Le mythe au service de Satan est devenu la subversion du monde de la foi .

6a00d8341ce44553ef0191024f458c970c-800wi

« 9782701136134 Le mythe consisterait en quelque sorte à tenir un discours profus et narratif pour empêcher le questionnement de prendre la forme d'alternatives théoriques qu'on devrait trancher une fois pour toutes par « oui » ou par « non ». Si, comme le disait Althusser, il y a «un nécessaire dogmatisme de la thèse », le mythe évite de susciter des questions dont la réponse peut consister en une thèse. Sa manière de se dérober, c'est de « faire des complications», …Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?, dit une plaisanterie qui, comme tout mot d'esprit, a son fond de vérité : la complication narrative, les tours et détours du mythe sont un principe de plaisir, comme le voyage d'Ulysse qui l'entraîne hors de la quotidienneté. «Si l'on cherche un instrument descriptif universel pour les façons de procéder du mythe, on pourra tenter au moins une approche avec l'idée d'Umstândlichheit: la ruse, le déguisement, la transformation, l'erreur, forment la trame favorite des mythes, qui mettent en scène des complications, des égards oubliés, des transgressions punies, des désirs dont l'assouvissement passe par des tours et détours. C'est par là que le mythe communique avec le rite comme avec l'ensemble des procédés visant à agir « par procuration » et substitutions : « le rapport humain à la réalité est indirect, embarrassé), retardé, sélectif et avant tout "métaphorique"». Les complications du mythe reflètent les opérations substitutives auxquelles l'humanité a recours pour jouer avec une réalité qu'il s'agit ainsi de fractionner, d'acclimater, de rendre familière . Jean Claude Monod. Hans Blumenberg .Belin.Le Mythe Au Travail.(c'est moi qui souligne)

Le mythe restait une pensée « primitive », un tenant-lieu provisoire de la raison, de la théorie scientifique et des concepts .Blumenberg s'élève fortement contre cette tradition. Les fonctions du mythos et du logos, de l'image et du concept, sont pour lui équivalentes ; les deux engendrent de la distance envers une réalité à laquelle le sujet est livré, qu'il doit maîtriser.

Il va sans dire que tous les mythes sumériens babyloniens sont des inventions satanismes pour perdre les nouvelles générations qui ne sont plus cultivées des récits monothéistes et sont le fond de commerce de sectes satanistes qui polluent l'esprit des jeunes générations ,mais vous verrez par la puissance de Dieu leur supercherie ne rentrera pas dans les coeurs pures ils en seront préservés quand aux autres les orgueilleux qui nient et renient ,servez vous de votre intelligence et libérez vous de ces sites qui font la promotion de la création de l'homme par des extraterrestres ,vous avez un avantage on vous a menti au sujet de vos origines voyant que l'homme n'acceptez d'etre un singe intelligent ,on vous amène sur une nouvelle direction les extraterrestres la bonne blague,ne tombez pas dans le panneau qui a crée les extraterrestres ,la poule ou l'oeuf on se mord la queue comme le serpent s'enroule autour de la vérité pour l'asphyxier.RJ

  Hans-Blumenberg-Lubbeck

« La théorie des formes symboliques permettait seulement de corréler les moyens d'expression du mythe à ceux de la science, mais encore dans un rapport historiquement irréversible et avec la prééminence irrémissible de la science - terminus ad quem…

cette philosophie conçoit le mythique comme la forme par excellence de ces opérations qui sont encore possibles et nécessaires par surcroît pour supporter un monde et vivre dans un monde qui n'a encore aucune théorie»,

Un tel pré-savoir de la fin supposée exclut de thématiser le mythe comme forme d'élaboration de la réalité, authentiquement juste..

« il devrait être clair que l'antithèse du mythe et de la raison est une invention tardive et funeste, dans la mesure où elle renonce à voir la fonction du mythe -celle de dépasser toute l'étrangeté archaïque du monde - comme une chose rationnelle, quelque indigents que puissent paraître ses moyens ».

  Goya1

L'analyse qu'entreprend Blumenberg va s'inspirer des thématiques freudiennes qu'il déplace vers le mythe : il existe un « travail du mythe », comme il existe pour Freud « un travail du rêve ». Goya_witch Pour le fondateur de la psychanalyse, le rêve condense, déplace des significations parfois insupportables ou perturbatrices pour la vie psychique du sujet ; de même, le travail de deuil «élabore» la douleur, lui ôte peu à peu son caractère écrasant. Le travail du mythe, selon Blumenberg, met de la même façon, à distance l'angoisse devant le chaos, grâce à des images familières, personnifiées, de façon à la diluer dans des récits; mais ce travail connaît un «processus secondaire» qui fait oublier qu'il a servi, à l'origine, à transformer « l'angoisse ». Le mythe transformera par exemple l'angoisse (du rien) en peur, en une « peur » des dieux, moins intense, parce que moins diffuse; on peut s'adresser aux dieux, non au vide. D'un fond de terreur, le mythe tire des formes divines et des récits captivants.

 

L'exemple que donne Blumenberg est celui de la naissance D'Aphrodite/Venus qui nait de l'écume de la mer. (On a évidemment en mémoire le tableau de Botticelli). or cette belle image efface l'origine du mythe qui lui a donné naissance,la séparation nécessaire du ciel Ouranos et de la terre Gaia ( soit donner sens à une indistinction première ,échapper au chaos, mettre de l'ordre).Cronos (le temps) accomplira cette tâche en émasculant son père Ouranos pour l'être finalement lui aussi par Zeus, celui qui va être à l'origine des lois du monde en triomphant des forces obscures. L'esthétisation est oubli de l'origine : Aphrodite est née en fait de la semence d'Ouranos dont l'organe sexuel a été jeté à la mer. « Aphrodite naît de l'écume de la terrifiante émasculation d'Uranus - c'est là comme une métaphore de l'opération du mythe», note Blumenberg : d'un fond de violence archaïque extrême naît une forme belle, rassurante.

 

«Cependant, son travail [celui du mythe], alors, n'est pas à son terme : dans la Vénus Anadyomène de Botticelli, celle-ci s'élève hors de l'écume de la mer, et seulement pour les connaisseurs du mythe à partir du secret de la terrible blessure d'Uranus. [...] L'arrière-plan de terreur a été oublié, l'esthétisation accomplie ».

  

Le travail du mythe repose pour Blumenberg sur le processus de « signifiance » (d'autres traductions emploient significativité).Principe culturel selon lequel les choses vitales reposent sur d'autres significations et valeurs que le monde des sciences exactes.

  750864803

Ainsi, dans une approche objective, l'espace et le temps restent indifférents à ce qui se produit. La raison se heurte ici à l'anonymat et à l'indifférence de la réalité par rapport aux souhaits humains. Il en est de même pour le principe de causalité ou le caractère nécessaire des lois. Le mythe au contraire réintroduit une structure de désir dans la réalité en brisant l'homogénéité et l'indifférence du temps et de l'espace : il permet de distinguer des lieux et de leur accoler une histoire, de distinguer des temps en leur associant des événements qui ont une portée humaine, une signification. Ainsi la figure cyclique et rassurante de l'Odyssée  « le schéma cyclique a été une figure de la confiance dans le monde». Sens du «retour» d'Ulysse : cercle qui se ferme, durée qui fait sens, espace qui n'a pas été parcouru sans fin, en vain.

Là où le concept est la marque de la clarté et de la distinction, la théorie , celle de la cohérence logique , les mythes restent pourtant le domaine de l'ambiguïté, de l'incertitude quant au sens, de la multiplicité des interprétations. Ce reproche habituel fait justement la valeur des mythes aux yeux de H.Blumenberg.le mythe pour cette raison est sans cesse repris et réélaboré : il donne à penser comme Ricœur le disait du symbole.la  « significativité  implique précisément la plurivocité, qui ne tient pas seulement au potentiel apparemment inépuisable d'élaboration du mythe, mais aussi à la pluralité des théories sur son origine et sa fonction véritable »

Uran_vs_cron

Contrairement à la science qui fournit des réponses mais chaque fois dans un domaine délimité de spécialisation, les grands impératifs anthropologiques posent des questions toujours ouvertes, peut être nécessairement sans réponses, mais qu'on ne peut justement ne pas poser. Elles concernent le tragique humain(l'origine,  la limite essentielle de l'action individuelle ,le sens de la culture , la mort etc... Le caractère structurel du mythe est selon Blumenberg de, justement reposer ces questions à l'infini. On se dispute et on reprend sans cesse par exemple les mythes d'Œdipe ou de Prométhée.  « L'histoire de Prométhée ne répond à aucune question sur l'homme, mais elle paraît renfermer toutes les questions qu'on pourrait poser à son propos »

  

Le paradoxe du mythe n'est pourtant pas de nous fournir des réponses ,ni de poser clairement des questions mais selon l'auteur de rendre au contraire « inquestionnables », certaines interrogations, non en les occultant ou en les supprimant mais en inventant « avant que la question ne devienne urgente et pour qu'elle ne le devienne pas »,ce qu'il oppose aux dogmesthéologiques qui élaborent des réponses et aboutissent à un credo.

  Philosophe_regardant_deux_papillonshttp://agoras.typepad.fr

Posté par rusty james à 14:47 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Pourquoi dormez-vous moins bien les nuits de pleine lune ?

lune pleine canalblogTous les vingt-neuf jours et demi environ, c'est la même rengaine. Vampires, loups-garous, déclenchement des accouchements… La pleine lune porte son lot de folklore. Mais la difficulté à s'endormir les soirs de pleine lune est la croyance populaire la plus ancrée. Et si votre grand-mère avait raison ? Francetv info vous explique pourquoi vous dormez moins bien lorsque la lune est ronde.

Accouchements plus nombreux, pics de criminalité, animaux plus agressifs, suicides en hausse : les effets de la pleine lune font l'objet de nombreuses idées reçues, toutes démenties par les statistiques. Alors d'où viennent ces croyances ? Le coupable pourrait être la mémoire sélective. "Quand il se produit quelque chose d’inhabituel à la pleine lune, les gens le remarquent et lui attribuent une responsabilité", indique le psychologue américain Eric Chudler à National Geographic(en anglais).

Le sentiment de dormir moins bien les soirs de pleine lune vient lui aussi en partie de cette mémoire sélective. "Si vous vous réveillez avec une luminosité plus importante que d'habitude, vous attribuez votre réveil à la lune. C'est un phénomène connu : un lien d'association spontané sans lien de base", explique à francetv info le docteur Claude Gronfier, chronobiologiste à l'Inserm.

"Mais si vous dormez moins bien, c'est aussi que vous vous conditionnez à moins bien dormir selon votre croyance, analyse Jérôme Bellayer, auteur de Sous l'emprise de la lune. De la même façon, les admissions à la maternité sont plus nombreuses les soirs de pleine lune car certaines femmes se persuadent qu'elles vont accoucher."

Mais la mémoire sélective ne fait pas tout. Le chronobiologiste suisse Christian Cajochen et son équipe ont apporté, cet été, les premières preuves tangibles de l'action de la lune sur le sommeil. Le chercheur "a attendu trois ou quatre ans avant de publier les résultats, tant il était surpris", révèle le docteur Claude Gronfier. Car l'étude(PDF en anglais), publiée dans la revue scientifique Current Biology (en anglais) est une grande première. 

Entre 2000 et 2003, l'équipe a étudié 33 personnes en laboratoire pour mesurer les différences de sommeil selon le genre et l’âge. Ce n'est que six ans plus tard que les chercheurs sont revenus sur leurs données pour les comparer avec le cycle lunaire. A aucun moment les sujets n'ont donc été au courant de l'étude et leurs croyances personnelles n'ont pas pu influencer les résultats. En outre, "les sujets ont été plongés dans l'obscurité la plus totale et n'avaient pas conscience que c'était la pleine lune", précise le docteur Gronfier.

Les résultats montrent qu'en moyenne, les participants mettent cinq minutes de plus à s'endormir les soirs où la lune est ronde. De plus, leur temps total de sommeil est réduit de vingt minutes. Mais ce n'est pas tout. Les chercheurs mettent en évidence que le taux de mélatonine, l'hormone du sommeil, est largement plus bas les nuits de pleine lune. Enfin, les électroencéphalogrammes montrent une baisse de 30% de l'activité cérébrale pour les ondes delta, émises lors du sommeil profond, ce qui est caractéristique d'une mauvaise qualité de sommeil. "Pour le moment, personne n'est capable d'expliquer ces résultats, qui mettent en évidence l'impact modeste mais significatif de la pleine lune sur le sommeil", souligne le docteur Gronfier.

Comment la lune peut-elle influencer notre sommeil ? Les scientifiques rejettent les effets de la gravitation sur le corps humain. En effet, si sa variation au cours du cycle lunaire affecte les marées des océans, elle n'agit que de façon très infime sur les petits volumes comme les lacs, explique l'étude.

De la même façon, la variation du champ magnétique ne peut pas être retenue. "La différence du champ magnétique de la Terre à la pleine lune est extrêmement faible au sol, à tel point que nous avons bien du mal à la mesurer", explique le géophysicien Gaultier Hulot dans Science et Vie.

Reste donc pour les chercheurs suisses une piste assez plausible : l'existence d'une horloge interne circalunaire, comparable à l'horloge circadienne, qui rythme les activités biologiques diurnes et nocturnes de notre corps. "Cette piste repose sur des données de biologie animale, car certaines espèces, comme les iguanes marins des Galapagos, ont des rythmes mensuels circalunaires. Rien ne dit que cette horloge existe chez d'autres animaux que les reptiles. Mais c'est une hypothèsesolide", commente le docteur Gronfier.

http://www.francetvinfo.fr/sciences/pourquoi-dormez-vous-moins-bien-les-nuits-de-pleine-lune_436204.html

 

BEATLES : PAUL MCCARTNEY A-T-IL ÉTÉ REMPLACÉ EN 1966

1710_1 la rumeur de la mort de Paul. Cette dernière est lancée par un animateur de la radio WKNR de Détroit dans le Michigan : Russ Gibbs.

Pour lui la mort de Paul est évidente : il est bien mort en 1966, au volant de sa voiture, une Aston Martin, et sur l’initiative des autres membres du groupe, il a été remplacé par un sosie. Pour lui, les preuves qu’il attendait son sur la pochette de ce nouveau disque. Ainsi, il explique que sur le recto de la pochette, on voit les Beatles traversant la rue de l’Abbaye, c’est à dire venant du cimetière qui se trouve à l’extrémité de la rue, et allant vers l’abbaye, comparant ainsi cette scène à celle de l’Ancienne Mythologie Égyptienne qui voulait que les amis du mort guident les pas du défunt pour son dernier voyage.car n’oublions pas qu’en 1966, la Beatlemania bat son plein.... De ce fait, il n’est nullement question d’annoncer cette disparition au public, et cela pour plusieurs raisons. Tout D’abord, la mort de Paul, le plus charismatique des Beatles, annonçait irrémédiablement, et à brève échéance la mort du groupe.
paul61965

paul301966

paul1voyez maintenant comment Paul McCartney est soudainement, sensiblement plus grand

paul12LES LOBES D'OREILLE DE PAUL MCCARTNEY ONT NETTEMENT CHANGÉ AVEC LE TEMPS.

PAUL11paul13

paul14Différences dans la forme principale, les lèvres et le nez.

href="http://p9.storage.canalblog.com/95/61/599939/63583875.jpg" target="_blank">paul18paul19

href="https://p3.storage.canalblog.com/36/58/599939/63583908.jpg" target="_blank">paul22paul23plus grand paul

Après que la pochette d’Abbey Road ait délivré tous ses secrets, le journaliste et l’animateur partent à la traque de tous les indices confortant cette thèseLa seconde pochette du disque
« Yesterday and Today »,
certes beaucoup moins sanguinolente
 que la première, mais très troublante
si on remplace la malle dans laquelle
est Paul par un cercueil...Là où cela devient encore plus fort, c’est lorsque les membres du groupe parlent indirectement de cette disparition dans les textes et effets spéciaux des chansons.Ainsi, si l’on prend le titre « Strawberry Fields Forever » les paroles ne laissent planer aucun doute  : " Leaving is easy with eyes closed/ Misunderstanding all you see/ It’s getting hard to be someone/ But it all Works out/ It doesn’t matter much to me ..." soit en français  : " Vivre est facile avec les yeux fermés/Se tromper sur tout ce que l’on voit Cela devient difficile d’être quelqu’un/ Mais à la fin tout s’arrange/ Et puis je m’en fous... ". C’est ce que chante Lennon. Si l’on écoute bien la fin de cette chanson, un autre indice, une preuve importante apparaît : dans les 30 dernières secondes de la chanson, sur le morceau rajouté, décousu du reste de la chanson, alors qu’un orchestre indien joue et semble passer devant le micro, on entend John Lennon se lamenter dans le lointain : " I buried Paul, I burried Paul... « soit en français » j’ai enterré Paul, j’ai enterré Paul.... "Une poupée tenant dans sa main une
voiture, sur le point de tomber. Cette voiture n’est autre qu’une Aston Martin : le même type de voiture que Paul conduisait à la fin des années 60... une coïncidence très troublante.<

>dos

pourquoi Paul est-il de dos alors que les trois autres sont de face... peut-être pour montrer que quelqu’un est bien là pour être le quatrième Beatles, mais que ce n’est pas celui que l’on croit.....Ainsi, la chanson " A Day in The Life " est émaillée de quelques allusions à cette tragique disparition. Dans le premier couplet, John prononce ces quelques phrases : " I read the news today, oh Boy / About a lucky man who made the grade/ And though the news was rather sad : Well I just had to laugh/ I saw the Photograph. / He blew his mind out in a car/ He didn’t notice that yhe light has changed/ A crowd of people stood and stared/ They’d seen his face before... « soit » J’ai lu le journal ce matin, oh mec/ Au sujet d’un type qui avait tout eu pour réussir/ Et, bien que les nouvelles soient plutôt tristes/ J’ai presque failli rire/ Il s’est explosé la tête dans sa voiture/ Il n’avait pas du remarquer que les feux avaient changés/ Une foule de gens s’est rassemblée autour de l’épave/ Ils avaient déjà vu son visage avant... ".Couplet qui accrédite donc bien la thèse selon laquelle Paul aurait perdu la vie dans un accident de la route...La pochette de l’album
opdLes photos à l’intérieur de la pochette sont aussi explicites. Tout d’abord, la photo centrale, sur laquelle on peut voir Paul arborer un écusson noir sur lequel sont gravées 3 lettres dorées : O.P.D. . Pour Hamilton et Gibbs, cela ne fait aucun doute ; ce sigle signifie Officially Pronounced Dead, c’est à dire Déclaré Officiellement mort.....

42435254« Magical Mystery Tour ».
Trois Beatles habillés en
blanc, un habillé en noir...
 troublant, autant que les
paroles des chansons
du disque.

Pour ceux qui n'auraient toujours pas compris, les Beatles décident d'être encore plus explicites sur Abbey road au risque d'être redondants. Cette pochette est tout simplement un faire-part de décès. Et les partisans de cette thèse s'emploieront à le démontrer :
- Ringo est habillé en noir, couleur du deuil en occident. Il représente le croque-mort.
- George Harrison est en jean car c'est le vêtement des travailleurs, il est donc le fossoyeur.
- John Lennon tout de blanc vêtu porte la couleur du deuil dans les pays orientaux.
- Paul est le seul pied-nu : c'est ainsi que l'on enterre les morts dans certains pays. De plus il tient sa cigarette de la main droite alors qu'il est gaucher !
- Sans oublier que ces quatre individus traversent la rue de l'Abbaye... sans doute pour l'accompagner dans sa dernière demeure (et le mur au dos de la pochette ne peut qu'être celui d'un cimetière)abbey_road_300x300

John lenon etait initié a la magie noir est son maitre etait  aleister crowley d'ailleurs le surnom de aleister crowley etait sergent pepper  on comprend mieux son adoration et cette hommage  cette album est le plus grand album rock de tous les temps........il déclarait "Le christianisme disparaitra. Il s’évaporera, rétrécira. Je n’ai pas à discuter là-dessus. J’ai raison, il sera prouvé que j’ai raison. Nous sommes plus populaires que Jésus désormais. Je ne sais pas ce qui disparaitra en premier, le rock’n’roll ou la chrétienté,C'est lui qui a disparu en premier................

Posté par rusty james à 20:49 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

11 mars 2010