L’ECOLE PENSEE A PARTIR DES LOIS NATURELLES D’APPRENTISSAGE, CELLES QUE L’EDUCATION NATIONALE A CONDAMNEE…

u_hu_5_1491

 

Céline Alvarez avait une méthode d’apprentissage différente, efficace, les résultats étaient incroyables, mais il semble que les résultats étaient trop bons, l’éducation nationale lui a retiré le droit de continuer, les enfants ne doivent pas être une priorité semble-t-il…

Dans un livre-manifeste, dont « l’Obs » publie les bonnes feuilles, Céline Alvarez raconte l’expérience pédagogique qu’elle a menée dans une maternelle de Gennevilliers, qui a fait d’enfants en difficulté des petits cracks épanouis. Interview.

Révoltée par l’échec scolaire et les inégalités sociales, Céline Alvarez devient professeur des écoles en 2011. Après avoir obtenu carte blanche d’un conseiller de Luc Chatel, alors ministre de l’Education, son objectif est d’ »infiltrer » l’Education nationale et de tester des méthodes d’enseignement révolutionnaires fondées sur un principe : l’autonomie.

 

Les enfants sont aidés à choisir des activités constructives pour eux!

Durant trois ans, dans sa classe, 25 élèves de ZEP, de 3 à 5 ans, issus des milieux les moins favorisés de Gennevilliers et dont beaucoup accusaient déjà un retard, ont pu poursuivre une même activité aussi longtemps qu’il leur plaisait, origami, table de calcul, cubes ou laçage d’un ruban, etc. Ou passer de l’une à l’autre, à leur gré. Dans un climat de coopération, sans jugement ni pression de l’adulte, sans compétition.

Résultat ? En moins d’un an, ces enfants, dont cette pédagogue avait fait évaluer le niveau par le CNRS de Grenoble, ont rattrapé leurs lacunes. Y compris les non-francophones. Mieux, en fin de cycle de maternelle, au bout de trois ans, une grande majorité d’entre eux dépassait, haut la main, les attentes du sacro-saint programme.

L’Education nationale a cependant coupé court à l’expérimentation. La jeune femme a alors flanqué sa démission et décidé de faire cavalier seul. Grâce à un blog, où l’on peut notamment regarder les vidéos qu’elle a prises de ses élèves en train de travailler ; à des conférences qui rencontrent un grand succès auprès des enseignants. Et grâce à un livre, « les Lois naturelles de l’enfant » (1), à paraître ce mercredi 31 août, et dont « l’Obs » publie les bonnes feuilles. Interview.

Source+entretien très intéressant sur Tempsreel.nouvelobs.com

Mais le mieux, c’est de vous présenter son projet via son blog:

Aujourd’hui, les sciences du développement humain nous donnent les grandes lois universelles fondamentales qui régissent l’apprentissage et l’épanouissement harmonieux de l’être humain. Ces lois exigent que l’enfant apprenne par sonactivité autonome, au sein d’un environnement riche et sécurisant, avec des enfants d’âges différents, et guidé par un étayage individuel et bienveillant. Dans le but de tester l’efficacité d’une démarche pédagogique scientifique, c’est à dire une démarche pédagogique pensée à partir de ces lois d’apprentissage, nous avons mené une expérimentation dans une classe maternelle publique, à Gennevilliers, en Zone d’Education Prioritaire et Plan Violence, de 2011 à 2014. Dans le cadre de cette expérience, nous avons repris les travaux du Dr Maria Montessori, qui avait déjà ouvert la voie d’une telle démarche scientifique dès 1907.

Néanmoins, nous tenons immédiatement à préciser que notre expérience diffère de la pédagogie dite Montessori. Nous ne faisons ni la promotion de cette méthode, ni nous ne nous en revendiquons. Les travaux du Dr Montessori nous semblaient être une excellente base pour démarrer cette réflexion pédagogiquescientifique. Néanmoins, à Gennevilliers, nous avons développé cette base à l’aide des neurosciences cognitives, sociales et affectives. Nous avons principalement axé notre étayage autour du développement des compétences exécutives dont le développement est très fort à cet âge (en incluant également fortement les parents dans ce travail), nous avons retravaillé les activités de langage en les adaptant aux particularités de la langue française, nous avons donné une grande importance aux moments de regroupements pour l’acquisition des fondamentaux ; et surtout, nous avons retiré un grand nombre d’activités pour recentrer notre attention sur le lien social : les présentations d’activités étaient des moments de rencontres, vivants et chaleureux, plutôt que des présentations rigides et didactiques ; et nous avons tout fait pour que les enfants puissent réellement être connectés, rire, échanger, s’exprimer, s’entraider, travailler et vivre ensemble. Cette reliance sociale fut un véritable catalyseur d’épanouissement et d’apprentissage. Nous n’en resterons pas là. Dans les années à venir, nous allons poursuivre cette recherche pédagogique scientifique afin de permettre à l’être humain de développer ses pleins potentiels en accord avec ses lois de développement.

 

Dès les premiers mois, les résultats – massivement positifs – ont validé l’efficacité d’une telle démarche pédagogique.

Développement des compétences cognitives

Dès la première année, les résultats ont dépassé nos attentes ! Les tests, réalisés par le CNRS de Grenoble, indiquent que tous les enfants progressent plus vite que la norme. Ils l’ont par ailleurs largement dépassée en conscience phonologique, compréhension du nombre, précision visuo-motrice, et ont augmenté de façon spectaculaire leur mémoire de court terme. Les enfants de Moyenne Section avaient tous, dès la fin de la première année scolaire, au moins un an (voire deux) d’avance en lecture. Lire, écrire ou comprendre les concepts clés des mathématiques ont été des conquêtes rapides et heureuses.

Épanouissement individuel, émotionnel et social

Le développement de la personnalité et des potentialités de chaque enfant est permis par un suivi totalement individualisé, qui permet par ailleurs, d’éviter les situations d’échec. Dans un tel environnement, l’émulation, encouragée par lamixité des âges (3, 4 et 5 ans) prend le pas sur la compétition et la comparaison. La collaboration, le tutorat et l’entraide spontanés fleurissent et catalysent le bien-être et les apprentissages. Un cercle vertueux s’enclenche. Les familles ont noté chez leur enfant une capacité nouvelle à se concentrer, une autonomie importante, des relations sociales apaisées, de l’autodiscipline, ainsi qu’une envie irrépressible de se rendre à l’école, même malades !  Voir leurs témoignages en vidéos.

 

Poursuite hors Éducation nationale

En juillet 2014, le ministère de l’Education nationale demande le retrait du matériel pédagogique et la fermeture de la classe. Céline Alvarez démissionne, et, avant de poursuivre davantage la recherche pédagogique hors Education nationale, elle se consacre avec l’aide d’Anna Bisch, au partage de la totalité des outils pour que l’expérience profite au plus grand nombre. Une trentaine de vidéos pédagogiques sont déjà en ligne. En août 2015, plus de 200 enseignants ont participé à une conférence de deux journées, organisée pour transmettre les fondamentaux théoriques de la transition pédagogique. L’intégralité de la conférence est disponible sous forme de 18 vidéos.

Source+vidéos sur Lamaternelledesenfants.wordpress.com


Ken Robinson nous dit en quoi l'école tue la créativité

le-temps-secoule1

- d'une petite fille qui était à un cours de dessin. Elle avait six ans et elle était au fond de la classe, en train de dessiner, sa maîtresse disait que cette petite fille d'habitude avait du mal à se concentrer, pourtant, elle l'était à ce cours de dessin. La maîtresse fascinée, est allée la voir et lui a demandée, "Qu'es-tu en train de dessiner?" Et la petite fille lui a répondu, "Je fais un dessin de Dieu." La maîtresse lui dit alors, "Mais personne ne sait à quoi ressemble Dieu." Et la petite fille répond, "Ils le sauront dans une minute." (Rires)

04:03 Quand mon fils avait quatre ans en Angleterre -- en fait il avait quatre ans partout, pour être honnête. (Rires) Je suis sûr de ça, partout où nous allions, il avait quatre ans cette année. Il jouait dans la pièce "Nativité". Vous vous souvenez de l'histoire? Non, pourtant c'est connu. Vraiment connu. Mel Gibson a fait la suite. Vous l'avez peut-être vu: "Nativité II." Bon, James a eu le rôle de Joseph, nous étions enchantés. Nous pensions que c'était l'un des rôles principaux. Nous avions remplis la salle de complices avec le T-shirt: "James Robinson EST Joseph! (Rires) Il n'avait pas à parler, mais vous connaissez le passage avec les trois rois qui arrivent? Ils viennent chargés de cadeaux, et ils amènent de l'or, l'encens et la myrrhe. ça c'est vraiment passé. Nous étions assis et je me disais qu'ils avaient oubliés une scène parce que nous avons demandé à James après : "Tu es d'accord avec ça?" Et il répond, "Oui, pourquoi, c'était pas ça?" Ils avaient juste interverti, c'était tout. Donc, les trois garçons sont arrivés, quatre ans avec des torchons sur la tête, puis ils ont posé leurs boîtes et le premier garçon a dit, "Je t'apporte de l'or." puis le second garçon a dit, "Je t'apporte de la myrrhe." et le troisième garçon a dit, "Je t'apporte Vincent"

05:22 Ce que ces choses ont en commun est que les enfants vont oser. Même s'ils ne savent pas, ils essaieront quelque chose. Vous ne pensez-pas? Ils n'ont pas peur de se tromper. Maintenant, je ne dis pas que se tromper, c'est pareil qu'être créatif. Ce que je dis ici, c'est que si vous n'êtes pas prêts à vous tromper, vous ne sortirez jamais rien d'original. Si vous n'êtes pas prêts à vous tromper. Et avec le temps en devenant adultes, la plupart de ces enfants perdent cette capacité. Ils sont devenus peureux d'avoir tort. Nous dirigeons nos entreprises comme ça, par ailleurs. Nous stigmatisons les erreurs. Et nous dirigeons notre système éducatif national de telle façon que les erreurs sont les pires choses qu'ont puissent faire. Le résultat, c'est que nous éduquons des gens en dehors de leurs capacités créatives. Picasso a un jour dit ceci : Tous les enfants sont des artistes nés. Le problème est de rester un artiste en grandissant. J'ai l'intime conviction: que nous ne grandissons plus dans cette créativité. nous grandissons en dehors. Ou plutôt, nous sommes éduqués en dehors. Pourquoi cela?

06:21 Je vivais à Stratford-on-Avon jusqu'à il y a environ cinq ans. En fait, nous avons déménagé de Stratford à Los Angeles. Vous pouvez imaginer l'aisance de cette transition. (Rires) En fait, nous vivions a un endroit appelé Snitterfield, juste à l'extérieur de Stratford, qui est l'endroit où le père de Shakespeare est né. Êtes-vous frappé par quelque chose? Je l'ai été. Vous ne pensiez pas que Shakespeare avait un père, n'est-ce pas? Parce que vous ne pensiez pas que Shakespeare a été enfant, n'est-ce pas? Shakespeare ayant sept ans? Je n'avais jamais pensé à ça. Je veux dire il a eu sept ans un jour. Il était même dans la classe de Littérature de quelqu'un? Cela devait être plutôt embêtant? (Rires) "Dois faire plus d'effort." Envoyé par son père au lit, qui dit, à Shakespeare, "Au lit, maintenant!" à William Shakespeare, "et pose ton stylo. et arrête de parler comme ça. Tu embrouilles tout le monde." (Rires)

07:34 Donc, nous avons déménagé de Stratford pour Los Angeles, et je veux juste dire un mot sur la transition. Mon fils ne voulait pas venir. J'ai deux enfants. Il a 21 ans maintenant, ma fille 16. Il ne voulait pas venir à Los Angeles. Il adorait l'idée, mais il avait une petite amie en Angleterre. C'était l'amour de sa vie, Sarah. Il la connaissait depuis un mois. Imaginez, ils avaient fêté leur quatrième anniversaire, et ça fait un certain temps à 16 ans. Donc, il était bouleversé dans l'avion, et il disait, "Je ne trouverai jamais une autre fille comme Sarah." Et nous étions plutôt content de ça, honnêtement, car elle était la principale raison pour laquelle nous quittions le pays. (Rires)

08:24 Quelque chose vous frappe quand vous déménagez pour l'Amérique et que vous voyagez à travers monde: chaque système éducatif sur Terre à la même hiérarchie de sujets. Tous. N'importe où vous allez. Vous pensez que ça serait différent mais non. Tout en haut, vous avez les mathématiques et les langues, puis les sciences humaines, et tout en bas les arts. Partout sur la planète. Et dans à peu près, tous les systèmes aussi, il y a une hiérarchie dans les arts. L'art et la musique sont normalement plus haut à l'école que l'art dramatique et la danse. Il n'y a aucun système d'éducation qui enseigne la danse chaque jour à des enfants comme nous leurs enseignons les maths. Pourquoi? Pourquoi pas? Je pense que cela est important. Je pense que les maths sont importantes, mais la danse aussi. Les enfants danseraient tout le temps si ont leurs donnaient l'autorisation. Nous avons tous un corps n'est-ce pas? Ou alors j'ai manqué une conférence? (Rires) La vérité, ce qui ce passe est, que quand les enfants grandissent, nous commençons à les éduquer progressivement de la taille. Puis nous nous concentrons sur leurs têtes. Et principalement sur une partie.

09:21 Si notre système éducatif était visité par un martien, et qu'il demandait "A quoi ça sert, l'enseignement public?" Je pense qu'on devrait conclure, que ceux qui réussissent, qui font tout ce qu'on attend d'eux, qui ont tous les bons points, qui sont les gagnants -- Je pense qu'on devrait conclure que le but final de l'enseignement public à travers le monde est de produire des professeurs d'université. N'est-ce pas? C'est eux qui arrivent premier. J'ai été l'un d'entre eux, donc bon. (Rires) J'aime les professeurs d'université, mais vous savez, nous ne devrions pas les placer au sommet des réalisations humaines. Il sont juste une forme de vie une autre espèce parmi les autres. Mais ils sont plutôt curieux, et je dis ça avec sympathie. Il y a, d'après mon expérience, quelque chose de singulier avec les professeurs -- pas tous, mais typiquement -- ils vivent dans leurs têtes. Ils vivent là-haut, et un peu seulement cette partie. Ils sont désincarnés, on peut dire, d'une manière littérale. Ils perçoivent leurs corps comme un moyen de transport pour leurs têtes, non? (Rires) C'est une façon de déplacer leurs têtes à des réunions. Si vous voulez une preuve réelle d'expérience de hors-corps, allez à une conférence locale, d'universitaires, puis allez avec eux en discothèque la dernière nuit. (Rires) Et là vous verrez, des adultes hommes et femmes se déhanchant de façon incontrôlable, en dehors du rythme, attendant la fin pour pouvoir rentrer chez eux et écrire un article sur ça.

10:58 Notre système éducatif est basé sur la notion d'aptitude académique. Et il y a une raison. Le système entier a été inventé -- à travers le monde, il n'y avait pas d'enseignement public, vraiment, avant le 19ème siècle. Ces systèmes sont tous apparus pour satisfaire les besoins d'industrialisation. La hiérarchie est donc fondée sur 2 idées. Premièrement, que les sujets les plus utiles au travail sont au sommet. Vous étiez donc de façon bienveillante écartés de certaines choses à l'école, des choses qu'enfants vous aimiez si elles ne vous permettaient pas d'obtenir un travail. N'est-ce pas? Ne fais pas de musique, tu ne seras pas musicien; Ne fais pas de l'art, tu ne seras pas un artiste. Un conseil bienveillant -- qui est maintenant, profondément faux. Le monde entier s'engouffre dans une révolution. Le second point est que l'habilite académique, domine vraiment notre vision de l'intelligence, car les universitaires ont modelé le système à leur image. Si vous imaginez, l'ensemble des enseignements publiques à travers le monde c'est un long processus d'accès à l'université. Et la conséquence est que beaucoup de gens talentueux, brillants, créatifs pensent qu'ils ne le sont pas, car les matières où ils étaient bons à l'école n'étaient valorisées, ou étaient même stigmatisées. Ça ne peut pas continuer ainsi.

12:07 Dans les 30 prochaines années, selon l'UNESCO, il y aura plus de personnes dans le monde diplômée que depuis le début de l'histoire. Plus de monde, et c'est la combinaison de toutes les choses dont nous avons discutées -- les technologies et ses impacts sur le travail, la démographie et l'énorme accroissement de la population. Soudainement, les diplômes ne valent plus rien. Pas vrai? Quand j'étais étudiant, si tu avais un diplôme, tu avais un travail. Si tu n'avais pas de travail, c'est que tu n'en voulais pas un. Et je n'en voulais pas un, honnêtement. (Rires) Mais aujourd'hui nos enfants diplômés préfèrent jouer aux jeux vidéo, car il faut un Master alors qu'avant tu n'avais besoin que d'une Licence et pour certains il faut même un Doctorat. C'est un processus d'inflation académique. Et cela nous montre que le système éducatif en entier est entrain d'évoluer sous nos pieds. Nous devons radicalement repenser notre vision de l'intelligence.

12:55 Nous savons 3 choses sur l'intelligence. Une, elle est variée. Nous pensons le monde de toutes les façons que nous l'expérimentons. Nous le pensons de façon visuelle, de façon auditive, de façon kinesthésique, Nous pensons de façon abstraite, nous pensons en mouvement. Deuxièmement, l'intelligence est dynamique. Si vous regardez les interactions du cerveau humain, comme nous l'avons vu hier dans de nombreuses présentations, l'intelligence est merveilleusement interactive. Le cerveau n'est pas divisé en compartiments. En fait, la créativité -- que je définis comme le processus d'avoir des idées originales qui ont de la valeur -- le plus souvent, provient de l'interaction de différentes façon de voir les choses.

13:32 Le cerveau est intentionnellement -- d'ailleurs, les deux hémisphères du cerveau sont reliés par un corps appelé le corps calleux. Il est plus épais chez les femmes. D'après Helen hier, je pense que c'est probablement la raison pour laquelle les femmes sont meilleures pour le multi-taches. Car vous l'êtes, non? Il y a beaucoup d'études, mais je le sais de mon expérience personnelle. Quand ma femme cuisine à la maison -- pas trop souvent, heureusement. (Rires) Donc quand elle cuisine -- non, elle fait bien certaines choses -- donc quand elle cuisine, vous savez en même temps, elle gère d'autres personnes au téléphone, elle parle aux enfants, elle repeint le plafond, elle fait une opération chirurgicale à cœur ouvert. Tandis que si je cuisine, la porte est fermée, les enfants sont dehors, le téléphone éteint, et si elle arrive, ça m'irrite. "Terry, s'il te plaît, j'essaie de faire cuire un oeuf. Laisse-moi tranquille." (Rires) En fait, vous savez cette vieille histoire philosophique, si un arbre tombe dans la forêt et personne ne l'entend est-ce que c'est arrivé? Vous vous rappelez cette histoire? J'ai vu un super t-shirt récemment qui disait, "Si un homme dit ce qu'il pense dans une forêt et qu'aucune femme ne l'a entendu, est-ce qu'il a toujours tort?" (Rires)

14:51 Et la troisième chose sur l'intelligence est qu'elle est distincte. Je suis en train d'écrire un nouveau livre appelé "Epiphany" (ndt :The Element), qui est basé sur une série d'interviews de personnes sur comment ils ont découvert leurs talents. Je suis fasciné par la façon dont certaines personnes y sont arrivé. J'ai été ainsi fasciné par une conversation que j'ai eue avec une merveilleuse femme que peut-être la plupart des gens ne connaissent pas, qui s'appelle Gillian Lynne, vous la connaissez? Certains oui. Elle est chorégraphe et tout le monde connaît son travail. Elle a fait "Cats" et le "Fantôme de l'opéra" Elle est merveilleuse. J'ai été au conseil d'administration du Royal Ballet, d'Angletere, comme vous pouvez le voir. En tout cas, en déjeunant avec elle, je lui demande, "Gillian, comment es-tu devenue danseuse?" Et elle me répond - c'est intéressant - que quand elle était à l'école, elle était vraiment sans espoir. Et l'école, dans les années 30, avait même écrit à ses parents en disant, "Nous pensons que Gillian a un problème pour apprendre." Elle ne pouvait pas se concentrer, était turbulente. Je pense qu'on dirait maintenant qu'elle a le Trouble du Déficit de l'Attention. N'est-ce pas? Mais c'était dans les années 30, et l'TDA/H n'avait pas encore été défini. Ce n'était pas une option disponible. (Rires) Les gens ne savaient pas qu'ils pouvaient avoir cela.

15:50 Bref, elle est allée voir ce spécialiste. Dans cette pièce aux lambris de chêne. Et elle était là avec sa mère, assise sur cette chaise au fond, assise sur ses mains depuis 20 minutes au moins pendant que l'homme discutait avec sa mère des problèmes de Gillian à l'école. Et à la fin -- parce qu'elle gênait les autres, ses devoirs étaient toujours en retard, etc, etc, -- petit fille de 8 ans -- à la fin le docteur s'est assis près de Gillian et lui a dit, "Gillian, J'ai écouté toutes les choses que ta mère m'a dites et j'ai besoin de lui parler en privé" Il lui dit, "Attends là, nous ne serons pas long." Et ils sont sortis et l'ont laissée. Mais quand ils quittèrent la pièce, il alluma la radio posée sur son bureau. Et quand ils quittèrent la chambre, il dit à sa mère, "Restez juste là et observez-là." A la minute où ils quittèrent la pièce, elle m'a raconté, qu'elle était debout, en train de bouger avec la musique. Et ils l'ont regardée pendant quelques minutes puis il s'est retourné vers sa mère et a dit, "Mme. Lynne, Gillian n'est pas malade, c'est une danseuse. Inscrivez là à une école de danse."

16:50 J'ai dit, "Qu'est ce qui s'est passé?" Elle m'a répondu, "Elle l'a fait. Et c'était merveilleux. Nous avancions dans cette pièce remplie de gens comme moi. De gens qui ne pouvaient pas s'asseoir sans bouger, De gens qui devaient bouger pour pouvoir penser." Ils ont fait du ballet, de la claquette, du ballet jazz du moderne, du contemporain. Elle a finalement été auditionnée pour la Royal Ballet School, elle est devenue soliste, et eut une merveilleuse carrière au Royal Ballet. Elle fut diplômée du Royal Ballet School et fonda sa propre troupe, la Gillian Lynne Dance Company, elle rencontra Andrew Lloyd Weber. Et elle fut responsable de certaines des plus grandes comédies musicales de tous les temps, elle donna du plaisir à des millions de personnes et est multi-millionnaire. Quelqu'un d'autre l'aurait sans doute mis sous médicament en lui disant de se calmer.

17:38 Je pense -- (Applaudissement) Ce que je pense est que: Al Gore a parlé l'autre nuit d'écologie et de la révolution recherchée par Rachel Carson. J'ai la conviction que notre seul espoir pour le futur est d'adopter une nouvelle conception de l'écologie humaine, une où nous commencerions à repenser notre conception de la richesse de la capacité humaine. Notre système éducatif a miné notre esprit de la même manière que nous avons épuisé la Terre : pour une ressource particulière. Mais pour l'avenir, cela ne nous aidera pas. Nous devons repenser les principes fondamentaux de l'éducation de nos enfants. Il y a cette merveilleuse citation de Jonas Salk, qui dit "Si tous les insectes disparaissaient de la planète dans les 50 ans qui suivent, ce serait la fin de la Terre. Si tous les humains disparaissaient de la planète dans les 50 ans suivants, toutes les formes de vies floriraient." Et il a raison.

18:32 Ce que TED célèbre est le cadeau de l'imagination humaine. Nous devons maintenant faire attention à utiliser ce cadeau, de façon sage, et éviter certains scénarios dont nous avons parlés. Et la seule façon de le faire est de voir la richesse de notre capacité créative, et voir nos enfants comme l'espoir qu'ils représentent. Notre tâche est de les éduquer de façon complète, afin qu'il puisse vivre dans ce futur. D'ailleurs -- nous ne verrons sans doute pas ce futur, mais eux si. Et notre mission est de les aider a faire quelque chose de leur futur. Merci beaucoup.

Ken Robinson nous dit en quoi l'école tue la créativité

Posté par rusty james à 14:27 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Alfred Kinsey :Doc Révolution Sexuelle à l'origine du Gender

kinsey

Alfred Kinsey : Pédophilie et Révolution Sexuelle

Le but des études de Kinsey (père de la révolution sexuelle, financé par la Fondation Rockfeller) était de normaliser un lot de comportements qui avaient toujours été considérés comme socialement inacceptable, tel que, la sodomie, l’inceste, la pédophilie et la bestialité. En montrant que ces comportements étaient plus répandus que le public ne le percevait, cela les rendaient plus acceptables....

 

- Chttp://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.manage&bid=599939ertaines parties de ce document sont choquantes -


Alfred Kinsey: Pédophilie et Révolution Sexuelle par JaneBurgermeister

le député UMP Bernard Debré se dit effrayé par la « déconstruction sexuelle » des enfants entamée par le gouvernement

manoangelica

 

 

genre-debre-bernard« Les tenants du genre sont des castrateurs ». Sur son blog , le député UMP Bernard Debré se dit effrayé par la « déconstruction sexuelle » des enfants entamée par le gouvernement.

Dans son viseur, un programme mis en place à la rentrée, intitulé « les ABCD de l’égalité », visant à lutter contre les stéréotypes de genre à l’école primaire. Pour en résumer grossièrement l’idée : l’avenir des petites filles et des petits garçons ne doit plus être dicté par le fait qu’elles sont des petites filles et qu’ils sont des petits garçons.

Les opposants à ce programme parlent d’une « théorie du genre » imposée dans les classes, qui chercherait à nier toute différence sexuelle. Najat Vallaud-Belkacem rétorque que cette théorie n’existe pas et que seul « l’apprentissage à l’égalité entre les filles et les garçons » compte.

Dans ce débat, Bernard Debré ne fait pas dans la nuance. Après la parution d’une pleine page sur le sujet dans Le Figaro ce mardi, le député de Paris parle d’une « idéologie totalitaire » et y voit « la fin des petits garçons et des petites filles » :

Dès le plus jeune âge, il faut que les enfants se déconstruisent. Il n’y aura plus de petit garçon et de petite fille, il y aura des « on », car les pronoms « il » ou « elle » sont sexués. Après avoir fait des médiocres, voici qu’il faut faire des « indéterminés ». Cette théorie est absurde, mortifère et dangereuse.L’urologue poursuit en prédisant une société constituée « d’êtres hybrides, psychologiquement diminués » qui auront envie de se « révolter » une fois leurs hormones en éveil :

Ces enfants seront des êtres hybrides, psychologiquement diminués, complexés et pour beaucoup en révolte contre la société quand la puberté agira sur leurs sens.  Ils nous en voudront pour notre prétention, notre hégémonie culturelle dévoyée. Ce sera le côté mortifère de cette réforme inacceptable.

Et le député de considérer les initiateurs de ces programmes de lutte contre les stéréotypes fille-garçon de « castrateur » :

Cette déconstruction psychologique pourrait aller, pourquoi pas, jusqu’à demander à la médecine d’intervenir pour s’assurer de la neutralité du genre. Elle utiliserait des antihormones (antihormone mâle, antihormone femelle). C’est le terme médical approprié, pour véritablement déconstruire la société. Les tenants du genre sont des castrateurs.

Les « ABCD de l’égalité », mis en place conjointement par le ministère de l’Éducation et celui des Droits des femmes, sont expérimentés à la rentrée dans cinq académies et s’adresse à des élèves de la grande section de maternelle au CM2. Après évaluation, le dispositif pourra être étendu à toute la France à la rentrée 2014.

Une formation sur la « lutte contre les stéréotypes de genre dans les pratiques professionnelles » est également prévue dans les écoles supérieures du professorat et de l’Éducation (Espe), qui remplacent les IUFM et ouvrent à la rentrée 2013.

Posté par rusty james à 13:38 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Doc "carences" de l'Aide Sociale à l'Enfance : Incroyable mais vrai: 50% des placements d'enfants sont injustifiés.

llanto de niños (6)

Question troublante: A qui profite le placement? A qui profite le crime?

Ce que le placement d'enfants révèle sur la nature profonde du monde actuel

Au-delà de ce qui semble n'être qu'un drame que vit une modeste famille (une des milliers et des milliers de familles qui vivent cela en France chaque année comme va le montrer la vidéo ci-après), au-delà de ce qui semble n'être qu'un problème des placements d'enfants, se cache en réalité le vrai visage de ce monde. Ceci n'est qu'un des innombrables symptômes révélateurs d'un Mal profond et jusqu'ici très caché, la vraie nature de ce monde, que tous ceux qui aiment la vérité ont aujourd'hui l'occasion de découvrir et de comprendre enfin.

Extrait de l'émission Envoyé Spécial du 7 juin 2007: "Jamais sans ma mère".
Un chiffre terrifiant, reconnu par Pierre Naves, Inspecteur Général des Affaires Sociales:
136 000 enfants enlevés à leurs parents chaque année en France,
dont 68 000 abusivement, soit 1 placement sur 2 (50%)!
Et depuis, les chiffres ont augmenté: 140 000 placements chaque année dont 77 000 abusivement.
C'est proprement effrayant.
Une question troublante: à qui profite le placement?
La réponse se trouve là!
Dans la vidéo, Pierre Naves parle de "carences" de l'Aide Sociale à l'Enfance.
Un de ces euphémismes dont seule la France a le secret, pour ne pas appeler chat un chat,
pour ne pas appeler les choses par leurs noms, quand elles sont horribles.
Oui, quand 77 000 enfants sur 140 000 sont abusivement arrachés à leurs parents chaque année en France,
quand donc plus de 50% des enlèvements d'enfants sont injustifiés,
il ne s'agit pas de simple "carence" d'un système, mais complètement autre chose!

C'est ici aussi l'occasion de faire une remarque d'une très grande importance. Le vrai problème, comme toujours, est très mal diagnostiqué, comme le fait ici Pierre Naves au début de son intervention comme à la fin de la vidéo. L'argument fallacieux et très spécieux se résume à ceci: "Il ne faut pas jeter la pierre aux juges qui font un travail consciencieux et très difficile, aux travailleurs sociaux qui oeuvrent en toute bonne conscience pour l'intérêt des enfants."

Il ne faut évidemment pas jeter la pierre à tous les juges et à tous les travailleurs sociaux, loin de nous cette intention. Car parmi eux il y en a de la noble espèce, en d'autres termes qui sont des anges dans le système. Mais c'est une erreur abominable de laisser entendre que tous les juges et les travailleurs sociaux sont des anges! C'est là le vrai fond du problème. De même qu'il serait très FAUX de dire que toutes les juges sont de l'espèce de Mme Blin-Dumouchel, que toutes les directrices de centres d'hébergement sont de l'espèce de Mme Baillon, que toutes les directrices de collèges sont de l'espèce de Mme Scotti ou de Mme Harter, etc., de même aussi il est éminemment FAUX de dire que tous les juges et les travailleurs sociaux, sont des femmes et des hommes de scrupule, consciencieux, humains (au sens noble du terme), soucieux du seul intérêt des enfants et faisant ce qu'ils peuvent avec les moyens qu'ils ont. Il est même très FAUX de dire que les brebis galeuses ne seraient qu'une minorité. Si c'était le cas, on n'aurait pas le chiffre effrayant de 50% de placements abusifs, de 77 000 drames familiaux chaque année!


68 000 enfants abusivement placés en foyer par rikiai

La Justice est souveraine, dit-on, et c'est exact. Mais l'Injustice n'a aucune souveraineté! Si la justice veut qu'on la respecte, encore faut-il qu'elle en soit une, car le respect, cela se mérite, cela ne s'impose pas. Il ne faut donc plus accepter les paradigmes et les axiomes actuels qui nous imposent de nous soumettre à une injustice qui se fait appeler la "justice", à une institution capable du pire en toute légalité, parce qu'elle a confié des pouvoirs énormes à des individus de l'espèce de ceux qui nous arrachent nos enfants, qui n'ont aucun scrupule, aucune conscience, contrairement à ce qu'affirme Mr Naves. Le pouvoir n'est pas confié à quelques-uns seulement, du fait d'une erreur, mais il est confié à un nombre colossal d'individus de ce genre, qui agissent comme des tout-puissants, qui n'ont rien à craindre parce qu'ils sont protégés par le système (qui est d'ailleurs en vérité le leur), lui-même gangréné et pourri de la même manière.

Comme l'a si bien souligné un intervenant dans la vidéo, c'est absolument inadmissible et inentendable de transformer sournoisement des criminels, des diables et des monstres du système en "victimes" qu'il faut "aider" et même qu'il faut "plaindre". Oui, nous plaignons les anges qui travaillent dans le système immonde, mais pas les démons du système. Le moment est venu de faire le Bilan d'un système, des institutions, d'un monde, qui sont en faillite totale, en raison des mauvais paradigmes sur lesquels ils sont fondés. C'est le moment de tout rebâtir sur le bon Paradigme, de fonder la société et le monde sur les vraies valeurs, les vraies valeurs de Liberté (et en particulier de Liberté de conscience), d'Egalité, de Fraternité, les valeurs d'Universalité, celles de l'Univers TOTAL, l'Univers-DIEU.

Stenay la Ville du Diable L'emblème de la ville de Stenay dans la Meuse (France)
où le fils enlevé par Stephanie Blin-Dumouchel a été placé.
Ces gens connaissent les vrais sens des symboles et des localités
ou en tout cas connaissent bien leur réseau obscur et maléfique!

Posté par rusty james à 14:13 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

SACRIFICE D’ENFANTS AU QUÉBEC "50% des enfants enlevés à leur parent, sans nécessité"

médhi ombre

SACRIFICE D’ENFANTS AU QUÉBEC, :
«Le Québec fou de ses enfants ».Il y a des enfants que l’on assassine froidement à l’arme blanche et les enfants que l’on assassine à petit feu, qui croupissent dans le couloir de la mort, des enfants pour qui toutes possibilités de venir en aide se heurtent aux explications macabres On ne peut rien faire, le dossier est devant le juge!.. «C ‘est comme ça que ça fonctionne» répétés ad nauseam par nos institutions, qui de la commission des droits de la personne, du protecteur du citoyen, nos élus, etc..
Dans la règle du jeu, de gros joueurs, certains psychiatres qui par allégeance, ou considérations partisanes à maintenir des standards artificiels pour la publication et l’obtention de fonds de recherche n’hésiteront pas à délivrer des « maladies à la carte, sur mandat du DPJ», sait-on jamais cela pourrait toujours servir la science!…: http://www.ageofautism.com/2010/03/fombonne-lord-leventhal-vs-children-with-autism.html, «c’est comment ça que ça marche au QG du Dr Éric Fombonne du MCH» :
Le parent escorté d’une intervenante du DPJ( Chantal Carmichael, spécialiste des appels déguisés après cour) se rend dans un immeuble désaffecté, rue Ste Catherine qui donne froid au dos. A l’entrée de l’immeuble se trouve un appariteur assis à une table dans l’obscurité, le parent est invité à décliner son identité et remplir un billet comme dans les régimes soviétiques, après approbation d’un organe de contrôle contacté au téléphone, le parent toujours escorté de l’intervenante du DPJ monte à l’étage supérieur, dans ce lugubre édifice, pas âme qui vive en dehors du Dr Fombonne, fin prêt au sacrifice d’enfants sur mandat express du DPJ,
l’intervenante du DPJ est entendue en premier sans la présence du parent protecteur , lors de l’examen clinique aucune information fournie par le parent, (je précise protecteur) n’est prise en considération, le diagnostic tombe sans appel à la première rencontre, le parent est invité à signer un papier d’une subvention de 160$/mois pour étiqueter l’enfant à la Régie des Rentes, des références pour bilans ultérieurs qui ne verront jamais le jour sont remises au parent, La job terminée, une lettre est adressée par le Dr Fombonne au parent ciblé, l’invitant à s’adresser désormais au médecin traitant de l’enfant qui se trouve être «un médecin de pédiatrie sociale»,

Le jour de l’audience à la chambre jeunesse, Dr Fombonne témoin expert du DPJ qui n’a jamais revu l’enfant viendra témoigner à la place de l’intervenante du DPJ pour retirer la garde au parent aimant protecteur et de ce fait même le DPJ qui a le fardeau de la preuve va se soustraire au témoignage et le tour est joué , le DPJ va tenter de faire signer une entente au parent ciblé : «de reconnaitre le diagnostic émis par le Dr Fombonne, de s’’engager à ne faire aucune autre évaluation pour confirmer le diagnostic du Dr Fombonne et de consentir au droits de garde fixés par le DPJ»
«Mission accomplie», le service après-vente du jugement de garde de la cour supérieure vient d’être assurée au mérite par l’intervenante du DPJ, sous l’œil inquisiteur de l’avocat du DPJ et l’enfant de l’enfant, pas d’arbitrage de juge!.. Je renvoie à ce titre à l’étude de la chercheuse de Marie Jacob ’’ Conflit de garde et DPJ’’ Ou il est démontré que bon nombre parents passent par le DPJ pour régler leur différent en matière de garde, pas nécessairement parce qu’il y a compromission d’enfant, qui «des mères invoquant l’abus sexuel et des pères des problèmes de développement »
‘.http://www.barreau.qc.ca/pdf/journal/vol35/no14/regards.html…………………………………… L’enfant pris en otage, commence alors la descente aux enfers du parent aimant, protecteur qui pensait candidement « qu’un jugement au Québec est force de loi» l’enfant quant à lui va sombrer dans les dédales du DPJ, médication forcée avec de puissants psychotropes, séparation d’avec la figure d’attachement, l’enfant va dépérir au fils du temps, L’intervenante Chantal Carmichael va disparaitre pendant un temps avant de se voir promue a un poste de superviseuse, le Dr Fombonne disparaitra dans la nature, année sabbatique indéterminée , l’enfant ira rejoindre le rang ‘’des orphelins de Duplessis’’..

Toutes tentatives de venir en aide à l’enfant sera vouée à l’échec, « Parole d’évangile, les gardiens du temple » ne voudront jamais perdre la face, pas d’évaluation indépendante pas d’hospitalisation, pas d’arrêt de la médication «c’est coulé dans le béton » Qu’importe la grave compromission de l’enfant les docteurs ‘’MABUSE’’ archétype de génie de l’horreur et du crime, se dissimulent sous de multiples visages et personnalités, ils trouveront toujours quelqu’un pour ré-endosser leur destruction et perpétuer le génie du mal(dans ce cas-ci un octogénaire de l’hôpital Ste Justine QG du DPJ , le psychiatre Michel Lemay) . On peut même finalement en déduire que ‘’Mabuse’’ ne serait que l’expression d’un esprit du mal nécessaire à la société, son but n’est pas de conquérir le monde et de le soumettre, mais bien de le détruire et ne régner que sur ses ruines.

Viendra alors la Commission Charbonneau / le grand épisode « DES CHIFFRES ET DES LETTRES », Le juge Michel Déziel éclaboussé à la commission Charbonneau : Ce juge du district de Laval avait été appelé expressément à statuer dans le dossier de l’enfant au palais de justice de Montréal, suite introduction d’un appel art. 100 sur décision rendue par la chambre de la jeunesse, ultime tentative de venir en aide à l’enfant qui avait perdu ‘’ l’usage du langage’’,
Ce juge, de connivence avec le DPJ qui s’était précipité a introduire une requête incidente pour faire déclarer la mère ‘’quérulente’’ et bloquer l’appel de son enfant, a condamné cette mère sur un faux en l’absence de factures a des frais d’ honoraires d’avocats fictifs avec dommages-intérêts, d’un montant de 20.000$, au vu d’une simple lettre frauduleuse d’un avocat de la partie adverse sorti du dossier de garde depuis des lustres , des sommes non identifiés, référant à priori aux dates de procédures de la garde d’enfant (jugements intérimaires de garde de la juge Nicole Benard, J.C.S, de la juge Danielle Grenier J.C.S. et jugement final du juge Herbert Marx J.C.S, ayant statué respectivement sur la garde,) ont été prises au hasard dans cette lettre.

Jugement circonstancié a été rendu par le juge Michel Déziel pour bâillonner cette mère selon la loi 9 du nouveau code de procédure et bloquer l’appel de son enfant, Un petit enfant qui aurait pu hélas être sauver dès 2010 avec recommandations expresses de spécialistes au dossier, psychologues, pédopsychiatre, milieux scolaire, CLSC signalant la détérioration extrême de l’enfant et l’urgence à intervenir avant qu’il ne soit trop tard , un enfant dont l’avenir est présentement hypothéqué a jamais Ce jugement fallacieux fait malheureusement l’objet de jurisprudence…….NB. .le Barreau saisi à cet effet pour réclamer les factures mystérieuses des frais d’honoraires à l’avocat en question, Me Guy Ste Marie, cabinet Gurkin a Longueuil, Affaire classée sans suite !… «c’est comme ça que ça fonctionne», répétés ad nauseam PAR LES GARDIENS DU TEMPLE DE DROITS ET LIBERTÉS!…
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1381679652048189&set=a.1381679522048202.1073741828.100006185013619&type=1&theater

Fombonne, Lord, Leventhal vs. Children with Autism – AGE OF AUTISM
http://www.ageofautism.com
By Katie Wright What kind of human being makes money by testifying against disab..

Posté par rusty james à 05:44 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,