La Banque du Canada est au bord de la faillite !

bank-of-canada001

Il y a quelques jours, à l’occasion d’une de mes visites quotidiennes sur le site réputé ZeroHedge spécialisé dans les informations économiques et financières, je suis tombé sur un article qui m’a tellement renversé que j’ai décidé de le traduire pour le partager avec vous. Vous le trouverez donc plus bas.

J’avais beau savoir que la situation financière du Canada est très précaire depuis 2008, je ne me doutais pas qu’elle s’était dégradée à ce point, d’autant plus que, comme l’auteur le mentionne, la perception générale, même dans les cercles spécialisés, est qu’elle est plutôt bonne.

Il s’agit donc d’une information capitale pour tous les Canadiens, mais surtout pour les Québécois qui s’imaginent que leur appartenance au Canada est essentielle à leur bien-être économique.

Dans son texte, l’auteur fait allusion à l’adoption camouflée par le parlement fédéral de mesures qui permettent aux banques canadiennes de se recapitaliser – appréciez l’euphémisme ! – en pigeant dans les comptes de leurs déposants (vous et moi).

J’avais justement signalé ici-même sur Vigile en avril 2013 l’imminence de l’adoption de cette mesure dans un article intitulé
Les banques veulent votre bien
Le gouvernement fédéral s’apprête à le leur donner
Elles vont pouvoir piger dans votre compte de banque sans votre permission

Voici un extrait pertinent de cet article :

Lors du dépôt du budget fédéral il y a une dizaine de jours, le ministre des Finances Flaherty a déposé simultanément un document intitulé « Plan d’action économique 2013 ». Vous en trouverez les morceaux éparpillés à cette adresse

Bien cachée complètement au bas du Chapitre 3.2 dont le titre « Aider les fabricants et les entreprises à prospérer dans l’économie mondiale » est sans rapport avec le sujet traité, se trouve une section intitulée :

Instaurer un cadre de gestion des risques pour les banques nationales d’importance systémique

Le Plan d’action économique de 2013 instaurera un cadre exhaustif de gestion des risques pour les banques canadiennes d’importance systémique.

Les grandes banques canadiennes sont une source de vigueur pour l’économie du pays. Elles connaissent de plus en plus de succès sur les marchés internationaux et créent des emplois au pays.

Le gouvernement reconnaît aussi qu’il faut gérer les risques associés aux banques d’importance systémique – celles dont les difficultés ou la faillite pourraient perturber le système financier et, partant, nuire à l’économie. Cela exige une supervision prudentielle solide, de même qu’un ensemble robuste d’options permettant la résolution de ces institutions sans faire appel à l’argent des contribuables dans le cas peu probable où l’une d’elles ne serait plus viable. [Mes caractères gras]

Le gouvernement compte mettre en place un cadre exhaustif de gestion des risques pour les banques canadiennes d’importance systémique. Ce cadre s’harmonisera avec les réformes instaurées par d’autres pays et les principales normes internationales, comme les Caractéristiques essentielles de systèmes performants de résolution pour les établissements financiers (Key Attributes of Effective Resolution Regimes for Financial Institutions) du Conseil de stabilité financière, et fonctionnera en parallèle avec le régime canadien des fonds propres réglementaires déjà en place. Le cadre de gestion des risques comprendra les éléments suivants :

• Les banques d’importance systémique seront assujetties aux normes de fonds propres plus élevées que déterminera le surintendant des institutions financières.

• Le gouvernement propose d’établir un régime de recapitalisation interne pour les banques d’importance systémique. Ce régime sera conçu de manière que, dans le cas peu probable où une banque d’importance systémique épuiserait ses fonds propres, elle pourra être recapitalisée et redevenir viable grâce à la conversion très rapide de certains de ses passifs en fonds propres réglementaires. Cette mesure réduira les risques pour les contribuables. Le gouvernement consultera les intervenants sur la meilleure façon d’instaurer un régime de recapitalisation interne au Canada. Le calendrier de mise en œuvre assurera une transition en douceur pour les institutions touchées, les investisseurs et les autres participants au marché. [Mes caractères gras]

• Les banques d’importance systémique demeureront assujetties aux exigences existantes sur la gestion des risques, y compris une surveillance plus étroite et l’obligation de préparer des plans de reprise des activités et de résolution. Ce cadre de gestion des risques limitera l’avantage injuste dont profiteraient les banques canadiennes d’importance systémique du fait que les investisseurs et les autres participants au marché croiraient, à tort, que ces institutions sont trop grandes pour faire faillite.

Dans un langage tout ce qui a de plus aseptisé, le gouvernement fédéral explique le plus banalement du monde que dans le cas où une banque d’importance systémique comme l’une des cinq grandes banques canadiennes (RBC, TD, CIBC, BMO, ou Scotia et dans certaines circonstances possiblement aussi la BN et certaines autres banques régionales importantes), épuiserait ses fonds propres, elle pourrait être recapitalisée et redevenir viable grâce à la conversion très rapide de certains de ses passifs en fonds propres réglementaires, dans le but de réduire les risques pour les contribuables.

Cela veut tout simplement dire que les dépôts de ses déposants (passifs pour elle) pourraient être convertis (quel euphémisme !) en fonds propres de la banque, sans le consentement des intéressés, pour éviter que le gouvernement ne soit lui-même obligé de la recapitaliser. Il s’agit d’une expropriation, d’une confiscation des dépôts, d’un vol au sens du code criminel (aller au delà de l’intérêt spécifique qu’on a dans la chose), en toute légalité. On croit rêver !

Voilà ce que le gouvernement fédéral concocte dans votre dos, bien à l’abri dans les méandres de ses textes « d’information » sur ses plates-formes Internet.

Il semble que je n’aie pas été le seul à être choqué par cette mesure, Voici ce qu’en pense Simon Black, investisseur international, blogueur de renom, et auteur de l’article que je vous annonçais plus haut :

Et maintenant, la banque centrale la plus lamentablement sous-capitalisée en occident [un indice : ce n’est pas la FED] :

Le 2 septembre 2014

Dans le cadre du « jamboree » annuel des dirigeants de banques centrales, le gouverneur de la Banque du Canada a certainement dû recevoir des commentaires envieux de plusieurs de ces sorciers de la haute finance pour la réputation du Canada comme refuge financier mondial par excellence. .

On ne trouve sans doute pas de meilleure illustration de cette réputation que dans l’entrevue accordée au réseau Bloomberg par le grand patron de RBC Gestion de patrimoine – la plus grande institution du genre au Canada – dans laquelle il déclarait « le Canada est aujourd’hui ce qu’était la Suisse il y a vingt ans, et les banques canadiennes sont à l’image de leurs homologues suisses il y a vingt ans. »

C’est la dernière ritournelle à la mode. Le Canada projette l’image d’un refuge financier de premier ordre et d’un « îlot de sécurité et de stabilité » parce que tout le monde est convaincu que les finances du pays sont bien gérées, qu’il est supérieurement avantagé en richesses naturelles, et que son économie est très performante.

À chaque fois que je vois des banquiers s’échanger des congratulations, mon premier réflexe en est un de grand scepticisme. Mais ici, sur le blogue Sovereign Man, toutes nos conclusions sont fondées sur des faits. Nous avons donc analysé les chiffres en profondeur.

En premier lieu, la mère de toutes les institutions financières, la banque centrale du Canada.

Le premier critère de la bonne santé d’une banque centrale, c’est la solidité de son bilan que reflète le rapport entre son capital net et ses actifs, communément exprimé en pourcentage.

Alors, quelle est la performance de la « Banque du Canada » [Note du traducteur : L’auteur utilise à dessein la version française du nom de la banque, sans doute par dérision] à ce chapitre ? Pas très bonne.

En fait, comme les faits le démontrent, la Banque du Canada est la plus lamentablement sous-capitalisée de toutes les banques centrales en occident. Sa position à cet égard est si mauvaise que celle de la FED semble pétante de santé en comparaison.

Le Monetary Authority Exchange Fund de Hong-Kong constitue un bon exemple d’institution dotée d’un bilan solide. Les derniers chiffres en date du 30 juin faisaient état d’une réserve de capital de 22 % des actifs totaux. Il s’agit d’une marge de sécurité très importante pour une banque centrale.

En comparaison, celle de la Réserve fédérale des États-Unis (la FED) n’est que de 1,27 %. Le Canada ? Un minuscule 0,47 %... comme dans moins d’un demi pourcent. À ce niveau là, plus question de parler de sécurité et de stabilité. Il s’agit tout juste d’une erreur dans l’arrondissement des chiffres.

Qui plus est, le Canada n’impose AUCUNE exigence de réserve à ses banques. Cela veut dire que les banques canadiennes ne sont pas tenues de garder en réserve une partie des dépôts de leurs clients. Elles ont donc la possibilité de prêter 100 % des sommes déposées auprès d’elles.

Il n’y a pourtant pas matière à s’inquiéter, dit-on, la Société d’assurance-dépôts du Canada (la SADC) assure les dépôts bancaires à concurrence de 100 000 ! Mais lorsqu’on y regarde de plus près, les déposants ne sont pas très protégés. Au Canada, les dépôts admissibles à cette protection s’élèvent à environ 646 milliards. Or la SADC ne dispose que de 2,8 milliards $ pour couvrir les pertes, soit seulement 0,43 % du total.

Et ce qui est encore plus troublant, c’est que le Canada a adopté un mécanisme confiscatoire comme celui de Chypre pour permettre aux banques de se servir dans le compte de leurs déposants lorsqu’elles épuisent leurs capitaux propres. Cette disposition a été soigneusement dissimulée dans les méandres du Plan d’action économique 2013 du gouvernement fédéral. Il s’agit d’un plan de « recapitalisation interne » pour les banques qui revêtent « une importance systémique », un procédé qui ne répond pas à l’idée que je me fais de la sécurité.

Enfin, le mythe canadien achève de se dégonfler complètement lorsque vous examinez le niveau des réserves d’or du Canada. Au début de ce siècle, le Canada détenait 46,19 tonnes d’or. Aujourd’hui, il ne lui en reste plus que 2,99 tonnes. C’est une baisse spectaculaire de ses réserves de 93,5% en un peu plus de 10 ans !

En d’autres termes, les autorités monétaires canadiennes ont pris en toute conscience la décision de renoncer à des actifs tangibles en échange d’actifs papier que le premier illusionniste venu peut tirer d’un chapeau.

Elles ont conduit la banque centrale du Canada au bord de la faillite.

Il faut s’en tenir aux faits et non aux impressions.

Quiconque examine les faits ne peut tirer d’autre conclusion que le Canada n’est certainement pas le refuge sécuritaire que l’on prétend.

Simon Black

À propos de l’auteur : Simon Black est un investisseur international, entrepreneur, grand voyageur, « homme libre », et le fondateur du site Sovereign Man

http://www.vigile.net/La-Banque-du-Canada-est-au-bord-de-64261

http://www.sovereignman.com/finance/presenting-the-most-pitifully-capitalized-central-bank-in-the-west-hint-its-not-the-fed-14950/

Posté par rusty james à 12:56 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,


La dette des banques est de 6 581 milliards d’euros, soit plus de 3 fois le PIB annuel de la France

Banques_changement_nom

Soumis par denissto

INSTAURATION DE LA LOI MARTIALE FINANCIÈRE!

LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS S’ABROGE LE DROIT DE LÉGIFÉRER PAR ORDONNANCE EN VERTU DE L'ARTICLE 38 DE LA CONSTITUTION ( LOI MARTIALE) EN CE QUI CONCERNE LE PATRIMOINE DE TOUS LES POSSÉDANTS EN FRANCE:

Cette loi a été la première voté et adoptée par l'assemblée, le sénat et promulgué par le président de la république en 2014 , signé par tous ses ministres, elle prétends simplifier la vie des entreprise, alors qu'elle a été voté pour décider par voie d'ordonnance, de la valeur résiduelle du patrimoine des français qui est dilué en grande partie en parts sociales!

Le 5 février 2014, le site 24 h Gold qui publiait toutes mes chroniques a effacé tous mes articles , mon nom également des contributeurs, et a vite fait disparaitre l' article concernant cette loi et qui ne se retrouve que sur ce site, juste en dessous de celui-ci.

Pourquoi 24HGold m'a fait disparaitre, alors que ce sont eux qui choisissais mes chroniques, libre de les publier ou pas , ce qu'ils ont fait régulièrement, serait ce qu'ils ont eu peur, qu'on leur a demandé de se taire, vu le trafic important qu'ils génèrent? Ci dessous la preuve en cache google qu'il ont publié puis retirer rapidement cette chronique:

http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:fADu-mG_41sJ:www.24...

La situation actuelle est catastrophique,

voilà pourquoi il fallait passer cette loi discrètement, un simple coup d’œil sur le système bancaire français en dit long:

Capital des banques françaises 220 Milliards , dettes interentreprises 1600 Milliards € , dettes banques françaises 6000 Milliards €

Le total des dettes de nos 4 Giga banques est de 6 581 milliards d’euros, soit plus de 3 fois le PIB annuel de la France alors que le total des dettes des 8 plus grandes banques américaines est de 9 586 milliards de dollars soit 56 % du PIB des États-Unis (chiffres du 3° trimestre 2013) !

Pour l’instant, tout va bien, pas de tsunami bancaire mondial

Posté par rusty james à 15:18 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

30 avril 2013

canalblog comment creer son blog canablog en quelques clics aide

arteazul

Inscription et création d'un premier billet

Nous passerons rapidement sur le formulaire d'inscription, très classique, en nous contentant d'indiquer que contrairement à d'autres services, l'adresse postale de l'utilisateur est requise chez Canalblog. Une fois ce formulaire rempli, l'inscription est immédiate : il ne sera pas nécessaire d'attendre l'email de confirmation rappelant les identifiants choisis pour la confirmer. On arrive donc sur la page de création d'un blog, qui permet de déterminer son titre, son adresse Web (de la forme nomdublog.canalblog.com) et d'entrer une description succincte.

Canalblog inscription

Canalblog liste blogs


Formulaire d'inscription, accueil administration et liste des blogs ouverts

 

Ces informations validées, l'utilisateur arrive directement sur la page de création d'un billet et l'interface WYSIWYG qui l'accompagne. Haute de quinze lignes, celle-ci présente un menu de boutons permettant d'appliquer des styles à une sélection de texte : gras, italique, souligné, barré, et texte en couleur. Il est également possible de gérer l'alignement d'un élément et de créer des listes à puce, numérotées ou non. Un bouton permet par ailleurs l'insertion d'un filet horizontal tandis qu'un autre sert à créer les liens hypertextes. Ceux-ci se gèrent très simplement, via la sélection d'un pan de texte, puis l'ouverture d'une fenêtre dans laquelle il n'y aura qu'à écrire l'adresse du lien.

Canalblog édition avec texte

Canalblog édition html


Edition d'un billet, en mode WYSIWYG et en mode HTML

 

Terminons par les deux commandes situées à l'extrémité gauche du menu de la zone d'édition : l'une d'entre elles permet le passage en mode HTML, tandis que la seconde lance le correcteur orthographique intégré. Le mode HTML ne s'ouvre pas dans une nouvelle fenêtre, mais prend la place de la zone d'édition WYSIWYG, sans rechargement général de la page, ce qui se révèle relativement confortable. Cette fenêtre se révélera particulièrement pratique pour corriger les éventuelles irrégularités importées dans le code source de votre billet par un import sous forme de copier/coller depuis Word par exemple. C'est également grâce à elle que l'utilisateur pourra intégrer les quelques lignes de HTML qui permettent d'intégrer le lecteur vidéo d'un service comme YouTube à l'un de ses billets.

Canalblog dispose d'un correcteur orthographique qui ne se contente pas d'indiquer les erreurs potentielles mais affiche directement certaines suggestions à côté du texte, dans une interface qui n'est pas sans rappeler celle de certains logiciels dédiées à cette tâche. Il est possible de remplacer d'un clic un mot mal orthographié, et même d'appliquer cette correction à toutes les occurrences de ce mot dans le texte. Certes imparfait, comme tous les correcteurs orthographiques, l'outil mis en place par Canalblog signale les fautes les plus courantes et, surtout, les inévitables fautes de frappe qui entachent les billets.

Canalblog correcteur orthographique


Correcteur orthographique



Administration, catégories, images, commentaires

Pour accéder à l'administration de son blog, il est nécessaire de passer par la page d'accueil du service, puis de s'authentifier via le traditionnel couple login / mot de passe. L'utilisateur arrive alors sur une page qui liste ses blogs ouverts sur Canalblog, avec la possibilité de créer d'un simple clic un nouveau site personnel. Une fois le blog de son choix sélectionné, la navigation s'effectue au sein d'un menu horizontal explicite, dont chaque élément recèle un sous-menu, horizontal lui aussi. La liste des billets déjà rédigés prend place en bas de la zone d'édition d'un nouveau message, ainsi que dans l'onglet « Contenus ». C'est par ailleurs dans ce dernier que l'on accédera à la modération des commentaires (édition impossible, seule la suppression est proposée), à la création de nouvelles catégories (auxquelles seront attribués les billets via un menu déroulant présent dans la zone d'édition).

Dans l'onglet Outils, Canalblog propose un module de gestion des fichiers multimédia ou des illustrations insérées dans les billets, accessible au moyen d'une arborescence classique. De là, il est possible de renommer ou de supprimer les fichiers, mais pas de les envoyer vers le serveur. Cette étape intervient durant l'édition d'un billet, via deux des boutons de la zone d'édition ; un choix cohérent dans la mesure où les fichiers sont généralement uploadés en vue de l'insertion dans un billet.

Canalblog upload mises à jour

Canalblog gestion fichiers


Envoi d'une image et gestion des fichiers

 

Pour les images, cette procédure passe par l'ouverture d'une nouvelle fenêtre qui contient le formulaire d'envoi. Elle permet également de gérer l'alignement de l'image (gauche, droite, centré) ou de demander la création d'une vignette, avec la possibilité de changer cette miniature en lien vers la version originale de l'image dans une nouvelle fenêtre. Canalblog interdit l'insertion d'images qui dépasseraient la largeur de la colonne de contenu du blog, afin tout simplement de ne pas risquer de casser le design de ce dernier comme cela peut arriver lorsqu'on charge des illustrations trop importantes. Une fois insérées, les images sont immédiatement visibles dans la zone d'édition, et peuvent être redimensionnées à la volée via un simple clic prolongé de la souris sur l'un des marqueurs qui l'encadrent. Les proportions de l'image seront conservées si l'on utilise les marqueurs situés aux quatre coins de l'image.

Comme Hautetfort, Canalblog permet de créer simplement des « albums photo » via l'administration. Ceux-ci peuvent être accompagnés d'un fond sonore (MP3 uniquement) et se présentent sous la forme d'un diaporama présentant la liste des miniatures à droite et l'image désirée au centre. Toutes les images sont automatiquement redimensionnées à 500 pixels de large. Les albums photo ne peuvent pas être insérés à un billet comme chez Hautetfort, mais ils peuvent éventuellement prendre place dans la colonne de menu sous la forme d'une vignette cliquable, accompagnée de l'intitulé de l'album. Les formats JPG, Gif, PNG et BMP sont acceptés.

Canalblog création album


Création d'un abum



Apparence et personnalisation

La personnalisation du design passe par l'onglet « Apparence » de l'administration et se joue sur deux niveaux : paramétrage des styles, des couleurs et de la mise en page générale, puis choix des modules de contenus et de liens qui prendront place dans la ou les colonnes latérales. Pour commencer, l'utilisateur est donc invité à choisir une base parmi les sept modèles différents proposés et à déterminer s'il souhaite un squelette basé sur deux colonnes (avec menu à droite ou à gauche) ou trois colonnes (une de part et d'autre du contenu principal). Il lui sera également suggéré de donner un nom au thème qu'il souhaite élaborer. Ce nom identifiera l'un des états successifs de l'apparence du blog, et permettra de retrouver une configuration donnée.

Personnalisation par formulaires...

Plutôt que de proposer un accès direct aux feuilles de style qui régissent la mise en page, Canalblog choisit de proposer des formulaires dans lesquels chaque paramètre de couleur et de style peut être modifié. On changera donc la taille d'une police, la couleur du bandeau ou des liens hypertextes, d'un simple clic. Comme il n'est pas évident de s'y retrouver dans cette profusion de cases à cocher et de menus déroulants répartis sur cinq rubriques (Style général, Messages, Colonne de liens, Titre du blog, Albums), Canalblog propose sous chaque élément paramétrable une petite fenêtre de prévisualisation qui permet de constater immédiatement les changements.

Canalblog liste modèles

Canalblog paramètres styles


Liste des thèmes et édition des thèmes par formulaires

 

Après avoir décidé des couleurs qu'il souhaite voir sur son blog, et de l'architecture générale de ce dernier (deux ou trois colonnes), l'utilisateur pourra administrer les « blocs » de contenu qui occupent la ou les colonnes latérales de son blog. Canalblog propose un certain nombre de modules prédéfinis, parmi lesquels la liste des derniers billets ou des derniers commentaires publiés sur le blog, un champ photo, email, ou syndication, auxquels s'ajouteront s'il le souhaite les albums photo, des flux d'actualité en provenance de sites tiers ou la liste des « membres du blog ». Ici, pas de glisser déposer, la sélection se fait en cliquant sur un simple lien, et les modules s'ordonnent comme l'utilisateur le souhaite à l'aide de flèches qui permettent de les faire monter, descendre, ou passer d'une colonne à l'autre en cas de mise en page trois colonnes.

Canalblog colonnes


Mise en page : choix des colonnes

 

Ces colonnes peuvent être configurées de façon globale pour toutes les pages du site, mais il est également possible de choisir une configuration pour la page d'accueil, une autre pour les pages n'affichant qu'un seul billet et une troisième pour les archives par exemple.

... ou modification manuelle des fichiers

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin, Canalblog permet de faire basculer certains des thèmes enregistrés en « mode avancé ». Cette opération, irréversible, permet d'accéder directement au code source des documents qui forment la structure du blog. Chaque type de page dispose de son propre squelette, en XHTML, tandis qu'une feuille de style unique régit l'ensemble du blog. L'édition de ces documents se fait directement depuis un champ texte, dans le navigateur. Canalblog ne propose donc pas l'export automatique de ces fichiers, mais il suffit de copier le code pour pouvoir le travailler dans un éditeur de textes, puis de le coller dans le navigateur pour voir ses modifications appliquées au blog. Aucune option de récupération n'est proposée. Pour conserver les étapes intermédiaires de la personnalisation de son blog, il sera donc conseillé de créer plusieurs modèles, chacun correspondant à une étape des transformations.

Canalblog gestion blocs

Canalblog édition modèle en HTML CSS


Gestion des blocs et édition des fichiers qui composent le modèle

 

S'il est ainsi possible d'insérer des contenus tiers dans les colonnes de son blog, comme un module de statistiques, un outil communautaire ou une bannière FlickR, le contrat d'utilisation de Canalblog stipule que les webmasters amateurs n'ont pas le droit d'intégrer leurs propres publicités dans les pages de leur blog. Notons enfin qu'un bouton « Prévisualiser » permet de
juger des modifications apportées avant de les valider.

Statistiques, fonctionnalités diverses et conclusion

Au chapitre des considérations diverses, mentionnons la possibilité d'inviter très simplement des contacts à collaborer à l'édition de son blog, via un simple email. Ceux-ci peuvent voir leurs droits élevés au rang d'administrateur, ce qui leur permettra d'accéder à l'ensemble de l'administration, ou se voir cantonnés aux droits de simple rédacteur, ce qui ne leur donne accès qu'à l'édition de billets. La liste des « membres » du blog est d'ailleurs l'un des blocs de contenu que Canalblog propose de faire figurer dans les colonnes de menu.

Un outil de statistiques est également intégré à l'interface d'administration de Canalblog (onglet Outils). Relativement complet, celui-ci permet de visualiser les statistiques quotidiennes, hebdomadaires ou mensuelles. Il propose également des informations relatives au passage des robots des moteurs de recherche ainsi qu'aux cent derniers accès enregistrés sur le blog, à la provenance des visiteurs ou aux mots clé utilisés pour accéder au blog. On appréciera enfin la possibilité d'exporter ces données au format XLS (Excel), afin de construire localement un historique des statistiques du blog. Cerise sur le gâteau, les statistiques sont proposées en temps réel : il est donc possible de visualiser sans attendre les données de la journée en cours. Signalons enfin la possibilité d'exclure son blog de l'annuaire Canalblog et de choisir si l'on souhaite avertir les moteurs de recherche tels que Google Blog Search de la publication d'un nouveau billet.

Canalblog statistiques


Onglet statistiques

 

Conclusion ? Canalblog se révèle une plateforme très complète, qui tente de répondre aux besoins des utilisateurs débutants, en simplifiant au maximum les procédures de personnalisation du blog à l'aide de formulaires (toutefois un peu chargés) ; comme à ceux des bloggeurs avertis, avec l'accès direct au code source des fichiers qui composent le blog. On appréciera de pouvoir très simplement créer plusieurs blogs à l'aide d'un même compte. Guère de reproche à formuler. Peut-être Canalblog gagnerait-il à multiplier le nombre de modèles de page prédéfinis, afin d'enrichir le choix pour ceux qui n'ont pas l'intention de se lancer dans la personnalisation avancée.

Posté par rusty james à 09:30 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,