La vie, c’est l’information transmise à la matière par le canal de l’énergie.

 

e0fab848eb846f6b74182eabf22a0f6c

 

 

. L’être humain est un récepteur-transformateur-émetteur d’informations. Il capte des informations dans son environnement et les transforment. Cette alchimie ne se produit pas seulement au niveau des neurones, mais à l’échelle de toutes les cellules du corps. Ce sont les particules des atomes qui captent directement les informations.

Le corps physique

L’être humain est fait de matière. Celle-ci peut être touchée, pesée, mesurée et vue. Les cellules de son corps sont composées de molécules, réalisées à partir d’atomes créés par des particules quantiques. Pour maintenir ce corps en bonne santé, il doit être entretenu par : • une alimentation saine, variée et équilibrée ; • une activité physique régulière afin de faciliter l’oxygénation du corps et stimuler ses fonctions d’assimilation et d’élimination ; • sans oublier un bon fonctionnement psychique selon l’expression consacrée « un esprit sain dans un corps sain ».

Le corps énergétique

L’être humain n’est pas seulement pourvu d’un corps physique, charnel, mais également d’une enveloppe invisible. Ce deuxième corps est seulement visible par des êtres doués de perceptions visuelles extrasensorielles particulières. Des mesures scientifiques comme la photo Kirlian (haute fréquence) ou la spectroscopie (basse fréquence) permettent la photographie de ce corps. Ces procédés sont utilisés par des médecins pour établir ou confirmer des diagnostics. Cela permet aussi de suivre l’évolution d’une pathologie et l’efficacité d’un traitement. Ce corps un peu particulier est le champ électromagnétique qui émane de notre corps physique. Voici plusieurs exemples de déplacement du corps énergétique par rapport au corps physique sous l’effet de micro-énergies nocives. Selon leurs directions, le corps énergétique se déplace soit vers le haut ou vers le bas ou vers la gauche ou la droite.

Firefox_Screenshot_2017-03-10T18-40-30

 

 

La transformation des informations venues de l’extérieur est en étroite relation avec la qualité vibratoire de l’énergie d’un être. En résumé, la santé ou la maladie affecte en premier lieu notre corps informatique avant d’être transmise au corps énergétique. Ce n’est que plus tard qu’il y a déclaration de troubles ou pathologies sur le corps physique. Cela laisse entrevoir toutes les possibilités qui sont offertes à l’être humain pour se maintenir en bonne santé. Notre habitation devrait être la continuité de nos différents corps, car pour s’épanouir harmonieusement,

 

 

ils doivent être dans un environnement qui corresponde à leur état vibratoire. La nature des matériaux utilisées, les formes de l’architecture, l’orientation, la conception de l’habitation, sa situation géographique ainsi que d’autres facteurs abordés dans les autres chapitres de cet ouvrage déterminent cet état vibratoire et procurent une atmosphère de bien-être ou de malaise dans les habitations.

 

Les matériaux de construction de l’être humain sont principalement son squelette et tous les éléments chimiques qui le composent, dont les protéines. Le corps physique de l’habitation est composé, au niveau de sa structure, des murs, du toit, des plafonds... donc de briques, de ciment, de masses métalliques, des fils électriques, des revêtements muraux et des sols. Ceux-ci font partie de son corps physique . En ce qui concerne ce corps physique, nous nous intéresserons aux différentes structures moléculaires des divers matériaux utilisés et de leurs conséquences sur la santé des habitants dans un prochain chapitre.

L’analyse de tous ces éléments va mettre un autre en évidence : l’énergie . Celle-ci va constituer le corps énergétique de l’habitat. Cette énergie peut être soit favorable, soit défavorable au fonctionnement normal de l’organisme humain, par l’intermédiaire de différentes sources : la qualité biotique des matériaux, les courants telluriques nocifs, les rayonnements des cours d’eau souterrains, des failles, les émissions de radon, celles des formes, et également d’autres éléments plus subtils comme les couleurs utilisées, etc. Tout cela est détaillé dans les chapitres qui vont suivre. Le troisième corps de l’habitation est le corps informatique .

En effet, elle aussi, par l’intermédiaire de ses matériaux, va capter « le vécu » du lieu et va en stocker les informations. Par exemple, le vécu des êtres qui y ont habité (positif ou négatif), leurs actes, leurs paroles, leurs pensées et leurs ressentis... Ces éléments vont être abordés dans le chapitre sur la « mémoire des murs ». Comme vous pouvez le constater, il y a une analogie surprenante et non sans conséquence entre les trois corps de l’être humain et de son habitat. Il se produit un phénomène de compensation entre le potentiel énergétique de l’habitat et celui du lieu où il vit. Sorte de phénomène de « vases communicants ».

 

La masse moléculaire d’une habitation étant disproportionnée par rapport à celle de l’être humain, c’est l’habitation qui va imposer sa fréquence. Deux hypothèses sont à envisager : • soit celle-ci va apporter l’énergie, • soit en absorber, c’est-à-dire « pomper » l’énergie vitale de ses habitants. E. Le potentiel énergétique des personnes et des lieux Qu’en est-il exactement ? Potentiel énergétique ou taux vibratoire ? La signification est identique. Tout ce qui est vivant sur cette terre émet des ondes et possède un potentiel énergétique évolutif, de sa naissance à la fin de sa vie. Celui-ci est mesurable, en particulier par les radiesthésistes qui utilisent pour cela une échelle appelée également « réglette » ou « biomètre de Bovis » et un pendule. Monsieur Bovis était un physicien très intéressé par les phénomènes radiesthésiques ; il s’inspira d’un collègue, M. Angström, pour mettre au point cette fameuse réglette après la dernière guerre. Monsieur Angström, physicien suédois, étudia les effets de la chaleur, ceux du magnétisme et, surtout, se passionna pour l’optique. Autour de nombreux travaux remarquables, il laissa son nom à une unité de mesure de longueurs d’ondes : « l’unité angström » ou « millimicron » qui vaut un dixième de micron. Revenons à M. Bovis : il a permis au radiesthésiste, à l’aide d’un simple pendule-récepteur, de mesurer le potentiel vibratoire d’un être vivant. C’est la raison pour laquelle l’appellation « biométrie » est utilisée. « Bio » signifie vie. Les règnes vivants sont le minéral, le végétal, l’animal et l’humain. C’est le taux vibratoire d’un être vivant qui nous oriente quant à son état de santé, au moment de la recherche. En effet, selon l’activité déployée, le lieu de vie, le taux vibratoire de nos cellules se modifie.

Une vie saine en plein air, un séjour dans un lieu sain, ou un travail de plusieurs heures assis devant l’ordinateur, ou une nuit passée dans un lieu perturbé par des énergies nocives ne donneront pas la même vitalité !... Monsieur Bovis a pris comme vibration moyenne celle d’un homme en bonne santé, c’est-à-dire les longueurs d’ondes de la couleur rouge orangé du spectre électromagnétique. Cette longueur d’onde est de 6 500 angströms. Dès qu’une personne a un taux vibratoire inférieur à 6 500, soit elle est déjà malade, soit elle se prépare à l’être. Examinons ensemble cette réglette ou biomètre de Bovis. La base de cette réglette est constituée de deux lignes parallèles, sur lesquelles vous allez pouvoir lire des mesures variant de 0 à 10 000 angströms. Rappelez-vous que l’unité de mesure du taux vibratoire est « l’unité angström » ou « millimicron ». L’utilisation de cette réglette s’effectue de gauche à droite, pour en lire les mesures recherchées. L’objet de la recherche est placé à gauche de la réglette, au niveau 0. Pour un être humain, il suffit d’y disposer sa main, permettant ainsi à l’opérateur de placer son pendule au niveau 0. Il en est de même pour tout autre élément à mesurer. À quoi correspondent ces mesures placées sur la base de la réglette, et quels renseignements en retirer ? Pour les êtres humains et les animaux, le niveau 0 correspond à une absence vibratoire cellulaire totale, c’est-à-dire la mort. Plus vous avancez vers la droite de la réglette et plus l’énergie est présente. Elle est volontairement limitée à 10 000 angströms. La moyenne générale statistique d’une excellente énergie (bonne santé) se situe aux alentours de 8 000 à 9 000 angströms. Vous découvrez sur la réglette un trait perpendiculaire qui traverse celle- ci à une mesure bien précise 6 500 angströms délimitant ainsi la frontière entre la notion de santé et de maladie.

 

Firefox_Screenshot_2017-03-10T18-48-20

 

Sur cette réglette, vous découvrez également différentes sortes d’ondes connues, positives ou négatives selon leur emplacement sur l’échelle. Par exemple, les ondes « infrarouges » sont à environ 7 500 angströms, connues et utilisées en médecine comme anti- inflammatoires et décontractants musculaires. Puis, les « ultraviolets » situés à environ 3 500 angströms sont aseptisants, car destructeurs des bactéries et des microbes aérobies. Mais, mal utilisés, les rayons ultraviolets peuvent engendrer des brûlures et des tumeurs cutanées. Dans ce cas précis, ce rayonnement entraîne une baisse de la vitalité humaine. Le mode d’emploi de cette « règle de Bovis » figure dans mon ouvrage Cours complet de radiesthésie médicale à la page 63 ou dans le Cours complet de radiesthésie tome 2 en page 48. Sachez qu’il y a un transfert énergétique qui s’opère entre le lieu d’habitation et ses habitants.  À NOTER Lorsque nous avons un taux vibratoire de 7 000 à 8 500 angströms, nous sommes sur un lieu positif avec de bonnes vibrations. Nous allons prendre de l’énergie sur ce lieu qui par conséquent nous régénérera. Notre propre taux vibratoire va monter. Par contre, sur un lieu négatif, au taux inférieur à 6 500 angströms (les lieux eux aussi sont mesurables avec la réglette, voir plus loin avec un schéma en rapporteur), l’inverse se produit et nous donnons notre énergie au lieu.  À NOTER Les personnes vivant sur des lieux négatifs se réveillent fatiguées. Lorsque nous dormons, notre corps perd les deux tiers de sa résistance aux agressions extérieures. Il est plus vulnérable. C’est la raison pour laquelle le géobiologue étudie de très près les chambres à coucher des habitations. Je citais plus haut : « les lieux aussi sont mesurables sur le plan vibratoire. » Dans un habitat, la moyenne statistique doit se situer aux alentours de 6 000 à 6 500 angströms pour permettre aux habitants d’y vivre dans les meilleures conditions vibratoires.

Firefox_Screenshot_2017-03-10T18-49-52

Dans le cas de la radiesthésie oscillatoire, la figure géométrique utilisée est un demi-cercle divisé en rayonnements égaux à partir du centre de la base, afin d’obtenir des divisions égales permettant d’y intégrer les éléments de notre recherche et d’obtenir un mouvement oscillatoire du pendule lors de la recherche. Voir la méthode d’utilisation de la radiesthésie oscillatoire dans mon ouvrage Cours complet de radiesthésie médicale ,  La détermination du potentiel énergétique de l’habitat et de celui de ses habitants constitue le point de départ d’une recherche plus approfondie par le géobiologue. C’est une véritable « auscultation vibratoire » indispensable et bénéfique, aussi bien pour l’habitat que pour ses occupants.

LES DIFFÉRENTES SOURCES D’ONDES NOCIVES I

- LE TELLURISME

Qu’en est-il exactement de la circulation des énergies terrestres et de leurs influences sur les êtres vivants ? Tout comme au niveau du corps humain, les énergies circulent au niveau du globe terrestre, d’où cette appellation de « tellurisme » ou « courants telluriques ». Notre « Terre mère » est un « corps vivant » en analogie avec le corps humain. Si nous nous reportons aux lois de l’acupuncture, nous y retrouvons des zones préférentielles, des nœuds d’énergie amplifiée et les méridiens qui correspondent aux rayonnements telluriques. De ces nœuds émanent des influences. Une autre analogie existe entre l’acupuncture et la géobiologie : les méridiens telluriques filtrant à travers la matière terre, suivant les mêmes lois de la bipolarité, des cycles et de la systématique.

Dans la topographie du corps humain et pour les méridiens principaux, ce qui est valable pour un côté l’est aussi pour l’autre. Sur celle de la terre, ces fleuves d’énergie sont symétriques et égaux sur les deux hémisphères. Depuis bien longtemps, nos ancêtres avaient eu connaissance des rayonnements émis par la Terre. Citons quelques exemples. Le berger passait sa main au-dessus du sol afin de déterminer l’endroit favorable où s’asseoir près de son troupeau. Il savait également passer sa main au-dessus du sol pour ressentir les vibrations nocives ou bénéfiques.

Les apiculteurs faisaient appel aux sourciers chargés de détecter le meilleur emplacement pour placer les ruches afin que les abeilles puissent avoir un meilleur rendement et procurer le meilleur miel. En Chine également, il y a environ deux mille cinq cents ans, une maison n’était édifiée qu’après l’étude de l’emplacement et de l’environnement par un maître en feng shui (vent et eau) dont la tâche était d’harmoniser les hommes avec leur environnement. Dans nos campagnes, de nombreuses maisons anciennes sont judicieusement implantées, puis la recherche s’est développée dès la fin de la guerre 1939-1945 avec la découverte d’un réseau dit « tellurique », par un médecin allemand : le docteur Ernst Hartmann. 

Réseau géomagnétique, le réseau Hartmann se place comme un quadrillage tout autour de notre globe. Il est facile d’imaginer un vaste filet d’énergie posé sur toute la surface de notre sol, formant ainsi le réseau Hartmann (« réseau H », nommé également « réseau global »). Quelles sont ses caractéristiques ? Le réseau se présente comme une structure de rayonnements qui s’élèvent verticalement du sol, tels des murs invisibles, et radioactifs, d’une largeur de vingt et un centimètres chacun. En direction nord-sud, il y en a tous les deux mètres, et d’est en ouest, tous les deux mètres cinquante.

 

Firefox_Screenshot_2017-03-10T19-08-30

Au niveau de cette résille H, là où il y a un croisement des deux rayons ou un nœud Hartmann, se trouvera fréquemment un point géopathogène ayant une grande importance sur la santé d’un être humain. Il est important de retenir que ces lignes du réseau Hartmann véhiculent les informations telluriques. Si deux bandes de réseau viennent à se croiser, en particulier, à l’aplomb d’une source d’eau ou d’une faille géologique, à cet endroit précis, il y a un point géopathogène, d’où vont émaner des microvibrations nocives, pour tout être vivant. (Le travail d’un géobiologue est de les localiser afin d’éviter d’y placer une zone de relaxation, de repos, de travail, etc.)

Firefox_Screenshot_2017-03-10T19-09-45

 No Schéma du lobe-antenne Appareil de détection du réseau Hartmann Lorsque le lobe-antenne est tenu par le géobiologue, celui-ci tourne lors de la rencontre avec la ligne du réseau. Il lui est ainsi possible d’avoir sur le sol le tracé du réseau afin de déterminer l’emplacement des croisements ou nœuds. Il est également possible de détecter ces points précis telluriques nocifs à l’aide de l’antenne de Lecher, dont je vous parlerai plus loin dans l’ouvrage. Mais auparavant, il faut signaler l’existence d’autres réseaux.

Le réseau Curry ou réseau diagonal Moins connu mais non négligeable.

Selon le docteur Curry (République fédérale d’Allemagne), un réseau diagonal interfère avec le réseau global du docteur Hartmann. Ses dimensions sont d’environ huit mètres sur huit mètres, il est orienté en diagonale par rapport au « H », il est nord-ouest/sud-est et nord-est/sud-ouest.

.Jocelyne Fangain


Technique scientifique d'imagerie Electro-Photonique (EPI) pour aura et chakras visualisation

auraimaging

Beaucoup d'entre nous ont déjà entendu parler des photographies KIRLIAN d'empreintes de doigts prises dans une chambre noire.

Une équipe de recherches de l'Université Médicale de Saint Petersbourg(SPITMO), dirigé par le professeur Konstantin Korokov a mené des études approfondies sur ce procedé KIRLIAN. Ces recherches ont montrées que ces empreintes expriment en réalité une excitation électrique des gaz diffusés par la peau humaine donnant ainsi un effet "couronne". Ils ont montrés, également, que la forme de la "couronne" et la localisation des différentes flammèches émises fournissaient des informations importantes à propos de l'état de santé physique et psychologique de la personne testée.

A partir de ces découvertes le professeur Konstantin Korokov et son équipe ont mis au point une technique scientifique d'imagerie Electro-Photonique (EPI) ou bioélectrographie appelée système GDV (Gas Discharge Vizualisation = Visualisation par décharges gazeuses), et travaillent à son développement depuis plus de 15 ans. Le système GDV stimule l'excitation électrique des gaz diffusés par la peau de chaque doigt, et capture les images par l'intermédiaire d'une caméra digitale qui transmet les informations à un logiciel d'interprétation.

Aujourd'hui, ces techniques de bioélectrographie sont approuvées par le ministère de la santé russe en tant que technologie médicale. De plus en plus d'articles sont publiés dans différents pays et de nombreux médecins, praticiens et chercheurs tirent bénéfice de l'usage de cette technologie.

Imagerie Electrophonique ou Bioélectrographie, son utilité thérapeutique

Cette technologie est un complément idéal pour tous praticiens de santé.

Le système GDV est un outil de dépistage qui identifie les faiblesses du corps et donne un aperçu sur le niveau de vitalité de la personne testée par des mesures instantanées, non invasives et indolores.

A l'aide de logiciel sophostiqués et d'une base de donnée fiables, l'interprétation des images capturées fournit des données détaillées sur le niveau de vitalité de chaque organe et système fonctionnel, ainsi qu'une évaluation de l’état de stress sur le plan psycho émotionnel et sur le plan physique de la personne testée.

 

LA BIOÉLECTROGRAPHIE GDV (Gaz Discharge Visualization)

Imagerie Electrophonique ou Bioélectrographie, applications

  • Analyse intégrale de tous les organes et systèmes fonctionnels
  • Analyse de la condition psycho-physiologique
  • Détections des zones fragiles
  • Evaluation de la réseve fonctionnelle de l'organisme
  • Evaluation des niveaux d'anxiété et de stress


Avec ce système, nous obtenons une imagerie au carrefour entre la médecine traditionnelle chinoise par analyse du système énergétique (les méridiens), de la médecine occidentale (niveau de stress et répercussions sur les organes) et la médecine ayurvédique (représentation des chakras).

Si cela vous parle, ce système et son analyse vous séduiront. La méthode GDV fait un pont entre la science occidentale logique et la science intuitive de l'Orient.

Il suffit juste de mettre ses dix doigts, un par un, dans l'appareil, ce qui s'avère très rapide.


Les principes de l'analyse GDV

Le rayonnement émis par différents types d'objets soumis à un champ électromagnétique de haute densité fut détecté il y a plus de 200 ans. Depuis la création de logiciels et matériels de visualisation par décharge gazeuse (GDV) en 1995, la recherche autour de ce rayonnement a acquis un véritable statut scientifique.

On parle d'imagerie électro-photonique (EPI pour ElectroPhotonic Imaging) qui reprend les principes de la photographie Kirlian découvert en 1939 par les époux Kirlian généré par l'effet corona. 

La caméra GDV et ses logiciels ont été développés par le professeur russe K.G.KOROTKOV et son équipe internationale. Ce système de bioélectrographie est utilisé actuellement dans 52 pays. 

Il est certifié par le ministère de la santé de la fédération russe comme appareil de technique médicale non invasive et indolore. Il permet des mesures presque instantanées et l'interprétation des résultats à l'aide de logiciels sophistiqués.


Comment ça marche ?

L'EPI utilise un courant électrique très faible appliqué sur le bout des doigts moins d'une milliseconde.
 Il se forme alors un nuage composé de photons de basse énergie dont le rayonnement est capturé par une caméra optique puis traduite en un fichier numérique. 
Ces émissions extrêmement faibles de photons des objets biologiques sont aussi appelées biophotons, démontrant que les objets biologiques rayonnent bien !


Cette méthode permet de mesurer le fonctionnement de tous les organes, mais aussi l'activité du système nerveux autonome, qui est le principal indicateur de la réaction du corps (stress) aux impacts internes et externes (météo, produits chimiques, nourriture, absorption d'oxygène) jusqu'aux troubles émotionnels.
 Tous ces processus sont reflétés sur la couche cutanée par la création d'une forte émission d'électrons, faisant ainsi varier les images GDV.


Que peut-on voir avec la caméra GDV ?

Sachant que les processus mentaux, émotionnels et spirituels peuvent influencer l'imagerie GDV, deux mesures sont effectuées : avec et sans filtre (en polyéthylène, séparant de la couche cutanée l'activité psychosomatique comme la transpiration et le dégagement de gaz qu'elle sécrète).

Mesure avec filtre : reflète le niveau d'énergie physiologique de base du corps, par organes. Ce niveau est très stable et donne des informations précises sur le bon fonctionnement du corps à long terme.

- Mesure sans filtre : reflète la condition psychologique et physiologique, avec le niveau d'énergie des organes à un instant donné.


Une analyse GDV permet d'évaluer :

- les niveaux d'anxiété et de stress
- l' information sur le niveau énergétique de l'organisme (foie, reins, thyroïde...etc...)
-  le contrôle de la réaction de l'individu aux traitements et à l'influence des médecines douces
- la possibilité d'un suivi de l'état des organes

Les logiciels utilisés :

 
 
 
     
 
GDV Diagram
 
 
Le premier logiciel est GDV Diagram montrant le niveau d'énergie des organes suivant la médecine occidentale.
Il permet d'évaluer le niveau de stress de la personne (coefficient d'activation). On trouve une description par organes et systèmes de l'état du corps avec et sans filtre. L'analyse permet de voir si un mal peut être par exemple psychosomatique, d'isoler les zones en excès ou manque d'énergie, d'évaluer l'état fonctionnel du corps.

Diagram_ws71940439

 
 
     

 
GDV Energy Field
 
 
Le logiciel GDV Energy Field construit un modèle du champ énergétique de la personne, suivant la médecine traditionnelle chinoise. Il permet de voir les fuites énergétiques, les inflammations, le potentiel énergétique, surconsommation énergétique, les forces et les faiblesses des organes et systèmes.

index



 Quand adam a perdu son habit c'etait son habit de lumière aura qui se perd lorsque nous commettons un péché il change alors de couleur etdes breches apparaissent qui peuvent alors etre exploités par les entités a l'affuts qui suggestionnent la personne jusqu'à qu'il commette l'action désiré pour affaiblir son rayonnement aurique protecteur .

Ce jour-là, les hypocrites, hommes et femmes, diront aux croyants :"regardez-nous pour que nous puissions extraire un peu de votre lumière".

S57-13"Fils d'Adam, Nous vous avons donné un vêtement pour cacher votre nudité, ainsi que par parure. Et le vêtement de la piété, voilà qui est meilleur" ( 7/26).

 

http://www.geobiologie24.com/analyses-par-camera-gdv.ws

http://www.osteopathie-aquatique-lyon.com/imagerie-electrophonique/

L'homme résonne en harmonie avec son environnement animal, végétal et minéral

mount_pilatus-wide

Les émanations Kirlian ont aussi permis de constater que les corps vivants émettent des rayonnements qui correspondent non seulement aux parties "visibles" de ces corps mais également à des parties devenues "invisibles" comme des membres ou des morceaux amputés. Cette constatation est à rapprocher des affirmations d'un grand nombre d'amputés qui prétendent continuer à "souffrir" ou à "sentir" un membre depuis longtemps disparu.

On sait aussi que l'effet Kirlian peut être rapproché des théories millénaires de l'acupuncture traditionnelle. Les points les plus lumineux relevés sur les photographies sous hautes tension correspondent, en effet, aux quelques 700 zones clefs enseignées par les orientaux.

L'effet Kirlian est la manifestation d'un des aspects de notre potentiel énergétique. Ce dernier qui, chez l'homme, se décompose en énergie chimique, mécanique, électrique, calorique et psychonique, est produit par la dégradation et l'oxydation des lipides (graisses) et des glucides (sucres). L'énergie psychonique est la moins connue de toutes. Elle se différencie des autres types d'énergie par son caractère rayonnant qui lui permet de s'évader du corps physique et de former ainsi une bulle énergétique visualisable par la technique de l'effet Kirlian. La production des "psychons" ne peut donc pas être liée au seul cerveau. C'est bel et bien l'ensemble de nos cellules qui rayonnent cette énergie liée à l'activité du système endocrinien et, plus spécialement de la glande thyroïde. En traitant la glande thyroïde par des faisceaux de lumière colorée, on peut réduire un excédent d'énergie non dissipé (hyperthyroïdie) ou, à l'inverse, stimuler les sécrétions dans les cas d'insuffisance. C'est du fonctionnement de la thyroïde que dépend le niveau énergétique global de notre organisme. C'est le niveau de sécrétion de cette glande qui déterminera l'importance et la coloration de cette "aura" que visualise l'effet Kirlian.

Si l'on établi le classement des fréquences rayonnées, nous pouvons constater l'existence de trois types :
- électromagnétique,
- sonique, qui inclut les fréquences visibles telles que la lumière,
- mentale.

C'est dans le troisième type énergétique qu'il faut classer ce que la science officielle définie comme "l'étude de facultés hypothétiques du psychisme", c'est-à-dire la parapsychologie. Elle se décompose en phénomènes ou "vibrations" tels que la télépathie (transmission de pensée à distance), la clairvoyance (perception d'objets ou d'événements non directement visibles dans l'espace), la précognition ou la rétrocognition (perception d'objets ou d'événements dans le futur ou le passé), et la psychokinésie (action de la pensée sur la matière, sans contact physique).
Hadjo et Moskovakis, en France, mais aussi des chercheurs russes et américains ont prouvé qu'il existe un rapport entre la signature électrophotonique d'un individu et les états modifiés de conscience dans lesquels il évolue.
Nous pouvons supposer sans prendre trop de risques que ce troisième type énergétique est lié aux deux autres types par des propriétés semblables à celles qui lient les deux premiers.

Dans le cas spécifique et bien connu de la radiodiffusion, il est démontré journellement que les photons du premier type peuvent servir de vecteur, de support aux phonons du deuxième type. C'est ainsi que le son peut être transmis à distance en utilisant l'énergie électromagnétique comme support. De la même manière, les psychons peuvent être "portés" par les deux autres formes d'énergie rayonnée.
Un désir, conscient ou inconscient, se transforme ainsi en un stimulus psychique dont les psychons peuvent êtres propagés par un rayonnement porteur, sonique ou électromagnétique. On peut alors expliquer valablement toutes sortes de phénomènes dits "paranormaux" et que la science moderne range parmi les manifestations de la psychotronique.

Le Pr Isidor GUNARD, de l'académie des sciences de Moscou, affirme que le système nerveux des végétaux, bien que nettement plus primitif que celui des animaux, fonctionnait de la même manière que celui de l'homme.
Il pense que les plantes sont parfaitement conscientes du monde constituant leur environnement.
Elles reçoivent des signaux qui s'acheminent au travers de leurs organes constitutifs et parviennent à leur centre de perception et de sensation où les informations sont décodées et enregistrées.
Ce centre nerveux et psychique des végétaux serait situé dans les environs du collet des racines.

En ce qui concerne les minéraux dont l'organisation est encore plus simple, les photographies Kirlian témoignent là encore d'une activité "psychique".
L'homme évolue en moins d'un siècle, les végétaux évoluent parfois sur plusieurs siècles et les minéraux, quant à eux, ont une durée d'évolution qui se compte en millénaires ou en millions d'années. Le règne minéral n'est absolument pas un monde inanimé et figé. Son évolution est tout simplement plus infiniment plus lente que celle des deux autres règnes et, de ce fait, elle nous paraît statique par rapport à notre propre évolution. Les éléments radioactifs sont une bonne illustration de ce phénomène : l'Uranium 92, le Thorium 90 et le Radium 88 se transformeront peu à peu en Plomb 82; Le Radium perd la moitié de sa masse en 1600 ans alors que l'Uranium mettra 4,5 milliard d'années pour arriver au même résultat. Outre leur participation au rayonnement de fond, les matières minérales offrent de multiples possibilités thérapeutiques qui découlent de leur rayonnement "psychonique". La métallothérapie et la lithothérapie, deux branches de l'énergathérapie que l'on nomme aussi "minéralothérapie", se fondent sur cet échange énergétique subtil entre le règne minéral et le règne animal ou végétal.
Sir Jagadis Chunder Bose, physiologiste indien, a étudié au moyen d'appareillages de sa conception, les réactions des animaux et des végétaux, puis celle des métaux. Il est ainsi arrivé à la conclusion que l'on ne pouvait pas déceler de différences vraiment fondamentales entre les réactions des organismes dits "vivants" et les réactions des structures minérales.

Tel qu'il a été conçu, l'homme était destiné à "résonner" en harmonie avec son environnement animal, végétal et minéral. Aujourd'hui, la réduction progressive des espaces de verdure, la pollution électromagnétique, le comportement outrancier et irrévérencieux des touristes qui visitent les sites composés de pierres autrefois sacrées conduisent à une déperdition énergétique de l'environnement, et par voie de conséquence, à la déstabilisation de la vie de l'organisme humain. On peut en tenir pour preuve que les maladies mentales sont pratiquement inexistantes chez les habitants des grands espaces verts, notamment les indigènes d'Afrique et d'Amérique du Sud.

Sources : Au delà de l'occultisme, l'énergie rayonnée, Daniel Depris, éditions Aurore, 1987.
Face A, l'énergie rayonnée, Daniel Depris, éditions Aurore, 1987. L'inconnu, n°224 - janvier 1997.http://dalaicharly.free.fr/homme/Kirlian.html

http://www.amazon.fr/gp/product/B006M2R5HQ/ref=as_li_qf_sp_asin_il_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=6746&creativeASIN=B006M2R5HQ&linkCode=as2&tag=manipulaticon-21