Un colorant sous cutané, livré avec un vaccin, pour permettre le marquage et le suivi des vaccinations

images (6)

Les ingénieurs du MIT ont mis au point un moyen de stocker des informations médicales sous la peau, en utilisant un colorant à points quantiques qui est administré, avec un vaccin, par un patch micro-aiguille. Le colorant, invisible à l'œil nu, peut être lu plus tard à l'aide d'un smartphone spécialement adapté.
Crédits:
Image: Studios Second Bay

 

Chaque année, un manque de vaccination entraîne environ 1,5 million de décès évitables, principalement dans les pays en développement. L'un des facteurs qui rend les campagnes de vaccination dans ces pays plus difficiles est qu'il y a peu d'infrastructure pour stocker les dossiers médicaux, il n'y a donc souvent pas de moyen facile de déterminer qui a besoin d'un vaccin particulier.

Les chercheurs du MIT ont maintenant développé une nouvelle façon d'enregistrer les antécédents de vaccination d'un patient: stocker les données dans un modèle de colorant, invisible à l'œil nu, qui est administré sous la peau en même temps que le vaccin.

«Dans les régions où les cartes de vaccination papier sont souvent perdues ou n'existent pas du tout, et où les bases de données électroniques sont inconnues, cette technologie pourrait permettre la détection rapide et anonyme de l'historique de vaccination des patients afin de garantir que chaque enfant est vacciné», déclare Kevin McHugh, un ancien post-doctorant du MIT qui est maintenant professeur adjoint de bio-ingénierie à l'Université Rice.

Les chercheurs ont montré que leur nouveau colorant, constitué de nanocristaux appelés points quantiques, peut rester au moins cinq ans sous la peau, où il émet une lumière proche infrarouge qui peut être détectée par un smartphone spécialement équipé.

McHugh et l'ancien scientifique invité Lihong Jing sont les principaux auteurs de l'étude , qui apparaît aujourd'hui dans Science Translational Medicine . Ana Jaklenec, chercheuse à l'Institut Koch du MIT pour la recherche intégrative sur le cancer, et Robert Langer, professeur à l'Institut David H. Koch au MIT, sont les principaux auteurs de l'article.

Un disque invisible

Il y a plusieurs années, l'équipe du MIT a entrepris de concevoir une méthode pour enregistrer les informations de vaccination d'une manière qui ne nécessite pas une base de données centralisée ou une autre infrastructure. De nombreux vaccins, comme le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR), nécessitent des doses multiples espacées à certains intervalles; sans registres précis, les enfants peuvent ne pas recevoir toutes les doses nécessaires.

«Pour être protégé contre la plupart des agents pathogènes, il faut plusieurs vaccinations», déclare Jaklenec. «Dans certaines régions du monde en développement, il peut être très difficile de le faire, car il y a un manque de données sur qui a été vacciné et s'ils ont besoin de vaccins supplémentaires ou non.»

Pour créer un dossier médical décentralisé «sur le patient», les chercheurs ont développé un nouveau type de points quantiques à base de cuivre, qui émettent de la lumière dans le spectre du proche infrarouge. Les points ne mesurent qu'environ 4 nanomètres de diamètre, mais ils sont encapsulés dans des microparticules biocompatibles qui forment des sphères d'environ 20 microns de diamètre. Cette encapsulation permet au colorant de rester en place, sous la peau, après son injection.

Les chercheurs ont conçu leur colorant pour être administré par un patch microneedle plutôt qu'une seringue et une aiguille traditionnelles. De tels patchs sont en cours de développement pour administrer des vaccins contre la rougeole, la rubéole et d'autres maladies, et les chercheurs ont montré que leur colorant pouvait être facilement incorporé dans ces patchs.

Les micro-aiguilles utilisées dans cette étude sont fabriquées à partir d'un mélange de sucre soluble et d'un polymère appelé PVA, ainsi que du colorant à points quantiques et du vaccin. Lorsque le patch est appliqué sur la peau, les micro-aiguilles, qui mesurent 1,5 millimètre de long, se dissolvent partiellement, libérant leur charge utile en deux minutes environ.

En chargeant sélectivement des microparticules dans des micro-aiguilles, les patchs délivrent un motif dans la peau qui est invisible à l'œil nu mais qui peut être scanné avec un smartphone sur lequel le filtre infrarouge est retiré. Le patch peut être personnalisé pour imprimer différents motifs correspondant au type de vaccin administré.

«Il est possible qu'un jour cette approche« invisible »crée de nouvelles possibilités pour le stockage de données, la biodétection et les applications de vaccins qui pourraient améliorer la façon dont les soins médicaux sont fournis, en particulier dans les pays en développement», dit Langer.

Vaccination efficace

Des tests utilisant la peau de cadavre humain ont montré que les motifs de points quantiques pouvaient être détectés par les caméras des smartphones après jusqu'à cinq ans d'exposition au soleil simulée.

Les chercheurs ont également testé cette stratégie de vaccination chez le rat, en utilisant des patchs à micro-aiguilles qui délivraient les points quantiques avec un vaccin contre la polio. Ils ont découvert que ces rats généraient une réponse immunitaire similaire à la réponse de rats ayant reçu un vaccin antipoliomyélitique injecté traditionnel.

«Cette étude a confirmé que l'incorporation du vaccin avec le colorant dans les patchs à micro-aiguilles n'affectait pas l'efficacité du vaccin ou notre capacité à détecter le colorant», explique Jaklenec.

Les chercheurs prévoient maintenant d'enquêter sur les agents de santé des pays en développement d'Afrique pour obtenir des informations sur la meilleure façon de mettre en œuvre ce type de tenue de registres de vaccination. Ils travaillent également à augmenter la quantité de données qui peuvent être encodées dans un modèle unique, leur permettant d'inclure des informations telles que la date d'administration du vaccin et le numéro de lot du lot de vaccins.

Les chercheurs pensent que les points quantiques sont sûrs à utiliser de cette manière car ils sont encapsulés dans un polymère biocompatible, mais ils prévoient de mener d'autres études de sécurité avant de les tester chez les patients. 

«Le stockage, l'accès et le contrôle des dossiers médicaux sont un sujet important avec de nombreuses approches possibles», déclare Mark Prausnitz, président du génie chimique et biomoléculaire à Georgia Tech, qui n'a pas participé à la recherche. «Cette étude présente une nouvelle approche où le dossier médical est stocké et contrôlé par le patient dans la peau du patient d'une manière minimalement invasive et élégante.»

La recherche a été financée par la Fondation Bill et Melinda Gates et le Koch Institute Support (core) Grant du National Cancer Institute. Les autres auteurs de l'article sont Sean Severt, Mache Cruz, Morteza Sarmadi, Hapuarachchige Surangi Jayawardena, Collin Perkinson, Fridrik Larusson, Sviatlana Rose, Stephanie Tomasic, Tyler Graf, Stephany Tzeng, James Sugarman, Daniel Vlasic, Matthew Peters, Nels Peterson, Lowell Wood, Wen Tang, Jihyeon Yeom, Joe Collins, Philip Welkhoff, Ari Karchin, Megan Tse, Mingyuan Gao et Moungi Bawendi.

https://news.mit.edu/2019/storing-vaccine-history-skin-1218


Une nouvelle recherche a révélé que les médias sociaux synchronisaient l'humanité comme un battement de coeur

 

"Réalisez que tout se connecte à tout le reste". - Léonard de Vinci

La synchronicité est un aspect inévitable de l'activité humaine, qu'elle soit commerciale ou sociale. Il existe des modèles qui manifestent une synchronicité dans nos activités .

Nous sommes tous connectés. Littéralement! Autant que cela ressemble à une sagesse spirituelle à vivre, nous sommes tous psychophysiquement connectés. Nous sommes reliés par nos interactions, à travers les lois de la société, à travers la chimie que nous insérons dans nos corps, les événements géologiques, les modèles de pensée, les besoins primaires et la nature de qui nous sommes.

Et pas seulement cela, nos activités de connexion imitent les processus biologiques qui nous maintiennent en vie, nos cycles circadiens sont synchronisés avec la rotation de la planète, notre humeur est fortement influencée par la météo.

humanity


Tout est lié à tout le reste!

Ajoutez l'élément des smartphones et d'Internet à cela et vous ne pouvez que penser que nous sommes tous comme un organisme géant.

Les plateformes de médias sociaux comme Facebook, Twitter, Instagram et Snapchat fournissent au monde une masse d'informations provenant de la vie des gens partout dans le monde.

Twitter est peut-être la meilleure plate-forme pour tracer les modèles de synchrony dans les médias sociaux. Il est absolument remarquable combien un tweet de 140 caractères limité est capable de réaliser en termes de publication d'informations sur une plate-forme mondiale.

Il existe des sujets de tendance et des campagnes générées par Twitter auxquelles les gens peuvent exprimer leurs opinions.

En plus de cela, Twitter est une excellente plate-forme pour un débat sur une question concernant un groupe de personnes. Les modèles de synchronicité peuvent être tracés par une observation de toutes ces activités quotidiennes sur une échelle d'une certaine zone géographique, comme une ville ou un pays ou même le monde.

Dans un article publié par Journal of the Royal Society Interface , les chercheurs du New England Complex Systems Institute (NECSI) ont observé un nouveau modèle d'activité synchronisée: un pic simultané de l'activité de Twitter s'étendant sur la moitié de la planète, d'Europe et d'Afrique à Asie et Océanie.

Les chercheurs de NECSI ont observé plus de 500 millions de tweets pour recueillir les synchronisations créées par la routine de chacun.

social-media-has-synchronized-human-civilization

Crédit: NECSI


Dans le cas des tweets d'une seule ville, l'activité humaine se présente comme un battement de coeur avec le premier pic fort d'activité qui se produit lorsque les gens commencent leur travail au centre-ville.

Un pic secondaire de l'activité témoigne des heures de travail postérieures. Et le pic final mais bas est observé lorsque les gens sont censés prendre leur retraite pour la nuit.

Le NECSI a continué à examiner ces modèles quotidiens pendant une période d'un an. L'étude a montré que ces modèles suivent le programme de travail des personnes plutôt que les cycles naturels du jour et de la nuit.

Le NECSI a étudié les tweets de 52 régions métropolitaines partout dans le monde. Bien que le modèle de battement de coeur reste le même dans presque toutes ces zones, la densité des pics semble avoir changé en termes de taille et de durée.

Il ne semble pas surprenant que les villes de la même longitude et du même fuseau horaire aient tendance à avoir des modèles similaires.

La synchronicité dans les activités quotidiennes des personnes est observée dans le monde entier, et surtout dans la masse continentale eurasienne.

social-media-has-synchronized-humanity

Crédit: NECSI


Ce niveau de synchrone révèle une interconnexion complexe dans le monde d'aujourd'hui. Cependant, cette interconnexion est principalement au niveau mental.

Nous partageons des idées et des informations, oui, nous avons même des émoticônes pour donner un aperçu de nos émotions, mais personne ne sait vraiment comment nous nous sentons vraiment.

Parler avec quelqu'un en personne est le contraire. Ils peuvent ne pas partager beaucoup, mais vous sentez ce qu'ils ressentent. Vous connaissez la profondeur des choses qu'ils parlent.

Serons-nous en mesure de créer un système où nous avons une telle interconnexion, mais à un niveau plus émotionnel? Comment ressemblerait ce système? Qu'est-ce que tu penses?

Par Dejan Davcevski , auteur invité / Sources: https://phys.org ; http://www.necsi.edu ;

Nous sommes tous des piles électriques. Nos cellules fabriquent de l'électricité.

14225593_1175398929165227_6240231913987687240_n

Le grand savant Louis-Claude Vincent, électrophysicien, fut dès 1948, l’un des premiers à comprendre et expliquer comment les cellules, baignant dans une solution riche en oligo-éléments (métalloïdes : fer, magnésium, cuivre, sodium, potassium, chrome, nickel, aluminium, etc.) présents dans la lymphe, les humeurs, le sang et plus généralement dans l’ensemble des liquides biologiques de l’être humain, comment ces cellules produisent de la bio-énergie électromagnétique, par auto-électrolyse biologique. Dès 1950, H. Fröhlich écrivait : « On peut s’attendre à ce que les systèmes biologiques aient un niveau d’oscillations électriques longitudinales situé dans une gamme de fréquences comprises entre 1011 et 1012 hertz. Celles-ci sont dues aux propriétés dipolaires des membranes cellulaires, certaines liaisons de molécules géantes (aux liaisons hydrogènes par exemple) et peut-être des amas d’électrons non localisés. ».


Ces ondes electromagnetiques se situent dans la gamme
des micro-ondes

La membrane cellulaire élabore une double couche électrique qui présente un excédent considérable d’ions potassium et d’autres gradients de charges par rapport au milieu extérieur [magnétisme]. Il apparaît de ce fait une différence de potentiel d’un ordre de grandeur de 100 millivolts (mV). Etant donné que cette différence de potentiel ne se maintient que sur l’épaisseur de la membrane (10-6 cm), elle correspond, à une intensité de champ de 100 000 volts par cm. « Cette force électromagnétique considérable peut très bien suffire sous certaines conditions, dans l’air humide, à provoquer des décharges (éclairs). Les fortes intensités de champs électriques et leur continuel balancement provoquent de cette manière des vibrations d’ondes. Ces ondes électromagnétiques se situent dans la gamme des micro-ondes. »

Les « scientifiques » interprètent le phénomène, qu’ils appellent « le transport actif primaire, la pompe à sodium » comme suit :

La pompe à sodium est la pompe du transport actif primaire la plus répandue. La pompe à sodium maintient une faible concentration d’ions sodium, (Na+) dans le cytosol qui les pompe à l’extérieur contre leur gradient de concentration et déplace aussi de la même façon les ions potassium (K+) vers les cellules. La pompe à sodium doit continuellement fonctionner, car K+ et Na+ fuient lentement dans la membrane plasmique à travers des canaux de « fuite », (pores). Du fait des ions qu’elle déplace, cette pompe du transport actif primaire est appelée pompe Na+/ K+ ou plus simplement pompe à sodium.
Les mêmes « scientifiques » appellent ATP (Adénosine triphosphate), l’énergie que Louis-Claude Vincent et l’ensemble des bio-énergeticiens appellent avec raison, électromagnétisme.
En 1980, Dr. John Zimmerman, PhD. de Bio-Électro-Magnetics Institut de Reno du Nevada a commencé une série d’études sur le toucher thérapeutique, utilisant un magnétomètre SQUID. En poursuivant ses études à l’École de Médecine de l’Université de Colorado, à Denver, Zimmerman a découvert qu’un énorme champ biomagnétique pulsant émanait des mains d’un pratiquant de toucher thérapeutique. La fréquence des pulsations n’était pas stable, elle “balayait” sur une rangée de 0,3 à 30 Hz (cycles par seconde), avec une partie très importante de son activité autour de 7 à 8 Hz.

 

La confirmation des découvertes de Zimmerman est arrivée en 1992, quand Seto et ses collègues du Japon, ont étudié des pratiquants des différents arts martiaux et d’autres méthodes de guérison. Selon eux, l’émission de “Ki” (Chi ou Qi) de leurs mains est tellement forte qu’on peut la mesurer avec un simple magnétomètre qui consiste en deux bobines de 80 000 tours de fil. Leur étude a démontré que les mains dégageaient un champ biomagnétique de 7 à 8 Hz. Ces résultats appuyaient les recherches des chercheurs : Dr. Harold Saxton Burr (1889-1973) embryologiste et Professeur en neuro-anatomie, Dr F.S. C. N. Northop Sterling, Professeur en philosophie, Dr. C.T. Land, D. L.F. Nims et le Dr. Leonard J. Rantz, neuro-spychiatre, qui ont démontré en 1935 que ce champ naturel change de polarité selon avec les émotions. Le Dr. Robert O. Beeker, M.D., Professeur en orthothérapédie au Centre médical de Syracuse et récipiendaire du Prix Nobel pour ses travaux sur les systèmes de contrôles électriques corporels, déclara en 1962 que le corps humain est entouré d’un champ électrique complexe parcouru de particules (biophotons) semblables à des électrons. Ce champ peut changer de forme selon l’état psychologique et physique de l’individu.

En 1990, le Dr. Zhing Ronliang de l’Université de Lanzhou et de Shanghai Atomic Nuclear, démontra que ces biophotons pouvaient se déplacer à une vitesse variant entre 20 et 50 centimètres par seconde. En 1993, le Dr. Elmer Green de Menninger Clinic stipulait que le champ biomagnétique des mains et celui de la terre pulse au même rythme, soit 8 cycles par seconde (8Hz). Il réalisa que le rayonnement des mains d’un guérisseur pouvait induire un écran métallique à proximité. En 1996, les chercheurs T. Hisamitsu, A. Seto, C. Kusaka, C. Takeshige, S. Nakazato, T. Yamamoto et S.K. Aung du Département de Psysiologie de l’Université Showa de Tokio, ont découvert que les mains de quelques élèves de méditation dégageaient des champs biomagnétiques variant entre 0,13 mT (1,3mG) et 300 mT (3mG). En 1999, le Dr. Eugène Wallace réalisa que l’émission de biophotons était beaucoup plus forte sur les pratiquants de Qigong. En 2000, le Dr. Masao Nakamura et ses collègues enregistrèrent des baisses de la température des mains du guérisseur lors des séances de soins mais la quantité de biophotons augmentait. Selon eux, les biophotons croissent avec le désir du guérisseur d’amplifier l’énergie de ses mains. Une technique appelée Qi qiu ou Ki tama aide à augmenter l’énergie émanant de nos mains pour la rediriger vers un point précis. L’ingénieur Fritz Grünewald fut l’un des premiers chercheurs à découvrir en 1920 que des mains de quatre médiums observés émanaient un fluide magnétique. Lors de l’une de nos investigations, nous avions établit un contact paranormal avec l’aide d’une table qui servait d’instrument. Une photographie thermique révéla que les mains du médium (à droite) généraient plus d’énergie que celles d’une personne inexpérimentée (à gauche). Il faut comprendre que la chaleur, c’est aussi une onde électromagnétique, de l’énergie.Les participants expérimentés servant de canaux médiumniques peuvent aussi générer de l’énergie (biophotons) utile à la séance de contact paranormal.

thermictablejpg-300x198

mains-3-300x200

En partant de la théorie de Kardec qui stipule que ce fluide magnétique est le moyen utilisé par les esprits pour se manifester dans notre monde et en me basant sur mes propres observations échelonnées sur plus de 42 ans de travail sur le terrain, je considère qu’effectivement les mains d’un médium dégagent une énergie subtile. Lors de séances avec une table d’un diamètre de 122cm (48 po.) servant d’instrument et avec la participation de 6 collègues, nous avons constaté que :

 

• Si le médium enlève sa main, la table s’immobilise malgré le nombre de participants.
• Si le médium remet sa main, la table s’anime à nouveau dans un sens ou dans l’autre.

Le médium ne peut pas manipuler la table avec une seule main ni contrôler les participants. L’énergie transmise par la main du médium alimente donc les mouvements du meuble en question. Lors de ces séances, nous avons aussi été en mesure de constater que les mains des participants expérimentés dégagent aussi une énergie (biophotons). • Si des participants enlèvent leurs mains, la table ne s’immobilise pas.
• Si les participants enlèvent leurs mains, la table ralentit et l’énergie diminue graduellement.L’énergie émanant des mains des participants qui servent de canaux médiumniques alimente le médium et le contact. Cette énergie permet d’allonger la durée de ce contact et de franchir un niveau où le médium sera en mesure de faire de la voyance ou d’obtenir des informations particulières. Certaines personnes diront que tout le monde peut brasser une petite table pour lui faire épeler des lettres mais ce qu’elles ignorent, c’est qu’au fur et à mesure que le poids et diamètre de ce meuble augmentent, cela devient de plus en plus difficile de le faire en essayant de cacher ses mouvements forcés. De plus, en l’absence d’un médium, les messages ainsi composés ne seront que le fruit de l’imagination. Un groupe d’individus pourraient truquer une séance en brassant une table pour lui faire épeler un faux message mais jamais, au grand jamais, ils ne pourront faire de la voyance à distance, parler d’événements futurs, localiser des choses particulières ou trouver une personne disparue, etc…..Là est la différence entre une séance médiumnique et celle où les gens manipulent l’instrument pour lui faire dire n’importe quoi.

(C)(R) www.paracontacts.com

http://www.francaise-bio-energetique.com/le-bio-electom-humain.htm