Pensées et imagination sont de l'énergie

pensee1021

Pensées et imagination sont de l'énergie

Esprit et énergie

Faire naitre une image en soi est un phénomène psychique qui met en jeu une énergie psychique. Il est important de se rendre compte que les phénomènes de l'esprit, tels que les pensées, ne sont pas purement abstraits. Ils ne peuvent fonctionner qu'avec une énergie. C'est pourquoi lorsque nous sommes fatigués, il nous est plus difficile de réfléchir, de nous concentrer, d'être à l'écoute d'une conversation. De même, c'est une énergie qui fait apparaitre et anime les images en nous.

C'est lorsque des émotions surviennent que l'on peut le mieux ressentir l'existence de cette énergie. L'enthousiasme nous donne des ailes, la colère nous remplit de force tandis que la tristesse nous en enlève. Avec un peu d'attention, on peut même sentir ces courants d'énergie, lors d'une colère ou d'une contrariété par exemple. D'ailleurs le mot émotion signifie que quelque chose est en mouvement car la racine -motion est de la famille étymologique de mouvement, moteur (qui déclenche un mouvement), locomotion, promotion (mouvement en avant).

Empreintes énergétiques évolutives

Les images qui se présentent lorsqu'on explore en rêve éveillé des zones angoissantes ou conflictuelles sont la résurgence de souvenirs douloureux de l'enfance ou autres périodes de la vie, inscrits dans l'inconscient. Ils sont inscrits sous forme d'empreintes énergétiques, ce qui signifie en premier lieu que les images et impressions se sont imprimées (impression signifie d'ailleurs qui s'imprime) dans les corps physiques et subtils sous l'effet de l'énergie mise en jeu au moment du vécu. En second lieu que l'empreinte elle-même détient cette énergie stockée. Généralement, ce n'est pas une seule scène qui contribue à l'empreinte. Plusieurs évènements porteurs des mêmes émotions ont été vécus à des moments successifs et ont contribué à renforcer l'empreinte énergétique.

Ainsi l'empreinte énergétique évolue dans le temps, dans un sens ou dans un autre. Elle peut se renforcer, ou se distorsionner. Elle peut aussi bien s'atténuer, par exemple sous l'effet d'une augmentation de l'estime de soi, de pardons véritablement ressentis, ou d'une évolution de la conscience, etc. Ainsi par exemple, si le processus thérapeutique nous amène à revivre une naissance, nous ne la revivons pas comme la réalité historique, mais sous la forme de la mémoire énergétique actuelle, renforcée ou atténuée par rapport au vécu historique réel.

Il est aisé de constater que la mémoire énergétique évolue également lorsqu'on entreprend un travail thérapeutique. Si au cours de la thérapie, on revit une naissance, cela libère l'empreinte énergétique de certaines charges émotionnelles et la modifie. Si on est amené à vivre cette naissance une seconde fois au cours du travail thérapeutique, c'est la mémoire modifiée qui s'exprimera, non celle conforme à la réalité historique. Elle se révèle transformée. Les images expriment donc l'état énergétique présent, même si ses racines sont dans le passé.

En fait, la réalité historique n'est pas vraiment intéressante. Ce qui est intéressant, ce sont les forces actuelles qui sont agissantes dans la personne, qui sont à l'oeuvre dans l'être vivant aujourd'hui. Il est donc inutile de palabrer et de critiquer à propos de la réalité historique du fait revécu, tel que la résurgence de vies antérieures. Historique ou non, le matériau de l'inconscient se présente de façon réelle afin de permettre à la personne de travailler à son évolution.

Le pouvoir énergétique de l'image et des symboles

Ainsi donc, si on agit sur une charge émotionnelle, son énergie change et les images associées évoluent. De la même façon (ou inversement), une image construite en visualisation exerce une énergie opérante Cette énergie est comme un signal qui vient déclencher un réservoir énergétique disponible en nous et dans l'univers. Ce réservoir est également une machine inconsciente puissante qui se met en oeuvre lorsqu'elle reçoit les signaux. C'est ainsi que les images et la pensée sont capables de modifier, déprogrammer, et donner une nouvelle trajectoire aux forces inconscientes.  La pensée est agissante, créatrice.

Les images symboliques semblent être particulièrement efficaces, comme si elles interviennent dans des couches plus profondes de cette machine. Les symboles ne sont pas, comme certains le pensent, des artifices mentaux, des représentations abstraites d'un phénomène concret, telles un logo représentant une entreprise. Les symboles sont vivants, ce sont des forces concrètes.

L'être multidimensionnel

Le mot imaginaire est communément employé dans le sens d'illusion, d'irréalité. Reconnaissons qu'en effet, il ne s'agit pas d'une réalité matérielle, tangible comme la matière. Toutefois, il désigne bien une réalité, mais sous une autre forme. Le mot rêve lui-aussi est souvent synonyme d'illusion. "Tu rêves!". Pourtant, le phénomène lui-même est bien réel. Lorsque vous racontez votre rêve, vous ne l'inventez pas, il a bien eu lieu réellement, c'est une réalité que vous avez vraiment traversée. Tout le monde rêve en dormant. C'est une fonction de l'esprit nécessaire à l'équilibre psychique et physique, qui se manifeste elle-aussi par des images. C'est l'expression de l'imaginaire, un espace intérieur essentiel de l'être humain. Le rêve et l'imaginaire sont tout simplement une autre dimension de la réalité humaine.

On peut donc dire qu'il existe différents niveaux de réalité. Il y a la réalité matérielle, et il y a d'autres réalités, de nature plus subtile, dont tout le monde peut faire l'expérience. Ceux qui s'adonnent aux drogues voyagent artificiellement dans certains plans de cette réalité, souvent des plans de bas niveau qui les détruisent. A l'inverse, il est possible par l'exploration consciente, de voyager dans divers plans de réalité bénéfiques, pour nourrir et faire croitre notre personnalité ordinaire. C'est une façon de se développer dans les dimensions émotionnelle et mentale et, au-delà, sur des plans de niveau spirituel .

Déjà Desoilles, créateur de la méthode du rêve éveillé dirigé (RED), distinguait plusieurs niveaux dans le RED: le niveau banal du quotidien, le niveau mythologique et le niveau mystique. Mais le langage de cette époque laissait supposer que l'imaginaire était un mode d'expression primitif, celui des enfants qui ne savent pas encore s'exprimer avec un langage construit. La conception actuelle est que le monde de l'imaginaire, loin d'être primitif, est une capacité fondamentale de l'être humain, bien plus vaste et plus puissante que la réalité physique ordinaire. Il s'étend des niveaux émotionnels les plus sombres aux plus hautes réalisations spirituelles. Il révèle que l'être humain est un être multidimensionnel.

Autrement dit, l'être humain n'est pas qu'un être matériel, il vit dans plusieurs dimensions de façon simultanée. L'imaginaire, qu'on l'aborde au travers du rêve éveillé, de la visualisation, de techniques proches telles que Samsarah, ou par l'intermédiaire de l'art, est la porte qui ouvre et conduit dans les autres dimensions de l'être.

votre esprit recèle des portes sur differentes dimensions que le réve nous permet d'explorer ,comment notre ame quitte notre corps chaque soir ,elle passe par un vortex qui se crée lors de l'endormissement notre ame passe a traversce tunnel de lumière pour se retrouver dans l'astral ,ainsi nous vivons une véritable experience que nous nommons reve ,mais ce n'est juste qu'une autre réalité celles des ames .rjames

 

http://www.spirit-science.fr/doc_psycho/imaginaire.html#mozTocId216220

Posté par rusty james à 14:54 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


L’ECOLE PENSEE A PARTIR DES LOIS NATURELLES D’APPRENTISSAGE, CELLES QUE L’EDUCATION NATIONALE A CONDAMNEE…

u_hu_5_1491

 

Céline Alvarez avait une méthode d’apprentissage différente, efficace, les résultats étaient incroyables, mais il semble que les résultats étaient trop bons, l’éducation nationale lui a retiré le droit de continuer, les enfants ne doivent pas être une priorité semble-t-il…

Dans un livre-manifeste, dont « l’Obs » publie les bonnes feuilles, Céline Alvarez raconte l’expérience pédagogique qu’elle a menée dans une maternelle de Gennevilliers, qui a fait d’enfants en difficulté des petits cracks épanouis. Interview.

Révoltée par l’échec scolaire et les inégalités sociales, Céline Alvarez devient professeur des écoles en 2011. Après avoir obtenu carte blanche d’un conseiller de Luc Chatel, alors ministre de l’Education, son objectif est d’ »infiltrer » l’Education nationale et de tester des méthodes d’enseignement révolutionnaires fondées sur un principe : l’autonomie.

 

Les enfants sont aidés à choisir des activités constructives pour eux!

Durant trois ans, dans sa classe, 25 élèves de ZEP, de 3 à 5 ans, issus des milieux les moins favorisés de Gennevilliers et dont beaucoup accusaient déjà un retard, ont pu poursuivre une même activité aussi longtemps qu’il leur plaisait, origami, table de calcul, cubes ou laçage d’un ruban, etc. Ou passer de l’une à l’autre, à leur gré. Dans un climat de coopération, sans jugement ni pression de l’adulte, sans compétition.

Résultat ? En moins d’un an, ces enfants, dont cette pédagogue avait fait évaluer le niveau par le CNRS de Grenoble, ont rattrapé leurs lacunes. Y compris les non-francophones. Mieux, en fin de cycle de maternelle, au bout de trois ans, une grande majorité d’entre eux dépassait, haut la main, les attentes du sacro-saint programme.

L’Education nationale a cependant coupé court à l’expérimentation. La jeune femme a alors flanqué sa démission et décidé de faire cavalier seul. Grâce à un blog, où l’on peut notamment regarder les vidéos qu’elle a prises de ses élèves en train de travailler ; à des conférences qui rencontrent un grand succès auprès des enseignants. Et grâce à un livre, « les Lois naturelles de l’enfant » (1), à paraître ce mercredi 31 août, et dont « l’Obs » publie les bonnes feuilles. Interview.

Source+entretien très intéressant sur Tempsreel.nouvelobs.com

Mais le mieux, c’est de vous présenter son projet via son blog:

Aujourd’hui, les sciences du développement humain nous donnent les grandes lois universelles fondamentales qui régissent l’apprentissage et l’épanouissement harmonieux de l’être humain. Ces lois exigent que l’enfant apprenne par sonactivité autonome, au sein d’un environnement riche et sécurisant, avec des enfants d’âges différents, et guidé par un étayage individuel et bienveillant. Dans le but de tester l’efficacité d’une démarche pédagogique scientifique, c’est à dire une démarche pédagogique pensée à partir de ces lois d’apprentissage, nous avons mené une expérimentation dans une classe maternelle publique, à Gennevilliers, en Zone d’Education Prioritaire et Plan Violence, de 2011 à 2014. Dans le cadre de cette expérience, nous avons repris les travaux du Dr Maria Montessori, qui avait déjà ouvert la voie d’une telle démarche scientifique dès 1907.

Néanmoins, nous tenons immédiatement à préciser que notre expérience diffère de la pédagogie dite Montessori. Nous ne faisons ni la promotion de cette méthode, ni nous ne nous en revendiquons. Les travaux du Dr Montessori nous semblaient être une excellente base pour démarrer cette réflexion pédagogiquescientifique. Néanmoins, à Gennevilliers, nous avons développé cette base à l’aide des neurosciences cognitives, sociales et affectives. Nous avons principalement axé notre étayage autour du développement des compétences exécutives dont le développement est très fort à cet âge (en incluant également fortement les parents dans ce travail), nous avons retravaillé les activités de langage en les adaptant aux particularités de la langue française, nous avons donné une grande importance aux moments de regroupements pour l’acquisition des fondamentaux ; et surtout, nous avons retiré un grand nombre d’activités pour recentrer notre attention sur le lien social : les présentations d’activités étaient des moments de rencontres, vivants et chaleureux, plutôt que des présentations rigides et didactiques ; et nous avons tout fait pour que les enfants puissent réellement être connectés, rire, échanger, s’exprimer, s’entraider, travailler et vivre ensemble. Cette reliance sociale fut un véritable catalyseur d’épanouissement et d’apprentissage. Nous n’en resterons pas là. Dans les années à venir, nous allons poursuivre cette recherche pédagogique scientifique afin de permettre à l’être humain de développer ses pleins potentiels en accord avec ses lois de développement.

 

Dès les premiers mois, les résultats – massivement positifs – ont validé l’efficacité d’une telle démarche pédagogique.

Développement des compétences cognitives

Dès la première année, les résultats ont dépassé nos attentes ! Les tests, réalisés par le CNRS de Grenoble, indiquent que tous les enfants progressent plus vite que la norme. Ils l’ont par ailleurs largement dépassée en conscience phonologique, compréhension du nombre, précision visuo-motrice, et ont augmenté de façon spectaculaire leur mémoire de court terme. Les enfants de Moyenne Section avaient tous, dès la fin de la première année scolaire, au moins un an (voire deux) d’avance en lecture. Lire, écrire ou comprendre les concepts clés des mathématiques ont été des conquêtes rapides et heureuses.

Épanouissement individuel, émotionnel et social

Le développement de la personnalité et des potentialités de chaque enfant est permis par un suivi totalement individualisé, qui permet par ailleurs, d’éviter les situations d’échec. Dans un tel environnement, l’émulation, encouragée par lamixité des âges (3, 4 et 5 ans) prend le pas sur la compétition et la comparaison. La collaboration, le tutorat et l’entraide spontanés fleurissent et catalysent le bien-être et les apprentissages. Un cercle vertueux s’enclenche. Les familles ont noté chez leur enfant une capacité nouvelle à se concentrer, une autonomie importante, des relations sociales apaisées, de l’autodiscipline, ainsi qu’une envie irrépressible de se rendre à l’école, même malades !  Voir leurs témoignages en vidéos.

 

Poursuite hors Éducation nationale

En juillet 2014, le ministère de l’Education nationale demande le retrait du matériel pédagogique et la fermeture de la classe. Céline Alvarez démissionne, et, avant de poursuivre davantage la recherche pédagogique hors Education nationale, elle se consacre avec l’aide d’Anna Bisch, au partage de la totalité des outils pour que l’expérience profite au plus grand nombre. Une trentaine de vidéos pédagogiques sont déjà en ligne. En août 2015, plus de 200 enseignants ont participé à une conférence de deux journées, organisée pour transmettre les fondamentaux théoriques de la transition pédagogique. L’intégralité de la conférence est disponible sous forme de 18 vidéos.

Source+vidéos sur Lamaternelledesenfants.wordpress.com

L'homme génère des pensées matérielles par essence et qui vivent de manière autonome dans l'espace et le temps

 

canalblog chaos controles

 


Boris Iskakov est né le 14 novembre 1934 à Magnitogorsk. En 1957, il a achevé ses études à l'Institut de techniques physiques de Moscou. Auteur de la théorie des réactions en chaîne dans l'économie, il a consacré une série d'ouvrages à l'application des méthodes mathématiques en agriculture. Docteur en économie, Boris Iskakov étudie depuis quelques années les méthodes statistiques et quantiques servant à modéliser les processus qui s'opèrent au niveau leptonique. Il est l'auteur de nombreuses publications évoquant la nécessité d'allier la Science et la Religion. L'article que nous publions est le fruit de sa collaboration avec le journaliste Mikhaïl Dmitrouk.

Les équations de Schrödinger-Dirac sont bien connues dans la physique quantique. Elles décrivent les lois qui régissent la conservation des probabilités pour les flux de matière au niveau des particules élémentaires du microcosme. Procédant à des transformations mathématiques, j'ai obtenu des équations analogues dont la sphère d'application est pourtant plus vaste : il s'agit des lois qui déterminent la conservation des probabilités pour les flux de matière, d'énergie et d'information. Ces équations ont un sens philosophique qui dépasse de loin le cadre de l'interprétation traditionnelle des équations de Schrödinger-Dirac. Pour leur donner un nom, j'ai utilisé un terme relevant de la philosophie orientale : le karma. Ce terme signifie au sens strict l'inévitabilité de la récompense et du châtiment pour les actions et pensées selon qu'elles sont bonnes ou mauvaises. Au sens large, le karma désigne le principe de l'unité, de l'intégrité, de l'interdépendance et de la causalité dans l'Univers.

Ainsi donc, les "équations du karma" (dont l'outillage mathématique est emprunté à la mécanique quantique) décrivent non seulement les mouvements de la matière, mais aussi - et surtout - l'évolution de l'ensemble des interdépendances, signaux, évènements et processus.

Il existe deux équations de ce genre : l'une est directe, l'autre, conjuguée :


Où les opérateurs se présentent comme suit :


Les symboles employés sont :


Les équations du karma permettent d'arriver à des conclusions philosophiques d'importance fondamentale. Il en découle notamment que la diffraction s'opère non seulement dans l'espace, mais aussi dans le temps. C'est comme si tout événement qui se déroule subissait une sorte de fission au niveau temporel et spatial à la fois. Un signal, tout en se propageant, engendre une série de pré-signaux qui s'affaiblissent au fur et à mesure qu'ils le devancent. Mais il entraîne également des post-signaux, qui le suivent et qui s'atténuent au fur et à mesure de leur éloignement. C'est donc d'après les premiers présages que les chercheurs les plus perspicaces parviennent à prévoir un événement qui doit avoir lieu à l'avenir. Ce phénomène est appelé "prévision scientifique". Mais il existe également une prévision intuitive. C'est elle qui, il y a des centaines d'années, permit aux extra-lucides d'alors de prédire certains évènements qui se produisent de nos jours.

L'existence des pré-signaux est à l'origine de la "précognition relative", phénomène qui fait qu'un sujet doué d'une sensibilité très élevée apprend le premier l'événement qui vient d'avoir lieu. Il capte les signaux extra-faibles qui précèdent cet événement et que la plupart des gens ne sont pas en mesure de sentir.

Je vous citerai un exemple. Figurez-vous une explosion puissante qui se produit au Soleil, en projetant des protubérances à des millions de kilomètres alentour. Le "vent solaire" doit atteindre la Terre 2 à 3 jours plus tard. Il entraînera de violentes tempêtes magnétiques nuisibles aux êtres vivants. Pendant ces périodes, on constate dans tous les pays un accroissement sensible du taux de mortalité.

Il y a des dizaines d'années, Alexandre Tchijevsky a démontré que les cataclysmes qui se produisent au Soleil exercent une action néfaste sur les habitants de la Terre. Est-il possible de prévoir l'approche du "vent solaire" ? Il se trouve que oui, car celui-ci est précédé de signaux, à savoir de flux rapides de photons et de neutrinos qui atteignent notre planète en l'espace de huit minutes. Après les avoir captés, on pourrait prévenir les services de santé du monde entier qu'une tempête magnétique doit éclater dans deux ou trois jours. Ce temps suffirait à prendre les dispositions nécessaires.

L'étude des phénomènes psi requiert la définition du champ énergétique informationnel. Son vecteur matériel - le gaz leptonique - est composé de particules infinitésimales, les microleptons, dont la masse varie de 10-40 à 10-30 g. Beaucoup plus légères que les électrons, ces particules sont capables de traverser tout corps existant dans l'Univers, car l'espace entre les noyaux des atomes est tout aussi vaste pour elles que les mailles d'un filet de pêche pour les molécules de l'air.

Bien qu'elle se rapproche de la notion d'éther universel (très répandue au XIXe siècle), l'idée du gaz microleptonique est pourtant beaucoup plus complexe sur le plan scientifique. Il ne s'agit pas d'un fluide subtil, impondérable, qui imprègne les corps, mais d'une structure quantique spatio-temporelle remplie de flux tourbillonnaires de microleptons polarisés. Les expériences et calculs du chercheur russe Anatoli Okhatrine démontrent que ces particules constituent le support matériel des pensées et des sentiments humains et les transmettent à des vitesses supérieures à celle de la lumière.

La vitesse de la lumière ne représente la limite que pour un flux continu de vitesses, dit le "continuum". Quant aux signaux extra-faibles, ils peuvent atteindre des vitesses beaucoup plus grandes. Il en découle que les possibilités de l'homme quant à la connaissance de l'Univers sont pratiquement infinies.

On croyait jusqu'ici que ces possibilités étaient limitées par le rayon Poincaré-Einstein. En multipliant la vitesse de la lumière par la durée de la vie humaine, on obtient une limite que même les vaisseaux spatiaux les plus sophistiqués ne sont pas en mesure de franchir.

Par conséquent, au niveau des signaux extra-faibles, il devient possible d'explorer l'Espace bien au-delà du rayon Poincaré-Einstein. La pensée humaine est en mesure d'atteindre les régions les plus reculées de l'Univers. Et ce, à des vitesses incroyables. L'homme est capable de recevoir une information sur ce qui se passe à n'importe quelle distance de lui... Telle est la conclusion philosophique fondamentale que j'ai tirée des équations du karma.

Il faut dire d'ailleurs que les tentatives d'allier la Science et la Religion avaient été entreprises bien avant moi, notamment par les fondateurs de la physique quantique. Comme il découle des équations conjointes de Schrödinger-Dirac, l'existence des anti-particules serait possible. Les équations conjuguées du karma laissent présumer également l'existence des anti-signaux. Si les signaux ordinaires suivent le fleuve du temps, en allant du passé à l'avenir à travers le présent, les anti-signaux vont en sens inverse, de l'avenir au présent et du présent au passé. Cette propriété des anti signaux ne manque pas de surprendre : il se trouve que des personnes et des instruments particulièrement sensibles sont en mesure de capter les signaux émanant de l'avenir !

La voyance, les prédictions, les prophéties sont appelées "précognition absolue". Ce terme désigne la faculté d'obtenir une information sur des évènements futurs, ceux qui ne se sont pas encore produits, mais dont les personnes hypersensibles ont déjà connaissance.

Le problème consiste seulement à déterminer le degré de cette sensibilité. Les anti-signaux qui viennent de l'avenir sont tellement faibles que seule une poignée d'individus est en mesure de les capter.

Ici, le principe de causalité n'est pas violé, mais son interprétation devient plus complexe, plus subtile, plus dialectique. Des choses analogues sont observées en physique quantique. Les équations conjuguées du karma attestent que le temps, dans le microcosme, peut inverser son cours, en devenant, pour ainsi dire, l'"anti-temps". Cela offre la possibilité d'observer, à partir d'un même point temporel, à la fois le passé et l'avenir des micro-particules et, par là-même, de voir les évènements qui ont eu lieu et ceux qui vont encore arriver.

Certes, l'information sur l'avenir ne nous parvient que sous forme de probabilité. Seuls les paramètres stratégiques de la destinée humaine sont fixés d'avance. Pour le reste, la liberté du choix est totale. En d'autres termes, l'homme est libre de prendre n'importe quelle décision et d'en assumer l'entière responsabilité. Ainsi donc, son avenir est composé, pour ainsi dire, de deux parties : l'une est prédéterminée, l'autre est celle qu'il peut modifier à sa guise, tout en prenant la responsabilité de ses actes.

En résolvant les équations stationnaires, on obtient des résultats fort curieux. Les ondes absorbées et émises par des centaines de points biologiquement actifs se superposent de façon à former une série d'ondes stationnaires qui entourent le corps humain. Il apparaît donc que ce dernier n'est qu'un noyau dense entouré d'hologrammes énergétiques. Le premier hologramme imite les contours du corps et contient, au fond, toute l'information sur celui-ci. Cette information est accumulée par les microleptons qui se déplacent le long de l'enveloppe quantique servant de limite au premier hologramme. Le deuxième hologramme et son enveloppe sont plus grands, mais ils renferment une information plus faible et plus difficile à déchiffrer. Il en est de même du troisième hologramme, etc. La forme des enveloppes s'arrondit au fur et à mesure qu'elles s'éloignent du noyau. Chacun des hologrammes microleptoniques contient, à un degré de plus en plus affaibli, toute l'information sur l'individu, y compris sur son état d'esprit, sa conscience, ses pensées et ses sentiments les plus intimes. Ces hologrammes, pris ensemble, constituent l'âme leptonique de l'homme.

D'habitude, les enveloppes énergétiques sont invisibles. Mais dans certaines conditions, il devient possible de faire luire le premier hologramme, surtout sa partie qui entoure la tête. Cela tient au fait que les chakras supérieurs sont plus saturés d'énergie. La puissance énergétique de la première enveloppe correspond à quelques fractions d'électron-volt. Cela suffit à provoquer une faible luminescence dans le spectre optique d'ondes. Mais pour y parvenir, il faut communiquer une grande quantité d'énergie aux chakras supérieurs. Cela signifie que l'homme doit mener un mode de vie particulier : se délivrer des viles passions et faire en sorte que ses pensées sentiments et actions soient nobles et élevés. Alors, en excitant la première orbite de quelques fractions d'électron-volt, l'énergie des chakras supérieurs fait apparaître autour de la tête d'un tel homme (un saint par exemple) une auréole lumineuse visible à ceux qui l'entourent.

aureoles saint canalblog



Dans la peinture chrétienne, on représente en qualité de nimbe la partie supérieure de l'hologramme, celle qui est située autour de la tête. Dans les temples bouddhiques, on peut trouver des images montrant la luminescence de toute l'enveloppe.

buddha 05



Les documents bouddhiques anciens parlent de sept corps de l'homme, dont l'un est dense et les six autres, subtils. Le premier hologramme s'appelle "corps éthérique" ; le deuxième, "corps astral" ; le troisième, "corps mental" et ainsi de suite. Selon l'hypothèse leptonique, le nombre d'hologrammes peut être encore plus grand.
Mieux, il y a lieu de croire que les hologrammes entourent non seulement les gens et les autres êtres vivants, mais aussi les objets inanimés.

Qu'est-ce que cela signifie ? Si, au niveau informationnel, chaque corps est présent dans tout le Cosmos, il doit y avoir, dans un secteur limité de l'espace et du temps, une information extra-faible sur l'ensemble de l'Univers.

"Tout est dans le tout", donc "tout est dans le petit", dit le célèbre postulat du Bouddha. Au sens large, cette thèse pourrait être formulée comme suit : chaque point de l'espace et du temps renferme une information exhaustive sur les autres points.

Par conséquent, chaque fraction de l'espace est l'encyclopédie la plus complète, une formidable banque de données sur l'Univers. Il faut seulement apprendre s'en servir.

Il s'ensuit de l'hypothèse leptonique que l'âme est une substance matérielle. Son existence est indéniable. L'homme, au sens traditionnel de ce terme, n'est qu'un noyau dense autour duquel circulent des flux de leptons. L'ensemble des enveloppes leptoniques représente un bioplasma froid qui renferme toute l'information sur le noyau. On pourrait l'appeler l'"âme leptonique" de l'homme. Il est à noter que cette notion est susceptible d'une interprétation rigoureusement matérialiste.

Selon la conception leptonique, les pensées et les sentiments sont matériels. Ils sont transmis par les impulsions extra-faibles des champs électromagnétiques et microleptoniques. Les images visuelles, auditives et autres, les pensées et les sentiments existent sous forme d'amas de particules élémentaires extrêmement légères. Ici, je tiens à rappeler la thèse de Platon selon laquelle les "eidos", à savoir les idées, les pensées et les sentiments, existent de façon autonome : ils évoluent dans l'air, en ignorant les obstacles.

C'est à cette conclusion que Platon aboutit voici 2000 ans, et même plus. Aujourd'hui, nous pouvons la formuler en termes de mathématiques. Il est possible de déterminer la masse de la pensée humaine. Celle-ci varie de 10-30 à 10-40 grammes, ce qui signifie que la pensée d'un homme est approximativement 100 fois plus légère que son âme.

L'homme génère des pensées et des sentiments qui sont matériels par essence et qui vivent de manière autonome dans l'espace et le temps. Des études théoriques et des expériences, notamment celles d'Anatoli Okhatrine, attestent que les "eidos" sont capables d'échanger mutuellement l'information qu'ils contiennent. Il en découle donc que les idées conçues par une personne peuvent venir à l'esprit d'autres gens. Les eidos sont pareils à de petits êtres vivants qui existent au niveau leptonique de la matière. On dirait qu'ils sont nos enfants et qu'ils communiquent entre eux au moyen de signaux extra-faibles.

Durant sa vie, l'homme produit des millions, voire des milliards d'eidos. Par conséquent, il assume de ses sentiments et pensées une énorme responsabilité vis-à-vis de l'humanité.

En enfantant les eidos du bien, de l'amour, de la charité, nous assainissons la leptonosphère de l'humanité. Mais chaque fois que nous nourrissons des pensées criminelles ou des sentiments d'avidité, de lâcheté, de vanité et d'arrogance, nous polluons l'environnement leptonique. Si les mauvais eidos dépassent la masse critique, l'humanité sera condamnée. Ainsi donc, sa survie dépend dans une large mesure de l'écologie spirituelle.

L'hypothèse leptonique donne également une explication scientifique de Dieu. Les croyants, lorsqu'ils se réunissent en prière, créent un eidos collectif de divinité. Quand des millions de personnes adressent leurs prières à une divinité concrète, son eidos matériel reçoit une grande énergie au niveau leptonique. Mais ce processus implique un effet de rétroaction : non seulement un croyant alimente la divinité, mais celle-ci lui apporte à son tour l'appui dont il a besoin. Les eidos du Christ, du Bouddha, d'Allah existent réellement, et ces dieux entretiennent des contacts étroits avec leurs fidèles dans une bande bien déterminée de fréquence. Cette interaction ressemble en quelque sorte à une opération bancaire : le client fait un dépôt, et la banque lui apporte son aide au moment difficile. Mais la "banque" microleptonique ne prête pas son concours aux clients étrangers, à ceux qui ne sont pas en résonance avec elle. Chaque dieu a ses fidèles et il ne veille pas sur les fidèles d'un autre dieu.

Comme nous le voyons, les dieux existent pour de bon au niveau leptonique. Quant aux grandes religions mondiales, elles ne décrivent, au fond, que les divers aspects du même être suprême. Cela fait que la plupart des habitants du globe, qu'ils soient chrétiens, musulmans ou bouddhistes, vénèrent le même Dieu, mais dans ses manifestations différentes.

Après la mort du noyau atomique et moléculaire de l'homme, ses hologrammes leptoniques subissent des transformations différentes. Certains d'entre eux, ceux qui sont composés de microleptons lourds, se détruisent complètement. Des recherches montrent que la période de demi-vie des hologrammes relativement lourds est de 7 à 9 jours. A l'expiration d'une quarantaine de jours, ils se désagrègent à 99%.

Par conséquent, le but d'un office des morts est d'amener les vivants à émettre des eidos qui, en alimentant en énergie l'âme du défunt, lui facilitent ses transformations dans le monde leptonique. Grâce aux offices des morts, les hologrammes leptoniques relativement lourds subsistent beaucoup plus longtemps. Selon certaines estimations, si elles sont bien alimentées par les pensées et les sentiments des vivants, les fractions lourdes de l'âme peuvent exister plusieurs millénaires. Tant qu'on se souvient d'un défunt et qu'on commémore les anniversaires de sa naissance et de sa mort, son âme demeure à peu près la même qu'elle a été de son vivant. Il est parfaitement possible de communiquer avec elle au moyen de procédés bien connus des mystiques.

Quant aux fractions moyennes et légères de l'âme, elles se désagrègent plus lentement. Nous ne pouvons pas le vérifier expérimentalement, mais il y a lieu de croire que leurs périodes de demi-vie et de désintégration sont beaucoup plus longues. Il n'est pas à exclure que les fractions légères existent éternellement : l'âme, comme l'enseignent les grandes religions du monde, est immortelle.

Seule la synthèse de la Science et de la Religion permettra à l'humanité de dévoiler les grands mystères de la vie...

source  :Quanthomme 

 

merci " Ankalagon " d'avoir passé du temps sur ce document et surtout de nous avoir transmis ce texte sous format word pour que tous profitent de ses efforts !

 

Suggestions et phénomènes de résonance occulte avec les mondes infernaux

il_340x270

Les êtres humains qui se complaisent dans cet état ne se rendent pas compte qu’à travers les jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants apparaît en même temps dans leur être le terrible état d’aveuglement spirituel.

Au-delà des apparences, chaque jugement critique, accusateur, superficiel et malveillant est en même temps une tentation à laquelle nous sommes soumis et qui déclenche instantanément dans notre univers intérieur certains processus de résonance occulte avec l’une des contrées infernales. Cela se produit immédiatement, même si nous ne nous en rendons pas compte, puisque l’accusation implicite et la méchanceté qui sont incluses telles des ingrédients SUI GENERIS dans le jugement critique, accusateur, superficiel et malveillant génèrent ensuite instantanément certains phénomènes de résonance occulte avec les mondes infernaux, auxquels on ouvre ainsi « la porte » dans le microcosme de notre être.

Tout cela est possible parce que, comme nous le savons, la Manifestation tout entière ou, autrement dit, aussi bien LE MACROCOSME que le MICROCOSME de chaque être humain sont, en réalité, des structures holographiques et, étant donnée leur manière de s’ordonner, la partie est incluse dans le Tout et le Tout se retrouve dans la partie.

Par conséquent, étant donné que dans le MACROCOSME (plus exactement dans l’Univers Astral) il existe sans doute des contrées paradisiaques, de manière implicite, dans le MICROCOSME de notre être existent, sans doute, de mystérieux points-foyers de résonance avec les paradis dont nous parlons, lorsque nos pensées, nos intentions nos actions et nos manifestations sont paradisiaques.

A l’inverse, dans le cas où nos pensées, nos intentions, nos actions et nos manifestations sont infernales, cela implique le fait qu’immédiatement après, nous éveillons et nous dynamisons dans le MICROCOSME de notre être des processus instantanés de résonance occulte avec les contrées infernales.
En comprenant cela, nous ne devons pas être surpris si, en émettant des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants, nous déclenchons en même temps dans le MICROCOSME de notre être, surtout à travers les accusations et la méchanceté que nous manifestons alors, des processus de résonance occulte néfastes, sataniques, et c’est ainsi que, même si nous ne nous en rendons pas compte, nous « ouvrons » les portes de notre être à des communications avec ces contrées infernales.

Il est bien de se rappeler que ce n’est pas par hasard que les sages ont affirmé : « quand l’homme regarde dans l’abysse, l’abysse regarde en lui ».
En extrapolant, on peut dire que lorsque nous regardons dans le paradis, le paradis regarde en même temps en nous. Ce mystère fondamental a été jadis révélé par Jésus Christ, lorsqu’Il a dit : « Le royaume des cieux vous appartient. »

Étant donnée cette structure holographique de la Manifestation tout entière, y compris celle du MICROCOSME de notre être, nous pouvons nous rendre facilement compte que, si dans le MICROCOSME de notre être sont mystérieusement projetés les paradis et même le royaume du Père Céleste (au niveau de certains points-foyers secrets qui, dans certaines conditions peuvent être éveillés, s’ils sont latents), en même temps, dans le MICROCOSME de notre être sont également présents d’autres points points-foyers secrets qui déclenchent, lorsqu’ils sont éveillés et dynamisés, des processus de résonance occulte avec les mondes infernaux.

Justement pour cela, en tenant compte de cette mystérieuse réalité, nous devons veiller et ne pas nous laisser tenter à émettre des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants parce que nous ouvrons ainsi en même temps dans notre univers intérieur une « porte » et nous entrons ainsi en résonance avec les mondes infernaux.

Ce risque est, on peut dire, inévitable, dès que nous manifestons des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants.
Lorsque les jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants deviennent une habitude bizarre, on peut dire que, par cela, dans notre univers intérieur, ces processus de résonance occulte avec les mondes infernaux deviennent constants.

A travers les jugements critiques, accusateurs c’est en fait Satan qui se manifeste
Dans le cas de la manifestation des jugements critiques accusateurs, superficiels et malveillants il ne faut jamais perdre de vue que la Bible parle du fait que les premiers chrétiens ont souvent été obligés de se défendre contre certaines fausses accusations, non fondées, derrière lesquelles se trouvait sûrement, à chaque fois, Satan même.
C’est justement pour cela que Satan est surnommé, pas du tout par hasard, « l’accusateur ».

Satan est et reste l’accusateur par excellence, qui accuse surtout les justes et ceux qui sont appelés, jour et nuit, justement à travers les êtres humains ignorants qui ont l’habitude d’émettre des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants.
Même lorsque nous ne nous en rendons pas compte, dès que nous manifestons un jugement critique, accusateur, superficiel et malveillant nous devenons en même temps un canal SUI GENERIS dans et à travers lequel Satan se manifeste de façon insoupçonnée dans ce monde, en projetant ses influences bizarres et ses énergies subtiles empoisonnantes, maléfiques.

En étudiant attentivement certains textes de la Bible, spécialement Le livre de Job, on découvre qu’il s’avère que Satan a été, est et sera l’accusateur qui se manifeste (d’une manière insidieuse) avec haine, inimitié et méchanceté à travers chaque être humain qui se laisse tenter à émettre des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants.

À la lumière de ces révélations ésotériques, que pourront saisir seulement ceux qui sont préparés et capables de les comprendre (de manière adéquate), nous pouvons nous rendre compte de la raison pour laquelle Jésus a considéré nécessaire de nous mettre en garde et en même temps d’attirer fermement notre attention par des paroles pleines de sagesse, en disant : « Ne jugez pas (d’une façon critique, accusatrice, superficielle et malveillante, n.n.) ! »

En étudiant attentivement l‘Ancien Testament, spécialement Le livre de Job, nous découvrirons la manière dont Satan s’est manifesté en tant qu’accusateur de Job, et nous pourrons ainsi avoir l’intuition et ensuite comprendre la manière dont se manifeste insidieusement et avec ruse à travers nous l’influence occulte satanique lorsque nous nous laissons tenter à émettre des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants.
En étudiant attentivement Le livre de Job nous découvrons que, en fait, toutes les activités et les impulsions de Satan ont sûrement été hostiles à Job.

D’autres exemples significatifs de l’Ancien et du Nouveau Testament
En étudiant attentivement d’autres textes qui existent aussi dans l’Ancien Testament, nous découvrons que Satan a été et qu’il est constamment engagé dans diverses activités maléfiques qui sont évidemment hostiles aux êtres humains.
Par exemple, dans la Bible on mentionne le fait que Satan a tenté à un moment donné David pour qu’il fasse le recensement du peuple.
C’est toujours l’Ancien Testament qui affirme que Satan était présent (de façon invisible) quelque part à la droite de Joshua, qui était, à ce que l’on dit, le grand prêtre, « en l’accusant injustement ».

Cela a déterminé Le Seigneur Dieu à réprimander alors Satan pour ce qu’il faisait.
On fait ainsi, en même temps, indirectement, allusion à un évident jugement critique, accusateur, superficiel et malveillant qui était dirigé contre le grand prêtre Joshua.
Dans ses célèbres psaumes, David considère, à juste titre, que c’est un grand malheur pour un être humain d’avoir à sa droite, de manière invisible, Satan, qui l’influence ainsi à manifester des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants.

Dans le texte en question on nous suggère que lorsque Satan est présent invisiblement à droite de quelqu’un, il l’influence toujours de façon négative et, surtout au début, il le détermine à émettre des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants.
En agissant ainsi, Satan (ou les esprits sataniques) transforme les hommes dans ses canaux de manifestation dans ce monde et il les tente ainsi à mal juger, à accuser superficiellement et injustement, il les pousse à faire du mal et il manifeste en même temps à travers de tels pauvres êtres humains, qui au début sont inconscients, son énergie maléfique, perverse, étourdissante.

C’est pour ça que l’apôtre Jean dit de Satan qu’il « pêche sans cesse depuis la nuit des temps ».
Les références qui existent dans l’Ancien Testament concernant Satan prouvent abondamment tout cela aux êtres humains qui sont intuitifs et intelligents.
Dans le Nouveau Testament, Jésus nous révèle Lui-même que Satan est « le prince et le maître de ce monde » (le monde physique, matériel). (Ephésiens, II ; 2)
Dans la Bible, Satan est toujours présenté en tant qu’ennemi de DIEU qui cherche, lorsque certaines conditions qui le lui permettent sont réunies, à renverser ou à anéantir Ses plans (ceux de DIEU).

Dans le Nouveau Testament on spécifie à un certain endroit, pas du tout par hasard, que Satan a laissé Jésus Christ faire son ouvrage divin « jusqu’à un certain moment donné », ce qui nous aide à avoir l’intuition et à comprendre en même temps que sa lutte avec Jésus a été reprise ultérieurement.
Cet aspect résulte le plus clairement possible de l’affirmation de Jésus : « En toutes choses, j’ai été Moi-aussi tenté, tout comme vous ». (Juifs IV, 15)
Entre les forces du bien et celles du mal il y a un conflit permanent

Le conflit de Satan avec Jésus n’a pas été fortuit. Comme nous le savons tous, l’un des buts fondamentaux ou, autrement dit, l’une des causes de la venue de Jésus dans ce monde a été : « celle de détruire et d’anéantir les ouvrages du diable ». (1 Jean III, 8).

Partout dans le Nouveau Testament on peut constater le conflit géant qui a existé – et qui existe même encore de nos jours – entre les entités bénéfiques de Dieu, par exemple les anges et les archanges d’une part et les entités du mal, les diables, qui sont dirigés par Satan et les démons, qui sont dirigés par Lucifer, d’autre part.
Pour les êtres humains intelligents, intuitifs et pleins de bon sens il n y a aucun doute sur ce conflit incessant entre Satan, les diables, les démons et les êtres humains.
L’apôtre Pierre souligne d’une façon suggestive la férocité de ce conflit, en disant : « Votre ennemi (celui des hommes), l’accusateur, le diable méchant et rusé tourne autour comme un lion rugissant et il cherche à chaque instant ceux qu’il doit dévorer. » (1 Pierre V, 8)

L’apôtre Paul se réfère, à son tour à la ruse permanente qui est utilisée par le méchant contre les êtres humains : « Parfois Satan se métamorphose même en un ange de lumière. » (2 Corinthiens XI, 14)
Donc on ne doit pas s’étonner que certains de ses instruments cachés « font semblant d’agir en tant que serviteurs de la pureté ». Justement à cause de cela, on conseillait aux premiers chrétiens d’implorer DIEU LE PERE de les protéger et de les conforter contre les tentations de Satan, « pour pouvoir tenir tête facilement aux manigances trompeuses et pleines de ruse du diable ». (Ephésiens VI, 11)

C’est toujours dans le Nouveau Testament qu’on trouve certaines références aux « pièges du diable ». (1 Timothée, III, 7)
Tous ces extraits qui figurent dans la Bible soulignent que tous les êtres humains, y compris les chrétiens (et même les anges, les archanges et aussi Judas) ont été et sont entraînés dans un conflit qui est continuel et plein d’imprévu.

Il est important de retenir que les êtres humains ne peuvent jamais se retirer de ce conflit qui continue sans cesse. Cependant il est essentiel de nous rendre compte que nous ne devons pas croire, pas même un instant, que la méchanceté des diables ou de Satan est inévitable pour les êtres humains. Dans de telles situations on a toujours besoin d’une énergie divine qui rend invulnérable l’être humain qui est attaqué par des diables.
En même temps il est nécessaire d’exercer longuement son discernement spirituel et on a aussi besoin de fermeté, d’une foi totale en DIEU, de l’absence de doutes démoniaques et de courage.

Des modalités essentielles pour triompher dans le conflit avec les forces du mal


Il est très important de retenir que tous les êtres humains qui s’opposent fermement à Satan ou aux diables et qui implorent pleins d’humilité et de croyance l’aide de DIEU LE PERE triomphent toujours.
L’apôtre Pierre conseille, et en même temps il implore, les chrétiens de s’opposer toujours avec lucidité, fermeté et courage aux tentations et aux ruses du diable, en restant sans cesse « fermes dans leur foi ». (1 Pierre V, 9)

A son tour, Jacob dit : « Opposez-vous toujours au diable, à l’aide de la grâce qui vient à vous de la part de DIEU, lorsque vous demandez avec humilité et foi Son aide et vous verrez que le diable s’éloignera immédiatement de vous ». (Jacob, IV, 7)
À la lumière de la loi de la résonance occulte, il est évident qu’il s’agit ici, sans doute, du déclenchement et du maintien de certains processus de résonance occulte avec l’énergie protectrice de la Grâce divine, qui confère à l’être humain en question un état prégnant d’invulnérabilité. D’une réelle utilité dans de telles situations seront pour nous les bénédictions et les auto-bénédictions, avec la manifestation immédiate, dans notre univers intérieur, de l’Effet de Paratonnerre de l’énergie mystérieuse de la Volonté divine, qui est toute puissante.

À son tour, l’apôtre Paul nous offre un conseil qui est plein de sagesse : « ne donnez jamais de motif au diable!». (Ephésiens IV, 27)
À la lumière de ces révélations, nous pouvons nous rendre compte facilement qu’un tel motif (une telle occasion) que nous pouvons donner à chaque fois au diable (sans nous en rendre compte) est celui d’émettre des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants. Dans cette direction, l’Apôtre Paul dit : « Prenez garde, car c’est en DIEU que vous devez mettre totalement et sans cesse votre foi. Si alors vous avez une foi inébranlable en Lui et que vous ne doutez pas, DIEU ne permettra jamais que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; car avec la tentation, Il a préparé aussi pour chacun de vous le moyen de vous aider à vous en sortir, pour qu’il ne soit pas possible d’être soumis à la tentation et pour que vous puissiez l’endurer ». (1 Corinthiens X, 13)

En analysant cette affirmation, nous pouvons nous rendre compte que l’apôtre Paul était tout à fait conscient des innombrables ressources maléfiques et de la ruse de Satan, et aussi du fait que Satan essaie toujours de « profiter de nous ». Et l’apôtre Paul ajoute : « Ecoutez mes conseils et suivez-les, car nous n’ignorons pas les plans pleins de ruse de Satan ».

Le terrible exemple de la confrontation de Jésus avec Satan

Au cours de l’activité même de Jésus, Satan s’est attaqué en permanence de différentes façons à Ses actions. En étudiant avec beaucoup d’attention certains textes qui existent dans le Nouveau Testament, nous découvrons que Satan a agi parfois même par l’intermédiaire des disciples de Jésus, qui sont devenus alors des canaux SUI GENERIS à travers desquels il manifestait sa ruse et sa méchanceté. Un tel moment a été celui où l’apôtre Paul a rejeté l’idée que Jésus ait accepté la crucifixion. Immédiatement, Pierre a été sermonné par Jésus, qui lui a dit alors : « Retire-toi derrière moi, Satan ! » (Mathieu, XVI, 23)
Satan a agi aussi, de différentes manières maléfiques, à travers les ennemis de Jésus, et ce n’est pas du tout par hasard que Jésus était pleinement conscient qu’à travers leurs êtres et leurs corps se manifestaient parfois les esprits sataniques et, dans certains situations, Satan lui-même.
C’est justement pour ça qu’à un certain moment donné Jésus a dit textuellement à ceux qui s’opposaient à Lui : « Vous avez pour père et tentateur le diable (Satan) ». (Jean, VIII, 44)

Tout cela est arrivé à son comble au cours des derniers jours de Jésus. L’action infâme de Judas est décrite en même temps comme étant aussi celle du méchant (Satan). Dans le Nouveau testament on dit même que Satan « est entré » en Judas (Lucas, XXII, 3). On nous suggère ainsi que dans certaines situations (lorsque des conditions propices sont préalablement crées), le diable se sert de l’être humain comme d’un « canal » SUI GENERIS, dans et par lequel il se manifeste ensuite avec ruse et c’est ainsi que des énergies infernales, maléfiques sont répandues dans ce monde.

L’apôtre Jean dit : « Le diable (Satan) avait semé dans le cœur de Judas l’Iscariote, fils de Simon, la pensée de livrer Jésus ». (Jean XIII, 3)
En regardant vers la croix, Jésus a dit : « Voici que vient le prince de ce monde (Satan) ». (Jean XIV, 30) Par ces paroles, Jésus reconnaît que, d’un certain point de vue, Satan manifeste une bizarre maîtrise de ce monde qui existe sur la planète Terre.

A la lumière de ces révélations, nous pouvons nous rendre compte qu’en permanence, même à présent, Satan continue à tenter les hommes.
Une telle modalité détournée de les tenter se réalise souvent par l’intermédiaire des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants. L’immense majorité des êtres humains ne se doutent même pas qu’à travers de tels jugements ils ouvrent, encore et encore leur être, en devenant ainsi des canaux de manifestation de Satan ou des esprits sataniques dans ce monde.

Quand le diable veut détruire quelqu’un, il vole son mental

Un certain aphorisme de la sagesse soutient que : « Lorsque le diable veut détruire quelqu’un, il s’attaque d’abord à son mental ».
À la lumière des révélations que nous avons présentées concernant les jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants il devient facilement possible de comprendre la manière dont la pensée de l’être humain est mal influencée et pervertie à travers de tels jugements, qui sont émis sans que celui-ci se rende compte des conséquences néfastes qu’ont de telles actions.

Nous pouvons ainsi comprendre la manière dont les diables « volent » notre mental lorsque nous prenons l’habitude d’émettre, soit presque tout le temps, soit de temps en temps, de tels jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants. La compréhension de ces mécanismes nous permet en même temps d’être mis en garde pour toujours à partir de maintenant et de ne plus nous laisser soumettre à la tentation d’émettre de tels jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants.
A l’heure actuelle, beaucoup de gens qui prétendent être de bon chrétiens ont l’habitude de manifester chaque jour des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants, sans se rendre compte qu’ils deviennent ainsi des canaux SUI GENERIS de manifestation de Satan et des esprits sataniques dans ce monde.
C’est toujours dans la Bible qu’on peut lire que son influence maléfique (celle de Satan) se manifestait à travers un prétendu croyant, du nom d’Ananie : Comment est-il possible que tu ne te rendes pas compte de la raison pour laquelle Satan a rempli ton cœur de telles (mauvaises) tendances ?

Concernant les actions et les influences maléfiques de Satan et des esprits sataniques, l’apôtre Jean dit : « Celui qui pêche ne sait pas que ces impulsions lui viennent du diable ». C’est toujours dans la Bible qu’on dit que lorsque certaines conditions (propices) sont réunies, les gens s’éloignent ensuite de DIEU, ils glissent sur la pente du mal et peu de temps après ils s’offrent eux-mêmes à Satan, en devenant ainsi « les outils » ou « les canaux » à travers lesquels il (Satan) se manifeste dans ce monde (dans l’ambiance planétaire). C’est toujours l’apôtre Jean qui nous dit qu’ainsi : « de tels êtres humains égarés (qu’on peut reconnaître d’après leurs tendances bizarres de troubler et d’égarer les autres) deviennent ses enfants ». (1 Jean III, 10).

Dans le texte de l’Apocalypse il y a une révélation significative sur la sinistre « synagogue de Satan » (Apocalypse III, 9; III, 9) et sur les esprits sataniques qui habitent là où se trouve « le trône de Satan » (Apocalypse II; 13). Par ses outils pleins de haine, de ruse et de méchanceté, ainsi que par l’intermédiaire des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants, tout comme par l’entremise des doutes démoniaques ou sataniques. Satan empêche (plus ou moins), de toutes les façons, les actions divines. Satan soit ‘’vole’’, soit-il rend stérile la bonne semence, divine qui a été semée à un moment donné dans le cœur des hommes.

La puissance de Satan est limitée

Satan sème sans cesse le mal, le doute et les jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants dans ‘’SES MAUVAIS FILS’’. Ainsi, fait-il que ce monde devienne une poussière, un marécage infernal, une ordure. Dans certaines conditions, ses influences et son activité peuvent même produire des effets au niveau physique sur le corps humain. Dans la Bible, Satan est toujours présenté comme menteur, rusé, plein d’une inventivité maléfique, ayant diverses ressources qu’il emploie contre les êtres humains; il est en même temps présenté comme étant sans cesse actif dans le sens maléfique, malfaisant.

Les êtres humains qui, dans certaines conditions, se trouvent sous l’influence des génies favorisants du mal se trouvent et restent sous influence presque incessante de Satan. Cependant, il faut savoir que Satan a maintes limitations et, qu’en fait, il ne peut par faire n’importe quoi.

Dans la fameuse parabole du semeur, JESUS nous parle d’une manière indirecte de la contribution maléfique des diables à la stérilisation ou à l’annihilation de la germination des bonnes semences, qui sont semées dans certaines situations dans l’univers de l’être humain. Afin de comprendre aussi bien que possible ces aspects, nous vous suggérons d’étudier attentivement la parabole du semeur, pour comprendre comment de telles actions maléfiques presque incessantes se réalisent par l’intermédiaire des esprits démoniaques et de Satan. La défaite de Satan et des esprits sataniques est évidente alors que l’être humain implore et demande, en étant plein d’humilité et de foi, l’aide de DIEU LE PERE. Dans certains cas, Satan manifeste d’une manière habile et insidieuse ses influences maléfiques. Satan s’empare de l’être humain avec ruse, en étroite liaison avec certaines conditions favorisantes que l’être humain ignorant laisse se manifester dans son univers intime. De cette manière, Satan et ses mauvaises influences pénètrent ensuite facilement dans l’être humain et le font devenir un Sui Generis canal de manifestation du mal dans ce monde.

Il est cependant essentiel de retenir que la puissance étrange, maléfique de Satan est pourtant limitée ; cette puissance et influence perverse se manifeste en étroite liaison avec les énergies subtiles maléfiques qui sont présentes dans les contrées infernales, grâce à la méchanceté manifestée par les esprits démoniaques, ainsi que par les démons et Satan lui-même. Telles énergies sataniques apparaissent par le détournement, la perversion et la profanation de certaines énergies subtiles bénéfiques ; soit par leur régression, soit par les mauvaises activités ; soit par la chute (glissement vers le mal) des êtres humains, soit par leur involution, soit par les mauvaises activités des entités satanique, ou démoniaques, celle-ci, bien que bénéfiques et pures, sont transformées et amenées dans un état de perversion qui entraîne la diminution de leur fréquence spécifique de vibration. Ainsi en résulte-t-il, finalement, des énergies subtiles inférieures, possédantes, abjectes, dégradantes, qui représentent ce que nous appelons les énergies subtiles étranges du mal.

Satan sait qu’il a déjà été vaincu !

Satan, ainsi que Lucifer ne peuvent exercer leur pouvoir bizarre, maléfique, illusoire, rusé que dans certaines limites précises, qui ont été et restent établies par DIEU LE PERE , par l’intermédiaire des tentations et des épreuves auxquelles sont soumis les hommes (tout cela étant possible en étroite liaison avec certaines conditions favorisantes qui à un moment donné, apparaissent dans son univers intime).

De cette manière, Lucifer ainsi que Satan et les esprits sataniques agissent comme des Sui Generis facteurs perturbateurs, destructeurs, qui déterminent la chute dans l’abîme (les contrées infernales) ou le dépassement des tentations et des épreuves spirituelles. Ainsi sont-ils et restent-ils des Suis Generis ‘’outils’’, par l’intermédiaire desquels les êtres humains sont tentés, testés, examinés ; et ces êtres humains qui sont suffisamment bien préparés intérieurement passent bien ces épreuves et ne tombent pas dans la tentation. Lorsqu’ils surmontent bien de telles tentations, de tels tests ou d’essais spirituels, les êtres humains progressent de cette manière. En même temps, les êtres humains font des sauts spirituels triples alors qu’ils passent bien ces épreuves ou tentations auxquelles les diables les soumettent.

Il est important de retenir que les entités démoniaques ainsi que Satan habitent dans les contrées infernales qui ont une basse fréquence de vibration et qui existent dans l’univers Astral. Dans le Nouveau Testament, JÉSUS disait que le feu éternel des enfers avait été préparé pour que le Diable et ses anges y habitent. À la lumière des témoignages et des révélations qu’on expose dans le Nouveau Testament, on découvre que Satan est une présence maligne, éphémère et toujours hostile, vis-à-vis de DIEU, aussi bien que des hommes qui aiment DIEU et qui sont avec DIEU, nommés dans la Bible les justes, les bons en âme, les sages. Eux, ils reconnaissent facilement les ruses, les mensonges et les manœuvres abjectes de Satan.

Il s’impose aussi de retenir que Satan sait bien qu’il a déjà été vaincu, mais dans son désespoir plein de haine, d’entêtement et d’acharnement, il continue à faire pas mal de mauvaises actions, dans ce monde (terrestre), ainsi que dans les contrées infernales qui se trouvent dans le monde de l’Au-delà. Une des manifestations par l’intermédiaire desquelles Satan et les contrées infernales sont évidemment présents dans ce monde est une certaine forme de peur abyssale, irrationnelle, dans et par laquelle se manifeste l’énergie satanique des esprits démoniaques. À la lumière de ces révélations, il est bien que nous envisagions, sous leur vrai jour, les jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants.

Arrêtez-vous dès maintenant de juger les autres d’une manière critique, accusatrice, superficielle et malveillante.
La révélation de ces mystères ICI et MAINTENANT n’est pas du tout due au hasard. Le mystère terrible des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants peut être compris tout autrement, surtout lorsqu’on l’envisage dans la perspective de la Loi de la résonance occulte. Nous espérons que toutes ces révélations vous aideront à comprendre qu’il faut vous arrêter sans tarder d’émettre encore (d’une manière intentionnelle) des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants. Tous ceux d’entre vous qui continuerez de le faire comme vous l’avez fait jusqu’ici, ferez preuve ainsi de n’avoir rien compris à toutes ces révélations qui ont été mises à votre disposition.

Ceux d’entre vous qui refuserez de prendre en considération ce qui se passe lorsqu’on s’habitue à manifester encore et encore des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants, ne ferez qu’entrer ensuite en liaison et plonger plus en plus dans les contrées infernales existant dans le monde de l’Au-delà.
En agissant encore et encore de cette manière, vous vous habituerez à déclencher chaque fois dans votre univers intime des processus occultes de résonance maléfique, lesquels changerons votre fréquence dominante de vibration. Toutes ces influences et énergies subtiles vous aliéneront tout en vous éloignant de plus en plus de DIEU LE PERE.

Il faut, aussi, ne jamais négliger le fait que par l'intermédiaire des jugements critiques, accusateurs, superficiels et, malveillants on glisse assez facilement et insidieusement vers la médisance, le scandale et la calomnie. Il est même temps nécessaire de retenir que par l'intermédiaire des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants les bagarres se déclenchent très facilement dans ce monde. Dans la Bible, le scandale est envisagé comme une grave raison de faux-pas pour les êtres humains. En réalité, le scandale nous apparaît comme une tentation qui nous fait manquer certaines épreuves spirituelles, ou qui trouble notre jugement et notre bon sens. Dans la Bible, l'idée de scandale est évidemment liée à la notion de tentation, d'obstacle, qui pousse certains hommes à buter et a tomber ensuite facilement dans les filets de Satan.

Dans la tradition de la sagesse stuffite il y a un conte significatif concernant les effets insidieux, durables et néfastes des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants. On vous présente ce conte ci-après.

Le miroir maudit du diable

״ Il était une fois un esprit fort du mal (le diable) qui était plein de ruse, d’entêtement et de haine. Cet esprit se trouve quelque part dans l'un des Enfers. Un jour, alors qu'il réfléchissait à comment réussir à faire quelque chose de pire encore, il lui est venu une idée maléfique géniale. Peu de temps après, il l’a mise en application en fabriquant un miroir ensorcelé, dont l'influence absconse était d'une manière prépondérante maléfique. Le miroir ensorcelé qu'il a réalisé faisait en sorte que tous ceux qui s'y reflétaient ou s'y regardaient se mettent à manifester des jugements critiques accusateurs, superficiels et malfaisants. Alors que par l'intermédiaire de ce miroir magique l'ensorcellement se déchaînait, la manière prépondérante de penser de celui qui se regardait ou regardait dans ce miroir changeait tout de suite; en même temps. Grâce à son influence maléfique le miroir ensorcelé reflétait tout ce qui était bon et de beau autour de lui tout autrement en faisant en sorte que tout ce qui s'y reflétait paraisse détestable, laid, gris, déformé, inutile et sans valeur.

Tous ceux qui regardaient, dans ce miroir ensorcelé, ce qui les entourait commençaient, immédiatement après, à avoir uniquement des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants. Ils devenaient en même temps presque incapables de voir encore, n'importe où dans ce monde, le bien, l'harmonie et la beauté – aussi bien en eux - mêmes que dans tout ce qui se trouvait autour d'eux. Ce miroir ensorcelé reflétait la beauté, l'harmonie et la splendeur comme étant laides défigurées et disharmonieuses. En même temps, le miroir faisait en sorte que chacun qui y regardait accordât une grande importance au laid et aux choses disharmonieuses et insignifiantes. Lorsqu’ un être humain regardait dans le miroir ensorcelé, ses pensées et ses jugements devenaient tout de suite critiques, accusatrices, superficielles et malveillantes. De tels jugements laids, misérables inondaient, immédiatement leur esprit et alors, par cet étrange ensorcellement, les plus beaux paysages se trouvant autour du miroir apparaissaient comme des (monticules), des tertres d'ordures; les êtres humains bons, harmonieux y apparaissaient aussi comme étant très repoussants, difformes et stupides.

Même les visages beaux et charmants des hommes étaient reflétés dans ce miroir si étrangement, qu'ils apparaissaient difformes, de sorte que tout de suite après la personne qui y regardait ne soit plus à même de le reconnaître. En outre, si quelqu'un se trouvant autour du miroir manifestait quelque chose de laid et qu'il voulait dissimuler cette manifestation, le miroir ensorcelé dévoilait immédiatement ce mal et le mettait en évidence d'une manière exagérée. L'esprit démoniaque était très fier d'avoir réussi à réaliser un tel miroir qui faisait immédiatement disparaître la beauté, le sublime et l'harmonie, en leur substituant, grâce à cet ensorcellement, ce qui est laid, difforme et repoussant.
En outre, ceux qui regardaient dans le miroir et qui observaient ce qui s'y reflétait, ne manifestaient tout de suite après que des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants. Tout être humain qui se regardait dans ce miroir se mettait instantanément à émettre des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants vis-à-vis de soi-même et il ne voyait plus dans son être que disharmonie, méchanceté et laideur. Tout ce qui était beau et charmant quand à son visage ou son corps, étant regardé dans ce miroir ensorcelé, était immédiatement changé et devenait tellement difforme et effrayant, qu'il ne puisse plus être reconnu.

En voyant l'immensité du mal provoqué à tous les êtres humains qui se regardaient dans ce miroir ensorcelé, Satan a félicité cet esprit démoniaque de ce qu'il avait réussi à faire; il a décidé ensuite que cet infernal miroir ensorcelé fût amené en haut des cieux, Satan croyant que si les anges sont tentés de se regarder dans ce miroir, ils commenceront à manifester tout de suite après des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants, en découvrant ainsi (grâce à ce miroir ensorcelé) qu'ils étaient eux-mêmes laids, inutiles et bêtes. Avant d'amener le miroir ensorcelé aux cieux, Satan a dit aux esprits démoniaques, en riant méchamment, que même DIEU serait tenté de se regarder dans ce miroir pour découvrir ainsi qu'Il est laid, disharmonieux, chaotique, faux et inutile. Satan pensait que Dieu lui-même serait tenté de se regarder dans ce miroir, ne fut-ce qu’une seule fois, Il commencerait ensuite à manifester uniquement des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants vis-à-vis de tout ce qu’Il avait créé. Ensuite, plusieurs esprits démoniaques ont amené sur leurs épaules le miroir ensorcelé et se sont envolés vers les cieux. Voilà, cependant, qu’en s’approchant avec ce miroir de la frontière des cieux, une force extrêmement grande et invisible s’est manifestée d’une manière foudroyante et les a arrêtés avant qu’ils aient pu passer la frontière des cieux. En même temps une peur terrible a surgi dans leur être et, tout de suite après, ils ont laissé tomber l’horrible miroir ensorcelé. En tombant de très hauts le miroir infernal s’est cassé et à cette occasion plusieurs milliards de débris extrêmement petits sont apparus.

C’est alors que s’est produit tout ce qui pouvait être de pire pour cette planète. Ainsi, est-il apparu un des plus grands malheurs pour beaucoup d’hommes. Vu que chaque débris provenant de ce miroir ensorcelé était plus petit encore qu’un grain de sable, tous ces milliards de petits débris se sont envolés dans toutes les directions en se répandant presque partout sur la terre. Le vent a répandu ensuite ces infimes débris dans toutes les directions en les répandant presque partout sur la terre. Le vent ce répandu ensuite ces infimes débris dans toutes les directions ; et il arrivât même qu’un être humain reçoive dans les yeux un tel petit débris et que celui-ci y restât, le petit débris pénétrant ainsi dans son corps et sous peu l’être humain en était d’une certaine manière affecté. Un tel être humain ne voyait plus ensuite, partout autour de lui mais aussi en lui-même, que malheur, disharmonie, inutilité, méchanceté et laideur.

En même temps, un tel être humain émettait presque incessamment des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malfaisants. Pour lui tout ce qui était en réalité bon paraissait mauvais et sans valeur, et tout ce qui était en réalité beau paraissait être laid, disharmonieux et repoussant. Chaque petit débris, même infime, avait la même puissance maléfique qui avait existé dans le miroir ensorcelé original.

Alors que tels petits débris pénétraient dans le corps des hommes et qu’ils se fixaient ensuite dans la région du cœur ils déclenchaient en même temps immédiatement après, un autre effet terrible. Le cœur de ces pauvres êtres humains se métamorphosait tout de suite après en un morceau de glace. Tous les êtres humains qui étaient ainsi affectés devenaient ensuite incapables de manifester ou de ressentir l’énergie divine de l’amour.

Bien que cet esprit démoniaque ait souffert d’un grand échec, car il n’a finalement pas réussi à amener jusqu’aux cieux son miroir ensorcelé, il a regardé, ensuite, autour de lui et il a découvert tout le mal que les débris infimes du miroir cassé pouvait faire. En voyant cela, le diable s’est réjoui d’une manière méchante du mal immense qu’il avait fait aux hommes, en outre, il a observé que ce mal persistait et continuait de se produire dans ce monde, car les infimes débris de ce miroir maudit continuent à être emportés par le vent ça et là jusqu’à présent. Par conséquent, à présent même, de petits débris infimes de ce miroir maudit continuent de voler dans l’air et ils sont menés par les vents, en faisant de la sorte beaucoup de mal aux hommes dans les yeux desquels ils tombent’’. (fin du conte)

Si l’on analyse très attentivement le sens caché de ce conte, on découvre qu’en fait les jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants ressemblent à ces infimes petits débris provenant de ce miroir maudit.

De tels jugements critiques, accusateurs, superficiels et malfaisants déterminent l’apparition des images déformées que nous formons quant à la réalité environnante. Les jugements superficiels et malveillants qui sont émis modifient et déforment la réflexion de la réalité en nous-mêmes en ayant une vision déformée et même péjorative. De tels jugements ; critiques, accusateurs, superficiels et malveillants font apparaitre ce qui est normal, vrai et beau comme étant laid, anormal et faux. Beaucoup d’êtres humains ne sont pas du tout conscients des effets néfastes générés dans leur univers intime par de tels jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants. De tels jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants génèrent toujours, ensuite, dans le MICROCOSME de l’être humain des phénomènes de résonance occulte néfaste.

Aphorismes et pensées sur le jugement (suite)

28. Soyez attentifs et ne jugez jamais les autres ni vous-mêmes d’une manière critique, accusatrice, superficielle et malveillante, car ainsi vous ne pourrez être jugés vous-même que d’une manière critique, accusatrice, superficielle et malveillante.
29. C’est souvent que le monde obéit aux impertinents, aux anarchiques et aux démoniaques qui imposent leur point de vue, car grâce à la faiblesse et à la réceptivité au mal, il ne juge pas les choses telles qu’elles sont vraiment.
30. Le plus souvent, presque sans exception aucune, on juge les autres d’une manière critique, accusatrice, superficielle et malveillante selon nos propres tendances, impulsions et défauts. C’est justement pourquoi, les scélérats croient obstinément qu’il n’y a pas dans ce monde d’hommes honnêtes, car pour eux tous sont (sans exception) des brigands (bandits).
31. Le plus souvent, alors qu’on a l’habitude de juger les autres d’une manière critiques, accusatrice, superficielle et malveillante, nous n’accordons à un être humain que la même bonté que nous manifestons, pour le moment, nous-mêmes.
32. L’être humain qui, à cause des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants, change insensiblement et devient ensuite méchant dans son âme, croit ensuite obstinément que tous les autres lui ressemblent.
33. Les êtres humains qui ont l’habitude d’émettre des jugements critiques, accusateurs, superficiels et malveillants ne croient jamais que les autres puissent être capables de ce qu’ils ne le sont pas.

http://www.yogaesoteric.net/content.aspx?item=6196

1 MILLIONS D’ENFANTS MÉDITENT POUR LA PAIX MONDIALE AU TEMPLE PHRA SHAMMAKAYA EN THAILANDE

paix egregore

Le 21 Septembre 2015, pour célébrer la journée internationale de la paix, un million d’enfants issus de plus 5000 écoles se sont rassemblés au temple de Phra Shammakaya en Thailande pour méditer ensemble pour la paix mondiale. Ils se sont joints à des millions d’autres personnes un peu partout dans le monde.

Rappelons qu’en 2012, 248 villes ont participé à cet évènement, 564 en 2013, et 1167 en 2014. Cette année les organisateurs parlent d’un total dépassant les 1500 villes dans le monde qui ont participé à la méditation synchronisé pour la paix mondiale.

Sans titreCet évènement a marqué aussi la sortie du documentaire “Inner peace to world peace” qui aborde la paix mondiale et la manière de la réaliser en mettant l’accent sur la paix intérieur que chacun de nous devra accomplir afin de rendre cet idéal possible.

Plusieurs études scientifiques ont démontré les bienfaits de la méditation sur le cerveau humain et de plus en plus de personnes deviennent des adeptes réguliers.

Si vous n’avez jamais essayé la méditation, je vous conseille vivement de vous y mettre puisque cette activité à changé la vie d’un grand nombre de personnes. Certaines ont pu vaincre la dépression et l’anxiété grace à une pratique régulière qui leur a permis, entre-autres, de se sentir mieux et de se délivrer des chaînes d’un grand nombre de maladies mentales. souvent liée aux brèches émotionnelles créent par nos modes de vie hédoniste et matérialiste.

Enfin Méditer c'est bien lorsque l'intention et d'envoyer de l'amour  et la paix aux autres cette onde se répand et revient vers chaque participant multipliée , validant la phrase ce que nous faisons de bien nous le faisant qu'à nous même ,, si nous reconnaissons que nous sommes entourés d'un aurra énergétique  qui est notre champs magnétique notre protection contre les mauvaises ondes quand cette énergie est positive nos chakras ou roues tournent dans un sens positive  et apportent la santé a ceux qui ont une bonne hygiène spirituelle alimentaire et sanitaire , cette énergie décroît dés que nous faisons des écarts alors se forment des brèches comme celles de la terre avec la couche d'ozone et c'est le début des problèmes .r james

awakeing-body

SOURCE: http://www.khalylbouzayene.com/1-million-denfants-meditent-pour-la-paix-mondiale-

Mind control : Des impulsions lumineuses pour effacer et remplacer les souvenirs

6732_8

Des scientifiques sont parvenus à réactiver la mémoire de rats après avoir effacé une partie de leurs souvenirs en manipulant leurs synapses par impulsions lumineuses.

En manipulant les synapses de rongeurs, des chercheurs sont parvenus à effacer puis restaurer les souvenirs des animaux. APA / Science Photo Library / AFP En manipulant les synapses de rongeurs, des chercheurs sont parvenus à effacer puis restaurer les souvenirs des animaux. APA / Science Photo Library / AFP

 

MÉMOIRE. C'est une découverte qui pourrait aider la recherche contre la maladie d'Alzheimer. Des chercheurs ont annoncé avoir réussi à réactiver la mémoire de rats après avoir effacé une partie de leurs souvenirs. Ces travaux menés par une équipe de l'école de médecine de San Diego ont été publiés dimanche 1er juin dans la revue Nature.

"Nous pouvons créer un souvenir, l’effacer et le faire resurgir", a déclaré le Dr Roberto Malinow, professeur de neurosciences à l’université de Californie San Diego School et co-auteur de l’étude.

Si des scientifiques américains avaient déjà réussi à effacer des souvenirs, parvenir à réactiver cette mémoire effacée semble relever d'une petite prouesse. evidemment ils peuvent effacer et  remplacer vos souvenirs par d'autres synthetiques voir de lire vos pensées , je me souviens d'un matin ou j'avais  ouvert les yeux trop vite et je voyais des images défilées a grande vitesse devant mes yeux comme dans les meilleurs films , cela existe bel et bien je ne révais pas .

Des impulsions lumineuses pour manipuler les synapses

En partant du principe que les souvenirs s'inscrivent dans le cerveau à travers l'affaiblissement ou le renforcement des synapses (ces zones de contact entre deux neurones), les chercheurs ont voulu vérifier l'hypothèse qui postule que c'est l'affaiblissement de ces synapses qui efface les souvenirs quand leur renforcement les renforce.

 Voir les souvenirs se former

BASES. C'est un aperçu des bases moléculaires de la mémorisation : des scientifiques de l’Albert Einstein College de l’université de Yeshiva (New York) ont réussi à observer pour la première fois, chez la souris, le cerveau en train de fixer des souvenirs.

Des molécules clés fluorescentes

Pour observer les neurones sans interférer avec leur activité, les chercheurs ont développé un modèle de souris chez qui toutes les molécules d'ARN messager (ARNm, qui codent pour la protéine bêta-actine) brillent en fluorescence.

RÔLE MAJEUR. La bêta-actine est considérée comme jouant un rôle majeur dans la mémorisation ; la protéine agit notamment en favorisant les liaisons entre deux neurones. Il semblerait justement que l’établissement de telles liaisons stables permet de coder les souvenirs.

 

Pour ce faire ils ont conditionné les rongeurs à associer un stimulus à une peur. Les chercheurs ont donc manipulé les synapses des rongeurs avec de la lumière, grâce à l'implantation d'une fibre optique dans une région de leur cerveau. Dans le même temps, une décharge électrique était délivré dans la patte de l'animal afin que celui-ci associe la peur de la décharge à l'impulsion lumineuse.

Ils se sont aperçu qu'en modifiant la fréquence de l'impulsion lumineuse, ils influaient sur la peur contractée par les rongeurs. A basse fréquence le souvenir de la décharge disparaissait. Au contraire, avec des impulsions à haute fréquence la peur d'être électrocuté refaisait surface.

Nous pouvons entraîner un animal à avoir peur, à ne plus avoir peur, puis à avoir peur à nouveau, en stimulant les nerfs avec des fréquences qui renforcent ou affaiblissent les synapses", explique Sadegh Nabavi, co-auteur de l'étude.

Car en effet, l'analyse des changements chimiques survenus dans les synapses manipulées confirmait bien le renforcement ou l'affaiblissement de celles-ci.

ALZHEIMER. Les résultats de cette expérience pourraient ainsi permettre de mieux comprendre la maladie d'Alzheimer.

Nous avons montré que les lésions qui apparaissent dans le cerveau des patients atteints d'Alzheimer affaiblissaient les synapses de la même façon que nous l'avons fait pour effacer la mémoire des rongeurs", explique le Dr Roberto Malinow.

En effet, les personnes atteintes par cette maladie subissent dans le cerveau l'accumulation de la bêta-amyloïde responsable de l'affaiblissement des connexions synaptiques. Le même type d'affaiblissement que celui provoqué par les impulsions lumineuses de basse fréquence induitent dans le cerveaux des rats.

Cependant, si cette expérience semble ouvrir de nouvelles pistes pour la recherche, il est encore beaucoup trop tôt pour envisager le moindre test de ce genre sur l'homme.

http://www.sciencesetavenir.fr/biologie/20140129.OBS4128/video-voir-les-souvenir-se-former.html

Posté par rusty james à 12:51 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

LE NEUROPHONE DE FLANAGAN : Un système sonore holographique en 3D,

21

Patrick Flanagan est né le 11 octobre 1944 à Oklahoma City. Déjà dans son enfance il
fut remarqué en raison de ses capacités extraor
dinaires et sa soif de connaissance qu’il
ne pouvait assouvir. A l’âge de 6 ans, ses parent
s lui installèrent son premier laboratoire
de chimie dans la cave. Ce n’est qu’un peu plus tard qu’il commença à faire des
recherches poussées dans les domaines de la physique et de l’électronique.
A 8 ans, en lisant un journal, il trouva un article sur une « machine à dormir » russe avec
laquelle on pouvait réduire ses besoins en sommeil à seulement quelques heures par
nuit. Patrick se construisit alors une telle machine de façon à pouvoir consacrer plus de
temps à ses recherches.
A 12 ans, Patrick conçut un détecteur de missiles téléguidés. Pour construire cet
appareil, il utilisa des pièces détachées
destinées à un appareil de radio amateur et
quelques composants neufs d’une valeur de
5 Dollars. Le détecteur pouvait déceler le
lancement et la détonation de
missiles et de bombes atomiques jusqu’à une distance de
13 000 kilomètres. Au cours des trois années suivantes, Patrick tint un agenda dans
lequel il enregistra et documenta tous les plus
gros tirs de missiles et les tests de bombe
atomique dans le monde entier. Ces documents lui ont valu la visite du Pentagone
puisque ces données étaient considérées
comme « strictement confidentielles ».

 En 1958, le Dr Patrick Flanagan, alors âgé de 14 ans, inventa le Neurophone, qui lui valu d’être reconnu comme un des plus brillants inventeurs de notre temps. Le Neurophone peut convertir les sons (comme la parole et la musique) en impulsions électriques, qui peuvent être transférées directement dans le cerveau, en passant par n’importe quel point sur le corps, mais sans passer par les oreilles et les autres mécanismes liés à l’ouïe. L’Office des brevets a refusé de délivrer un brevet pour cet appareil pendant plus de six ans, le temps de discuter en détail de cette technologie pointue. Finalement, les fonctionnaires déclarèrent que le Neurophone ne marcherait jamais et refusèrent le brevet. Patrick et son avocat se rendirent à Washington D.C. avec un appareil, afin de le montrer à l’examinateur de l’Office des brevets. L’examinateur a déclaré que si cet appareil pouvait rendre l’ouïe à un employé qui souffrait de surdité nerveuse, il rouvrirait les dossiers et accorderait le brevet. L’appareil fonctionna, l’employé entendit et … chose promise, chose due, le brevet fut accordé.

Plus tard, le Dr Flanagan travailla à l’université Tufts, ou il entreprit d’autres travaux de recherche et de développement avec son Neurophone. En tant que scientifique chercheur pour Tufts, il travailla à un système de communication entre l’homme et le dauphin, pour la Marine. Ces travaux aboutirent au développement d’un système sonore holographique en 3D, qui permettait de diriger le son dans n’importe quelle direction d’une pièce mais l’auditeur aura toujours l’impression que le son lui est destiné.

Des recherches complémentaires, permirent la mise au point d’un Neurophone numérique très perfectionné, pour lequel il demanda un brevet. L’Agence américaine pour la sécurité de la Défense (Defense Intelligence Agency) le plaça immédiatement sous le sceau du secret, au nom de la sécurité nationale et il fut interdit au Dr Flanagan de mener d’autres recherches et même de parler de cette technologie, pendant 4 ans.

Lorsque l’injonction de garder le secret fut enfin levée, vingt ans après que le premier Neurophone eut été inventé, le Dr Flanagan fut en mesure de faire construire le Mark XI et le Thinkman Model 50, en nombre limité. Ils furent utilisés comme outils pour l’apprentissage, car ils pouvaient « télécharger » des informations enregistrées dans la mémoire à long terme.

A partir de là, le Dr Flanagan continua d’expérimenter de nouveaux concepts et des schémas avancés, en vue d’améliorer encore la technologie du neurophone. Cet appareil serait l’interface absolue entre le cerveau et l’ordinateur et il est question de le remettre en vente. L’idée de pouvoir transférer, dans la mémoire à long terme, une profusion d’informations correctement formatées, entraînerait une révolution dans le monde de l’éducation ( ! ... ) . Les modèles éducatifs existants deviendraient, de ce fait, obsolètes. L’éducation ne concernerait plus l’accumulation de données, mais mettrait l’accent sur l’apprentissage des stratégies et l’exploitation des ressources mentales. Cette transformation offrirait de grandes possibilités de créativité et de développement personnel, grâce à la maîtrise des potentiels intellectuels.

Le Neurophone est l’un des appareils pouvant influer sur le cerveau par stimulation électromagnétique, les plus puissants qui aient jamais été développés. En inventant le Neurophone, le Dr Flanagan avait des dizaines d’années d’avance sur son temps. Ces dernières années, il a continué à perfectionner le Neurophone, en testant de nouveaux modes de transmission. Et, considérant l’intérêt qu’avait montré l’Agence de la Sécurité de la Défense pour le premier Neurophone numérique, il est fort probable qu’eux aussi aient cherché à l’améliorer.a traver le fameux programme Haarp une véritable Neurophone géant et  sans fils qui a influençé le cerveau et les pensées de millions d'europpéens .

JP.petit.
pagerank

Posté par rusty james à 12:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Notre conscience est une partie du monde matériel et peut influencer directement notre monde

pensee

Un scientifique russe tente de convaincre les gens qu’ils peuvent changer le monde simplement en utilisant leur propre énergie. Il affirme que penser d’une certaine manière peut avoir un effet positif ou négatif sur l’environnement. « Nous développons l’idée que notre conscience est une partie du monde matériel et qu’elle peut influencer directement notre monde », a déclaré le Dr Konstantin Korotkov, un professeur de physique à l’université de Saint-Pétersbourg.

Pour élargir notre compréhension du monde invisible de l’énergie, des expériences scientifiques sont menées à l’aide d’une technique appelée la photographie bio-électronique. L’hypothèse est que nous émettons constamment de l’énergie. La photographie bio-électronique vise à capter ces champs d’énergie perçus comme un rayonnement lumineux autour du corps, ce que certains nomment l’aura. Ce fut découvert dans les années 30 par l’inventeur russe Semyon Kirlian qui a observé qu’à l’aide d’une stimulation avec une brève impulsion électrique vous obtenez un éclat lumineux composé de photons et d’électrons autour d’un sujet, ce que Korotkov nomme « champ d’énergie ». Le dispositif lui-même photographie chaque doigt individuellement, chacun représentant différentes parties du corps, ces données sont ensuite interprétées à l’aide d’un ordinateur.

 

L’une des applications possibles de cette technique serait le diagnostic précoce de certaines maladies graves comme les problèmes cardiaques et le cancer, bien que la médecine traditionnelle n’en soit pas encore convaincue.


« Bien sûr, cette idée est nouvelle et c’est pourquoi elle est encore beaucoup critiquée », a déclaré Korotkov. « Il y a cependant en cela un message très important pour nous tous car nous avons démontré que les émotions positives ont une influence très puissante sur nous, de même que les émotions négatives.

Dans un cas, l’énergie monte et dans l’autre elle descend donc cela signifie que, si nous développons en nous-mêmes notre capacité d’aimer, cela crée une émotion positive et modifie l’espace qui nous entoure grâce à notre rayonnement ».

L’idée que notre énergie personnelle peut changer la structure du monde qui nous entoure est encore considérée par de nombreuses personnes avec beaucoup de scepticisme mais dans le domaine de la photographie bio-électronique, les travaux se poursuivent afin d’établir la preuve scientifique de cette théorie.

 

 

Extrait de: rt.com

merci pour la Traduction à LaPresseGalactique.org