Brisons le silence sur ce qui se passe en Espagne : le début d'une dictature ?

b41f87097aac7c43e496b1d8db6d9cd69ffede75photos : la Une de la depeche.


Brisons le silence sur ce qui se passe en Espagne

Astrid Menasanch Tobieson, dramaturge

Sous couvert de l’inattaquable excuse de la sécurité, le gouvernement de Mariano Rajoy considère préventivement le manifestant comme dangereux. Il est ainsi automatiquement regardé comme une menace à la loi grâce au nouveau projet législatif de « Sécurité citoyenne » adopté par le conseil des ministres le 29 novembre dernier.


Des policiers arrêtent des manifestants lors d’un défilé contre la réforme du droit à l’avortement, le 20 décembre 2013 à Madrid (Andres Kudacki/AP/SIPA)

Metteur en scène et dramaturge, Astrid Menasanch Tobieson travaille entre la Suède et l’Espagne. Elle est membre du groupe de théâtre Sta ! Gerillan. La lettre ci-dessous était initialement adressée aux journalistes suédois et a été publiée le 19 décembre. Avec l’autorisation de l’auteure, la traductrice a pu la retranscrire en français.

Mathilde Rambourg

La lettre d’Astrid Menasanch Tobieson

Bouleversée, je vous écris sous le coup de l’indignation. L’Espagne, dans peu de temps, empruntera le chemin qui mène d’une démocratie ouverte à ce qui risque de devenir une démocratie fasciste et autoritaire.

Je vous écris après les événements qui se sont produits dans le quartier de Kärrtorp à Stockholm (où un groupe néonazi ultraviolent a attaqué une manifestation antirasciste il y a quelques jours).

Je vous écris à propos de qui se trame en Espagne. Je crois en tout cas que la Suède et l’Espagne se ressemblent en un point : l’avancée du fascisme devant l’indifférence de la société. Le 19 novembre, le gouvernement espagnol a approuvé un projet de loi dont le but est d’en finir avec les manifestations et les contestations au régime actuel. La méthode est classique : instaurer le silence grâce à la répression.

Avortement non, sécurité citoyenne oui ?

Le 29 novembre dernier, le Conseil des ministres du gouvernement conservateur espagnol a approuvé le projet de loi « Sécurité citoyenne » qui réforme le code pénal. Le texte, qui réduit les droits et libertés civiles (mais pas celle de faire l’apologie du franquisme) est unanimement rejeté par les mouvements sociaux, les syndicats, l’opposition, les organisations professionnelles comme celles des juges pour la démocratie, l’association unifiée des gardes civils ou la fédération des journalistes d’Espagne.

 

Alors que le Parti socialiste espagnol a demandé à ses alliés européens de se mobiliser contre le projet de loi réduisant les droits d’accès des femmes à l’avortement, certains se demandent pourquoi il n’a pas entrepris la même démarche sur la loi « Sécurité citoyenne ». Blandine Grosjean

 

 

Je vous demande maintenant de l’aide, je vous demande d’informer. Le samedi 14 décembre à Madrid s’est déroulé une des 6 000 manifestations qui se sont organisées cette année en Espagne. Je le répète : une des 6 000.

Ces dernières années, le réseau de protection sociale a été ébranlé : privatisation des théâtres, tentatives de privatiser les hôpitaux, droit du travail ébranlé et transformé depuis sa base, licenciements innombrables, familles chassées de leur domicile, éducation civique suspendue dans les écoles, etc. Et afin de clore une longue liste, le vendredi 20 décembre, le gouvernement a approuvé la réforme du droit à l’avortement.

Ce que l’on a désigné comme une crise économique est, depuis le début, avant tout une crise démocratique. La couverture médiatique en Suède et en France sur la situation en Espagne a été très faible, et son analyse d’un point de vue social, inexistante.

La manifestation qui s’est tenue au pied du Congrès de Madrid le samedi 14 décembre, avait pour but de protester contre une nouvelle proposition de loi : la « ley de Seguridad Ciudadana », loi de Sécurité citoyenne.

Un groupe Facebook : 30 000 euros

Cette loi, qui contient 55 articles et punit autant d’actes différents, prévoit des amendes pour le manifestant, allant de 100 à 600 000 euros. Les infractions ?

  • Pour commencer, toutes les manifestations non-déclarées et prenant place devant le Congrès ou autre édifice appartenant à l’Etat – comme celle qui s’est déroulée samedi 14 à Madrid – seront interdites et la sanction ira jusqu’à 30 000 euros par participant. Cela sera le cas lorsque plusieurs personnes seront considérées comme un groupe.
  • L’interdiction des manifestations non-déclarées s’appliquera également aux réseaux sociaux. Se rassembler en tant que groupe sur Internet, autour d’une opinion, sera sanctionné de 30 000 euros. Créer un groupe, sur les réseaux sociaux ou dans un lieu public, autour de symboles ou de drapeaux, sera interdit : 30 000 euros d’amende.
  • Si dans une manifestation, un citoyen manifeste avec une capuche ou avec le visage couvert : 30 000 euros d’amende.

Capture d’écran du Huffington Post espagnol qui montre huit photos prises en 2013, qui ne pourront être diffusées en 2014 (Huffingtonpost.es)

  • Refuser de décliner son identité devant un policier : 30 000 euros.
  • Empêcher un policier de remplir sa fonction : 30 000 euros, ce qui, dans la pratique, signifie que les sit-in comme ceux qui initièrent le mouvement du 15-M en Espagne [ « Les Indignés », ndlr], seront strictement interdits.
  • Déshonorer le drapeau espagnol : 30 000 euros [en France, cet acte est passible de 1 500 euros d’amende, ndlr].
  • Réaliser un dessin satirique, prenant pour sujet, par exemple, un politique, sera interdit.
  • Utiliser des pancartes critiquant la nation espagnole : 30 000 euros.
  • Filmer ou photographier un policier en service : 30 000 euros.
Note de la traductrice

Les dénonciations faites par des policiers bénéficient de la présomption de véracité. Par conséquent, c’est celui qui fait l’objet de l’accusation qui devra démontrer la non-véracité de ce qui est avancé par les agents. Le système d’accusation fonctionnait ainsi également sous la dictature franquiste.

 

Selon l’écrivain Javier Marias, c’est une négation de la justice : cela revient à condamner directement l’accusé car il sera incapable de démontrer qu’il n’a pas pas commis l’acte dont on l’accuse puisque l’on part de la base que si, il l’a fait. Il sera d’autant plus difficile à l’accusé d’apporter des preuves à cause de la loi qui interdit de photographier ou de filmer des agents de l’ordre.

Et la liste n’est pas exhaustive. Dans tous les cas, le témoignage d’un policier ou d’un agent de sécurité sera suffisant pour infliger une amende au citoyen.

D’aucuns peuvent par conséquent se demander : l’Espagne fait-elle face à un mouvement de manifestations violentes ? Eh bien non. Le chef de la police Ignacio Casido a déclaré que ces 6 000 manifestations sont jusqu’à ce jour le mouvement le plus pacifique de l’histoire de l’Espagne.

Il n’y a pas si longtemps, l’Espagne était encore une dictature. Il n’y a pas si longtemps non plus que la guerre civile a eu lieu. Tous les débats sont politiques. Informer d’un événement est un acte politique. Ne pas le faire est un acte politique. Le silence est, au plus haut point, un acte politique. Le choix de garder le silence se fige dans la mémoire des générations. Cette loi néofasciste qui va être votée n’est pas sans lien avec la montée des fascismes en Europe. Cela nous concerne tous.

Je m’adresse à tous les journalistes, aux éditorialistes en France. Vous qui détenez l’espace médiatique. Je vous demande sincèrement de briser le silence vis-à-vis du régime qui est en train de s’imposer en Espagne.

Je vous demande de commencer à informer. Je vous demande de soutenir la liberté d’expression avec vos articles et vos apports au débat, je vous demande d’y apporter des analyses rigoureuses et profondes. Informez ! Informez sur tout !

Aller plus loin
http://rue89.nouvelobs.com/2014/01/10/brisons-silence-passe-espagne-248918


Espagne: Un projet de loi pour contrôler les manifestations

greve canalblog

« Déclaration d’autorité », titre le quotidien à la suite du projet de loi du gouvernement qui « restreint, entre autres, le droit à manifester ». Dénommé « loi citoyenne de sécurité », il prévoit des amendes allant de 1 000 à 30 000 euros pour les « infractions graves » comme « menacer ou insulter un policier » ou « disposer des éléments qui empêchent la libre circulation des véhicules et des personnes ».

Le projet de loi prévoit aussi des amendes allant jusqu’à 600 000 euros pour les infractions « très graves » comme « filmer ou diffuser des images de policiers qui puissent menacer leur sécurité » ou « manifester sans préavis devant des institutions de l’Etat comme le Congrès, le Sénat ou les hauts tribunaux ». L’actuel ministre de l’Intérieur à l’origine du projet de loi, Jorge Fernandez Díaz, est fortement critiqué par les associations et les syndicats du pays à cause de sa fermeté, rappelle le journal.

Source : Courrier International

Posté par rusty james à 18:35 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Selon CNN, la grave crise mondiale est pour 2013

Selon CNN, la grave crise mondiale est pour 2013, mais elle a déjà commencé. Bien que cela soit désormais une évidence pour les populations (même les sondages démontrent que les gens reconnaissent cet état de fait à cause de l’explosion du chômage), il est tout de même incroyable de voir le sujet écarter des conventions démocrates et républicaines. Les politiciens demeurent absolument silencieux sur les dommages collatéraux de cette crise financière qui impacte maintenant de plein fouet l’économie réelle. Les deux candidats américains sont pourtant très bien placés pour voir les choses puisque la crise alimentaire et la cherté des biens de consommation s’ajoutent à une longue liste de problèmes déjà difficiles, et que les Etats-Unis furent cet été principalement concernés par une météorologie extrême. La sécheresse ayant touché près de 80% de la zone continentale des États-Unis, et la Russie, comme l’Australie, n’ont pas été épargné.

La récolte de maïs devrait chuter pour atteindre les niveaux de 1995. En juillet, les prix du maïs et du blé ont bondi d’environ 25% chacun, les prix du soja de 17%. Les répercussions sur les denrées alimentaires seront un élément supplémentaire amputant le pouvoir d’achat des citoyens. Or les Américains ont pour habitude de consacrer 10% de leur revenu au budget alimentaire. Selon les dernières enquêtes de Gallup, par rapport à 1969 et en ajustant de l’inflation, la famille américaine typique dépense un tiers de moins pour se nourrir !

Dans quelques trimestres, quand les prix vont réellement se répercuter sur les produits de base, quand la crise sera plus « visible » à cause de ses conséquences sur le front de l’emploi, comment nos gouvernements géreront-ils les révoltes alimentaires dans les pays pauvres, surtout ceux qui bénéficièrent des largesses des officines de certains services de renseignement pour organiser le printemps arabe ? En 2007-2008, lors de la dernière flambée des prix alimentaires, une trentaine de pays furent secoués par ce dramatique problème.

A l’époque de Moubarak, l’Egypte a connu de sérieux problèmes et le président déchu affirmait que son gouvernement ne pouvait pas suivre le rythme de la flambée des prix des céréales. Depuis les magouilles de certaines officines occidentales, soucieuses de déclencher un embrasement du Moyen-Orient, l’Egypte n’a quasiment plus de rentrée de devises. Le pouvoir frériste et ses relais islamistes ont fait fuir les touristes par suite de multiples agressions. Nous allons donc vers l’inconnu. D’autant plus que de nombreux citoyens du Maghreb ayant participé à ce vent révolutionnaire, totalement piloté par certains réseaux occidentaux liés au sionisme, attendaient, il y a déjà six mois, un effort des autorités pour des prix plus abordables en matière de pain.

La cherté supplémentaires de l’alimentaire est aussi un problème majeur en Chine où la croissance plonge. La Chine est particulièrement vulnérable à l’inflation du coût des aliments. L’année dernière, en juillet 2011, le coût de la vie a grimpé de 6,5% en un mois ! Heureusement, l’inflation a disparu au cours de l’année 2012. Dans l’espoir d’une bonne récolte aux États-Unis, Pékin a accepté que la banque centrale chinoise assouplisse sa politique de crédit durant la première partie de l’été. Mais quid pour le futur désormais ? L’avenir social dans de nombreux pays va désormais dépendre de l’évolution future des prix alimentaires…

http://liesidotorg.wordpress.com/2012/09/06/cnn-annonce-une-crise-serieuse-pour-2013/

Posté par rusty james à 11:19 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

19 novembre 2011

30 000 arrestations prévues : Les quartiers londoniens terrorisés par les rafles de la police

1312799071Un mois après les troubles importants déclenchés par le meurtre de Mark Duggan le 4 août par la police, au nord de Londres, la police métropolitaine dans la capitale multiplie les rafles sur les communautés de la classe ouvrière.

Des quartiers entiers sont bouclés et la police antiémeute défonce des portes et emmène des gens de force. À Londres seulement, 2000 arrestations ont été effectuées, soit environ 100 arrestations par jour en moyenne depuis le début des émeutes. Les médias, prévenus d’avance, sont sur place pour filmer les rafles, leur préparation et le spectacle des jeunes embarqués dans les fourgonnettes de la police.

Une source de la police a confié au Sunday Times que les forces policières pourchassent 30 000 personnes qui, selon la police, seraient impliquées dans les perturbations. Nationalement, 40 000 heures de vidéos provenant de caméras de surveillance seront examinées et des officiers pensent que l’enquête pourrait durer des années.

Le 22 août, la police métropolitaine a rendu public un rapport affirmant que 3296 crimes avaient été enregistrés à Londres. Une source de la police a dit que « La Met veut savoir qui sont tous ces gens. »

La police métropolitaine, appuyée par la totalité de l’établissement policier, est complètement déchaînée depuis le début des émeutes. Le 11 août, 50 officiers on mené une rafle au Churchill Gardens Estate du quartier Pimlico à Westminster. Le Daily Telegraph a publié des extraits vidéos de la rafle en demandant la tête des « voyous de l’Angleterre qui se sont fait servir leur propre médecine aujourd’hui ».

Le Daily Telegraph a écrit ; « Lors d’un briefing, un chef de Scotland Yard a ordonné aux officiers de ne pas oublier les horreurs subies par les Britanniques en répliquant fermement, mais de manière “juridiquement énergique” ».

La même journée, 120 policiers d’une brigade antiémeute ont mené une rafle sur le parc de HLM Lambeth en défonçant les portes et emmenant des jeunes de force. Le commissaire Nick Sedgemore, qui dirigeait la rafle, a affirmé dans une déclaration : « Nous allons les attraper tous, jusqu’au dernier, et les poursuivre aussi sévèrement que la loi le permet... Cela ne nous dérange pas de criminaliser une section de la société. Nous ne sommes pas ici pour nous faire aimer, mais pour nous faire respecter... Nous en avons assez. Et nous allons leur faire peur un peu. »

Cette rafle faisait partie d’une centaine effectuée la même journée. Voici un exemple typique de déclaration que l’on pouvait trouver sur le site web de la police métropolitaine :

« En réponse à l’opération Withern, l’enquête du MPS [Metropolitan Police Service] à la suite des perturbations de Londres, les équipes locales de police de Lambeth et des enquêteurs spécialisés ont effectué des rafles dans des propriétés de Stockwell et Brixton, trouvant de nombreuses armes et des preuves de criminalité. Samedi le 14 août, des agents ont fait des recherches à Stockwell Gardens Estate dans le SW9, sous la supervision du sergent-détective Lucas. Ils ont trouvé trois couteaux, un marteau, un téléphone portable et une quantité de drogues illégales. Dimanche le 15 août, des agents ont fait des recherches à Moorland Estate dans le SW9. »

Un exemple des abus commis est démontré par les événements traumatisants pratiquement gardés secrets d’une rafle armée de la police métropolitaine à la maison familiale des Gardener à Harlesden, au nord-ouest de Londres. À 02h00 le 16 août, selon une dénonciation anonyme, un grand nombre d’officiers armés ont fait irruption dans la maison familiale de Leonie Reece et Delroy Gardener par les portes avant et arrière, alors que lui et sa conjointe regardaient la télévision au lit et que leurs trois enfants dormaient.

Les policiers ont pointé leur arme vers leur visage, y compris celui de leur fils de trois ans, Zion, qui s’est réveillé dans un état de terreur. Des agents armés ont ordonné à la famille de sortir de la maison dans leurs sous-vêtements, y compris à leur enfant âgé de dix mois, qui se remettait d’une pneumonie. Leur maison a été complètement saccagée.

Leonie Reece, 25 ans, a subi une grave crise d’asthme et a finalement été emmenée en ambulance. Elle a décrit la scène : « Mon fils a alors figé…il ne voulait pas sortir avec toutes ces armes braquées vers nous. J’étais tellement apeurée que j’ai dû lutter pour respirer. Mon fils de trois ans montait et descendait en courant, confus, et ne sortait pas de la maison parce qu’ils criaient et pointaient une arme en sa direction ».

Delroy Gardener, le conjoint de Léonie, un travailleur auprès des jeunes a déclaré : « C’était comme sorti d’un film d’horreur…Les policiers était tous masqués et tout ce qu’on pouvait voir, c’était leurs yeux. Je pensais qu’ils étaient des voleurs armés lorsqu’ils ont surgi, car ils étaient habillés en civil. C’est seulement quand ils m’ont emmené dehors que j’ai vu des policiers en uniforme. Tout ça a été extrêmement terrifiant…C’est comme si une tornade avait frappé notre maison ».

« Plus tard, la police m’a traité avec condescendance, comme si rien n’était arrivé, en disant : “passez une belle journée”. Ils ont affirmé qu’une source anonyme les avait informés et que j’étais un pilleur ayant des armes à feu, mais comment est-ce que la personne qui a fait ces allégations en est venue à cette conclusion ? »

« Les gens sont persécutés à cause d’accusations venant d’autres personnes. Je suis en colère, car s’ils ont fait cela sans preuve et seulement à partir de ouï-dire, personne n’est en sécurité dans sa maison. Cela peut arriver à tout le monde. »

Gardner a dit que l’arme pointée sur son fils Zion a traumatisé celui-ci :

« Zion était pétrifié et maintenant il mouille toujours son lit et fait des cauchemars. »

Cette vengeance de classe ouverte implique toutes les institutions de l’État.

Eoin McLennan-Murray, le président de l’Association des gouverneurs de prison, a dit, à propos des magistrats : « C’est comme s’il y avait des requins, du sang dans l’eau et que cela entraîne une véritable frénésie. On s’affole à condamner et on semble avoir perdu toute mesure. On fait appel à la mentalité populiste, et ce n’est pas la meilleure façon de condamner les gens.

« Les normes liées à la condamnation sont ignorées… Cette sorte de justice générale rapide signifie probablement que beaucoup de personnes sont traitées de manière non équitable. »

La déclaration de McLennan-Murray était une réponse au fait que la population des prisons a augmenté de plus de 1000 pour la troisième semaine de suite, atteignant un nouveau record à chaque fois. Les prisons ont dépassé leur capacité opérationnelle d’environ 87 000 prisonniers.

La BBC a analysé les plus récentes statistiques du ministère de la Justice liées aux individus arrêtés pour implication présumée dans des perturbations. Ils ont estimé que 70 pour cent de ceux arrêtés étaient placés en détention provisoire tandis qu’en 2010, seulement 10 pour cent de ceux qui comparaissaient devant le juge étaient placés en détention provisoire. De ceux qui étaient condamnés pour des désordres, 46 pour cent recevaient une peine de prison. En 2010, pour des infractions équivalentes, 12,3 pour cent recevaient des peines de prison.

Conséquemment, les autorités des prisons travaillent à « développer des plans de secours afin d’augmenter la capacité utilisable si jamais d’autres pressions étaient placées sur les infrastructures carcérales ». Certains proposent la mise sur pied de bateaux-prison.

De graves erreurs judiciaires et des abus des droits de la personne sont en train de survenir partout dans le pays. Mais les principales organisations de droits humains n’ont émis aucune réponse significative aux abus et aux dénis de procédures normales commis envers ceux qui ont été arrêtés et emprisonnés par les tribunaux qui opèrent même la nuit.

La police et les médias, fortement impliqués dans des activités criminelles, comme cela a été révélé par le scandale des écoutes téléphoniques lié à l’empire Murdoch, ont reçu carte blanche pour coordonner leur réaction dans la couverture des arrestations de masse. Le Daily Mail du 12 août a écrit un commentaire typique : « Après des jours de bombardements de briques et de cocktails Molotov, c’était l’heure de la vengeance. »

Paul Stuart

http://www.wsws.org/francais/News/2011/sep2011/lond-s06.shtm...

Posté par rusty james à 08:28 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 août 2011

Poussées pétainistes : Guéant promeut la délation dans les quartiers

1769041866Nicolas Sarkozy aime bien jouer les durs en matière de sécurité alors qu’en réalité, avec le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux imposé par la révision générale des politiques publiques (RGPP), les coupes sont claires partout dans les budgets de la Police et de la Gendarmerie.

Comment faire face alors à la montée de la criminalité, conséquence de la crise économique, du manque criant de repères dans la société, et de mauvaises exemples qui viennent d’en haut ? Comment regagner la confiance des Français à quelques mois des élections présidentielles alors que Marine Le Pen se maintient à 16 % dans les sondages ?


Claude Guéant a cru trouver l’idée géniale en demandant aux citoyens de jouer eux-mêmes aux vigilantes, c’est-à-dire à prendre eux-mêmes en main la justice, via des projets du type « voisins vigilants ».

Ce concept vicieux a d’abord été promu à Cour-Cheverny dans le Loir-et-Cher. Première étape : la Gendarmerie a été chargée de surveiller des zones beaucoup trop vastes par rapport à ses capacités à y assurer une présence suffisante ; deuxième étape : à l’été 2008, une vague de vols a eu lieu dans la zone résidentielle de Cour-Cheverny où dans ce paisible village de 2700 habitants, quinze villas ont été cambriolées en un mois ; troisième étape : furieux, les citoyens mettent en place des rondes et s’organisent en véritable milice civile et parfois armée, plongeant la préfecture dans l’embarras ; quatrième étape : pour éviter les dérapages, la Gendarmerie propose l’adoption du concept « voisins vigilants », testé déjà dans les Alpes Maritimes, où les citoyens créent leur propre réseau des « vigilantes » avec, comme dans l’ancienne RDA, un « référent » en contact avec la Gendarmerie pour chaque pâté de maisons.

D’après le Journal du Dimanche, « les habitants se mettent à l’affût, notent tout ce qui leur paraît douteux : inconnus qui rôdent, démarcheurs insistants, voitures au pas… Puis préviennent le référent du pâté de maisons, qui a son tour alerte la Gendarmerie ». Parmi les choses soi-disant « étranges » à signaler : « un rassemblement nocturne de jeunes qui vident des bières à proximité de leur école ».
Ce concept a d’abord été testé dans 29 communes des Alpes Maritimes ; désormais Claude Guéant a appelé tous les préfets à le « promouvoir » au niveau national.

Rappelons que ce concept de vigilantes est hérité de la Rome impériale, où la lutte contre les incendies, mais aussi l’arrestation des esclaves en fuite, ou des mendiants, était attribué à des vigiles urbani.

Livrer le pouvoir d’appliquer la justice à d’autres qu’aux autorités représentant l’Etat, chargées de veiller sur le bien commun, équivaut à « privatiser » la justice, à la donner à des personnes qui pourront s’en servir non pour protéger la collectivité mais pour défendre leurs intérêts les plus étroits.

Ceci ne peut conduire qu’aux pratiques de délation qu’on a constatées lors de l’occupation durant la deuxième guerre mondiale. Il faut, au contraire, rétablir une force de l’ordre au service des citoyens, ayant un sens de sa mission républicaine, rétribuée et formée pour être à la hauteur de cette tâche.

Que les citoyens tentent de se protéger eux-mêmes face à la défaillance de l’Etat est compréhensible. Le problème est, cependant, que ce n’est pas telle ou telle commune qui menace de prendre l’eau. Du fait des politiques financières de nos gouvernants, c’est la Maison France qui risque de couler.

Nous vous invitons donc, à exercer votre pleine vigilance citoyenne à l’égard des nos gouvernants au niveau national et surtout, à vous engager pleinement, et de façon totalement légitime, à les changer.

http://www.solidariteetprogres.org/Poussees-petainistes-Gueant-promeut-la-delation-dans-les-quartiers_07962

Posté par rusty james à 08:29 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

08 avril 2011

Un rapport secret du SVR et DGSE déclare que obama prévoit un soulèvement global contre la hausse des prix à venir

2_les_emeutes_de_la_faim_a_haiti_source_interet_general

Un rapport secret  préparé par la France de la Direction générale de la sécurité extérieure ( DGSE ), obtenu par la Foreign Intelligence Service Russie ( SVR ) stipule que le président de Obama et Sarkozy ont "convenu en principe" pour créer une union-militaire européenne nous oblige à traiter un Global soulèvement prévu ce printemps que notre monde est à court de nourriture.Rassurante à noter est que après une rencontre avec Sarkozy, Obama a commencé à appliquer la Nation la stratégie de son pour garder la vérité de ce événements terribles d'atteindre le peuple américain par ordonnant à tous les citoyens américains d'avoir un ID Internet afin qu'ils puissent être suivis et mis en prison devraient-ils commencer dire la vérité.L'Organisation des Nations Unies, aussi, a averti vendredi dernier que des millions de personnes sont maintenant en danger après que les prix alimentaires ont atteint leur plus haut niveau jamais comme stocks mondiaux de blé a chuté à 175,2 millions de tonnes de 196,7 millions de tonnes il ya un an, les stocks de maïs mondial sont dit peut-être 127,3 millions de tonnes à la fin de cette saison, contre le mois dernier USDA perspectives pour 130 millions de tonnes et les stocks de soja mondial sera ramené à 58,78 millions de tonnes à la fin de cette saison, de 60,4 millions de tonnes un an plus tôt.
Robert Zoellick, président de la Banque mondiale, a en outre averti la semaine dernière que les prix des denrées alimentaires sont " une menace pour la croissance mondiale et la stabilité sociale "que notre monde, pour la première fois de mémoire d'homme, a été mis en garde est juste" une mauvaise récolte peut provoquer  le chaos ".

Important à noter concernant la gravité de la situation alimentaire mondiale est devenue est de comprendre les catastrophes qui ont touché les  stocks  de blé du monde de plus en plus des Nations l'an dernier, et qui dans l'ordre décroissant sont: Chine, Inde, Etats-Unis, Russie, France, Canada, l'Allemagne, l'Ukraine, l'Australie et le Pakistan.
De la catastrophe de la Chine : 2010 Sécheresse en Chine et les tempêtes de poussière ont été une série de graves sécheresses au cours du printemps de 2010 qui a touché Yunnan, Guizhou, Guangxi, Sichuan, Shanxi, Henan, le Shaanxi, Chongqing, le Hebei et du Gansu dans la République populaire de Chine ainsi en tant que parties d'Asie du Sud, dont le Vietnam et la Thaïlande, et tempêtes de poussière en Mars et avril qui a touché une grande partie de l'Asie orientale. La sécheresse a été décrite comme la pire depuis un siècle dans le sud-ouest de la Chine.

De l'Inde en cas de catastrophe : Une vague de chaleur record et la crise croissante de l'eau en Inde sont forcé les responsables politiques à envisager d'appliquer des frais d'utilisation et d'autres mesures pour conserver l'eau. Sri Lanka Mahinda Rajapaksa hier chargé les ministres et hauts fonctionnaires de préparer un plan stratégique pour faire face à une crise alimentaire imminente car il y avait des signes que le monde est de faire face à une pénurie alimentaire en avril prochain.

De la catastrophe de la Russie : ( 10% du monde la production totale, 20% à l'export ) ils ont été frappés par les plus hautes températures enregistrées en Russie a vu en 130 ans de la tenue des dossiers; l'étendue de sécheresse dans la plupart des plus de trois décennies, et les incendies de forêt massifs qui ont tendu travers les sept régions, notamment à Moscou.
De France en cas de catastrophes : Le gouvernement français a abaissé leurs prévisions récolte de blé de 2,7% l'an dernier en raison de la sécheresse et le froid.
Du Canada en cas de catastrophes : la sécheresse paramètre d'enregistrement a affecté leurs principales provinces productrices de céréales dans la partie occidentale de leur Nation.
De l'Ukraine en cas de catastrophe : ( le premier producteur mondial d'orge et de la sixième plus grande de blé ) a frappé aussi fort que la Russie par le feu et la sécheresse, au point qu'ils ont mis fin à tous leurs exportations de céréales en 2011.
De l'Australie en cas de catastrophes : les craintes d'une pénurie mondiale de blé ont augmenté après la région du Queensland en Australie a été frappée par des inondations catastrophiques. Andrew Fraser, du Queensland trésorier de l'Etat, a décrit les inondations comme une " catastrophe de proportions bibliques ". L'eau est couvrant la terre de la taille de la France et l'Allemagne. Il devrait atteindre plus de 30 pieds de profondeur à certains endroits dans les prochains jours.

De la catastrophe au Pakistan : Les inondations ont submergé 17 millions d'acres de la plupart des cultures des terres fertiles du Pakistan , ont tué 200.000 troupeau de bétail et ont emporté des quantités massives de céréales et les agriculteurs dans l'incapacité de respecter l'échéance de l'automne pour planter de nouvelles graines, ce qui implique une perte massive de la production alimentaire en 2011, et le potentiel à long terme des pénuries alimentaires.

Non seulement la grande majorité des World's Top producteurs de blé de notre été touchés, mais aussi l'une des céréales principales régions de production sur la planète, l'Amérique du Sud, a été frappé par des catastrophes trop où une sécheresse historique a paralysé l'Argentine et la Bolivie et le Brésil, que les régions nation la plus importante, a été frappé par des inondations catastrophiques qui ont tué près de 400 personnes dans les quelques jours passés seul.

Même les États-Unis a été frappé comme un hiver catastrophique a vu 49 de leurs 50 Etats couverts par la neige provoquant des dégâts sans précédent à leurs récoltes en Floride en raison des conditions de congélation, et la mise pluies record détruire massivement des cultures dans leur région de plus en plus important de la plupart des en Californie.
Et si vous pensez que les choses ne pouvaient pas faire pire que vous ne pouvait pas être plus faux que la Corée du Sud (l'un des exportateurs de viande les plus importants en Asie) a, la semaine dernière a dû détruire des millions d'animaux de la ferme après l'apparition de la redoutable fièvre aphteuse a été découverte.

Pour combien horrible de la situation alimentaire mondiale sera cette année a été rendue encore plus sombre, le mois dernier lorsque les Etats-Unis signalé que près de la totalité de leurs abeilles et bourdons populations se sont éteintes, et lorsqu'il est couplé avec le "mystérieux" die-off de la population de chauves-souris tout en Amérique signifie que les deux principaux pollinisateurs de plantes fruitières et de légumes ne seront plus en mesure de faire leur travail conduisant à des pertes de cultures de ce rapport met en garde sera «biblique et catastrophique".
traduit de l'anglais
source dailly mirror

Posté par rusty james à 23:14 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,