Les corps subtils et les lois de resonances quantiques

IntuitionK

La Tradition nous enseigne que l’être humain est composé de sept corps (un corps physique et six corps subtils) distincts, mais reliés entre eux par un système cohérent de transmission d’information. Six de ces corps nous sont directement acces- sibles par l’expérience humaine, lors de notre vie ici-bas, le 7 e corps – le corps divin – est davantage lié à notre expérience de l’au-delà.

Le terme de « corps » n’est pas très approprié dans une vision quantique et moderne, mais il est facile à comprendre, car faisant directe- ment référence à la notion de corps physique, le corps qui nous est le plus accessible dans notre réalité quotidienne. Nos différents corps peuvent être compris comme des outils d’ex- périmentation de la réalité visible et invisible. Notre corps physique, par les sensations et les perceptions, nous renseigne sur notre environ- nement physique. Objectivité et subjectivité L’expérimentation de la réalité des plans physi- ques a la particularité d’être partageable par le plus grand nombre d’individus.

C’est ce qui est communément appelé « la réalité objective ». Il en va de même pour tous les autres corps, sauf qu’ils sont en grande partie liés à des réa- lités invisibles, plus subtiles, moins partagea- bles, car plus personnelles. L’expérimentation de ces corps demande du ressenti, car elle fait appel à notre expérience personnelle, à notre monde intérieur. Pour cette raison, nous la nommons « réalité subjective » par opposition à la « réalité objective ». L’objectif signifie que nous sommes séparés de ce qui est ressenti – le sujet est séparé de l’objet. Le subjectif signifie que le sujet et l’objet sont indissociables. Les sciences phy- siques sont objectives, les sciences humaines sont subjectives. Plus nous expérimentons des plans subtils avec nos corps subtils, plus cette réalité est subjective, mais il n’en demeure pas moins qu’il s’agit également d’une réalité,

propre à cette personne et qu’il ne convient pas de la juger. Notre société accorde beaucoup d’im- portance à la réalité objective, au point de dénigrer, voire même de nier, la réalité subjec- tive. Lorsqu’un enfant parle à un être invisible – considéré comme imaginaire – notre cerveau gauche nous dit que tout cela n’existe pas et que ça lui passera quand il sera devenu grand. Si nous faisons appel à notre cerveau droit, cet être imaginaire nous renseigne parfaitement, par le langage symbolique et le ressenti, sur la réalité intérieure de l’enfant. La pertinence des informations obtenues en est même déconcer- tante quand on sait l'interpréter.

 

Une personne utilisant son cerveau gauche ne pourra jamais comprendre une autre personne utilisant son cerveau droit, car la première manière de fonctionner se réfère à la réalité objective alors que la deuxième est branchée sur la réalité subjective. En n’utilisant que la moitié de notre cerveau, il est évident que nous occultons la moitié de la réalité. Une perception probabiliste Nous pouvons considérer chaque « corps » comme un outil de perception d’une partie de la vaste réalité. Cette perception doit toujours être considérée comme une probabilité d’accéder à une information. Cette probabilité, très élevée dans le plan phy- sique, l'est de moins en moins à mesure que l’on accède à des plans plus subtils (voir dans le tableau ci-contre).

Le terme de « corps » peut être compris comme « champ d’influence ». C’est-à-dire qu’une force – ou une information – agit sur ce champ et en modifie les caractéristiques. Prenons l’exemple d’une aiguille que l’on approche de la peau d’une personne. Lorsque l’aiguille (force-information) touche la peau, le cerveau traduit l’information en « douleur », nous avertissant ainsi qu’une force a pénétré le champ d’influence du corps physique. La peau (le corps physique) réagit à la présence de l’aiguille (la force) en se déformant sous son influence. Ce processus est exactement le même dans les plans subtils. Dans le plan éthérique, l’onde de forme de l’aiguille déforme le corps éthérique et donc le champ vital. En utilisant son ressenti (perception probabiliste du corps éthérique), nous pouvons percevoir la pré- sence (perturbation du champs éthérique) de l’aiguille (onde de forme de l’objet), même à plusieurs mètres du corps physique. L es corps subtils 9 C’est en faisant ce type d’expérience, facile à reproduire, qu’il est possible de démontrer l’existence des corps subtils, dans le cas pré- sent, du corps éthérique et du champ vital qui en est l'émanation vibratoire. Il en va de même pour l’expérimentation de tous les autres plans subtils. Il est évident que ces expériences ne sont pas à la portée de tout un chacun. Cela demande de développer son ressenti, par un entraînement ad hoc, comme il est possible d'augmenter son acuité visuelle ou auditive. Plus le ressenti est développé, c’est-à-dire peu encombré d’infor- mations parasites provenant de l’environne- ment ou émanant de la personne elle-même, plus la probabilité d’accéder à une information subtile est grande et pertinente. Bien entendu, une personne ne sentant rien aura tendance à nier le phénomène et tout ce qui pourrait pro- venir de ces plans. Essayez de prouver à un aveugle de nais- sance que les couleurs existent. C’est toutefois possible s’il les expérimente à travers ses corps subtils, chaque couleur se traduisant en une sensation bien précise. Loi d'action-réaction Nous appelons « loi d’action-réaction » le mécanisme par lequel nous accédons à des informations et à la façon dont nous les trai- tons au travers de notre filtre personnel, notre expérience vécue. Lorsque nous captons une information ou res- sentons quelque chose, il est alors possible de réagir et d’agir. Nous ressentons la douleur provoquée par l’aiguille et nous pouvons agir en conséquence.

Cette possibilité d’action en retour est parfois inhibée par notre système de croyance et les peurs qui en découlent. Cela va conditionner notre réaction face à ce stimu- lus. L'inhibition de l'action cause un stress non gérable pour la personne. Toute information provenant de l’environ- nement physique et subtil nous permet d’accéder à notre monde intérieur. Chaque événement du quotidien, aussi physique soit-il, n’est que le reflet de notre psyché. Lorsque nous en devenons pleine- ment conscient, le hasard disparaît et nous ne vivons plus que des synchronicités.

10 Loi de résonance La résonance est le phénomène qui nous permet d’entrer en interaction avec des informations extérieures à nous-mêmes. C’est probablement l’unique moyen de créer un pont entre le microcosme (l’être humain) et le macrocosme (l’univers). Toute sensation ou perception n’est envisageable que par résonance avec une informa- tion contenue dans l’un des corps subtils qui composent la personne. Même les sensations physiques n’échappent pas à ce que nous appelons « loi de résonance ».

dgsdgv

C’est par affinité, par résonance, que l’être humain fonctionne, aussi bien dans sa relation avec l’univers qu’avec ses congénères, selon le dicton « qui se ressemble s’assemble ». Sans y mettre de jugement, le bon attire le bon et le mauvais attire le mauvais; le bien attire le bien et le mal attire le mal; le beau attire le beau et le laid attire le laid. La compréhension de la loi de résonance, dite aussi « loi d’attraction », permet de devenir pleinement conscients de ce qui nous arrive, nous offrant alors une oppor- tunité de nous transformer si nous le sou- haitons. Loi de pesanteur Nous appelons « loi de pesanteur » le proces- sus qui tend à conduire les informations les plus subtiles vers la densité. Les différents corps s’emboîtent les uns dans les autres, à la manière des poupées russes. Plus la vibration d’un corps subtil est élevée, plus ce corps est grand et se superpose au corps précédent.

Dans l’idéal, ils s’emboîtent parfaitement et les informations des plans les plus subtils peuvent ainsi migrer vers les corps les plus denses, jusqu’au corps physique. La Tradition nomme « aura » l’ensemble des corps subtils. La forme et les déformations d’un corps physi- que sont des réactions, dans le plan physique, d’émotions vécues (plan astral) et jugées par le mental (plan mental) avec le filtre de nos croyances. Tout ce qui est dans le physique est le reflet des plans subtils . La limite du champ d’influence Cette limite, dans le cas du corps physique est très restreinte dans l’espace et le temps. En revanche, pour les corps subtils, nous pou- vons « toucher » des objets qui ne sont ni ici ni maintenant. Les champs subtils permettent des expériences dans le non-localisé et dans le non-temps. Aura par électroréflexologie Aura par électrophotonique Aura par clairvoyance

11 Plus la physique quantique progresse, plus elle rejoint les hypothèses de la Tradition. Peu à peu, les connaissances ésotériques se voient confirmées par des expériences physi- ques. Si nous avons fait l’acquisition de machines quantiques, c’est parce que nous avons l’in- time conviction que la biophysique explique mieux la réalité de ce que nous vivons, nos expériences, notre ressenti, nos perceptions, notre manière de concevoir l’être humain, que ne le fait la vision traditionnelle biochimique. Une vision quantique de la réalité n’exclut pas la vision de la Tradition. Bien au contraire, les deux se complètent, parlant de la même chose, mais pas avec les mêmes mots. Ce qui suit est une tentative de faire le lien entre la notion de « champ » et celle de « corps ». Le sujet est complexe et demande un mini- mum de bagage scientifique. Le Corps Le Corps appartient au plan physique, à l’électromagnétisme. Il fonctionne grâce à la piezzo-électricité, maintenant ainsi une diffé- rence de potentiel dans les cellules. Ce potentiel tombe à zéro au moment de la mort.

La mémoire du corps physique est contenue dans l’ADN et l’ensemble des molécules constituant la matière vivante. La Tradition enseigne que la vie est une force capable de créer des liaisons entres deux choses. De cette union et de leur mise en mouvement naît la pulsation. Le cœur cesse de battre, le cerveau cesse d’émettre des impulsions, et c’est la mort.

En observant la matière dans son fondement, tout est pulsation, mouvement, rotation de particules, polarisées sur elles-mêmes et autour d’autres particules. Le principe de vie est donc partout, de l’infiniment grand à l’infiniment petit. P hysique quantique et Tradition Les plans de conscience, le Corps, l' Âme, l'Esprit et les champs cellulaires crée des ordres pour H2 (Âme) support de l'information :

la lumière immatériel mémoire contenue dans la lumière (mémoire akashique) immortel contient l'Esprit et la partie immortelle de l'Âme fonctionne grâce à la lumière champ cellulaire H3 / champ de forme éthérique relais de H3 (Esprit) pour donner des ordres à H1 (Corps) support de l'information : onde du neutrino (onde de forme) immatériel mémoire contenue dans l'eau intracellulaire mortel contient les informations liées aux pensées et aux émotions fonctionne grâce au champ magnétique (ions métalliques) Âme / champ cellulaire H2 / champ de mémoire physique exécute les ordres de H2 (Âme) support de l'information: onde photonique matériel mémoire contenue dans l'ADN mortel fonctionne grâce à la piezzo-électricité Corps / champ cellulaire H1 / champ électromagnétique astral mental causal spirituel divin champ de conscience / champ mouvement Esprit (dans l'au-delà) champ unitaire / champ des particules au moment de la mort physique transfert d'une partie de H2 > H3 une partie de l'Âme immortelle rejoint l'Esprit immortel lors de l'incarnation H3 cherche un H2 et s'incarne dans un H1 l'Esprit choisi une Âme et incarne un Corps 12 En biophysique, le champ électromagnétique cellulaire est appelé « champ H1 » selon la terminologie d’Émile Pinal. Ce champ est mesurable physiquement ; les biophotons conduits par ce champ en sont le support de l’information cellulaire. C’est le champ mesuré par l'appareil GDV par le procédé électropho- tonique.

Le champ H1 ne fait qu’exécuter les ordres provenant d’un champ plus subtil, le champ de mémoire. Le corps fabrique toutes les subs- tances nécessaires à son fonctionnement. Une molécule d’adrénaline est créée lorsque nous avons peur. C’est la peur qui crée l’adré- naline et non l’inverse. Le corps physique est donc matériel et mortel, dans le sens où les particules n’ayant plus leurs liaisons maintenues par la force de vie (l’énergie vitale) se décom- posent et il redevient « poussière ». L’Âme L’Âme peut être définie par ce qui anime le corps physique.

L’Âme est mortelle, dans le sens qu’elle disparaît lors de la mort physique. Ce qui animait le corps n’est plus, les charges sont récupérées par des Élémentaux chargés de les recycler. Du point de vue biophysique, l’Âme correspond au champ de mémoire, le « champ H2 ». Ce champ, à mi-chemin entre le physique et le subtil, fonctionne grâce au champ magnéti- que issu des ions métalliques et des métaux contenus dans les molécules présentes dans les cellules. Il se peut aussi que ce champ très faible provienne de l’eau intracellulaire, grâce aux propriétés inhérentes à la molécule d’eau. Au moment de la mort, les métaux migrent en 2-3 jours hors des cellules. Ainsi le champ magnétique disparaît et, avec lui, toutes les informations (mémoires) qui étaient contenues dans ce champ.

Ces mémoires, appelées aussi « mémoires cellulaires » contiennent les informations liées aux pensées et aux émo- tions vécues et mémorisées (cristallisées) par la personne. Le support de cette information est l’onde du neutrino. L’onde du neutrino est aussi appelée « onde du vide ». Ce sont les « ondes de forme » de la Tradition. Les mémoires cellulaires peuvent être apparentées à des formes, les fameux clusters que l’on trouve dans de l’eau dite « structurée » telle que l’eau intracellulaire. Ces mémoires peuvent aussi se trouver dans les particules, et modifier leur spin. Nous appelons « champ de torsion » les mémoires densifiées dans le corps éthérique, d’informa- tion provenant des plans astral et mental. Le champ de torsion est dit « gauche » lorsqu’il contient des mémoires négatives, et « droit » si ces mémoires sont positives pour le vivant.

Le champ de torsion survit à la mort, jusqu’à la dissolution de la matière qui lui a servi de support. Nous pensons que c’est l’eau dans le corps qui capte les ondes du neutrino (les ondes de forme) et les amplifie pour que l’ADN, tel un résonateur, entre en interaction et envoie les informations au cerveau pour être filtrées et analysées. Moins notre eau intracellulaire est saturée de mémoires négatives – « champ de torsion gauche » pour le plan éthérique – « charges astrales » pour le plan astral – « pensées négatives » pour le plan mental – plus nous avons la possibilité de capter des informations provenant de l’environnement. Nous devenons de plus en plus sensibles. Le propre du vivant est sa capacité à augmenter sans cesse la quantité d’informations issues du monde exté- rieur, à ouvrir son « champ de conscience ».

La « connaissance » est le fait de ressentir et d’intégrer ces informations dans son corps physique. Au moment de la mort, le champ de mémoire, le champ cellulaire H2 disparaît en déversant une partie de ses informations dans un champ plus subtil, le champ de forme H3. La Tradition dit qu’une partie de l’Âme, celle qui est immor- telle, rejoint l’Esprit. Le restant disparaît en 2-3 jours. Des mesures au GDV ont confirmé que le rayonnement issu de H1 disparaît en grande partie à l’instant de la mort, puis continue à disparaître lentement, étape par étape au cours des trois jours qui suivent. La Tradition recommande de veiller un défunt pendant trois jours pour que son Âme puisse quitter le corps physique en paix et rejoindre la « Lumière ».

13 Les trois corps, l’éthérique, l’astral et le mental, forment l’Âme. Tout trois disparaissent à la mort physique. Le corps astral étant plus « volatil » que le corps éthérique, il peut parfois s’en détacher quelque peu, tout en maintenant un lien, le « Fil d’Argent », avec le corps éthérique. La personne se trouve alors en état de « décorpo- ration ». Elle se trouve avec sa « conscience » hors du corps physique. Elle ne ressent plus les informations provenant du plan physique et peut traverser la matière, car l’Âme est immatérielle. Tout est perçu par les ondes de formes, comme si on se déplaçait dans un univers virtuel. Une des propriétés des ondes de forme est de ne pas être tributaire de l’es- pace-temps, une personne en état de « décor- poration » peut se retrouver n’importe où en un instant et observer ce qui s’y passe. Certaines techniques chamaniques et certai- nes substances psychotropes ont pour effet de provoquer ce que l'on appelle « voyage cha- manique ».

Le résultat s'apparente beaucoup à la « décorporation », mais comporte des risques de créer des « brèches » dans les corps subtils. Les adeptes de ces techniques peu maîtrisables en subissent les conséquences en étant « fragmentés » et « éclatés » pendant des années. Le corps mental nous permet d’accéder aux plans situés au-dessus. Notre mental sert de réceptacle pour les informations provenant du champ de forme; il peut aussi les « sculpter » et les densifier dans le plan astral et éthérique. Le cerveau est conçu pour transformer les ondes de forme en signal électrique et donc interagir avec le plan physique. Nous pen- sons que le cerveau n’est pas sensible aux molécules, mais uniquement aux formes des molécules (leur onde de forme). Le cerveau ne traiterait pas des substances mais des informations. Si on est sensible aux ondes de forme, il devient possible de se soigner avec des informations comme par exemple avec l’ho- méopathie, la biorésonance, la morathérapie et bien d’autres techniques faisant partie de la « médecine quantique » dite aussi « médecine énergétique et informatique ».

L’Esprit L’Esprit est la volonté agissante qui cherche, par l’intermédiaire d’une Âme, à vivre des expériences dans un corps physique. L’Esprit fait partie d’une autre dimension que la Tradition appelle « au-delà ». Donc au-delà du champ de conscience habituel en tant qu’âme incarnée dans un corps. L’Esprit est immortel et immatériel; nous le partageons avec d'autres. C’est l’Âme qui est individuelle et représente la somme du vécu personnel. Au moment de la mort, les éléments de l’Âme qui ont une importance (pensées, émotions, actes) pour l’Esprit, allant dans le sens qu’il avait décidé d’expérimenter, se joignent à lui. L’Esprit contient toutes les mémoires accu- mulées au fil du temps, depuis la création de l’univers. Il est ce que la Tradition appelle « mémoire akashique ». Le support de l’infor- mation est la lumière. C’est justement cette « Lumière » que perçoivent les personnes fai- sant une expérience de mort imminente. En biophysique, le camp de forme ou champ morphique appelé H3 est ce que la Tradition nomme « plan causal » et la religion « Saint- Esprit ».

Ce champ, émanant d’une autre dimension, est la matrice de tout ce qui existe, de tous les possibles. Dans notre vision des plans subtils, il devrait normalement exister encore deux autres champs, le « champ de conscience » ou « champ de mouvement », lié au plan spirituel, et le « champ unitaire » ou « champ de particule », lié au plan divin. Toute particule est un point d’unité qui se déplace en conscience dans un mouvement associé à une forme. L’Esprit n’est peut-être pas si éloigné de nous, il est peut-être à l’intérieur de chaque particule immortelle qui nous constitue. champ de forme = forme (ruban Moebius) champ de conscience = mouvement champ unitaire = particules l'Esprit et le champ unitaire ultime

1343684221

qdqdq

Article extrait du livre "Science et conscience de l'invisible" de Stéphane Cardinaux & Catherine Martin
 


Notre champ aurique est constitué de douze bandes de lumière différentes.

energie_small

Tout dans ce monde, est composé d’énergie.

L’énergie est tout simplement de l’information qui vibre ou se déplace. Certaines énergies telles que l’énergie d’une table ou d’une chaise, se déplacent lentement. Vous pouvez voir, toucher, discuter, et prouver l’existence de ces objets à lente énergie. Mais la majorité des énergies dans le monde ne peuvent pas être vues, ni entendues ou touchées par nos cinq sens typiques. Elles se déplacent si vite que nous ne pouvons pas les percevoir; généralement, on ne peut constater que leurs effets. Est-ce que l’énergie transmise par votre auto-radio est moins réelle que l’énergie du livre sur votre table à café ? Et qu’en est-il des micro-ondes qui transforment votre nourriture ou les transmissions par satellite qui acheminent vos e-mails?

 

Vous savez que ces énergies existent, même si vous ne pouvez pas les voir, et pourtant elles sont indispensables à votre vie.

 

Des milliards de bits de données énergétiques gravitent autour de nous 24 heures par jour, et nos limites énergétiques, elles-mêmes composées d’énergies rapides et invisibles, nous évitent d’être submergées par elles. L’énergie est aussi présente dans nos sentiments, nos pensées, et nos besoins, ainsi que nos croyances inhérentes et notre essence spirituelle.

Tout au long de l’histoire et à travers toutes les cultures, des hommes intuitifs, des guérisseurs, des visionnaires et des chamans ont été en mesure de percevoir les champs énergétiques que la science commence seulement à comprendre et à étudier.

 

En fait, ils ont été en mesure de voir et de travailler avec les trois systèmes qui relient nos énergies physiques et spirituelles et d’interagir pour former notre anatomie énergétique globale: les canaux, également appelés les méridiens; les centres, les plus connus sont les chakras, et les champs, dont l’un est le champ aurique. D’autres types de champs sont appelés les champs magnétiques, les champs morphogénétiques, les champs de miasmes ou de création de maladie, et toutes sortes d’autres domaines qui relient notre moi intérieur avec le monde extérieur.

 

Les méridiens répartissent l’énergie à l’intérieur de notre corps. Les chakras sont des récepteurs d’énergie ou de détenteurs, situés principalement à l’intérieur du corps. Les champs, des bulles en expansion ou des cercles de lumière, sont à l’extérieur de notre corps, larges de quelques pieds émanant de notre peau. Ces champs composent nos frontières énergétiques. Ils reçoivent les données de nos chakras et d’autres centres d’énergie pour déterminer les informations à ramener à l’intérieur de nous. Les champs communiquent aussi des messages entre nous et le monde extérieur. Il y a en fait des dizaines, peut-être même des centaines ou des milliers de couches ou des limites énergétiques autour de notre corps. Certaines affleurent votre peau comme un baiser de papillon, d’autres sont semblables à des enfants agités, courant dans toutes les directions.

 

Certains de ces champs effectuent des activités spécifiques, comme nous protéger contre les dangers ou bien attirer les gens à nous. (Pour plus d’informations sur la recherche scientifique au sujet des preuves ou des applications de ces différents systèmes énergétiques, voir mon livre Le corps subtil: Une encyclopédie de votre anatomie énergétique. )

 

Le champs le plus connu est le champ aurique. Beaucoup de gens pensent que notre champ aurique est le même que notre champ électromagnétique, un champs d’énergie en constante émergence et fluctuation produit par les courants électriques dans nos corps. Chaque cellule de notre corps produit de l’électricité. L’électricité produit le magnétisme, ce qui signifie que chaque cellule et organe, ainsi que l’intégralité de votre corps, génère des champs d’énergie. La photographie Kirlian, un outil scientifique en usage depuis les années 1930, emploie un type spécial de film pour éclairer l’énergie vitale, ou le champ aurique, autour des plantes, des animaux, et des personnes. Les images Kirlian révèlent que de tous les êtres vivants, il émane un ensemble de champs électromagnétiques.

 

Ces champs sont interactifs, car à la fois, ils prennent et émettent de l’énergie. C’est pourquoi vous pouvez sentir les gens, ou même obtenir une lecture sur leur personnalité quand ils entrent dans votre espace. Nos champs énergétiques répondent aux énergies traumatisantes ou à celles de guérison. Ils réagissent aussi à des émotions et à l’amour, quand deux personnes interagissent, leur champs énergétiques alors fusionnent. La science peut localiser le coeur du champs à au moins quatre à six pieds de distance du corps, ce qui signifie que nous sommes en mesure d’échanger de l’énergie avec d’autres personnes proches de nous, mais nous pouvons aussi échanger de l’énergie avec des gens éloignés de centaines de milles de là. Comme la physique quantique le révèle, une fois que les particules de deux personnes se sont rencontrées, elles restent connectées à jamais. C’est comme cela que vous savez ce qui arrive à votre meilleur ami à qui vous n’avez pas parlé depuis des mois ou pourquoi vous sentez le moment exact de la mort d’un lointain proche.

 

Encore plus étonnant, les champs énergétiques permettent des échanges d’information entre des personnes qui ne se sont jamais rencontrées, entre des vivants et des morts, et entre les gens du futur et du présent. Et ce processus ne se limite pas aux personnes. Nous pouvons également converser au niveau de l’énergie avec les plantes, les animaux, et même des objets inanimés.

 

Peu importe les instruments scientifiques que nous employons, nous ne pouvons prendre des photos que de quelques-uns seulement des nombreux champs énergétiques connus. Des dizaines d’autres énergies scientifiquement décrites, telles que l’infrarouge, l’ultraviolet, et les ondes gamma, ainsi que les micro-ondes, s’étendent plus loin sous la lumière visible, dans le spectre minuscule de couleurs que nous connaissons. Chaque cellule et organe physiques génèrent effectivement son propre champ magnétique ou aurique. En outre, dans votre corps qui composé à 70 pour cent d’eau, chaque molécule d’eau génère son propre champ énergétique, parce que les molécules d’eau ont les pôles nord et sud et sont conductrices d’électricité. Avec autant de composants individuels de notre corps qui génèrent leurs propres champs énergétiques, il est presque impossible de savoir combien de champs d’énergie chacun de nous possède.

 

La plupart des images des champs auriques les dépeignent comme des ondulations de bandes de lumière. C’est parce que l’énergie électromagnétique est faite de lumière. Le spectre électromagnétique est une bande composée de différentes vitesses et températures d’énergie rayonnante ou de lumière. A la fin mesurable de ce spectre, on retrouve des ondes radio, qui, avec leurs longueurs d’onde et leurs basses fréquences sont considérées comme de l’énergie faible, pas très puissante. À l’autre extrémité se retrouvent les rayons gamma, qui disposent de courtes longueurs d’onde et de hautes fréquences, riches en énergie et très intenses. Quelque part au milieu se trouve la bande relativement faible d’énergie appelée la lumière visible, et la gamme des couleurs de l’arc en ciel que nous sommes réellement en mesure de voir.

 

Ces diverses énergies électromagnétiques ne sont pas vraiment différentes les unes des autres. Elles sont toutes faites de photons, l’unité d’énergie qui crée de la lumière. Cela signifie que tout ce qui est composé d’énergie électromagnétique est de la lumière, y compris vos champs énergétiques – et vous-même. Des recherches comme celle menée par Hal Puthoff, et analysée par Lynne McTaggart dans son livre The Field, montre que nous sommes en fait constitués et entourés par des photons. Notre ADN serait une machine biophoton, un mécanisme répondant à la lumière du dehors et de l’intérieur de nous.

 

Non seulement nous sommes faits de lumière, mais nous générons aussi de la lumière. Cette lumière personnelle rayonne à partir du plus profond de notre corps. Elle jaillit aussi directement de l’extérieur vers nous, ne s’arrêtant pas à la peau ou aux vêtements. Parce que nous sommes constitués de lumière, nos frontières énergétiques sont ni plus ni moins de la lumière.

 

Notre champ aurique est en fait constitué de douze bandes de lumière différentes.

EB_figBcut

Chaque bande fonctionne à une fréquence différente du spectre électromagnétique. Par exemple, la plupart des intuitifs et des photographes Kirlian auraient une bande rouge proche de la peau. Nous sommes nés avec chaque couche intacte, mais chacune devient active à différents moments de nos vies, de la conception jusqu’à nos vieux jours. Les bandes changent de couleur, ou tournent à une fréquence spécifique, selon nos expériences de vie.

  

Mesurer les miracles de votre champ d’énergie

Il y a quelques décennies, seulement les mystiques et les fous croyaient qu’il y avait un champ d’énergie autour des êtres vivants. Maintenant, la science a prouvé que des séries de champs existent et que la somme totale est beaucoup élevée et puissante que ce qu’on avait imaginé. En fait, les recherches effectuées sur ces champs nous permet de comprendre plusieurs choses comme diagnostiquer la maladie ou travailler sur l’alimentation pour créer de la prospérité.

  

La nouvelle science a commencé en 1963, lorsque Gerhard Baule et Richard McFee l’Université de Syracuse ont détecté un champ biomagnétique autour du cœur humain. Le préfixe bio signifie biologie, ou les processus chimiques qui créent la vie. Le magnétisme est l’énergie produite par l’électricité, mais il peut aussi en générer sous certaines conditions. Dans les années 1970, le chercheur David Cohen, de l’Institut de Technologie du Massachusetts (MIT) a utilisé un magnétomètre SQUID (Superconducting Quantum Interference Device) pour mesurer le magnétisme afin de confirmer les recherches de Baule et de McFee et mesurer les champs magnétiques qui entourent la tête et produisent les activités du cerveau.

  

La science a depuis commencé à utiliser le magnétocardiogramme et le magnétoencéphalogramme pour mesurer le magnétisme provenant du cœur et de la tête, respectivement. Les champs magnétiques détectés par ces instruments sont si forts que nous pouvons les utiliser pour trouver les signes de la maladie avant que celle-ci ne soit détectés à partir des tests médicaux traditionnels. La maladie altère le champ biomagnétique, et la «zone malade» d’un champ peut être associée à la partie correspondante du corps. Plus important encore, changer le champ biomagnétique transforme aussi le corps, ce qui signifie que l’impulsion des champs magnétiques dans le corps peut stimuler la guérison.

 

Pendant près de cinq siècles, les guérisseurs à travers le monde ont utilisé l’énergie de leur propre corps pour aider les autres à guérir, pour détecter des événements avant qu’ils ne surviennent, et transformer la matière physique. La médecine orientale est basée sur ces concepts, ainsi que la plupart des méthodes chamaniques provenant du monde occidental. C’est assez incroyable que la science soit maintenant capable de montrer comment ces pratiques fonctionnent dans la réalité physique, et que leurs recherches révèlent le potentiel des anciennes pratiques, longtemps révérées.

 

Par exemple, en 1992, des chercheurs japonais ont étudié les praticiens de divers arts martiaux et des guérisseurs. Leurs recherches ont révélé qu’une énergie naturelle appelée qi (chi), prana, mana, orgone, énergie vitale, kundalini, ou autres noms – circule dans le corps et régule la santé. Ces chercheurs ont découvert que l’émission du qi provenant des mains est si puissante qu’elle peut être détectée avec un simple magnétomètre constitué de deux bobines avec 80.000 tours de fil. Depuis lors, un certain nombre d’études sur le qi gong, une méthode très respectée d’équilibrage de l’énergie, ont mesuré le bruit, la lumière, et les champs thermiques émis par ses praticiens.

 

Il est particulièrement important de constater le fait que les fréquences de ces émanations fonctionnent par impulsion, et varient d’un instant à l’autre. Les chercheurs en médecine qui ont créé des thérapies à partir des impulsions des champs magnétiques ont découvert que ces mêmes fréquences peuvent réellement initier la guérison dans les tissus mous et durs, même chez les patients qui souffrent depuis aussi longtemps que quarante ans.

D’autres recherches sont tout aussi excitantes. Le professeur en bio-ingénierie Henry Lai de l’Université de Washington, avec trois collègues, a utilisé des champs magnétiques faibles pour éliminer les bactéries et guérir le paludisme. Dans l’étude de l’utilisation du magnétisme, les chercheurs ont trouvé moins de 33 à 70 pour cent de parasites dans les échantillons exposés par rapport aux non exposés.

 

Ces incursions dans la communauté scientifique prouvent ce que la sagesse antique savait déjà : si vous peignez le monde avec toutes les couleurs de l’arc en ciel, il vous sourira en retour.

 

© 2011 Cyndi Dale
Traduction Louise Racine pour LaPresseGalactique.com

 

© 2012, Les Chroniques d'Arcturius.

29 octobre 2011

L'ENERGIE SUBTILE DES CHAKRAS

chakras 

L'ENERGIE SUBTILE DES CHAKRAS

Ce livre vous offre la possibilité d'accéder à une nouvelle dimension de thérapie et de croissance. Il étudie la nature du système énergétique humain et montre comment l'on peut propager et transformer notre énergie en soignant les sept principaux centres d'énergie du corps, également appelés chakras.

Les chakras sont garants de la santé physique, de la stabilité émotionnelle et de la clairvoyance mentale de l'être humain. Ce sont des conducteurs qui filtrent les énergies émanant du ciel et de la terre afin qu'elles puissent se mêler, s'associer, se combiner. La convergence de ces champs énergétiques forme un chakra. C'est un vortex d'énergie mobile, qui stimule ensuite plusieurs glandes endocrines de telle sorte qu'elles sécrètent des hormones dans l'appareil circulatoire (les glandes endocrines sont des glandes à sécrétion interne dont les produits sont déversés directement dans le sang).

Essayez d'imaginer que les chakras constituent un système de filtres qui purifie notre énergie et transforme son caractère fruste, physique (associé à nos instincts primaires et à notre nature animale élémentaire) en un caractère raffiné, spirituel, nous reliant à la source même de la vie. Lorsque nous entamons notre voyage à travers les chakras, nous laissons le champ libre à la guérison, au développement psychologique et à la croissance spirituelle.

A mesure que nous progressons dans notre ascension vers les divers centres d'énergie, nous apprenons plus de choses sur nous-même, sur les idées et les attitudes qui modèlent notre vie. En transformant nos niveaux énergétiques, nous acquérons la possibilité de devenir pleinement responsable de notre vie. Nous agissons de manière plus intentionnelle, nous nous concentrons davantage sur les voies qui mènent à la réalisation de soi, nous prenons conscience de nos compétences et de nos dons, nous laissons l'amour et la compassion prendre place au cœur de notre vie.

La guérison de notre esprit s'apparente à celle de notre énergie. Nous apprenons à aimer et accepter ce qui nous rend unique. Nous avons la capacité de transformer notre réflexion sur les expériences et les idées en faisant preuve de sagesse ; nous affirmons notre valeur et honorons nos choix amoureux.

Ce système thérapeutique est fort ancien : il est mentionné dans les textes védiques, et la compréhension de l'énergie est inhérente à de nombreuses cultures de l'Antiquité. Les Egyptiens l'ont parachevée par l'usage de l'aromathérapie et de la chromothérapie (thérapeutique faisant appel aux couleurs). Les premiers Juifs ont codifié leur compréhension de ces principes dans la Kabbale mystique. Dans ces cultures anciennes, l'énergie était appréciée, comprise et épurée jusqu'à ce que la personne parvienne au contrôle du niveau physique et accède à des niveaux de conscience plus élevés.

Aujourd'hui, dans un monde fourmillant, envahi par le stress et saturé de substances chimiques, nous ressentons le besoin urgent de comprendre cette connaissance ancienne de l'énergie. Elle s'efforce de donner le droit de faire les meilleurs choix en matière de santé, de communication et d'amour. Elle nous apprend que nous sommes plus qu'un corps physique, un système énergétique complet qui rassemble tous les niveaux de l'être en un tout énergétique. Nos pensées et nos sensations exercent une influence sur chaque cellule de notre corps, rétrécissent ou élargissent notre champ énergétique, stimulent notre vitalité et notre faculté de résistance...

En cours de lecture, vous serez invité à pratiquer les affirmations, les méditations et les exercices qui ont été conçus pour l'ensemble des chakras. A mesure que vous découvrirez plus de choses sur vous-même, prenez le temps d'assimiler cette compréhen- sion de soi. Outre ce désir de mieux appréhender la vie, vous connaîtrez avec plus de certitude la raison de votre présence sur cette planète à cette époque précise.

Ce livre a pour objectif d'apporter la joie et la guérison dans votre existence. Il peut vous aider à élargir votre perception de la vie et vous habiliter à transformer les aspects négatifs de votre personnalité jusqu'à ce que votre énergie irradie et que vous deveniez la lumière rayonnante que vous souhaitez être. Savourez ce processus et la profusion d'énergie mise à votre disposition pour la guérison, la conscience et la lumière.

LA NATURE DE L'ENERGIE SUBTILE

Les mots " énergie subtile " font référence au champ de forces qui entoure toutes les choses vivantes. Dans le corps humain, il comprend l'aura et les sept couches d'énergie que l'on appelle " corps subtils ". Ceux-ci contrôlent notre bien-être physique, notre stabilité émotionnelle et notre lucidité mentale. Ils reflètent notre état spirituel et ce que nous pensons de nous comme de la vie en général.

Dans ce chapitre, lorsque nous parlons de l'énergie subtile, nous nous référons plus spécifiquement au système énergétique humain et à la manière dont cette énergie anime le corps et reflète notre esprit. Elle est extrêmement raffinée et aisément identifiable. L’énergie subtile peut se comprendre par par la manière dont elle affecte nos émotions, notre pensée et notre santé physique. "

Il est important de comprendre que, même si elle est invisible, cette énergie est apparente chez les gens; leur légèreté, leur ouverture ou bien leur attitude négative en témoignent. Nous ne voyons pas leur énergie, mais nous percevonsla qualité de leur champ énergétique grâce à leur langage corporel, la pétulance ou la tristesse de leur regard, la clarté ou la confusion de leur esprit, ce qu’ils disent ou ce qu’ils font. L’énergie subtile s’insinue dans toutes nos relations avec les êtres humains, les plantes et les animaux. Elle est la force vitale échangée entre nous.

L'AURA

L'aura est l'enveloppe énergétique qui entoure le corps de tout organisme vivant. C'est une bulle qui renferme le champ énergétique, protège la force vitale et permet à l'énergie de circuler dans les systèmes vivants.

Les couches de l'atmosphère forment une aura d'énergie qui maintient l'oxygène en circulation. Leur but est de garantir la vie pour que nous puissions respirer, et de barrer le passage aux rayons nocifs du soleil. Lorsque l'aura est affaiblie par une maladie ou un chagrin, elle est incapable de conserver toute son énergie. Le trou dans la couche d'ozone, qui laisse les rayons ultraviolets nocifs pénétrer dans l'atmosphère, est un exemple d'affaiblissement de l'aura. Dans le système énergétique humain, une aura qui souffre agit de manière identique.

Un champ énergétique fort et viable protège des invasions extérieures, qui peuvent prendre la forme d'une attaque psychique ou même d'une affection physique. Il est possible de fortifier une aura faible par la pensée la méditation et la prière. Lénergie et répond immécUatenient^ niOg; intentions. Une vie saine permet de construire une aura forte.

Chez l'homme, l'aura est constituée de plusieurs couches d'énergie subtile. Chaque couche sert de filtre à l'énergie vitale. On compte au total sept corps énergétiques qui affectent chaque état de notre être. Ils existent à un niveau physique et progressent vers des couches d'énergie plus diversifiées et plus raffinées.

L’énergie part de la terre, circule dans nos chakras inférieurs et affecte notre corps physique. Elle ancre notre esprit dans la réalité matérielle. Elle descend également du cosmos vers nos chakras supérieurs et affecte notre pensée, nos sentiments et notre perception spirituelle.

Nos champs énergétiques se transforment à mesure que notre conscience se développe. Plus nous entrons en relation avec l'unicité absolue de la vie, plus notre énergie subtile se fortifie. Nous pouvons transformer notre énergie par la prise de consciençe et en comprenant comment la force vitale réagit à l’intention positive.

AMBIKA WAUTERS

SOURCE : Le livre des chakras, pages 6 à 21
Editions Soline, 2003