« EXPLOSIF ! Les Pays-Bas enquêtent sur la possibilité d'abandonner l'euro »

Les autorités néerlandaises ont approuvé le lancement d’une étude sur s’il était possible et raisonnable pour les Pays-Bas, l’un des pays phares de l’UE, de quitter la zone euro.

sfsf


Les milieux politiques des Pays-Bas ont demandé une étude sur la question de savoir si le pays devait rester membre de la zone euro ou non. Ils ont également l'intention de lancer un « débat approfondi » à ce sujet juste après les élections législatives qui auront lieu le mois prochain.

Une motion présentée par le principal parti d'opposition, les démocrates-chrétiens, a été adoptée à l'unanimité jeudi, autorisant le lancement de l'enquête, qui sera supervisée par le conseiller juridique du gouvernement, le Conseil d'État.

L'enquête examinera s'il est possible pour les Néerlandais de quitter la zone euro, et si cela est possible comment, a déclaré le député Pieter Omtzigt membre de l'Appel chrétien-démocrate (CDA).

Il a également indiqué que l'initiative avait été motivée par des inquiétudes sur les taux d'intérêt ultra-bas de la Banque centrale européenne (BCE) défavorables aux épargnants néerlandais, en particulier aux retraités, ainsi que par des doutes concernant la légalité de ses programmes d'achat d'obligations.

L'idée de quitter la zone euro a été soulevée dans le contexte de la vague montante d'euroscepticisme en Europe, y compris aux Pays-Bas, où les partis politiques ne ratent pas une occasion de jouer cette carte en leur faveur avant les élections législatives qui auront lieu le 15 mars.

http://www.atlantico.fr/pepites/pays-bas-commandent-rapport-sortie-euro-2974761.html

Posté par rusty james à 01:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


France bientôt l’obligation de voter ? et sanction de 15 EUR pour les abstentionnistes .

428610

C’est une proposition de loi déposée le 6 février dernier, mais sans doute passée inaperçue en plein débat sur le mariage homo. Déposée par dix députés UMP le texte propose de faire du droit de vote « une obligation ».

Souhaitée par Thierry Lazaro, Daniel Fasquelle, Thierry Mariani, Paul Salen, Michel Voisin, Laure de La Raudière, Jean-Pierre Vigier, Fernand Siré, Valérie Lacroute et Bernard

 

Brochand, elle transforme le droit de vote en obligation de vote.

La sanction pour les abstentionnistes ? Une amende de 15 euros. 45 euros en cas de récidive « dans les cinq ans ». Les députés UMP à l’origine de la proposition de loi prévoient tout de même des dérogations, en apportant la « preuve de son impossibilité par procuration », ou en « cas de force majeure ». Les citoyens seraient alors exemptés de cette obligation de vote.

Une proposition de loi qui vise à répondre à « la persistance de l’abstention à chaque scrutin », et qu’ils justifient également par des raisons historiques. Ils écrivent :

Si le vote est un droit, il doit être également un devoir en l’honneur et en mémoire de celles et de ceux qui ont versé leur sang pour notre Patrie.

Une proposition de droite, mais qui compte déjà un solide soutien à gauche : Claude Bartolone. Dès novembre 2012, le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone se déclare favorable à l’obligation de voter.

Pendant la période de chaos à l’UMP, l’Assemblée nationale a adopté une proposition de loi de l’UDI donnant son feu vert à la reconnaissance du vote blanc. « Un premier pas » vers l’obligation de voter, jugeait Claude Bartolone.

Le droit de vote est déjà obligatoire dans de nombreux pays, dont certains voisins : la Belgique, le Luxembourg, ou l’Autriche. Plus loin, l’Australie a adopté le principe en 1924.

Source et proposition de loi dans son intégralité: lelab.europe1.fr