Pensées et imagination sont de l'énergie

pensee1021

Pensées et imagination sont de l'énergie

Esprit et énergie

Faire naitre une image en soi est un phénomène psychique qui met en jeu une énergie psychique. Il est important de se rendre compte que les phénomènes de l'esprit, tels que les pensées, ne sont pas purement abstraits. Ils ne peuvent fonctionner qu'avec une énergie. C'est pourquoi lorsque nous sommes fatigués, il nous est plus difficile de réfléchir, de nous concentrer, d'être à l'écoute d'une conversation. De même, c'est une énergie qui fait apparaitre et anime les images en nous.

C'est lorsque des émotions surviennent que l'on peut le mieux ressentir l'existence de cette énergie. L'enthousiasme nous donne des ailes, la colère nous remplit de force tandis que la tristesse nous en enlève. Avec un peu d'attention, on peut même sentir ces courants d'énergie, lors d'une colère ou d'une contrariété par exemple. D'ailleurs le mot émotion signifie que quelque chose est en mouvement car la racine -motion est de la famille étymologique de mouvement, moteur (qui déclenche un mouvement), locomotion, promotion (mouvement en avant).

Empreintes énergétiques évolutives

Les images qui se présentent lorsqu'on explore en rêve éveillé des zones angoissantes ou conflictuelles sont la résurgence de souvenirs douloureux de l'enfance ou autres périodes de la vie, inscrits dans l'inconscient. Ils sont inscrits sous forme d'empreintes énergétiques, ce qui signifie en premier lieu que les images et impressions se sont imprimées (impression signifie d'ailleurs qui s'imprime) dans les corps physiques et subtils sous l'effet de l'énergie mise en jeu au moment du vécu. En second lieu que l'empreinte elle-même détient cette énergie stockée. Généralement, ce n'est pas une seule scène qui contribue à l'empreinte. Plusieurs évènements porteurs des mêmes émotions ont été vécus à des moments successifs et ont contribué à renforcer l'empreinte énergétique.

Ainsi l'empreinte énergétique évolue dans le temps, dans un sens ou dans un autre. Elle peut se renforcer, ou se distorsionner. Elle peut aussi bien s'atténuer, par exemple sous l'effet d'une augmentation de l'estime de soi, de pardons véritablement ressentis, ou d'une évolution de la conscience, etc. Ainsi par exemple, si le processus thérapeutique nous amène à revivre une naissance, nous ne la revivons pas comme la réalité historique, mais sous la forme de la mémoire énergétique actuelle, renforcée ou atténuée par rapport au vécu historique réel.

Il est aisé de constater que la mémoire énergétique évolue également lorsqu'on entreprend un travail thérapeutique. Si au cours de la thérapie, on revit une naissance, cela libère l'empreinte énergétique de certaines charges émotionnelles et la modifie. Si on est amené à vivre cette naissance une seconde fois au cours du travail thérapeutique, c'est la mémoire modifiée qui s'exprimera, non celle conforme à la réalité historique. Elle se révèle transformée. Les images expriment donc l'état énergétique présent, même si ses racines sont dans le passé.

En fait, la réalité historique n'est pas vraiment intéressante. Ce qui est intéressant, ce sont les forces actuelles qui sont agissantes dans la personne, qui sont à l'oeuvre dans l'être vivant aujourd'hui. Il est donc inutile de palabrer et de critiquer à propos de la réalité historique du fait revécu, tel que la résurgence de vies antérieures. Historique ou non, le matériau de l'inconscient se présente de façon réelle afin de permettre à la personne de travailler à son évolution.

Le pouvoir énergétique de l'image et des symboles

Ainsi donc, si on agit sur une charge émotionnelle, son énergie change et les images associées évoluent. De la même façon (ou inversement), une image construite en visualisation exerce une énergie opérante Cette énergie est comme un signal qui vient déclencher un réservoir énergétique disponible en nous et dans l'univers. Ce réservoir est également une machine inconsciente puissante qui se met en oeuvre lorsqu'elle reçoit les signaux. C'est ainsi que les images et la pensée sont capables de modifier, déprogrammer, et donner une nouvelle trajectoire aux forces inconscientes.  La pensée est agissante, créatrice.

Les images symboliques semblent être particulièrement efficaces, comme si elles interviennent dans des couches plus profondes de cette machine. Les symboles ne sont pas, comme certains le pensent, des artifices mentaux, des représentations abstraites d'un phénomène concret, telles un logo représentant une entreprise. Les symboles sont vivants, ce sont des forces concrètes.

L'être multidimensionnel

Le mot imaginaire est communément employé dans le sens d'illusion, d'irréalité. Reconnaissons qu'en effet, il ne s'agit pas d'une réalité matérielle, tangible comme la matière. Toutefois, il désigne bien une réalité, mais sous une autre forme. Le mot rêve lui-aussi est souvent synonyme d'illusion. "Tu rêves!". Pourtant, le phénomène lui-même est bien réel. Lorsque vous racontez votre rêve, vous ne l'inventez pas, il a bien eu lieu réellement, c'est une réalité que vous avez vraiment traversée. Tout le monde rêve en dormant. C'est une fonction de l'esprit nécessaire à l'équilibre psychique et physique, qui se manifeste elle-aussi par des images. C'est l'expression de l'imaginaire, un espace intérieur essentiel de l'être humain. Le rêve et l'imaginaire sont tout simplement une autre dimension de la réalité humaine.

On peut donc dire qu'il existe différents niveaux de réalité. Il y a la réalité matérielle, et il y a d'autres réalités, de nature plus subtile, dont tout le monde peut faire l'expérience. Ceux qui s'adonnent aux drogues voyagent artificiellement dans certains plans de cette réalité, souvent des plans de bas niveau qui les détruisent. A l'inverse, il est possible par l'exploration consciente, de voyager dans divers plans de réalité bénéfiques, pour nourrir et faire croitre notre personnalité ordinaire. C'est une façon de se développer dans les dimensions émotionnelle et mentale et, au-delà, sur des plans de niveau spirituel .

Déjà Desoilles, créateur de la méthode du rêve éveillé dirigé (RED), distinguait plusieurs niveaux dans le RED: le niveau banal du quotidien, le niveau mythologique et le niveau mystique. Mais le langage de cette époque laissait supposer que l'imaginaire était un mode d'expression primitif, celui des enfants qui ne savent pas encore s'exprimer avec un langage construit. La conception actuelle est que le monde de l'imaginaire, loin d'être primitif, est une capacité fondamentale de l'être humain, bien plus vaste et plus puissante que la réalité physique ordinaire. Il s'étend des niveaux émotionnels les plus sombres aux plus hautes réalisations spirituelles. Il révèle que l'être humain est un être multidimensionnel.

Autrement dit, l'être humain n'est pas qu'un être matériel, il vit dans plusieurs dimensions de façon simultanée. L'imaginaire, qu'on l'aborde au travers du rêve éveillé, de la visualisation, de techniques proches telles que Samsarah, ou par l'intermédiaire de l'art, est la porte qui ouvre et conduit dans les autres dimensions de l'être.

votre esprit recèle des portes sur differentes dimensions que le réve nous permet d'explorer ,comment notre ame quitte notre corps chaque soir ,elle passe par un vortex qui se crée lors de l'endormissement notre ame passe a traversce tunnel de lumière pour se retrouver dans l'astral ,ainsi nous vivons une véritable experience que nous nommons reve ,mais ce n'est juste qu'une autre réalité celles des ames .rjames

 

http://www.spirit-science.fr/doc_psycho/imaginaire.html#mozTocId216220

Posté par rusty james à 14:54 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Le pouvoir de l'intention et les champs geomagnétiques

awakening_by_mynzah-d47ab6f6Grande

La physique quantique:    la science étudiant les plus minuscules éléments constitutifs de la matière.
*  La physique classique tout entière, et en réalité l´ensemble de la science, tire son origine des lois du mouvement et de la gravité développées par Isaac Newton.
* Une fois toutes traces de chaleur disparue, les atomes ralentissent considérablement. À ce degré de froideur (-273*) extrême, tout mouvement cesserait dans l´univers.

* Quand les atomes sont presque immobiles, ils acquièrent alors de nouvelles propriétés collectives. Rosenbaum révélant que les systèmes ayant un comportement désordonné à la température de la pièce avaient des tendances conformistes lorsqu´ils sont refroidis.
* Quand une personne est soumise à un test de polygraphe, le meilleur moyen de déterminer si elle ment consiste à lui poser une question directe et lourde de sous entendus, afin que toute autre réponse que la vérité provoque une réaction de stress immédiate et spectaculaire dans son système nerveux sympathique.
*   Chaque fois que le maitre émettait du « qi », la lecture d’ondes alpha dans son lobe frontal droit, ce qui donne a pensé que c´est a cet endroit que le corps reçoit d´abord le message de l´intention émise vers lui.
*  Un jour lorsqu´il avait fait bouillir de l´eau pour faire du café, Cleve Backster se rendit compte qu´il avait versé trop d´eau dans sa bouilloire. Il déversa donc le surplus dans l´évier et remarqua alors sur le tracé du polygraphe que les plantes avaient une intense réaction. L´évier n´était pas des plus hygiéniques : de fait, il y avait plusieurs mois que personnes n´avait nettoyé le tuyau d´écoulement. Il décida de prendre quelques échantillons de ce qu´il y avait dans le tuyau et de les examiner sous microscope, ce qui lui permit de constater l´existence d´une jungle de bactéries qui vivent normalement dans ce genre de tuyauterie. Une fois menacé par l´eau bouillante, ces bactéries avaient- elles émis une sorte d´appel au secours avant de mourir, lequel avait été capté par les pantes ?

* Au cours de la méditation, les deux hémisphères communiquent de façon particulièrement harmonieuse.

* la méditation Kundalini : la personne focalise son attention sur deux sons différents et apaise son esprit en observant le mouvement de l´inspir et de l´expir.

* l´augmentation du volume du cortex était proportionnelle à la quantité totale de temps que le participant avait consacré à la méditation. Nous avons là la preuve physique que la méditation peut accroitre notre aptitude à recevoir de l´information intuitive.

* les guérisseurs partagent deux importantes pratiquent, mis à part le fait d´entrer dans un état modifié de conscience. En effet, ils se visualisent en train de s unir à la personne qu´ils comptent guérir, et s´imaginent qu´eux- mêmes et cette personne sont en union avec ce qu´ils décrivent souvent comme l´Absolu.                                                            VIDEO :http://www.youtube.com/watch?v=XgvfhY3tNd0

* Krippner soupçonne qu´au cours de certains états modifiés de conscience, le corps désactive naturellement certaines connexions neurales, y compris une zone située prés de l´arrière du cerveau qui gère constamment le sens de l´orientation spatiale d´une personne, grâce auquel nous savons ou se termine notre corps et ou commence le monde externe. Au cours d´une expérience transpersonnelle ou transcendante, lorsque cette région du cerveau devient inactive, la frontière devient indistincte dans les relations entre notre moi et celui des autres, de sorte que l´on ne sait plus ou notre être se termine et ou commence celui d´autrui.

*    Si l´ « amygdale » de gauche est plus grosse que celle de droite et que vous faites circuler des ondes magnétiques à travers le crâne, vous vous retrouvez au paradis. Si vous avait la malchance d´être né avec une grosse amygdale du coté droit, c´est l´enfer.

*  Le synchroniseur des rythmes biologiques de tous les êtres vivants ne se trouve pas en eux mais dans les planètes, et surtout dans le soleil.

*  Cette gigantesque boule de gaz, dont la température à la surface avoisine les 6.000 * C, est prisonnière d´intense champs magnétiques s´étendant jusque dans le couches supérieures de l´atmosphères solaire.

*  les taches solaires, qui sont des vortex de champs magnétiques concentrés nous apparaissent sous la forme de zones sombre à la surface du soleil, se multiplient et disparaissent selon un cycle assez régulier, de sorte que les scientifiques peuvent prédire à quel moment une éruption solaire risque de survenir. Le cycle solaire de croissance et de décroissance des taches solaires s´étend sur une période d´environ 11 ans. Plus le nombre de taches solaires est important, plus le comportement du soleil nous parait agressif. Durant de gigantesques explosions gazeuses tout à fait imprévisibles, il éjecte d´immenses éruptions solaires, qui sont des explosions d´une puissance de plus de 40 milliards de bombes atomiques, vraisemblablement provoquées par le déchirement et la fusion de puissants champs magnétiques. Des protons électriquement chargés propulsé hors des noyaux d´hydrogène sont captés par le vent solaire et propulsés vers la terre à des vitesses dépassant les 8 millions de KM/h, et se déversant dans notre atmosphère en un torrent de radiations ionisantes. Périodiquement, le soleil rejette également des éjections de plasma coronal, c´est à dire des masses de gaz poussées par le champ magnétique solaire et pesant des milliards de tonnes, qui sont précipitées vers la terre à des vitesse de plusieurs millions de KM/H, ce qui provoque de titanesques tempêtes géomagnétiques dans l´espace. La terre est en réalité une sorte d´aimant géant à deux pôles N/S entouré d´un champ magnétique en flux constant.

*  Dans les recherches sur les conséquences des vols spatiaux pour la santé humaine, les chercheurs soviétiques mirent en lumière que les champs géomagnétiques naturels, particulièrement les champs de très basses fréquences (de moins de 100 Hertz), ont un effet marqué sur presque tous les processus cellulaires et chimiques des êtres vivants.
Lorsque des scientifiques russes de l´institut de recherche spatiales examinèrent les effets de la météo spatiale sur les cosmonautes envoyés dans l´espace, ils constatèrent que la synthèse des protéines dans les cellules des bactéries est très sensible aux changements dans les champs géomagnétiques et que ce dérèglement de la synthèse des protéines affecte également les micro-organismes humains. Les perturbations géomagnétiques influencent la synthèse des micronutriments dans les plantes, et même les algues monocellulaires réagissent aux fluctuations du cycle solaire. Les plantes et les micro-organismes sont tellement sensibles à ces changements que les chercheurs russes s´en sont servis comme d´un baromètre pour mesurer les perturbations géomagnétiques. Ces mêmes scientifiques ont en outre compris que si les cosmonautes souffraient de troubles cardiaques, c´était habituellement au cours d´un orage magnétique que ces troubles survenaient. L ´incident des maladies dans le monde semble également étroitement lié à l´activité géomagnétique, puisque le nombre de malades et de morts augmente les jours ou sévit un orage géomagnétique.

•    Durant les périodes d´activité géomagnétique accrue, la viscosité, ou l´épaisseur, du sang augmente beaucoup, parfois du double, ce qui a pour effet de ralentir la circulation sanguine.

•    Les décès dus a un arrêt cardiovasculaire semblent également liés aux orages magnétiques crées par les éruptions solaires. Le taux de crises cardiaques fluctue au même rythme que l´activité du cycle solaire.

•    Les champs magnétiques sont produits par des flux d´électrons et d´atomes chargés électriquement, appelés ions, et chaque fois que des changements ont lieu dans ces champs, cela modifie la direction du flux de ces atomes et des autres particules présentes. Au bout du compte, comme les organismes vivants sont eux aussi composé de particules comme des électrons, tout changement profond dans l´orientation des champs magnétiques terrestres peut avoir un effet marqué sur leurs processus biologiques……

•    Les effets de l´activité géomagnétique sur le cerveau  dérèglent certaines parties et brouillent sérieusement les  communications au sein du système nerveux en sur activant certains aspects du système nerveux autonome tandis que d´autres parties s´en trouvent affaiblies. L´activité solaire affecte également l´équilibre mental, plus de troubles nerveux augmente et plus le nombre de tentatives de suicide s´accroit. En outre les personnes souffrant déjà d´une maladie mentale deviennent plus agitées au cours des orages magnétiques.

•    Chaque fois que l´activité géomagnétique excédait 20 nanoteslas, les crises d´épilepsie survenaient plus souvent.

•    Le pouvoir de l´intention est plus intense lorsque l´énergie de la terre est plus  agitée.

•    L´activité géomagnétique affecte également les rêves prémonitoires donnant un aperçu d´événements à venir.

•    Pendant les jours de calme géomagnétique, les cas de télépathie ou de clairvoyance spontanés sont plus susceptibles de se présenter et l´exactitude d la vision à distance semble s´améliorer.

•    Plusieurs scientifiques y compris Persinger, ont constaté que certains jours et certains moments de la journée ont une influence sur la réussite d´expériences de perception extrasensorielle et de psychokinésie. Les meilleurs résultats surviennent autour de 13 h, heure locale, soit environ au milieu du trajet quotidien du soleil, ce que l´on appelle le temps local sidéral. Les phénomènes psycho-kinétiques semblent également plus intense tous les 13 jours, au moment où le vent solaire est modulé.

•    Des expériences sur ce que les scientifiques considèrent comme la meilleure alternative à un être humain, soit la mouche drosophile. Son cycle de vie est très court. En moins de 6 jours, la drosophile se transforme entièrement, passant de l´état larvaire à celui d´un insecte ailé à six pattes, pour ensuite mourir deux semaines plus tard.

•    Il n´entrainait pas son corps en vue de la victoire. Il entrainait plutôt son esprit à éviter la défaite, de manière à pouvoir résister jusqu´au point où une profonde fatigue s´empare du corps.

•    Le Dr Angel Escudero en Espagne effectue des chirurgies sans la moindre anesthésie. Tout ce que le patient doit faire c´est de garder sa bouche pleine de salive et de se répéter constamment « ma jambe (ou autre) est anesthésiée ». Une telle affirmation est une autre forme d´intention. Le fait d´avoir la bouche sèche constitue un premier signal de danger pour l´esprit. Lorsque l´on garde la bouche bien humectée, le cerveau se détend, présume que tout bien, et désactive ses récepteurs de douleur, convaincu que des anesthésiques ont bel et bien été administrés…                                                                                                            

•    Nos corps ne font pas de distinction entre les effets d´un composé chimique et la croyance en de tels effets.

•    Au sein d´une cellule vivante, les molécules communiquent entre elles, non pas au moyen d´échanges chimiques, mais en émettant des signaux électromagnétiques a basse fréquence, et chaque molécule possède sa propre fréquence.

•    Braud avait découvert que l´influence à distance exerçait ses plus grands effets lorsqu´un grand besoin existait.

•    Lorsque deux personnes se touchent en focalisant leur cœur sur des pensées d´amour, les fréquences « cohérente » du cœur de  l´une peuvent entrainer le cerveau de l´autre à résonner aux mêmes fréquences.

Lynne Mc Taggart

22 octobre 2011

L'intensité de la souffrance dépend du degré de résistance au moment présent,

idees_percues1

« La douleur et la souffrance sont inévitables tant et aussi longtemps que vous êtes identifié à votre mental, c'est-à-dire inconscient spirituellement parlant.

Je fais ici surtout référence à la souffrance émotionnelle, également la principale cause de la souffrance et des maladies corporelles.

Le ressentiment, la haine, l'apitoiement sur soi, la culpabilité, la colère, la dépression, la jalousie, ou même la plus petite irritation sont sans exception des formes de souffrance.

Et tout plaisir ou toute exaltation émotionnelle comportent en eux le germe de la souffrance, leur inséparable opposé, qui se manifestera à un moment donné.

N'importe qui ayant déjà pris de la drogue pour “décoller” sait très bien que le “planage” se traduit forcément par un “atterrissage”, que le plaisir se transforme d'une manière ou d'une autre en souffrance.

Beaucoup de gens savent aussi d'expérience avec quelle facilité et rapidité une relation intime peut devenir une source de souffrance après avoir été une source de plaisir.

Si on considère ces polarités négative et positive en fonction d'une perspective supérieure, on constate qu'elles sont les deux faces d'une seule et même pièce, qu'elles appartiennent toutes deux à la souffrance sous-jacente à l'état de conscience dit de l'ego, à l'identification au mental, et que cette souffrance est indissociable de cet état.

Il existe deux types de souffrance : celle que vous créez maintenant et la souffrance passée qui continue de vivre en vous, dans votre corps et dans votre mental.

Maintenant, j'aimerais vous expliquer comment cesser d'en créer dans le présent et comment dissoudre celle issue du passé. La plus grande partie de la souffrance humaine est inutile. On se l'inflige à soi-même aussi longtemps que, à son insu, on laisse le mental prendre le contrôle de sa vie.

La souffrance que vous créez dans le présent est toujours une forme de non-acceptation, de résistance inconsciente à ce qui est. Sur le plan de la pensée, la résistance est une forme de jugement. Sur le plan émotionnel, c'est une forme de négativité.

L'intensité de la souffrance dépend du degré de résistance au moment présent, et celle-ci, en retour, dépend du degré d'identification au mental.

Le mental cherche toujours à nier le moment présent et à s'en échapper. Autrement dit, plus on est identifié à son mental, plus on souffre. On peut également l'énoncer ainsi :

PLUS ON EST À MÊME DE RESPECTER ET D'ACCEPTER LE MOMENT PRÉSENT,
PLUS ON EST LIBÉRÉ DE LA DOULEUR, DE LA SOUFFRANCE ET DU MENTAL.

Tant que vous êtes incapables d'accéder au pouvoir de l'instant présent, chaque souffrance émotionnelle que vous éprouvez laisse derrière elle un résidu. Celui-ci fusionne avec la douleur du passé, qui était déjà là, et se loge dans votre mental et votre corps. Bien sûr, cette souffrance comprend celle que vous avez éprouvée enfant, causée par l'inconscience du monde dans lequel vous êtes né.

Cette souffrance accumulée est un champ d'énergie négative qui habite votre corps et votre mental.

Si vous la considérez comme une entité invisible à part entière, vous n'êtes pas loin de la vérité. Il s'agit du corps de souffrance émotionnel.

Il y a deux modes d'être : latent et actif. Un corps de souffrance peut être latent 90 % du temps. Chez une personne profondément malheureuse, cependant, il peut être actif tout le temps. Certaines personnes vivent presque entièrement dans leur corps de souffrance, tandis que d'autres ne le ressentent que dans certaines situations, par exemple dans les relations intimes ou les situations rappelant une perte ou un abandon survenus dans leur passé, au moment d'une blessure physique ou émotionnelle. N'importe quoi peut servir de déclencheur, surtout ce qui écho à un scénario douloureux de votre passé. Lorsque le corps de souffrance est prêt à sortir de son état latent, une simple pensée ou une remarque innocente d'un proche peuvent l'activer.

Le corps de souffrance ne désire pas que vous l'observiez directement parce qu'ainsi vous le voyez tel qu'il est. En fait, dès que vous ressentez son champ énergétique et que vous lui accordez votre attention, l'identification est rompue.

Et une dimension supérieure de la conscience entre en jeu. Je l'appelle la présence. Vous êtes dorénavant le témoin du corps de souffrance. Cela signifie qu'il ne peut plus vous utiliser en se faisant passer pour vous et qu'il ne peut plus se régénérer à travers vous. Vous avez découvert votre propre force intérieure. Vous avez accédé au pouvoir de l'instant présent.

Plusieurs corps de souffrance sont exécrables mais relativement inoffensifs, comme c'est le cas chez un enfant qui ne cesse de se plaindre. D'autres sont des monstres vicieux et destructeurs, de véritables démons.

Certains sont physiquement violents, alors que beaucoup d'autres le sont sur le plan émotionnel. Ils peuvent attaquer les membres de leur entourage ou leurs proches, tandis que d'autres préfèrent assaillir leur hôte, c'est-à-dire vous-même.

Les pensées et les sentiments que vous entretenez à l'égard de votre vie deviennent alors profondément négatifs et autodestructeurs. C'est ainsi que les maladies et les accidents sont souvent générés. Certains corps de souffrance mènent leur hôte au suicide.

Si vous pensiez connaître une personne, ce sera tout un choc pour vous que d'être pour la première fois confrontée soudainement à cette créature étrange et méchante.

Il est cependant plus important de surveiller le corps de souffrance chez vous que chez quelqu'un d'autre.

Remarquez donc tout signe de morosité, peu importe la forme qu'elle peut prendre. Ceci peut annoncer le réveil du corps de souffrance, celui-ci pouvant se manifester sous forme d'irritation, d'impatience, d'humeur sombre, d'un désir de blesser, de colère, de fureur, de dépression, d'un besoin de mélodrame dans vos relations, et ainsi de suite. Saisissez-le au vol dès qu'il sort de son état latent.

Le corps de souffrance veut survivre, tout comme n'importe quelle autre entité qui existe, et ne peut y arriver que s'il vous amène à vous identifier inconsciemment à lui. Il peut alors s'imposer, s'emparer de vous, “devenir vous” et vivre par vous. Il a besoin de vous pour se “nourrir”.

En fait, il puisera à même toute expérience entrant en résonance avec sa propre énergie, dans tout ce qui crée davantage de douleur sous quelque forme que ce soit : la colère, un penchant destructeur, la haine, la peine, un climat de crise émotionnelle, la violence et même la maladie.

Ainsi, lorsqu'il vous aura envahi, le corps de souffrance créera dans votre vie une situation qui reflétera sa propre fréquence énergétique, afin de s'en abreuver. La souffrance ne peut soutenir qu'elle-même. Elle ne peut se nourrir de la joie, qu'elle trouve vraiment indigeste.

Lorsque le corps de souffrance s'empare, vous en redemandez. Soit vous êtes la victime, soit le bourreau.

Vous voulez infliger de la souffrance ou vous voulez en subir, ou bien les deux. Il n'y a pas grande différence. Vous n'en êtes pas conscient, bien entendu, et vous soutenez avec véhémence que vous ne voulez pas de cette souffrance. Mais si vous regardez attentivement, vous découvrez que votre façon de penser et votre comportement font en sorte d'entretenir la souffrance, la vôtre et celle des autres. Si vous en étiez vraiment conscient, le scénario disparaîtrait de lui-même, car c'est folie pure que de vouloir souffrir davantage et personne ne peut être conscient et fou en même temps.

4967547611_b8574f47a3

En fait, le corps de souffrance, qui est l'ombre de l'ego, craint la lumière de votre conscience. Il a peur d'être dévoilé.

Sa survie dépend de votre identification inconsciente à celui-ci et de votre peur inconsciente d'affronter la douleur qui vit en vous.

Mais si vous ne vous mesurez pas à elle, si vous ne lui accordez pas la lumière de votre conscience, vous serez obligé de la revivre sans arrêt. Le corps de souffrance peut vous sembler un dangereux monstre que vous ne pouvez supporter de regarder, mais je vous assure que c'est un fantôme minable qui ne fait pas le poids face au pouvoir de votre présence.

Lorsque vous commencerez à vous désidentifier et à devenir l'observateur, le corps de souffrance continuera de fonctionner un certain temps et tentera de vous amener, par la ruse, à vous identifier de nouveau à lui.

Même si la non-identification ne l'énergise plus, il gardera un certain élan, comme la roue de la bicyclette continue de tourner même si vous ne pédalez plus. A ce stade, il peut également créer des maux et des douleurs physiques dans diverses parties du corps, mais ceux-ci ne dureront pas.

Restez présent, restez conscient. Soyez en permanence le vigilant gardien de votre espace intérieur.

Il vous faut être suffisamment présent pour pouvoir observer directement le corps de souffrance et sentir son énergie. Ainsi, il ne peut plus contrôler votre pensée.

Dès que votre pensée se met au diapason du champ énergétique de votre corps de souffrance, vous y êtes identifié et vous le nourrissez à nouveau de vos pensées.

Par exemple, si la colère en est la vibration énergétique prédominante et que vous avez des pensées de colère, que vous ruminez ce que quelqu'un vous a fait ou ce que vous allez lui faire, vous voilà devenu inconscient et le corps de souffrance est dorénavant “vous-même”. La colère cache toujours de la souffrance.

Lorsqu'une humeur sombre vous vient et que vous amorcez un scénario mental négatif en vous disant combien votre vie est affreuse, votre pensée s'est mise au diapason de ce corps et vous êtes alors inconscient et ouvert à ses attaques. Le mot “inconscient”, tel que je l'entends ici, veut dire être identifié à un scénario mental ou émotionnel. Il implique une absence complète de l'observateur.

L'attention consciente soutenue rompt le lien entre le corps de souffrance et les processus de la pensée.souffrance en conscience.

La division intérieure est résorbée et vous devenez entier. Il vous incombe alors de ne plus créer de souffrance. C'est ce qui amène la métamorphose.

Comme si la souffrance alimentait la flamme de votre conscience qui, ensuite, brille par conséquent d'une lueur plus vive.

Voilà la signification ésotérique de l'art ancien de l'alchimie

Concentrez votre attention sur le sentiment qui vous habite. Sachez qu'il s'agit du corps de souffrance. Acceptez le fait qu'il soit là. N'y pensez pas. Ne transformez pas le sentiment en pensée. Ne le jugez pas. Ne l'analysez pas. Ne vous identifiez pas à lui.

douleur souffrance rusty james

Restez présent et continuez d'être le témoin de ce qui se passe en vous. Devenez conscient non seulement de la souffrance émotionnelle, mais aussi de “celui qui observe”, de l'observateur silencieux.

Voici ce qu'est le pouvoir de l'instant présent, le pouvoir de votre propre présence consciente. Ensuite, voyez ce qui se passe.

Le processus que je viens de décrire est profondément puissant mais simple. On pourrait l'enseigner à un enfant, et espérons qu'un jour ce sera l'une des premières choses que les enfants apprendront à l'école.

Lorsque vous aurez compris le principe fondamental de la présence, en tant qu'observateur, de ce qui se passe en vous - et que vous le “comprendrez” par l'expérience -, vous aurez à votre disposition le plus puissant des outils de transformation.

Ne nions pas le fait que vous rencontrerez peut-être une très grande résistance intérieure intense à vous désidentifier de votre souffrance. Ce sera particulièrement le cas si vous avez vécu étroitement identifié à votre corps de souffrance la plus grande partie de votre vie et que le sens de votre identité personnelle y est totalement ou partiellement investi.

Cela signifie que vous avez fait de votre corps de souffrance un moi malheureux et que vous croyez être cette fiction créée par votre mental.

Dans ce cas, la peur inconsciente de perdre votre identité entraînera une forte résistance à toute désidentification. Autrement dit, vous préféreriez souffrir, c'est-à-dire être dans le corps de souffrance, plutôt que de faire un saut dans l'inconnu et de risquer de perdre ce moi malheureux mais familier.

Examinez cette résistance. Regardez de près l'attachement à votre souffrance. Soyez très vigilant. Observez le plaisir curieux que vous tirez de votre tourment, la compulsion que vous avez d'en parler ou d'y penser.

La résistance cessera si vous la rendez consciente. Vous pourrez alors accorder votre attention au corps de souffrance, rester présent en tant que témoin et ainsi amorcer la transmutation.

Vous seul pouvez le faire. Personne ne peut y arriver à votre place. Mais si vous avez la chance de trouver quelqu'un d'intensément conscient, si vous pouvez vous joindre à cette personne dans l'état de présence, cela pourra accélérer les choses.

Ainsi, votre propre lumière s'intensifiera rapidement. Lorsqu'une bûche qui commence à peine à brûler est placée juste à côté d'une autre qui flambe ardemment et qu'au bout d'un certain temps elles sont séparées, la première chauffera avec beaucoup plus d'ardeur qu'au début. Après tout, il s'agit du même feu.

Jouer le rôle du feu, c'est l'une des fonctions du maître spirituel. Certains thérapeutes peuvent également remplir cette fonction, pourvu qu'ils aient dépassé le plan mental et qu'ils soient à même de créer et de soutenir un immense état de présence pendant qu'ils s'occupent de vous.

La première chose à ne pas oublier est la suivante :

TANT ET AUSSI LONGTEMPS QUE VOUS VOUS CRÉEREZ UNE IDENTITÉ QUELCONQUE À PARTIR DE LA SOUFFRANCE, IL VOUS SERA IMPOSSIBLE DE VOUS EN LIBÉRER.

Tant et aussi longtemps que le sens de l'identité sera investi dans la souffrance émotionnelle, vous sabotez inconsciemment toute tentative faite dans le sens de guérir cette souffrance ou y résisterez d'une manière quelconque. Pourquoi ?

Tout simplement parce que vous voulez rester intact et que la souffrance est fondamentalement devenue une partie de vous. Il s'agit là d'un processus inconscient, et la seule façon de le dépasser est de le rendre conscient.

Réaliser soudainement que vous êtes ou avez été attaché à votre souffrance peut-être la cause d'un grand choc. Mais dès l'instant où cette prise de conscience a lieu, l'attachement est rompu. Un peu comme une entité, le corps de souffrance est un champ énergétique qui se loge temporairement à l'intérieur de vous.

C'est de l'énergie vitale qui est prise au piège et ne circule plus.

Bien entendu, le corps de souffrance existe en raison de certaines choses qui se sont produites dans le passé. C'est le passé qui vit en vous, et si vous vous identifiez au corps de souffrance, vous vous identifiez par la même occasion au passé.

L'identité de victime est fondée sur la croyance que le passé est plus puissant que le présent, ce qui est contraire à la vérité. Que les autres et ce qu'ils vous ont fait sont responsables de ce que vous êtes maintenant, de votre souffrance émotionnelle ou de votre incapacité à être vraiment vous-même.

La vérité, c'est que le seul pouvoir qui existe est celui propre à l'instant présent : c'est le pouvoir de votre propre présence à ce qui est. Une fois que vous savez cela, vous réalisez également que vous-même et personne d'autre êtes maintenant responsable de votre vie intérieure et que le passé ne peut pas l'emporter sur le pouvoir de l'instant présent.

 223755_277723865576293_111771748838173_1339322_5587805_s

Tout comme vous ne pouvez vous battre contre l'obscurité, vous ne pouvez non plus vous battre contre le corps de souffrance. Essayer de le faire créerait un conflit intérieur et, par conséquent, davantage de souffrance. Il suffit de l'observer et cela suppose l'accepter comme une partie de ce qui est ce moment. »

Posté par rusty james à 15:08 - - Permalien [#]
Tags : , , ,