Les signes précurseurs de la Fin des Temps dans l'islam

apocal

Les signes précurseurs de la Fin des Temps

Anas a dit : « Je vous raconte un hadith que personne après moi ne vous racontera; j’ai entendu le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) dire : « Parmi les signes de l’Heure figurera la rareté de la science, la propagation de l’ignorance, la banalisation de la fornication, l’importance numérique des femmes, la diminution des hommes au point qu’il y aura 50 femmes POUR un seul homme » ». (Al-Boukhari  et at-Tirmidhi n°2131)

 

Les gens n’occuperont plus la place qui leur revient

Le Prophète, répondant à une question de Jibrîl au sujet des Signes de l’Heure, dit : « Quand tu verras la servante engendrer sa maîtresse, et les va-nu-pieds, les gueux, les miséreux et les bergers rivaliser dans la construction de maisons de plus en plus hautes. » (Al-Boukhâri et Mouslim)

 

dusit-thani-dubai_exterior

Les pervers seront honorés, et les pieux méprisés

Le Prophète dit encore : « Parmi les signes de l’Heure:… on accusera l’honnête de trahison et on fera confiance aux traîtres. » (Ahmad, Bazzâr, At-Tabarâni)

« Parmi les Signes annonciateurs de l’Heure: les mauvaises personnes seront honorées, les bonnes rabaissées, les actes et pratiques se feront rares tandis que l’on parlera beaucoup… » (Al-Hâkim)

 

Obama-wins-nobel-peace-prize

Les gouverneurs seront les pires gens

« Quand le commandement sera confié à ceux qui n’en sont pas dignes… » (Al-Boukhâri)

 

netanyahu-sarkozy-obama

Les déserts seront construits

« L’Heure ne viendra pas avant que la terre des arabes ne soit couverte de ruisseaux… » (Ahmad, Mouslim, Al-Hâkim)

inondation_arabie_saoudite

« Quand les déserts seront construits et les villes détruites… » (At-Tabarâni)

 

sirte-apocalypse-500x320ville de sirte

L’impudeur et le vice se répandront.

Le Prophète disait à ce sujet : « La Fin du Monde n’aura pas lieu tant que les gens ne s’accoupleront pas en public dans la rue comme le font les ânes. » (Ibn Hibbân, Bazzâr)

 

« Parmi les Signes de l’Heure: l’apparition de la grossièreté et de l’indécence… » (At-Tabarâni)

miley-cyrus-vulgaire-langue-twerk

« Quand les hommes se satisferont des hommes et les femmes des femmes. » (At-Tabarâni)

canalblog gay blog infos

« Les femmes seront dévêtues tout en étant habillées ». (Ahmad et Al-Hâkim)

 

divorce_separation_enfants_

Les liens familiaux seront rompus

« Quand les liens de sang seront rompus… » (Ibn Abi Chayba)http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.manage&bid=599939

« … (quand) l’homme obéira à sa femme et se montrera irrespectueux à l’égard de sa mère, quand il favorisera son ami et éloignera son père… » (At-Tirmidhi)

 

canalblog infos politique

Les forces de police et de sécurité seront nombreuses

« Quand les forces de police se seront multipliées… » (At-Tabarâni).

 

bourse

Le commerce se généralisera, mais les marchés connaîtront dans leur ensemble la récession

« Avant la venue de l’Heure, il y aura (..) l’extension du commerce » (Ahmad)

« … (quand) la femme épaulera son époux dans son commerce, et le marché connaîtra la récession. » (Ibn Mardawayh)

 

Yusuf-AL-QARADAWIagent mossad

Les savants seront corrompus

« A la Fin des Temps, il y aura des dévots ignorants et des connaisseurs pervers. » (Abou Nou’aym)

« Quand vos savants apprendront en vue de gagner Dinârs et Dihrams… » (Daylami)

 

Instrumental_Temperature_Record-500x369

Les saisons seront trompeuses

« Viendront pour les gens des saisons trompeuses… » (Ahmad, Ibn Mâdja et Al-Hâkim)

 

Le temps se contractera (accélération du temps)


« L’Heure n’aura pas lieu tant que le temps ne se sera pas contracté, au point que l’année passera comme un mois, le mois comme une semaine, la semaine comme un jour, le jour comme une heure; et l’heure s’écoulera aussi vite qu’un tison enflammé. » (At-Tirmidhi)

 

maxresdefault358

 

 L’apparition du Messie égareur (Antechrist)

Djabir ibn Abd Allah (رضي الله عنه) rapporte que le Messager d’Allah (صلى الله عليه و سلم) a dit : « L’Antéchrist fera son apparition à une époque de régression de la religion et de la science ».

 

Lever-du-Soleil-depuis-l-Ouest-par-rotation-magnetique-ter-500x300

Le levé du soleil en Occident

Selon Abdallah Ibn ‘Amr : J’ai appris du prophète (صلى الله عليه و سلم) un hadith que je n’oublierai pas; je l’ai entendu dire : « Les premiers signes à apparaître seront: Le lever du soleil de l’occident et la sortie de la Bête au grand jour; peu importe laquelle des deux précède l’autre, de toute façon lorsque l’une à lieu, l’autre suivra de peu ».

 

japon-tremblement-de-terre

L’augmentation des tremblements de terre

D’après Abou Houréïrah (qu’Allah soit satisfait de lui) le messager d’Allah (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit : « La fin du monde n’arrivera pas avant que les tremblements de terre n’augmentent ».

max Seismic-Shielding-6


150 ans de mensonge dans la politique étrangère des USA.

guerre_usa

150 ans de mensonge dans la politique étrangère des USA.

Les années 80 sont marquées par une aide sans précédent aux résistants islamistes afghans, les Talibans, à Saddam Hussein dans sa guerre contre l'Iran et à tous les régimes corrompus d'Amérique centrale et du Sud (Nicaragua, Colombie, etc). Faisons un parallèle avec la manière dont Israël tenta de faire baisser l'influence de l'OLP d'Arafat. Les israéliens firent revenir d'exil un extrémiste musulman charismatique : le sheik Yassin, futur chef spirituel du Hamas. Les israéliens aussi bien que les américains jouèrent le jeu de l'extrémisme religieux afin de combattre l'influence des nationalismes arabes. On voit ce que cela a donné : le Hamas (et les autres mouvements radicaux islamistes) refusent tout compromis avec Israël. Les américains jouèrent le jeu des musulmans afghans (Talibans) pendant la guerre menée par l'armée rouge contre l'Afghanistan. Un seul chef d'Etat arabe laïque avait alors grâce à leurs yeux : Saddam Hussein. Les shiites sous la houlette de Khomeiny avaient bouté dehors le chah d'Iran, allié inconditionnel des Américains. Or, Saddam déclara la guerre à l'Iran en 1980, sûr de sa supériorité militaire. C'était sans compter sur le fanatisme shiite iranien qui tint bon jusqu'en 1988, date à laquelle les deux parties cessèrent les hostilités. Mais pour éviter une défaite à l'Irak, les Américains durent lui fournirent des armes parmi les plus perfectionnées de leur arsenal ! L'Irak était ruiné. Les israéliens quant à eux durent faire face à la même époque à la première intifada qui renforça la détermination des mouvements islamistes radicaux. Les extrémistes musulmans s'avérèrent plus intransigeants que les nationalistes de l'OLP. On crut bien qu'au milieu des années 90, Rabbin et Peres allaient aboutir à une paix avec les Palestiniens. Il n'en fut rien. Les accords d'Oslo, permirent une chose : les pays arabes cessèrent de boycotter les produits israéliens et Rabbin fut assassiné par un extrémiste juif. La guerre s'enlisait. Du côté américain, les amis d'autrefois, Ben Ladden et consors s'émancipaient de plus en plus et devinrent dans les années 90, après la fin de la guerre d'Afghanistan, les nouveaux ennemis de l'Amérique. Les attentats contre les intérêts américains se multiplièrent. Les alliés de toujours des Américains, les Saoudiens, revirent leurs positions. Le peuple fanatisé par la propagande wahhabite menée grâce à l'argent du pétrole se mit à haïr les USA comme jamais. Le pays devint de moins en moins sûr pour les intérêts américains. Mais une nouvelle donne avait tout changé. L'URSS n'existait plus. Les Etats-Unis d'Amérique avaient réussi à faire exploser le bloc communiste de l'intérieur. Leurs mains étaient désormais libres pour mener des actions de plus grande envergure. Il fallait se rapprocher de la Chine et de l'Inde, puissantes émergentes : pour ce faire, des bases sont nécessaires. On poussa donc l'Irak à bout.

Dans cet article, nous passerons en revue les multiples interventions de l'armée nord-américaine et nous tenterons de les analyser2. Le pire c'est qu'on n'en voit pas la fin !


    DAKOTA DU SUD 1890 : Troupes, 300 Indiens Iakotas sont massacrés à Wounded Knee.

    ARGENTINE 1890 : Troupes, protection des intérêts US à Buenos Aires.

    CHILI 1891 : Troupes et Marines, affrontements avec des rebelles nationalistes.

    HAÏTI 1891 : Troupes, répression d'une révolte de travailleurs noirs dans l'île de Navassa revendiquée par les Etats-Unis.

    IDAHO 1892 : Troupes, l'armée réprime une grève dans les mines d'argent.

    HAWAII 1893 : Marine, troupes, le royaume indépendant d'Hawai est renversé et le territoire est annexé.

    CHICAGO 1894 : Troupes, dislocation d'une grève du rail, 34 tués.

    NICARAGUA 1894 : Troupes, occupation pendant plusieurs mois de Bluefields.

    CHINE 1894-95 : Marine, troupes. Les Marines débarquent en pleine guerre sino-japonaise.

    COREE 1894-96 : Troupes, Marines cantonnés à Séoul durant la guerre.

    PANAMA 1895 : Troupes, les Marines de la Navy débarquent dans la province colombienne.

    NICARAGUA 1896 : Troupes, les Marines débarquent dans le port de Corinto.

    CHINE 1898-1900 : Troupes, la rébellion des Boxers est combattue par des armées étrangères.




Sur les 13 actions militaires menées ci-dessus, aucune ne l'a été pour les raisons éthiques si souvent mentionnées par les dirigeants de cette noble démocratie. Seuls des intérets purement impérialistes sont en jeu et on utilisa même l'armée pour réprimer des grèves ! On commence tout doucement à douter des intentions si louables et si souvent invoquées par nos amis d'outre-atlantique3.


Remember the Maine

Si l'on regarde l'histoire des guerres menées par les USA depuis la guerre contre l'Espagne en 1898, on observe une chose commune au déclenchement de presque tous les conflits : la manipulation.

La guerre américano-hispanique commence, en 1898, par une mise en scène magistrale, le navire cuirassé USS Maine explose en rade de La Havane, tuant les 268 hommes d'équipage, à l'exception notable de l'ensemble des officiers, qui par le plus grand des hasards dînaient en ville. L'explosion fut présentée par les médias américains comme une attaque espagnole. Les Etats-Unis déclarèrent la guerre à l'Espagne, alors complètement dépassée par l'insurrection cubaine, et les USA en profitèrent pour annexer Guam, Porto-Rico, les Philippines et Hawaï. Il faut également souligner le fait que les autorités espagnoles ont toujours nié les faits et ont tout fait pour régler le problème à l'amiable mais les USA n'ont rien voulu entendre.

Les Etas-Unis voulaient cette guerre un point c'est tout. A la fin de la guerre, la couronne espagnole passa, sous la protection des canons, la main au gouvernement du président McKinley, qui occupa Cuba sous prétexte d'y rétablir l'ordre, un prétexte qu'ils utiliseront encore plus tard. Les forces US ne quittèrent Cuba qu'en 1901 avec l'Amendement Plat, texte par lequel les Etats-Unis s'arrogent le droit d'intervenir à tout moment dans les affaires intérieures cubaines et où Cuba est contrainte de céder la concession perpétuelle de Guantanamo4 aux Etats-Unis.


    PHILIPPINES 1898-1910 : Marines, troupes, 600.000 Philippins tués.

    CUBA 1898-1902 : Marines, troupes, la Navy y occupe toujours une base, la trop célèbre base de Guantanamo.

    PUERTO RICO 1898 : Marines, troupes, territoire ravi à l'Espagne. Depuis, l'occupation se poursuit.

    GUAM 1898 : Marines, troupes, toujours base militaire.

En 1903, avec le scandale de la construction du canal de Panama, les Etats-Unis rachetèrent les droits de construction du canal, mais le gouvernement colombien, dont le panama était partie intégrante, refusa d'aliéner sa souveraineté. Sans scrupules, le gouvernement du président Theodore Roosevelt encouragea les habitants de Panama à faire sécession le 3 novembre 1903 pendant que la flotte américaine mouillait devant les villes de Colon et de Panama, dissuadant l'armée colombienne d'intervenir. Le 6 novembre, le Panama était reconnu par les autorités du gouvernement américain et un traité fut signé le 18 novembre pour la construction du canal avec la cession d'une bande de 10 miles de large autour du canal. Les Panaméens auront du attendre le 31 décembre 1999 pour avoir la restitution de leur souveraineté sur le canal.

Après cela, les opérations militaires s'enchaînèrent : en 1905, Roosevelt menant sa politique du Big Stick placera la République Dominicaine sous administration douanière pour " offense aux USA " .
En 1912, les Marines envahissent le Nicaragua, et le président Taft (bonesman) de claironner : "Le jour n'est pas loin où trois bannières étoilées marqueront notre territoire depuis trois points équidistants : l'un au pôle Nord, l'autre au canal de panama et le troisième au pôle Sud. Tout l'hémisphère nous appartiendra alors de fait, comme il nous appartient moralement aujourd'hui, du fait de la supériorité de notre race". Tout ceci correspond à la doctrine de cette odieuse société secrète de Yale, le Skull and Bones5! En 1914 , la marine américaine pilonne la ville portuaire de Veracruz, attaque due au refus de quelques Mexicains de saluer la bannière étoilée. En 1933, les forces américaines quittent le Nicaragua et laissent le pays aux bons soins du dictateur Anastasio Somoza.

Aujourd'hui encore, l'Amérique Latine reste une " arrière cour " américaine où tous les moyens sont bons pour que l'Oncle Sam continue à faire des bénéfices au mépris des droits de l'homme. C'est pour cela qu'il faut soutenir des gouvernements comme ceux de Chavez ou de Lula au Brésil, gouvernements qui travaillent d'abord dans l'intérêt de leurs peuples plutôt que dans celle de l'Amérique Impérialiste. Une fois élu, Bush junior annonçait qu'il mettrait en place une politique de "Doctrine Monroe globale" voulant faire de la terre un " carré américain ". La Doctrine Monroe, dans son application, n'est qu'une politique d'aliénation des droits des peuples et d'esclavagisme économique pour que quelques personnes aux Etats-Unis puissent conserver leur train de vie, cette doctrine entraîne des morts par milliers et annonce un impérialisme et un rejet de la démocratie dans les pays qui intéressent les gouvernements us qui préfèrent y voir des régimes dictatoriaux…

Pourquoi tant de haine me direz-vous ? Avant 1807, les Etats-Unis étaient en concurrence militaire et économique avec l'Empire Espagnol. Celui-ci, réduit à l'état de puissance de 3eme ordre par les guerres Napoléoniennes et déchirée par des dissensions internes, voit ses colonies se révolter les unes après les autres et se proclamer Républiques indépendantes. Les Etats-Unis, qui voient ces révolutions d'un bon œil, s'empressent de les reconnaître en 1822. Bien sûr, l'Espagne continue, elle, à considérer ces états comme des colonies en état d'insurrection. Entre temps, en Europe, l'Autriche, la Prusse, la Russie et la France créent la Sainte Alliance avec pour but d'écraser les révolutions où qu'elles se présentent. Les Etats-Unis redoutent alors l'envoi d'une armée monarchique en Amérique afin de rendre à l'Espagne catholique ses anciennes colonies. De plus, cette armée n'est pas la seule qui menace les intérêts Etatsuniens sur le continent Américain. Peu de gens savent que la Russie avait déjà établi des comptoirs en Californie et en 1821, un Oukase du Tsar Alexandre revendiqua une partie de l'Oregon pour la rattacher à l'Alaska (non encore possession américaine) et interdit à tous navires étrangers de croiser dans une vaste zone du Nord-Ouest du Pacifique. Le Secrétaire d'Etat John Quincy Adams est conscient de l'importance des futurs marchés que représentent ces nouvelles républiques Latino-Américaines. L'Empire Britannique propose alors de soutenir les Etats-Unis mais Adams arrive à convaincre le président Monroe qu'il appartient aux seuls Etats-Unis de régler ce problème.


Qu'est-ce que la doctrine Monroe : Tout simplement, l'Amérique aux Américains

Le 2 Décembre 1823, le président Monroe énonce devant le Congrès la doctrine qui portera son nom et qui fixera les fondements de la diplomatie Américaine. Cette Doctrine se fonde sur deux grands principes : la non-colonisation et la non-intervention. Elle s'empreint également de considérations et de préjugés raciaux - La prédominance de la race blanche sur la race noire - . Face au " problème noir ", Monroe entérine le compromis du Missouri et prône rien de moins que le renvoi de tous les esclaves noirs en Afrique manu militari.

Les Etats-Unis ayant reconnu l'année précédente l'indépendance des nouvelles républiques Latino-Américaines, l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud ne sont plus ouvertes à la colonisation européenne. Les Etats-Unis regarderont toute intervention de la part des nations européennes dans les affaires du continent américain comme une menace pour l'intégrité des Etats-Unis : "Nous considérons que toute tentative de l'Europe en vue d'étendre son système à quelque fraction que ce soit de cet hémisphère serait dangereux pour notre paix et pour notre sécurité". L'ensemble de l'Amérique Latine est ainsi placée sous protectorat des Etats-Unis et est considéré comme son "arrière cour". John Adams mis en place la philosophie d'exploitation économique et matérielle de l'Amérique du Sud afin d'apporter des matières premières à bas prix aux industries Nord-Américaines. En contre-partie, les Etats-Unis s'engagent à ne jamais intervenir dans les affaires Européennes. Face au barrage de la marine britannique, la Sainte-Alliance renonce à toute intervention en Amérique du Sud et en 1924, la Russie signe un traité avec les Etats-Unis par lequel elle renonce à toute revendication au sud de l'Alaska. Evidemment, les petits états tels que le Honduras, le Venezuela et le Nicaragua n'apprécient guère cette " protection " forcée et de ce quasi-protectorat qui vont amener dans le siècle qui suit les Etats-Unis à intervenir militairement contre toute velléité à leur suprématie.


Mise en Application

La doctrine Monroe prévoit que les Etats-Unis doivent être les garants de la stabilité du continent américain afin de faciliter leurs exploitations et la sécurité de leurs échanges commerciaux. Comme le dit le président William H. Taft (bonesman comme vous le savez maintenant) en 1912, la politique extérieure des Etats-Unis n'excluait " d'aucune façon une intervention active pour assurer à nos marchandises et à nos capitalistes, des facilités pour des investissements profitables ". Et les Etats-Unis n'allaient pas hésiter à assurer d'une main de fer la " sécurité " de leurs intérêt.

La première mise en application de la doctrine Monroe fut le cas édifiant de William Walker, flibustier (voir encore l'article sur le skull and bones dont l'emblème est comme par hasard celui de la piraterie : que de coïncidences) américain qui agissant pour le compte des banquiers Morgan et Garrison, envahit le Nicaragua en 1855 et s'autoproclama président. Durant ses deux années de règne, Walker envahit les états voisins du Salvador et du Honduras, s'érigeant ici aussi en chef d'état. Avec la caution officieuse du gouvernement des Etats-Unis, lui et ses soldats volèrent, tuèrent incendièrent et rétablirent même l'esclavage dans les états sous leur domination. Son occupation fut dévastatrice jusqu'à ce qu'il fut défait par une armée de volontaires costaricains en 1857. A son retour, il fut reçu aux Etats-Unis en héros national !


    MINNESOTA 1898 : Troupes, l'armée défait les Indiens chippewa à Leech Lake.

    NICARAGUA 1898 : Troupes, les Marines débarquent dans le port de San Juan del Sur.

    SAMOA 1899 : Troupes, bataille pour la succession du trône.

    NICARAGUA 1899 : Troupes, les Marines débarquent dans le port de Bluefields.

    IDAHO 1899-1901 : Troupes, l'armée occupe la région minière de Coeur d'Alene.

    OKLAHOMA 1901 : Troupes, l'armée mate une révolte d'Indiens creek.

    PANAMA 1901-14 : Marine, troupes, sécession vis-à-vis de la Colombie 1903, annexion zone du Canal 1914-99.

    HONDURAS 1903 : Troupes, les Marines interviennent dans la révolution.

    REPUBLIQUE DOMINICAINE 1903-04 : Troupes, protection des intérêts américains dans la révolution.

    COREE 1904-05 : Troupes, les Marines débarquent dans la guerre russo-japonaise. Les américains jouèrent en effet un rôle de médiateur dans ce conflit.

    CUBA 1906-09 : Troupes, les Marines débarquent en pleine élection démocratique.

    NICARAGUA 1907 : Troupes, "Diplomatie du dollar", instauration d'un protectorat.

    HONDURAS 1907 : Troupes, les Marines débarquent au cours de la guerre contre le Nicaragua.

    PANAMA 1908 : Troupes, les Marines interviennent au cours d'une contestation électorale.

    NICARAGUA 1910 : Troupes, les Marines débarquent à Bluefields et Corinto.

    HONDURAS 1911 : Troupes, protection des intérêts américains durant la guerre civile.

    CHINE 1911-41 : Marine, troupes, occupation permanente avec escarmouches.

    CUBA 1912 : Troupes, protection des intérêts américains à La Havane.

    PANAMA 1912 : Troupes, les Marines débarquent durant des élections mouvementées.

    HONDURAS 19l2 : Troupes, Marines, protection des intérêts économiques américains.

    MEXIQUE 1914-18 : Marine, troupes, série d'interventions contre les nationalistes.

    HAITI 1914-34 : Troupes, bombardements, occupation de 19 ans après révoltes.

    REPUBLIQUE DOMINICAINE 1916-24 : Troupes, 8 ans d'occupation par les Marines.

    CUBA 1917-33 : Troupes, occupation militaire, protectorat économique.


bollekens10

PREMIERE GUERRE MONDIALE 1917-18 :
Marine, troupes, torpillage de navires, guerre contre l'Allemagne. Un des gros problème de l'Allemagne et de ses alliés au cours de la première guerre mondiale est le ravitaillement qui ne peut se faire que par mer. Or les allemands sont confrontés à un dilemne : soit ils sont efficaces et font une guerre totale en détruisant systématiquement tous les bateaux alliés (ou neutres) avec l'aide de leurs sous-marins ; soit ils contrôlent chaque bateau allié (ou neutre) mais prennent le risque de permettre aux alliés de se ravitailler. Le fameux incident du Lusitania (paquebot américain coulé en 1915) n'est qu'un préambule aux rapports entre l'Allemagne et les USA. Après cet incident les allemands mènent une guerre maritime moins agressive ce qui permet aux alliés de reprendre du poil de la bête. Mais c'est une bévue allemande, la "dépêche Zimmermann", qui va servir de détonateur. Dans ce texte, adressé au gouvernement mexicain par le biais de l'ambassadeur d'Allemagne à Washington, Berlin offre à Mexico une alliance et une assistance financière. Il lui fait miroiter non seulement la restitution des Etats arrachés au Mexique en 1848 (Texas, Arizona...), mais encore une intervention diplomatique qui constituerait à grouper contre WASHINGTON, Berlin, Mexico et... Tokyo. Le 22 Janvier 1917, WILSON avait proposé une paix blanche ("Peace without victory") que la France ne pouvait accepter. Et peu après, l'Allemagne décrète la guerre sous-marine totale. Pour l'Amérique, c'en est trop. Le 9 Mars 1917, Wilson arrache au Congrès l'autorisation d'armer en guerre les navires de commerce américains. Deux navires sont coulés par les sous-marins allemands. Henri Bergson venu quémander l'aide de ses aliés américains sera écouté. Le 2 Avril 1917, les Etats-Unis déclarent la guerre à l'Allemagne. L'appui de l'Amérique venait à point nommé car le moral des combattants était sérieusement atteint. En Avril 1917, l'offensive NIVELLE au Chemin des Dames échoua. Une vague de pacifisme, des grèves, la hausse des prix, et la défection de la Russie faisaient craindre le pire. "J'attends les tanks et les Américains", devait prononcer le Général PETAIN, nouveau Commandant en Chef. Jamais, sans l'aide financière et en hommes et en matériel des Etats-Unis, l'Entente n'aurait pu venir à bout de la formidable machine de guerre allemande. Deux millions d'Américains furent ainsi lancés dans la bataille. Ils devaient en particulier s'illustrer à l'offensive de Saint-Mihiel, lancée par le Général PERSHING le 12 Septembre 1918. Cette opération comportait 216 000 Américains et 48 000 Français en première ligne, et 200 000 Américains en réserve. Le Brigadier Général MAC ARTHUR commandait la 84e Brigade de la "Rainbow Division", et le Colonel George PATTON était le chef d'état-major de la Brigade de chars Renault commandée par le Général ROCQUENBACK. Les forces aériennes (la plus grande concentration aérienne de la guerre) étaient commandées par le Colonel américain MITCHELL. En France, les forces américaines ont perdu 116 000 hommes tués et eurent 206 000 blessés, mais elles sont arrivées juste à temps pour permettre aux alliés d'avoir la supériorité numérique qui, en Avril 1918, appartenait encore aux Allemands. Grâce à leur intervention, les Américains avaient, le 11 Novembre 1918, payé leur dette à leurs libérateurs français : Rochambeau, La Fayette, de Grasse.


    RUSSIE 1918-22 : Marine, troupes, cinq débarquements sont opérés pour combattre les bolcheviks. Ce qui est incroyable de duplicité dans cette affaire, c'est que la révolution menée par les bolchéviks n'aurait pu avoir lieu sans l'aide des Américains ! En effet, en 1917, c'est grâce à un passeport offert par Woodrow Wilson que Léon Trotsky pu rejoindre la Russie. Et le comble de l'histoire, c'est qu'il fut accompagné par des financiers américains et des officiers américains d'élite chargés d'aider les bolchéviks à mettre en place l'armée rouge ! Allez comprendre…

    PANAMA 1918-20 : Troupes, "devoir de police" durant les troubles qui suivirent les élections.

    YOUGOSLAVIE 1919 : Troupes, les Marines interviennent au profit de l'Italie contre les Serbes en Dalmatie.

    HONDURAS 1919 : Troupes, les Marines débarquent au cours d'une campagne électorale.

    GUATEMALA 1920 : Troupes, deux semaines d'intervention sont menées contre les unionistes.

    VIRGINIE OCCIDENTALE 1920-21 : Troupes, bombardements, l'armée intervient contre des mineurs.

    TURQUIE 1922 : Troupes, combats contre les nationalistes à Smyrne (Izmir).

    CHINE 1922-27 : Marine, troupes, déploiements opérés au cours des révoltes nationalistes.

    HONDURAS 1924-25 : Troupes, deux débarquements sont effectués durant troubles électoraux.

    PANAMA 1925 : Troupes, les Marines répriment une grève générale.

    CHINE 1927-34 : Troupes, les Marines stationnent un peu partout dans le pays.

    SALVADOR 1932 : Envoi de navires de guerre durant la révolte de Faribundo Marti.

    WASHINGTON déc 1932 : Troupes, l'armée met un terme à la protestation en faveur des primes pour les vétérans de la Première Guerre Mondiale. Engagez-vous qu'ils disaient.


Hitler_discours

SECONDE GUERRE MONDIALE 1941-45 :
Marine, troupes, bombardements, frappes nucléaires, 3 années de combats contre l'Axe ; plus de 200.000 victimes lors des premières frappes nucléaires. En 1941, les evènements de Pearl Harbor se sont déroulés alors que les États-Unis étaient prêts à prendre la décision d'intervenir aux côtés des Alliés dans la Seconde Guerre mondiale. L'Administration du Président Roosevelt était impatiente d'entrer en guerre contre l'Allemagne et, bien que la classe ouvrière américaine fût complètement prisonnière de l'appareil syndical (au sein duquel le parti stalinien jouait un rôle significatif) imposé d'autorité par l'Etat pour contrôler la lutte de classe dans toutes les industries-clefs, et qu'elle fût imprégnée par l'idéologie de l'anti-fascisme, la bourgeoisie américaine devait faire face à une forte opposition à la guerre, pas seulement de la part de la classe ouvrière, mais au sein de la bourgeoisie elle-même. Avant Pearl Harbor, les sondages montraient que 60% de l'opinion publique était opposée à l'entrée en guerre, et les campagnes de groupes isolationnistes tels que " American first " trouvaient un soutien considérable au sein de la bourgeoisie. Bien qu'elle affichât la volonté politique et démagogique de rester en dehors de la guerre européenne, l'Administration américaine cherchait en douce une excuse pour se joindre aux combats. Les Etats-Unis violaient de plus en plus leur neutralité auto-proclamée, en offrant de l'aide aux Alliés, en transportant des quantités considérables de matériel de guerre selon le programme "Lend Lease". L'Administration espérait amener les Allemands à lancer une attaque contre les forces américaines dans l'Atlantique Nord qui servirait de prétexte pour leur entrée en guerre. Comme l'impérialisme allemand refusait de mordre à l'hameçon, l'attention se tourna vers le Japon. La décision d'imposer un embargo pétrolier au Japon et le transfert de la flotte du Pacifique de la côte Ouest des Etats-Unis vers une position plus exposée à Hawaii, ont servi à fournir un motif et une opportunité au Japon de "tirer les premiers" contre les Etats-Unis, et par là, à trouver le prétexte d'une intervention américaine dans la guerre impérialiste. En mars 1941, un rapport secret du Département de la Marine prévoyait que si le Japon devait attaquer les Etats-Unis, ce serait tôt le matin par un raid aérien sur Pearl Harbor lancé depuis des porte-avions. Comme l'a noté le conseiller présidentiel Harold Ickes, dans un mémorandum de juin 1941, alors que l'Allemagne venait d'attaquer la Russie, "à partir de l'embargo pétrolier sur le Japon, pourrait se développer une situation qui non seulement permettrait mais faciliterait notre entrée en guerre". En octobre, Ickes écrivait : " J'ai toujours pensé que notre entrée en guerre se ferait par le Japon. " Fin novembre, Stimson (bonesman), Secrétaire d'Etat à la Guerre, a écrit dans son journal le compte-rendu de ses discussions avec le Président Roosevelt : " La question était de savoir comment les manoeuvrer pour les amener (le Japon) à tirer les premiers sans trop de dangers pour nous-mêmes. Cependant, malgré les risques encourus à les laisser tirer les premiers, nous nous rendions compte que pour obtenir un soutien total du peuple américain, il valait mieux que ce fût les Japonais qui le fassent de sorte qu'il ne subsisterait aucun doute dans l'esprit de quiconque sur le fait que c'était eux les agresseurs." Le rapport du Bureau de l'Armée à Pearl Harbor, daté du 20 octobre 1941, décrit cette décision machiavélique et prise en conscience de sacrifier des vies humaines et de l'équipement et conclut que "durant cette période décisive, du 27 novembre au 6 décembre 1941, de nombreuses informations nous sont parvenues, au plus haut niveau, au Département d'Etat, au Département de la Marine et de la Guerre, indiquant précisément les intentions des Japonais et incluant l'heure et la date exactes où devait probablement avoir lieu l'attaque" (Army Board Report , Pearl Harbor Attack , Part 29, pages 221-230). Ces informations étaient les suivantes :

- Les services secrets US avaient appris le 24 novembre que les "opérations militaires offensives du Japon" étaient prêtes.

- Ces mêmes services secrets avaient reçu le 26 novembre "des preuves évidentes des intentions japonaises de lancer une guerre offensive contre la Grande Bretagne et les Etats-Unis".

- Dans un rapport daté aussi du 26 novembre, on signalait "une concentration d'unités de la flotte japonaise dans un port inconnu, prêtes pour une action offensive."

- Le 1er décembre, "des informations précises parvinrent de trois sources indépendantes, selon lesquelles le Japon allait attaquer la Grande Bretagne et les Etats-Unis, mais resterait en paix avec la Russie."

- Le 3 décembre, "les informations selon lesquelles les Japonais détruisaient leurs codes secrets et leurs machines à encoder constituèrent le point culminant de cette révélation complète des intentions de guerre du Japon et de l'attaque imminente. Ceci fut analysé ? comme signifiant la guerre immédiate." Ces informations des services secrets étaient données aux fonctionnaires de plus haut rang du Département d'Etat et de la Guerre et en même temps à la Maison Blanche, où Roosevelt en personne recevait deux fois par jour des comptes-rendus sur les messages japonais qui étaient interceptés. Alors que les officiers des services de renseignements poussaient à envoyer en urgence une "alerte à la guerre" au Commandement militaire à Hawaii, pour le préparer à l'attaque imminente, les gros bonnets civils et militaires décidèrent du contraire et au lieu de ça envoyèrent un message que le bureau qualifia d'"anodin". La preuve que l'attaque japonaise était connue d'avance, fut confirmée par différentes sources dont des articles de journalistes et des mémoires écrits par les participants. Par exemple, on pouvait lire dans une dépêche de l'agence United Press publiée dans le New York Times du 8 décembre sous le titre " L'attaque était attendue " : " Il est maintenant possible de révéler que les forces armées des Etats-Unis étaient au courant depuis une semaine que l'attaque allait arriver, et qu'elle ne les a pas prises par surprise. " (New York Times, 8 décembre 1941, p. 13.) Dans une interview accordée en 1944, Eleanor Roosevelt, femme du Président, a avoué que " le 7 décembre a été loin de représenter un choc brutal pour le pays comme on a bien voulu le dire. Cela faisait longtemps qu'on s'attendait à un tel événement " (New York Times Magazine, 8 octobre 1944, page 41). Le 20 juin 1944, le ministre britannique sir Olivier Littleton a déclaré devant la Chambre de commerce américaine : "Le Japon a été poussé à attaquer les Américains à Pearl Harbor. C'est travestir l'Histoire que de dire que l'Amérique a été forcée d'entrer en guerre. Tout le monde sait vers qui allaient les sympathies des Américains. Il est incorrect de parler d'une véritable neutralité de l'Amérique, même avant sa participation aux combats." (Prang, Pearl Harbor : Verdict of History, pages 39-40.) Winston Churchill a confirmé la duplicité des dirigeants américains pour ce qui concerne l'attaque de Pearl Harbor, dans ce passage de son livre The Grand Alliance : "En 1946 ont été publiés les résultats d'une enquête du Congrès américain dans lesquels étaient exposés chaque détail des événements qui menèrent à la guerre entre les Etats-Unis et le Japon, et aussi le fait que les départements militaires n'ont jamais envoyé de message d'alerte aux escadres et aux garnisons qui étaient exposées. Chaque détail, y compris le texte décodé des télégrammes secrets japonais, a été exposé au monde en quarante volumes. La force des Etats-Unis a été suffisante pour leur permettre de supporter cette dure épreuve requise par l'esprit de la Constitution américaine. Je n'ai pas l'intention, dans ces pages, de prononcer un jugement sur cet épouvantable épisode de leur histoire. Nous savons que tous les grands Américains ont plus de perspicacité que moi, ce terrible danger que le Japon allait attaquer les possessions anglaises et hollandaises en Extrême Orient, en évitant de toucher aux Etats-Unis, et qu'en conséquence le Congrès américain n'autoriserait pas une déclaration de guerre. (...) Le Président et ses hommes de confiance se rendaient compte depuis longtemps des graves risques que faisait courir aux Etats-Unis leur neutralité dans la guerre contre Hitler et tout ce qu'il représentait. Ils avaient durement ressenti les contraintes que leur imposait le Congrès, quand quelques mois auparavant, la Chambre des Représentants n'avait renouvelé que d'une seule voix la loi sur le service militaire obligatoire, loi nécessaire sans laquelle leur armée aurait été presque démantelée au milieu des convulsions qui agitaient le monde. Roosevelt, Hull, Stimson, Knox, le général Marshall, l'amiral Stark et Harry Hopkins étaient tous du même avis. (?) Une attaque japonaise sur les Etats-Unis allait considérablement simplifier leurs problèmes et leur tâche. Peut-on alors être étonné qu'ils aient pu considérer la forme que prendrait cette attaque ou même son intensité comme bien moins importantes que le fait que l'ensemble de la nation américaine allait se retrouver unifiée dans une juste cause pour défendre sa sécurité, comme elle ne l'avait jamais été auparavant " (Winston Churchill, The Grand Alliance, page 603). Il se peut que Roosevelt n'ait pas anticipé l'étendue des dégâts et des pertes que les Japonais allaient infliger à Pearl Harbor, mais il est clair qu'il était prêt à sacrifier des vies et des navires américains pour faire naître un sentiment de haine parmi la population et la pousser à la guerre. De même l'utilisation des deux bombes atomiques pour mettre fin à la guerre contre le Japon est également un mythe. Les japonais avaient accepté une reddition sans condition peu avant que les villes de Hiroshima et de Nagazaki ne furent la cible des dites bombes atomiques. Si Truman décida d'utiliser les bombes ce fut en fait pour faire pression sur les soviétiques. Les américains savaient que l'Europe allait être divisée en deux blocs et que les élections démocratiques dans les pays libérés par l'armée rouge en Europe de l'Est promises par Staline à Roosevelt à Yalta n'auraient jamais lieu. Il fallait néanmoins éviter que les communistes n'aillent plus à l'Ouest. En faisant étalage de la puissance dévastatrice des bombes atomiques, les américains s'affirmaient comme la première puissance militaire du monde.


    DETROIT 1943 : Troupes, l'armée mate une rébellion noire.

    JAPON 1945 : Hiroshima et Nagasaki rayées de la carte par des bombardements atomiques.

    IRAN 1946 : Menace nucléaire, les troupes soviétiques se voient intimer l'ordre de quitter le Nord (Azerbaïdjan iranien).

    YOUGOSLAVIE 1946 Réponse navale après qu'un appareil américain est abattu.

    URUGUAY 1947 : Menace nucléaire, déploiement de bombardiers (étalage de puissance).

    GRECE 1947-49 : Commandement des opérations, direction des forces d'extrême droite durant la guerre civile.

    CHINE 1948-49 : Troupes, les Marines évacuent les ressortissants américains avant la victoire communiste.

    ALLEMAGNE 1948 : Menace nucléaire, des bombardiers à capacité nucléaire surveillent le pont aérien vers Berlin.

    PHILIPPINES 1948-54 : Commandement des opérations, la CIA dirige la guerre contre la rébellion des Huk.

    PUERTO RICO 1950 : Commandement des opérations, rébellion en faveur de l'indépendance écrasée à Ponce.

    COREE 1950-53 : Troupes, marine, bombardements, menaces nucléaires, les EU et la Corée du Sud combattent la Chine et la Corée du Nord, c'est l'impasse, menace de bombe atomique en 1950 et contre la Chine en 1953. Depuis lors il y a toujours des Bases américaines en Corée du Sud.

    IRAN 1953 : Commandement des opérations, la CIA renverse la démocratie et installe le shah au pouvoir.

    VIETNAM 1954 : Menace nucléaire, offre de bombes aux Français pour qu'ils l'utilisent durant leurs opérations militaires.

    GUATEMALA 1954 : Commandement des opérations, bombardements, menace nucléaire, la CIA dirige l'invasion des exilés après que le nouveau gouvernement a nationalisé les terres appartenant à des compagnies américaines ; bases de bombardiers au Nicaragua. La CIA orchestre au Guatemala le renversement de Jacobo Arbenz, démocratiquement élu pour le remplacer par 40 ans de violences et de répression qui feront 150 000 morts.

    EGYPTE 1956 : Menace nucléaire, les troupes soviétiques sont priées de se tenir à l'écart de la crise de Suez ; les Marines évacuent les étrangers.

    LIBAN 1958 Troupes, marine, occupation navale contre les rebelles.

    IRAK 1958 : Menace nucléaire, Irak est mis en garde contre une invasion du Koweït.

    CHINE 1958 : Menace nucléaire, la Chine est priée de ne pas débarquer sur les îles taïwanaises.

    PANAMA 1958 : Troupes, des protestations contre le drapeau se muent en confrontations.

7
    VIETNAM 1960-75 : Que dire de la guerre du Vietnam? Après que les français aient perdu la guerre d'Indochine en 1954, le Vietnam fut divisé en deux autour du 17e parallèle. Au nord les communistes de Ho Chi Minh, au Sud le régime autoritaire du catholique Diem. Mais les communistes sont présents au Sud et via le FNL, ils tentent de renverser ce régime avec l'aide de l'URSS et de la Chine. Le Sud est aidé quant à lui par les Américains qui craignent de voir le pays tout entier sombrer dans le communisme, et après lui, selon la théorie des dominos, la totalité de l'Asie du Sud-Est. En 1963, un coup d'Etat militaire renverse Diem. Kennedy envoie d'abord des instructeurs militaires puis il passe à des troupes réelles soit 85.000 hommes. Mais cela ne suffit pas à endiguer les troupes du Nord. Prétextant d'un incident sur un bateau américain, soi-disant attaqué par le Viet-Kong dans le golfe du Tonkin, Lyndon Johnson envoie des centaines de milliers d'hommes. Mais ceux-ci vont s'enliser face à la détermination des hommes de Ho Chi Minh. En 1975, le président Gérald Ford met un terme à cette sale guerre qui aura traumatisé l'Amérique et le monde.

    CUBA 1961 : Commandement des opérations, la CIA dirige une invasion (dans la baie des cochons) d'exilés qui conduit à un cuisant échec.

    ALLEMAGNE 1961 : Menace nucléaire, alerte durant la crise du Mur de Berlin.

    CUBA 1962 : Menace nucléaire, marine, blocus naval durant la crise des missiles ; c'est presque la guerre contre l'URSS.

    LAOS 1962 : Commandement des opérations, mise sur pied d'une armée durant la guerre de guérilla.

    PANAMA 1964 : Troupes, des Panaméens sont abattus alors qu'ils réclament la restitution du canal.

    INDONESIE 1965 : Commandement des opérations, un million de personnes périssent pendant le coup d'Etat militaire orchestré par la CIA.

    REPUBLIQUE DOMINICAINE 1965-66 : Troupes, bombardements, les Marines débarquent durant une campagne électorale. En 1965, 23 000 boys sont dépéchés en République Dominicaine pour y "restaurer l'ordre" à la suite d'un soulèvement populaire contre le régime militaire en place.

    GUATEMALA 1966-67 : Commandement des opérations, les Bérets verts interviennent contre les rebelles.

    DETROIT 1967 : Troupes, l'armée intervient contre des Noirs, 43 tués.

    ETATS-UNIS 1968 : Troupes, après l'assassinat de Martin Luther King, 21.000 soldats sont déployés dans différentes villes.

    CAMBODGE 1969-75 : Bombardements, troupes, marine. Quelque 2 millions de morts en sept ans de bombardements, de famine et de chaos politique.

    OMAN 1970 : Commandement des opérations, les USA dirigent l'invasion de la marine iranienne.

    LAOS 1971-73 : Commandement des opérations, bombardements, les USA dirigent l'invasion sud-vietnamienne, carpet-bombing des campagnes.

    DAKOTA DU SUD 1973 : Commandement des opérations, l'armée dirige le siège de Wounded Knee contre les Indiens lakota.

    MOYEN-ORIENT 1973 : Menace nucléaire, alerte mondiale durant la guerre du Moyen-Orient.

    CHILI 1973 : Commandement des opérations, l'administration Nixon, via la CIA, aide le général Pinochet à renverser le président socialiste marxiste mais non communiste, démocratiquement élu, Salvatore Allende. Ironie de l'histoire, c'était un 11 septembre…

    CAMBODGE 1975 : Troupes, bombardements au gaz, capture de navire, 28 morts dans un accident d'hélico.

    ANGOLA 1976-92 : Commandement des opérations, la CIA aide les rebelles soutenus par l'Afrique du Sud.

    IRAN 1980 : Troupes, menace nucléaire, bombardement avorté, raid pour délivrer les otages de l'ambassade ; 8 soldats meurent dans un accident d'hélico. Les Soviétiques sont avertis de ne pas s'impliquer dans la révolution. Il apparaît après coup que les candidats républicains soutenant Ronald Reagan ont tout fait pour faire échouer l'opération. Bel exemple de patriotisme.

    LIBYE 1981 : Jets de la Marine, deux appareils à réaction libyens sont abattus durant des manoeuvres.

    SALVADOR 1981-92 : Commandement des opérations, conseil des troupes, survols, aide à la guerre contre les rebelles, des soldats sont brièvement impliqués dans une prise d'otages.

    NICARAGUA 1981-90 : Commandement des opérations, marine, la CIA dirige les invasions d'exilés (contras) qui combattent les sandinistes marxistes.

    LIBAN 1982-84 : Marine, bombardements, troupes, les Marines expulsent l'OLP et soutiennent les phalangistes chrétiens, la marine bombarde et arrose d'obus les positions musulmanes et syriennes.

    HONDURAS 1983-89 : Troupes, des manoeuvres assistent la construction de bases à proximité des frontières.

    GRENADE 1983-84 : Troupes, bombardements, une invasion a lieu quatre ans après la révolution.

    IRAN 1984 : Utilisation d'avions chasseurs, deux jets iraniens sont ainsi abattus au-dessus du golfe Persique.

    LIBYE 1986 : Bombardement, marine, des frappes aériennes sont effectuées pour renverser le gouvernement nationaliste.

    BOLIVIE 1986 : Troupes, l'armée assiste des raids dans la région où pousse la cocaïne.

    IRAN 1987-88 Marine, bombardements, les USA interviennent aux côtés de l'Irak dans la guerre. Ils soutiennent activement le dictateur Saddam Hussein, garant des intérêts américains car laïque et opposé au fanatisme de la révolution islamiste shiite.

    LIBYE 1989 : Utilisation de chasseurs de la marine, deux jets libyens sont abattus.

    ILES VIERGES 1989 : Troupes, St. Croix est le théatre d'émeutes noires après l'assaut.

    PHILIPPINES 1989 : Jets, une couverture aérienne est fournie au gouvernement contre un éventuel coup d'Etat.

panama_clashes_1989_drug_war
    PANAMA 1989-90 : Troupes, bombardement, le gouvernement nationaliste est destitué par 27.000 soldats, les dirigeants sont arrêtés, on dénombre plus de 2000 morts. Le 20 décembre 1989, le président Bush senior ordonne une attaque militaire sur le Panama dans le but d'arrêter le dictateur au pouvoir, Manuel Noriega, pourtant agent de la CIA. : 6000 soldats face à 25 000 soldats d'élite US, utilisant aviation, portes avions ainsi que, pour la première fois, le bombardier Stealth. En 13 heures, 422 bombes furent déversées sur Panama-City. Les Soldats US entérèrent les morts panaméens dans des fosses communes sans les identifier.
    " Cinq blocs entiers ont été bombardés, les 25ième, 26ième, et 27ième rues où j'ai passée mon enfance ont été complètement détruites et transformées en un cimetière. A minuit trente, le bombardement, le mitraillage et les tirs aux roquettes ont commencés. Puis ont été utilisés les lances flammes et les tanks, et ce fut la désolation générale. Ils ont tiré à la mitrailleuse sur des maisons faites de bois et de plâtre pendant que la population dormait, à quelques jours de noël. Beaucoup de ceux qui ont tenté d'échappé aux incendies et aux bombardements sont morts dans les rues, abattus par les mitrailleuses américaines." Cette attaque violait la convention de Genève mais fut la première appellée " guerre propre ". Les chiffres officiels annoncent 560 morts mais la Croix Rouge donne le chiffre de 4000 avec entre 15 000 et 30 000 personnes ayant perdu leur habitation.

    NICARAGUA, 1990 : Un an plus tard, les Etats-Unis font preuve d'un peu plus de finesse avec une intervention massive dans le processus électoral nicaraguayen en finançant ouvertement l'opposition, alors même que le financement des partis politiques américains par des intérêts étrangers est illégal aux Etats-Unis.

    LIBERIA 1990 : Troupes, les étrangers sont évacués durant la guerre civile.

    ARABIE SAOUDITE 1990-91 : Troupes, jets, l'Irak est contrée après son invasion du Koweït ; 540.000 hommes stationnés à Oman, au Qatar, à Bahrain, dans l'UEA, en Israël.

    IRAQ 1990-1991 : Première guerre du golfe :
    Bombardements, troupes, marine, blocus de l'Irak et des ports jordaniens ; 200.000 morts et plus lors de l'invasion de l'Irak et du Koweït, zone d'interdiction de vol sur le Nord kurde, sur le Sud chiite, destruction à grande échelle des équipements militaires irakiens. En outre il apparaît que : l'armée américaine a utilisé des armes à uranium apauvri ce qui provoqua le syndrôme de la guerre du golfe ; que Bush a lâchement abandonné le peuple irakien qu'il avait appelé à la révole contyre son dictateur, lui permettant de reprendre les rennes du pouvoir. Il s'ensuivit des massacres de milliers d'opposants shiites, et kurdes pour la plupart.

    KOWEÏT 1991 : Marine, bombardements, troupes, le famille royale du Koweït est réinstallée sur le trône.

    LOS ANGELES 1992 : Troupes, l'armée et les Marines sont déployés contre les émeutes anti-policières.

    SOMALIE 1992-94 : Troupes, marine, bombardements, l'occupation des Nations unies durant la guerre civile : sous la direction des USA, raids contre une faction de Mogadiscio. En outre après s'être rendu compte de leur incapacité à gérer le problème, les soldats américains s'en allèrent laissant derrière eux un pays à feu et à sang.

    YOUGOSLAVIE 1992-94 : Marine, blocus de l'Otan contre la Serbie et le Montenegro.

    BOSNIE 1993-95 : Jets, bombardements, zone d'interdiction de vol surveillée durant la guerre civile ; avions abattus, bombardements des Serbes.

    HAITI 1994-96 : Troupes, marine, blocus contre le gouvernement militaire, les troupes réinstallent le président Aristide trois ans après le coup d'Etat.

    CROATIE 1995 : Bombardements de la Krajina, les aérodromes serbes sont attaqués avant l'offensive. Les américains ont tout fait pour aider les croates dans leur contre offensive éclaire.

    ZAIRE (CONGO) 1996-97 : Troupes, Marines dans les camps de réfugiés hutu, dans la zone où commence la révolution.

    LIBERIA 1997 : Troupes, soldats sous le feu durant l'évacuation des étrangers.

    ALBANIE 1997 : Troupes, soldats sous le feu durant l'évacuation des étrangers.

    SOUDAN 1998 : Attaques par missiles d'une usine pharmaceutique supposée être une usine névralgique 'terroriste' de fabrication de gaz. Plus de 30.000 civils tués. Les USA bloquent l'enquête de l'ONU au Conseil de sécurité des Nations unies.

    AFGHANISTAN 1998 : Attaques par missiles contre les anciens camps de la CIA utilisés par les intégristes musulmans supposés avoir attaqué des ambassades.

    IRAK 1998 : Bombardements, missiles, quatre jours de frappes aériennes intensives après que les inspecteurs de l'armement soupçonnent les Irakiens de faire obstruction à leurs opérations de controle.

    COLOMBIE : en 1999, l'opinion internationale empêchant les interventions militaires, les Etats-Unis ont lancé le Plan Colombie en soutien au gouvernement colombien qui détient pourtant le record des violations des droits de l'homme dans cet hémisphère. 83% de cette aide de 1.3 milliards de dollars sont destinés aux militaires (30 000 militaires recrutés).

    YOUGOSLAVIE 1999 ; Bombardements, missiles, lourdes frappes aériennes de l'OTAN après que la Serbie refuse de se retirer du Kosovo. Cette opération militaire fut faite sans l'aval de l'ONU et à la suite du piratage de la conférence de Rambouillet. Il apparaît en effet que Madeleine Allbright a tout fait pour rendre un accord impossible du côté serbe. Le carnage fut censuré et on a vu comme résultat des cohortes de civils qui fuyèrent leur pays sans savoir où aller. L'immigration massive montre que les bombardements n'arrangent jamais les choses.

    YEMEN 2000 : Marine, un attentat suicide à la bombe est opéré contre le navire USS Cole.

    MACEDOINE 2001 : Les troupes de l'OTAN se déplacent et désarment en partie les rebelles albanais de l'UCK.

    AFGHANISTAN 2001 : Mobilisation massive des Etats-Unis pour attaquer les talibans et Ben Laden désignés d'office comme les commanditaires des attentats du 11 septembre 2001. Cette intervention est relayée par les troupes de l'ONU et de l'OTAN. Et cela continue.

    VENEZUELA 2002 : dernier fait d'armes de la CIA, le soutien de la conspiration et de la tentative de coup d'état anti-Chavez au Venezuela.
392586FEF01IRAQUS_TROUPS0151_or
    IRAK 2003 : Attaque militaire de grande envergure par des bombardements sur Bagdad et autres villes. Renversement du régime dictatorial, certes, de Saddam Hussein, mais à l'encontre du droit international et de la décision de l'ONU. Finalement, l'occupation militaire se prolonge pour le contrôle des champs de pétrole et le chaos règne avec des conséquences bien plus graves que sous la dictature de Saddam Hussein. Les sévices et tortures dans les prisons militaires sont encore une preuve de la haine des militaires envers de simples résistants iraquiens. On constate chaque jour des attentats et un véritable génocide est perpétué par le fait que les policiers Irakiens sont armés par les américains. Censure. Pas de reporters en Iraq pour nous dire la vérité. Ils ont été assassinés (ceux qui sont sous contrôle militaire ne sont pas des reporters).

    Avril 2006 : Les Etats-Unis ont déjà dépensé 272 MILLIARDS de dollars dans cette guerre en Iraq. On apprend en octobre 2007 que $4 MILLIARDS/semaine sont engloutis pour cette guerre qui met tout le pays à feu et à sang. Mais, en tout, les dépenses militaires avoisinent 757 MILLIARDS de dollars pour les diverses interventions dans le monde. Elles dépassent celles cumulées des 15 autres Etats les plus puissants de la planète et aggrave le déficit colossal des USA !


220px_10th

* Meurtre systématique de la population civile en Afghanistan (Dissimulation consciente par la politique et le staff militaire). La guerre et les conséquences : L’Afghanistan souffre.
L’Afghanistan est devenu une zone d’essai pour tester toutes sortes de nouveaux types d’armes. Les anciennes méthodes de bombardements ne suffisent plus aux seigneurs de la guerre. Aussi, voulait-on évaluer notamment la manière dont les armes à laser modernes fonctionnent, l’impact des armes à micro-ondes ou encore les effets des différents types de rayonnement radioactif. Les images de corps horriblement mutilés, en provenance d’Afghanistan, atteignent rarement l’Occident, mais de temps en temps elles apparaissent. Un petit tas de chair, c’est tout ce qui reste d’une victime de ces nouvelles armes. Comment a t’il été tué? De grosses plaies sur la peau mènent rapidement à la mort. Les nouveau-nés ont deux têtes et meurent vite. Les personnes vomissent et crachent du sang, leurs urines et leurs selles contiennent aussi du sang. Dans la région de Tora Bora, les femmes ne peuvent plus se tenir sur leurs jambes, elles ne peuvent plus marcher. Quelle en est la cause? Beaucoup de femmes font des fausses couches, il en est de même pour beaucoup d’animaux. La faim s’ajoute et complète la misère de la population afghane. La cruauté sans répit de l’alliance belliciste ne connaît pas de limites. Ne sont-ils pas des entités bestiales transformées en homme ?


.
Remercions Zoltan Grossman qui a réalisé cet excellent travail de compilation. Parmi les sources qu'il a utilisées, outre des rapports d'infos, il y a: les Archives du Congrès (23 juin 1969), 180 débarquements, par la Section Histoire de l'U.S. Marine Corps, Ege & Makhijani dans Counterspy (Juillet-août 1982), et Daniel Ellsberg dans Protest & Survive. "Exemples de recours aux Forces américaines à l'étranger, 1798-1993" par Ellen C. Collier du Service des Recherches de la Bibliothèque du Congrès. Source : A century of U.S. military interventions: From Wounded Knee to Afghanistan, Compiled by Zoltan Grossman.

3. Il va s’en dire que nous nous n'attaquons pas le peuple américain, mais quand l’élite qui dirige ce pays depuis quelques temps bafoue le droit international, il faut le dire: comment peut on se targuer d'etre la nation de la liberté quand on provoque autant de conflit  et il parle de terrorisme ,qui est le terroriste ? jamais une nation n'a jamais autant provoquer de guerre ,cette empire ressemble à celui de la rome antique par sa domination sur les autres nations.....

    L’Amérique a mené deux guerres mondiales pour devenir une superpuissance qui donne le «la» sur tous les continents. Le principal obstacle à son accès aux marchés et aux réserves énergétiques d’Asie centrale a disparu avec l’effondrement de l’Union soviétique en 1991. Cette chance historique sans précédent, elle l’a utilisée depuis lors contre ses propres alliés avec une agressivité sans cesse croissante, pendant que l’Europe continuait à rêver des «dividendes de la paix». Sur le plan institutionnel les USA exercent leur domination par le biais de l’OTAN et de l’OSCE. Le danger vient des USA – bien plus que du «terrorisme» qui est en fait un moyen et une diversion pour agresser les pays pour leur imposer par la force  leur domination ......

Posté par rusty james à 21:28 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Une invasion à grande échelle est en train de se dérouler dans 35 pays africains

 

130405-afriquelib

Une invasion à grande échelle est en train de se dérouler en Afrique. Les Etats-Unis sont en train de déployer des troupes dans 35 pays africains, en commençant par la Libye, le Soudan, l’Algérie et le Niger. Signalée par l’agence de presse Associated Press le 25 décembre, cette information était absente de la plupart des médias anglo-américains.L’invasion n’a pratiquement rien à voir avec « l’Islamisme », et presque tout à voir avec la mainmise sur les ressources, notamment les minerais, et une rivalité croissante avec la Chine. Contrairement à la Chine, les Etats-Unis et leurs alliés sont prêts à employer la violence, comme démontré en Irak, Afghanistan, Pakistan, Yémen et Palestine. Comme lors de la Guerre Froide, une certaine division du travail stipule que c’est au journalisme occidental et à la culture populaire de fournir une justification à la guerre sainte contre « l’arc de menace » islamiste, semblable en tous points à la soi-disant « menace rouge » d’une conspiration communiste mondiale.

A l’instar de la Ruée vers l’Afrique à fin du 19eme siècle, l’African Command (Africom) des Etats-Unis a créé un réseau de partenaires parmi les régimes africains compréhensifs et avides de pots-de-vin et d’armes américains. L’année dernière, Africom a organisé l’opération African Endeavor, commandée par l’armée US, avec la participation des forces armées de 34 pays africains. La doctrine « de soldat à soldat » d’Africom consiste à placer des officiers US à tous les échelons de commandement, du général au sous-officier. Il ne manque plus que les casques coloniaux.

C’est comme si le fier passé historique de libération de l’Afrique, de Patrice Lumumba à Nelson Mandela, était condamné à l’oubli par une nouvelle élite coloniale noire dont la « mission historique », avait averti Franz Fanon il y a un demi-siècle, était de servir de courroie de transmission à « un capitalisme acculé au camouflage ».

Un exemple frappant est celui du Congo occidental, une région stratégique en minerais, contrôlé par un groupe atroce connu sous le nom de M23 et qui est lui-même contrôlé par l’Ouganda et le Rwanda, tous deux à la solde de Washington.

Planifié depuis longtemps comme une « mission » pour l’OTAN, sans parler des zélés Français dont les causes perdues coloniales sont restées à travers de la gorge, la guerre en Afrique est devenue urgente en 2011 lorsque le monde arabe semblait se libérer des Moubaraks et autres serviteurs de Washington et de l’Europe. L’hystérie provoquée dans les capitales impériales ne doit pas être sous-estimée. Des bombardiers de l’OTAN furent expédiés non pas à Tunis ou au Caire mais en Libye, où Kadhafi régnait sur les plus grandes réserves de pétrole en Afrique. Une fois la ville de Sirte réduite en poussière, les commandos d’élite britanniques ont dirigé les milices « rebelles » dans une opération qui depuis a été révélée et qualifiée de « bain de sang raciste ».

Le peuple indigène du Sahara, les Touaregs, dont les combattants berbères étaient protégés par Kadhafi, se sont enfuis à travers l’Algérie vers le Mali, où les Touaregs réclament depuis les années 60 un état indépendant. Comme l’a fait remarquer Patrick Cockburn, toujours attentif, c’est ce contentieux local, et pas al-Qaeda, que l’Occident craint le plus dans cette région de l’Afrique… « bien que pauvres, les Touaregs sont souvent assis sur d’immenses réserves de pétrole, de gaz, d’uranium et d’autres minerais précieux ».

Comme conséquence de l’attaque France/US contre le Mali le 13 janvier, une attaque contre un site gazier en Algérie s’est terminée dans un bain de sang, provoquant chez (le premier ministre britannique) David Cameron des réactions aux relents de 11 Septembre. L’ancien chargé des relations publiques de la chaîne de télévision Carlton s’est emporté sur une « menace globale » qui requiert « des décennies » de violences occidentales – c’est-à-dire la mise en place du modèle économique prévu par l’Occident pour l’Afrique, ainsi que le viol d’une Syrie multi-ethnique et la conquête d’un Iran indépendant.

Cameron a envoyé des troupes britanniques au Mali, et un drone, tandis que son chef des armées, l’expansif Général Sir David Richards, adressait « un message très clair aux djihadistes du monde entier : ne venez pas nous chercher des noises. Nous riposterons avec vigueur. » – exactement ce que les djihadistes avaient envie d’entendre. La trainée sanglante laissée par les victimes (toutes musulmanes) du terrorisme de l’armée britannique, et les affaires de torture « institutionnalisée » qui sont portées devant les tribunaux, apportent la touche d’ironie qui manquait aux propos du général. J’ai eu un jour à subir la « vigueur » de Sir David lorsque je lui ai demandé s’il avait lu la description faite par la courageuse féministe afghane Malalaï Joya du comportement barbare dans son pays des occidentaux et leurs alliés. « Vous êtes un défenseur des Taliban » fut sa réponse. (Il s’en excusa plus tard)

Ces sordides personnages sortent tout droit d’un roman d’Evelyn Waugh et nous font ressentir tout le souffle de l’histoire et l’hypocrisie. Le « terrorisme islamique » qui est leur excuse pour perpétuer le vol des richesses africaines est une de leurs propres inventions. Il n’y a plus aucune excuse pour avaler les histoires débitées par BBC/CNN et ne pas connaître la vérité. Lisez le livre de Mark Curtis, Secret Affairs : Britain’s Collusion with Radical Islam (Serpent’s Tail) [affaires secrètes : la collusion de la Grande-Bretagne avec l’islam radical – NdT] ou celui de John Cooley Unholy Wars : Afghanistan, America and International Terrorism (Pluto Press) [guerres impies : afghanistan, amérique et le terrorisme international – NdT] ou The Grand Chessboard [en français « le grand échiquier », chez hachette – NdT] par Zbigniew Brzezinski (HarperCollins) qui joua le rôle de sage-femme dans la naissance du terrorisme fondamentaliste moderne. En effet, les moudjahidin d’Al-Qaeda et des Talibans ont été créés par la CIA, son équivalent Pakistanais l’ISI, et le MI6 britannique.

Brzezinski, qui fut le Conseiller à la Sécurité Nationale du Président Jimmy Carter, décrit une directive présidentielle secrète de 1979 qui devint le point de départ de ce qui est aujourd’hui présenté comme une « guerre contre le terrorisme ». Pendant 17 ans, les Etats-Unis ont délibérément formé, financé, armé et lavé le cerveau de djihadistes qui « entrainèrent toute une génération dans la violence ». Le nom de code de l’opération était Operation Cyclone, et faisait partie du « grand jeu » destiné à faire tomber l’Union Soviétique mais qui a fait tomber les tours jumelles.

Depuis, l’information que des gens intelligents et éduqués ingurgitent et régurgitent est devenue une sorte de journalisme de parc d’attraction, épaulée comme jamais par Hollywood et son permis de mentir, et de mentir encore. Il y a le film en préparation sur Wikileaks de Dreamworks, un tissu de mensonges inspiré par le livre perfide de deux journalistes du Guardian devenus riches ; et il y a le film Zero Dark Thirty, qui promeut la torture et l’assassinat, dirigé par l’Oscarisée Kathryn Bigelow, la Leni Riefenstahl des temps modernes, qui diffuse la voix de son maître comme le faisait jadis le metteur en scène chéri du Führer. Tel est le miroir sans tain qui donne à peine un aperçu de tout ce que le pouvoir commet en notre nom.

John Pilger

source : legrandsoir.info

TERRORISME : "Le mal causé à l’humanité ces 200 dernières années par les musulmans ." (vidéo)

index

Depuis trente ans cependant, toutes les études sérieuses ont montré que les musulmans en France ne se distinguaient pas par leurs opinions des autres citoyens et adhéraient en particulier massivement au principe d’un Etat laïc. 

 

N’est-ce pas la « République », par la voix de ceux qui s’en revendiquent les défenseurs, qui proclame son incompatibilité avec l’islam, avançant chaque jour d’un cran dans la violence verbale et symbolique, exigeant sans cesse de nouveaux dispositifs juridiques ? Que l’islam soit une menace pour la France était jadis l’un des slogans du Front national. Ce temps semble déjà très loin.

Des intellectuels ont depuis largement pris le relais pour accréditer cette idée, avec une efficacité bien plus redoutable, et une agressivité qui ne cesse de s’amplifier.

Sous les foulards, les bonnets et les hidjabs, ce sont des femmes

Certains de ses mouvements, de ses courants et de ses figures intellectuelles tentent de faire du féminisme un appareil idéologique d’Etat, pièce maîtresse de l’idéologie de l’identité nationale qui s’érige sur le culte de la république et le rejet symétrique de l’islam. La sacralisation de la laïcité et sa production en slogan politique déconnecté de ses ancrages juridiques historiques est le dispositif central de cette collusion.

Par les exclusions qu’il prononce, cet ordre nationaliste du « genre » qui se construit n’est pas moins sexiste et violent que le vieil ordre sexuel qu’il a remplacé ni que le machisme qu’il prétend aujourd’hui combattre en arrachant leur voile aux musulmanes.

Car derrière le voile, l’islam, mais sous les foulards, les bonnets et les hidjabs, ce sont des femmes. Ce sont des femmes que l’on regarde de travers, que l’on montre du doigt, que l’on érige en menace, en souillure dont il faut préserver les enfants, des femmes dont on restreint chaque jour un peu plus les droits.

Ce sont des femmes – et non des hommes – qui sont expressément visées, qui subissent l’opprobre le plus violent et qui se voient interdire l’accès aux espaces publics, de l’école, du travail… et sans doute bientôt des élections.

Si ce sont des femmes que l’on persécute de la sorte, c’est qu’elles sont perçues comme vulnérables et doublement inférieures parce que femmes et parce que porteuses d’une religion considérée comme étrangère.

Un historien allemand a jeté un pavé dans la mare de l'islamophobie induite par les médias pour justifier les  guerres injustes et meurtrière au moyen orient.
Néo Colonialisme ou Terrorisme d’Etat ??
Définition: Le terrorisme désigne l’usage de la violence par un Etat ou certaines organisations politiques pour atteindre leurs objectifs : faire pression sur l’Etat, contraindre une population à l’obéissance, médiatiser une cause, promouvoir une idéologie….
Le terrorisme d’Etat est l’utilisation par un gouvernement de mesures d’exception et d’actes violents à l’encontre d’une partie de ses administrés, sous couvert de raison d’Eta
t.source : rue89.com

 


La face caché du Néo Colonialisme Occidental... par wxc264

La dépopulation a été décidé en 1957 par le groupe Bildeberg

depopulation rusty jamesEn 1957, le président Dwight Eisenhower, qui plus tard a averti qu'un « complexe militaro-industriel », a commandé un panel de scientifiques d'étudier la question de la surpopulation. Les scientifiques ont mis de l'avant Alternatives I, II et III, préconisant les deux la libération de virus mortels et guerre perpétuelle comme moyen de réduire la population mondiale.

 Selon le magazine Nexus, les Rockefeller possèdent la moitié de l'industrie pharmaceutique américaine, qui tireraient des milliards de développement de médicaments pour la « bataille » les virus mortels sur le point d'être libéré.

En 1969, le Comité d'église du Sénat a découvert que la défense Ministère (DOD) a demandé à un budget de dizaines de millions de dollars des contribuables pour un programme de développement de la vitesse des nouveaux virus qui cible et détruire le système immunitaire humain. Les fonctionnaires du DOD a témoigné devant le Congrès qu'ils ont prévoyaient produire, "un synthèse agent biologique, mandataire qui n'existe pas naturellement et pour lesquels aucune immunité naturelle ne pourrait être acquired…Plus important est qu'il pourrait être réfractaire aux processus immunologiques et thérapeutiques dont nous dépendons pour maintenir notre liberté relative de maladies infectieuses. » Maison Bill 5090 autorisé les fonds et MK-NAOMI a été réalisée à Fort Detrick, Maryland.

De cette recherche est venu le virus du sida qui visait à « éléments indésirables » de la population. Les virus du sida première ont été administrés grâce à une campagne de vaccin contre la variole massive en Afrique centrale et du sud par l'Organisation mondiale de la santé en 1977. Un an plus tard annonces apparaissent dans major nous journaux racolage « promiscuités gays male bénévoles » de prendre part à une étude de vaccin contre l'hépatite B. [1]

Le programme cible les hommes homosexuels âge 20-40 dans la ville de New York, Los Angeles, Chicago, St. Louis et San Francisco. Il est administré par les Centers for Disease Control, qui, en vertu de son incarnation antérieure comme le ministère de la santé publique nous à Atlanta, a supervisé les expériences de Tuskegee syphilis sur les hommes afro-américains. [2]

San Francisco a été la cible de nombreuses expériences de la CIA, en raison de sa forte population de citoyens de gauche et gays, qui les Illuminati considère comme « indésirables ». Selon le Dr Eva Snead, San Francisco a un des taux plus élevés de cancer dans le pays. Pour les années Malathion-première développée par les Nazis - a été vaporisées sur la ville par les hélicoptères du Air à feuilles persistantes de la CIA, dont la base Arizona est utilisée, selon l'auteur William Cooper, comme point de transbordement du CIA de cocaïne britanno-colombien. La légionellose mystérieux se produit souvent à San Francisco et MK-ULTRA esprit mauvais acide programme de contrôle la CIA a été y.

La force intellectuelle derrière l'introduction du sida a été le groupe Bilderberger, qui devint obsédé par le contrôle de la population après WWII. Auteur Cooper, dit que le Comité des politiques de la Bilderbergers a donné l'ordre à DOD à introduire le virus du sida. Les Bilderbergers sont proches du Club de Rome, qui a été fondé sur une succession de Rockefeller près de Bellagio, en Italie et est soutenue par la noblesse noire européenne même qui fréquentent les réunions Bilderberger. Une étude de 1968 par le Club de Rome a préconisé abaisser le taux de natalité et d'augmenter le taux de mortalité. Fondateur de club Dr Aurelio Peccei fait une recommandation Top-secret d'introduire un microbe qui attaque le système immunitaire-auto, puis développer un vaccin comme une prophylaxie à l'élite mondiale. [3]

Un mois après le 1968 Paul Ehrlich, réunion du Club de Rome a publié The Population Bomb. Le livre évoque un plan de dépeuplement draconiennes dans les œuvres. Sur la page de dix-sept Ehrlich écrit, « le problème aurait pu être évité par control…so de population qu'une « solution de taux de mortalité » n'avait pas de se produire. » Un an plus tard MK-NAOMI est né. Peccei lui-même est l'auteur vanté Global 2000 du Club de Rome rapport, dont le président Jimmy Carter a poussé sur son shakedown BCCI croisière de l'Afrique. Peccei a écrit dans le rapport, « Man est désormais dotée de responsabilités sans précédent, formidables et jeté dans le rôle de modérateur de la vie sur la planète-y compris le sien ».

Les Bilderbergers étaient derrière la politique de la dépopulation Haig-Kissinger, une force motrice dans le département d'État et administré par le Conseil de sécurité nationale. La pression est appliquée aux pays du tiers monde à réduire leurs populations. Ceux qui ne se conforment pas voir leur aide américaine retenue ou font l'objet d'un Plan Pink les guerre de faible intensité qui cible les civils, particulièrement femmes en âge de procréer. En Afrique, guerres de famine et de la brosse-feu sont encouragée. Fusils AK-47 peuvent être achetés dans les marchés africains de l'ouest pour moins de 50 $. Le même est vrai dans les marchés de Peshawar, au Pakistan. En 1975, un an après avoir assisté à une conférence du Club de Rome sur le sujet, Secrétaire d'État Kissinger a fondé le Bureau des affaires de la Population (OPA).

Agent de cas latino-américain OPA Thomas Ferguson déversés les fèves sur ordre du jour du OPA lorsqu'il a dit, "il existe un thème unique derrière tout notre travail ; Nous devons réduire les niveaux de population. Ils le font notre façon, par le biais de méthodes propres nice ou ils obtiendront le genre de désordre que nous avons en El Salvador, ou en Iran ou en Beirut…Une fois que la population est hors de contrôle il exige un gouvernement autoritaire, fascisme même, de réduire les it…Les professionnels ne sont pas intéressés à réduire la population ressaisit humanitaireLes guerres civiles sont quelque peu traînant façons de réduire la population. La façon la plus rapide pour réduire la population est par le biais de famine comme en Afrique. Nous allons dans un pays et de dire, voici votre plan de développement eux. Il jeter par la fenêtre. Commencer à regarder votre population…if vous n'avez pas …then vous aurez un El Salvador ou l'Iran ou pire encore, un Cambodge ». [4]

Ferguson dit dEl Salvador, "pour accomplir ce que le département d'État estime contrôle adéquat de la population, la guerre civile (gérée par la CIA) devra être considérablement élargie. Vous devrez retirer tous les mâles dans les combats et tuer un nombre significatif de femelles fertiles, de procréer âge. Vous tuez un petit nombre de mâles et pas assez femelles fertiles à faire le travail…Si la guerre est allé sur 30 à 40 ans, vous pouvez accomplir quelque chose. Malheureusement, nous n'avons trop nombreux cas cela pour étudier ».

Rapport d'Iron Mountain

En 1961, responsables de l'Administration Kennedy McGeorge Bundy, Robert McNamara et Dean Rusk, tous les CFR et Bilderberger des membres, a dirigé un groupe d'étude qui s'est penché sur « le problème de la paix ». Le groupe s'est réuni à Iron Mountain, un énorme souterrain entreprise nucléaire abri près de Hudson, New York, où se trouve CFR think tank l'Institut Hudson. Le bunker contient des bureaux redondants en cas d'attaque nucléaire d'Exxon Mobil, Royal Dutch/Shell et JP Morgan Chase. [5] Une copie des discussions de groupe, appelé rapport d'Iron Mountain, a été divulguée par un participant et publiée en 1967 par Dial Press.

Les auteurs du rapport ont vu la guerre comme nécessaire et souhaitable: « la guerre elle-même est le système social, au sein duquel autres modes secondaires d'organisation sociale en conflit ou conspirent. (War is) le principal organisateur force…the essentiel économique stabilisateur des sociétés modernes. » Le groupe s'inquiétait que par « leadership ambiguë » la « classe dirigeante administrative » pourrait perdre sa capacité de « rationaliser une guerre souhaitée », leader de la « dissolution réelle des institutions militaires ».

Le rapport poursuit en disant, "…le système de guerre responsable ne peut être accueilli à disparaître until…we savent exactement ce que nous prévoyons de mettre dans son lieu…La possibilité d'une guerre donne le sentiment de nécessité externe sans lequel, aucun gouvernement ne peut rester longtemps dans power…L'autorité de base d'un État moderne sur sa population réside dans ses pouvoirs de guerre. Guerre a servi comme la dernier grande sauvegarde contre l'élimination des classes nécessaires".

L'historien Howard Zinn décrit cette énigme lorsqu'il a écrit, « capitalisme américain les nécessaires rivalité internationale - et périodique de guerre - pour créer une communauté artificielle d'intérêts entre riches et pauvres, supplantant la véritable communauté d'intérêt parmi les pauvres qui s'est révélé en mouvements sporadiques ».

Le gang de Iron Mountain n'était pas le premier à découvrir les vertus de la guerre. En 1909, les fiduciaires de la Fondation Carnegie Andrew pour la paix internationale se rencontrent pour discuter de guerre mondiale American life. Beaucoup de participants étaient membres du crâne et les os. Ils ont conclu, "il n'existe aucun moyen connu plus efficace que la guerre, en supposant que l'objectif modifie la vie d'une population entièreComment nous impliquer des États-Unis dans une guerre? »

Le rapport d'Iron Mountain ensuite de proposer un rôle approprié pour ceux des classes inférieures, créditant les institutions militaires avec des "éléments antisociales avec un rôle acceptable dans la structure sociale. Les plus jeunes et les plus dangereux de ces groupes sociaux hostiles ont gardé sous contrôle par la System… de Service sélectifUn substitut possible pour le contrôle des ennemis potentiels de la société est la réintroduction, sous une forme compatible avec la technologie moderne et le processus politique, de la slavery…Le développement d'une forme sophistiquée de l'esclavage peut être une condition sine qua non pour un contrôle social dans un monde en paix. »

Les hommes de main de Iron Mountain, même si enthousiasmés par l'idée de l'esclavage, la liste des autres substitutions socio-économiques de la guerre : un programme complet de protection sociale, un programme spatial à participation non limitée géant visant à cibles inaccessibles, un régime d'inspection de bras permanente, une police global omniprésent et la force de maintien de la paix, massif pollution de l'environnement mondiale qui nécessiterait un pool de gros travail pour nettoyer, sports de sang orientée socialement et un programme complet de l'eugénisme. [6]

Le génocide irakien rempli les rêves des maniaques du Club de Rome zéro la croissance démographique, tandis qu'également fournir un terrain d'essai pour deux des guerre des substituts proposés par les fascistes Iron Mountain : un régime d'inspection de bras et de casques bleus des Nations Unies. Les deux concepts gagné en prise dans la communauté internationale grâce à la guerre du Golfe.

Ouvrons les iraquiens génocide

Les estimations des Irakiens blessés durant la guerre du Golfe sont qui fait réfléchir. Certaines organisations comme Greenpeace a mis le nombre de morts à près d'un million de personnes. C'est une guerre dans laquelle les médias a refusé l'accès à une échelle jamais avant vu, donc le nombre de victimes varie considérablement. Selon Tony Murphy, chercheur au Tribunal International Crimes de guerre, l'attaque des États-Unis contre l'Irak tué 125 000 civils, tout en détruisant les 676 écoles, 38 hôpitaux, 8 grands barrages hydroélectriques, 11 centrales, 119 sous-stations électriques et les lignes téléphoniques du pays la moitié. Les attaques se sont produites surtout la nuit lorsque les gens étaient plus vulnérables.

Dans les mois qui suivent la guerre le taux de mortalité des enfants irakiens moins de cinq triplé. Trente-huit pour cent de ces décès ont été causés par la diarrhée. [7] Victor Filatov, un journaliste russe pour Sovetskaya Rossiya d'après-guerre que Bagdad a écrit: « quelle autre effusions de sang faire ces barbares de la nécessité du XXe siècle ? Je pensais que les Américains avaient changé depuis Vietnam…but ne, ils ne changent jamais. Ils restent fidèles à eux-mêmes".
0-Bagdad-mars-2003-electroniciraq03
Selon U.S. ancien procureur général Ramsey Clark, les États-Unis a été trouvé coupable de dix-neuf des crimes de guerre contre l'Irak devant le Tribunal pénal International. Les États-Unis a chuté de 88 000 tonnes de bombes sur l'Irak pendant la guerre du Golfe et ont s'abattit d'innombrables bombes plus depuis. Nombreuses bombes ont été à bout avec armor piercing ogives uranium appauvri (DU), ce qui pourraient expliquer les problèmes chroniques de santé irakien. Dr Siegwart-Horst Gunther, un médecin allemand qui sont venus en Irak pour aider son peuple, est devenu gravement malade lorsqu'il a géré une seule taille cigar fragment d'une ogive DU. Dr Gunther mesuré radioactivité de la minuscule de l'objet à être microSv 11 à l'heure, alors qu'une exposition acceptable est microSv pas plus de 300 par an. [8] Trois cents tonnes de munitions DU a été déployé au cours de la guerre.

Beaucoup pensent que du est responsable de Syndrome de la guerre du Golfe qui a tué et blessé en permanence de nombreux soldats américains qui se sont battus dans le théâtre du golfe Persique. Depuis 2000, des anciens combattants de la guerre du Golfe nous près de 11 000 sont morts de Syndrome de la guerre du Golfe, tandis que le Pentagone continue de couvrir cette parodie.

Satanisme & psychotronique Warfare

Les Etats-Unis a également testé plusieurs systèmes d'armes High-Tech Top-secret dans le théâtre du Golfe, tout en utilisant certains vieux favoris de basse fréquence. Lorsque les forces terrestres iraquien a cédé, nombre d'entre eux sont dans un état de délire et léthargie qui pourrait avoir été induite par ondes radio de très basse fréquence, dont les États-Unis utilisé comme une arme plus tôt que le conflit du Vietnam.

Psychiatre de l'Université de Yale et CIA Dr Jose Delgado a étudié mind control pour la compagnie pendant les années 1950, dans le cadre du programme MK-ULTRA. Delgado déterminé, « contrôle physique de nombreuses fonctions du cerveau est un fact…it démontrée est même possible de créer et de suivre les intentions…Par stimulation électronique des structures cérébrales spécifiques, mouvements peuvent être induites par radio command…by télécommande. »

Selon un document militaire écrit par le Colonel Paul Valley et Major Michael Aquino d'intitulé de PSYOP à Mindwar : la psychologie de la victoire, l'armée américaine utilise un système opérationnel des armes "à la carte de l'esprit des individus neutres et ennemis, puis les modifier conformément à des intérêts nationaux américains ». La technique a été utilisée pour assurer la reddition de 29,276 soldats armés de Viet Cong et armée nord vietnamienne en 1967 et 1968. L'US Navy a été également impliqué dans la recherche de « psychotronique ». [9] De nombreux soldats qui ont servi près de la zone démilitarisée qui a divisé le Nord et le Sud-Vietnam nous réclamés pour voir les ovnis sur une base régulière. Les papiers du Pentagone ont révélé qu'une barrière électronique a été placée le long de la zone démilitarisée par la société secrète de JASON.

Le major Michael Aquino était un spécialiste en OPSPSY armée au Vietnam, où son unité spécialisée dans la drogue-incitation, lavage de cerveau, injection de virus, cerveau implants, hypnose et l'utilisation de champs électromagnétiques et les ondes radio de très basse fréquence. Après le Vietnam, Aquino s'installe à San Francisco et fonde le Temple du jeu. Ensemble est l'ancien nom égyptien de Lucifer. Aquino était désormais un haut fonctionnaire du renseignement militaire US. [10] Il avait reçu une cote de sécurité très Secret le 9 juin, 1981. Moins d'un mois plus tard un mémo de renseignement armée a révélé que le Temple de jeu de Aquino était une pousse hors de l'église de Satan de Anton La Vey, également basée à San Francisco. Deux autres membres Set étaient Willie Browning et Dennis Mann. Tous deux étaient des agents de renseignement de l'armée.
ninenangles002
Le Temple de jeu était obsédé par questions militaires et politique fascisme. C'était surtout préoccupé par l'ordre Nazi du trapèze. Emploi « officiel » de Aquino est professeur d'histoire au Collège de Golden Gate. Le Temple a recruté les Hells Angels même qui Billy Mellon Hitchcock avait utilisé pour dispenser son acide mauvais de la CIA. Ses membres fréquentent prostituées où ils engagés dans toutes sortes d'activités sado-masochiste. [11] Le directeur de l'armée contre-espionnage Donald presse a révélé que Dennis Mann a été affecté au bataillon OPSPSY 306 et que Aquino a été attribué à un programme top secret connu comme Presidio.

800px-Presidio_Modelo

Presidio était également le nom d'une base de l'armée américaine spooky dans ce qui est maintenant la Golden Gate National Recreation Area, qui Mikhail Gorbachev auraient  fréquenté comme l'Union soviétique allait  s'écrouler. Aquino partie d'une opération de « carte de l'esprit » de l'Union soviétique dernier leader et amener en proposant la glasnost et la perestroïka, les deux politiques de marché libre qui a finalement conduit à l'effondrement de l'Union soviétique ? N'oubliez pas la marque curieuse qui soudain apparaît sur le front de Gorbatchev ? Est-ce qu'il a été implanté avec une sorte de dispositif de contrôle de l'esprit de micropuce pour lui faire penser "en conformité avec les intérêts nationaux américains" ?

Cette technologie orwellienne est commercialisée sur une base régulière dans le monde entier. International Healthline Corporation et autres vendent micropuce implants aux États-Unis, la Russie et l'Europe. La Humane Society a adopté une politique de micro-déchiquetage tous les animaux errants. L'état d'Hawaii exige que tous les animaux de compagnie micro-ébréchée. Six mille personnes en Suède ont accepté une puce dans leur main, qu'ils utilisent pour tous les achats. Des essais sont en cours au Japon. En juillet 2002, National Public Radio a signalé un début du procès similaire à Seattle. Plus tard, en 2002, après une éruption d'enlèvements suspectes de jeunes filles, BBC rapporte qu'une société britannique plans d'implantation d'enfants atteints de micropuces afin que leurs parents peuvent surveiller leurs allées et venues.

Dr Carl Sanders, un ingénieur en électronique très acclamée, a révélé qu'un projet de microchip, il a lancé pour aider les gens avec coupée de la moelle épinière est repris par fonctionnement Phoenix de le projet de loi Colby dans une série de réunions organisées par Henry Kissinger. Sanders, dit le spot optimal pour un implant micropuce est juste en dessous de la très fin sur le front de la personne, puisque le dispositif peut être rechargé par les changements de la température du corps, qui sont plus prononcées il. Fait intéressant, c'est l'emplacement de la glande pinéale ou troisième œil.

L'émigration Control Act de 1986 confère au président le pouvoir de mandat tout type d'ID, il le juge nécessaire. [12] Les chercheurs au sud de la Californie ont mis au point une puce qui imite l'hippocampe, la partie du cerveau qui traite de la mémoire. Représentants du Pentagone sont intéressés à l'utiliser dans des expériences pour créer un « super-soldier ». [13] Micropuce un autre appelé Braingate est actuellement implanté dans personnes paralysées. Il permet de contrôler leur environnement par simplement penser. [14]

En Irak, guerre psychologique céda à ralentir le génocide. Selon l'UNICEF, fin 2001, 1,5 million d'enfants irakiennes était mort à la suite de sanctions, alors qu'un enfant sur dix est mort avant leur premier anniversaire. Thalassémie, l'anémie et la diarrhée ont été les plus meurtriers et auraient pu être évités n'était un manque chronique de sang et de la médecine en Irak en raison de sanctions. UN Comité 661 a servi comme arbitre de ce qui constitue un élément de « double usage » et donc interdits à l'importation en Irak. 2001, Plus de 1 600 irakiens contrats avec des entreprises de l'ouest pour l'équipement médical avaient été bloqués par 661. [15]

La guerre du Golfe a décimé l'Irak d'égout et les systèmes de traitement de l'eau. Irakiens ont été obligés de boire de l'eau polluée, menant à nombreux problèmes de santé. Irak n'était pas autorisé à importer de chlore pour nettoyer l'eau puisque 661 jugé une arme chimique potentielle. Alimentation électrique a été rationnée en incréments quotidiennes de trois heures par ménage puisque le gouvernement irakien n'a pas pu obtenir les pièces que nécessaires pour corriger ses centrales après que les États-Unis ont bombardé sa grille de toute puissance. Avec la dévaluation du dinar iraquien et l'interdiction de l'exportation de 2,4 millions de barils de pétrole par jour, la moyenne iraquien a vécu sur 2,50 $ un mois-assez pour acheter une paire de chaussures. Les Irakiens seulement ne pas touchés étaient l'élite fortunée, qui avait longtemps caché leur épargne outre-mer en dollars américains.

L'UNICEF estime que 28 % des enfants irakiens n'est plus allé à l'école. Presque tous les enfants ont participé à avant la guerre. Souvent, les familles pourraient permettre seulement envoyer un enfant à l'école en raison du coût des choses simples comme les sacs à dos, des chaussures et des ordinateurs portables. Rafah Salam Aziz, hôpital pour enfants Directeur de Mansour, a déclaré les parents sont souvent obligés de prendre des décisions similaires sur la vie de leurs enfants. Aziz dit, « plusieurs fois il est plus facile pour une famille de laisser un die bébé plutôt que de laisser toute la famille de la faim et tombe malades ».[16]

En 1996, Secrétaire à la défense Clinton William Perry a annoncé une nouvelle accumulation militaire dans le golfe Persique. Bientôt les missiles de croisière pleuvent sur Bagdad. De nombreuses nations grandit maintenant lasses des bombardement et le régime des sanctions, qui  brutalise le peuple iraquien tout en renforçant l'emprise de Saddam Hussein. Président russe Boris Eltsine, dont le pays a signé un accord avec l'Irak à reconstruire son secteur de pétrole ruinée, dit qu'il est perturbé à l'utilisation de « force extrême et radicale contre le monde arabe ». L'opposition russe a offert une appréciation plus échaudures. Alexander Lebed affirmant avec colère, « Les Etats-Unis sont comme un maître fort qui crache sur tout le monde. »[17]

La Turquie, la Jordanie et la Syrie tous exprimé leur malaise au cours de la nouvelle série de bombardements. Maintenant, même les Saoudiens, où le fondamentalisme islamique n'était à la hausse et deux attentats majeurs survenus à bases américaines, a refusé à laisser les USA à utiliser ses bases à l'Irak de la bombe. Beaucoup de pays, dont la France, a commencé à affichant ouvertement l'embargo des Nations Unies contre l'Iraq dans la fin des années 1990.

Dennis Halliday, ancien Secrétaire adjoint de l'ONU qui a initialement dirigé le programme humanitaire de l'ONU à l'Irak, démissionne de son poste en signe de protestation. Il a dit sanctions étaient démolir la classe même du peuple irakien qui voulait créer un gouvernement plus efficace dans le pays. Il était méprisant de l'huile d'UN programme d'aliments en vertu de laquelle les États-Unis ont reçu 70 % du pétrole irakien. Halliday a indiqué clairement, "nous sommes coupables de génocide, par le biais du Conseil de sécurité contre l'Irak.[18]

Successeur de 1998 Halliday était Hans Van Sponeck, qui a regardé l'ONU déployé le régime d'inspection armes UNSCOM, payé par les ventes de pétrole irakien. Inspecteur U.S. Scott Ritter a confirmé irakiens soupçons que UNSCOM a recueillir des renseignements pour la CIA et le Mossad. UNSCOM était juste le dernier outil de CIA. En 1996, le gouvernement irakien a réclamé organisations internationales de secours, y compris le Programme alimentaire mondial, qui a prétendu être aidant les Kurdes, étaient en fait des agents CIA essayant de déstabiliser le pays.

En fait, que la CIA a passé plus de 20 millions de dollars à l'appui du Congrès National iraquien, dirigé par la CIA de longue date de remplacement faction de Jalal Talibani PKK kurde. [19] En janvier 1997, Iraq a découvert deux anneaux d'espion Mossad en un mois, suite à la tentative d'assassinat de fils de Saddam Hussein. [20] Hans Van Sponeck avait assez vu. Trop, il démissionne en signe de protestation.

Au début de 1999, il a été révélé que les Etats-Unis avaient utilisé UNSCOM électronique mise sur écoute des dispositifs dans le ministère irakien de la défense de l'usine. Inspecteur des armes Scott Ritter, a déclaré que la CIA utilisait l'UNSCOM « provoquer une crise ». En décembre 1998 UNSCOM, face à des accusations embarrassantes d'espionnage, tiré de l'Irak. Le 15 décembre, les USA ont lancé une nouvelle série de bombardements. Ritter, dit des renseignements recueillis par la Commission spéciale a été utilisé pour le ciblage. Porte-parole de l'UNSCOM David Kay a refait surface en 2003 appel pour une invasion américaine de l'Irak. Il travaille maintenant pour SAIC, qui s'est posé de nombreux contrats du Pentagone pour reconstruire l'Irak.

[1] Voici un cheval pâle. William Cooper. Lumière Technology Press. Sedona, AZ. 1991. P166

[2] Rébellion de robot : l'histoire de la Renaissance spirituelle. David Icke. Livres de passerelle. Salle de bains, UK. 1994. p.305

[3] Cooper. P166

[4] Ibid.

[5] Règle par le secret : l'histoire cachée qui relie la Commission trilatérale, les francs-maçons et les grandes pyramides. Jim Marrs. HarperCollins Publishers. New York. 2000. p. 114

[6] Ibid. 116

[7] "Taux de mortalité des enfants sauts en Irak". AP. Great Falls Tribune. 9-24-92. p.8

[8] "Uranium appauvri". Siegwart-Horst Gunther. Action secrète trimestriellement. Hiver 2001. page 2


La stratégie britannique en Iran: Guerre et dépopulation A VOIR!

WarwithIran_naziUSA

Après la Libye, la pression s'accentue pour une guerre de l'OTAN contre l'Iran et la Syrie... Un tel conflit ne se limiterait pas à la région, impliquerait instantanément la Russie et la Chine, et déclencherait une catastrophe thermonucléaire entre le monde transatlantique et les puissances d'Asie-Pacifique. Le seul moyen d'enrayer ce processus est d'en attaquer la cause: l'Empire britannique, qui depuis 250 ans promeut guerre et dépopulation pour empêcher les peuples et les nations de croître, de progresser... et de le renverser.

 


La stratégie britannique en Iran: Guerre et... par Solidarite_et_Progres

Posté par rusty james à 20:39 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

19 décembre 2011

10 raisons pour lesquelles les Etats-Unis seront jugés comme l’Empire le plus violent de l’Histoire

Anthony Freda War Mind

Le Bien et le Mal n’ont pas de zone grise. Tuer et voler c’est mal. La violence n’est jamais un « bien » ou n’est jamais nécessaire – à moins qu’elle ne soit utilisée pour se défendre des assassins et des voleurs. En fait, c’est la morale qui est derrière le principe de la « guerre juste » selon sa définition par les lois et traités internationaux.

Cependant, ce concept simple de bien et de mal est embrouillé par les différentes idées qui sont autour de la religion, du patriotisme, de l’économie et de beaucoup d’autres choses qui divisent

La règle de la « guerre juste » s’est écroulée sous le poids des ambitions des empires de l’histoire. Celle qui est menée par l’empire anglo-saxon des Etats- Unis n’est pas différente.

Depuis la chute de Rome, cet empire est devenu soudainement le territoire qui a conquis et colonisé. Cependant il n’a gagné au siècle dernier qu’une identité visible d’Amérique du Nord. Les Etats-Unis ont émergé rapidement comme la « super puissance » mondiale, principalement au travers de leur pouvoir économique. Il y a un certain temps, beaucoup ont cru que les Etats-Unis étaient un exemple brillant de la liberté économique, exemple que les autres pays devaient suivre. Les Etats-Unis cherchaient à promouvoir la « liberté économique » dans le monde entier afin d’ouvrir de nouveaux marchés aux entreprises qui y étaient basées.

Quand les leaders étrangers ont refusé dans leur pays les intérêts de ces entreprises, ces leaders ont été remplacés au moyen de diverses actions clandestines. Peu importait aux faiseurs de l’empire la sorte de gouvernement qui était installée du moment que les intérêts des compagnies étaient servis. Dans la majeure partie des cas, ces pays se sont simplement rendus à ce qui semblait être le pouvoir illimité du tout-puissant dollar, ce qui camouflait la méthode traditionnelle de construction d’un empire puissant.

Cependant, quelques pays, particulièrement dans les dernières décades se montrèrent têtus et n’ont pas voulu changer leur système bancaire, évitant par là même les compagnies occidentales. Malgré les efforts de subornation diplomatique de l’empire ou les sanctions pour obtenir la soumission, qui, en dernier, requièrent une main de fer militaire pour forcer leur accomplissement.

Jusqu’à il y a peu, l’action militaire intervenait en dernier recours. Mais maintenant, l’action militaire préventive semble devenue la méthode préférée - et peut-être qu’elle est nécessaire - pour la conquête des derniers pays riches en ressources et hors de portée.

Les populations de l’empire ont suivi cette stratégie par peur d’être attaquées par ces pays rebelles qui ne les avaient jamais attaquées et n’avaient pas non plus menacé de le faire. Dans le brouillard de la peur tuer et voler devint acceptable. En fait, la détention sans charges et la torture devinrent acceptables dans l’ancienne capitale de la liberté. L’Amérique a décidé que la fin justifiait les moyens – ce qui donne plus de pouvoir.

Comme pour tous les empires ces « moyens » sont devenus de plus en plus violents et destructeurs face à la résistance. Cependant, il reste quelques cartes pour à jouer pour abattre les Etats-Unis, afin de terminer un plan mis en marche bien avant de devenir l’une des colonies. C’est évidemment moins que si d’autres puissances mondiales rompaient les rangs et tentaient de stopper les conquérants, ce qui pourrait conduire à un conflit à grande échelle.

De toutes façon quand la poussière sera retombée et qu’on écrira l’histoire morale, l’Amérique et sa cohorte occidentale seront probablement vues comme l’empire le plus violent de l’Histoire.

Voici 10 raisons pour lesquelles c’est déjà le cas :

 1. L’appui aux dictateurs : Dans tous les cas de contes de fée où il s’agissait de répandre la Démocratie et la défense des Droits de l’Homme, l’empire, de manière répétée, a non seulement apporté son appui aux dictateurs mais a dans bien des cas renversé un leader élu par le peuple et l’a remplacé par un tyran de pacotille. Les exemples vont du financement secret des nazis à l’instauration du Sha en Iran, de Pinochet au Chili à l’appui apporté à Musharraf au Pakistan, à l’ histoire d’amour éternel avec la barbare famille royale saoudienne, pour n’en citer que quelques uns. Les actes parlent plus que les mots pour celui qui peut naviguer dans la tourmente de la propagande avec une boussole morale qui indique le bien et le mal. Les dictateurs et la liberté ne peuvent pas coexister.

 2. Les guerres préventives : On pourrait dire que toutes les guerres sont préventives dans la nature tant sont nombreuses les entités qui en bénéficient. Pourtant, même avant leur dernière croisade, les Américains ont attaqué en secret et chirurgicalement des pays qui ne les avaient jamais menacés. Cela leur a permis de garder la tête haute moralement aux yeux du public, pendant qu’ils construisaient les fondations de leur empire. Cela a été jusqu’au fait que la doctrine Bush, l’utilisation de l’action militaire de prévention face à de possibles menaces, soit adoptée non officiellement comme nouvelle politique étrangère pour combattre le terrorisme. Depuis lors, les Etats-Unis sont devenus un agresseur violent, qui a envahi officiellement deux pays – l’Afghanistan et l’Irak – sans qu’il y ait eu provocation pour légitimer cette invasion. Les agresseurs violents ont toujours été jugés par l’Histoire comme représentant le mal. Mais il y a pire…

 3. La torture : La torture n’a jamais été acceptable pour les partisans d’une morale de haut niveau dans la communauté globale. Les nazis et les soldats Japonais ont été condamnés et exécutés pour leur participation à des techniques de torture qui sont exactement les mêmes que celles qui ont été redéfinies par les Américains comme « interrogatoires approfondis ». « Je n’ai fait qu’obéir aux ordres » n’était pas une excuse valable pour des comportements aussi inhumains, de même que ce n’était pas une défense suffisante pour les moutons expiatoires du bas de la hiérarchie qui ont été sur le devant de la scène lors du sinistre scandale des tortures d’Abou Graib que leurs actes aient été approuvés au plus haut niveau. L’approbation par l’Etat de la torture de prisonniers détenus sans charges peut elle être vue d’une façon moins grave que violente ?

 4. L’élimination de l’Opposition : Tous les régimes tyranniques au long de l’Histoire ont réprimé l’opposition intérieure. Comme l’oppression du gouvernement devient plus forte à l’intérieur et à l’extérieur, davantage de citoyens vont naturellement exprimer leur indignation, ce qui engendre des contrôles encore plus oppressifs. C’est ce qui se passe aux Etats-Unis à travers ce que tout le monde voit du « Department of Homeland Security » avec l’espionnage sans ordre de la justice, les listes de surveillance arbitraires, les campagnes d’espionnage citoyen, et les dommages causés par la « Transportation Security Administration (TSA) » pour voyager n’importe où. De plus, dans l’intention d’écraser la libre expression, ils ont rendu inaccessibles des sites Web et se sont affrontés avec violence à des manifestants pacifiques. Malencontreusement, comme les questions abordées dans ce même article se répandent, les USA risquent de devenir encore plus forts dans la répression de l’opposition. En d’autres termes, le pire est à venir et l’Histoire jugera que les Etats-Unis ne sont pas exactement le phare de la Liberté qu’ils ont prétendu être.

 5. L’élimination de l’Habeas Corpus : Dites au revoir à la présomption d’innocence, au droit à faire face à l’accusation et à l’accusateur, au droit à un jugement libre et juste. L’Habeas Corpus, considéré comme l’unique voie humaine pour « qu’un prisonnier puisse être libéré en cas de détention illégale » a été éliminé pour ceux que les USA ont nommé de manière vague « combattants pour l’ennemi ». Comme pour l’Inquisition Espagnole, maintenant, tu es coupable jusqu’à ce que sous la torture tu admettes ta faute. Peut-il y avoir quelque chose de plus mal ? Pour savoir pourquoi si, c’est possible, continuez à lire.

 6. L’assassinat des citoyens : C’est ainsi. Pas de juge, pas de jury, pas de condamnation ; seulement directement à l’exécution. L’Amérique a accompli un pas de plus dans la progression vers un empire tyrannique quand elle a ouvertement assassiné un citoyen Américain et tête de turc du gouvernement Anwar al-Awlaki et son fils adolescent parce qu’elle les soupçonnait de terrorisme. Paul Craig Roberts s’afflige : « Maintenant, le gouvernement des Etats-Unis peut non seulement s’emparer d’un de ses citoyens et le faire croupir en prison pour le restant de ses jours sans présenter de preuves et sans avoir obtenu une condamnation, mais encore il a pu le descendre en pleine rue ou le faire survoler par un drone. » Ce n’est pas la raison pour laquelle l’Amérique prétend frapper tous les dictateurs du monde – l’assassinat délibéré de son propre peuple ?

Mais Awlaki était une pomme pourrie, puisque la communauté du renseignement l’a dit. Ce qui est le plus révélateur de ce que l’Amérique va continuer dans cet « axe du mal », c’est la cécité de la plupart de ses législateurs à l’égard de la violation grotesque des droits constitutionnels. Seul Ron Paul a dit que l’assassinat d’un citoyen Américain sans charges est rien moins qu’une offense digne d’ »empeachment ». Le pire est que la majeure partie du pays a célébré l’assassinat de Awlaki comme une « victoire » dans la guerre contre le terrorisme, indiquant qu’il s’agit maintenant d’une tactique acceptable. Attention, les Américains : vous pouvez passer d’une liste secrète de surveillance à une liste secrète d’assassinats dans cet empire violent.

 7. La guerre non autorisée au moyen des drones : Les guerres non provoquées, sans autorisation, sans responsabilité ou seulement supervision indépendante, paraissent en augmentation, et avec peu de résistance. Le Congrès Américain n’a pas voté de « déclarer la guerre ». Ils s’est borné à donner au Commandant en Chef une ample « autorisation » pour user de la forces contre des nations spécifiques. Cependant, même cela, ce n’est pas suffisant pour la chasse rapide de l’empire. Maintenant les guerriers au joystick, commandés par la CIA et le Pentagone, prennent pour cibles au moins trois pays qu’ils atteignent avec des armes non autorisées : le Pakistan, le Yémen et la Somalie. Encore pire, ils livrent une guerre à grande échelle contre la Libye pour le changement de gouvernement et le pillage des ressources sans aucune sorte d’autorité à l’intérieur des Etats-Unis. Sous la bannière de l’OTAN, financée à 75% par les USA, ils ont effectué 9 200 attaques aériennes pour renverser illégalement Kadhafi. Ivre de succès, l’empire sanguinaire est en marche vers ses prochaines cibles préventives, la Syrie et l’Iran. Evaluation rapide de la moralité : le meurtre sans provocation et le vol comme premier objectif, ça reste incorrect, non ?

 8. L’utilisation d’Armes de Destruction Massive : Quelle ironie ! Le Gendarme du Monde qui est à la recherche d’Armes de Destruction Massive est le seul qui en fasse usage à grande échelle ! Les Etats-Unis détiennent le record de l’usage d’armes chimiques, biologiques et même nucléaires. Depuis les bombes atomiques lancées sur Hiroshima et Nagasaki lors de la seconde guerre mondiale, l’Agent orange de Monsanto au Vietnam, l’uranium appauvri utilisé en Afghanistan et en irak, l’Amérique ne se condamne elle-même que lorsqu’on parle des nuisances des Armes de Destruction massive. Mais les assassins ne semblent pas prêter attention à la manière dont la mort a été donnée, du moment qu’elle atteint leurs objectifs. Il est probable que les véritables feux d’artifice auront lieu contre l’Iran, ou si la Chine et la Russie sont entraînées dans le conflit.

En réalité, ça n’a pas beaucoup d’importance ce que dit l’Histoire si l’usage des Armes de Destruction Massive augmente de chaque côté, mais les agresseurs doivent être justement condamnés pour la terre brûlée qu’ils laisseront, tandis que ceux qui se défendent des assassins et des voleurs doivent être considérés comme des justes.

 9. Le plus grand commerce de drogue au monde : L’empire Américain est le plus grand dealer du monde ? Ils prétendent qu’il n’en est rien. Bien. En plus d’imposer les drogues légales et les OGM à différents pays, en général sous couvert d’ »aide », les Etats-Unis sont leader en matière de commerce de drogues illégales. De fait, de nombreux enquêteurs révèlent que la guerre contre la drogue n’est utilisée que pour contrôler et monopoliser le trafic illicite. Le gouvernement des USA a à plusieurs reprises saisi de la cocaïne, en complicité avec certains cartels pour contrôler l’industrie, et aujourd’hui ils protègent et transportent ouvertement l’opium d’Afghanistan. En fait, Global Research signale qu’en 2001 « selon les chiffres de l’ONU, la production d’opium était descendue à 186 tonnes. Juste après l’invasion des USA en Octobre 2001, la production a augmenté dramatiquement, retrouvant son niveau historique ». Ce mois-ci, l’ONU a annoncé que maintenant l’Afghanistan fournissait 93% de l’opium du monde. La production a augmenté de 61% depuis 2001 pour atteindre la bagatelle de 56 000 tonnes. Bien que l’empire essaye de garder le secret, il ne pourra pas toujours cacher l’hypocrisie.

 10. La prison mondiale du fonds monétaire : Bien que l’utilisation de l’Arme Massive de la Dette soit une forme non-violente d’expansion de l’empire, c’est peut-être la forme de contrôle la plus violente et la plus efficace. Demander aux pays étrangers d’acheter le pétrole et autres produits d’importation avec des dollars c’est exercer un pouvoir immense. Du fait que tous les pays doivent acquérir des dollars pour acheter leurs ressources indispensables ils deviennent rapidement endettés à l’égard de la FED (Réserve fédérale), de ses banques centrales, et du FMI. En peu de temps, le monde entier est colonisé par la dette. Il semble que seuls les pays qui n’ont pas besoin ou refusent les crédits des institution bancaires occidentales sont ceux qui sont en danger d’être confrontés à la machine de guerre impériale. Incidemment, la majorité des pays riches en pétrole a prohibé l’usure (prêter de l’argent avec intérêts), ce qui rend impossible de les conquérir au moyen de la dette. Contrôler le fonds monétaire du monde signifie avoir le contrôle des clefs de la vie même, ce qui est une arme dangereuse entre les mains d’un empire agressif. La dette est la dernière Arme de Destruction Massive que l’empire utilise pour réduire le monde en esclavage, ce qui laisse aux opposants le choix entre deux options claires : l’esclavage ou la mort.

Bien que cet empire soit infiniment plus puissant que ne le fut l’empire romain, il connaîtra le même sort. Pour chaque action négative dans laquelle s’engage l’empire, il y a une réaction bonne et opposée. Et la bonté de l’humanité a toujours renversé la tyrannie quand celle-ci va trop loin. Cependant un empire qui a tant à perdre va chuter en vrille et utiliser toutes les armes de son arsenal, mettant ainsi le sceau final à son statut d’empire le plus violent de l’Histoire.

Source : : http://www.activistpost.com/2011/11/10-reasons-america-will-...

Posté par rusty james à 20:37 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 octobre 2011

L' Armée Americaine utiliserait des combinaisons d' invisibilités en irak

   
PuitDeLumierel' armée americaine utiliserait des combinaisons d' invisibilités en irak
Depuis quelques années , des chercheurs auraient découverts de nouveaux materiaux dont la caractéristique première était de courber le rayonnement electromagnetique emis par la lumiere solaire . Voir lien suivant .
Actualité > Méta-matériaux : L'invisibilité est en vue
Basé sur se principe , des scientifiques japonais ont mis au point une sorte de cape qui utiliserait se phénomène de courbure du spectre lumineux .

La personne transparente parait être couvert d' une tenue collante qui absorberait le rayonnement electromagnetique emis par le spectre lumineux de la lumiere solaire .
Et vous remarquerez , que l' ombre transparente se cache des marines . Cela sous - entendrait que la technologie est toujours secrète et les marines n' en sont pas informés . C' est un secret defense .

19 mai 2011

Une vidéos troublante sur le secret de Osama et Obama

dd395_swear__s_Pourquoi une telle ressemblance ? pourquoi  une telle ressemblance dans les noms obama osama ? un clin d'oeil ? ultime fourberie du 11 septembre ou le coupable serait devenu le sauveur ? Que Osama est il  devenu Obama certains diront mais il est fou ce mec!! Mais depuis deux ans, je suis perplexe par la ressemblance entre Obama et Osama et que dire de sa parfaite structure osseuse crânienne entre eux ? leurs manières .Certains diront mais, il est plus petit Oui, mais est-ce qu'ils savent que raccourcir les fémur est faisable, mais douloureux !! Ce qui expliquerait la canne de Osama entre 1993 et 94 et que dire de cette rumeur si commode des problème de reins pour couvrir une chirurgie de changement d'apparence! Les gens croient que cela n'arrive que dans les films!! c'est peut-être ce qu'ils veulent que vous croyez!! Son passé obscur a Laden et Obama les unies dans mire de la CIA. j'AI DÉCIDÉ DE SORTIR CETTE VIDÉO INFIME DÉMO DEVANT LA CENTAINE D'HEURE PASSÉ SUR DES CENTAINES PHOTOS ET A SCRUTÉ L'IMPENSABLE!! QUAND ONT FAIT L EXERCICE ONT FINIS PAR VOIR UNE CHOSE INCROYABLE QUI ÉCHAPPE A TOUS a vous d'en tirer votre conclusion. faites vous votre propre opinion ,chacun a le droit de croire a sa version  ,sans critiquer le positionnement de l'autre parce que différant qui peut jurer qu'il détient la vérité dans ce monde de falsification et de manipulation....Cette vidéos à le mérite d'exister et apporte un regard sur des faits extremment troublant.....

Posté par rusty james à 08:20 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

04 mai 2011

La nouvelle photos de la mort de Ben Laden est tirée du film black hawk

phpThumb_generated_thumbnailjpggfg

scène du film black hawk  et maintenant retouchée avec photoshop à ce rythme là Obama ne sera pas réélus parce que çà va faire un gros scandale surtout pour les familles des victimes en se fout de la mémoire de leurs enfants honteux....


La deuxième photo de Ben Laden mort qui circule actuellement sur le Web est le montage d'une scène du film « Black Hawk Down ». Par Philippe De Boeck
Encore un montage photo de Ben Laden mort

DR
Encore un montage photo de Ben Laden mort

Depuis l'annonce de la mort d'Oussama ben Laden par le président américain Barack Obama, dimanche soir, il n'y a toujours pas de photo « officielle » prouvant le décès du chef d'Al Qaïda. Suite aux spéculations en tous sens, la Maison blanche a d'abord confirmé l'existence d'images, lundi soir, tout en insistant sur le fait que le Président hésitait à donner son feu vert à leur diffusion parce qu'elles étaient « particulièrement atroces ». Pourquoi ? Parce que Ben Laden aurait été tué de deux coups dans la tête dont un juste au-dessus de l'œil gauche. En fonction de l'arme et de la balle utilisées, le cerveau pourrait très bien avoir éclaté.

Mardi, aucune photo n'a été diffusée. Mais mercredi matin, une image postée sur le Net et sur Twitter était présentée comme « le » premier vrai cliché d'Oussama ben Laden mort. Sur cette photo, qui semble avoir été prise de nuit par infra-rouge (vu sa couleur verdâtre dominante), on peut y voir un militaire américain (non cagoulé, ce qui est étrange pour un membre des forces spéciales) manifestement à genoux à côté du corps de Ben Laden gisant sur le dos. Sur la tête de ce dernier, juste au-dessus de son œil gauche, on voit une tâche noire qui pourrait attester de l'impact d'une balle. Mais rien de « particulièrement atroce » en vue par contre.

En fait, il s'agit à nouveau d'un photomontage. Cette fois, il provient du film « Black Hawk Down ». Un clin d'œil des auteurs du trucage puisque ce sont des hélicoptères Black Hawk qui transportaient le commando des Navy Seals venus intercepter le chef d'Al Qaïda. Dans le coin inférieur droit du cliché, quelque chose a été flouté, probablement le titre du long-métrage de Ridley Scott.
Le deuxième déjà en trois jours

Face à de telles photos non sourcées, la vigilance s'impose. Car dès les premières heures suivant l'opération, une première photo prétendant montrer le visage ensanglanté et tuméfié d'Oussama Ben Laden avait déjà été diffusée par des télévisions pakistanaises. Largement reprise par les médias du monde entier, elle a ensuite été retirée quelques heures plus tard parce qu'il s'agissait d'un photomontage grossier.

« La barbe est floue, on voit clairement que c'est un montage », avait pourtant d'emblée affirmé Mladen Antonov, rédacteur en chef photo de l'AFP qui dispose d'un logiciel spécial permettant de détecter les photos truquées.

« Aucun officiel américain et pakistanais n'a confirmé son authenticité », avait également précisé la chaîne américaine MSNBC. « Cette image a déjà circulé sur internet en 2009 », a expliqué de son côté Rana Jawad de Geo TV, la chaîne la plus populaire du Pakistan. « Nous avions indiqué en la diffusant qu'elle ne pouvait pour l'heure être authentifiée, nous avons pu ensuite vérifier et nous l'avons retirée de l'antenne », a-t-il conclu.

http://www.lesoir.be/actualite/monde/2011-05-04/encore-un-montage-photo-de-ben-laden-mort-838122.php

Posté par rusty james à 19:11 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,