est un immense flux de biophotons qui imprègne les cellules et les organes. Il constitue une sorte de mer de photons (on dit aussi un champ de biophotons).

Dr Wan Ho

Dr Mae-Wan Ho
Merci à Institut of Science In Society

Les biophotons en provenance de toutes les cellules d'un même organisme ne sont pas cacophoniques, ils sont orchestrés. Cela signifie que les molécules d'ADN émettent de façon concertée. Le champ de biophotons est à la fois le résultat de l'ensemble des photons et aussi un champ enveloppant collectif qui assure la cohérence et l'unité du système biologique.

On peut comparer cette communication au système de synchronisation d'une population de fourmis qui travaillent toutes à l'organisation commune, grâce l'information qu'elles reçoivent chacune de la part du champ collectif créé par elles.

Le champ de biophotons est porteur d'informations complexes qui circulent entre cellules et organes. Il dirige et coordonne toutes les activités métaboliques et de transformation. En introduisant la notion de champs énergétiques et ondulatoires, la biologie sort des descriptions basées uniquement sur des réactions chimiques et rejoint la nouvelle physique qui utilise le concept de champ d'informations.

L'émission continue de biophotons est une caractéristique fondamentale du vivant. Le champ de biophotons est produit en permanence et se modifie sans cesse. Dans son livre The rainbow and the Worm, la Dr Mae-Wan Ho (Chine et Angleterre) explique que le champ de photons est semblable à un fluide, comme l'eau dans un récipient, mais fait de consistance lumineuse. De la sorte, il peut être animé de vagues. Il envoie des ondes de biophotons dans son environnement.

Le champ énergétique informationnel des organismes biologiques ou biochamp

L'existence de champs de rayonnements englobant et imprégnant les organismes biologiques a été proposée par de nombreux biologistes et physiciens (voir article à venir Biochamp). L'idée de coordination cellulaire par un champ a été étudiée par Herbert Fröhlich à Liverpool (à partir de 1968) et Renato Nobili à Padoue (à partir de 1985). Northrup décrit un champ électrodynamique qui est déterminé par ses composants atomiques et réagit sur les propriétés de ces éléments. Le concept de champ morphogénétique (qui engendre les formes) a été développé d'abord par Gurwitsch en 1922 et Weiss en 1926, puis par Rupert Sheldrake dans les années 1980. En France, le mathématicien Emile Pinel (1906 - 1985) a prédit mathématiquement l'existence d'un champ global à 9 composantes qui régit la vie des cellules.

D'autres ont montré la réalité physique du champ par les traces détectables qu'il manifeste lorsqu'il est sollicité (voir également en annexe: Le champ fantôme de l'ADN):

Fantôme de feuille

Effet fantôme sur une feuille coupée. Photographie de type Kirlian

Dans les années 1940, Harold Burr a mesuré le champ électrique généré par et autour des corps vivants de salamandres, grenouilles, moisissures et humains. Il a montré que le champ électrique des œufs de salamandres, entre autres, prend dès l'origine la forme du champ électrique d'une salamandre adulte. C'est comme si l'œuf avait déjà l'information de sa morphologie adulte.

La technique moderne de mise en évidence de champs particulaires est issue des travaux de Seymon et Valentina Kirlian. Elle consiste à soumettre l'organisme étudié à une tension électrique et à capter sur film photographique les effluves électriques et lumineuses qui sont produites autour de l'organisme. Cette technique a été modernisée, informatisée par le Dr Konstantin Korotkov.

Le collaborateur des Kirlian, Víctor Adamenko, a découvert en 1966 que le champ pouvait rester présent quand la feuille a été découpée, même dans les parties manquantes. Ce n'est pas la cas pour les parties évidées à l'intérieur. L'expérience a été reproduite dans plusieurs laboratoires, dont celui du Dr P. Gariaev en Russie.

http://www.spirit-science.fr/doc_humain/ADN6photons.html


1. Popp F.A. "Biologie de la lumière", Ed. Résurgence, Pietteur Liège, (réédition 2002, 228 p., 24,90 €). (Diffusé en librairies et magasins bio par DG Diffusion, rue Marx Planck, BP 734, 31683 Labège cedex, tél. : 05.61.00.09.99).

2. Popp F.A., Li K.H., Gu Q., "Recent advances in biophoton research and its applications", Ed. World Scientific Publishing Co., 73 Lynton Mead, Totteridge, London N20 8DH (1992).

3. Popp F.A. "Bericht an Bonn", Ed. Verlag für Ganzheitmedizin, Essen RFA, (1986).

4. Schamhart D., H. et van Wijk R. in "Photon emission from biological systems", (B. Jezowska-Trzebiatowska, B. Kochel, J. Slawinski, J. Streck, Editors), World Scientific, Singapore (1987).

5. Popp. F.A. "Les aliments transmetteurs de signaux cellulaires", Ed. Résurgence, Pietteur, Liège (2002).

6. Danze J.M. "Le système MORA ou le Rationnel en médecine énergétique", Ed. Encre, Paris (1992).

7. Lentin J.P. "Des ondes qui tuent aux ondes qui soignent", Ed. Laffont, (2001).


Sources:

Les boissons gazeuses associées à la dépression…

90562887_bb8f2e0b1a

L’Académie américaine de neurologie (American Academy of Neurology) vient de publier un communiqué à propos d’une étude fort intéressante qui sera présentée en détail lors de leur congrès du 16 au 23 mars à San Diego. 293 925 personnes, âgées de 50 à 71 ans, ont pris part à cette étude.

De 1995 à 1996, les chercheurs ont évalué la consommation de boissons telles les boissons gazeuses, le thé, les cocktails de fruits (jus qui ne sont pas 100% vrai jus) et le café. Environ 10 ans plus tard, ils ont vérifié quels participants avaient reçu un diagnostic de dépression depuis l’an 2000. En comparant la consommation des 11 311 participants ayant eu un diagnostic de dépression avec les autres, ils ont constaté que les personnes qui consomment plus de 4 cannettes de boissons gazeuses par jour ont 30 % plus de risque de développer une dépression que ceux qui n’en consomment pas. Ceux qui consomment plus de 4 cannettes de cocktails de fruits ont 38% plus de risque. Par contre, ceux qui consomment 4 cafés et plus par jour voient leur risque diminuer de 10% par rapport à ceux qui n’en consomment pas. Pour tous les types de boissons, le risque est accru lorsque le produit est «diète» (sucré sans sucre – à l’aspartame, au sucralose, etc.).

Il semble donc que la consommation de boissons sucrées ou «diète» soit associée à une moins bonne santé mentale chez les personnes de 50 ans et plus. Les chercheurs proposent de diminuer la consommation de boissons diètes et de les remplacer par du café non sucré pour réduire le risque de dépression. Tel que vu dans Un café, c’est bien… deux, c’est mieux? et Boissons gazeuses: il n’y a pas que les bulles qui montent, cela pourrait également réduire les problèmes cardiovasculaires.

Une preuve de plus que les boissons sucrées et autres boissons industrielles sont associées à des risques santé. Mieux vaut faire l’effort de s’en tenir loin!

Santé!

 

Références:

Le communiqué de presse de l’AAN:

L’étude à paraître:

  • Chen H, et al. Sweetened beverages, coffee, and tea in relation to depression among older U.S. adults. AAN 2013.

Posté par rusty james à 21:40 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 avril 2011

Votre eau doit vous apporter de la «lumière» Brevet pour de l'eau enrichie en biophoton

awakening_buddyhuggins2
. Les Cellules de Notre Corps captent et émettent de La Lumière…
Nos cellules communiquent entre elles par l’échange de " biophotons ", lumière ultra-ténue porteuse d’informations, porteuse de vie. Travaux du biophysicien Fritz Albert Popp sur le rayonnement cellulaire.
Dès 1927, le professeur soviétique Alexander Gurwirtsch découvrait que des radicelles d'oignons communiquaient entre elles sous terre grâce à des émissions de rayonnements ultraviolets. Cette communication déterminait une modification de la multiplication cellulaire dans la radicelle de l'oignon voisin. Gurwitsch appelait cette radiation "radiation mitogénétique".
En 1975,
grâce à des techniques de pointe, le biophysicien allemand Fritz Albert Popp (Université de Kaiserslautern), non seulement confirmait les découvertes d'A. Gurwitsch, mais prouvait par la même voie que toutes les cellules vivantes émettent et captent constamment de la lumière. Il ne s'agissait plus seulement de cellules de végétaux, mais aussi des cellules animales… et humaines.
Prix Nobel 1977, Le professeur Ilya Prigogine (Université de Bruxelles) par son concept de "structures dissipatives", introduit le principe selon lequel de l'énergie fournie localement en des endroits déterminés peur se propager à l'ensemble d'un système, donc se délocaliser. Ceci ne se produit qu'en dehors de tout équilibre.
La lumière, un système de communication codée entre cellules sous forme de biophotons


En réalité, ce que F.A. Popp a découvert est fondamental et est une application des structures dissipatives. La lumière (= énergie) distribuée dans les tissus vivants par ces émissions cellulaires joue un rôle central dans des processus moléculaires profonds. Cette lumière est présente sous la forme de quantités d'énergie bien définies émises de manière synchronisée (photons). Ces photons biologiques ou biophotons (assimilables à des particules de lumière, donc associées à une fréquence électromagnétique lumineuse particulière) excitent les molécules en modifiant leur niveau énergétique et permettent ainsi le déclenchement de réactions biochimiques importantes. Nous pouvons affirmer aujourd'hui que chaque processus chimique dans nos cellules est initié grâce à une émission particulière de biophotons (chaque biophoton représente une quantité définie d'énergie appelée quantum). Ceci nous permet de comprendre que les événements En 2004 deux Français reconnue pour leur compétence exceptionnelle Gérard Dubost Professeur Emerite de L’institut d’électronique et de télécommunications de Rennes – UMR CNRS et A. Bellossi Professeur en biophysique, docteur en médecine à Saint Gildas de Rhuys produisent un document sur l’information transmise par les biophotons intitulé : Modèle physique de la membrane cellulaire dans les spectres infrarouge, visible et ultraviolet. Nous pouvons y lire ceci :
A) Les biophotons sont émis spontanément par tous les systèmes vivants. Par exemple, les filaments d’ADN sont des sources cohérentes de biophotons. Issus du phénomène de luminescence, le nombre de biophotons mesurés traversant par seconde une surface de 1cm2 pour des longueurs d’onde.

Biographie
Dr. Philippe LAGARDE. Docteur en médecine de l’université de Paris, ancien externe des hôpitaux, spécialiste en oncologie et chirurgie maxillo-faciale, le dr. Lagarde gère un centre de traitements oncologiques à San Marin et s’occupe de prévention à Milan. Il est l’auteur de nombreux ouvrages à succès dédiés au cancer, à son traitement et à sa prévention.
Par ailleurs, le Dr philippe Lagarde va dans le même sens que les travaux des Professeur Dubost et BELOSSI :
La biorésonnance, elle consiste en des messages vibratoires et fréquentiels sur des bases électromagnétiques, captés et amplifiés au niveau des membranes cellulaires et des systèmes biologiques contenant des complexes glycoprotéiques et phospholipidiques (qui jouent en fait le rôle de médiateurs de fréquences entre les mondes extra et intracellulaire) et transportés jusqu'à l’ADN cellulaire.
l faut se rappeler que l’ADN est une antenne réceptrice et émettrice, le résonateur capable de faire communiquer le ciel et la terre, l'homme et le monde qui l'entoure. Il existe un échange continu d'informations et de réponses en cascades qui se répercutent sur le corps physique et le mental à la vitesse de la lumière. Les fréquences sont des vibrations photoniques.

En 2006 Monsieur Criist EXCELEX , Chercheur, auteur de cinq brevets de chimie en combustion, Il révolutionne l’approche concernant la production de biophotons.
Monsieur et Madame EXCELEX
2008 Franck RAJJOU invente le purificateur Ojade+999 muni d’un module l’hexahedron 999 produisant des biophotons.
 .fgfFranck RAJJOU à droite en compagnie de Monsieur Chriist EXCELEX inventeur de l’hexahedron 999
dfgdgsfsdflégume arrosé avec de l'eau purifiée

 

Posté par rusty james à 23:31 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,