01 décembre 2013

Des mystères du Méridien aux mystères de Paris

  Quand on associe Paris à l'affaire de Rennes-le-Château, on pense généralement au méridien de Paris et à l'église Saint Sulpice où passe un méridien qui, s'écartant de quelques centaines de mètres de « l’officiel » voulu par Louis XIV, est donc – administrativement parlant – un méridien “dissident”. Dans la capitale l'immatérielle “roseline” semble ne s'incarner que dans le gnomon astronomique et la ligne de cuivre rouge qui ornent la nef de l'église de l'abbé Olier. Ce qui est à la fois beaucoup et peu. Le gnomon de... [Lire la suite]