04 octobre 2014

1 Document déclassifié l'armée US révèle que L'argent coloidal détruit le virus Ebola

 

1923011925_small_3

 

L'argent Colloïdal un remède Miraculeux contre ebola

L’ARGENT COLLOIDAL est le plus puissant antibiotique naturel connu puisqu’on le dit efficace contre plus de 650 agents pathogènes recensés à ce jour (bactéries, virus, champignons, etc…). Il est bactéricide, fongicide, antiviral, parasiticide, germicide et son efficacité d’action est énorme et  impressionnante. Ceci, que ce soit en usage interne, par voie orale ou externe. De plus, il ne provoque aucun effet secondaire connu et n’interfère d’aucune manière  avec une quelconque médication. La nouveauté depuis quelques dizaines d’années, c’est que les chercheurs se sont penchés sur ses propriétés et que les études prouvant son efficacité sont nombreuses et les preuves irréfutables. Excellent produit cosmétique, il détruit les virus, bactéries et microbes responsables des impuretés de la peau. 

 L’argent colloïdale - de A à Z :

Bactéricide hors pair, germicide par excellence, antibiotique naturel, l'argent colloïdal est source de plusieurs guérisons "miraculeuses" que les sceptiques ne sont pas prêts d'accepter.  Et pourtant, les faits parlent d'eux-mêmes. Se guérir d'une hépatite, d'un cancer, d'une vilaine grippe ou d'une affection de la peau? La réponse se trouve sous le couvercle dans une solution aqueuse qui renferme des ions d'argent et d'infimes particules d'argent dites colloïdales, c'est-à-dire en suspension.

 Les vertus de l'argent colloïdal sont connues depuis l'Antiquité. Les rois l'utilisaient en complément alimentaire (ils mangeaient dans des couverts en argent et donc ingéraient des particules). Dans les années 1940-1950, l'argent colloïdal était considéré comme antibiotique naturel. Il était utilisé pour détruire virus, bactéries, mycoses et champignons. L'argent colloïdal était prescrit pour traiter les rhumes, les angines, la grippe, la gastro...

RÉSULTATS SUR LA SANTÉ :

L’argent Colloïdal élimine + de 650 espèces de virus, bactéries, microbes, parasites, champignons, moisissures, et mycoplasmes, dont certains en MOINS DE 6 MINUTES !!


La préparation de cette substance ne requiert ni laboratoire, ni connaissances poussées en chimie ou en pharmacologie. Le tout peut être préparé avec des instruments et une technique dont la simplicité est déconcertante. Pas étonnant que le cartel pharmaceutique en interdise la vente dans plusieurs pays et qu'aucune recherche "officielle" n'ait été financée par ledit groupe!..

 


 Son action "magique" s'accompagne de solides preuves scientifiques, si bien que des médecins ont pu déclarer :

L'argent est notre meilleure arme contre les microbes.

Dr Harry Margraf, (Washington University, St Louis)

L'argent tue même les souches résistantes aux antibiotiques et stimule la cicatrisation de la peau.

Dr Robert Becker, (Syracuse University, New York)

Le livre de Frank Goldman "Une arme secrète contre la maladie"


 Au milieu du XXème siècle, près d’une centaine de préparations pharmaceutiques à base d’argent avait été brevetées par les laboratoires. L’argent sous sa forme colloïdale était utilisé contre de nombreuses infections bactériennes aussi bien par voie interne que sous forme de gargarismes, de gouttes (nez, yeux, oreilles), d’applications externes locales pour favoriser la cicatrisation par exemple, et en injections dans certains cas spécifiques, comme lors de la pandémie de grippe espagnole de 1918.

 Comment agit l'argent colloïdal ?

En résumé, quand l’argent colloïdal se retrouve au contact d'un virus, champignon, bactérie ou tout autre pathogène monocellulaire, il le rend inactif en détruisant son enzyme du métabolisme de l'oxygène.

 La médecine officielle, elle, ne conteste pas ses vertus antibactériennes, mais estime qu’il pourrait être dangereux en s’accumulant dans l’organisme. Qu’en est-il exactement ?

 Pour ses adeptes, l’argent colloïdal est révéré comme l’un des remèdes naturels les plus efficaces pour prévenir et soigner de nombreuses maladies1. De nombreuses personnes souffrant de maladies chroniques ne jurent que par cette alternative aux antibiotiques.

 Il s’agit tout simplement d’une eau distillée contenant des particules d’argent microscopiques capables de pénétrer à l’intérieur des cellules et d’y détruire les virus et bactéries qui s’y trouvent cachés.

Argent-Colloïdal-300x225

Argent colloïdal : ce que le cartel pharmaceutique nous cache :

Il était une fois… une histoire qui ne répondait pas au vieil adage, pourtant éprouvé, qu’est « Si ça semble trop beau pour être vrai, c’est que ça l’est ». Cette histoire, c’est celle de l’argent colloïdal. Bactéricide hors pair, germicide par excellence, antibiotique naturel, l’argent colloïdal est source de plusieurs guérisons « miraculeuses » que les sceptiques ne sont pas prêts d’accepter. Et pourtant, les faits parlent d’eux-mêmes. Se guérir d’une hépatite, d’un cancer, d’une vilaine grippe ou d’une affection de la peau? La réponse se trouve sous le couvercle d’une petite bouteille opaque dont la solution aqueuse renferme des ions d’argent et d’infimes particules d’argent dites colloïdales, c’est-à-dire en suspension. L’argent colloïdal élimine plus de 650 espèces de microbes, virus, bactéries, parasites, moisissures, champignons et mycoplasmes, dont certains en quelques minutes seulement. Le tout sans aucun effet secondaire nocif connu? Allons donc! Ce serait trop beau pour être vrai.

Nous gagnons grandement en liberté face au cartel pharmaceutique, tant financièrement qu’au niveau santé, car nous évitons ainsi les effets nocifs de la majorité des médicaments. Nous nous réapproprions un pouvoir de guérison efficace nous rendant ainsi autonomes face au système de « santé » actuel, et ce, pour un grand nombre d’affections.

 Dans l'Union Européenne, l'EFSA (European Food Safety Autority) a refusé d'agréer l'homologation comme complément alimentaire de l'argent colloïdal commercialisé sous la marque "silver hydrosol", concluant que la sécurité d'emploi n'a pas été établie.

Producteurs indépendants contre industrie pharmaceutique

L'industrie pharmaceutique est extrêmement puissante et solidaire. Ses lobbies à Bruxelles et Washington sont terriblement puissants. Leur objectif est d'imposer des molécules brevetées pour des vaccins et des médicaments, car ces brevets leur permettent de générer des chasses gardées hautement profitables. Leur objectif n'est pas d'éradiquer la maladie dans le monde, mais strictement leurs bénéfices. La chasse aux médecines naturelle et aux médecines douces est ouverte. Les producteurs indépendants de produits qui cherchent à améliorer votre santé et votre résistance à la maladie sont condamnés à disparaitre à plus ou moins brève échéance.
Le produit pourra continuer à être vendu sous une étiquette vantant un désinfectant ménager puissant ou comme assainisseur pour les chaussures et pour les pieds, mais le consommateur osera t'il boire se désinfectant pour chaussures, ou respirer le produit vendu pour lutter contre les champignons de ses semelles ? L'Argent Colloïdal va continuer d'exister... mais saurez vous le trouver ?
EAU POSITIVE est une petite entreprise née durant la crise de 2008. Sa taille permet de garder des liens suivis avec ses clients. Nous allons essayer de nous diversifier pour survivre, lorsque le couperet tombera, tranchant la tête des petits laboratoires indépendants. Notre savoir-faire est de créer un formidable désinfectant. Nous continuerons à vous en faire profiter autrement..

Nous gagnons grandement en liberté face au cartel pharmaceutique, tant financièrement qu’au niveau santé, car nous évitons ainsi les effets nocifs de la majorité des médicaments. Nous nous réapproprions un pouvoir de guérison efficace nous rendant ainsi autonomes face au système de « santé » actuel, et ce, pour un grand nombre d’affections..

Mais malgré toutes ces réussites, vous n’en entendrez pas beaucoup parler. Cela ne profite à personne et pourtant on dit que l’ARGENT est le nerf de la guerre, comme c’est curieux.

L’argent colloïdal ne remplace pas votre pharmacie, mais comme l’écrit le pharmacien Jean-Patrick Bonnardel dans son livre sur l’argent colloïdal, si vous deviez partir sur une ile déserte et ne choisir qu’un objet, un flacon d’argent colloïdal pourrait faire la différence.Argent colloïdal que vous appliqueriez sur une piqûre d’insectes, d’un animal venimeux ou d’épines de plantes, afin de prévenir l’infection.

    Argent colloïdal qui apaiserait vos brûlures.
    Argent colloïdal qui favoriserait la cicatrisation de vos blessures éventuelles.
    Argent colloïdal, qui sera le bienvenu en cas de problème buccodentaire.
    Argent colloïdal, qui ferait écran à une infection urinaire.
    Argent colloïdal, qui éviterait les complications bactériennes d’une gastro-entérite que vous pourriez bien attraper en milieu tropical.
    Indispensable, en conclusion, dans votre sac à dos, mais aussi, ne l’oubliez surtout pas, dans votre pharmacie familiale.

http://www.thesilveredge.com/pdf/defense-threat-reduction-agency-silver-nanoparticles-neutralize-hemorrhagic-fever-viruses.pdf

        http://www.i26forhealth.com/                                                                                                                                                                                         D'après un document déclassifié de l'armée américaine, le nano-argent peut neutraliser le virus Ebola 

MAJ: ça se confirme, un autre article scientifique démontre que le virus est transmissible par aérosol. Un patient qui tousse contaminerait une pièce pendant 1H30. Les études sont cités dans l'article source. 

 Cet article est probablement le plus important que j'ai pu rédiger jusqu'ici sur Ebola. Non seulement parce qu'il montre sans équivoque que les américains ne veulent pas que cette épidémie s'arrête, bien au contraire, mais aussi car il peut, je l'espère, sauver des vies.


On nous a menti depuis le départ en affirmant que le virus Ebola ne disposait d'aucun traitement alors qu'un sérum existe depuis près de 40 ans, mais des solutions économiques et efficaces qui valent le coup d'être essayées comme  le chlorure de magnésium  ou la vitamine C (intraveineuse, éventuellement liposomale) ne sont pas proposées par les autorités de santé préférant des traitements expérimentaux hasardeux et non testés. 


Cette présentation déclassifiée produite par l'agence de réduction des menaces (DTRA) du ministère de la défense des Etats-Unis (DOD) et le Centre de lutte contre les armes de destruction massive de l'US Strategic Command (USSTRATCOM) démontre aujourd'hui que le nano-argent peut neutraliser le virus Ebola.


il démontre que les effets neutralisants puissants des nanoparticules d'argent contre les virus de la fièvre hémorragique, y compris arénavirus et les filovirus (c'est à dire, le virus Ebola). L'une des principales tâches de la "Defense Threat Reduction Agency" du DOD est d'"anticiper et atténuer les menaces futures longtemps avant qu'elles aient une chance de nuire aux États-Unis et à nos alliés." La présentation a été faite par des chercheurs de la Direction en biotechnologie appliquée, "711e Human performance Wing" de l'Air Force Research Laboratory.

Les chercheurs ont conclu que in vitro, les nanoparticules d'argent neutralisent les virus de fièvres hémorragiques à l'intérieur des cellules en diminuant l'expression des gènes du segment S et en diminuant de façon concomitante la production de virus de descendance. Ils notent que la neutralisation virale se produit au cours des premières phases de la réplication virale, le traitement des nanoparticules d'argent devrait ainsi être administré avant l'infection virale ou dans les premières deux à quatre heures après l'exposition au virus initial. http://fawkes-news.blogspot.fr/2014/10/dapres-un-document-declassifie-de.html      http://www.thesilveredge.com/pdf/defense-threat-reduction-agency-silver-nanoparticles-neutralize-hemorrhagic-fever-viruses.pdf    


06 février 2011

La flore intestinale responsable de maladies psychiatriques

l_3621106ea62a4f5eb7c8f8f45ab06f5aNotre comportement, dicté par notre cerveau, est-il totalement indépendant ? Il semblerait bien que non, selon une étude très sérieuse. L'activité cérébrale serait influencée par la flore intestinale, de simples bactéries situées dans notre tube digestif.

Des bactéries qui prennent le contrôle de notre cerveau ? Ce n'est pas le sujet d'un nouveau film de science-fiction, mais bien la réalité. Il faut aller regarder dans l'intestin, au niveau des bactéries qui constituent la flore intestinale, autrement appelée le microbiote. Celui-ci fait l'objet d'un grand nombre de recherches depuis quelques années, suffisamment pour prouver que ces bactéries sont essentielles à notre bien-être et même notre survie.

Au moins 100.000 milliards de bactéries sont hébergées par nos intestins, soit un poids total de plus de 1,5 kilogramme ! Apportées au moins en partie par la flore intestinale de notre mère, les bactéries intestinales sont également le reflet de notre alimentation. Actrices de notre digestion, elles pourraient être à l'origine de l'obésité, d'allergies ou des maladies chroniques de l'intestin. Les virus (bactériophages) portés par ces bactéries pourraient même jouer un rôle sur notre santé. De là à modifier l'activité du cerveau, il y a un grand pas... que certains scientifiques ont franchi !

Les bactéries stressent les souris

Déjà séduits par cette idée, des chercheurs de deux instituts situés à des milliers de kilomètres chacun (le Karolinska Institutet en Suède et le Genome Institute de Singapour) ont, pour convaincre la communauté scientifique, comparé les comportements de souris possédant ou non des bactéries intestinales. Comme tous les Mammifères, les souris naissant naturellement avec une flore intestinale, certains de ces rongeurs ont donc été spécialement élevés pour être dépourvus de tout microorganisme.

© Rochellys Diaz Heijtza, Sven Pettersson
Le déplacement des souris, représentatif de leur activité, est moins étendu chez celles pourvues d'une flore intestinale (à gauche) que les souris qui n'en possèdent pas (à droite).
Grâce à des observations minutieuses des souris dans les cages, les chercheurs ont pu montrer que les souris privées de bactéries intestinales sont plus actives et montrent moins de symptômes d'anxiété. Elles se promènent davantage et sont plus audacieuses dans leurs choix que leurs homologues sauvages. Par exemple, des souris normales auront tendance à s'abriter dans les compartiments sombres, alors que les rongeurs « stériles » choisiront aléatoirement tout type d'abri.

L'exposition des souris sans germes à des bactéries intestinales à un stade précoce de la vie les conduit à obtenir à l'âge adulte les mêmes caractéristiques comportementales que les souris colonisées. Pourtant, si les souris stériles ne sont exposées qu'à l'âge adulte aux bactéries, elles ne retrouvent pas un comportement normal. Il existe donc une période critique, au début de la vie, où les bactéries influencent de manière irréversible le comportement adulte des souris.

La flore intestinale responsable de maladies psychiatriques ?

Pour comprendre le mécanisme de cette emprise des bactéries sur le comportement murin, les chercheurs ont ensuite recherché les différences au niveau des profils d'expression des gènes dans le cerveau entre les deux types de souris. Certains gènes, particulièrement ceux impliqués dans des voies de signalisation intracellulaire ou dans l'activité synaptique des neurones, ont été retrouvés exprimés de façon différentielle. Suivant toute logique, ces variations ont pu être mises en évidence dans les régions du cerveau impliquées dans le contrôle moteur et le comportement anxieux.

Selon les auteurs, ces résultats suggèrent que le processus de colonisation microbienne induit un mécanisme de signalisation qui affecte une partie des circuits neuronaux. Prudent, l'un des auteurs, Sven Pettersson souligne qu' « il est important de noter que cette nouvelle connaissance ne s'applique qu'aux souris, et qu'il est trop tôt pour dire quoi que ce soit au sujet des effets des bactéries intestinales sur le cerveau humain. » Cependant, si ces résultats sont transposables à l'Homme, la flore intestinale pourrait être à l'origine de maladies psychiatriques.

Claire Peltier
Futura sciences