Covid 19 : le cartel bancaire dirige l'agenda

Screenshot_7f

Depuis des semaines, les médias et les autorités « sanitaires » promeuvent sans relâche un récit effrayant sur la « pandémie » de Covid 19 comme si le décompte quotidien de nouveaux « cas » était une urgence de santé publique majeure, sensationnalisée par les médias près de 24 heures/. 7. Le récit officiel est fortement en contradiction avec les voix rassemblées de centaines de médecins, virologues et épidémiologistes.

Incohérence du récit officiel

En supposant que nous soyons confrontés à une pandémie "une fois par siècle", ce serait un grand défi pour l'humanité, forgé d'incertitude. On s'attendrait à rencontrer un débat animé, des discussions, beaucoup de doute et de controverse. Les journalistes doivent rechercher autant d'experts du domaine que possible afin que nous puissions tous comprendre le plus clairement possible le nouveau défi de la santé et comment y faire face. Des traitements efficaces doivent être promus, célébrés, criés sur les toits. Mais la réalité est très différente.

Les mesures de santé publique - pratiquement identiques dans la plupart des pays - sont transmises par l'Organisation mondiale de la santé à travers des hiérarchies bureaucratiques obscures qui revendiquent le monopole de la vérité. La discussion est découragée et des centaines d'experts sont agressivement réduits au silence. Plusieurs traitements efficaces ont été identifiés, mais l'administration est à la limite de l'hostilité à toute mention d'eux.

Dissimulation de traitements efficaces

Début mars 2020 déjà, le président Trump a commencé à mentionner l'hydroxychloroquine (HCQ) comme traitement des infections par le virus Corona. Les médias l'ont rapidement ridiculisé, l'accusant même de mettre des vies en danger. Cependant, il s'est avéré que l'HCQ réduisait la mortalité due au Covid 19 de plus de 50 % et, lorsqu'il est utilisé avec du zinc et des vitamines, jusqu'à 85 %.

 

Le Dr Stella Immanuel a affirmé qu'elle avait traité plus de 300 patients atteints de HCQ, dont beaucoup étaient âgés et avec une ou plusieurs comorbidités et qu'elle n'avait eu aucun décès parmi ses patients. Aujourd'hui, la vidéo avec ses déclarations est difficile à trouver sur YouTube, mais vous trouverez facilement des dizaines de vidéos qui la ridiculisent et diffament son personnage. Beaucoup plus récemment, le Dr Brian Tyson a témoigné que sa clinique avait traité 1 700 patients positifs au Covid-19 – encore une fois avec zéro décès .

Quoi qu'il en soit, les médecins et les patients ont été fortement découragés d'utiliser l'hydroxychloroquine et dans certains pays, HCQ a été brusquement retiré du marché. En Australie, la prescription d'HCQ a même été érigée en infraction pénale . Pendant ce temps, les autorités semblent favoriser l'imposition de vaccins expérimentaux développés à la hâte, non testés, bien que la maladie elle-même ne se soit révélée mortelle que pour 0,004 % de la population (même selon les statistiques exagérées du CDC américain).

Retranchement déroutant de l'administration

L'incohérence totale des positions officielles est désormais devenue si évidente qu'elles ont depuis longtemps perdu toute crédibilité. Mais plutôt que de déclarer la victoire contre le virus et de célébrer le retour à la normale de la vie, les autorités sont devenues encore plus profondément ancrées dans leurs propres contradictions, devenant de plus en plus agressives avec des mesures de « santé publique » toujours plus restrictives. Pendant ce temps, les médias ont intensifié la propagande de « la peur du projet » à des proportions nauséabondes.

plandemic


Nous insistons : l'édifice est sain, n'en croyez pas vos yeux menteurs, ne faites pas vos propres recherches !

La situation est devenue surréaliste : comment des personnes apparemment intelligentes et instruites peuvent-elles rester si obstinément attachées à un récit aussi manifestement imparfait ? Pourquoi les médias incitent-ils sans relâche à la peur et à l'hystérie à propos d'un virus grippal bénin ? En plus des médias américains et britanniques, j'ai suivi les reportages des médias en Croatie, en Espagne, en France et en Italie - la même chose partout : c'est tout le Covid tout le temps, avec des alarmes incessantes et des appels au respect de mesures "de plus en plus stupides". . " Par exemple, plus de quatre mois après le début de cette « pandémie », 71 pays ont émis des mandats étrangement similaires pour que les gens portent des masques dans les espaces publics, même s'il n'y a strictement aucune preuve scientifique que cela sert à quelque chose .

Est-ce que tout le monde dans le monde est devenu fou ? Si ce n'est pas la science et la logique qui informent les mesures de santé publique, alors qu'est-ce que c'est ? Et ensuite ça m'a frappé…

Le cas curieux des prêts du FMI pour la Biélorussie

En juin, j'ai noté que le président biélorusse Alexandre Loukachenko avait publiquement snobé une ligne de crédit de 940 millions de dollars du Fonds monétaire international. Il l'a rejeté parce que le FMI a conditionné le prêt à ce que la Biélorussie impose une politique stricte de verrouillage de Covid 19 et un couvre-feu. À l'époque, j'ai pensé qu'il était très étrange que le FMI offre des prêts à un pays tout en fixant des conditions qui compromettent gravement la capacité de remboursement de ce pays.

Apparemment, un certain nombre d'autres pays ont reçu des offres similaires du FMI et/ou de la Banque mondiale. Nous ne connaissons la conditionnalité de Covid 19 que parce que le président de la Biélorussie l'a divulguée publiquement. Fait significatif, Loukachenko a mentionné à plusieurs reprises que les négociateurs du FMI voulaient que la Biélorussie fasse « comme en Italie ». D'autres nations et gouvernements qui ont accepté l'argent ont peut-être accepté discrètement la conditionnalité qu'ils n'ont jamais divulguée au reste d'entre nous.

En avril 2020, 85 pays avaient demandé une aide financière au FMI . Profondément endettés et avec des économies gravement endommagées, la plupart des gouvernements du monde entier avaient besoin de prêts, ce qui les rendait la proie des diktats du pouvoir monétaire. Pour obtenir les fonds nécessaires, ils ont peut-être accepté de fermer leurs économies, de restreindre la liberté de mouvement de leur population, de créer des structures de recherche de contacts de type stase et de fermer les écoles.

Une autre preuve que l'ordre du jour est dirigé par les banquiers était le récent éditorial dans le New York Times par Neel Kashkari , le président de la Réserve fédérale de Minneapolis, appelant le gouvernement à émettre des ordonnances strictes d'abri sur place de 4 à 6 semaines. " pour tout le monde mais les travailleurs vraiment essentiels . " Kashkari a préconisé que les verrouillages soient aussi complets et stricts que possible et effectués de manière agressive, en utilisant «la capacité de test et de traçage que nous avons construite…»

Les empreintes digitales du cartel bancaire peuvent également être trouvées dans le document « Scenarios for the Future of Technology and International Development », publié par la Fondation Rockefeller en 2010. À la page 18, intitulée « Lock Step », le document décrit avec prévoyance notre réalité actuelle comme « A monde de contrôle gouvernemental de haut en bas et de leadership plus autoritaire, avec une innovation limitée et un recul croissant des citoyens . » Le scénario envisage une « pandémie que le monde attendait depuis des années… » Et aujourd'hui, nous avons cette « pandémie », ainsi que le monde du contrôle gouvernemental de haut en bas et un leadership plus autoritaire .

Comme Napoléon Bonaparte ne l'a que trop bien compris : « Lorsqu'un gouvernement dépend des banquiers pour de l'argent, ce sont eux et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation . Dans chaque nation, nous semblons être opposés par une bureaucratie gouvernementale. Mais alors que ces bureaucraties et les fonctionnaires qui y travaillent deviennent la cible du ressentiment du public, il est essentiel que nous reconnaissions les marionnettistes derrière le programme qui se déroule.

Il ne fait aucun doute que l'ennemi est le cartel bancaire international dont le siège se trouve à Londres et à Wall Street, ainsi que leurs agences comme la Banque des règlements internationaux, le FMI, la Banque mondiale, les banques et institutions d'importance systémique mondiale comme la Forum économique mondial, grandes sociétés pharmaceutiques, Organisation mondiale de la santé, Fondation Bill et Melinda Gates, GAVI et bien d'autres.

Comme Lord Acton l'a prévenu il y a plus d'un siècle, « la question qui a balayé les siècles et qui devra être combattue tôt ou tard, c'est le peuple contre les banques ». Ce combat est maintenant à nos portes . Ce pourrait être la lutte ultime entre l'émancipation de l'humanité ou notre asservissement final. Pour l'emporter, nous devons comprendre nos véritables ennemis et les structures financières, économiques, politiques et sociales permettant leur agenda.

Comme le révèle le document de la Fondation Rockefeller, ils ont anticipé notre recul et ont sûrement prévu des détournements pour détourner nos griefs vers les catalyseurs visibles de leur régime autoritaire descendant. L'un des plus grands moyens de diversion sont les guerres. Nous devons donc nous garder de croire que nos ennemis sont les Russes, les Chinois ou quiconque contre qui la logique du diviser pour régner nous opposerait.

Lorsque nos gouvernements nous disent que nous faisons face à une grave menace d'une autre nation, envoient des troupes à ses frontières ou des navires de guerre près de ses côtes, nous devons exiger qu'ils se retirent. Nous devons également nous garder de diaboliser les autres nations et leurs dirigeants car elles conduisent fréquemment à une escalade militaire (pensez à Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi, Bachar al Assad…). Ron Paul nous a prévenus : « Ce n'est pas une coïncidence si le siècle de la guerre totale a coïncidé avec le siècle de la banque centrale . J'ai expliqué les racines systémiques de la soif de guerre de l'ouest dans cet article : " Deflationary Gap and the West's War Addiction ".

Bref, il ne faut pas se laisser distraire par le drap rouge du torero : les coupables ultimes, le super-prédateur sont les banquiers : une poignée de familles et d'individus qui contrôlent et gèrent le système monétaire actuel. Nous n'avons pas d'autre choix que de les affronter. Aujourd'hui, nous sommes armés de vérités et d'informations dont les générations passées n'auraient pas pu rêver. Aujourd'hui, nous pouvons faire la différence et offrir à nos enfants et à leurs enfants un monde de prospérité et de liberté au-delà de tout ce que nous pouvons imaginer actuellement. Cette lutte vaut tous les efforts.

 

Alex Krainer – @NakedHedgie est un ancien gestionnaire de fonds spéculatifs, créateur de I-System Trend Follow et fondateur de Krainer Analytics. Il a écrit « Mastering Uncertainty in Commodities Trading », classé n° 1 sur la liste FinancialExpert.co.uk des « 5 meilleurs livres sur les matières premières pour les investisseurs et les commerçants ». Son livre « Grand Deception : The Browder Hoax » a été interdit à deux reprises sur Amazon sur ordre de créatures des marais du département d'État américain. Il écrit également sur ISystem-TF.com . Ses points de vue et opinions ne sont pas toujours pour la société polie mais ils sont toujours exprimé dans la poursuite sincère de la vraie connaissance et de la compréhension claire des idées qui comptent.


Rudolphe Steiner sur le but de la vaccination à venir

 

etna1

"Vacciner comme un meurtre d'âmes" avec des vaccins, des médecins matérialistes chasseront l'âme des enfants ... Vous vaccinez contre l'attachement à la spiritualité. "~ Rudolf Steiner

"L'âme sera abolie par un médicament. D'un "point de vue sain", on trouvera un vaccin à travers lequel l'organisme est traité dans la plus jeune jeunesse possible, de préférence à la
naissance, pour que ce corps humain ne vienne pas à l'idée qu'il existe une âme et un esprit. - Les
deux courants philosophiques se confronteront si vivement .

Il faudra réfléchir à la manière dont les concepts et les idées doivent être développés de manière à pouvoir
faire face à la réalité réelle , la réalité de l'esprit et de l'âme. Les autres, les adeptes des matérialistes d'aujourd'hui, rechercheront le vaccin qui rend le corps "sain", c'est-à-dire que ce corps ne parle pas de choses aussi stupides que de l'âme et de l'esprit, mais "sain". parle des forces qui vivent dans les machines et la chimie qui constituent les planètes et les soleils dans la nébuleuse du monde. Cela se fera par des procédures physiques. les médecins matérialistes vous transmettre, les âmes
chassez de la race humaine ».
- Dr Rudolf Steiner, GA 177, page 97f., Extrait des conférences à Dornach du 29 septembre au 28 octobre 1917.

.... Pour cela, bien sûr, tout d’abord, les conceptions du monde, les conceptions du peuple doivent être confondues, les
concepts, les idées doivent d’abord être inversées. Et voici un domaine sérieux à surveiller, car il s’agit de l’un des fonds les plus importants des événements en cours de préparation.
- Dr. Rudolf Steiner, GA 177, pp. 236-238, extrait des conférences à Dornach du 29 septembre au 28 octobre 1917 " un scientifique du CERN en Suisse qui a été évincé de son service avec son équipe par un "groupe occulte", (toujours le même) qui s'est emparé du LHC.

Ce scientifique que nous remercions, nous avaient prévenus des dangers du vaccin.

 La vaccination pourquoi ?

L'injection de plasmides pour empêcher l'évolution neurologique et spirituelle de l'Homme !!!!

RUDOLF STEINER 1861-1925

Viendra un temps où l'on développera des vaccinations qui pourront empêcher les tendances à la spiritualité…Ces inoculations auront une influence telle sur le corps humain qu'elle l'amèneront à refuser d'accorder la moindre place aux tendances spirituelles de l'âme… Je vous ai avertis que les esprits des ténèbres vont inspirer les humains…pour la mise au point d'un vaccin qui, dès le plus jeune âge, extirpera de l'âme toute tendance à la spiritualité… ces tendances qui ne sont que « folies » aux yeux des matérialistes.

- Rudolf Steiner: Fall of the Spirits of Darkness Lecture 13 The Fallen Spririts - Influence in the World, Dornach, 27, Oct. 1917

il disait vrai rudolphe certainement ces infos il les a eut lors de discussions avec le monde astral , car récemment lors d'un exorcisme un ami m'a alerté sur le fait que les vaccins contenait du sang de sacrifices fait aux demons et servirait de cheval de troie pour le control spirit humain ......et la possession ....

 

Traces radioactives de la catastrophe nucléaire de Fukushima découvertes dans un vin de Californie

vin-radioactif

«Après l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima en 2011, des déchets radioactifs se sont déversés dans les zones environnantes, ainsi que dans les eaux et les aliments contaminés. Sept ans plus tard, des traces du désastre ont été retrouvées à l'autre bout du monde, dans le vin de Californie.

Un groupe de physiciens nucléaires français a testé 18 bouteilles de rosé et de cabernet sauvignon de Californie produits en 2009 et par la suite, et a découvert que les vins produits après la catastrophe avaient augmenté les niveaux d'une particule radioactive produite par l'homme. Le cabernet sauvignon, par exemple, en avait le double. [Suivi des débris du tsunami au Japon (infographie)]

Ils ont rapporté leurs découvertes dans le journal en ligne pré-imprimé Arxiv.

Les chercheurs ont utilisé deux méthodes pour rechercher les traces d'un isotope radioactif appelé césium 137. La première méthode a été développée il y a environ 20 ans et pouvait détecter les particules à travers la bouteille de vin, sans la détruire ni l'ouvrir. Avant la présence de césium 137 avant 1952, il est impossible (c’est un isotope synthétique libéré dans les environs par des essais nucléaires au milieu du XXe siècle), il s’est avéré très efficace pour détecter les fraudes dans les vieux vins millésimés, selon l'étude.

Pour une détection plus précise, les chercheurs ont détruit les vins en les chauffant et en les réduisant "en cendres", ont-ils écrit. Ils ont testé le césium 137 dans ces cendres.

Selon le New York Times, ils ont certes constaté une augmentation des niveaux de déchets radioactifs, mais les experts affirment qu’il n’ya rien à craindre. Il n’ya pas de «problèmes de santé et de sécurité pour les résidents de la Californie», a déclaré le Département de la santé publique de Californie au Times.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, les niveaux de toxines radioactives présents dans les aliments et les boissons à l'extérieur du Japon sont trop faibles pour être dangereux.

Même au Japon, au cœur de la crise, bien que plus de 100 000 personnes aient été évacuées de leurs maisons, aucun décès ni aucune maladie provoquée par les radiations n’a été signalé à ce jour, selon l’Association nucléaire mondiale. En outre, la plupart des bouteilles de vin élaborées après 1952 contiennent au moins un peu de cette torsion nucléaire. "

Source: https://www.livescience.com/63131-fukushima-radiation-in-california-wine.html

Le canular des dinosaures - la grande majorité n'ont jamais existé !

Le-canular-des-dinosaures-ils-nont-jamais-existe_1

C’est “Sir” Richard Owen, de la Royal Society et surintendant du département d’histoire naturelle du British Museum qui a défini en 1842 la classe des “dinosauria”. En d’autres mots, l’existence des dinosaures s’appuie au départ sur l’hypothèse théorique d’un directeur de musée nommé chevalier, “comme par hasard” au milieu du 19ème siècle, âge d’or de l’évolutionnisme, avant même qu’on ait découvert un seul fossile de dinosaure. Les organes de presse, tant maçonniques que grand public démarrèrent un battage publicitaire sur ces supposés animaux depuis longtemps disparus et, surprise, 12 ans plus tard en 1854, Ferdinand Vandiveer Hayden lors de son exploration de la vallée du Missouri, découvrit une “preuve” de la théorie d’Owen ! Quelques dents non identifiées qu’il envoya au paléontologue réputé Joseph Leidy, qui déclara plusieurs années plus tard qu’elles provenaient d’un ancien dinosaure éteint, le “trachodon” (ce qui veut dire, toute ironie à part, “dent grossière”).

Tout d’abord, pas besoin de préciser qu’il est impossible de reconstituer l’intégralité d’un animal hypothétique disparu en se basant sur quelques dents ! Mais il est encore plus douteux que d’innombrables formes intermédiaires anciennes reptile/oiseau et reptile/mammifère nécessaires à la théorie en plein essor de l’évolution, fassent d’abord l’objet d’une hypothèse et soient ensuite “découvertes” fort à propos par des équipes d’archéologues évolutionnistes cherchant à dessein de tels fossiles ! Et il est encore plus douteux que ces soi-disant fossiles aient pu exister pendant des millions d’années en restant inconnus des différentes civilisations de l’histoire de l’humanité et qu’ils n’aient jamais été découverts avant la renaissance maçonnique évolutionniste du milieu du 19ème siècle !
“Pourquoi les indiens n’en ont-ils jamais découvert pendant toutes les années où ils ont arpenté les continents d’Amérique ? Il n’y a aucune croyance associée aux dinosaures dans la religion ou la tradition des amérindiens. Pourquoi d’ailleurs n’y a-t-il eu aucune découverte antérieure au 19ème siècle dans une quelconque partie du monde ? Selon la World Book Encyclopedia, ‘Avant les années 1800, personne ne connaissait l’existence des dinosaures’. On a découvert de grands gisements de fossiles de dinosaures à la fin des années 1800 et au début des années 1900. . . Pourquoi l’homme a-t-il fait soudain toutes ces découvertes ?”
– David Wozney, “Dinosaures : Science ou Science Fiction”
Aucune tribu, culture ou pays du monde n’a découvert le moindre os de dinosaure avant le milieu des années 1800 et on en a trouvé ensuite tout autour du monde, en Amérique du nord, Amérique du sud, Europe, Asie, Afrique, Argentine, Mongolie, Tanzanie, et de nombreux autres endroits possédaient apparemment de grands gisements de fossiles de dinosaures jamais découverts auparavant. Tous ces endroits étaient habités et bien explorés depuis des milliers d’années avant cette date, pourquoi personne n’en a-t-il jamais trouvé avant ?
Selon le livre, “Projet Dinosaure“, le journaliste paléontologue Wayne Grady déclare que pendant la période qui a suivi, entre 1870 et 1880 environ, “se pratiquèrent en Amérique du nord certaines des combines les plus tordues de l’histoire de la science“.
Pendant ce qu’on a appelé “Le grand rush vers les dinosaures”, ou “La guerre des ossements”, une rivalité et une passion de toute une vie pour la “chasse au dinosaure” commença entre Edward Drinker Cope de l’Académie des Sciences Naturelles et Othniel Marsh du musée Peabody. Ils étaient amis au début mais ils devinrent ensuite des ennemis acharnés au cours d’une querelle légendaire où se mêlèrent trahison, calomnie, corruption, vol, espionnage et destruction d’ossements. On disait que Marsh avait découvert plus de 500 anciennes espèces différentes dont 80 dinosaures, alors que Cope n’en aurait découvert que 56. Sur les 136 espèces de dinosaures qu’auraient soi-disant découvert les deux hommes, pourtant seules 32 sont actuellement considérées comme valides ; le reste s’est révélé de totales falsifications et fabrications ! Aucun des deux n’a jamais déclaré non plus avoir trouvé de squelette complet, tout leur travail supposait donc des reconstitutions. En fait, à ce jour aucun squelette complet n’a été découvert et tous les dinosaures sont donc des reconstitutions.
“Il semble que les découvertes et les fouilles ne sont pas faites par des gens désintéressés, comme des agriculteurs, des éleveurs, des randonneurs, des promeneurs, des ouvriers maniant des pelleteuses pour creuser les fondations de bâtiment, qui creusent les tranchées d’oléoducs et travaillent dans l’exploitation minière mais plutôt par des gens personnellement très investis, comme les paléontologues, les scientifiques, les professeurs d’université et le personnel d’organisation de musée, qui faisaient délibérément une recherche d’ossements de dinosaures ou qui les avaient déjà étudiés. Les trouvailles sont souvent faites par ces gens au cours de voyages et d’expéditions spéciales de chasse à l’os de dinosaure dans des régions déjà habitées et explorées. Ce qui semble hautement invraisemblable. Plus crédible est le cas de la découverte des premiers rouleaux originaux de la Mer Morte en 1947, qui furent découverts sans le vouloir par un enfant et qui furent tous publiés en 1955. Dans certains cas de découverte d’ossements de dinosaures par une personne désintéressée, un ‘professionnel’ dans le domaine lui suggérait de regarder ou de creuser dans une zone particulière. Très intéressant aussi à noter, ce sont les zones spéciales réservées et désignées comme parc à dinosaure où les chasseurs de dinosaure amateurs doivent obtenir d’abord un permis de chasse au dinosaure”.
– ibid.
Quelle que soit la destination prise par ces archéologues et paléontologues financés par l’establishment, ils semblaient trouver des quantités incroyables de fossiles dans des zones minuscules. Dans l’un des plus grands site de fouilles de dinosaures, nommé Ruth Mason Quarry, plus de 2000 fossiles auraient été découverts. Des moulages et des squelettes originaux assemblés à partir de ces os sont actuellement exposés dans plus de 60 musées du monde. On doit à Florentino Ameghino, directeur de paléontologie au musée La Plata l’étonnante découverte de 6000 espèces fossiles pendant sa carrière en Argentine. Le chasseur de dinosaures Earl Douglass a envoyé 350 tonnes d’ossements de “dinosaures”, résultat de sa vie de fouilles, au musée Carnegie d’histoire naturelle, provenant tous du “Dinosaur National Monument” dans l’Utah. Durant une expédition en Patagonie, le Dr Luis Chiappe et le Dr Lowell Dingus auraient découverts des milliers d’œufs de dinosaures sur un site de seulement quelques hectares. De nombreux experts ont mentionné que la découverte d’une telle quantité de fossiles dans une seule zone, par seulement quelques individus fortement investis, s’oppose aux lois de la probabilité et rend crédibles de probGaucheables contrefaçons ou des efforts d’implantation localisés.
“Les os de dinosaures se vendent contre beaucoup d’argent dans les ventes aux enchères. C’est un marché juteux. On exhorte les spécialistes à publier des articles. Les musées font le commerce d’expositions populaires et attirantes. Les producteurs de films et les médias ont besoin de produire du matériel à vendre pour rester dans la course. Les médias grand public adorent faire une grande publicité autour de supposées découvertes de dinosaures. On gagne beaucoup à transformer la plate découverte d’un os d’origine moderne en une trouvaille impressionnante et à laisser faire l’imagination d’artistes pour les interpréter et les mettre en valeur. Il y a des gens avec une folle envie de prestige, de renommée et d’attention. Il y a l’effet de mode et le comportement de la foule. Et il y a ensuite des gens et des entités qui poursuivent des agendas politiques et religieux. Les bénéfices financiers et économiques hautement gratifiants qui reviennent aux organismes d’éducation et de recherche, aux départements universitaires de paléontologie, aux découvreurs et propriétaires d’os de dinosaures et aux industries du livre, de la télévision, du cinéma et des médias seront des motifs suffisants pour ridiculiser toute franche remise en question et supprimer toute investigation honnête”
– ibid.
Des os de “T-Rex” qui se sont vendus pour plus de 12 millions de dollars aux enchères montre combien lucratif peut être le domaine de la chasse au dinosaure et il se trouve que ce sont les officiels des musées qui semblent faire les découvertes fortuites les plus prolifiques ! Le premier dinosaure présenté en public a été le “Hadrosaurus foulkii”, à l’académie Edward Drinker Cope de sciences naturelles de Philadelphie. C’était une co-découverte de Joseph Leidy, l’estimé professeur de Cope et le responsable du “trachodon” dentosaurus. La reconstitution originale de l’hadrosaurus, qui est toujours exposé aujourd’hui, montre le moulage en plâtre d’un énorme reptile bipède debout se servant de sa queue comme troisième jambe. Ce que peu de gens savent, cependant, c’est qu’on n’a jamais découvert de crâne et qu’on n’a jamais présenté d’os originaux au public.
“Deux spécialistes en arts visuels et en sculpture furent promptement embauchés pour inventer un crâne et en partant des illustrations d’un autre artiste, qui avait représenté un iguanodon, les deux artistes dessinèrent la même tête pour le hadrosaurus foulkii. Les personnes impliquées pouvaient maintenant défendre techniquement l’existence de ce dinosaure si quelqu’un posait la question. La combine fonctionna si bien, et dupa si complètement le public, qu’ils purent changer par la suite la tête de la créature sans que personne ne le remarque. À ce jour, l’hadrosaurus foulkii est exposé à l’académie des sciences naturelles de Philadelphie. Il est dit que les ossements sont gardés derrière de lourdes portes closes, mais qu’une copie en plâtre est présentée à la place… Nous apprenons donc que le crâne d’un iguane a remplacé celui d’un dinosaure exposé. L’a-t-on dit au public à l’époque ? Que nous cache-t-on aujourd’hui ?”
– ibid.
Ce qu’on ne nous dit pas, c’est que c’est la règle et non l’exception. À ce jour, pas un seul squelette complet de dinosaure n’a été trouvé ! Tous les modèles exposés dans les musées, tous les dessins animés et tous les films de monstres préhistoriques que vous avez pu voir ne sont que des reconstitutions imaginaires basées sur des squelettes incomplets arrangés de façon à les rendre tout à fait réalistes et crédibles aux paléontologues. De plus, il est communément admis que les squelettes exhibés dans les musées sont tous de complexes fabrications à base de plâtre, fibre de verre, résines variées et d’os d’autres animaux, et non les fossiles d’origine.
“Faire son propre dinosaure avec des
os de poulet” Instructions inratables
pour paléontologues en herbe
Quand les os d’un “dinosaure” sont préparés pour être expédiés, on utilise des bandes de toile de jute trempées dans du plâtre pour les envelopper. Après l’application préalable d’un tissu séparateur qui va empêcher un contact direct du plâtre avec l’os, on étend les bandes de toile de jute trempées jusqu’à ce qu’il soit entièrement emballé à la manière d’une momie et prêt pour le transport. Dans un article intitulé “Sur la piste des fossiles, de la fouille à l’exposition“, un informateur remarquait :
“À l’aide de moules et de plâtre, nous pouvons intégralement fabriquer des pattes, des côtes, des vertèbres, etc. pour les éléments manquants de la structure articulée d’un squelette. Le plâtre, la fibre de verre et la résine sont souvent et couramment utilisés. Pour un travail de reconstitution d’os simples, on peut reboucher les fissures, petites ou grandes, avec du papier mâché ou du plâtre mélangé à de la dextrine, un amidon qui confère une qualité d’adhésion et une dureté supplémentaire au moule en plâtre habituel. Nous avons eu également une bonne réussite avec des mastics à base de résine. Il est possible de sculpter directement sur place les fragments manquants avec ces mêmes matériaux.”
En d’autres mots, le personnel des musées travaille avec du plâtre et d’autres matériaux pour transporter et fabriquer en permanence des squelettes et des os manquants ou incomplets. En fait, il est admis que les expositions avec d’immenses “os de dinosaures” qu’on voit dans les musées du monde sont des faux soigneusement préparés ! Aucun chercheur indépendant n’a jamais examiné un vrai squelette de dinosaure ! On prétend que tous les fossiles réels sont conservés dans des réserves sous haute sécurité, mais seuls quelques paléontologues choisis sont autorisés à les examiner, le grand public n’a donc aucun moyen pour établir leur authenticité.
“La plupart des gens pensent que les squelettes de dinosaure exposés dans les musées sont composés d’ossements de dinosaures. Ce n’est pas le cas. Les vrais os sont enfermés dans d’épaisses chambres fortes dont les clefs sont détenues par quelques chercheurs haut placés seulement, ce qui veut dire qu’AUCUN chercheur indépendant n’a tenu entre les mains un os de tyrannosaurus rex. Quand des personnes non affiliées à l’establishment paléontologique tentent d’accéder à des os de dinosaures pour les étudier, ils essuient refus sur refus… seuls 2100 lots d’os de dinosaures ont été découverts de par le monde et sur ce nombre, seuls 15 ensembles incomplets d’os de tyrannosaurus rex ont été découverts. Ces lots d’os n’ont jamais formé de squelette complet, mais à partir de ces ensembles d’os incomplets, les paléontologues ont construit une hypothèse sur l’apparence du squelette entier, dont ils tirent un modèle en plastique. Si des milliers de créatures au long cou et de grands reptiles carnivores avaient vraiment marché sur Terre, nous n’aurions pas trouvé juste 2100 lots d’ossements, mais des millions, avec des gens ordinaires qui trébuchent dessus quand ils bêchent leur carré de potager.”
– Robbin Koefoed, “Les dinosaures n’ont jamais existé”
“Quand des enfants vont dans un musée de dinosaures, ce qui est exposé est-il de la science ou de l’art et de la science-fiction ? Sommes-nous trompés et avons-nous subi dès notre enfance un lavage de cerveau nous faisant croire au mythe des dinosaures ? Il est nécessaire de poser des questions pointues sur toute cette affaire de dinosaures. Il a fallu l’apport constant depuis les premières ‘découvertes’ de dinosaures, d’un assortiment d’os de divers animaux, comme des crocodiles, alligators, iguanes, girafes, éléphants, bovins, kangourous, autruches, émeus, dauphins, baleines, rhinocéros, etc. pour fabriquer et créer le concept artificiel nouveau d’un animal préhistorique appelé dinosaure. Quand les os d’animaux existants ne trompent pas suffisamment, on va fabriquer et utiliser des substituts en plâtre. Des matériaux qui ressemblent à une pâte à modeler en argile ou du plâtre feront l’affaire. On peut employer aussi des moules. Quelle serait la motivation d’un tel effort de supercherie ? D’évidentes motivations font référence à une tentative de prouver la théorie de l’évolution [darwinisme], de réfuter ou de jeter le doute sur la bible chrétienne et l’existence du Dieu des chrétiens et de réfuter la ‘théorie de la terre jeune’[créationnisme]. Le concept de dinosaure implique que si Dieu existe, Il a ‘bricolé’ son idée de dinosaure pendant un moment, puis l’a probablement écarté ou s’est fatigué de cette création et a poursuivi en créant l’homme. La chronologie historique des dinosaures présentée suggère un Dieu imparfait pour qui s’est présentée après coup l’idée de l’homme, reléguant ainsi l’idée biblique de Dieu ayant créé l’homme à Son image.”
– David Wozney, “Les dinosaures : science ou science-fiction”
Tapez “squelettes de dinosaures” dans un moteur de recherche et vous trouverez une variété de répliques de dinosaures faits sur mesure et de squelettes ” de qualité- musée”. L’un des plus grands et des plus renommés fournisseurs de faux dinosaures est la société Zigong Dino Ocean Art au Sichuan en Chine qui ravitaille les musées d’histoire naturelle partout dans le monde avec des squelettes ultra-réalistes de dinosaures fabriqués à partir de vrais os !
Des os de poulet, grenouille, chien, chat, cheval et porc sont fondus, mélangés avec de la colle, de la résine et du plâtre, puis utilisés comme matériau de base pour re-mouler des “os de dinosaures”. On leur fait même subir des fractures intentionnelles et on leur donne un aspect ancien/fossilisé pour les faire apparaître réels. Ils s’en vantent sur leur website :
“Plus de 62 % de notre production part sur les marchés américains et européens, ce qui veut dire que nous sommes au courant des complexités et des règlements d’exportation vers ces pays… Comme nous sommes partenaires des musées de dinosaures, tous les produits sont fabriqués sous la direction d’experts de l’Académie des Sciences chinoise… Nous bénéficions d’un réseau mondial de ventes, touchant des pays comme les USA, le Brésil, la France, la Pologne, la Russie, l’Allemagne, l’Arabie Saoudite, la Corée du sud, la Thaïlande, l’Indonésie, et nos produits sont exposés au Pérou, en Argentine, à Vancouver, Cincinnati, Chicago et à d’autres endroits.”
“J’ai entendu dire qu’il existe une usine de faux fossiles au nord-est de la Chine, dans la province de Liaoning, près de dépôts où on aurait trouvé ces supposés récents dinosaures à plumes.”
– Alan Feduccia, professeur de paléontologie à l’université de Caroline du Nord
“La possibilité existe que d’importants os de dinosaure exposés aient été modifiés artificiellement par sculpture et gravure. Sculpter des os n’est pas une activité inconnue de l’homme. De nombreuses cultures ont pris part à la création d’objets artificiels à partir d’os existants, totalement impossibles à différencier de l’original. L’industrie du dinosaure est-elle cliente de ce genre de trafic ? Est-il possible que la réplique d’un squelette de dinosaure soit reconstituée ou fabriquée secrètement dans des bâtiments privés loin de la vue du public, avec des os fabriqués artificiellement ou utilisés à partir de plusieurs animaux différents d’aujourd’hui ? Pourquoi s’embêter à posséder des fossiles originaux authentiques quand de supposées répliques plaisent au public ?”
– David Wozney, “Les dinosaures : Science ou Science-fiction ?”
n autre problème avec les dinosaures est leur dynamique structurelle non naturelle. De nombreux squelettes et reconstitutions de dinosaure présentent des monstres bipèdes comme le T-Rex, avec un tronc qui penche vers l’avant et une tête bien plus grosse et plus lourde que le contrepoids donné par la queue. De nombreux modèles exposés dans les musées ne peuvent même pas tenir debout à cause de leur propre poids ; il est hautement improbable que des bêtes aussi énormes et disproportionnées aient pu jamais exister. La charge agissant sur leur squelette est si forte que des calculs indiquent que les os des plus grands dinosaures se déformeraient et se fissureraient sous leur énorme poids ! Des experts ont aussi souligné que les dinosaures devaient marcher bien plus lentement que ce qu’on montre dans les films, pour éviter des chocs brusques à leurs squelettes.
“Cette idée d’animaux se déplaçant lentement ne colle pas avec l’analyse bio-mécanique des dinosaures, qui indique qu’ils étaient d’agiles et actives créatures. C’est un paradoxe entre la taille et le mode de vie des dinosaures. De nombreuses représentations et dessins se révèlent absurdes en montrant un animal à deux pattes qui serait en total déséquilibre, avec le poids de la tête et de l’abdomen bien plus élevé que celui de la queue, supposée agir comme contrepoids. L’industrie du dinosaure est-elle le cas d’une science essayant d’aller au devant des désirs ou des attentes du public ? Le film Jurassic Park montre l’exemple de dinosaures beaucoup plus grands que toutes les représentations actuelles des musées. Après la sortie du film, il est intéressant de noter que de nombreux articles ont été écrit demandant, ‘Ceci est-il possible ?’ Je me souviens d’un rapport sur l’ADN d’un dinosaure retrouvé préservé dans de l’ambre, qui s’est avéré être un faux par la suite.”
– ibid.
“Plusieurs millions de dollars ont été mondialement dépensés pour promouvoir l’existence de dinosaures à travers des films, des émissions de TV, des magazines et des bandes dessinées. Le monde du cinéma et de la paléontologie marchent la main dans la main. La vision des gens sur l’existence des dinosaures se base non pas sur des preuves formelles, mais sur les impressions artistiques fixées par Hollywood. Des documentaires illustrent de manière éclatante les caractéristiques de chaque dinosaure, comme leur couleur, leur poids et leur masse musculaire, mais Don Lessem (conseiller pour Jurassic Park) admet que cela relève de pure supposition – envisagez par exemple la question du poids de ces dinosaures. Don Lessem dit, ‘Les scientifiques ne savent quel poids faisaient les dinosaures !”
– Robbin Koefoed, “Les dinosaures n’ont jamais existé”
Les dinosaures sont présentés au public sous la forme de reconstitutions artistiques colorées, de dessins, de modèles, de gigantesques squelettes de musées, de dessins animés et de films montrant ces bêtes en détails explicites, mais tout comme les nombreuses espèces supposées d’homme-singes, toutes les reconstitutions de dinosaures sont des fabrications 100 % fictives créées par des évolutionnistes intéressés et inventifs.
Ils présentent à dessein des dinosaures aux enfants dans les médias pour exciter leur jeune imagination et les influencer vers leurs combines. Des dessins animés comme “L’âge de glace” et “Le petit dinosaure et la vallée des merveilles“, les films comme “Jurassic Park” et “Dinosaur Island“, les livres, poupées, jouets en plastique, manuels scolaires de primaire et représentations dans les musées ont un effet certain sur les jeunes esprits en devenir.

Les films de National Geographic et de la série ‘l’âge de glace’ ont été produits par la société du franc-maçon Rupert Murdoch et par 20th Century Fox. La société de production franc-maçonne Universal Studios a créé Jurassic Park et Le petit dinosaure et la vallée des merveilles. Ils appartiennent à Comcast, dont les principaux actionnaires sont les franc-maçons JP Morgan et les Rothschild. Le Discovery Channel [chaîne de TV pour les jeunes] qui propose de nombreux documentaires sur les dinosaures a pour conseiller financier Rothschild et fils Limited.

L’ancien étudiant en paléontologie, Michael Forsell, a clamé pendant une interview radiophonique avec le paléontologue réputé Jack Horner que ce dernier était “un fraudeur complet, qui fabrique des preuves et perpétue le mythe des dinosaures“. Il ajouta,
“J’ai débuté ma carrière dans le domaine de la paléontologie et j’ai arrêté mes études après avoir réalisé que tout l’ensemble n’était qu’une vaste fumisterie. C’est n’importe quoi, presque tous les prétendus squelettes des musées sont en fait des moulages en plâtre. On le dit même franchement aujourd’hui dans les documentaires, que c’est pour préserver les os ! Ouais, c’est ça ! J’ai eu du mal quand j’étais étudiant, surtout parce que je ne pouvais pas faire la différence entre un œuf fossilisé et une pierre ordinaire et bien sûr il n’y a pas de différence. J’ai été traité comme un pestiféré quand j’ai refusé de marcher dans leur propagande, et j’ai aussitôt arrêté les cours. Les dinosaures n’ont jamais existé, tout ce bazar n’est que du grand guignol, ils ne font que prendre une paire de vieux os en les façonnant pour en faire la dernière pièce à conviction à la manière du monstre de Frankenstein. Si les dinosaures existaient, on les aurait mentionné dans la bible. Nous avons tous été dupés et c’est inadmissible, mais ensemble nous pouvons le stopper“
Beaucoup disent qu’avec la radiométrie [la très contestée méthode de datation au radiocarbone] on fait remonter les fossiles de dinosaures à des dizaines de millions d’années, leur authenticité est donc prouvée. Le fait est pourtant que les méthodes utilisées pour dater les fossiles consiste non pas à mesurer les fossiles eux-mêmes, mais les roches près desquelles ils ont été découverts. On trouve surtout les fossiles près de la surface de la terre et si un animal contemporain devait mourir dans le secteur, les paléontologues lui attribueraient probablement la même ancienneté ! Le Dr Margaret Helder écrit dans un de ses livres,
“Les scientifiques ont été très impressionnés par le potentiel de la radiométrie pour réussir à dater de manière fiable l’âge de certaines variétés de roches. Ils ne pensent plus ainsi. Ayant eu à s’occuper de plusieurs dates calculées qui sont trop jeunes ou trop vieilles comparées à ce qu’ils attendaient, les scientifiques admettent aujourd’hui que le processus comporte beaucoup plus d’incertitudes que ce qu’ils supposaient auparavant. Le public ne sait presque rien sur les incertitudes de la datation des roches. L’impression reçue par la plupart des gens est que de nombreuses roches sur terre sont extrêmement vieilles et que la technologie existe pour faire des mesures précises de leur âge. Les scientifiques ont pris de plus en plus conscience que les mesures faites par les machines peuvent ne rien nous dire sur l’âge réel d’une roche”
“Le chaînon manquant”
L’une des principales raisons du “besoin” des évolutionnistes de l’existence des dinosaures était de répondre aux problèmes complexes existant dans la théorie de l’évolution, à savoir : les animaux aquatiques qui se transforment en animaux terrestres ; les reptiles qui deviennent des animaux ailés à plumes, qui volent et deviennent des oiseaux ; ainsi que d’autres reptiles évoluant en animaux à sang chaud, vivipares, pourvus de mamelles et devenant des mammifères. Grâce à sa chronologie imaginaire de plusieurs millions d’années et la diversité d’apparences supposées transitoires de dinosaures, l’establishment paléontologique s’est débrouillé pour que différents dinosaures marins, reptiles/oiseaux et reptiles/mammifères combler ces fossés. De nombreux professionnels et experts en ce domaine ont pourtant contesté ces découvertes au fur et à mesure de leur arrivée. Le Dr Storrs Olson, scientifique au Smithsonian Institute, écrivait,
“L’idée de dinosaures à plumes et d’oiseaux descendant de thérapodes [par exemple le “vélociraptor” qu’on voit dans Jurassic Park] est activement diffusée par un groupe de scientifiques zélés agissant de concert avec certains éditeurs de Nature [une célèbre revue] et de National Geographic, devenus eux-mêmes d’ardents défenseurs de cette croyance et cherchant avec partialité à y convertir les autres. Vérité et passage des preuves à un crible scientifique soigneux ont figuré parmi les premières victimes de leur programme, qui est en passe de devenir l’un des plus grands canulars scientifiques de notre époque“
On n’a jamais trouvé de plumes sur des fossiles de dinosaure, malgré bien entendu quelques tentatives de canulars. Le Dr Olson disait que rajouter des plumes était, “du battage médiatique, des fantasmes, de la propagande, une affabulation sans queue ni tête, et un canular”. Dans les années 1990 on aurait trouvé de nombreux fossiles à plumes en Chine (bizarrement proches de l’usine Zigong) mais après examen, le Dr Timothy Rowe a constaté que le prétendu “Confuciusornis” était un canular élaboré. Il a aussi découvert que le spécimen “Archéoraptor” qu’on aurait retrouvé dans les années 90 était composé d’os provenant de 5 animaux différents ! Quand le Dr Rowe présenta ses découvertes à National Geographic, le directeur scientifique lui aurait répondu, “Eh bien, ils ont tous été trafiqués !” National Geographic poursuivit ensuite sa conférence de presse et les médias racontèrent que les fossiles d’Archéoraptor étaient authentiques et qu’ils constituaient le chaînon manquant dans la théorie de l’évolution.
“Cet article de novembre 1999 du National
Geographic a été retiré après qu’on ait
démontré que le fossile “Archéoraptor”
était une fraude”
“En 1999, le magazine National Geographic a été pris la main dans le sac en présentant, dans un article fantaisiste haut en couleurs, le chaînon manquant. Leur Archéoraptor, était supposé étayer le principe de base de la théorie de l’évolution, à savoir que les dinosaures avaient lentement évolué sur des millions d’années. Leur preuve consistait en un fossile sur lequel des marques osseuses soigneusement réparties donnaient l’impression d’une créature mi-dinosaure, mi-oiseau. L’escroquerie fut découverte pendant un scanner qui révéla l’artifice. Le magazine dut admettre, contraint et forcé, que le fossile était une création humaine !”
– Robbin Koefoed, “Les dinosaures n’ont jamais existé”
Les paléontologues prétendent que l'”Archéoptéryx” est une autre forme transitoire d’oiseau ayant évolué à partir des dinosaures, mais cette théorie tombe à l’eau face à d’écrasantes preuves du contraire. D’autres espèces comme le Confuciusornis, le Liaoningornis et l’Eoalulavis se sont avérés contemporains de l’Archéoptéryx et impossibles à différencier des oiseaux actuels. Alan Feduccia de l’université de Caroline du nord, l’un des plus célèbres ornithologues au monde a déclaré,
“J’ai étudié les crânes d’oiseaux pendant 25 ans et je ne vois pourtant aucun point commun. Aucun. L’idée d’oiseaux descendant de thérapodes sera, à mon avis, ce qui mettra les paléontologues du 20ème siècle dans le plus grand embarras.” Larry Martin paléo-ornithologue à l’université du Kansas, dit, “J’avoue que si je devais encourager l’origine dinosaurienne des oiseaux avec ces caractères, je serais très gêné d’avoir à en parler“
Même si les dinosaures avaient évolué en oiseaux pour combler les lacunes dans la théorie de l’évolution, cela n’explique pas comment une chose comme la mouche domestique commune aurait pu évoluer. Les mouches agitent leurs ailes à un rythme de 500 fois par seconde, la plus légère discordance vibratoire leur ferait perdre l’équilibre et les ferait tomber, mais cela ne se produit jamais. Comment pourraient-elles faire “évoluer”une capacité aussi étonnante et aussi spécialisée ?
Pourquoi n’a-t-on jamais découvert de dinosaures avant la renaissance évolutionniste du milieu du 19ème siècle ? Pourquoi les paléontologues pensent-ils pouvoir reconstituer l’espèce entière d’un animal éteint à partir de quelques dents ? Pourquoi tant de “découvertes” de dinosaures se sont-elles avérées des canulars ? Pourquoi tous les “fossiles de dinosaures authentiques” sont-ils gardés sous clé sans possibilité d’une analyse indépendante ? Comment se fait-il que l’érosion et l’exposition aux éléments n’aient pas détruit toutes ces empreintes et fossiles censés être vieux de millions d’années ? Si les dinosaures avaient été balayés par la chute d’une météorite ou par une autre catastrophe mondiale de ce genre, pourquoi les autres espèces d’animaux qui existent aujourd’hui n’ont-ils pas subi aussi cette disparition ? Il y a bien d’autres questions qui demandent réponse avant que des gens sains d’esprit puissent envisager l’existence des dinosaures autrement que comme un mythe évolutionniste bien commode.
“L’establishment des paléontologues a un pouvoir de contrôle sur le choix des hypothèses incluses dans les manuels et les cours. Les élèves et étudiants vont ainsi être conditionnés à une pseudo-réalité contrôlée par le contenu des textes et l’autorité de l’enseignant. Un bref exemple concret : on trouve par hasard une dent sur un site de fouilles et à partir de cette dent, on devine le reste du squelette. Ce n’est pas une plaisanterie. L’intégralité du programme paléontologique dans le domaine des dinosaures est une imposture“
– Robbin Koefoed, “Les dinosaures n’ont jamais existé”
“Une nouvelle vision du monde de l’évolution a été lancée au 19ème siècle par des gens influents comme Darwin et Marx. C’est pendant cette ère de pensée qu’on a fait les premières découvertes de dinosaures. Ces découvertes furent-elles ‘fabriquées’ pour tenter de maquiller les incohérences des fossiles pour coller avec la théorie de l’évolution ? Les problèmes soulevés plus loin allument quelques signaux d’alarme concernant l’intégrité de l’industrie du dinosaure et jettent un doute sur l’existence même des dinosaures :

1. Des découvertes de dinosaures qui n’ont été faites que pendant les deux derniers siècles et dans des quantités de concentration tout à fait inhabituelles, contraires aux lois de la nature et des probabilités ;

2. Des découvreurs de dinosaures typiquement pas désintéressés dépourvus d’intérêts personnels ;

3. Un genre de préparation à une exposition publique qui remet en question la véracité des fossiles et leur origine, et qui autorise la possibilité de falsification et de substitution d’os, et possibilité d’activités frauduleuses de manière systématique ;

4. Existence de dessins d’artistes et d’expositions publiques montrant de périlleuses postures de déséquilibre incompatibles avec les lois physiques de base ;

5. Très faibles probabilités que tous ces os de dinosaures aient été fossilisés mais relativement peu d’os d’autres animaux ;

6. Implications de la découverte de dinosaures dans la théorie de l’évolution et dans la croyance que l’homme a été créé à l’image de Dieu, suggérant de possibles agendas secrets, politiques et religieux servis à un public naïf et peu méfiant ; et

7. Manque de financement pour les organismes et personnes remettant en question ou affichant un scepticisme pour chaque découverte et exhibition publique. La possibilité existe que des dinosaures vivants n’aient jamais existé sur terre. La possibilité existe que le concept de dinosaures préhistoriques vivants ait été une fabrication de personnages du 19ème et du 20ème siècle poursuivant probablement un agenda évolutionniste, anti-biblique et anti-chrétien. Au lieu de croire aveuglément à l’histoire des dinosaures, remettre en question ce qui a été dit est le meilleur choix. Le choix entre croire les mots de l’homme, les évolutionnistes, ou les mots de Dieu, la Bible, reste une affaire de foi”.en effet comme dans la génese il nya aucune mention de ces creatures ,cela donne le sentiment que la Bible est fausse sur ce point ainsi que les autres livres ou la seule mention qui est faites dans la creation d'une autre espece que lhomme y est mentionné dans le coran ,comme ceci ,mais ici on ne parle pas de la creation de reptiles mais des djinns qui etaient les vicaires de la terre avant l'homme et qui sont les batisseurs des pyramides sur terre le premier des hommes etait Adam est le premier de la race de ces genies ou djinn etait Satan qui obeissait aux lois divines et avaient été admis parmi les anges ,alors que sa race dotés d'un niveau technologique inouie semés la perdition et la guerre sur terre il partit avec un groupe d'anges exterminer la grande majorité de sa race ,et obligeant le reste a se refugier dans les deserts et sur les iles , en recompense il eut la possibilité de creer lui meme sa propre descendance car il est hermaphrodite ...

Sourate 2 Verset  29 :

C’est Lui qui a créé pour vous tout ce qui est sur la terre, puis S’est orienté vers le ciel et en fit sept cieux. Et Il est Omniscient 

 

Dis:«Parcourez la terre et voyez comment Il a commencé la création. Puis
comment Allah crée la génération ultime. Car Allah est Omnipotent». (Coran 29-20)
en réponse aux faussaires gnostique qui se sont permis de pretendre que dieu se reposa le 6 e jours ce verset et venu leur répondre   Quoi? Avons-Nous été fatigué par la première création? Mais ils sont dans la confusion [au sujet] d’une création nouvelle. (50-15)


Dis: «Parcourez la terre et voyez comment Il a commencé la création. Puis comment Allah crée la génération ultime. Car Allah est Omnipotent». (29-20)

Le Coran précise que l'homme n'a pas été créé à partir d'un singe ou d'une autre espèce vivante

 

"Nous avons certes créé l'homme dans la forme la plus parfaite. (Coran, 95 : 4)

A la plus simple des lecture du Coran il apparaît nettement a tout un chacun que le Coran vénéré ne contient aucun récit "évolutionniste" de la création de l'homme et des êtres vivants :

"Et si tu obéis à la majorité de ceux qui sont sur la terre, ils t'égareront du sentier de Dieu : ils ne suivent que la conjecture et ne font que fabriquer des mensonges. (Coran, 6 : 116)

 

J'ajouterais que le Dieu de l'Islam nous dit en toute franchise : 


Je ne les ai pas pris comme témoins de la création des cieux et de la terre, ni de la création de leurs propres personnes. Et Je n’ai pas pris comme aides ceux qui égarent. (18-51)


Dieu nous a créé et nous a donné ensuite une forme :
Nous vous avons créés, puis Nous vous avons donné une forme, ensuite Nous avons dit aux Anges: «Prosternez-vous devant Adam.» Ils se prosternèrent, à l’exception de Iblis qui ne fut point de ceux qui se prosternèrent. (7-11)

L'homme n'était rien avant sa création :
L’homme ne se rappelle-t-il pas qu’avant cela, c’est Nous qui l’avons créé, alors qu’il n’était rien? (19-67)

Ont-ils été créé à partir de rien ou sont-ils eux les créateurs? (35) Ou ont-ils créé les cieux et la terre? Mais ils n’ont plutôt aucune conviction. (52-36)

 

14990892_1236527593052360_7026884462939560203_o

«la probabilité pour la vie soit le résultat d’un accident est comparable à a probabilité pour qu’un dictionnaire soit le résultat de l’explosion d’une imprimerie» Edwin Conklin, biologiste américain (1863-1952)
David Wozney, “Les dinosaures : Science ou Science-fiction ?”

Posté par rusty james à 04:32 - - Permalien [#]
Tags : , ,

UN CAMP DE CONCENTRATION EN FORME DE PYRAMIDE !

sachsenhausen_model_of_camp

Oranienburg-Sachsenhausen dit “Sachso” fut un camp de concentration nazi d’une superficie de 600 hectares implanté en 1935 à 30km au nord de Berlin.

De 1936 à 1945, on estime que 200 000 personnes y ont été internées et que 100 000 y sont

Parmi les personnalités internées dans le camp, on citera


- Georges Mandel, homme politique français maçon
- Fritz Thyssen, baron allemand de l’acier  maçon 33 e degré
- Kurt von Schuschnigg, ancien chancelier d’Autriche
- Herschel Grynszpan, assassin d’Ernst vom Rath, conseiller de l’ambassade d’Allemagne à Paris en 1938
- Francisco Largo Caballero, chef du gouvernement de la République espagnole au début de la guerre d’Espagne, arrêté en France.
- Iakov Djougachvili, fils aîné de Joseph Staline
- Paul Reynaud, homme politique français
- Léon Blum, homme politique français
- Salah Bouchafa, résistant algérien

C’est dans ce camp que Himmler installa son état-major et que l’inspection centrale des SS fit expérimenter ses méthodes d’extermination avant de les faire appliquer dans les autres camps.

À la différence de beaucoup d’autres camps nazis, Sachsenhausen fut un camp où peu de juifs furent envoyés. En effet, on y internait essentiellement des prisonniers dits politiques. Des ressortissants de nombreuses nationalités y furent internés, y compris des résistants fra

 simplement un camps de franc maçons illumminati aux commandes.


Les Secrets les plus sombres du Vatican

 

 

La Cité du Vatican est le cœur de l'Église catholique et le pape (Pontifex Maximus) est le chef de l'Église et le chef suprême «spirituel» de tous les catholiques du monde. Mais le Vatican cache certains des secrets les plus sombres que l'on puisse imaginer.

Sedes Sacrorum - Étymologie

Sedes Sacrorum (latin pour Holy Seat), connu sous le nom de Saint-Siège en anglais, est le sceau de l'État de la Cité du Vatican.

SS

Sedes Sacrorum (SS)

"Le culte romain * qui contrôle l'Église catholique soutient que la première personne à utiliser le concept du Saint-Siège était Saint-Pierre.

Ceci est bien sûr impossible car l'étymologie du mot "Sedes" (voir) et sa signification associée n'existaient que des centaines d'années après l'exécution de Saint Pierre en 70 EC au siège de Jérusalem. " [Ref. 1]

* Le Culte romain est un groupe d'ombre de sadomantes assoiffés de sang , impliqué dans « le sacrifice d'enfants, le brûlage de personnes vivantes (depuis le 11ème siècle), le culte démoniaque et le célibat absolu de ses plus petits prêtres.

"Depuis le 1er siècle avant notre ère, ses grands prêtres connus sous le nom de" Pontifes " - une position héréditaire contrôlée par une poignée de familles anciennes - revendiquaient l'ancien titre pré-républicain de Pontifex Maximus après que les empereurs romains se soient portés haut prêtres de Magna Mater (Cybèle).

Coat of Arms

Francis du pape
Blason

"Gardant jalousement leur héritage païen et le droit de sacrifier les gens à leurs dieux démoniaques , les familles sacerdotales ont été bannies de Rome plus d'une fois avec la fermeture du temple du Vatican.

"Cependant, pendant les périodes tumultueuses de l'histoire romaine après l'effondrement de Rome comme centre de l'Empire, les grands prêtres païens ont assumé le rôle de leaders communautaires à Rome et pendant plus d'une période, sont retournés ouvertement à leurs pratiques païennes de sacrifice d'enfants , le cannibalisme et le culte démoniaque aussi tard que 590 à 752, 847 à 872 et même aussi tard que 896, 1057. " [Ref. 2]

"Sous le pape Innocent VIII, le rôle de l'Inquisition et de l'Inquisiteur a changé pour augmenter leur autorité juridique et spirituelle lors de l'envoi des" hérétiques ".

Vers 1483, Tomás de Torquemada fut nommé Inquisidor General d'Aragon, de Valence et de Catalogne. Ses bourreaux et ses miliciens spéciaux ont ensuite été bénis en jurant dans l'ordre sacré le plus élevé du culte romain - les SS ou les Chevaliers du Sedes Sacrorum.

En tant qu'ordre militaire de l'Eglise Catholique Romaine, les Chevaliers du Sedes Sacrorum (SS) ont reçu des ordres légaux du Pontife Romain au nom de l'Eglise Mère pour mener une sainte Inquisition constante contre tous les 'hérétiques', y compris les assassinats, la torture et le contre-espionnage, pour protéger le nom de la Sainte Église Catholique Romaine et représenter directement les intérêts du Saint-Siège en tant qu'ordre primaire des Chevaliers Saints - les SS (Sedes Sacrorum ou Saint-Siège).

En tant qu'ordre spirituel de l'Eglise Catholique Romaine, les SS ont reçu l'extraordinaire grâce catholique romaine d'être pardonnés pour tous leurs péchés mortels (donc peuvent aller au Ciel) que "malheureusement" doit être fait afin d'observer ses ordres temporels.

En d'autres termes, les troupes du Grand Inquisiteur Tomás de Torquemada furent le premier ordre religieux religieux à se voir accorder «l'immunité» de l'Enfer par le Pape à cause de ses actes de torture, de terreur et de mal.

Les derniers sacrifices rituels ouverts sous la Sainte Inquisition datent du début du XIXe siècle. Au début du 20ème siècle, il y avait moins de quelques centaines de soldats SS encore affectés à la Sainte Inquisition.

Cependant, après la nomination du Père Heinrich Himmler SJ en 1929 au NSDAP en Allemagne, une nouvelle armée des SS (Chevaliers du Sedes Sacrorum) de plusieurs centaines de milliers fut créée en 1939 pour mener la plus grande Inquisition jamais entreprise par le Culte Romain - avec plus de 18 millions d'innocents brûlés vifs dans des fours en Russie et en Pologne.

Les SS allemands ont été dissous à la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec le manuscrit romain des SS remis aux SS (Service secret / Sedes Sacrorum) en 1945. Les SS des États-Unis ont été officiellement créées en une force militaire / spirituelle après l'assassinat du président William McKinley en 1901.

Après la fusillade organisée en dehors de Blair House en 1950, les SS des États-Unis ont eu la protection absolue du président des États-Unis, le tenant virtuellement prisonnier de l'État sous couvert de protection officielle. " [Ref 3]

Le code caché de la SS


Fish gods

Représentation babylonienne de prêtres avec des costumes de poisson,
travailler avec l'arbre de la vie, tout en tenant des pommes de pin
(glande pinéale) et des seaux - signes d'avancée
connaissances en génétique - être surveillé
par un "dieu" dans un navire volant


Les armoiries des SS et du Pape François ont la mitre papale au centre, qui est une couverture de tête portée par les cardinaux et le pape et remonte aux prêtres Dagon , il y a plus de 4 500 ans.

Vu de profil, la mitre ressemble à une tête de poisson à la bouche ouverte, et c'est exactement ce qu'elle représente. C'est le culte du poisson "dieu", qui serait sorti de l'eau et aurait offert une grande connaissance au peuple.

Le logo du poisson "chrétien" représente le même "dieu" de Dagon.

Dagon ou Oannes était «un dieu du poisson qui a transmis une grande connaissance au peuple et lui a appris à construire des villes.

Il leur a également enseigné les mathématiques et les lois géométriques, et a été crédité de leur donner toutes les connaissances qu'ils recevraient jamais.

La nuit, il retournait dans la mer pour passer la nuit, car il était amphibie. Il avait la tête d'un homme; couvert par la tête d'un poisson, et avait les jambes et les pieds d'un homme et le torse d'un homme, mais était couvert par les écailles et la queue d'un poisson. " - Berossus, à partir de fragments anciens (Isaac Preston Cory) [Ref 4]

Selon le " Livre perdu d'Enki ", le poisson "dieu" n'était autre que Ea (le chef anunnaki de la planète Terre, qui fut plus tard connu sous le nom d'Enki), qui débarqua son énorme vaisseau spatial sur l'eau .

Il a ensuite émergé de l' eau en portant son «costume de poisson» (c'est-à-dire probablement un costume d'astronaute quelconque) et a construit la première colonie pour les Anunnaki sur Terre . Il l'a appelé Edin (l' Eden biblique ), qui signifiait "la maison des justes " (c'est-à-dire la maison des dieux Anunnaki).

(Ce fut dans le Edin que la ville d'Eridu fut établie, ce qui signifiait "la maison de loin".) Le nom, plus tard "émigré" dans toutes les grandes cultures du monde, était connu comme Erde en allemand, Ertz en kurde, Eretz en hébreu et Erthe en anglais moyen, ce qui signifie que nous appelons encore notre planète "la maison de loin" à ce jour). [Ref. 5]

Le fondateur de cette religion était Nimrod ( le roi de Shinar), qui était un nom de Dumuzi . Nimrod / Dumuzi était sur les fils d' Enki , d' où le sang «royal» des Anunnaki. Beaucoup de lignées «royales» d'aujourd'hui sont des descendants de Nimrod.

Les clés trouvées sur les deux logos du Vatican et la façon dont ils sont positionnés, se réfèrent à un secret soigneusement gardé. Dans le symbolisme, la clé représente la connaissance verrouillée et / ou les secrets gardés.

Mais quels secrets le Vatican protège-t-il? La façon dont les clés sont positionnées est seulement un petit indice, indéchiffrable pour les gens ordinaires.

Heureusement, le code caché du Vatican a été critiqué par l'écrivain et chercheur Wayne Herschel , qui a basé ses recherches sur le puzzle pictographique trouvé dans les manuscrits de la "Clé de Solomon".

Solomon Key

Le parchemin hébreu contenant le secret de la clé de Salomon
Crédit d'image: Key of Solomon de Wayne Herschel ;

Orion - Pleiades

Crédit d'image: Wayne Herschel YouTube ;

La clef de Salomon ouvre le mystère derrière les constellations de la maison des "dieux", et il ne sera pas surprenant pour mes lecteurs de les identifier comme la ceinture d'Orion et les Pléiades - les deux mêmes constellations signalées par toutes les civilisations avancées comme maison des dieux, et adorée obsessionnellement par "l'élite" depuis lors.

Vatican STAR_MAP

Ci-dessus: la ceinture d'Orion, les Pléiades et l'étoile de Ra (aka Marduk)
Bellow: Le Vatican représente la ceinture d'Orion, tandis que les sept collines de Rome
représenter les Pléiades. Le triangle formé par les obélisques égyptiens trouvés dans
la Piazza del Popolo et devant le Panthéon, avec Castel Sant'Angelo
(utilisé notamment par l'Inquisition romaine comme prison pour "hérétiques"), représente
les étoiles de la Trinité. La Star Fortress représente également l'étoile de Ra (Marduk).
Crédit d'image: Wayne Herschel ;

En déchiffrant plus avant les secrets des SS, je vais maintenant soumettre à votre attention la croix , qui représente probablement la croix formée par les étoiles de la constellation d'Orion. Une autre théorie se réfère à la croix comme représentant une autre de leurs présumées maisons, Nibiru (qui , selon Sitchin, se traduit par «la planète de la traversée»). [Ref. 6]

Le symbole "chrétien" de Chi-Rho représente les constellations d'Orion et des Pléiades:

 

Chi-Rho

Le symbole "chrétien" de Chi-Rho

Wayne Herschel Star Patern

À droite: la constellation d'Orion et la traversée
A gauche: les Pléiades, la trinité et l'étoile des "dieux"
( Basé sur la preuve, c'est l' étoile de la maison des Anunnaki )
Crédit d'image: Wayne Herschel ;

Pour les gens ordinaires et décents, la croix représente un hommage apporté à Jésus-Christ et à son grand sacrifice, mais comme je vous l'ai déjà montré, la croix est antérieure à la crucifixion du Christ depuis des millénaires . Pour eux, il a un symbolisme différent.

Sur le manteau des armes du pape François nous pouvons également observer: un soleil, une étoile à huit pointes et une pomme de pin.

Le soleil représente probablement l'étoile des dieux (présentée par Ra / Marduk comme son étoile).

L'étoile à huit branches représente Melchizédek, qui était le roi de Salem et un prêtre du «plus haut des dieux». Certains théologiens ont supposé qu'il était Shem, le fils de Noah / Ziusudra, et grand-père de Nimrod (qui devint plus tard le roi de Shinar et prêtre du dieu poisson, comme je l'ai expliqué précédemment). En maçonnerie, Melchizédek est relié au degré de Souverain Sacrificateur (rang élevé de maçon). [Ref. 7]

Le cône de pin est une représentation symbolique de la glande pinéale, qui est également connu comme le troisième œil et l'œil égyptien d'Horus:

Eye of Horus

À gauche: Egyptian Eye of Horus
Droite: la glande pinéale

Le nom pinéale vient de la ressemblance de la glande avec une pomme de pin. Le cône de pin comme symbole de la connaissance suprême peut être trouvé dans de nombreuses cultures anciennes (par exemple babyloniennes, égyptiennes) et le culte romain (la société secrète qui contrôle le Vatican) le révère hautement.

Une statue gigantesque d'un cône de pin peut être trouvée dans la cour intérieure du Vatican et même sculptée sur le personnel du pape .

05305180f4b5ed7077f541cbecd3df72


 

En conclusion, le Vatican n'est pas un lieu d'amour et de paix, comme on pourrait l'imaginer. C'est un lieu de rituels sombres et de grand secret.

Leur but est d' enlever la liberté de notre espèce par l'endoctrinement, la peur et le contrôle.

Et parce que les gens ont peur de ce qu'ils ne comprennent pas, l'influence du Vatican et de l'église catholique est immense - plus grande que n'importe quelle armée, tyran ou gouvernement.

Posté par rusty james à 11:13 - - Permalien [#]
Tags : , , ,

El Hiri Rujm - 42 000 pierres organisées en anneaux concentriques par une race de géants

Rujm_el-HiriPlateau du Golan - Syrie. Enorme monument mégalithique consistant 
en plusieurs cercles de pierre concentriques constitué de plus de 42 000 roches de basalte.


- Au centre , se trouve une sortes de tumulus de 20 Mètres (tas de pierre ayant recouvert une inhumation). Le Tumulus a été largement "fouillé" par des voleurs de tombe malheureusement.
Certains chercheurs pensent toutefois que ce tumulus etait d'origine et que les cercles ont été fait autour de lui.

- Il ya au total 5 cercles , connectés par de ptits murets de pierre . Certaines parties des cercles atteignent 2 mètres de haut .

- La roche brute / et parfoirs retravaillée utilisées pour cette construction ets du basalte. une roche locale et commune donc , dans cette region volcanqiue du Levant.

- Il ya 2 entrée à ces cercles concentriques situées au Nord Est et Sud Est de ce monument. Le couloir qui mène au centre sembel aligné avec le solciste de Juin , et le site semble connecé
et aligné avec le Mont Hermon et le Mont tabor.

- Le nom arabe de ce site Rujm  confirme que le site est connu pour avoir été un tumulus

- Le nom hebreux gilgal Refaim ramène à la notion d 'esprits , de fantomes, et du terme " Raphaite "  une race de "géants" censée avoir habité Le Golan ( Basham)

-Selon ls archéologues le site est estimé avoir été erigé entre 3000 et 2700 ans av JC

 

Rami Arav, un archéologue de l'Université de Nebraska, vient de proposer, en fin de semaine dernière, une nouvelle théorie visant "à percer l'énigme" du site de " la roue spectrale ".
Selon lui, il s'agirait d'un "temple astrologique qui comprendrait également un vaste " complexe funéraire ".

Le site révèle quatre cercles composés de quarante deux mille tonnes de pierres.
Arav a souligné qu'il s'agit là " d'un énorme exploit de construction, pour des gens qui vivaient il y a 6000 ans ".

Rappelons que d'autres archéologues considèrent que le site fut en activité à une date plus récente : entre 4500 et 3500 avant l'ère chrétienne.
Selon plusieurs légendes locales, transmises de génération en génération, le site serait l'emplacement de " la tombe du roi de Bashan, Og", personnage que d'anciens textes présentent comme un " géant " quasi surnaturel.

Des adeptes de divers courants du "New Age" y ont aussi effectué des " séances de méditation", en raison de la "très vive énergie" qui, selon eux, se dégage de ce lieu.

Un expert (qualifié "d'expert autoproclamé" par les chercheurs israéliens et étrangers) – a même été jusqu'à "dévoiler le nom" de l'antique prêtresse, une certaine Nogia, qui " conduisait les sessions rituelles auxquelles les gens venaient prendre part ".

Le site Rogem Hiri est constitué d'une installation monumentale de blocs de basalte locaux de tailles diverses. Il se compose de deux unités architecturales : quatre cercles concentriques entourant un tumulus central rond. Le cercle extérieur, le plus large, d'un diamètre de 156 mètres, est long de quelque 500 mètres. Les murs, d'une épaisseur variable - 3,5 m au maximum - ont été préservés jusqu'à une hauteur de 2,5 m, même s'ils sont à certains endroits détruits par des chute de pierres. Plusieurs parois radiales relient les murs circulaires, créant une structure labyrinthique qui comporte deux entrées seulement, l'une faisant face au nord-est et l'autre au sud-est.

Au centre de ces cercles se trouve le cairn, un amas irrégulier de pierres. De 20 à 25 mètres de diamètre, il est conservé jusqu'à une hauteur de 6 mètres. Le tumulus est constitué par un amas central de pierres entouré d'un encadrement plus bas, lui donnant la forme d'un cône tronqué. Une recherche géophysique au radar a révélé que la pile de pierres était creuse. Une chambre mortuaire, à laquelle menait un étroit corridor, fut ainsi découverte. Cette chambre ronde, d'un diamètre de 2 m, était construite en larges plaques de pierre superposées, mais obliquant légèrement vers l'intérieur. Elle était recouverte de deux dalles massives de basalte, pesant chacune 5,5 tonnes, et formant un demi-dôme en encorbellement au-dessus de la chambre funéraire.

Rogem Hiri est l'un des sites archéologiques les plus étonnants d'Israël. Toute une gamme de théories quant à la fonction de cette structure, sans exemple au Proche-Orient, avait été proposée jusqu'ici. Rogem Hiri fut même identifié à la tombe d'Og, roi de Bashan et dernier des géants. (Deutéronome III, 11)

Og, roi de Bashan, battu par Moïse et les Israélites lors de leur entrée dans la terre promise.
Il était un de ces géants.

« Og, roi de Basan, était resté seul de la race des Rephaïm. Voici, son lit, un lit de fer, n’est-il pas à Rabbath, ville des enfants d’Ammon? Sa longueur est de neuf coudées, et sa largeur de quatre coudées, en coudées d’homme. »
Deutéronome 3:11

[ c.-à-d., La coudée pour un homme, (pas un ange), mesure 18 pouces ]. la terre d’Og, était appelée « la terre des géants »

« Je donnai à la moitié de la tribu de Manassé le reste de Galaad et tout le royaume d’Og en Basan: toute la contrée d’Argob, avec tout Basan, c’est ce qu’on appelait le pays des Rephaïm
. »Deutéronome 3 :13

6) On parle aussi de géant.
« Og, roi de Basan, seul reste des Rephaïm, qui habitait à Aschtaroth et à Edréï. Tout le royaume d’Og en Basan, qui régnait à Aschtaroth et à Edréï, et qui était le seul reste des Rephaïm. Moïse battit ces rois, et les chassa.
Josué.12:4, 13:12

Selon nos imaginatifs démonologues, Astaroth est un "Grand Duc et le Grand Trésorier de l'Enfer". Il procure l'amitié des grands seigneurs, chose pour laquelle il semble impératif de l'invoquer le mercredi, jour de Mercure (si vous voulez vous lancez en politique, vous savez à présent ce qu'il vous reste à faire !). Les théologiens chrétiens, qui opposent neuf ordres d'anges à neuf ordres de démons, font d'Astaroth le chef de l'Ordre des Calomniateurs. On dit aussi de lui qu'il a le visage d'un ange particulièrement laid et qu'il chevauche un dragon. Dans sa main gauche, il tient une vipère et on le reconnaît à son odeur fétide, même lorsqu'il prend la forme du serpent.

Ashtaroth est également le nom d'une cité située à l'est du lac de Gennéraseth, dans le pays de Moab, où réside le roi Og de Bashân (Deutéronome 1 : 4) :
"(.) après qu'il eut battu Séhon, roi des Amorrhéens, qui habitait à Hésebon, et Og, roi de Basan, qui habitait à Astaroth et Edraï."

      (Crampon)



"Il avait battu Sihôn, roi des Amorites qui résidait à Heshbôn, et Og, roi de Bashân qui résidait à Ashtarot et à Edreï."

    (Jérusalem)

Le Roi Og, cité dans le Deutéronome 3:11 dont le lit en fer mesurait approximativement 4 mètres 30 de long et 1mètre 80 de large. Le Roi Og devait mesurer au moins 3 mètres 60.

Un squelette humain de 5 mètres 94 a été trouvé en 1577, Après J-C, sous un chêne déraciné dans le canton de Lucerne.Ce squelette fut minutieusement étudié par un moine médecin Danois Mr "SAXO"

Un squelette de 7 mètres a été trouvé en 1456, Après J-C, près d'un fleuve vers valence, en France.

Un squelette de 7 mètres 90 environ, a été trouvé en 1613, Après J-C, près du château de Chaumont en France. Ce squelette, est décrit comme étant presque complet.

Incroyable et presque au-delà de la compréhension, fut la trouvaille de deux restes humains (distincts) de 11 mètres environ chacun, découvert par des Carthaginois quelque part entre 200-600 Av J-C.

1. Un squelette humain de 3 mètres 50 a été trouvé dans une mine de houille italienne. Source le : « Dinosaure , par Dr. Carl Baugh » (254) 897-3200.

2. Un squelette humain de 2 mètres 64 a été récupéré sous un monticule en pierre, dans un tombeau, à Brewersville, en Indiana, en 1879. Source: Nouvelles D'Indianapolis, le 10 novembre 1975. Cité dans « reader digest, mystères de l'expliqué », essayez également vers Renee et Peter Schissel @ rue de 9985 W. 208th Lakeville, Manganèse 55044. Leur numéro de téléphone est 612-469-4060.

3. Un squelette humain de 3 mètres 50 a été trouvé dans le lit du lac Humbolt (nanovolt) en juin 1931. Source: Revue De Lovelock - Mineur 19 Juin 1931.

4. Un squelette humain de 3 mètres 66 a été trouvé par des soldats dans le ranch de Lompoc, Califorina en 1883. Source: Le non expliqué par Dr. Karl Shuker p. 1515. Certains insectes géants, comme les sauterelles, mesuraient dans le passé 61 cm .

5. Ce sont quelques unes des nombreuses empreintes de pas d'humain et de dinosaures géants trouvées côte à côte dans tout le Paluxy Riverbed à Glenn Rose, dans le Texas. Voir le www.creationevidence.org et www.omniology.com. Homme et dino.

6 Une humanoïde de 2 mètres 14 et plusieurs autres de ces mamans ont été trouvées en Chine dans les années '96'. Du livre de Joe (mont blanco) « Faits et Imaginations Fossiles » www.mtblanco.com .

7. Des chameaux grands de 6 mètres 10 et des humains géants ont été trouvés. Ils ont été trouvés dans le Texas, en Arizona, en Ohio, en Europe, et particulièrement au Moyen-Orient.

Tous ce qui contredit la « religion » d'état disparaît systématiquement. Lorsqu'un géant est trouvé le musée ou tout autre organisme l'ayant trouvé reçoit bourse, argent pour une étude avec le système gouvernemental.

Tout est soigneusement catalogué, photographié, empaqueté, mis en caisse et puis tout à disparus plus de preuves. Sauf si vous êtes encore indépendant. Mais les pressions sont énormes, dans ces cas là. Et lorsque vous écrivez pour vérifier certaines découvertes ou pour les étudier, elles sont ignorées, perdues, jetées, introuvables.

trace02

Traces de pieds humains et de dinosaures, « fossilisées » ensembles. Pourtant, 65 millions d'années devraient les séparer, d'après certaines théories!

Ce site a également été considéré comme un observatoire astronomique, une espèce de Stonehenge proche-oriental. Cette théorie est confortée par le fait que le côté oriental, qui fait face au soleil levant, a été édifié avec le plus grand soin. Les deux seules entrées sont situées précisément de ce côté-là, et celle du nord-est est grossièrement orientée dans la direction du lever du soleil au solstice d'été, le 21 juin.

Les archéologues qui ont fouillé le site proposent deux autres explications possibles. Selon la première, ces cercles concentriques auraient été édifiés au début de l'âge du bronze, au milieu du troisième millénaire av.. Le site aurait alors servi de centre de culte et de cérémonie, où se rassemblaient chaque année les nomades déjà entrés dans un processus de sédentarisation. Plus tard, à la fin de l'âge du bronze (1400-1300 av.), le tumulus contenant une chambre funéraire aurait été ajouté (il fut pillé dans l'antiquité et seuls quelques objets y ont été découverts, dont des boucles d'oreille en or et des pointes de flèche en bronze). Les relevés confirment que le tumulus n'est pas situé au centre des cercles concentriques, ce qui conforte la théorie selon laquelle ce cairn constitue un ajout ultérieur.

Selon une autre théorie, l'architecture de Rogem Hiri attesterait que les cercles concentriques et le tumulus participeraient d'une structure unique. Rogem Hiri serait par conséquent une monumentale tombe commémorative - le mausolée sur le Golan d'un leader du début de l'âge du bronze. La tombe aurait été vidée de ses vestiges funéraires à la fin de l'âge du bronze, puis réutilisée comme lieu de sépulture. L'envergure de ce site atteste d'une organisation centralisée et de l'existence d'une direction capable de réaliser un projet architectural d'une telle ampleur (on estime que près de 42 000 tonnes de pierres ont été transportées).

Le mystère de Rogem Hiri reste inexpliqué. Ceux qui l'ont édifié voilà quelque cinq millénaires ont quitté la scène de l'Histoire, emportant avec eux les secrets de ce site extraordinaire.


Les fouilles ont été menées par Y. Mizrahi et M. Zohar, dans le cadre du projet régional de la terre de Geshour, dirigé par M. Kochavi, de l'Institut d'archéologie de l'université de Tel-Aviv.Un mini partage d'images de ce cercle en Israël que l'on surnomme plus précisément "Gilgal Refaim" ou en son langage hébraïque original גלגל רפאים .

Rogem_Hiri_outer_circle,_tb111700

israel5

 

 http://www.mfa.gov.il/MFAFR/MFAArchive/1990_1999/1999/11/Sites%20Archeologi…

Vidéos Rare L’immortel comte de Saint-Germain , a t'il decouvert le secret du temps .

qsqsdc

 

Je suis le comte de Saint-Germain et je traverse le temps et l’histoire pour apporter mon message aux hommes. Mon histoire est incroyable et pourtant elle est vraie. Des amis m’ont demandé de l’enregistrer afin que tout le monde connaisse la mission que je dois accomplir en France, en cette année 1972. Je ne cherche pas à vous convaincre. J’accomplis simplement ce que des forces mystérieuses pour vous me poussent à faire.

Nous sommes douze de par le monde venus du fond des temps. Dans quelques semaines, mon Maître par le savoir, Nicolas Flamel, viendra me rejoindre.

Maintenant écoutez… voici mon histoire.

une videos tres rare qui nous montre un homme  qui pretend etre celui qui a a crée les roses croix ,et qui detient des secrets incroyables , a vraiment le profil du parfait vampire , detenant   le secret de la creation de l'or et du voyage dans le temps celle de la transmigration de l'ame . Occultiste confirmé ,on pense a un  excentrique au debut mais plus on l'ecoute plus on se rend compte que ce qu'il dit est reel et il ne peut l'inventer a voir cest assez surprenant ,comme discours et image censurés qui avaient disparu ce comte de Saint-Germain n’ést pas seulement bon chimiste, mais aussi parfait alchimiste et détenteur d'un grand secret ce doc est a voir pour vous forger votre propre opinion

C’est un trait curieux du caractère humain que de considérer les étrangers et l’inconnu comme un danger. Ce trait rend l’homme soupçonneux et inquiet en face de tout nouveau venu qui ne se conforme pas au mode de penser et aux règles de conduite établis.

Lorsque le comte de Saint-Germain, parut en Angleterre, en 1745, il ne fut pas surprenant qu’un honorable Anglais conformiste comme l’était Horace Walpole, ait donné de lui le portrait suivant : « Il chante et joue du violon à merveille, il compose, il est fou et déraisonne. »

Certaines encyclopédies vont plus loin encore dans leur jugement sur ce personnage mystérieux et le traitent, simplement, « d’aventurier ». Mais il y a un abîme entre l’épithète dont on affuble un homme et l’étude objective de sa vie et de sa nature. La plupart des commentaires défavorables sur Saint-Germain ont des sources politiques.

Pour la police française, il fut un espion prussien. D’autres services secrets européens le soupçonnèrent d’être à la solde de la Russie ou des jacobites anglais. Toutefois, ainsi que l’écrivit Lord Holdernesse à Mitchell, l’ambassadeur d’Angleterre en Prusse : « Son interrogatoire ne fit apparaître aucune preuve matérielle. »

Voltaire, l’un des plus grands esprits qui aient illustré le brillant XVIIIe siècle, avait une opinion définitive sur le comte de Saint-Germain : « C’est un homme qui sait tout », disait-il.

Dans les Mémoires de mon temps qu’écrivit le prince Karl Von Hesse-Kassel, grand ami et disciple de Saint-Germain, il estime que le comte est « l’un des plus grands philosophes qui aient jamais existé  ».  [1]

Le comte Johann Karl Phillip Cobenzl (1712-1770), ambassadeur d’Autriche à Bruxelles, avait aussi une très haute opinion de Saint-Germain : « Il sait tout, disait-il et il montre une droiture et une bonté d’âme qui forcent l’admiration. » [2]

Notre incursion dans la vie de Saint-Germain aborde ses réalisations scientifiques, c’était un maître des sciences anciennes dont nous pouvons discerner les traces dans l’histoire et la légende.

Ce fut le maréchal de Belle-Isle qui présenta le comte de Saint-Germain à Mme de Pompadour et à Louis XV en 1749. Le roi s’ennuyait ; la marquise vit en cet étranger un moyen de le distraire. Le comte eut, sur l’alchimie, la science et autres sujets, plusieurs longs entretiens avec le roi et sa favorite.

Stéphanie-Félicité, comtesse de Genlis (1746-1830), pédagogue qui écrivit plus de 80 volumes et reçut une pension de Napoléon I, disait dans ses Mémoires (Paris, 1825),que Saint-Germain « était fort instruit en physique et grand chimiste ». « Mon père », ajoutait-elle, « très qualifié pour en juger, était sur ce point un grand admirateur de ses capacités. » [3]

CENSURÉ TRÉS RARE Le Comte de Saint Germain un homme etrange vampire ou occultiste

Saint-Germain, le grand alchimiste

Sans aucun doute, le comte de Saint-Germain n’était pas seulement bon chimiste, mais aussi parfait alchimiste. On lit dans le London Chronicle du 3 juin 1760 : « En toute justice nous pouvons dire que cet homme doit être considéré comme un étranger inconnu mais inoffensif, il a des ressources dont la provenance est inexplicable mais qui lui permettent de mener grand train. Venant d’Allemagne, il parvint en France avec la réputation éclatante d’un alchimiste qui possède la poudre secrète et, de ce fait, la médecine universelle. On murmura que l’étranger pouvait faire de l’or. Le pied sur lequel il vit paraît confirmer cette rumeur. »

le-Comte-de-Saint-Germain

La collection de diamants et de pierres précieuses du comte augmentait encore sa réputation d’alchimiste. Le baron Charles-Henri de Gleichen, diplomate danois en France, publia dans Mercure étranger, Paris (1813), le récit des rencontres qu’il eut avec Saint-Germain. Au cours de l’une d’elles « il me montra », dit-il, « une quantité de gemmes et surtout des diamants de couleur, d’une grandeur et d’une perfection extraordinaires. Je crus voir les trésors d’Aladin, possesseur de la lampe merveilleuse ». [4]

De nombreux épisodes attestent l’habileté de Saint-Germain dans la transmutation des métaux. Lorsque le marquis de Valbelle lui rendit visite dans son laboratoire, l’alchimiste lui demanda une pièce d’argent de six francs. Après l’avoir enduite d’une substance noirâtre, il la soumit au feu ; quelques minutes plus tard, le comte retira la pièce du four et quand elle fut refroidie, elle n’était plus en argent, mais en or fin. [5]

Casanova relate une expérience semblable dans ses Mémoires : « Le comte me demanda si j’avais sur moi quelque monnaie. Je pris plusieurs pièces et les mis sur la table. Il se leva et sans me dire ce qu’il allait faire, prit un charbon ardent, le posa sur une plaque de métal et plaça une pièce de douze sols sur le charbon après avoir posé sur la monnaie un grain de poudre noire. Le comte alors souffla dessus et en deux minutes elle parut incandescente. “ Attendez, me dit-il, laissez-la refroidir. ” Elle refroidit presque instantanément. “ Prenez-la, elle est à vous ”, dit l’alchimiste. Je pris la pièce de monnaie et vis qu’elle était changée en or. » [6]

Casanova resta toutefois quelque peu sceptique sur cette transmutation, mais l’histoire est de celles qui méritent l’attention. Le comte de Cobenzl fut aussi témoin, chez Saint-Germain, de « la transmutation d’un morceau de fer en un métal aussi beau que l’or et au moins aussi propre aux travaux d’orfèvrerie ».

Lorsqu’un chapelain de la cour de Versailles demanda soupçonneusement à Saint-Germain s’il ne s’adonnait pas à la magie noire, celui-ci répliqua que son laboratoire ne comportait rien de surnaturel et qu’il était lui-même un chercheur sérieux dont les découvertes étaient déjà utiles à l’humanité.

Si la pierre philosophale servit à l’alchimiste à fabriquer de l’or et des diamants, elle lui permit aussi de confectionner une eau de Jouvence.

De nombreux écrits, issus de personnes ayant connu Saint-Germain, indiquent qu’il possédait un élixir dont il fit présent à certains, en de rares occasions.

Dans une lettre à Frédéric le Grand, Voltaire fait une allusion significative à la longévité du comte : « Il aura probablement, écrit-il, l’honneur de voir Votre Majesté au cours des cinquante prochaines années. »

L’examen des documents contemporains, lettres, mémoires, articles de presse, permettra peut-être de tirer une conclusion sur le pouvoir qu’eut Saint-Germain de conserver vigueur et jeunesse au-delà des limites assignées à l’homme.

Notre premier témoin, le baron de Gleichen (1735-1807) rapporte dans ses Mémoires qu’il a entendu « Rameau et une vieille parente d'un ambassadeur de France à Venise, attester avoir connu M. de Saint-Germain en 1710, quand il avait l’apparence d’un homme de cinquante ans ». Jean-Philippe Rameau (1683-1764) est le célèbre compositeur d’opéras et de ballets. [7]

De leur côté, le maréchal de Belle-Isle et Mme du Hausset décrivent deux scènes qui soulignent de façon typique l’intérêt que Saint-Germain avait suscité chez Mme de Pompadour par sa réputation de perpétuelle jeunesse. 

« — Vous prétendez donc avoir fabriqué un élixir de Jouvence ? dit la favorite.

—    Ah ! madame, répond le comte, toutes les femmes désirent l’élixir de jeunesse et tous les hommes convoitent la pierre philosophale ; les unes, la beauté éternelle, les autres, l’éternelle fortune.

—    Quel âge avez-vous ?

—    Quatre-vingt-cinq ans, peut-être !

—    Vous ne m’abuserez pas, monsieur de Saint-Germain, j’en saurai davantage sur vos prétentions, s’exclama la marquise. J’ai déjà démasqué maints imposteurs et charlatans.

—    L’homme qui est devant vous est votre égal, madame, risposta fièrement Saint-Germain. Avec votre permission, souffrez que je me retire. »

5498528928

L’âge de l’alchimiste fut une nouvelle fois discuté en 1758 et Mme du Hausset consigna le débat mot pour mot  [8] :  

« — Vous ne nous dites toujours pas votre âge, remarque la Pompadour, et vous vous donnez pour fort vieux. La comtesse de Gergy, qui était ambassadrice à Venise il y a cinquante ans, je crois, dit vous y avoir connu tel que vous êtes aujourd’hui.

—    Il est vrai, Madame, que j’ai connu Mme de Gergy il y a bien longtemps.

—    Mais suivant ce qu’elle dit, vous auriez plus de cent ans à présent !

—    Ce n’est pas impossible, dit le comte en riant, mais je conviens qu’il est possible que cette dame, que je respecte, radote.

—    Elle dit que vous lui avez donné un élixir aux effets merveilleux, elle prétend qu’elle a longtemps paru n’avoir que 24 ans. Pourquoi n’en donneriez-vous pas au roi ? questionna la marquise.

—    Ah ! madame, s’écria-t-il avec une sorte d’effroi, que je m’avise de donner au roi une drogue inconnue ! Il faudrait que je fusse fou ! »

Refusant de donner son élixir à Louis XV, Saint-Germain n’en prépara pas moins des crèmes de beauté très efficaces dont la Pompadour fut enchantée.

Chronologie, selon les sources de l'époque

Les réminiscences de Rameau et de Mme de Gergy placent notre alchimiste à Venise en 1710. A cette date, il paraît avoir environ cinquante ans. Il était donc né vers 1660 et en 1758, comme le disait la marquise, il frisait la centaine.

De 1737 à 1742, Saint-Germain est l’hôte très honoré du shah de Perse.

En 1745, l’auteur anglais Horace Walpole écrit à Mann résidant à Florence : « L’autre jour fut saisi un curieux homme qui vit sous le nom de comte de Saint-Germain. Il est à Londres depuis deux ans. »

Le prince Ferdinand Lobkowitz reçoit le comte à Vienne sous son toit au cours des années 1745-1746.

En 1749 il arrive à Paris sur l’invitation du maréchal de Belle-Isle qui, nous l’avons vu, l’introduit à la cour de Versailles.

En 1750, l’éditeur Walsh, de Londres, publie la musique pour violon composée par Saint-Germain, ce qui nous fournit encore une date précise pour établir la biographie du personnage. [9]

En 1756, le général Robert Clive, fondateur de la colonie britannique des Indes, rencontre Saint-Germain dans ce lointain pays.

comte_de_saint_germain_bustele plus incroyable cest que la statue a le meme regard que le personnage de 1960 sur la videos incroyable il ya une ressemblance indeniable ......le fait quil soit en communication en permanence avec des entités est la possibilité que ce soit qune coquille vide dans laquelle on reintegre l'EGO de st germain oui souvenez vous ce quarin ,le compagnon de lhomme qui vit plusieurs siecles et qui connait parfaitement toute la vie et les secret du mage ce serait la seul explication et le plus grand secret des roses croix c'est tout a fait possible avec des rites de transmigrations des ames que lon trouve chez les egyptiens et dans le livre des morts tibetain l'idee m'est venue en regardant la vidéos .....

Le comte réside à Saint-Pétersbourg en 1762 et prend part au coup d’Etat qui place la Grande Catherine sur le trône de Russie. A la fin de la même année, et en 1763, il est à Chambord, plongé dans ses expériences chimiques et alchimiques.

Sa trace est retrouvée à Berlin, en 1768, et l’année suivante, son passage est signalé en Italie, en Corse et à Tunis.

En 1770, il est l’hôte du comte Orlov lorsque la flotte russe est au mouillage à Livourne (Italie). Saint-Germain porte alors l’uniforme de général russe et les frères Orlov ont toujours parlé du rôle important qu’il joua dans la révolution de palais dont la Grande Catherine fut la bénéficiaire.

Durant les années 70, le comte séjourne en Allemagne où il participe aux activités des francs-maçons et rose-croix avec son protecteur, ami et disciple, le prince Karl de Hesse-Kassel.

Les registres de l’église d’Eckernfôrde, en Allemagne, renferment le procès-verbal suivant : « Décédé le 27 février, enterré le 2 mars 1784, celui qui se donnait le nom de comte de Saint-Germain et Weldon, sur lequel on n’a pas d’autres renseignements, a été inhumé dans l’église de notre ville. »

Le document paroissial qui ne dit pas où le comte était né n’indique pas davantage la véritable identité du « soi-disant comte de Saint-Germain ». Mais si nous nous référons à Rameau et à la comtesse de Gergy, il aurait eu 124 ans au moment de son décès !

Toutefois, un an après cette mort officiellement enregistrée, nous trouvons le mystérieux personnage participant à une réunion maçonnique ! Le Freimauer Brüderschaft in Frankreich insère cette notice : « Parmi les francs-maçons invités à la grande conférence de Wilhelmsbad le 15 février 1785, nous trouvons Saint-Germain et Saint-Martin parmi beaucoup d’autres. » [10]

La comtesse de Genlis, déjà cité plus haut, consigne un fait extravagant dans ses Mémoires - elle aurait rencontré le comte à Vienne en 1821 !

Peu après cette date, le comte de Châlons, ambassadeur de France à Venise, prétend également avoir tenu une conversation avec l’immortel Saint-Germain sur la place Saint-Marc.

Si, dans cette même Venise et d’après le témoignage de Mme de Gergy, le comte paraissait avoir la cinquantaine en 1710, nous pouvons calculer qu’en 1821 il aurait eu 161 ans !

Le grand âge et l’extrême verdeur du comte de Saint-Germain sont une réalité qui ne peut s’expliquer sans admettre l’hypothèse de la pierre philosophale. Le grand Voltaire aurait-il eu raison qui disait de l’alchimiste : « C’est un homme qui ne meurt jamais » ? [11]

La Très Sainte Trinosophie

 

L’unique manuscrit qui nous soit parvenu du comte de Saint-Germain est la Très Sainte Trinosophie dont l’original est à la bibliothèque de Troyes.

Le document renferme des illustrations symboliques et un texte hermétique. La section 5 contient quelques axiomes étranges :

« A peine étais-je parvenu à la surface de la terre, que mon conducteur invisible m’entraina plus rapidement encore, la vélocité avec laqu’elle nous parcourions les espaces aeriens ne peut être comparée à rien qu’a elle même; en un instant j’eus perdu de vue les plaines sur les qu’elles je dominais... j’avais observé avec étonnement, que j’étais sorti du sein de la Terre (...) La Terre ne me semblait plus qu’un nuage confus, j’étois élevé à une hauteur immense mon guide invisible m’abandonna je redescendis pendant un assez long tems je roulai dans l’espace; déja la terre se deployait a mes regards troublés (...) je voyois des globes rouler autour de moi, des terres graviter à mes peids. Etc... »

Sans trop d’imagination, le passage suggère un long vol spatial au cours duquel la Terre devient minuscule, ainsi qu’elle le parut aux équipages d’Apollo. Mais Saint-Germain dut aller plus loin que la Lune car il semble avoir atteint les planètes.

Transmutation, prolongement de la vie, voyage spatial, conquête du temps sont les frontières de la science et l’on peut admettre que le comte de Saint-Germain avait accès à la fontaine secrète du savoir.

Notes :

Bibliographie :

  • Nous ne sommes pas les premiers, Andrew Tomas, éd. Albin Michel, Paris, 1972.
  • Jean Mourat et Paul Louvet, St Germain le Rose-Croix immortel. Gallimard, Paris, 1934.
  • « Anecdotes of a Mysterious Stranger », in London Chronicle, 31 mai - 3 juin, 1760.
  • Jean Léclaireur : « Le secret du comte de Saint-Germain », in Le lotus bleu, nº 7, 27 septembre 1895.
  • La Très sainte trinosophie. Édition intégrale, Paris, Denoël, 1971.
  • Franz Graeffer. Kleine Wiener Memoiren, Wien, 1846.
  • Horace Walpole, Letters to Sir Horace Mann. London, 1833.

Table des illustrations :

  • 1) Le comte de Saint-Germain ? {Source inconnue}
  • 2) La seule et unique gravure représentant le comte de Saint-Germain, [ portrait gravé au burin par N. Thomas, en 1783 d’après une œuvre originale peinte à l’huile, introuvable à ce jour. La gravure a été reproduite en janvier 1785 par le « journal de Berlin » (Berlinirche Monatrchrift) sous le titre « Le Comte de Saint-Germain, célèbre Alchimiste » ]
  • 3) Page de titre des Mémoires de Madame Du Hausset.
  • 4) Buste du comte de Saint-Germain. Musée Nicolas Roerich, Moscou.
  • 5) La Très Sainte Trinosophie
  • http://www.inmysteriam.fr/personnages-enigmatiques/limmortel-comte-de-saint-germain.html

les Jésuites sont a l'origine de la science moderne

Jesuits

Nombreux sont les personnes qui pensent que la science etait opposée a la religion , et que la religion a empeché la science de developper ses theories ,alors que ce sont les Jésuites qui ont développé la science ,dans quel but  ,il est étrange ,que  ces sciences  ont servi a ébranler la bible et sa génése etrange pour des hommes censés etre des hommes d'église qui ne travaillaient qu'à la négation de leur dogme .

À l’issue d’un accident de guerre, en 1521, au siège de Pampelune, Ignace de Loyola, grièvement blessé à la jambe par un boulet de canon, a sublimé son énergie sexuelle de manière contrôlée. Ce n’est pas nouveau, car c’est la base même de l’occultisme. Mais il a codifié un système de développement occulte très efficace en liaison avec la force de la planète Mars ou, tout au moins, avec l’un des esprits de cette sphère.

On amuse les gens avec le yoga de la Kundalini, mais les hauts initiés jésuites détiennent de puissants secrets. De plus, leurs chefs sont dirigés par des entités occultes supérieures tel celui qui inspira Ignace de Loyola, ainsi que son incarnation suivante, le clairvoyant Swedenborg. Le « Jésus » des Jésuites est un prête-nom, une couverture fallacieuse car jamais Jésus ne commanda la ruse et le meurtre pour faire avancer le royaume de Dieu. Loyola était un militaire espagnol du XVIe siècle qui rêvait de conquérir le monde, mais qui réalisa que la religion était le meilleur moyen pour entrer chez l’ennemi avec des paroles de paix à la bouche. Blessé, il resta longtemps allongé ce qui lui permit d’analyser ses mécanismes psychiques les plus subtils. Il sublima l’énergie sexuelle et mit au point un système de développement psychique qui fabrique des anormaux. Il se fit prêtre pour infiltrer l’Église, débarqua à Rome, promit au pape de sauver son trône du danger de la Réforme, établit une milice totalitaire camouflée en ordre religieux et partit à la conquête de l’univers « Pour la plus grande gloire de Dieu ». C’est ainsi qu’il devint l’agent du destin dans l’âge noir. Il se mit au « service du Pape », ce qui signifie exactement le contraire si l‘on connaît le langage Jésuite. C’est dire que la religion catholique est totalement entre les mains du général de l’ordre, le pape noir, qui n’est lui-même que la pointe de la pyramide visible.

Tous les Jésuites du monde sont dans une obéissance absolue, et selon leur formule « s’abandonner comme un cadavre », ils sont comme des robots entre les mains de leurs chefs. Ils forment donc un corps militaire d’élite – à la fois prêtres et guerriers – présent dans tous les pays. C’est une armée démoniaque qui a investi la Terre, et la liaison des Jésuites avec les Gris extraterrestres est plus que probable.
Ils contrôlent les polices secrètes, les armées et les organismes internationaux.

À travers ces relais, ils expérimentent ce qu’ils veulent sur les populations. Par exemple, la guerre du Viêt-Nam leur a permis d’éliminer leurs adversaires dans ce pays, et le génocide du Cambodge a nettoyé un million de bouddhistes récalcitrants à la conversion chrétienne. Les bouddhistes de la tradition du Petit Véhicule ont particulièrement souffert, alors qu’au contraire les Lamas tibétains sont financés par les Jésuites. Sans cette aide, le lamaïsme ne serait pas connu du public et le Dalaï-Lama ne bénéficierait pas d’une telle publicité. Il faut un sérieux coup de pouce pour monter aussi haut lorsqu’on est un pauvre réfugié sans patrie ni argent.

Autre info qui n’est pas anodine, le sceau des illuminati était déjà utilisé par les jésuites en 1744, soit 26 ans avant leur création par Weishaupt.

ducat-allemand-1744-jesuites

diable_benoit_xvi_salut_cornu

sdsdsds

2 fondateurs de la géologie, et Roger Boscovich (1711 - 1787), pionnier de la théorie atomique moderne. Un chapitre important de cette période est la saga des astro nomes jésuites de Chine où, à partir de l’arrivée de Matteo Ricci (1552 - 1610) à Pékin, ils introduisirent l’astronomie européenne et dirigère nt durant 150 ans l’Observatoire impérial. Les travaux des astronomes jésuites en Inde et en Indochine sont moins connus. La découverte de l’Amérique fut pour les Jésuites l’occasion d’étudier la terre, la faune et la flore du nouveau monde , et d’explorer des territoires in connus depuis le Canada jusqu’à la Patagonie. A partir de leur intérêt pour la géographie, les Jésuites dessinèrent les premières cartes de nombreuses régions d’Amérique, de Chine, d’Inde, du Tibet et d’Ethiopie. Alors que les travaux scientifiques des Jésuites connaissaient un sommet, ils furent interrompus par la suppression de l’ordre en 1773. Un nouveau chapitre des travaux scientifiques des Jésuites démarra avec la restauration de l’ordre en 1814. A partir de 1825, les Jésuites fondèr ent un nouveau réseau d’environ 70 observatoires astronomiques, météorologiques et sismologiques dans le monde entier.

Ceux qui étaient installés en Afrique, en Asie et en Amérique Centrale et Amérique du Sud firent partie, dans beaucoup de cas, des premières institutions scientifiques de ces pays. Durant cette période, les Jésuites apportèrent des contributions importantes, particulièrement dans l’étude et la prévision des ouragans tropicaux a insi que dans la recherche en sismologie et dans le magnétisme terrestre. Parmi les personnalités marquantes de cette période, citons Angelo Secchi (1818 - 1878), directeur de l’observatoire du Collège romain et pionnier de l’astrophysique ; Stephen Perry (1833 - 1889), directeur de l’observatoire de Stonyhurst (Grande - Bre tagne), l’un des premiers chercheurs en géomagnétisme e t en physique solaire ; James Macelwane (1883 - 1956), professeur de géophysique à l’université Saint Louis (USA) et directeur de l’Association s ismologique jésuite , et Pierre Teilhard de Chardin (1881 - 1 955), paléontologue qui travailla sur les premiers fossiles humains de Chine et devint célèbre par ses idées sur l’évolution et sur l’avenir de l’humanité. De nos jours, les Jésuites dirigent 133 universités et environ 200 collèges du second degré dans le monde entier. Un certain nombre de professeurs de science jésuites allient l’enseignement et la recherche, gardant ainsi vivante la tradition scientifique de la Compagnie de Jésus. 2. Science et spiritualité jésuite Nous en arrivons à la question suivante : comment peut - on expliquer la présence particulière des Jésuites en science ? Il ne fait pas de doute que d’autres ordres religieux ont aussi connu de hautes figures scientifiques, comme par exemple Gregor Mandel, pionnier de la génétique faisant partie de l’ordre des Augustiniens. Cependant, avec les Jésuites, nous constatons une présence continue et institutionnelle depuis les tout premiers jours de leur fondation jusqu’à présent. Un signe de cette présence particulière dans le domaine scientifique rési de dans le fait que , dix - huit ans après la naissance de l’observatoire du Vatican, le pape Pie X en confia la d irection aux Jésuites, comme c’est encore le cas aujourd’hui. Cet engagement dans les sciences apparut durant la première période de l’histoire d e la Compagnie de Jésus et dura jusqu’à la suppression de l’ordre en 1773 ; elle fut poursuivie après sa restauration en 1814 jusqu’à nos jours, ainsi que nous l’avons vu dans le court résumé précédent. Il est, par conséquent, pertinent de poser la questio n de la spécif icité jésuite expliquant cet engagement dans les domaines scientifiques. Steven J. Harris écrivit l’ une des premières tentatives de réponse à cette question 2 .

Il l’a basée sur les seuls Jésuites des XVIIème et XVIIIème siècles, mais on peut aussi appliquer ses idées aux Jésuites modernes. Dans une analyse très bien fondée et détaillée, Harris situe la base de l’engagement des Jésuites en faveur de la science s ur ce qu’il appelle la « spiritualité apostolique », qui est au cœur de « l’idéologie jésuite ». L’expression « idéologie jésuite » fut employée pour la première fois par Ritka Feldhay pour décrire leur façon de considérer la connaissance comme moyen du sa lut 3 . Pour Harris, 2 Steven J. Harris, Transposing Merton’s thesis: Apostolic spirituality and the establishment of the Jesuit scientific tradition. Science in Context , 3 (1989), 29 - 65. 3 Rivka Feldhay, Knowledge as salvation in Jesuit culture. Science in C ontext , 1 (1987), 195 - 213. 3 les principaux éléments de cette spiritualité sont les suivants. En premier lieu, l’importance attribuée au service chrétien qui a canalisé les sentiments religieux vers l’extérieur et dans des activités mondaines qui ne sont pas habitue llement associées à la vie religieuse. A cela, il ajoute un engagement actif avec le monde, qui conduit au respect de l’expérience ou au fait de « tester au moyen de l’expérience » et à « la preuve par l’expérience », qui sont devenus des méthodes standard pour évaluer les idées et les projets. Dans le domaine scientifique, l’importance a été accordée aux aspects expérimentaux des observations et des expériences.

C’est ainsi que, pour Harris, la spiritualité apostolique , qui constitue la force de base forma nt le caractère de toute activité de tout Jésuite, comprend la motivation pour un travail scientifique. Un autre élément est une « estime pour le savoir » particulière. Cet aspect conduit à ce qu’il appelle la « sanctification du savoir », responsable de l ’énorme effort des Jésuites depuis leur origine dans le domaine de l’éducation, avec la fondation des collèges et des universités. D’après Harris, la sanctification du savoir les a conduits à prendre des engagements avec les activités séculières mises au s ervice de buts spirituels in fine, autrement dit le salut des âmes. Il voit cette action menée dans trois domaines principaux : dans l’éducation, dans les monarchies d’ Europe et dans les missions étrangères. Des facteurs historiques, également mentionnés par Harris, ont joué un rôle important. Tout d’abord, il cite la coïncidence entre la fondation de la Compagnie de Jésus et le début de la science moderne et son engagement envers l’éducation dans les écoles et les universités. Quand ils ouvrirent leurs éco les, les Jésuites ne souffraient d’aucune tradition doctrinale pour les conditionner, comme ce fut le cas, par exemple, des Dominicains et des Franciscains. Les Jésuites ont pu plus facilement incorporer leur enseignement dans les courants neufs de la scie nce moderne et ainsi répondre aux exigences sociales de l’époque.

De cette façon, les Jésuites ont pu incorporer dans leur enseignement les nouveaux courants des sciences mathématiques et expérimentales. Clavius, de par son influence, fit un grand effort p our introduire l’enseignement des mathématiques dans les collèges jésuites, ce qui fut finalement accepté comme norme établie pour tous les établissements du Ratio Studiorum. Il insista sur le fait que les mathématiques sont une vér itable science, à l’enco ntre de l’opinion générale des cercles traditionnels de son temps, et sur leur nécessité absolue pour étudier la philosophie naturelle. L’introduction des sciences mathématiques comme élément important des programmes des collèges jésuites constituait égale ment une réponse à l’importance sociale croissante que la science moderne était en train d’acquérir. Christopher Schneider était conscient de cette exigence sociale et de son importance apostolique. Dans une lettre à Johannes Rader, il observa que l’étude des mathématiques devrait être mieux prise en compte parmi les Jésuites. A Paul Gudin, professeur de mathématiques au collège de Graz, il écrivait : « Il est évident que les mathématiques sont le filet avec lequel on peut attraper les élites et les nobles, et les enrôler au service de Dieu 4 ». La nouveauté de l’engagement des Jésuites envers les sciences mathématiques est exprimée dans le document adressé au roi d’Espagne Philippe IV par les professeurs des universités de Salamanque et Alcalá de Henares tra itant de la montée du collège des Jésuites de Madrid, le Collège Impérial, au rang universitaire de Reales Estudios (Etudes Royales). Ils étaient opposés aux projets du roi et écrivaient qu’il n’était ni convenable ni « décent » pour des religieux d’enseig ner des matières profanes telles que les mathématiques, l’astrologie, la navigation et les sciences militaires. Les Jésuites répondirent qu’ils pouvaient justement enseigner ces matières car elles faisaient partie des programmes d’une école ecclésiastique et religieuse, qu’elles étaient nécessaires pour enseigner la philosophie, et qu’elles étaient utiles pour éviter « le recours abusif du public en général à la superstition et à la prévision de l’avenir 5 ». Après la restauration de la Compagnie de Jésus au XIXème siècle, la présence de Jésuites en science était également justifiée en tant qu’argument apologétique contre ceux qui, à l’époque, attaquaient 4 Steven J. Harris, Les chaires de mathématiques. Luce Giard (ed.), Les Jésuites à la renaissance . Paris : Presses Universitaires de France, (1995) , 239 - 262, (253 - 254). 5 José Simón Díaz, Historia del Colegio Imperial de Madrid . Madrid: Consejo Superior de Investigaciones Científicas (1952), 72 - 84. 4 l’Église en disant qu’elle était ennemie de la science. La présence de savants jésuites et l’ existence de leurs institutions scientifiques furent présentées comme argument évident sur la fausseté de ces accusations et comme exemple de la compatibilité entre la science et la foi chrétienne. Aloysius Cortie (1859 - 1925), directeur de l’observatoire d e Stonyhurst, écrivant en 1923 au sujet d’Angelo Secchi, remarquait : « Les ennemis de la Sainte Église ont fait un tel usage abusif de la science comme arme pour attaquer ses vérités les plus fondamentales , que l’impression s’est manifestée parmi beaucoup de ses enfants selon laquelle l’étude de la science est nuisible et dangereuse pour la foi...

Le Père Secchi est un exemple frappant de quelqu’un qui savait unir religion et science 6 ». Outre ces éléments historiques , en liaison avec les besoins apostolique s dans le travail éducatif des collèges et universités, il nous faut chercher des éléments intrinsèques plus spécifiques dans la spiritualité jésuite. On peut également trouver quelques éléments d’une spiritualité apostolique dans d’autres ordres religieux modernes (fondés après le XVIIème siècle) , certains à la suite de l’exemple jésuite, mais n’offrant pas une telle présence dans les domaines scientifiques. Il nous faut, par conséquent, chercher des éléments plus spécifiques dans la spiritualité jésuite a postolique afin d’expliquer cette tradition scientifique particulière On peut trouver les traits fondamentaux de ce qu’on appelle « la spiritualité ignat ienne », fondés sur les expériences ascétique s et mystiques de Saint Ignace, dans ses deux grands ouvra ges : les Exercices spirituels , et les Constitutions

7 . Les E xercices spirituels, corpus de prières et de méditations pour un mois, au début et à la fin de la formation de tout Jésuite, et répété durant huit jours chaque année, forment le cœur de cette spir itualité. C’est là qu’il nous faut chercher les motivations qui peuvent expliquer l’engagement particulier des Jésuites envers la science. La caractéristique la plus imp ortante de la spiritualité ignat ienne est une mystique du service, compris comme servic e à Dieu à travers le ministère apostolique envers les hommes

8 . Les Constitutions définissent le but de la Compagnie de Jésus « non seulement pour aider au salut et au perfectionnement de ses propres membres par la grâce divine, mais à l’aide de la même gr âce pour aider au salut et au perfectionnement de leurs frères humains

9 ». Saint Ignace comprend ce service comme un service à l’Église. Il a souvent répété dans ses écrits ce qui est devenu la devise des Jésuites, que tout doit être fait pour « la plus gr ande gloire de Dieu » ( Ad majorem Dei Gloriam ). On peut déjà trouver cela dans Saint Paul : « faites tout pour la gloire de Dieu » (1Co 10,31), mais Saint Ignace a ajouté le comparatif « plus grande » pou r indiquer que les Jésuites ont le devoir de rechercher non seulement la gloire de Dieu, mais la plus grande gloire. Dans la première méditation des Exercices spirituels, « Principe et Fondation » , il exhorte chacun à agir à chaque occasion, « en désirant et en choisissant seulement ce qui nous cond uit le mieux vers le but pour lequel nous avons été créés

10 ». Le terme « plus » (en latin magis ) est un élément important de cette spiritualité. En tout temps et en toute circonstance, cette spiritualité est ce qui pousse les Jésuites à chercher « plus » d ans leur activité. Ce que de nombreux Jésuites ont trouvé dans leur activité scientifique. Saint Ignace insiste aussi souvent dans ses écrits sur le fait de « trouver Dieu en tout es choses » ; Il parle ainsi d’une conscience croissante de ce que l’on peut trouver Dieu en chaque personne, en chaque lieu et en chaque chose ; c’est la forme que prend une attitude de prière dans la vie active. Il s’agit là d’un aspect important présent dans la dernière méditation des Exercices spirituels et intitulée « Contempl ation pour atteindre l’amour ». Dans cette méditation, il est demandé de « voir comment Dieu est présent dans les créatures, dans les éléments, dans les plantes, dans les animaux, dans les hommes (en moi, moi - même), [...] et de considérer comment Dieu s’emploie à travailler pour moi dans tout ce qui est créé sur la terre ». Voilà qui transforme tout : choses, gens, circonstances, en occasions de trouver Dieu.

De plus Saint Ignace, en insistant sur l’humanité du 6 A. L. Cortie, Angelo S e cchi, S. J. (1818 - 1878). En B. Windle (ed.) Twelve catholic men of science . L ondres: Catholic Truth Society, (1923), 149 - 164. 7 S. Ignacio, Obras , 221 - 238, 432 - 646. 8 Jean - Claude Dhôtel, La spiritualité ignatienne. Points de repère. Paris 1991. 9 S . Ignacio, Obras , (Examen Primero y General, Cap. 1. 3), 466. 10 S. Ignacio, Obra s , 272 - 273. 5 Christ, nous invite à voir que tout ce qui est h umain, et on peut y inclure la science, peut nous servir à rencontrer Dieu. Jerónimo Nadal, un des compagnons de St Ignace, décrit cette attitude par l’expression « contemplatifs dans l’action » pour parler de ce qu’on a appelé « la façon jésuite ». Elle i mplique une union entre la prière et l’action ; on peut trouver Dieu dans le silence de la prière , et dans l’activité du travail. Par conséquent, il n’y a pas d’activité, pas de sujet quelque profane qu’il paraisse, qui ne puisse être transformé en prière. Enseigner les mathématiques ou la physique dans une université, observer la lumière d’une lointaine galaxie ou dessiner la carte d’une région inconnue sont des activités qu’un Jésuite trouve parfaitement compatible s avec sa vocation et à travers laquelle il peut essayer de trouver Dieu dans sa vie. Dans d’autres groupes religieux, ce peut être aussi une attitude personnelle, mais pour les Jésuites, elle jaillit du cœur de leur spiritualité. Angelo Secchi, le célèbre astrophysicien, disait : « La contemplat ion de l’œuvre de Dieu est l’une des activités les plus nobles de l’esprit ; c’est le but principal de l’étude de la nature

11 ». De cette façon, les Jésuites s’impliquent dans des activités, parmi lesquelles la recherche scientifique, que d’autres considère nt incompatibl es, ou du moins peu convenables pour des religieux. On peut les trouver actifs dans un emploi social, responsables de paroisse, chercheurs en biologie ou en astrophysique, écrivains poètes, avec chez tous une motivation basée sur la même spir i tualité : chercher Dieu en toutes choses. Un autre aspect de l a spiritualité apostolique ignat ienne est sa préférence pour choisir des situations ou des activités dont nous dirons qu’elles sont « aux frontières ». Ce que nous voulons signifier ainsi c’est que les Jésuites, au lieu de se consacrer à des activités pastorales traditionnelles à l’intérieur de l’Église, essaient d’entrer en contact avec des activités extérieures parfois considérées non conventionnelles. Le pape Benoît XVI le reconnu t quand il dit aux Jésuites : « Comme mes prédécesseurs vous l’ont dit à plusieurs occasions, l’Église a besoin de vous, compte sur vous et continue à se tourner vers vous avec confiance, en particulier afin d’atteindre ces lieux physiques et spirituels que d’autres n’atteignent pas ou peinent à atteindre

12 ». Voici pourquoi nous pouvons trouver un Jésuite en pri ère dans un monastère bouddhique ou poursuivant des recherches en physique dans un accélérateur de particules. Les Jésuites sont toujours conduit s aux frontières, vers des lieux et des situations où le message chrétien est encore inconnu. Par exemple, c’est cet esprit qui conduisit Ma t teo Ricci et ses compagnons au XVIIème siècle à se présenter à la cour impériale de Chine en tant qu’astronomes occ identaux, à adopter les costumes et les manières des lettrés chinois. Au XIXème siècle et au début du XXème, on considérait que la science était un domaine étranger, sinon hostile, à la religion. Les Jésuites ont senti que leur responsabilité était de mont rer, grâce à leurs travaux scientifiques, qu’il n’y a pas d’incompatibilité entre science et foi, et que le travail scientifique lui - même peut aussi être une façon de trouver Dieu. De cette attente naquit la fondation du réseau d’observatoires jésuites dis séminés dans le monde. L’homme de science jésuite moderne considère la communauté scientifique comme sa paroisse, brisant ainsi par sa présence de nombreuses frontières et des barrières d’incompréhension. Daniel Linehan (1904 - 1987), inlassable sismologue e t explorateur, conscient de son rôle de prêtre et de savant, fit graver sur le pied de son calice : « Première Messe au Pôle Nord Magnétique 1954 » et « Première Messe au Pôle Sud 1958 ». Ses priorités étaient claires à ses yeux quand il déclara à un journ aliste du magazine Life : « Je donnerais toute ma sismologie pour célébrer une seule Messe comme celle à laquelle vous avez assisté ce matin

13 ». 3. Témoignages de Jésuites hommes de science Les savants jésuites des XVIIème et XVIIIème siècles ne ressentaient pas le besoin de justifier leur activité, qu’ils considéraient comme parfaitement normale. Quelques scientifiques jésuites modernes, cepend ant, ont considéré nécessaire d’écrire à ce sujet. Secchi a été parmi les premiers à 11 Angelo Secchi, Le soleil , Paris : G authier - Villar, 1875 , (Prologue), 6. 12 Discours du pape Benoît XVI à la Congrégation Générale 35. 13 Charlotte B. Harvey, The voyage of the Monte Carlo. Boston College Magazine , ( Fall 2000 ) . 6 le faire. Il a considéré que son travail était une express ion de la compatibilité entre science et religion, sujet controversé à son époque (XIXème siècle) : « La vraie foi n’est pas hostile à la science, mais les deux domaines sont comme deux rayons venant du même Soleil qui devrait illuminer nos esprits au moyen de la vérité

14 ». Teilhard de Chardin, commentant en face d’un groupe de jeunes Jésuites la lettre du Père Général Johannes Janssen de 1947 sur l’apostolat intellectuel, présenta ce qu’il pensait de l’engagement des Jésuites envers la science dans le contexte de sa pensée

15 . Il commença par insister sur l’énorme importance de la science dans le monde moderne, en disant que c’est devenu ce qu’il appelle la Grande Affaire du Monde , « fonction humaine aussi vitale que la nutrition et la reproduction ». Pour lui, la recherche scientifique constitue la pointe de la flèche de l’évolution humaine. Il s’est demandé pourquoi il est si important pour nous, Jésuites, de prendre part à la recherche scientifique, et il répondit que « c’est l a forme sous laquelle est cachée et opère plus intensément dans la nature qui nous entoure la puissance créatrice de Dieu ». A travers elle, ajoute - t - il, de nouveaux progrès de conscience apparaissent dans le monde. Teilhard est convaincu du besoin de réco nciliation du « problème des deux fois », la foi en Dieu et la foi en l’homme. Cette réconciliation est nécessaire afin de faire avancer dans le monde le Royaume de Dieu. Pour lui, ces deux fois sont en fait les deux composants essentiels d’un mystique hum ano - chrétien complet. On ne peut rendre présent dans le monde leur réconciliation et leur synthèse à moins que ce soit vécu concrètement, d’où l’importance de la recherche scientifique chez les Jésuites. Teilhard finit sur ces mots : « Nous, prêtres jésuit es, non seulement nous devons nous intéresser, nous prêter, mais nous devons croire à la Recherche parce que la Recherche (poursuivie ‘avec foi’) est le terrain même sur lequel a des chances de s’élaborer la seule mystique humano - chrétienne qui puisse fair e demain une unanimité humaine

16 ». C’est ainsi que nous pouvons trouver dans une formulation diffé rente la même spiritualité ignat ienne qui discerne dans la recherche scientifique le meilleur moyen pour conduire à l’expansion du Royaume de Dieu grâce à la réconciliation des deux fois. Dans son célèbre essai La Messe sur le Monde , Teilhard exprime sous une formulat ion différente le principe ignat ien : trouver Dieu en toutes choses

17 . Dans cette prière, il consacre à Dieu tous les efforts et toutes les souffra nces des hommes, hostie universelle sur l’autel du monde. Dans les années 1960, il y avait un bon nombre, près de 300, de scientifiques jésuites aux Etats - Unis. Ce qui conduisit certains d’entre eux à poser explicitement la question de la vocation du prêtr e - homme de science et du Jésuite - homme de science. C’était un aspect particulier du problème plus général de ce que l’on appelait à l’époque le prêtre avec trait d’union, c’est - à - dire le prêtre avec d’autres activités professionnelles. Frank Haig, professe ur de physique, considère que le prêtre - scientifique ne peut seulement s’expliquer par l’intérêt personnel ou par le rôle apologétique de défense de l’Église

18 . Pour lui, ce sont des raisons nécessaires mais non suffisantes , et il propose que le prêtre - scientifique exerce avant tout un rôle symbolique dans l’intégration d’une vie de la science et d’une vie de la grâce. Il a justifié cette intégration par le besoin vécu maintenant dans l’Église de repenser son message dan s la langue du monde scientifique, et d’être ainsi présente aux frontières de la connaissance. D’après Haig, le prêtre - scientifique « essaie de rendre le monde de la foi et le monde de la science transparents l’un envers l’autre ». Ernest Spittler, professeur de chimie, applique ces concepts a u cas concret des Jésuites et donne une position centrale à leur rôle en tant que prêtres, médiateurs entre Dieu et les hommes

19 . Ce rôle doit être réalisé à l’intérieur de l’Église, 14 Cité par Van Tricht , Secchi (1878), 370. 15 Teilhard de Chardin, Sur la valeur religieuse de la recherche . Science et Christ. Oeuvres 9 , Paris : Éditions du Seuil, 19 65 , 255 - 263 . 16 Ibid., 263 17 Teilhard de Chardin, La Messe sur le monde Le cœur de la Matière Oeuvres 13 , Paris : Éditions du Seuil ( 19 76) , 139 - 156 . 18 Fra n k. R. Haig, vocation of the priest - scientist. Bull. American Association of Jesuit Scientists, 36 (1961), 3 - 21. 19 Ernest G. Spittler, The priest - scientist in the Church. Bull. American Association of Jesuit Scientists, 39 (1962), 30 - 37. 7 et il est « médiateur » à l’égard de la communauté scientifique, et des laïcs catholiques et non - catholiques. Il constitue un véritable apostolat, lequel est souvent caché et , en ce qui concerne les Jésuites, il sera souvent exercé à travers l’éducation. William Meissner, psycho - analyste, l’applique plus directement au Jésuite - scientifique qui adopte deux rôles, celui de prêtre, et celui de scientifique, et déclare que l’individu est ainsi placé dans une situation qui n’est pas libre de conflits, de frustrations, d’insécurité et d’anxiété

20 . Afin de résoudre ces conflits, il propose la nécessité d’intégrer les valeurs de la science et les valeurs de la vie jésuite. Le prêtre - scientifique est avant tout un prêtre, et il exerce une fonction spécifiquement religieuse, apostolique et symbolique en même temps. Elle est apostolique dan s la mesure où il passe pour quelqu’un qui porte témoignage de la vérité. Elle est symbolique dans la mesure où il est le signe visible de la plénitude de la vie religieuse chrétienne : « Il est, alors, le symbole de l’unification dans la vérité des savoir s religieux et scientifiques, de la foi et de la raison, de la sagesse catholique et du savoir séculier, de l’Église et de la science moderne ». Meissner présente ce qui est spécifiquement jésuite dans ce qu’il nomme la « proposition jésuite », que nous co mprenons comme la spiritualité jésuite. Il commence par considérer les moyens permettant à la Compagnie de Jésus de poursuivre ses fins, telles qu’elles sont proposées par St Ignace dans les Constitutions, et dont certaines sont surnaturelles et d’autres n aturelles

21 . Si on l’applique au Jésuite - scientifique, ceci implique la complémentarité de l’idéal religieux de la sainteté personnelle et de l’engagement pour la science. Pour un Jésuite, le travail scientifique doit toujours être apostolique et Meissner i nterprète cette obligation comme étant « de l’incarnation », c’est - à - dire participant à la présence du Verbe incarné de Dieu parmi les hommes pour la sanctification de toute activité humaine. Il reconnaît les difficultés inhérentes à l’exécution de cette f onction , qui doit être une synthèse dynamique entre le fait d’être, authentiquement, homme de Dieu et homme de science. C’est un rôle complexe, Meissner l’admet, et en conséquence il y aura toujours une certaine tension dans la vie d’un Jésuite - scientifiqu e. Timothy Toohig, Jésuite travaillant sur la physique des particules au Fermilab, essaie de trouver la connexion entre son travail de physicien et sa spiritualité 22 . Il démarre en considérant que la physique cherche à comprendre la structure ultime de la m atière, ses constituants élémentaires et les forces qui les lient, en même temps que l’origine et le destin final de l’univers. Pour cette raison, dit - il , ne soyons pas surpris que des physiciens tels qu’Albert Einstein et Werner Heisen b er g et, plus récemm ent, Stephen Hawking et Steven Weinberg, dans certains de leurs écrits, parlent d es questions ultimes de l’existence , et finissent par parler, d’une façon ou d’une autre, de Dieu. Toohig essaie de montrer qu’il existe une certaine analogie entre le travail des physiciens et la recherche de Dieu. Il examine la façon dont Einstein et Niels Bohr reconnaissent la présence d’un mystère caché derrière la structure de l’univers qui reste toujours ouvert à de nouvelles intuitions et de nouvelles inspirations. Tous deux, selon Toohig, avaient une approche intuitive des problèmes physiques et pratiquaient leurs travaux avec la profonde conviction de l’existence d’une simplicité sous - jacente de la structure de la matière. Il se demande si ces attitudes ne témoignent pa s d’une spiritualité sous - jacente et d’une certaine expérience implicite de Dieu. Toohig, dans son analyse, utilise le concept d’ « expérience transcendantale » développé par le théologien jésuite allemand Karl Rahner, signifiant par là une expérience de la transcendance présente chez chacun, et constituant en soi une « connaissance anonyme et non - thématique de Dieu ». Toohig pense qu’il y a une similitude entre cette expérience transcendantale et l’expérience des physiciens en face du mystère de l’univers. Il affirme que, bien que ce ne soit pas dit, on peut considérer la recherche en physique comme une quête de Dieu. On peut mettre en question cette similitude, mais on peut comparer son intention de trouver un certain sens « religieux » dans l’expérience sc ientifique elle - même à la propositio n 20 William W. Meissner, The Jesuit as a priest - scientist. Bull. American Association of Jesuit Scientists, 40 (1963), 25 - 33. 21 San Ignacio, Obras, ( Constituciones X, 3, 813 - 814), 641 - 642. 22 Timothy E. Toohig, Physics re search, a search for God. Studies in the Spirituality of Jesuits , 21/2 (1999), 1 - 26. 8 ignatienne de trouver Dieu en toutes choses. Toohig présente également des analogies entre certains autres aspects de la spiritualité ignat ienne tels, par exemple, que l’expérience de la rédemption personnelle à de profonds niveaux de la vie, proposée dans les Exercices spirituels, et la faim que les physiciens montrent dans leur vie pour une pénétration toujours plus profonde du mystère de l’univ ers. Il va jusqu’à suggérer une certaine similitude entre l’expérience d’Einstein découvrant de nouvelles théories physiques et l’expérience mystique de St Ignace sur la création , près du fleuve Cardoner. L’approche de José Gabriel Funes, actuel directeur de l’observatoire du Vatican, est plus spécifique ; il démarre en déclarant que la tradition scientifique jésuite a ses ra cines dans la spiritualité ignat ienne

23 . Il discute les défis à la foi chrétienne posés par la science de nos jours et l’appel à l’« ap ôtre scientifique » à être présent aux frontières entre l’Église et le monde de la science, et il offre son propre témoignage selon lequel il n’existe pas de conflit entre les deux. A l’objection pratique selon laquelle il existe de nos jours d’autres prob lèmes plus urgents pour un prêtre, Funes répond par la scène de l’onction de Jésus à Béthanie (Mc 14, 3 - 9) justifiant ce que l’on peut considérer comme une vie « gâchée » dans l’étude des galaxies, mais accomplie au service du Seigneur. Il termine avec l’i dée, déjà mentionnée par d’autres, que le prêtre - scientifique joue le rôle de pont entre l’Église et la communauté scientifique. Un autre membre de l’équipe de l’observatoire du Vatican, Paul Gabor, essaie de répondre à la question : l’implication des Jésu ites dans la science est - elle une expression de l’identité jésuite elle - même, c’est - à - dire est - elle de l’ordre du charisme, ou bien est - ce le résultat d’influences extérieures

24 ? Il commence par un panorama du travail scientifique dans la Société depuis Cl avius au XVIème siècle jusqu’à la Congré gation Générale 31 de 1961. A nalysant la motivation derrière ce travail, Gabor présente d’abord les motivations extérieures, par exemple apologétiques et utilitaires, qu’il considère comme insuffisantes. Puis il exam ine les motivations internes et relie la recherche scientifique avec la spiritualité igna ienne dans les Constitutions et les Exercices spirituels de St Ignace. Gabor déclare que « la science est pratiquée pour son propre intérêt dans la Société, en tant qu e véritable quête spirituelle ». C’est ainsi qu’il déclare que les raisons étrangères, telles que pragmatiques, pastorales, pédagogiques et spirituelles ne sont pas nécessaires et que la motivation fondamentale des scientifiques jésuites est la recherche e lle - même. Il affirme également que l’on peut trouver de nombreux parallèles entre la vie scientifique et la vie spirituelle. En ce qui concerne en particulier la physique, Gabor trouve qu’il y a plusieurs aspects dans le travail du physicien, tels que le goût du jeu, la poursuite de la sagesse, les implications et dimensions ascétiques, qui sont des exemples de ses affinités spirituelles. Il termine en disant qu’« il existe une affinité indiscutable entre la science et la spiritualité ignatienne ». Dans ces quelques témoignages nous avons vu que les scientifi ques jésuites voient eux - mêmes leur activité non seulement compatible avec, mais conséq uence de leur spiritualité ignat ienne , justifiée en elle - même et non seulement par des motivations utilitaires apost oliques. Nous avons vu aussi qu’il y a un véritable effort pour montre r les affinités entre le travail scientifique et cette spiritualité, bien qu’il ne soit pas parfaitement clair de définir en quoi consiste nt ces affinités. Gabor reconnaît qu’il existe d es témoignages plutôt que des analyses approfondies, mais il trouve frustrant le manque d’études systématiques concernant la spiritualité du travail scientifique. Funes déclare que parmi les Jésuites il existe différentes façons de vivre l’apostolat scient ifique, de même qu’il y a de nombreuses façons différentes de vivre la vocation jésuite elle - même. Comme exemple, il présente les différences entre un Matteo Ricci et un Teilhard de Chardin , et il s’identifie davantage avec le premier

25 . Tous les témoignages débutent par le postulat selon lequel pendant presque toute son histoire, les Jésuites se sont distingués dans l’Église en tant qu’appartenant à l’institution qui a eu, et a encore, un engagement spécial et une implication dans la science. Leur conclusion fait, d’une certaine façon , le 23 José G. Funes, Una imagen evangélica para el apostolado científico (Mc 14, 3 - 9). Rev. de Espiritualidad Ignaciana , 37, (2007) 87 - 95. 24 Paul Gabor, Jesuit identity and science. An inside look. En Petra Čemus (ed.) Proceedings of the Bohemia Jesuitica Conference (Prague 25 - 27 April 2006) Prague: Carolinum (2010), 647 - 660. 25 Funes, Una Imagen (2007), 92. 9 lien entre cette implication et la spiritualité igna t ienne, fondement de la vie jésuite, bien que cette relation soit exprimée à partir de différents points de vue et que d’autres études soient nécessaires. 4. Pr atique scientifique et vie jésuite Il y a encore une question que nous devons étudier sur la façon dont l’engagement envers la science a été vécue de fait par les Jésuites dans le contexte de le ur propre ordre religieux et comment il a été vu par d’autres Jésuites, en particulier par leurs supérieurs. Tout d’abord, il nous faut tenir compte du fait que les hommes de science ont été, et sont toujours, une petite minorité parmi les Jésuites. Leur formation, en quelque sorte, les sépare du reste de leurs frère s, qui s’occupent plus spécialement de théologie, de philosophie et d’humanités, ou de travail pastoral direct. Il est vrai qu’ils ont suivi une formation théologique et philosophique similaire, mais leur formation et leur travail scientifiques ne sont pas partagés par les autres. Voilà pourquoi, parfois, le scientifique jésuite peut se sentir un peu incompris, ou isolé dans son travail, un peu un « outsider » dans sa propre communauté. Les supérieurs regrettent aussi parfois ne pas pouvoir dédier les scien tifiques à d’autres tâches qu’ils considèrent plus utiles. Mordechai Feingold examine la situation en détail avec les Jésuites scientifiques des XVIIème et XVIIIème siècles, et il pose la question : pourquoi, parmi eux, n’y a - t - il pas de savants de premièr e grandeur comme Galilée, Descartes ou Newton

26 ? Bien qu’il soit permis de s’interroger sur la pertinence de cette question, puisque les savants de ce niveau sont si rares qu’il est difficile à une institution d’apporter une seule contribution. Mais la que stion permet à Feingold d’examiner une série de circonstances qui dressent des obstacles dans les activités des scientifiques jésuites. Il se demande même s’il n’existe pas de réelle incompatibilité entre la vocation jésuite et l’engagement envers une scie nce séculière, puisque pour eux la science est toujours un moyen vers une fin et non une fin en elle - même. Il nous faut admettre que pour un Jésuite le travail scientifique, comme n’importe quelle autre activité de Jésuite, est finalement orientée vers le but apostolique du salut des âmes. Cependant, ceci n’invalide pas leur engagement pour la science, puisque même les plus grands savants ont une variété de motivations dans leur travail. La pureté de la poursuite de la science pour elle - même est, en fait un mythe, comme l’a montré le sociologue de la science Robert K. Merton

27 . Feingold examine une série de problèmes pratiques qui pourraient placer des obstacles dans la progression de la carrière scientifique d’un Jésuite. Parmi eux, il place le peu d’intérêt de ses supérieurs pour ce type d’études et l’urgence présentée par d’autres domaines considérés comme plus importants. Un exemple concret en est la priorité attribuée par les supérieurs aux besoins d’enseignement dans les collèges et les universités par r apport à la recherche. Un autre exemple de ce problème réside dans la priorité donnée à la publication de livres scolaires par opposition aux résultats de recherches. Feingold pose que les Jésuites ont excellé davantage en tant que professeurs et formateur s dans les domaines scientifiques qu’en tant que chercheurs eux - mêmes. Citons en exemples les étudiants de collèges jésuites tels que Torricelli, Descartes, Laplace, Volta, Buffon et Lalande. D’autres obstacles rencontrés par les Jésuites dans leur travail scientifique, selon Feingold, sont les réticences des supérieurs à l’égard des nouveautés, les règles pour l’unité de la doctrine, la censure intérieure de l’ordre et l’auto - censure des auteurs eux - mêmes. Un problème con cret qui affecta les scientifiques jésuites au XVIIème et au XVIIIème siècles fut l’acceptation du système de Copernic en astronomie et en physique atomique. Il nous faut reconnaître la présence de ces problèmes, reconnus par les scientifiques jésuites eux - mêmes, mais ce ne furent pas des obstacles insurmontables. Nous ne pouvons pas non plus séparer de façon aussi drastique l’enseignement et la recherche ; si les Jésuites ont été de si bons professeurs de science, c’est qu’ils unissaient enseignement et re cherche. 26 Mordechai Feingold, Jesuits : Savants. En M. Feingold (ed.), Jes uit science and the republic of letters . Cambridge (Mass.): The MIT Press (2002), 1 - 45. 27 Robert K. Merton, La sociología de la ciencia . Madrid, Alianza Universidad (1973), (Las pautas de conducta de los científicos) 423 - 443. 10 L’œuvre scientifique des Jésuites dans la Société restaurée après 1814 a été principalement centrée sur les observatoires et les universités. Cette époque ne connaissait plus de préjugés contre les théories scientifiques depuis que la science étai t séparée des questions philosophiques et théologiques. Les scientifiques jésuites jouissaient d’une liberté complète dans leurs travaux du domaine scientifique. Teilhard de Chardin, par exemple, n’eut jamais aucun problème pour la publication de ses trava ux scientifiques. De plus, ses supérieurs lui conseillèrent de rester dans le domaine scientifique et de ne pas se mêler de questions théologiques. Les travaux des nouveaux observatoires, fondés après 1824, étaient grandement appréciés par les Jésuites, no urris et encouragés par les supérieurs jusqu’aux années 1970, où ils commencèrent à décliner. En 1893, le Père Général Luis Martin, parlant des travaux effectués à l’observatoire de Manille (Philippines), déclara qu’ils contribuaient non seulement à la « s plendeur de la science et à la bonne réputation de notre Société, mais aussi à l’utilité des scientifiques et à l’assistance des âmes, but de toutes nos études et activités selon notre institution

28 ». Pierre Lejay (1898 - 1958), directeur de l’observatoire d e Zikawei (Chine), se plaignait en 1933 de ce que le travail scientifique de l’observatoire n’était pas suffisamment apprécié par la Mission jésuite chinoise, quelques missionnaires le considérant comme une perte de temps. Le Père Général Wladimir Ledochow ski lui écrivit pour lui dire qu’« il avait toujours protesté personnellement contre cette opinion injuste » et pour mettre en évidence « la haute importance du travail intellectuel et la faveur qu’il a toujours eu e dans l’ Église et les traditions missionn aires 29 ». Nous pouvons conclure que le travail scientifique jouit encore d’une grande estime parmi les Jésuites, sauf par quelques critiques qui ne comprennent pas son importance. Dans les temps modernes, l’importance donnée à l’enseignement, que nous avon s vue dans la période précédente, est toujours d’actualité, du fait du plus grand nombre d’universités dirigées par des Jésuites et du besoin de professeurs jésuites dans les départements des sciences. Ernesto Gherzi (1886 - 1976), dernier directeur de l’obs ervatoire de Zikawei qui travailla ensuite à l’observatoire géophysique jésuite de Montréal, se plaignait en 1970 du peu de soutien qu’il rencontrait chez les autres Jésuites dans ses recherches de géophysique. Louis Larendeau, Provincial de la province ca nadienne française jésuite, reconnut que les supérieurs n’étaient pas souvent familiers du monde de la science de sorte que la vocation des scientifiques jésuites est rarement récompensée, spécialement en ce qui concerne ceux qui font de la recherche. Cependant, il concède que l’enseignement est mieux reconnu et accepté

30 . Carl - Henry Geschwind, écrivant dans le contexte des travaux jésuites contemporains de sismologie aux Etats - Unis pose aussi la question, comme Feingold : les Jésuites ont - ils travaillé en s cience pour la science ou bien poursuivaient - ils d’autres fins ? Il déclare qu’au XIXème siècle la tradition scientifique jésuite s’était effacée et qu’en Amérique du Nord « idéologiquement, une absence de goût pour une libre recherche » s’était développée

31 . C’est faire fi de personnalités telles que Angelo Secchi, Stephen Perry et Benito Viñes qui, au XIXème siècle, apportèrent des contributions durables et significatives en astrophysique, en géophysique et en météorologie. Il fait la différence avec l’attitude envers la recherche sismologique de Frederik Odenbach et James Macelwane, considérant que seul le deuxième bénéficiait d’une véritable mentalité scientifique. Nous avons déjà mentionné la complexité des motivations dans le travail scientifique, et comment la présence chez des scientifiques jésuites d’un but religieux ultime n’invalide pas leurs travaux d’hommes de science. Conclusion 28 Lettre au P. Miguel Saderra (3 Nov 1893), Archivum Romanum Societatis Iesu ( ARSI ), Lettres du P. Luis Martín, 1892 - 1906,158 29 Lettre au P. Pierre Lejay (17 Abril 1933). ARSI , Lettres du P. Wladimir Ledochowski, 1915 - 1942, 482 - 483 , . 30 Lettre du provincial de la Province G allo - canadienne Louis Laurendeau au P. Ernesto Gherzi (Montreal, 3 février 1970) Saint - Jérôme, ASJCF , Bo - 214 - 35. 31 Geschwind, Embracing science (1998), 28 y 49.

rien néchappe a ces jésuites ils ont meme un téléscope surnommé lucifer  tres en accord avec leur manigance.

LUCIFER, de son nom complet le Large Binocular Telescope Near-infrared Spectroscopic Utility with Camera and Integral Field Unit for Extragalactic Research, soit en français « Installation spectroscopique proche infrarouge du Grand Télescope binoculaire avec caméra et unité intégrale de champ pour la recherche extragalactique », est un instrument utilisé en astronomie sur le télescope appelé Large Binocular Telescope. L'ensemble fait partie de l'Observatoire international du Mont Graham, construit en 1989. Il est situé sur le Mont Graham, dans le sud-est de l'Arizona aux États-Unis LUCIFER a été mis en service au début 2011 après 10 années de développement et de test. Le sigle correspond à « Instrument pour le Télescope à Large Binoculaire, spectroscopique proche de l'infrarouge avec Caméra et unité intégrale de champs pour la recherche extragalactique1 » : il s'agit d'une caméra couplée à un spectrographe qui viennent compléter le télescope. Ce télescope est considéré comme l'un des télescope les plus puissants au monde.

 

Posté par rusty james à 15:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Karla Turner et le cartel militaro-reptilien

taken

Qui a tué Karla Turner ? C’est un peu la question que l’on se pose spontanément en parcourant les évènements étranges qui ont rythmé la vie de cette femme exceptionnelle qui a marqué l’ufologie des années 90. Cette intellectuelle insoumise était ce que l’on appelle, dans le langage ufologique contemporain, une abductée, c’est-à-dire quelqu’un qui se souvient avoir été enlevée de force par des entités apparemment extraterrestres. Elle était surtout une chercheuse au parler vrai qui prit le risque de parler publiquement de son expérience et qui n’hésita pas à naviguer à contre courant des idées reçues pour défendre l’intégrité de ceux qui, comme elle, ont pénétré un monde inconnu. Elle laissera derrière elle, trois ouvrages clés encore mal connus et pourtant indispensables pour qui veut comprendre le phénomène des abductions : Into The Fringe, Taken et Masquerade of Angels. Trois livres que Karmapolis s’efforcera de traduire à commencer par Taken dont vous trouverez les premiers chapitres à la fin de cet article.

Avant de devenir un auteur respecté du cercle restreint de la recherche sur les enlèvements extraterrestres, Karla Turner menait une vie tout à fait conventionnelle. Mariée et mère d’un garçon, elle obtint sa licence à l’université de Californie à Sacramento, décrocha sa maîtrise à l’université de Nottingham et son doctorat à l’université du Texas de Denton où elle enseigna comme professeur de littérature avant de se dédier complètement à la recherche sur les rencontres rapprochées du quatrième type, à savoir les abductions.

C’est par la force des «choses» que Karla entrera, en mai 1988, dans un monde encore inimaginable pour beaucoup. En l’espace de quelques semaines, c’est la vie tranquille et bien organisée de toute une famille qui sera envahie par la résurgence de souvenirs incroyables, peuplés d’ombres fuyantes, d’entités reptiliennes, d’inquiétantes expériences «médicales», d’apparitions d’OVNIS et par la découverte d’ecchymoses et de cicatrices étranges au lever du lit. Un phénomène qui touchera Karla et Elton Turner, son mari, mais aussi leur fils et son copain de chambrée ainsi que Megan (pseudonyme), qui deviendra plus tard leur belle-fille. Pendant un peu plus d’un an, Karla Turner transcrira au jour le jour leurs expériences dans un journal qui servira de base à son premier livre, Into The Fringe (Berkley edition – 1992), qui est un compte rendu précis, vu de l’intérieur, de la vie quotidienne d’une famille sous l’emprise d’une force qui ne dit pas son nom.
Un livre témoin, dense et inattendu où Karla Turner annonce la couleur d’entrée de jeu : «Les gens qui figurent dans ce livre sont des victimes. Ils sont aussi ma famille, mes amis et ce qui leur arrive m’importe beaucoup. Je pense que tout le monde devrait partager mon sentiment car notre histoire démontre qu’aucune famille, aucun enfant ni aucun ami n’est à l’abri du phénomène des enlèvements et cela d’autant plus que les évènements vécus par notre petit groupe se répètent, à l’instant même, dans des milliers de foyers», expliquera-t-elle en introduction, comme pour se justifier de cette confession publique et forcément impudique d’une nouvelle vie qu’elle n’a pas choisie mais qu’elle embrassera avec force et détermination.

Pas question donc de voir ces intrusions comme un coup de pouce providentiel du génie génétique de nos «frères de l’espace» pour surmonter le chaos spirituel, politique et écologique d’un monde en déconfiture. Ce sera d’ailleurs son cheval de bataille car pour Karla Turner, une abduction n’a rien d’un accompagnement spirituel transcendantal, c’est un viol du corps et de la conscience : «Avant de croire en la bonté des extraterrestres, nous devrions nous demander pourquoi des entités évoluées opèrent de nuit pour prodiguer leurs «soins»? Pourquoi nous paralysent-ils et nous empêchent-ils de résister? Pourquoi des anges s’amuseraient-ils à voler nos fœtus? Pourquoi manipulent-ils les organes génitaux de nos enfants et pourquoi ont-ils besoin de sonder nos rectums? La peur, la douleur et la mystification seraient-elles compatibles avec leurs desseins soi-disant spirituels?» dira-t-elle en conclusion d’un article consacré aux séquelles des enlèvements.

Turner dressera un constat dur, sans concession et peut-être amer pour certains chercheurs, psychiatres et psychologues comme Leo Sprinckle, Richard Boyland ou encore John Mack et bien d’autres. Des personnalités qui ont défendu et défendent encore l’idée d’un partenariat spirituel avec les «extraterrestres», une sorte d’association symbiotique qui, au-delà des souffrances imposées par l’exercice, permettrait à un abducté de prendre conscience de sa relation «spéciale» avec ses ravisseurs, de développer une pensée évolutive et holistique ou mieux encore, une conscience écologique profondément concernée par la survie de la planète. A écouter Karla Turner, ces théories —tout comme celles d’autres chercheurs qui ont exclusivement voulu voir dans ces rapts une opération d’hybridation de notre espèce— sont fondées sur des données incomplètes car leurs auteurs ont opportunément choisi d’écarter tout ce qui ne collait pas avec leurs déductions.

Aux antipodes de la vision, quelque peu idéaliste, de l’extraterrestre bienveillant véhiculée par certains concepts new age, les aliens de Turner sont les «maîtres de l’illusion» : fourbes, menteurs, manipulateurs et obsédés par notre sexualité, ils possèdent une technologie qui leur donne les clefs de notre conscience, de notre mémoire et de notre univers émotionnel.
Raison de plus, dira-t-elle, de ne pas s’offrir le luxe de rejeter des témoignages ou des indices «gênants» sous prétexte qu’ils ne sont pas spirituellement corrects ou ne corroborent pas une thèse ou des hypothèses, aussi séduisantes soient-elles. Karla Turner se fera donc la porte-parole de ces témoins encombrants, de ces enlevés anonymes qui reviennent avec des problèmes gynécologiques, des maladies graves liés aux enlèvements et des histoires incroyables de transfert de consciences dans des clones. Des récits qui parlent aussi d’expérimentations mortelles dans de mystérieuses bases souterraines, de rapports sexuels forcés avec des aliens polymorphes ou illusionnistes et de la présence d’êtres humains aux côtés d’extraterrestres lors des abductions, pour ne prendre que quelques exemples d’une longue liste d’anomalies peu conformes avec les standards d’une abduction «classique».

L’ancienne enseignante universitaire devenue activiste ne se contentera pas de raconter son expérience. Guidée par le désir de comprendre et de trouver une réponse, elle assistera d’abord Barbara Bartholic qui, à l’époque, avait déjà réalisé plus de 250 régressions hypnotiques sur des abductés, dont la famille Turner. Rapidement, elle commencera ses propres recherches qui donneront naissance à Taken en 1994 : un deuxième livre qui expose la vie de huit américaines, huit histoires rythmées et ponctuées par l’ingérence d’une conscience extraterrestre insidieusement invasive qui, selon Turner, nous berce d’illusions à coup de réalité virtuelle pour endormir notre vigilance. Un peu comme l’ogresse des frères Grimm qui appâte Hansel et Grethel avec sa maison en pain de mie pour mieux les manger. Un ouvrage qui, visiblement, inspirera le scénariste Leslie Bohem qui écrira Taken, une mini série de télévision du même nom produite par Steven Spielberg en 2002. Une inspiration purement formelle, car si les ressemblances entre l’histoire de Pat (racontée dans Taken de Turner) et la petite hybride interprétée par l’enfant star, Dakota Fanning, ne sont évidemment pas fortuites, le scénario de la série trahira néanmoins la pensée de Karla Turner en présentant les enlèvements extraterrestres comme une évolution quasi mystique de l’humanité.

Dans la foulée de Taken, la militante multipliera les apparitions publiques et deviendra, par la qualité de ses interventions et la pertinence de ses arguments, une actrice incontournable de la recherche sur les enlèvements ainsi qu’un modèle d’authenticité et de combativité pour bon nombre d’abductés qui se reconnaîtront en elle. Certains comme Eva Lorgen (The Love Bite -ELogos & HHC Press) revendiqueront son héritage spirituel et d’autres tel James Bartley, iront jusqu’à se radicaliser : Excédés d’êtres stigmatisés par une presse qui les expose cyniquement comme des UFO believers et des conspirationnistes, ces abductés en territoires occupés ne cherchent plus à convaincre de la réalité de leurs expériences et disent «entrer en résistance» contre un cartel militaro-reptilien responsable, selon eux, du contrôle mental qu’il subissent et de l’entraînement secret de certains abductés, enrôlés contre leur gré dans des opérations spéciales. Si Karla Turner sera parmi les premières avec Melinda Leslie, Debby Jordan, Leah Haley, Katarina Wilson et Anna Jemerson à pointer du doigt le rôle des militaires dans le déroulement de certaines abductions, elle s’attachera aussi à démontrer que les «aliens» contrôlent la mémoire des abductés par l’implantation d’«images écran» et de fausses mémoires. Une réalité qu’elle s’efforcera de traduire lors de nombreuses conférences et conventions ainsi que dans son dernier livre, Masquerade of Angels, publié à compte d’auteur en 1994. 

Deux ans plus tard, le 9 janvier 1996, Karla Turner s’éteindra d’un cancer fulgurant du sein en moins de six mois. Une mort prématurée et suspecte pour beaucoup parmi la communauté des enlevés qui voudront y voir un meurtre pour faire taire celle qui leurs inculquait, avec obstination, la volonté de résister contre la menace d’un prédateur invisible et redoutable pour la survie de l’homme. Des rumeurs conspirationnistes et paranoïaques? Peut-être, mais si Karla avait pu survivre à sa propre mort, c’est exactement dans ces termes qu’elle aurait dénoncé une conspiration contre sa propre vie.

Karla Turner, à la fin de sa vie, parle des atrocités reptiliennes dimanche 17 février 2008 par N.O.T.
Jurian Sterk
.



Interview avec Karla Turner, Ph.D -



Karla Turner fut une femme dévouée et bienveillante qui a aidé de nombreux abductés à mettre fin à leurs expériences d’abus par des extraterrestres, et ne craignait pas de dire la vérité, aussi bizarre qu’elle puisse paraître. Karla est passée sur l’émission de Montel Williams et d’autres programmes pour parler de ses recherches. Elle est décédée à cause d’une forme particulièrement fatale de cancer terminal. Elle nous manquera. Certains soupçonnent que le cancer fut induit par des radiations reçues d’abductions antérieures (Karla Turner avait été physiquement abductée peu de temps auparavant). C’est une interview assez étendue, donc nous ne nous concentrerons que sur les points majeurs.



INTRODUCTION :

CF : Vous êtes largement reconnue comme l’une des expertes phares dans le domaine des OVNI et de la recherche sur les "abductions-extraterrestres". Comment avez-vous commencé à étudier ces choses ?

KT : Ma famille ne savait rien sur le phénomène lorsque nous avons commencé à avoir des observations d’OVNIs et des abductions. Étant chercheur, je me suis tourné vers la littérature ufologique pour trouver une explication. Après avoir absorbé ce qui était disponible, je n’ai pas trouvé de réponses que je pensais sérieuses. J’ai jugé que la situation était critique pour ma famille (si ce n’est pas globalement), et la seule manière d’obtenir des réponses était de faire des recherches moi-même. Pour faire des recherches, dans ce cas, la seule possibilité était d’aller sur le terrain et de traiter des cas d’abduction.

HISTOIRE PERSONNELLE — "INTO THE FRINGE" :

CF : Est-ce qu’"Into the Fringe" en fut le premier résultat ? [Le premier livre de Karla]

KT : À vrai dire, "Into the Fringe" n’était pas un le résultat d’une recherche de réponses. C’est plutôt le témoignage de l’éveil de ma famille à ces expériences - et la façon dont elle y a fait face - pendant la première année et demi, lorsqu’elles furent vraiment intenses. Ce n’est qu’après que j’ai commencé à bifurquer et travailler avec d’autres personnes. J’ai travaillé avec Barbara Bartholic sur notre cas, et j’ai commencé à travailler avec elle sur d’autres cas. Elle est souvent venue au Texas (là où je vivais) et nous programmions des sessions de travail de quatre-ou-cinq jours, durant lesquels des personnes de cette région qui voulaient travailler avec elle venaient chez moi. Elle les interviewait et les mettait sous hypnose régressive. J’ai commencé à apprendre en agissant comme assistante. (Si les Ph.D. étaient disponibles dans ce domaine, Barbara en aurait certainement un. Travailler avec elle s’est avéré beaucoup plus pédagogique que ma carrière académique.) Puis les dossiers de Barbara sont devenus si lourds qu’elle n’était plus en mesure de s’occuper de ce problème. Ce n’était plus suffisant pour moi d’assister, et j’ai dû moi-même faire des travaux d’enquêtes préliminaires. C’est ainsi que mon implication s’est développée. (Note de Jurian : Depuis, Barbara Bartholic a chuté dans une mortelle désinformation)

ABDUCTIONS GÉNÉRATIONNELLES :

CF : Nous avons découvert, dans de nombreux cas, que les parents de la personne qui fait l’expérience d’abduction, parfois ses arrière-grands-parents, ont eu le même genre de rencontres qu’elle. Avez-vous constaté cela dans votre famille ?

KT : Oui, c’est absolument "transgénérationnel" dans la famille d’Elton. [Elton, le mari du Dr. Turner, avait reçu le pseudonyme de "Casey" dans les livres ’Into the Fringe’ et ’Taken’. Ils ne pensent plus que ce soit nécessaire de couvrir son identité.] Avant le décès de la grand-mère d’Elton, en 1990 ou 1991, la famille savait qu’elle était proche de la fin de ses jours ici, donc ils lui ont demandé de raconter certaines vieilles histoires, et ont filmé sa réponse pour la postérité... Ma grand-mère a refusé de dire quoi que ce soit, parce que c’était simplement trop effrayant pour elle. Elle n’avait même pas fini de lire "Into the Fringe". À chaque fois qu’elle lisait une page ou deux, elle en était si bouleversée qu’elle ne pouvait pas aller plus loin — ce qui me dit qu’il y a sans doute une raison à ses sentiments. Je me souviens qu’en 1965, lorsque j’étais candidate au baccalauréat au lycée, une grande vague [d’OVNIs] faisait la une de la presse nationale. Ce fut l’une des rares fois que je faisais attention à la question OVNI. Un jour, ma mère et moi écoutions la TV en faisant quelque chose dans la cuisine. Walter Cronkite parlait de la vague OVNI, et j’ai dit à ma mère que si un OVNI atterrissait dans l’arrière-cour, je monterais probablement dedans. Ma mère, qui était extrêmement douce, et qui n’haussait jamais le ton ni ne me frappait, s’est arrêtée de faire ce qu’elle faisait, m’a attrapé par les épaules et m’a secoué jusqu’à presque sentir que mes dents allaient tomber. Pendant tout ce temps, elle m’a dit, avec force, "Jure-le moi, tu ne t’approcheras jamais, jamais, jamais de l’un d’entre eux ! N’ose même pas le dire !" C’était le seul accès de colère que j’ai connu de ma mère de toute ma vie. Je sais maintenant — par mes recherches — que des réponses extrêmes comme celles-ci à ce phénomène sont souvent des indicateurs d’une personne qui a eu des expériences.

CHECK-LIST DES ABDUCTIONS

Les cas "vierges" - les personnes non-contaminées par la littérature ufologique - fournissent une image sidérante des contacts humains-extraterrestres. Ce qui suit est une vue d’ensemble de ces rapports "vierges", une liste d’expériences récurrentes qui, considérées globalement, nous donnent une vue rapprochée de ce que font les extraterrestres sur Terre. Ces données ne nous disent pas pour sûr quelles sortes de créatures sont les extraterrestres, ni quelles pourraient être leurs fins. Mais cela montre ce que les humains expérimentent et ce qu’ils observent des actions et capacités des extraterrestres. Chaque détail de la liste qui suit a été rapporté par plus d’un abducté, et dans de nombreux cas les détails apparaissent fréquemment.

Si ces rapports peuvent être crus - et il n’y a aucune raison de douter de l’honnêteté des témoins - le phénomène d’abduction comprend les détails suivants.

* Les extraterrestres peuvent altérer la perception de notre environnement.
* Les extraterrestres peuvent contrôler ce que nous pensons voir. Ils peuvent nous apparaître sous n’importe quelle apparence, ou formes.
* Les extraterrestres peuvent nous emporter — ou nos consciences — hors de nos corps physiques, désactiver le contrôle de nos corps, y installer une de leurs propres entités, et utiliser nos corps comme véhicules pour leurs propres activités avant de replacer nos consciences dans nos corps.
* Les extraterrestres peuvent être présents autour de nous dans un état invisible et peuvent se rendre seulement partiellement visibles.
* Les abductés reçoivent des marques sur leurs corps, autres que les fameux ’scoops’ et les cicatrices linéaires. Ces autres marques comprennent des points isolés, de grandes meurtrissures, des marques de griffes de trois ou quatre doigts, et des triangles de toute sorte possible. (Note de Jurian : les travaux récents d’Eve Lorgen montrent qu’il n’y a pas que ces marques mais aussi des signes visibles sous lumière UV).


* Les femmes abductées souffrent souvent de problèmes gynécologiques sérieux après leurs rencontres extraterrestres, et parfois ces problèmes conduisent à des kystes, tumeurs, cancer du sein ou de l’utérus, et à l’hystérectomie.
* Les extraterrestres prennent des fluides corporels de nos cous, échines, veines, articulations, les genoux et poignets par exemple, et ailleurs. Ils injectent également des fluides inconnus dans diverses parties de nos corps.
* Un nombre surprenant d’abductés souffrent de maladies graves qu’ils n’avaient pas avant leurs rencontres. Celles-ci conduisirent à des opérations chirurgicales, à l’épuisement, et même à des décès dont les causes ne peuvent pas être identifiées par les docteurs.
* Certains abductés expérimentent une dégénérescence de leur bien-être mental, social, et spirituel. Des comportements excessifs éclatent souvent, comme l’abus de drogue, l’alcoolisme, la boulimie et la nymphomanie. Des obsessions étranges se développent et provoquent la dislocation de la vie normale et la destruction des relations personnelles.
* Les extraterrestres montrent un grand intérêt pour la sexualité adulte, la sexualité des enfants, et infligent des douleurs physiques aux abductés.
* Les abductés se souviennent d’avoir été instruits et entrainés par les extraterrestres. Cet entrainement peut prendre la forme de leçons verbales ou télépathiques, diaporamas, ou utilisation pratique de technologies extraterrestres.
* Les abductés rapportent avoir été emmené dans des installations dans lesquelles ils rencontrent pas seulement des extraterrestres mais aussi des humains à l’allure normale, parfois en uniformes militaires travaillant avec les ravisseurs extraterrestres. (Note de Jurian : Lire le livre de Richard Sauder, Underwater and Underground Bases)
* Les abductés rencontrent souvent plus d’une sorte d’extraterrestre durant une même expérience, pas seulement les gris, ils peuvent voir toutes les combinaisons possibles de gris, reptoïdes, insectoïdes, blonds, et ’widow’s peak’ durant une abduction, à bord du même vaisseau ou dans la même installation.
* Les cas d’abductés "vierges" - rapportent avoir été emmenés dans des installations souterraines où ils voient des créatures hybrides grotesques, des nursery de foetus d’humanoïdes hybrides, et des cuves de liquides colorés remplis de morceaux de corps humains.


* Les abductés rapportent avoir vu d’autres humains dans ces installations être vidés de leur sang, mutilés, écorchés, et démembrés, et être empilés, sans vie, comme des bûches de bois. Certains abductés ont été menacé qu’eux aussi, s’ils ne coopéraient pas avec leurs ravisseurs extraterrestres, finiraient de la sorte.
* Les extraterrestres viennent dans les maisons et enlèvent temporairement de jeunes enfants, laissant leurs parents désemparés paralysés et impuissants. Dans les cas où un parent a été en mesure de protester, les extraterrestres insistent sur le fait que "Les enfants nous appartiennent."
* Les extraterrestres ont forcé leurs abductés humains à avoir des relations sexuelles avec des extraterrestres et même avec d’autres abductés alors que des groupes d’extraterrestres observent ces prestations. Dans de telles rencontres, les extraterrestres se sont parfois déguisés eux-mêmes pour obtenir la coopération de l’abducté, en apparaissant sous des formes telles que Jésus, le Pape, certaines célébrités, et même les conjoints décédés des abductés.
* Les enfants abductés présentent parfois un intérêt nouveau et obsessionnel pour leurs propres organes génitaux après des rencontres extraterrestres, affirmant que les ravisseurs qui viennent pendant la nuit ont touché ces parties de leur corps.
* Les extraterrestres effectuent des expériences ou procédures extrêmement douloureuses sur les abductés, disant que ces actes sont nécessaires mais n’en donnant pas la raison. Les yeux des abductés sont douloureusement retirés de leurs orbites, ce qui permet aux extraterrestres d’écorcher cette zone ou d’implanter des dispositifs dans la région qui se trouve derrière les yeux une fois retirés, par exemple. Certains abductés sont soumis à des constrictions (pressions), souvent autour de la tête, de la poitrine ou des extrémités. Des examens douloureux des parties génitales et anales sont réalisés, aussi bien aux enfants qu’aux adultes.
* Les extraterrestres prédisent une période imminente de chaos et destruction globale. Ils disent qu’un certain nombre d’humains — et le nombre varie considérablement selon les cas — seront ’sauvés’ de la planète afin de perpétuer l’espèce, soit sur une autre planète soit de retour sur terre après la fin de la destruction. De nombreux abductés rapportent qu’ils ne croient pas leurs ravisseurs extraterrestres et prévoient plutôt une utilisation beaucoup plus sinistre des humains ’sauvés’.
* Pour chaque cas de cette liste, il y a de multiples rapports de cas non reliés, ce qui confirme que des détails si bizarres ne sont pas le produit d’un seul esprit dérangé. Ces détails sont des preuves convaincantes que, contrairement aux affirmations de nombreux chercheurs ufologues, l’expérience d’abduction ne se limite pas à un modèle invariable d’évènements. Ce phénomène ne peut pas être simplement [et exclusivement] expliqué en termes d’expériences croisées ou de recherche scientifique sur la physiologie humaine.

RÉGRESSION HYPNOTIQUE :

CF : Vous avez mentionné l’utilisation de l’hypnose, qui fut sujette à de nombreuses controverses. Certains chercheurs ont dit que les personnes sous hypnose peuvent élaborer des scénarios qui ne sont pas arrivés, de manière à complaire à l’hypnotiseur. Certains ont dit que les niveaux multiples de l’expérience — où l’on peut percer des mémoires écrans et dénicher des souvenirs enfouis qui sont différents — sont des artefacts du processus de l’hypnose. Quelles sont vos opinions sur ces questions ?

KT : Je pense que ces positions sont complètement intenables, elles proviennent de ce que j’appelle la recherche de fauteuil. Je ne conçois pas qu’une personne qui a vraiment eu ces expériences puisse les adopter. S’ils les ont vécu et veulent revenir et parler de ce qu’il se passe vraiment lorsqu’ils expérimentent l’hypnose, pour voir ce dont ils se souviennent consciemment, alors nous aurons un dialogue. Pour le moment, ils parlent sans savoir. Ils parlent hypothétiquement, et leurs opinions sont basées sur des compréhensions erronées du phénomène, des expériences, et du contrôle exercé sur les abductés durant ces expériences. Il est facile de philosopher toute sorte d’explication, mais cela ne signifie pas que ces explications ont un quelconque lien avec ce qu’il se passe vraiment. Aussi, il y a de bons hypnotiseurs et de mauvais hypnotiseurs. Un mauvais hypnotiseur peut sans doute esquinter pas mal de choses. Je sais que des gens qui ont été voir des hypnotiseurs pour arrêter de fumer ou pour des problèmes de diète ont parfois souffert davantage après l’hypnose. Évidemment, certaines choses peuvent être mal traitées. Mais mon expérience avec l’hypnose et la véracité de ce qui est souvenu m’a prouvé que ce fut exact. J’ai été en mesure d’enquêter sur ces cas. Parfois, des éléments erronés apparaissent, ou sont créés à cause de la situation, mais ce n’est pas la norme. J’en conclus que l’hypnose est, dans l’ensemble, l’un des meilleurs outils dont nous disposons. Utilisé correctement, ce pourrait être le seul outil que nous ayons pour amener à l’état conscient certains éléments d’informations (ou niveaux d’information). J’ai pu vérifier de nombreux souvenirs en les comparant aux preuves extérieurs vérifiables, et ils se sont avérés corrects.

’MÉMOIRES’ ÉCRANS, CAMÉLÉONS ET ’NAZIS’ :

CF : Vous avez constaté, n’est-ce pas, que parfois il y a des niveaux multiples, comme les couches d’un oignon ? Un expérienceur est mis sous hypnose et apporte un scénario, puis, lorsqu’il est régressé plus profondément, il brise le premier niveau (vous découvrez que c’est une mémoire écran), et un différent scénario émerge.

KT : Oui, et il me semble que, dans certains cas, un niveau plancher peut être atteint.

CF : Combien il y a-t-il de niveaux ; à quelle profondeur pouvez-vous aller, et qu’il y a-t-il au fond ?

KT : Nous n’avons pas fait suffisamment de recherches pour répondre à ces questions sans être un philosophe de fauteuil. En général (pas toujours) le premier rappel porte le plus souvent sur l’information consciente. Quand le sujet est conduit à un niveau plus profond de l’état de transe et est invité à se concentrer, ce l’on rapporte souvent est que le sujet ne verra pas la même chose que lors d’un rappel conscient. Puis un processus de tâtonnement commence. Le sujet pense, "Ceci fut incorrect ; je sens que quelque chose était faux ; et quand je me concentre, je vois que ce n’est pas comme je pensais que ce l’était." C’est un niveau de transition. Il peut y avoir quelques niveaux seulement — comparé à, disons, vingt niveaux — mais il y a certainement un niveau de couverture, qui recouvre une fondation plus solide. Si l’on aide le sujet à programmer ses ordinateurs mentaux pour pénétrer l’illusion et ne dire que des énoncés véridiques, corrects, en réponse à, comme le disait souvent Barbara, "clarifiez la vision," alors ils se souviendront de scénarios radicalement différents — non pas des versions enrichies des premiers scénarios, mais quelque chose d’assez différent de ce que leurs dernières mémoires conscientes ont montré. Il y a au moins deux niveaux, et peut-être trois.

CF : Les gens nous ont dit qu’ils peuvent briser progressivement les mémoires écrans jusqu’à obtenir un scénario impliquant des reptiliens, et qu’ils ne peuvent pas aller plus loin. Est-ce bien le cas ?

KT : Dans les quelques cas que je connais très bien, lorsque la "ligne de base" est atteinte, les reptiliens sont impliqués.

CF : Est-ce que les gris sont toujours impliqués au plus haut niveau ?

KT : Parfois le premier niveau implique des gris, parfois des humains, parfois des Pléiadiens, parfois des animaux étranges.

CF : Les abductés nous disent avoir vu des êtres — des Nordiques angéliques, par exemple — et ensuite, lorsqu’ils se concentrent et essayent de se focaliser sur les mémoires qu’ils ont de ces êtres, ils disparaissent et derrière eux il y a les "types lézards".

KT : Il y a un certain nombre de cas que je ne connais pas bien. J’ai entendu d’autres chercheurs parler de la même chose. Dans un cas que je raconte dans "Into the Fringe," James avait surtout des souvenirs conscients et n’a quasiment pas [eu besoin] d’hypnose. Il se souvient avoir été entrainé à proximité d’une superbe femme "Pléiadienne", qui était très attractive et tendre, et presque séduisante. Elle voulait qu’il vienne l’embrasser. Lorsqu’il vint dans son étreinte, et pensait qu’elle allait l’embrasser, elle a entièrement disparu et ce qu’il restait à la place était un personnage noir-violacé, grumeleux, d’une apparence presque visqueuse avec des traits assez asymétriques. J’ai rencontré ce même type de créature dans plusieurs autres cas. L’entité était très forte. Au lieu d’embrasser James, la créature l’a jeté au sol et a pressé un tube de soixante centimètres par sa gorge, dans son estomac, et en a retiré des sucs gastriques. Le jour d’après, il avait encore un certain goût de bile, l’intérieur de sa gorge était endolorie, et il a découvert des griffures des deux côtés de son cou, là où il a été tenu. Quoi que l’entité fusse, elle avait des sortes de griffes (qui, bien-sûr, correspondent aux reptiliens). Peut-être, qu’il n’a pas vu le personnage entier car il était trop près de lui. Mais il pouvait voir un peau grumeleuse, qui pourrait correspondre à l’apparence rugueuse, écailleuse, qui est considérée comme reptilienne. C’est bosselé, strié, osseux, fort, lacéré.

CF : Apparemment ces êtres ont la capacité de projeter des images différentes.

KT : Certaines personnes disent qu’ils se transforment — qu’ils mutent ou changent leurs propres vraies formes. Je ne considère pas cela exact. Je ne pense pas qu’ils ressemblent vraiment à une blonde, qu’ils font quelque chose pour vous tromper et puis qu’ils ressemblent soudainement à un reptilien. (Note de Jsf : Étant donné que la 4D est une zone de variabilité de la physicalité, le shape-shifting est une hypothèse certes envisageable.) Je pense que ce qu’ils modifient est la perception humaine. Ils peuvent certainement projeter de fausses images — tout comme lorsque la grand-mère de Ted [Ted Rice] vit son défunt mari, de façon à ce qu’elle consente à avoir une relation sexuelle. Le grand-père de Ted est mort depuis six ans. Et au milieu du rapport avec ce qu’elle pensait être son mari défunt, l’image a disparu — parce, je suppose, les extraterrestres voulaient prendre le "jus émotionnel" — et elle vit un ’reptoïde’ sur elle. Nous avons également entendu des histoires sur des militaires présents lors d’abductions, et lorsque les personnes focalisent leur concentration sur eux, ils changent. Budd Hopkins raconte une histoire sur une personne qui a vu un policier militaire. Il se demandait pourquoi donc ce policier militaire était là, et tenta de se concentrer avec beaucoup d’attention sur lui. En faisant cela, le policier militaire se changea, devant ses yeux, en un officier de haut rang, puis ensuite en un officier NAZI. (Note de Branton : Sous hypnose régressive, Barney Hill — qui avec sa femme a affirmé avoir été abducté par des ’gris’ reptiliens de Zeta Reticuli — a également rapporté avoir vu un officier militaire "Nazi Allemand" dans le vaisseau, travaillant avec les extraterrestres. Cela suggère que la CIA a plus ou moins hérité du plan de collaboration des extraterrestres qui fut initié par les ’Baveriens’ en ou autour de 1933). Les extraterrestres ne peuvent pas nous permettre d’interagir avec eux dans notre état normal de conscience car nous serions sous notre propre contrôle, et ce n’est pas ce qu’ils désirent.



Scène de stockage des corps dans un vaisseau des Gris, dans le film Fire in the sky, basé sur des faits réels

MENACES VIA L’UTILISATION DE CLONES

"...On lui a dit, ’si tu ne coopères pas, nous te remplacerons par ceci et personne ne saura la différence.’ Lorsque Ted était adolescent, lui et de nombreux autres adolescents furent abductés ensemble et on leur montrèrent des copies de leurs corps. Dans ce cas, aussi, les clones sont utilisés comme menaces."

L’UTILISATION EXTRATERRESTRE DES CLONES

"Ted se souvient d’une opération dans laquelle son corps original fut tué. Ils lui ont d’abord donné à boire une substance luisante, verte, brûlante. Ça l’a rendu très nauséeux. Il a vomi immédiatement, et alors ils lui ont coupé sa tête [et son fluide vital fut drainé de son corps vers un récipient]. Lorsque son énergie d’âme — ou appelez ça comme vous voulez — vint hors de son corps, elle est restée attachée au corps à cette zone de liquide grumeleux, luisant, et vert. Il semblait être incapable de s’en libérer. Ils ont aspiré cela dans une petite boite noire, qui fut posée sur un comptoir pendant que les pendant que les extraterrestres préparaient son nouveau corps cloné. Puis ils mirent des implants dans les épaules, le cou et les pieds du nouveau corps pour l’activer. Une fois qu’il a commencé à respirer, l’énergie d’âme pouvait y être insérée. Son énergie d’âme, qui avait été entreposée dans la petite boite noire après la mort de son premier corps, fut introduite dans le nouveau corps, et puisque le corps respirait, elle y fut piégée."

(Note de Branton : Durant cette abduction, Ted rencontra deux autres ’clones’, un jeune garçon et une fille. Ceci se déroula dans une ÉNORME station spatiale, de couleur verte foncée avec des ’pointes’ qui en sortent comme on peut en voir sur une vielle ’mine’ flottante de la seconde Guerre Mondiale. De plus petits vaisseaux entraient et sortaient via ces extensions en ’tube’. Il n’a rencontré que quelques humanoïdes sur ce vaisseau gigantesque, une femme aux cheveux roux avec peu ou pas d’expression émotionnelle, un ’homme’ de type hybride aux des cheveux foncés ayant des dispositions malveillantes, et un homme ’gentil’ avec des sortes de cheveux courts et blonds qui tenta de dissoudre toutes ses appréhensions. Bien qu’il y avait dans cette énorme station des sortes de gens de type ’Bigfoot’, des humanoïdes poilus nains, de grands insectoïdes ’Mantes’ avec des traits faciaux remarquablement ’humains’, et de nombreux êtres bizarres et grotesques qui semblaient être des hybrides génétiques avec des caractéristiques humaines et animales, la grande majorité des extraterrestres étaient de la variété commune des ’Gris’ reptiliens-insectoïdes.)

LES DRACOS ONT-ILS ’BESOIN’ D’ÉNERGIE ÉMOTIONNELLE COMME NOURRITURE ?

"Évidemment, un corps qui a eu une énergie d’âme en lui — un qui absorbe certaines sortes d’énergie émotionnelle — est plus nourrissant qu’un corps ’plat’ qui n’a pas été au travers des processus de la vie. Disons que, à huit ou neuf ans, vous en avez déjà vécu, et vous avez une sorte de stockage émotionnel qui est déjà en marche. S’ils tuent votre corps nutritif ’absolument délicieux’ pour leur utilisation et mettent le matériel de votre âme dans un corps clôné qui n’a pas eu d’expériences de vie, alors ils peuvent vous laisser aller plusieurs années de plus dans ce corps pour qu’une énergie émotionnelle se construise en lui. Alors, pour eux, il sera prêt à manger, et ils peuvent reproduire ce processus de nombreuses fois."

VAMPIRES PSYCHIQUES ET TRAUMA ÉMOTIONNELS INDUITS :

"Les abductés sont soumis à d’autres types de programmations et contraintes. Le seul point commun que je peux voir en eux tous, jusqu’à présent, c’est qu’ils provoquent de grandes tourmentes et produisent de grandes quantités d’énergie émotionnelle. Et peut-être des corps plus savoureux. Mais certainement une production d’énergie immédiate."

COMMENT LES EXTRATERRESTRES PEUVENT CONTRÔLER LES DIRIGEANTS :

"Personnellement, je pense que l’on peut contrôler plus facilement les dirigeants avec des implants. Maintenant, s’ils voulaient utiliser l’une de leurs propres âmes, peut-être pour occuper le corps d’un politicien et à plein temps par le biais de celui-ci, ce pourrait être réalisé. Peut-être qu’ils pourraient simplement retirer l’âme et y attacher une autre. Ils ont la capacité de récupérer ce que nous appelons l’âme, la stocker dans un récipient, et puis la replacer dans un autre corps. Ils peuvent la mettre dans le corps qu’ils souhaitent, n’importe lequel." (Note de Jsf : Laura Knigh-Jadczik, auteur de Ces mondes qui nous gouvernent, réfute la possibilité que l’âme d’un reptilien puisse occuper l’âme d’un humain, d’où les tentatives de création d’une race hybride.)

AUCUN E.T. (ÉTHIQUEMENT) POSITIF ?

"J’accepte qu’il y ait des forces intelligentes qui peuvent nous contacter et nous informer — peut-être pour nous aider nous-mêmes."


SPIRITUELLEMENT AVANCÉS ? :

"Et il devient clair à partir de ces détails que que les êtres qui font de telles choses ne peuvent pas être vus comme spirituellement avancés, avec le meilleur intérêt à l’esprit pour la race humaine. Quelque chose d’autre se passe, quelque chose de bien plus douloureux et effrayant, dans beaucoup, beaucoup de rencontres d’abductions. Il y a une théorie actuelle dans la recherche ufologiques qui dit que les abductés perçoivent leurs expériences d’une façon négative seulement parce qu’ils ne sont eux-mêmes pas spirituellement ou psychiquement avancés. Les personnes avec un développement cosmique ont des rencontres extraterrestres positives, prétend la théorie, et ceux qui ont des expériences douloureuses ou effrayantes ont simplement des Néanderthals spirituels. C’est une théorie chouchoutée par de chercheurs qui affirment que les extraterrestres, qu’ils soient objectivement réels ou non, servent de ’miroirs’ à notre nature spirituelle, sur une base individuelle ou étendue à l’espèce. Strieber a exprimé cette théorie, par exemple, dans Majestic, lorsqu’il dit, ’Dans les yeux des autres [les extraterrestres], nous qui les avons rencontrés nous sommes vus nous-mêmes. Et là, il y avait des démons’.

(Note de Branton : Dans une partie de l’émission STRANGE UNIVERSE TV, Whitley Strieber a commenté une cassette vidéo d’un interrogatoire militaire d’un ’gris’ reptilien de la Zone 51. Strieber a montré une extrême colère et a déclaré en substance qu’il était stupéfait que l’une de ces "personnes magnifiques" pouvait être dans une telle situation, et que l’interrogatoire fut l’un des actes ’les plus malfaisants’ de l’histoire humaine. Strieber a maintes et maintes fois rapporté dans ses écrits de la terreur absolue et de la malfaisance qu’il a rencontré en relation avec les extraterrestres. Il a également affirmé que la terreur et douleur l’a consumé à un tel point qu’il ressentait que le ’vieux’ Whitley disparaissait et quelque chose d’autre prenait sa place. Serait-il possible que ’Whitley Strieber’ ne soit plus à la maison, en un sens, et que la ’personne’ qui a réagi à la vidéo n’était PAS exactement le même ’Whitley’ qui résidait là avant que ses expériences majeures d’abduction aient commencé ? L’utilisation de la douleur, la torture et la terreur est un moyen commun et bien connu de mind-control et fragmentation mentale parmi les ’insiders’. Dans les affres de la douleur et de l’intensité émotionnelle ou même la stimulation sexuelle, il est facile d’induire une programmation hypnotique ou même une personnalité alterne ou "alter" chez un sujet mind-controlé.).

Ayant travaillé avec tant d’abductés décents, honnêtes, positivement orientés, je crois cependant que cette théorie est fausse. Elle est pire que fausse — elle est infâme, aussi infâme que de blâmer la victime d’un viol pour les violences commises à son encontre. Cette attitude [qu’ils ont des expériences négatives parce qu’ils ne sont pas suffisamment spirituellement développés] fait éprouver aux nombreux abductés le sentiment d’avoir été doublement violé, d’abord par les extraterrestres qui les ont enlevés, puis par les chercheurs ufologues envers qui ils cherchent de l’aide et des explications. Mais il est facile de comprendre pourquoi une telle théorie serait si populaire. Les humains ont un besoin profond de croire en la puissance du bien. Nous avons besoin que les extraterrestres soient une bonne force, car nous nous sentons si démunis en leur présence. Et nous avons besoin qu’une force supérieure nous offre un espoir de salut, à la fois personnellement et globalement, lorsque nous considérons le triste état du monde. Je pense que les extraterrestres savent cela de nous — ils savent que nous voulons et espérons qu’ils soient des créatures bienveillantes — et ils UTILISENT nos désirs de bonté pour nous manipuler. Quelle meilleure manière d’obtenir notre coopération il y a-t-il, que de nous dire que les choses qu’ils font sont pour notre propre bien ? (Note de Jsf : c’est exactement la désinformation que répand Barbara Bartholic aujourd’hui) Mais examinons les actions, les résultats de l’interférence extraterrestres comme la longue liste ci-dessus. Il y a une grande différence entre ce que nous désirons d’eux et ce qu’ils nous font."

On nous dit aussi que les extraterrestres sont ici pour nous sauver de la destruction de notre planète à cause de la violence, des drogues, des maladies épidémiques, de la pollution, du délabrement des ressources. Et peu importe si ces problèmes se sont amplifiés et ont empiré depuis que les ETs ont commencé à nous rendre visite.

KIDNAPPING BIENVEILLANT ?

"Les rapports d’abductions ne sont pas tous remplis d’évènements effrayants et douloureux, bien sûr. Beaucoup de gens disent que leurs rencontres extraterrestres furent ressenties comme bienveillantes, que leurs ABDUCTEURS les ont traité gentiment ou du moins avec un détachement scientifique. Certains abductés se souviennent d’avoir entendu qu’ils étaient ’spéciaux,’ qu’ils avaient été ’choisis,’ et qu’ils avaient une tâche importante à accomplir pour le bien de l’humanité. (Note de Jurian : S’ils sont choisis, alors ils sont "plus" importants que les autres, ce qui induit une hiérarchie, ce qui induit la création d’un système pyramidal, et c’est effectivement comme cela que fonctionne la politique ou les religions organisées.) Devant de tels messages positifs, les abductés peuvent dénier la peur et la douleur de leurs rencontres et se convaincre eux-mêmes et les autres qu’il existe un motif supérieur sous-jacent à l’expérience d’abduction. Et, en certains cas, tout ce dont se SOUVENT un abducté est une rencontre bienveillante de sorte qu’il n’y a donc aucune raison de supposer que des actions négatives se soient produites."



DAVANTAGE SUR LES MÉMOIRES ÉCRANS :

"Une recherche Intensive montre qu’il y a au cœur de l’interaction humaine-extraterrestre une nette tendance à la MYSTIFICATION. Nous savons, par exemple, que les "mémoires écrans" sont souvent utilisées pour masquer une abduction extraterrestre. De tels témoignages abondent, dans lesquels une personne voit un animal familier et cependant incongru [au-mauvais-endroit], comme un cerf ou hibou, un singe ou un lapin, et puis fait expérience d’un missing time [temps manquant]. (Note de Jurian : Cf. une scène de Taken, minisérie inspirée des travaux de Turner) Souvent, la personne se réveille en trouvant après une cicatrice inexpliquée sur son corps. L’appréhension de la rencontre va persister, cependant, et de très différents souvenirs peuvent commencer à faire surface dans des rêves ou flashbacks ; la personne recherchera ensuite de l’aide pour expliquer son malaise. La régression hypnotique est fréquemment utilisée pour retrouver les évènements derrière les "mémoires écrans," et c’est alors qu’une abduction extraterrestre typique émerge. Les recherches les plus récentes dans lesquelles je fus impliquée montrèrent une seconde sorte de processus de camouflage. Si cela se révèle être exact, alors des milliers de cas d’abductions ont un besoin urgent de ré-inspection. Le scénario typique du passage par l’hypnose régressive est la pénétration des premiers souvenirs bloqués. L’abducté se souvient ensuite d’une rencontre, jusqu’ici oubliée, comme un examen physique d’une certaine sorte, peut-être avec des tissus corporels enlevés ou un examen gynécologique. D’autres rapports typiques comprennent la prise de sperme et d’ovule, le fait d’être informé d’une tâche importante à réaliser, ou recevoir un avertissement de la catastrophe prochaine. Et dans la plupart des cas, à la fois l’abducté et l’enquêteur sortent de la session d’hypnose avec le sentiment qu’ils ont découvert la vérité sur l’expérience. La rationalisation conduit à croire que les fins des extraterrestres doivent être scientifiquement objectives ou bienveillantes. Moins les souvenirs rappelés sous hypnose sont menaçants, plus ils sont bienveillants, plus l’enquêteur et l’abducté sont satisfaits. "Ce n’était pas si mal, finalement, n’est-ce pas ? Ces êtres sont nos amis, ou du moins ils ne sont pas nos ennemis." Et tout le monde s’en va avec un sentiment de soulagement. J’attends encore d’entendre un chercheur qui met en doute les premiers scénarios découverts. Mais dans plusieurs cas récents, il est apparent que ces mémoires rappelées pourraient aussi être un autre écran, masquant des évènements qui sont beaucoup plus répréhensibles. Je vais vous exposer un de ces cas, pour clarifier la question."


UN RAPPORT ÉTRANGE

"Un homme à la fin de la quarantaine vint nous voir pour faire des recherches sur plusieurs évènements liés aux extraterrestres dans sa vie, et dans son interview il a parlé d’un étrange épisode qui l’a hanté depuis son enfance, bien qu’apparemment non orienté sur les extraterrestres. Lorsqu’il avait dix ans, sa grand-mère vint le voir chez lui, et puisque la maison était petite, elle partagea son lit lors de la première nuit de sa visite. Pendant la nuit, le garçon fut réveillé par une forte voix d’homme. Il ne pouvait pas comprendre ce que disait la voix, mais elle semblait en colère et s’adressait à sa grand-mère qui était allongée près de lui. Le lendemain matin, il a demandé à sa grand-mère, "Quelle était cette voix dans la chambre à coucher la nuit dernière ?" Sa grand-mère, les larmes aux yeux, le pressa contre elle et a dit, "C’était le diable." Elle n’a rien dit de plus sur cet épisode, mais elle insista que son fils la ramène chez elle immédiatement. C’était une demande déraisonnable, et son fils tenta de lui parler. Mais la grand-mère était catégorique, et finalement son fils accepta de l’emmener chez elle le jour suivant. Toute la famille fit un voyage de plus de cent soixante kilomètres jusqu’à la ferme de la grand-mère, et une heure après son arrivée, la grand-mère fut victime d’un fort accident cérébral et mourut. Depuis cet évènement, l’homme avait senti un lourd fardeau de culpabilité associé à la mort de sa grand-mère. Pourtant, il n’y avait pas de raison consciente pour lui de ressentir cela. Tout l’évènement était poignant et rendait perplexe, mais dans toutes les rencontres extraterrestres qu’il a ensuite subi, il avait ressenti que les extraterrestres l’aidaient à élargir ses capacités psychiques.

Une session de régression fut organisée, et durant l’hypnose, il a été invité à regarder cette expérience de son enfance. Ce dont il s’est souvenu fut une abduction dans laquelle lui et sa grand-mère furent emmenés dans un vaisseau en compagnie d’extraterrestres reptiliens. Il s’est rappelé que les extraterrestres dirent à sa grand-mère qu’ils étaient intéressés par sa connaissance des plantes médicinales, et ils lui ont proposé d’échanger des informations médicales.

Ils donnèrent au garçon et à la grand-mère un liquide à boire, expliquant que c’était bénéfique et que cela rajeunirait la grand-mère et la rendrait de nouveau attirante. Donc eux deux burent le liquide, et l’homme se souvint d’avoir effectivement vu sa grand-mère paraître beaucoup plus jeune. Telle fut l’étendue de ses souvenirs.

Lui-même et Mme Bartholic, qui conduisait la régression, furent intrigués par cela, parce qu’il n’y avait rien dans cet épisode qui puisse expliquer la culpabilité qu’il ressentait pour la mort de sa grand-mère. Donc Mme Bartholic a approfondi le niveau de transe de l’homme et lui a demandé de revoir la scène avec une vision clarifiée. Et ce dont il s’est alors rappelé était bien plus troublant.

L’abduction, au début, succédait à ses premiers souvenirs. Mais lorsqu’il a bu le liquide, il s’est maintenant souvenu d’une très forte sensation de changement dans son corps. Et il vit que sa grand-mère n’avait pas réellement l’air plus jeune. Au lieu de cela, elle fut placée sur une table et était approchée par l’un des extraterrestres reptiliens qui voulaient avoir une relation sexuelle avec elle. Le liquide avait agi comme un aphrodisiaque, bien que la grand-mère résistait et disait que depuis la mort de son mari elle n’allait plus avoir de rapports sexuels avec quiconque. Le reptilien a ri et a momentanément disparu de la chambre. Lorsqu’il est revenu, il était accompagné d’un homme qui ressemblait exactement à son défunt mari.

À ce moment-là, la grand-mère a accepté d’avoir une relation sexuelle, mais alors que l’acte était en cours, elle réalisa soudainement que l’image de son mari défunt était une illusion cruelle. C’était en fait le reptilien sur elle, et elle cria dans une vive résistance de la laisser seule. Une fois qu’il en avait fini avec elle, il a soulevé le petit garçon et l’a placé dessus la grand-mère, la forçant à avoir un autre acte sexuel sur eux deux.

Puis la grand-mère fut retiré de la table et le petit garçon fut lui-même victime du reptilien, forcé d’avoir des relations anales et orales. La grand mère a violemment protesté, repoussant le reptilien de son petit-fils et s’interposant entre les deux. "Par Jésus," cria-t-elle, "tu ne toucheras pas à ce garçon !"

Ce devait être une mauvaise chose à dire, parce que le reptilien est devenu très en colère et l’a menacé. "Tu vas mourir pour ça !" lui a-t-il dit, et les deux personnes retournèrent à la chambre dans laquelle ils avaient été enlevé. Le lendemain matin, la grand-mère a dit au petit garçon que le diable avait été là la nuit précédente, et c’est alors qu’elle insista pour revenir chez elle. Et, comme cela s’est avéré, elle est morte juste après.

C’était donc la raison du sentiment de culpabilité de l’homme au sujet de sa mort. Il avait été forcé d’avoir des relations sexuelles avec elle, et sa mort avait suivi peu de temps après. Mais rien de cela ne serait apparu si Mme Bartholic n’avait pas fait ce que la plupart des enquêteurs ne font pas et avait abandonné la régression après avoir mis au jour l’histoire de l’échange de connaissance médicinale.

Il existe d’autres cas dans nos dossiers qui présentent des mystifications similaires à l’œuvre dans le premier rappel hypnotique. Nous ne pouvons pas faire confiance à cette première mémoire ; il est clair que, comme dans bien d’autres expériences d’abduction, il peut y avoir une dissimulation des évènements.

Avant de nous laisser croire en la bienveillance de l’interaction extraterrestres, nous devrions nous demander pourquoi des êtres spirituellement avancés ont besoin du couvert de la nuit pour accomplir de bonnes actions ? Pourquoi ont-ils besoin de nous paralyser et nous rendre impuissants à résister ? Pourquoi est-ce que des "anges" ont besoin de voler nos fœtus ? Pourquoi ont-ils besoin de manipuler les organes génitaux de nos enfants et de sonder nos rectums ? La peur, la douleur et la mystification sont-elles compatibles avec de hautes motivations spirituelles ?

[L’interview continue. En réponse à une question sur la nature de ’vampire psychique’ des extraterrestres, Karla déclare] :

KT : ...Oui. Maintenant vous en arrivez à ce qui pourrait être le point essentiel de la ’moisson.’ Il se peut qu’ils n’aient pas seulement besoin d’énergie émotionnelle, mais qu’au moins une de leurs factions utilise effectivement nos corps physiques [et si je devais deviner, je dirais que ce sont les reptoïdes]. Ils tentent avec difficulté de nous détacher de nos propres corps en nous disant que ce sont "seulement des containers." Pourquoi ? Parce qu’ils mangent nos corps. Si une vache savait que vous alliez la manger, vous voudriez dire à cette vache [si elle pouvait comprendre], "Ton corps n’est pas important. Il ne compte pas."

[En réponse à une question sur la nature spirituelle des Gris et des Reptiloïdes] :

KT : Je pense qu’il faut réfléchir à cela. Je ne crois pas que les gris ont des âmes, mais qu’ils sont plus comme des ’Frankensteins’ ou ’zombies’ ou le terme que vous voulez employer pour "mort vivant." Lorsque je fus avec eux, j’eus le sentiment écrasant qu’ils ne sont pas en vie — qu’ils sont morts. (Note de Branton : Ou... comme l’enquêteur Val Valerian le dit, qu’ils ont une "anti-vie")

Le Dr. Gregory L. Little a ajouté ceci au sujet des expériences de Karla Turner :

Karla disait qu’elle rentrait chez elle lorsqu’un être a saisi son bras. La créature lui a dit qu’elle était sa mère, mais Karla a déclaré qu’elle ressemblait à une sauterelle géante. Une autre fois, Karla rentrait chez elle par son arrière-cour quand elle sentit avoir comme "...heurté une clôture électrifiée. Je ne me sentais pas bien...ne bougeais pas bien ...il y avait une lueur partout...je me suis arrêtée...et j’ai vu quatre êtres gris se tenir côté à côté dans mon jardin. Je supposais que c’était une hallucination (mais) j’étais réveillée — pourquoi ? Je sentais que je pouvais voir à travers eux et ils m’ont parlé par télépathie.

"’Salutations, nous sommes vos ancêtres,’ ont-ils dit. ’Nous sommes une partie de vous, mais nous sommes réels.’

"Je ne pouvais pas bouger normalement," a poursuivi Karla. "Puis deux femelles derrière moi se sont approchées - elles ont commencé à bourdonner."

"’Elles vous donnent des instructions,’ m’ont-ils dit."

Karla et Casey [son mari] se sont associés à divers enquêteurs du MUFON depuis la découverte de leurs souvenirs et ils conduisaient eux-mêmes diverses enquêtes. Ils se sont en quelque sorte spécialisés dans les abductions sexuelles et ont été influencé par les livres populaires Intruders, Missing Time, et d’autres...

Les extraterrestres ’modernes’ liés aux abductions sexuelles semblent maintenant se diviser en trois grandes catégories. Les gris traditionnels sont quasiment toujours présents. Les gris masculins s’engagent rarement dans des rapports sexuels, mais les gris féminins le font. Les gris branchent souvent des appareils bizarres sur les organes sexuels des abductés et insèrent des aiguilles dans la tentative apparente de recueillir des échantillons de sperme et d’ovule. Puis il y a les créatures plus sinistres décrites comme étant les reptiliens, les (sortes de) sauterelles et les (sortes de) mantes. Ces créatures, dont les organes sexuels sont décrits comme étant glacés, ont souvent des rapports sexuels avec les humains. Finalement, il y a des créatures qui, à l’exception de leurs vêtements, seraient indissociables des humains. Elles sont parfois décrites comme ayant une apparence Nordique — grands blonds avec des yeux bleus. Ces abducteurs ont eu parfois des rapports sexuels avec les abductés.

(Note de Branton : Ici, le Dr. Little tente de combler le fossé entre les aspects technologiques et métaphysiques du phénomène OVNI en révélant les liens directs entre de nombreuses rencontres OVNI modernes et les anciennes rencontres avec des incubes, succubes, fées, élémentaux, et d’autres êtres du genre démons et les nombreuses similarités qu’il y a entre ces anciennes abductions ’démoniaques’ et les abductions ’extraterrestres’ modernes.)


"Tout comme le font les abducteurs OVNI modernes, les démons recueillaient des échantillons de sperme des victimes masculines depuis longtemps. Selon les anciens rapports, les succubes recueillent le sperme des victimes masculines de sorte que le démon puisse pleinement accomplir l’acte sexuel et parfois féconder sa victime féminine en se comportant comme un incube. Saint Thomas d’Aquin, dans le livre Somme Théologique écrivait au 13ème siècle :

"Les diables collectent en effet la semence humaine à l’aide de moyens capables de produire des effets sur le corps [...] Ils peuvent transférer la semence collectée, et l’injecter dans d’autres corps"

"’...si parfois les enfants sont nés de rapports sexuels avec les démons, ce n’est pas à cause du sperme émis par eux, ou des corps qu’ils possèdent, mais à cause de sperme pris de certains hommes à cette fin, voyant que le même démon qui agit en tant que succube pour un homme devient un incube pour une femme.’"

"...Pendant plusieurs années il y a eu des rapports d’abductions extraterrestres à des fins sexuelles. À cause du nombre de rapports venant des membres de la jeune église, une grande attention fut accordée à ce phénomène durant le 13ème et 14ème siècle. Voici quelques extraits de l’église de ce temps :

"De Trinitate : ’Les démons recueillent effectivement le sperme humain... de ce fait les démons peuvent transférer le sperme qu’ils ont recueilli et l’injecter dans le corps d’autres personnes.’

"Bonaventura écrit : ’Les démons sous la forme de femmes désarment les hommes et reçoivent leur sperme ; par une ruse habile, les démons en conservent son efficacité sexuelle, et après,...ils deviennent incubes et le déversent dans le réceptacle féminin.’

"Tout comme dans les témoignages modernes d’OVNIs, les incubes qui désirent avoir des relations sexuelles avec un homme ajusteront leur forme afin d’abaisser la résistance de la victime. En 1698 Johann Klein rapportait une affaire dans laquelle une femme affirmait avoir été fécondé par son mari mort depuis longtemps. Une créature adoptant sa forme lui était apparue la nuit dans sa chambre, elle n’a tout simplement pas pu y résister. Beaucoup d’autres victimes d’incubes affirmaient que l’incube leur apparaissait en tant que personne (décédée) qu’elles connaissaient et aimaient. (Note de jsf : pour plus de témoignages historiques, lire cet article de Jean Sider.)

LE CONTE D’HANSEL ET GRETEL

L’histoire d’Hansel et Gretel apporte une leçon que chaque abducté devrait écouter avec attention. Ces enfants innocents, errants, perdus et effrayés dans la forêt, rencontrèrent un maison en pain d’épice qui semblait leur offrir abri et nourriture. La propriétaire de la maison, une vieille femme flétrie, les effrayait au début, mais leur faim les a poussé à accepter sa proposition de venir à l’intérieur et de se nourrir.

Ils entrèrent dans la maison en pain d’épice et devinrent rapidement les captifs de la vieille femme. Gardés dans des cages, les deux enfants étaient abondamment nourris. Ce n’était pas à leur avantage, cependant. En fait, ils étaient engraissés pour le four ! Le caractère trompeur de la maison en pain d’épice et l’offre de la vieille femme ont assez bien fonctionné.

C’est le caractère trompeur de cette histoire qui contient un avertissement pour les humains qui sont abductés par les extraterrestres. Comme Hansel et Gretel, nous sommes d’abord terrifiés par les extraterrestres, mais dans de trop nombreux cas, notre peur est domptée par les mots de nos ravisseurs et par les pensées et expériences qu’ils nous présentent.


Commentaire final : Le phénomène d’abduction est beaucoup plus répandu que nous le pensons, et il nous concerne tous — c’est, en somme, ce qu’il nous faut retenir. Il ne s’agit pas de quelques "excentriques". J’ai d’ailleurs moi-même eu une telle confrontation. Si les abductions "réussies" sont comme ’effacées’ de la mémoire, alors nous pourrions imaginer qu’une personne sur deux a déjà subi une abduction. Que penser alors du nombre d’observations d’OVNIs en forte augmentation de nos jours ? Que cela veut-il dire ? Il y a-t-il une race, sous nos pieds, plus "nutritive", qui pourrait nous remplacer ? Les implications sont gigantesques et je laisse au lecteur le soin de formuler ses propres questions.

tout son histoire est vraie ,mais elle a été certainement conditionné a raconter cette version officiels des extraterrestres ,mind control oblige soyez prudent avec ce récit .....................

 

Posté par rusty james à 09:41 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,