Le soleil est t' il chaud ? parce que le vide ne véhicule pas la chaleur .

6547_t2l’espace, qui est exposé au rayons solaires sans interférence de notre atmosphère, est extrêmement froid, approximativement 3 oK (-273 oC). Plus on monte en hauteur et plus il fait froid. Pourquoi l’espace n’est-il donc pas extrêmement chaud; alors que, lorsque le Soleil resplendit, en été, et qu’il n’y a pas de nuages, il fait très chaud sur Terre ? Les ions et les électrons sont généralement mélangés dans une « soupe » contenant autant de charges positives que négatives. Une telle mixture est appelée plasma (le même terme a un sens différent en médecine ); cf :histoire du plasma. Le plasma réagit comme un gaz, mais lorsque des forces électriques et magnétiques sont présentes, de nouvelles propriétés voient le jour, très différentes de celles des gaz ordinaires.

La ionosphère au dessus de nos têtes est en fait du plasma. Au contraire de l’air, elle conduit l’électricité, et en fait, la ionosphère dans les régions polaires transporte de larges courants électriques, comme il en est discute une section ultérieure. La conductivité électrique de la ionosphère, au contraire des métaux ou de l’eau de mer, est très influencée par le champ magnétique terrestre. C’est un plasma très spécial, parce que la ionosphère contient également une grande quantité de molécules atmosphériques neutres qui se heurtent constamment aux ions et aux électrons. c'est en rentrant dans notre atmosphère par la frictions des ions positifs et négatifs que se dégage la chaleur du rayonnement ionisant .,comme un micro-onde il reste froid mais peut réchauffer très vite un plat .Le transfert d’énergie est produit par des ondes de radiation thermale comme dans une combustion ou par des ondes électromagnétiques (“froides”) comme en radiofréquence. Évidemment, le Soleil détruirait un satellite qui s’approcherait trop de sa surface, mais non a cause de la chaleur, mais des hautes radiations d’ondes (gamma, alpha, cosmiques, ultraviolette, visibles, infra rouge, etc… ). Personne ne devrait mettre sa main au travers d’un plasma de gaz , non parce qu’elle brulerait mais à cause des hautes radiations qui la détruiraient. L’interaction entre les champs morpho-génétiques de la Terre et n’importe quel autre corps céleste et surtout n’importe quel autre corps vivant ou non (qui est egalement forme de champs morphogénétiques) et les radiations solaires provoquent  la chaleur.

Pour parler précisément, le Soleil n’est ni chaud, ni froid dans son état stable puisque c’est du plasma et ses radiations ne sont ni chaudes ni froides. La température de ce plasma est affectée par les lois de la thermodynamique. Mais considérant que l’on attribue une température à sa surface de plusieurs millions de degrés, c’est donc un corps froid, mais pas glacé.comment des gaz surchauffés peuvent réagir magnétiquement.

C’est un fait élémentaire de physique qu’une substance perd son magnétisme lorsqu’elle est chauffée. Puisque les astronomes ont incontestablement enregistré des effets magnétiques émergeant du Soleil, nous avons là, un conflit direct entre la vraie nature du Soleil et sa température supposée. Ce conflit indique uniquement que le Soleil n’est pas la masse de gaz surchauffés comme le croient les scientifiques, mais plutôt un corps froid comme l’a dit Herschel

>En 1543, une grande comète s’approcha du Soleil comme aucune autre comète ne l’avait jamais fait et cela se répéta avec une autre comète en 1882. En fait, elles pénétrèrent la couronne solaire, qui a une température supposée d’un million de degrés absolus. Ces comètes voyagèrent sur plus d’un million de kilomètres au travers de cette couronne enflammée et en sortirent sans égratignure ni aucun changement de vitesse ou de direction. Si le Soleil émet de la chaleur, pourquoi est ce que ces comètes ne se sont elles pas instantanément désintégrées en entrant dans une immense zone de chaleur de l’ordre d’un million de degrés absolus. Il est certain que rien ne pourrait survivre à un tel traitement.  La science a exploré la partie supérieure de l’atmosphère de la Terre et a remarqué qu’a 60 miles au dessus de la Terre, on a besoin de lumière artificielle et à 90 miles au dessus de la Terre, c’est le noir complet. Plus on va haut, plus il fait froid, donc on voit, par un simple raisonnement logique, que la chaleur et la lumière ne viennent pas du Soleil. Seules les lignes de force viennent du grand corps solaire.

sun

La science a exploré la partie supérieure de l’atmosphère de la Terre et a remarqué qu’a 60 miles au dessus de la Terre, on a besoin de lumière artificielle et à 90 miles au dessus de la Terre, c’est le noir complet. Plus on va haut, plus il fait froid, donc on voit, par un simple raisonnement logique, que la chaleur et la lumière ne viennent pas du Soleil. Seules les lignes de force viennent du grand corps solaire.Je pense personnellement que le soleil est un immense four a micro ondes ,qui fabrique du plasma et non du gaz chaud ,qui génère un champs électromagnétiques impossible avec une chaleur intense ,je tiens a rajouter que ne cherché pas une infos dans sciences et avenir le soleil froid n'a jamais était abordé par la science il faut observer par vous même et vous posez des questions là est la vraie liberté de penser ,n'attendez pas qu'on vous dise voilà ce qu'il faut savoir,voilà ce qu'il faut apprendre et penser,vous êtes sur de ne jamais comprendre ce qui se passe vraiment .pour la spiritualité c'est pareil soyez curieux et posez des questions que vous n'entendez jamais à la télé .ou dans les journaux ,bref explorez le monde ,la clef de l'univers s'y trouve et elle ouvre la porte de  la vérité..

....rusty james

._151ZD17


La base secrète Pine Gap serait une arme sismique a u centre de l'Australie

PineGap_signLes USA disposent à la fois de l'arme climatique (HAARP) mais aussi de l'arme sismique. Au centre de l'Australie, sur la base américaine de Pine Gap, une antenne s'enfonce à 8 km de profondeur dans l'écorce terrestre. Elle émettrait des ondes basses fréquences qui peuvent être dirigées vers des zones instables en provoquant des séismes.

Elle peut aussi être utilisée pour générer une énorme onde stationnaire autour de la Terre.

Officiellement, la base est l'un des centres de contrôle les plus importants des satellites espions, et l'antenne est utilisée pour recharger les batteries des sous-marins par le biais d'émissions ELF.

Pine Gap est située à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest d'Alice Springs. D'après les témoignages des habitants, une quantité incroyable de matériel a été acheminée par avion depuis les Etats-Unis. Les locaux déclarent également qu'une énorme quantité de nourriture est conservée dans les entrepôts de ce qui pourrait bien être une véritable cité souterraine de plusieurs niveaux
Pine Gap est un endroit qui me fascine au plus haut point, pour différentes raisons.
- Bien sur, la première est le bruit qui court comme quoi Pine Gap possèderait une "Jump Room" vers Mars...
- Une autre raison, c'est que pour une base US en plein milieu de nulle part, elle ne possède pas de piste d'atterrissage; le plus proche: Alice Springs Airport 16 KM à vol d'oiseau et pas vraiment facile de s'y rendre par la route.
A se demander comment ils ont acheminé tout ça sans avions.
Cela implique également, et ce point me semble aussi important, que quand des officiels, hauts gradés ou hauts fonctionnaires de l'état y font une visite, ils sont obligés de se taper la route...!
- Elle semble posséder son propre générateur d'énergie (à mon avis le bâtiment gris en bas à gauche sur la photo), pas de ligne HT à proximité, quelle source d'énergie utilisée ??
- L'espèce de T que forme la base est pile poil orienté sur les axes N-S/E-O.
Il semble que ce soit vraiment voulu, mais pourquoi ? Ce n'est pas le cas pour Area 51 par exemple. Qu'est exactement Pine Gap ?
pine_g10
Aussi étrange que cela puisse paraître, même les membres du Parlement Fédéral Australien ne le savent pas. Seul un petit nombre "d'initiés" parmi les membres du Cabinet ont une vague idée de quoi il s'agit exactement.
Les seules informations disponibles au public proviennent de recoupements effectués par des chercheurs privés tels que Jimmy Guieu, en suivant des instructions trouvées dans des magazines américains ou australiens (toujours de courts paragraphes) et récupérant divers témoignages de locaux.
Sous Pine Gap se trouve le plus grand trou jamais creusé en Australie plus de 8 km ( soit 25 fois la Tour Effel,  1,6 fois le Mont Blanc) !!
Un tel trou est généralement utilisé comme une antenne souterraine permettant de recharger les batteries de sous-marins dans les océans Pacifique et Indien par le biais d'émissions ELF.
Une telle antenne gigantesque peut être utilisée pour générer une énorme onde stationnaire autour de la Terre.

Certains pensent que Pine Gap est un énorme générateur nucléaire fournissant de l'énergie à un nouveau type d'émetteur.
pinegap
Il semble également qu'un accélérateur de plasma à haut voltage particulièrement puissant puisse être installé afin de transmettre du courant électrique, ou même de produire un "rayon de la mort", ou tout simplement pour alimenter une arme à plasma.                       
Tout ceci n'est pas si incroyable qu'il y paraît : on sait aujourd'hui que la base américaine de West Cape possède un type d'émetteur précédemment utilisé à Pine Gap et qui sert à envoyer du courant électrique aux sous-marins américains immergés traînant derrière eux un fil d'antenne. Les courants électriques ainsi transmis sont appelés cellules plasmo-dynamiques.
Des habitants locaux eurent en de diverses occasions la possibilité de voir des disques blancs d'environ 30 m de diamètre en train d'être déchargés d'énormes avions-cargos dans les aéroports desservant Pine Gap. Ces disques portaient l'emblème de l'USAF
Il semble qu'ils étaient assemblés et basés à Pine Gap. Le nombre de disques observés la nuit ne laisse aucun doute dans l'esprit de chacun. Une quantité incroyable de matériel fut acheminée par avion depuis les Etats-Unis. Les locaux déclarent également qu'une énorme quantité de nourriture est conservée dans les entrepôts de ce qui pourrait bien être une véritable cité souterraine de plusieurs niveaux.
Pine Gap est également bien connue pour être un des centres de contrôle les plus importants de satellites espions tournant autour du globe. Un article publié fin 1973 indique que l'installation de Pine Gap, avec son installation sœur à Guam, fut utilisée pour contrôler les missions photographiques des grands satellites américains en orbite autour de la Terre.
Pine Gap possède d'énormes ordinateurs connectés à leurs équivalents américains et australiens, collectant l'ensemble des informations relatives à la sécurité dans ces pays, non seulement à propos de la finance et des technologies, mais également sur tout aspect de la vie du citoyen lambda.
Ces ordinateurs sont connectés à des serveurs centraux situés à Guam, à Krugersdorp en Afrique du Sud, et à la base américaine d'Amundsen-Scott au Pôle Sud.
 sept1st_anzus_meeting_1952                  
 tout commença avec la construction du nouveau Parlement à Canberra, qui coûta plusieurs milliards de dollars. L'Australie possède seulement 18 millions d'habitants, (...) Ce nouvel édifice, énorme, immense et magnifique répondrait facilement aux besoins de l'URSS ou des Etats-Unis, qui ont eux des centaines de millions de citoyens à diriger. Cette construction m'intriguait complètement, et je commençai à en parler jusqu'au jour où je tomba sur un anglais m'apprenant que le Premier Ministre australien, Bob Hawk, était un élève de Rhodes, et en tant que tel travailla sur l'élaboration d'un Gouvernement Mondial, ce à quoi de nouvel édifice parlementaire semblait fortement se rapporter.
Je tombais peut de temps après sur un pamphlet publié par l'Organisation des Droits de l'Homme à propos d'un groupe d'un centaine de personnes relativement bien placées dans les milieux de la haute-finance, de la politique, et dans les branches judiciaires et du commerce international. Ce groupe était appelé le Club de Rome. D'après ce pamphlet, le Club de Rome obéissait à un consortium contrôlant l'ensemble de la finance internationale. Nombre d'autres groupes similaires à celui du Club de Rome sont également aux ordres de ce consortium financier, et infiltrent divers groupes politiques et religieux dans l'intention d'établir à terme une dictature mondiale.
La chose dans son ensemble semblait quelque peu trop irrationnelle pour être vraie, me semblait-il. Cependant, un de mes amis me donna une cassette audio enregistrée par Peter Sawyer, un ancien fonctionnaire Australien de haut-rang, exposant un certain nombre de faits notés alors qu'il était en place.
Il parlait en particulier d'une central téléphonique à Camberra nommé le "Centre Deacon". Ce central, construit avec des murs d'une épaisseur de 12 m, coûta des centaines de millions de dollars. Il est équipé de nombreux ordinateurs, répartis en plusieurs niveaux. Il découvrit, lorsqu'il tenta de trouver pourquoi un tel équipement était nécessaire dans un pays de 18 millions d'habitants, que ces ordinateurs étaient connectés à toutes les banques, tous les bureaux de poste, tous les téléphones, tous les postes de police et toutes les maisons de particuliers ; à chaque bureau d'arrivée ou de départ d'avion ou de bateau, et également et par-dessus tout, aux autres centres de données collectant des données sur les citoyens moyens... résidant aux Etats-Unis comme en Europe.

http://www.rr0.org/PineGap_Gille.html

 

Posté par rusty james à 17:01 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Phenomenes ovnis et creation de leurres lumineux par canon à particules

 

 

upyjt

Est-il techniquement possible de produire un point brillant flottant dans le ciel sans qu’il s’agisse pour autant d’une simple projection lumineuse sur fond de nuages ? Pour répondre à cette question, il nous faut introduire ici le concept de plasma, apparu en 1928. Un plasma est un fluide composé de molécules gazeuses électriquement neutres, d’ions positifs et d’électrons négatifs. En bref, il s’agit d’un gaz ionisé émettant des photons du fait de cette ionisation, et donc plus ou moins lumineux.

>Il existe trois mécanismes principaux d’ionisation d’un : medium;">

L'ionisation thermique : l'agitation thermique provoque des collisions telles qu’un atome peut donner naissance à un couple électron-ion positif. Ce couple est instable et a tendance à se recombiner. Mais si la température est assez élevée et la densité suffisamment grande, chaque recombinaison est rapidement suivie par une nouvelle ionisation et le plasma se maintient. La température requise pour cela est au minimum de 10 000°C.

 

En utilisant un laser de puissance et une lentille convergente, il est possible d’ioniser localement l'air au point de focalisation. Si la lentille a une distance focale de 1 m par exemple, une bulle de plasma se forme " miraculeusement " à 1 m de la lentille et semble flotter dans l’air. En utilisant un laser infrarouge dont le rayonnement est normalement invisible à l’œil nu, le résultat est très spectaculaire. Mais pour projeter cet " ovni " à longue distance, il faudrait un laser très puissant et une lentille de focale correspondant à la distance de projection. Il est alors plus efficace d’utiliser une matrice de lasers convergeant vers un point dans le ciel.

 

Les premiers lasers à haute énergie fonctionnaient au dioxyde de carbone (CO2) et travaillaient dans la gamme des infrarouges. Ils apparurent aux Etats-Unis en 1968. Le CO2 était introduit à une extrémité du laser tandis que les gaz résiduels non toxiques étaient rejetés de l’autre côté.

 

La première tentative d’en faire une arme transportable sur un champ de bataille revient à l’US Army. Vers le milieu des années 70, un laser CO2 d’une puissance de 30 kW fut monté sur un véhicule chenillé LVTP-7 pour constituer une " Mobile Test Unit ".

 

A la fin des années 70, la société allemande Diehl conçu un prototype similaire, le HELEX (High Energy Laser Experimental). Il s’agissait d’un véhicule blindé de 28 tonnes qui devait transporter un laser CO2 à haute énergie d’une puissance de plusieurs mégawatts dont la portée aurait atteint 10 km par temps clair (fig. 11-a). La consommation de CO2 requise permettait d’envisager 50 tirs laser à chaque mission.

 


Fig. 11-a : projet HELEX de l’armée de l’air allemande
Dessin d’après une illustration de MBB/Diehl
Notons que dans le cas où ce n’est pas une matrice de lasers qui est mise en œuvre,
le point lumineux ne peut exister qu’au contact de la cible visée.

 http://www.ovnis-armee.org/11_technologie_plasmas.htm

L’armée américaine procéda par la suite à de nouveaux tests avec le " Close-Combat Laser Weapon " ou " Roadrunner ", véhicule conçu pour détruire les senseurs et les équipements de vision de nuit ennemis, puis vint l’" Airborne Laser Laboratory ", un avion Boeing dont le laser de 400 kW réussit en 1983 à détruire en vol plusieurs missiles air-air " Sidewinder ".

 

Concernant l’utilisation d’une telle arme à bord d’un navire, se posait le problème de l’humidité de l’atmosphère ambiante susceptible de perturber fortement la propagation du rayon laser.

 

En France, c’est seulement en 1986 que la DGA (Délégation générale pour l’armement) initia le projet LATEX (Laser Associé à une Tourelle Expérimentale) basé sur un laser de 10 mégawatts.

 

Si tous ces appareils furent ou sont encore aujourd’hui de simples prototypes, ils ont peut-être été néanmoins responsables de l’observation de quelques ovnis.

 

Rappelons que la découverte du laser date seulement de 1958 et que ce n’est qu’à partir de cette date qu’il aurait pu être utilisé volontairement pour produire de faux ovnis. Cette technique de création d’un plasma à distance n’est donc pas suffisamment ancienne pour avoir été utilisée dès 1942 à Los Angeles, lors de la première apparition historiquement attestée d’un phénomène lumineux non identifié simulant une attaque aérienne par temps clair donc sans qu’il puisse s’agir d’une projection sur fond de nuages (voir ci-dessous § 15).

 

L'ionisation électrique : ce phénomène se produit lorsqu'un champ électrique intense est appliqué à un gaz. Les électrons arrachés par les forces électrostatiques sont alors accélérés et acquièrent une grande énergie cinétique qui leur permet, par collision avec d'autres atomes, de propager l'ionisation. Un bon exemple de création d’un plasma de ce type est fourni par l’éclair d’un orage.

 

L'ionisation radiative : elle se produit lorsque les atomes sont soumis à un rayonnement électromagnétique dont les photons ont une énergie supérieure au seuil d'ionisation.

 

Cette situation se rencontre naturellement dans la haute atmosphère où les photons ultraviolets provenant du soleil ionisent les atomes de gaz de la couche appelée ionosphère. On sait depuis 1991 que les chercheurs travaillant sur l’Initiative de Défense Stratégique du président Reagan s’étaient aperçus en 1981 qu’il était possible de stimuler la fluorescence d’une couche de sodium située à 90 km d’altitude à l’aide d’un rayon laser (rayon de photons) pour engendrer un point lumineux. Cette technique de production d’une " étoile artificielle " (mais aussi de création d’" ovni "…) a été redécouverte en 1985 par 2 astronomes français et est depuis employée pour focaliser les télescopes [JPP00 p. 103].

 

Le rayonnement utilisé peut être aussi dans la gamme des hautes fréquences (ondes radio) ou des hyperfréquences (micro-ondes). On obtient la focalisation de ces ondes en un point de l’espace à partir d’une matrice d’antennes émettant en phase. Grâce à la technique de la " synthèse d’ouverture ", cette matrice peut simuler l’effet d’une lentille géante de très longue focale. Lors de son discours de réception du prix Nobel, Piotr Kapitsa décrivit dès 1978 les expériences soviétiques de génération de plasma à distance par des micro-ondes de puissance [FU93 p. 11]. Aux Etats-Unis, cette technique est utilisée par l’US Air Force pour produire des " miroirs ionosphériques artificiels " (Atmospheric Ionospheric Mirror – AIM) qui permettent de faire rebondir des ondes radar afin de pouvoir explorer au-delà de l’horizon ou des ondes radio pour communiquer entre deux positions précises. Ces " miroirs " permettent aussi d’intercepter ou de brouiller les communications ennemies.

 

Chacun peut expérimenter chez lui la création d’un plasma à l’aide d’un rayonnement de micro-ondes émises par un magnétron. Il suffit pour cela de disposer sur une soucoupe à l’intérieur d’un four à micro-ondes un grain de raisin frais coupé en deux dont les deux demi-sphères sont restées reliées entre elles. Très rapidement, le grain de raisin s’enflamme et les flammes successives ainsi créées – qui ne sont rien d’autre que des boules de plasma – s’envolent vers le haut du four où elles survivent quelque temps grâce à la stimulation des micro-ondes dont la fréquence est ici de 2,45 GHz (gigaherz).

 

Des micro-ondes avaient été produites artificiellement par Heinrich Hertz dès 1887 et le magnétron fut inventé en 1921 puis le Klystron en 1938. Quant au premier maser, l’équivalent du laser pour les micro-ondes, il vit le jour en 1953. Cette technologie, probablement encore balbutiante, était donc déjà disponible en 1942.

 

Pour générer un plasma, le rayonnement de photons peut être remplacé par l’émission d’autres particules telles que des protons ou des électrons. Nous reprenons ici la description du mécanisme présenté au § 12 de la première partie de cet ouvrage.
 
Un synchrotron permet de générer un rayon de protons suffisamment énergétiques pour que ceux-ci traversent une certaine distance dans l’atmosphère en n’émettant qu’un très faible rayonnement dû à une légère perte d’énergie. Lorsque cette énergie descend en dessous d’un certain seuil à cause des pertes, les protons ne peuvent plus se propager dans l’atmosphère et l’énergie restante, encore importante, ionise alors l’oxygène et l’azote pour former une boule de plasma brillante : un point lumineux dans le ciel.

 

En modulant l’énergie des protons, on peut diminuer ou augmenter la distance de formation du plasma lumineux. Une modulation rapide d’avant en arrière peut ainsi donner l’illusion d’un trait de lumière dans le ciel. De même, en modulant la quantité de protons émise, on peut diminuer ou augmenter l’intensité lumineuse du plasma. Enfin, on peut jouer sur l’orientation du tir pour produire une forme lumineuse spécifique par balayage. Cette mise en scène est à la portée de l’armée qui peut générer les phénomènes lumineux à partir du sol ou à partir d’une plate-forme aérienne, sans doute un ballon dirigeable puisque les témoins sont nombreux à faire état d’un vol silencieux et très lent des ovnis observés.

 

Une évaluation de Tom Mahood trouvée sur son site Internet nous apprend qu’un synchrotron de taille moyenne capable de générer en continu un rayon de protons d’une énergie de 500 MeV (mégaélectronvolts) pourrait produire un plasma lumineux à 1 200 m de distance. Ce rayon perdrait 3 KeV (kiloélectronvolts) par centimètre parcouru avant de libérer 100 KeV par centimètre à l’arrivée. L’intensité lumineuse / cm du rayon serait donc égale à 3% de celle de la boule de plasma. Celle-ci ferait une douzaine de mètres de diamètre, soit 1% de la distance parcourue dans notre exemple. Ces calculs ont été effectués grâce à la formule de Bethe. Il nous semble cependant qu’il doit exister un phénomène ignoré par cette formule qui permette de réduire l’énergie requise d’un facteur 100 et de limiter ainsi l’encombrement et le poids du synchrotron à mettre en œuvre. Il se trouve en effet que les premières particules émises chauffent l’air à travers lequel elles se propagent, entraînant sa dilatation avant d’être stoppées, ce qui permet aux particules suivantes de progresser plus avant puisqu’elles rencontrent une moindre résistance. Ce faisant, une sorte de tunnel de faible densité est creusé dans l’atmosphère en une fraction de seconde jusqu’à la distance limite de progression où se produit l’ovni, qui peut ainsi être entretenu avec beaucoup moins d’énergie.

 

On pourra objecter que les particules ne peuvent être accélérées que sous un vide poussé ce qui pose alors le problème de leur projection dans l’atmosphère. Ce problème est résolu en utilisant un matériau perméable aux protons à la sortie du rayon. Le nickel, le tantale ou le Kapton par exemple satisfont à cet emploi. Ils doivent cependant être refroidis car le passage des particules provoque un fort échauffement. Tom Mahood nous a dit avoir soumis son hypothèse à plusieurs physiciens travaillant sur la physique des particules qui n’y ont pas vu d’objection. Il est possible que l’utilisation d’électrons en place des protons puisse produire un résultat identique tout en consommant une moindre énergie. Cependant, l’électron ayant une masse environ 2000 fois inférieure à celle du proton, il aura certainement plus de difficultés à pénétrer profondément dans l’atmosphère avant d’être arrêté par une collision. L’armée américaine étudie aujourd’hui activement le concept de " rayon de particules chargées " (Charged Particle Beam – CPB) composé d’ions ou d’électrons pouvant se propager dans l’atmosphère à une vitesse proche de celle de la lumière, et celui de " rayon de particules neutres " (Neutral Particle Beam – NPB) composé d’atomes d’hydrogène ou de deutérium, utilisable dans l’espace pour la lutte contre les missiles balistiques dans le cadre de l’Initiative de Défense Stratégique.

 

Le schéma de principe du canon à particules utilisé pourrait être proche du fonctionnement du canon à électrons de nos téléviseurs (fig. 11-b).

 


Fig. 11-b

 http://www.ovnis-armee.org/11_technologie_plasmas.htm

Un rayon de particules à balayage horizontal et vertical permet de dessiner une forme grossière à distance. La forme peut être globalement déplacée et simuler un vol erratique ou comportant des accélérations fulgurantes si le canon à particules est asservi par un moteur. Ce moteur, piloté par ordinateur, peut être couplé à un système radar qui est verrouillé sur la cible (témoin, voiture, avion) de façon à suivre celle-ci automatiquement. Au-delà de quelques kilomètres (estimé), la forme se limite sans doute à des taches lumineuses du fait de la résolution insuffisante du canon à cette distance. La technologie évoluant au fil des ans, les formes ont pu s’affiner et on a pu passer d’une projection fixe à une projection animée. Notons que si c’est une matrice d’antennes qui est utilisée pour émettre des ondes radio ou des micro-ondes, le plasma ainsi produit peut être globalement déplacé par un contrôle électronique de la phase ou de la fréquence d’émission de chaque antenne.
 
Le premier type d’accélérateur de particules à haute énergie, appelé cyclotron, apparut au début des années 30 aux Etats-Unis. L’énergie qui pouvait être communiquée à des protons était alors intrinsèquement limitée à 25 MeV. Mais l’on pouvait envisager d’envoyer des ions plus lourds que ces protons et donc d’une énergie supérieure, à vitesse d’émission égale, tels que par exemple des isotopes de l’hydrogène (deutérium) ou de l’hélium (3He, 4He) qui sont alourdis par la présence de neutrons dans le noyau. Ainsi cette technologie était-elle aussi disponible en 1942 malgré quelques réserves concernant l’énergie limitée des particules émises et le poids et l’encombrement du cyclotron nécessaire. Quelques années plus tard le synchrocyclotron, une version améliorée de cette machine pouvant communiquer aux particules une énergie de 1 000 MeV, vit le jour en 1945 toujours aux Etats-Unis. Aujourd’hui, les plus gros synchrotrons permettent d’atteindre une énergie de 1 000 GeV (gigaélectronvolts).

 

Voilà pour ce qui est des trois mécanismes de base permettant la génération à distance d’un plasma lumineux. Mais attention, l’effet ainsi obtenu ne doit pas être confondu avec le plasma créé dès la sortie du canon d’une arme à " plasmoïdes " et qui se comporte plutôt comme un obus, même si ce type de projectile très particulier a pu aussi parfois être pris pour un ovni.

 

On objectera que les ovnis aperçus de nuit semblent parfois opaques, voire métalliques. Cette impression d’opacité pourrait être obtenue par notre canon effectuant un balayage de plasma tout juste assez lumineux pour simuler la couleur gris métallisé. Albert Budden signale à ce propos que la lumière brillant à travers une atmosphère humide soumise à un champ électromagnétique peut donner l’apparence d’une surface métallique, ceci du fait que l’indice de réfraction d’un matériau, ici les gouttelettes d’eau en suspension, change généralement en présence d’un champ électromagnétique [AB98 p. 59]. Lorsque l’ovni apparaît tout à fait sombre ou " noir " à l’intérieur d’un certain nombre de points lumineux, et qu’il ne peut s’agir d’un objet physique à cause de sa disparition instantanée ou de ses accélérations fulgurantes par exemple, cette impression est peut-être alors à mettre sur le compte de la psychologie de la perception ou d’une idéalisation du souvenir : " […] chaque fois, on se demande si la "masse noire" existe bel et bien ou si c’est seulement cette couronne de petites lumières qui en donne l’illusion " [LDLN N° 310 p. 15, Joël Mesnard au sujet de la vague du 5 novembre 1990].

Quel est pour l’armée l’intérêt d’avoir développé un tel équipement ? On peut en recenser plusieurs emplois possibles : bullet Produire des miroirs ionosphériques artificiels (voir AIM ci-dessus). 

Produire des leurres radar ou des leurres visuels pour tromper l’ennemi (voir en annexe G l’analyse des lumières de Hessdalen). bullet Pouvoir éclairer un site ennemi durablement comme en plein jour. 

Marquer une cible ennemie pour guider un missile, ou détourner un missile ennemi vers une fausse cible et le faire exploser. Supprimer la toxicité d’un gaz de combat propagé par l’ennemi, par réaction avec le plasma produit [PB99 p. 192]. Perturber ou détruire à distance des équipements électroniques, électriques, électromécaniques (moteurs) à l’aide d’un tir de particules (voir CPB et NPB ci-dessus). Provoquer des incendies, sectionner des câbles électriques par fusion… Aveugler, brûler ou tuer un soldat ennemi. Etc. Un certain nombre de questions restent cependant posées en ce qui concerne le tir d’un plasma lumineux. Nous indiquons en italique des éléments de réponse :  Quel sont le volume et le poids du canon nécessaire selon l’intensité du phénomène observé, sa taille et la distance de tir ? Pour illustrer cette question, on peut citer l’exemple des " expériences d’un rayon à bord d’une fusé " (Beam Experiments Aboard a Rocket – BEAR) effectuées avec succès au Nouveau Mexique en juillet 1989 dans le cadre de l’Initiative de Défense Stratégique. L’accélérateur linéaire de particules implanté dans la fusée était logé dans un tube de 4,36 m x 1,12 m de diamètre. Les particules étaient semble-t-il émises avec une énergie de l’ordre de 4 MeV. Le poids d’un accélérateur de particules est généralement de plus de 500 kg par mètre linéaire. bullet Quelle est l’intensité lumineuse du rayon tiré et celle de la forme générée, selon l’énergie mise en œuvre (à rapprocher de la luminosité de la lune ou du soleil et de celle du cône d’ombre) ? Comme éléments de réponse, nous ne disposons que de l’exemple proposé par Tom Mahood présenté ci-dessus. bullet Quel est le type d’énergie consommée, son volume, son poids, son coût ? Quelle que soit la technique employée, un générateur électrique est requis. Il faut y ajouter le combustible consommé par le laser le cas échéant. bullet La mise en œuvre est-elle bruyante ? Les lasers fonctionnent silencieusement mais les équipements périphériques tels que les générateurs électriques, compresseurs, pompes à vide, refroidisseurs, etc, peuvent en revanche être très bruyants. 

La forme générée par balayage peut-elle être précise ? bullet La forme générée peut-elle être de différentes couleurs ? La longueur d’onde des photons émis dépend de l’énergie reçue et des molécules de l’atmosphère qui ont été excitées. On obtient du vert pour l’oxygène et du rouge, bleu ou violet pour l’azote. Un plasma dans l’atmosphère peut parfois aussi être de couleur blanche, jaune ou orange [PB99 p. 97 et 102]. Le potentiel d'ionisation de l'azote est de 15,6 eV et celui de l'oxygène de 12,06 eV. 

La forme produit-elle un champ électromagnétique ? Les concentrations locales de charges électriques positives ou négatives dans le plasma créent des champs électriques ainsi que des champs magnétiques induits [PB99 p. 13]. 

La forme émet-elle des rayons X capables d’irradier les témoins ? Les plasmas chauds peuvent émettre des rayons X dangereux pour les témoins à proximité [PB99 p. 218]. 

La forme émet-elle des rayons UV dangereux ? Le soleil est l’exemple type d’une boule de plasma chaud émettant des rayons UV qui peuvent être cancérigènes. A notre échelle, les lampes à bronzer produisent aussi un rayonnement UV émis par un gaz ionisé (plasma) dans un tube de verre. 

La forme émet-elle des micro-ondes ? C’est plus que probable car le rayonnement lumineux émis déborde vers de plus grandes longueurs d’ondes comprenant l’infrarouge et les micro-ondes. bullet La forme émet-elle un bruit ? Il arrive en effet qu’un plasma émette un sifflement ou un bourdonnement. On parle alors d’ondes plasma [PB99 p. 113]. 

La forme peut-elle émettre un souffle ? L’ionisation de l’air et le choc en cascade des molécules peuvent parfois générer un vent électrique de la force d’une petite brise [PB99 p. 102]. 

La boule de plasma peut-elle produire une odeur, par exemple celle du soufre (qui est l’odeur traditionnellement associée aux apparitions diaboliques) ? Elle est parfois accompagnée d’une forte odeur désagréable, caractéristique de l’ozone ou d’oxydes d’azote [PB99 p. 103]. Les micro-ondes émises par le plasma peuvent en outre provoquer l’oxydation du soufre présent dans l’atmosphère. 

La boule de plasma peut-elle brûler par contact (végétaux, témoins…) ? Le plasma étant un gaz chauffé à plusieurs centaines, milliers ou millions de degrés, il est normal qu’il puisse brûler par contact, voire à distance, selon sa température. 

Est-il cependant possible de toucher avec la main un certain type de plasma sans se brûler ? Un plasma produit par un faisceau d’électrons très énergétiques peu se maintenir à une température " proche de la température ambiante " [POP98 p. 2137]. En effet, bien que sa température électronique puisse atteindre 700°C à cause du mouvement très rapide des électrons, la faible agitation thermique des ions peut conférer globalement au plasma une température inférieure à 30°C. 

De jour, la boule de plasma peut-elle générer une ombre portée ? De nuit, le peut-elle aussi lorsqu’elle s’interpose entre la lune et le témoin ? Selon le type de plasma, une partie de la lumière reçue sera réfléchie, une partie sera absorbée, et une partie sera transmise. Si la lumière est majoritairement réfléchie ou absorbée, on pourra donc observer une ombre portée. 

La boule de plasma peut-elle être éclairée par des phares de voiture ? Oui pour certains types de plasmas très réfléchissants. bullet <>La forme générée est-elle détectable au radar ? Un plasma ionisé réfléchit les grandes longueurs d'onde (radio) mais il peut être traversé aisément par des ondes plus courtes (TV, radar) si sa densité d’électrons est insuffisante. Des plasmas de densité supérieure produits par un faisceau d’électrons permettent de refléter une onde radar d’une fréquence de 10 GHz et peuvent précisément être utilisés comme " miroir " d’orientation ultrarapide pour un radar [POP98 p. 2137].

Dans l’atmosphère, les " miroirs ionosphériques artificiels " pourraient réfléchir les fréquences jusqu’à bullet Le tir peut-il traverser les nuages, et comment se comporterait sous la pluie la forme générée ? La couche nuageuse réduit-elle beaucoup la distance possible du tir ? Un rayon de particules telles que des protons peut traverser les nuages. Les micro-ondes traversent aussi les nuages à l’exception de certaines fréquences. Quant aux rayons laser lumineux ou émis dans le proche infrarouge ou l’ultraviolet, ils ne peuvent bien sûr pas les traverser ou sont fortement perturbés. 

Le tir peut-il traverser une fenêtre, voire un volet, pour créer une forme lumineuse dans une pièce ? Il semble qu’un rayon de particules telles que des protons ne puisse traverser ni une fenêtre ni un volet. Les micro-ondes peuvent traverser une vitre ou un volet pourvu qu’il soit non métallique. Un rayon laser peut bien sûr traverser une vitre mais pas un volet. Enfin, une boule de plasma qui aurait été générée à l’extérieur peut traverser une vitre comme cela semble se produire parfois pour la foudre en boule. 

Y a-t-il des contraintes sur l’atmosphère telles que l’absence de poussières ou de pollution, l’absence d’humidité, l’absence de vent, etc ? La présence de poussières risque sans doute d’empêcher les particules émises d’arriver à destination. L’interaction des poussières et de ces particules risque peut-être aussi de rendre le rayon du tir plus apparent. Les micro-ondes ne sont pas gênées par ces poussières alors qu’un tir laser sera fortement perturbé.Si le plasma est produit par un rayon de particules, on a vu que ce rayon devait être légèrement lumineux. S’il est produit par des micro-ondes ou par un laser infrarouge, il est invisible à l’œil nu sauf peut-être en cas de conditions atmosphériques exceptionnelle

http://www.ovnis-armee.org/11_technologie_plasmas.htm

WASIMR fusée magnetoplasma mettra 39 jours pour aller sur la planète Mars

Variable Specific Impulse Magnetoplasma Rocket (VASIMR)

 

1834614526_1357237660

Le concept théorique de VASIMR® a été inventé à la fin des années 1970 par l'astronaute et physicien des plasmas Franklin Chang-Díaz, qui l'étudia d'abord au Charles Stark Draper Laboratory puis au Plasma Fusion Center du MIT (Massachusetts Institute of Technology) et enfin à l'ASPL (Advanced Space Propulsion Laboratory) fondé à cet effet en décembre 1993 au JSC de la NASA, qui détient un prototype expérimental.


En 2007, un nouveau prototype va être construit au Costa Rica, et des expérimentations à bord de la station spatiale internationale  sont programmées pour 2010 et 2011[5]. Les premières réalisations industrielles doivent produire des impulsions spécifiques de 1 000 à 30 000 secondes  (correspondant à des vitesses d'éjection allant de 10 à 300 km/s), et des poussées de 10 à 500 newtons. Bien que de très grandes poussées puissent potentiellement être atteintes avec VASIMR, le poids important des systèmes d'ionisation et de confinement du plasma semble devoir empêcher son utilisation là où un ratio puissance/poids élevé est nécessaire, par exemple pour le décollage depuis la surface de planètes, zone de forte gravité. Les progrès dans ce domaine sont néanmoins rapides, avec une diminution de la masse des électroaimants d'un facteur de 30 depuis les premières expériences, grâce aux matériaux supraconducteurs à haute température critique.

Les ondes radio et les champs magnétiques sont fournis par une source d'énergie électrique de quelques centaines de kilowatts pour les prototypes, idéalement de plusieurs mégawatts pour un vaisseau interplanétaire. Cette source d'énergie serait en 2008 la fission nucléaire. Avec l'amélioration de ces sources d'énergie compactes, il est envisagé de remplacer les propergols légers que sont l'hydrogène ou l'hélium par un plasma plus dense d'argon ou de xénon (un vaisseau de 20 tonnes, alimentant un propulseur VASIMR avec 200 MW, mettrait Mars à seulement 39 jours de voyage de la Terre[6]). En élargissant cette idée et bien que cela ne soit pas réaliste à court terme, il est également théoriquement possible que le concept VASIMR® puisse un jour s'articuler autour d'un plasma de fusion constituant lui-même le propulsif. L'apport calorique de la fusion, et donc la poussée, serait dans ce cas notablement plus élevé par rapport à un chauffage électrique ou électromagnétique.

VASIMR®, acronyme de Variable specific impulse magnetoplasma rocket : « Fusée magnétoplasma à impulsion spécifique variable », est un type de propulseur spatial à plasma. Il utilise des champs et des rayonnements électromagnétiques variables (sans électrodes) pour chauffer, ioniser et accélérer un propergol  vaporisé (hydrogène  argon ou hélium).











Principe

VASIMR® a la particularité de faire appel aux trois aspects de la propulsion électrique :

   1. chauffage par induction électromagnétique et détente du gaz (propulsion électrothermique) ;
   2. ionisation et accélération des ions du plasma dans un champ électrique induit (propulsion ionique) ;
   3. confinement de plasma interne, guidage et contrôle du jet externe par champ magnétique (propulsion électromagnétique).

Schéma de VASIMR en coupe :
1. Le gaz neutre (hydrogène ou hélium) est injecté en entrée du dispositif.
2. Un tube en quartz recueille et confine ce gaz neutre avant son ionisation.
3. Une « antenne hélicon » spéciale pré-ionise le gaz (chauffage à 30 000 kelvins) à l'aide de radiofréquences émises dans un champ magnétique axial (rayonnement hélicon excitant les électrons).
4. Le plasma est confiné à distance de la paroi par des solénoïdes entourant la chambre cylindrique, créant un champ magnétique axial dans l'enceinte.
5. Une « antenne ICRH » (Ion Cyclotron Resonant Heating) ionise totalement le plasma en le portant à très haute température (10 megakelvins) et génère un champ électrique induit qui accélère les ions en une trajectoire hélicoïdale vers la sortie. C'est le booster principal.
6. Une « tuyère magnétique » en sortie contrôle le jet de plasma en modelant axialement la trajectoire des ions.

Cette tuyère à « géométrie magnétique variable », permet de faire varier l'impulsion spécifique et la poussée à puissance constante, en modulant l'intensité du champ magnétique et la géométrie de ses lignes de champ. Une analogie consiste à assimiler cette tuyère magnétique à la boîte de vitesses d'une automobile, dont le moteur serait alimenté en combustible à régime constant.

http://www.mysteredumonde.com/article/wasimr-39-jours-pour-aller-sur-la-planete-mars_4163.html


20 avril 2012

Ce que sont vraiment les chemtails



48467343
Carolyn Williams Palit, No Exotic Warfare Zone, 2005


Source : No Exotic Warfare Zone, www.noexoticwarfarezone.com
Traduction : Évolution Québec
Nous faisons ni plus ni moins face à la Guerre Des Étoiles. Elle est menée par la combinaison des Chemtrails, qui servent à créer une atmosphère qui supportera les oscillations électromagnétiques, des oscillateurs de champs électromagnétiques appelés gyrotrons, qui sont situés près du sol, et des appareils de réchauffement ionosphériques. La particulation fait mieux fonctionner les armes à concentration énergétique. Tout cela est en relation avec l'"état constant", et la densité de particules nécessaires pour la propagation des rayons au plasma.

Ils épandent des poudres de baryum et les laissent photo-ioniser par les rayons ultraviolets du soleil. Ensuite, ils produisent un plasma-aluminium généré en "zappant" [plus ou moins : électrifiant] les particules de métaux qui sont dans l'aérosol, soit avec des ondes électromagnétiques produites par HAARP, soit avec un système gyrotron au sol [Ground Wave Emergency Network - Système d'Urgence de Transmission Terrestre], ou encore avec des lasers situés dans l'espace. Le baryum rend le plasma-aluminium plus dense en particules. Ce qui veut dire qu'ils peuvent créer un plasma plus dense que ce qu'ils auraient normalement pu créer en ionisant simplement l'atmosphère.

Plus de densité (plus de particules) signifie que ces particules, qui sont en collision constante les unes avec les autres, seront plus chargées parce que davantage se percuteront. Ce qu'ils essaient ultimement de faire là haut - est de créer des armes au plasma à particules chargées.

Les Chemtrails sont le médium - les radars à impulsion GWEN, les différentes installations HAARP, et les lasers spatiaux sont la méthode; ou plus simplement :

Les Chemtrails sont le médium - l'énergie dirigée est la méthode.

Épandage, et ensuite électrification.




Ce système semble être en place en Russie, au Canada, aux États-Unis, et dans toute l'Europe. Les armes exotiques peuvent être mobiles, stationnaires, au sol, aériennes, ou satellitaires.

Il s'agit d'un système offensif et défensif contre les attaques électromagnétiques et les missiles. Il utilise des bulles de particules ionosphériques comme mécanisme de défense contre les missiles et les attaques électromagnétiques (un peu comme fonctionnent les cages électriques à moustiques). Cela veut dire qu'ils épandent et ensuite chargent l'aérosol avec des ondes électromagnétiques. Lorsque ces bulles sont créées, en utilisant les stations d'oscillation électromagnétiques gyrotron, elles "excluent" et déplacent le champ magnétique ambiant. Ces bulles peuvent être superposées les unes au dessus des autres en forme de canopée pour une protection maximale contre les missiles. Les aérosols des Chemtrails contiennent différents éléments comme le carbone, qui peut être utilisé pour absorber les micro-ondes. Certains de ces épandages contiennent aussi des flocons de métaux qui rendent les appareils aériens invisibles aux radars. Des rayons camouflant. De tels épandages peuvent être utilisés pour créer des plasmas magnétiques colorés qui cachent des avions militaires.

Il y a des armes satellites d'impliquées. Des activistes utilisent des appareils de mesure spéciaux et obtiennent des lectures élevées d'émissions micro-ondes, rayons-x, et autres dont ils ne sont même pas complètement certains de la nature, peut être des laser de faible intensité.




Ils prennent aussi des photographies de la formation de gaz plasma dû au réchauffement des Chemtrails par des ondes électromagnétiques. Les noms techniques des traits verticaux et horizontaux de plasma sont "lentille focale colomnique" et "antenne au plasma à glissement horizontal". Différentes dimensions de Globes Sphériques ou Orbes [Orb] au plasma sont associés avec cette technologie. Ces Orbes peuvent être utilisés comme transmetteurs et récepteurs parce qu'ils ont de grandes propriétés optiques et réfractoires. Ils sont aussi capables de retransmettre des sons analogues ou digitaux. Le baryum, en fait, est très réfractif - plus réfractif que la vitre.

Qu'est ce que tout cela veut dire? Que quelqu'un ou quelques-uns sont impliqués dans de l'espionnage domestique totalement inconstitutionnel, et les orbes de plasma en résultant qui sont transportés par les rayons électromagnétiques peuvent être utilisés pour effectuer de la programmation mentale. Les satellites peuvent être programmés pour suivre et enregistrer différentes fréquences émanant de différentes parties de votre corps. Ces rayons électromagnétiques transportant les Orbes de gaz plasma s'attachent, grâce à la polarité magnétique et au traçage et repérage des fréquences, aux yeux, oreilles, tempes et parties génitales des sujets. Un rayon et les Orbes qu'il crée transporte des images dans chaque Orbe successivement, tout comme les différentes images fixes composant un film. Il s'agit d'un rayon à particule qui est aussi une arme à fréquences.

Les satellites téléchargent à volonté des films, images, sons et sensations holographiques servant au contrôle de l'esprit directement aux sujets par cette technologie. L'Armée de l'Air Américaine a clairement affirmé dans son document "Air Force 2025" que leur objectif est de développer un contrôle de l'esprit supérieur et virtuel. Dépendamment de la façon dont l'ordinateur est programmé ou dépendamment de l'état d'Âme ou de l'intention de la personne qui interface avec la technologie, vous pouvez être examinés, agacés, gazés, effrayés, manipulés, violés ou torturés électroniquement. Le système balaye vos fréquences cérébrales et en déduit vos pensées. Les satellites vous suivent en établissant une charte de votre signature bioénergétique et en balayant en permanence un secteur pour vous localiser.

Nous sommes les rats de laboratoires pour cette technologie, et quelque chose ne vas pas du tout quelque part dans les branches de l'armée et des renseignements. Parce que les projets de développement du gouvernement et de l'armée sont souvent si compartimentés, je suppose que quelqu'un pourrait utiliser et développer cette technologie secrètement et sans autorisation. Mais, encore une fois, les programmes de contrôle de l'esprit et du comportement étaient des politiques autorisées sous le MK-ULTRA. Notre pays a une longue historique d'expérimentation sur ses citoyens. Nous parlons ici d'armement à fréquences par satellite utilisant le chargement des particules pour attaquer une personne 24 heures par jour. Les armes psychotroniques sont considérés comme des armes de destruction massive par l'ONU.

Les installations HAARP peuvent créer des tremblements de terre et peuvent aussi passer la terre au rayons X pour trouver des bases militaires souterraines, des réserves d'or, ou de pétrole. Ces équipements réchauffant l'ionosphère peuvent aussi servir de système de communication au-delà-de-l'horizon ou sous-les-océans. Ce système peut contrôler la température ou créer des désastres. Pris tout en bloc avec le système de surveillance satellite à-travers-votre-toit "Aurora", les balayages électroniques des ordinateurs/téléphones par Échelon, les hélicoptères camouflés par plasma du DoD utilisés pour la guerre à la drogue, les appareils fantômes, les implants, et les caméras dans les rues, ils constituent une énorme grille de contrôle globale et spatiale.

Ces armes fonctionnent avec des rayons. Deux rayons superposés se fondront en un seul rayon de particules-ions qui rebondira sur une cible distante et renverra une image holographique au satellite pour les opérations d'espionnage à distance. Lorsque vous croisez deux rayons de forte intensité, il est supposément possible de créer des énergies scalaires. Ces énergies peuvent être utilisées comme une arme non retraçable produisant des explosions de dimensions nucléaires, ou pour assurer une défense. Ces énergies croisées peuvent être utilisées pour saboter le système électrique physique d'un individu, ou avec une fréquence plus faible, administrer un genre d'électrochoc à distance. Imaginez que vous croisiez des câbles électriques de polarité différentes au dessus de votre tête. Les énergies scalaires peuvent être utilisées dans des fusils militaires de type manuel ou sur des tanks. Ils peuvent désactiver des petites pièces électroniques ou causer de larges pannes électriques. Il est pratiquement impossible de se protéger des énergies scalaires. Vous avez besoin de plomb, de céramique et d'une installation profondément enfouie sous terre pour ne pas être affectés par ces armes. Ou, vous devez vous trouver bien au-dessus du champ de bataille.

Les gens qui travaillent sur ces problèmes entendent de persistantes tonalités et phénomènes acoustiques. Si vous entendez de l'interférence ou des timbres sonores persistants, avez des vibrations physiques au corps, des sensations de brûlure, des "coups" à la tête, des dommages neurologiques, des dommages au système immunitaire; que vous entendez des voix électroniques ou entendez le son du plasma; que vous souffrez de douleurs situées profondément dans vos organes ou de maux de tête constants; ou que vous faites l'expérience de d'autres activités anormales alors vous êtes peut-être ciblé par l'énergie dirigée provenant d'armes de contrôle mental. Ces armes peuvent êtres situés sur des hélicoptères, de avions à réaction, des avions "fantômes" ou sur des satellites. Les rayons d'énergie concentrée et les ondes électromagnétiques peuvent vous être transmises par l'entremise d'appareils portables, ou encore transportés par les tours de téléphone cellulaire et de relais satellite.




Est-il possible que quelqu'un, ou un groupe de personnes, soit très inquiet des famines et perturbations à venir dues à l'actuel malfonctionnement du système écologique affaibli par l'homme, et qu'ils en soient venus à saturer la terre avec des chemtrails pour obtenir un contrôle de l'esprit au gaz plasma à grande échelle? S'agit-il de la dernière dispute pour les ressources mondiales? Ou, ne sont-ils que des obsédés de contrôle et d'argent? Quelqu'un voudrait bien mettre la main sur le pétrole qui se trouve sous la calotte polaire, calotte qui fond à vue d'œil (grâce à la chaleur électromagnétique emprisonnée par les chemtrails). Et, je suppose que le Tiers Monde ne fait pas partie de ce système. Je ne pense pas que les nations développées vont les laisser y avoir accès non plus.

Tout pays qui se joint à ce système de l'OTAN deviendra victime de contrôle de l'Esprit et sera sujet aux maladies dues aux intenses champs électromagnétiques oscillants, à la soupe électromagnétique ambiante, et aux composés toxiques et poisons des Chemtrails. Notre ADN va se briser. Nous risquons de perturber irrémédiablement l'axe et la rotation de la terre à force de s'amuser avec cette technologie militaire et de modifier les champs électromagnétiques . Peut-être est-ce déjà irrémédiablement perturbé.

Tout ceci constitue une dominations globale des États-Unis [et de tout autre pays qui est victime de ce programme, ce qui inclut le Canada] par l'OTAN, et une érosion des libertés individuelles et des droits civils. D'après Charlotte Iserbyt et Al Martin, il y a d'anciens agents du KGB et du STASI qui sont conseillers auprès de la nouvelle agence du "Total Information Awarness". Ce sont ceux qui créent notre nouveau passeport domestique (carte d'identité nationale). Et sous les règles du "Treaty on Open Skies", nous avons permis les survols d'appareils militaires Russes et Allemand. Qui exactement pilote les vaisseaux camouflés au plasma qui ont été vus partout à travers le pays et souvent pris à tort pour des OVNIS par des gens qui ne connaissent pas cette technologie de manipulation aérienne? Visiblement, nous avons un autre "Projet Paperclip" en route. Nous pouvons y ajouter les 2000 hommes de bras Iraquiens que Papa Bush a ramené au pays et qui vivent maintenant au Nebraska.

Le gouvernement corporatiste et élitiste va tous nous tenir en otage avec des armes de l'espace à énergie dirigée si le groupe pour un Nouveau Siècle Américain, le PNAC, Bush et ses penseurs influents, réussissent leur plan, en même temps que les attaques d'énergie dirigée contre tout pays ou citoyen qu'ils décident de ne pas apprécier. Ces armes peuvent créer une guerre climatique, une guerre météorologique, une guerre psychique, une guerre cybernétique, une guerre sanitaire, une guerre cataclysmique, et surtout une guerre indétectable. Pris ensembles ils peuvent donc créer une guerre économique.

Si ce système n'est pas arrêté, des milliards de personnes seront tuées par un empoisonnement au baryum et à l'aluminium. Des milliards de gens seront tués par les insuccès agricoles et les famines mondiales. Le système causera des attaques cardiaques, des embolies et des cancers. Il provoquera des fausses couches, des malformations à la naissance, et l'infertilité. Les épandages de Chemtrails contiennent souvent des spores, des bactéries, des virus, des cellules sanguines desséchées, des substances cristallines, du carbone, des particules de métaux, du lithium, d'autres agents chimiques, des métaux lourds, et Dieu seul sait quoi - probablement de la poussière intelligente, ou de la nano-merde. Des années de tests en armements biologiques sur les citoyens Américains n'est plus un gros secret. Répandre des germes dans le ciel où ils mutent à cause de la présence du lumière ultraviolette- un plan brillant, mon cher monsieur. Sommes-nous des dommages collatéraux acceptables, ou somme-nous ciblés par exprès?

Je sais que plusieurs des gros joueurs possèdent de gros investissements dans les compagnies pharmaceutiques, les semences Génétiquement Modifiées (des semences qui réussissent à pousser dans une soupe électromagnétique), les contrats de développement d'armes et de technologies d'énergie dirigée, les contrats de pétrole, la recherche génétique, et la recherche en contrôle mental et de l'esprit. Certaines de ces personnes ont une histoire familiale lourde de support financier et politique pour le contrôle des naissances, l'eugénisme, Hitler, Mao, Staline, Lénine, Marx, Pinochet, Hussein, et divers autres dictateurs. Certains des principaux joueurs étaient les responsables de la formation d'escouades de la mort en Amérique Centrale et en Amérique du Sud. Et ils semblent bien partis pour faire un énorme profit avec notre maladie et notre mort. Regardez simplement Rumsfeld et le Tamiflu.

Je suppose qu'ils connaissent les dangers de ce système et qu'ils prennent soin de demeurer dans leurs bureaux, maisons, bases et véhicules totalement protégés et équipés de systèmes de filtration d'air. Je suppose qu'ils prennent des composés chélateurs pour retirer le baryum et l'aluminium de leur corps et esprits. Si ce n'est pas le cas, alors c'est qu'ils ne comprennent véritablement par les implications énormes de ce système destructif [ou alors il y a autre chose…]. Le Congrès ne comprends probablement pas non plus le terrible système d'armement et la grille de contrôle qu'il finance.

De ce que j'en comprends, des Tours Tesla rattachées à des sources d'énergie libre situées profondément sous terre devront être créées sur les 10-12 pôles magnétiques terrestres, et le système GWEN modifié. Est-ce que c'est déjà chose faite? Cela devrait permettre un contrôle total de la grille terrestre à travers des canons à rayons mortels géants. Cette planète naturellement électromagnétique n'a pas été conçue pour être une dynamo artificielle pour fournir de l'énergie aux armes humaines ou à ses compagnies de services.




Les systèmes de Sur-unitée (appareils Tesla) sont pour le moment une autre avenue inexplorée et probablement mal comprise de la création humaine d'énergie. Nous devrions être très critiques face à l'énergie libre. Comme nous pouvons le constater, les formes d'énergie humaine qui ont été créées et utilisées dans le passé n'ont pas été très positives pour cette planète. Peut-être qu'il est temps de reconsidérer les options qui nous sont disponibles par le bio-diesel, et l'énergie éolienne, solaire, et hydroélectrique. Nous avons besoin de nouveau programmes énergétiques, différents, renouvelables, et plus sains.

Y-a-t-il une bonne nouvelle? Oui. Il y a eu des tonnes de particules de relâchées par les opérations d'épandage qui ont lieu depuis 8 ans au dessus des Amériques, de l'Europe, de la Scandinavie, de l'Europe de l'Est, et de ce que j'en sais, de la Russie. Et en semant le vent on récolte la tempête, non? Alors ces substances sont probablement actuellement globales. Cela fait plein de sens de répandre des éléments poisons dans 24 pays de l'OTAN et de laisser les substances se répandre autour du globe pour vous empoisonner, vous, vos ennemis, et tous les pays neutres et non-combattants. Parlez-moi de plus d'ennemis.

L'eau, l'air et le sol de tous ces pays est si saturé de particules de métal que ces obsédés de l'armement devraient être en mesure de s'électrifier et de se bidouiller la cervelle les uns les autres assez bien maintenant, et pour aussi longtemps qu'ils le désirent. Une fois qu'ils se seront mutilés entre eux avec leurs épées rayon laser pendant quelques années et qu'ils auront rasé et détruit quelques sections de la planète, ils vont peut-être commencer à réaliser que cette politique extérieure nous mènera à une humanité malade, et à une économie pourrie. Pensez-vous qu'ils se seront alors mis un peu de plomb dans la tête au point de décider que la non-prolifération et la réduction des armes est le choix le plus mature et civilisé en rapport à la situation mondiale? J'en doute, puisque seulement des idiots pourraient avoir développés des armes horribles assassinant la planète comme celles-là.

Mais, je parie que le reste de la planète se tiendra finalement debout et arrêtera ces délinquants juvéniles de jouer avec leurs rayons lasers une fois pour toutes.









Posté par rusty james à 01:10 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 décembre 2011

Mystère , Comment une comète a survécu à l'approche du soleil ?

201112151716274eea71bb5fbe6

La comète Lovejoy, découverte le 27 novembre dernier par l’astronome amateur australien Terry Lovejoy avec son petit télescope de 200 mm de diamètre équipé d’une caméra CCD, fonce actuellement vers le Soleil ! La petite comète, qui doit mesurer entre 100 et 200 mètres de diamètre seulement, est un membre du groupe de Kreutz, des comètes aux orbites semblables, passant toutes extrêmement près du Soleil. Les astronomes supposent que ces milliers de petits icebergs sont les fragments d’une ancienne comète de grande taille, qui se serait désintégrée il y a quelques centaines d’années.

C’est le satellite européen Soho, qui surveille le Soleil 24 heures/24 depuis 1995, qui a révélé le nombre tout à fait imprévu de ces « mini comètes » : il en a découvert plus de deux mille ! Parfois, en s’approchant trop près du Soleil, les comètes du groupe de Kreutz se volatisent, ou tombent sur notre étoile… C’est, peut-être, ce qui attend la comète Lovejoy. Ce matin, à 10 h 30 (9 h 30 T.U), elle était encore distante de près de dix millions de kilomètres, mais elle passera cette nuit à moins de 150 000 kilomètres de la surface de notre étoile. Survivra t-elle à la traversée du plasma brûlant de la couronne solaire ? Nous le saurons demain matin.

En principe, l’approche et le passage au plus près du Soleil par la comète Lovejoy peut être suivi sur le site du satellite européen Soho. Les images des différents instruments de Soho sont régulièrement mises à jour. Ce sont les images des coronographes Lasco C2 et Lasco C3 qu’il faut régulièrement consulter. Ces coronographes, en effet, offrent un champ immense (respectivement 8 millions et 45 millions de kilomètres) autour du Soleil – masqué par un cache, le Soleil est représenté par un cercle blanc sur ces images -, champ dans lequel apparaissent régulièrement, au fil des ans, éruptions solaires, étoiles, planètes et comètes. La comète Lovejoy se trouve dans le champ de Lasco C3 depuis ce matin, elle devrait entrer dans le champ de Lasco C2 ce jeudi 15 décembre, dans la soirée.

Cette vidéo réalisée à partir des images de Lasco C3 http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/LATEST/current_c3.mpg montre l’approche du Soleil par la comète Lovejoy. Plus elle s’approche, plus la comète devient lumineuse (elle avoisine ce soir la magnitude -7 ) et grande : sa chevelure s’étend sur une dizaine de millions de kilomètres…

sur cette vidéos nous voyons la comète foncé tout droit sur le soleil et resortir intact de sa rencontre en fait elle ne fait que nous révéler la nature du soleil qui est loin d'etre une boule de feu mais il est tout simplement froid  une sorte de plasma froid

ce n'est pas la première comète qui traverse le soleil est ressort intact , la glace fond au soleil mais le soleil est loin d'etre chaud comme on nous raconte dans les  livres ....encore un mensonge de plus . cela n'est que de la simple logique basé sur aucne étude scientifique d'ailleursinexistante sur le sujet qui semble etre un secret bien gardé à mon humble avis.R.James

 

Posté par rusty james à 21:26 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

26 septembre 2011

Une boule de feu fait un mort à Bueno Aires

montegrande-cometL'incident est survenu 5 minutes avant deux heures, dans un immeuble situé à l'intersection de Luis Vernet et de Los Andes, une ville de Monte Grande, d'Esteban Echeverría.

Les causes de l'explosion sont encore inconnues, mais les habitants disent avoir été témoins du fait que "une boule de feu tomba du ciel."

"Il a commencé à sentir l'odeur un peu comme la poudre à canon", a rappelé une personne qui vit dans la région dit C5N.

«Il n'ya pas d'explication pour ce qui est arrivé», a déclaré Cayetano, un résident local, a déclaré à Radio 10, puis en ajoutant, «un voisin a couru parce qu'il a vu une boule de feu tomber bleu."

Le commandant du service d'incendie local, Guillermo Pérez, fait remarquer que ne savent toujours pas la cause de l'incident, mais a reconnu que la première version est destinée à un «objet qui est tombé du ciel."

"J'ai entendu cette version, mais je ne peux pas dire au premier abord.
Perez a confirmé que deux maisons de commerce et "ont été complètement détruits."

En fait, une femme qui était coincé sous les décombres a été tué et six autres ont été secourus et ont été prises pour les soins dans un hôpital local, a déclaré pompiers C5N qui travaillent sur le site.

La victime est l'une des personnes qui vivaient dans le bâtiment où l'explosion a été généré. En ce qui concerne les blessés, trois appartiennent à cette maison et trois attenant à la maison, frappé par l'explosion. Tous les blessés étaient hors de danger, a déclaré C5N.

Selon le récit de ses voisins, l'explosion a été ressentie même dans les villes voisines comme Ezeiza et Temperley, au sud de Buenos Aires.

http://www.infobae.com/notas/607728-Investigan-las-causas-de-la-misteriosa-explosion-en-Esteban-Echeverria.html

Posté par rusty james à 21:11 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 février 2011

Plusieurs éruption solaire vont frapper la terre des aurores boréales en europe usa et canada

ejection_masse_soleilOn n'avait plus vu cela depuis des années. Le Soleil, qui tardait à sortir de sa phase de moindre activité dans son cycle de onze ans, vient de pousser son premier « rugissement ». En l'occurrence, il s'agit d'une éruption solaire. Ou plus exactement, de plusieurs éruptions solaires qui vont combiner leur énergie et arriver à proximité de la Terre la nuit prochaine.

Possibilité de voir l'aurore boréale la nuit prochaine
Un important nuage de plasma provenant d'une éruption solaire va frapper la terre, annonce le site Vers L'Avenir. Le nuage a ralenti et arrivera plus tard que prévu, jeudi matin. Dès lors, aucune aurore boréale ne sera visible en Belgique. Alors qu'on'attendait le nuage de plasma vers 4 ou 5 heures du matin, il n'arrivera que jeudi en matinée. Avec la lumière ambiante en pleine journée, il ne sera pas possible de voir l'aurore boréale en Belgique. Tout juste peut-on espérer observer la fin du phénomène vendredi soir. Au Nord de la Scandinavie, au Nord des Etats-unis ou au Canada, on pourra observer le phénomène.

« Cela a commencé par l'éruption solaire de mardi matin, vers 2 h 56 », explique Petra Vanlommel, du Centre d'étude du Soleil à l'Observatoire royal de Belgique.
61107056
La tache solaire 1158, surveillée notamment par le satellite américain SDO (Solar Dynamic observatory), mais aussi le satellite belge Proba 2 (d'observation de notre étoile), a soudain généré une éruption. Cela s'est doublé d'une éjection de masse coronale (de la couronne du Soleil) et le tout était exactement dirigé vers la Terre.

« Bref, au final, c'est un nuage de plasma, chargé électriquement et potentiellement très énergétique qui se dirige vers notre planète », indique la physicienne de l'Observatoire royal de Belgique, qui a donné l'alerte.

Mais il y a pire, si on ose dire. Depuis, une autre éruption solaire, survenue la veille, et qui se dirige aussi vers la Terre, a été identifiée par les chercheurs. « Elle est plus lente que l'éruption du 15 février. Mais celle du 15 va la rattraper, précise Petra Vanlommel. Et leurs énergies vont se combiner… »

Faut-il dès lors craindre d'éventuelles perturbations dans les télécommunications, voire dans les réseaux de distribution électriques ? « Dans la nuit de mercredi à jeudi, si le ciel est clair, on pourrait surtout observer des aurores boréales, après minuit », indique Petra Vanlommel.

« Ce type de phénomène est relativement rare dans nos régions. On les observe surtout à de plus hautes latitudes. Quant aux éventuelles perturbations, cela dépend de l'énergie totale du nuage de plasma qui va arriver et de sa polarité. Nous devrions en savoir davantage ce mercredi. »
nous sommes bien au début de ce pic solaire tant de fois annoncé

source l'Observatoire royal de Belgique
actualite/sciencePetra Vanlommel.

19 octobre 2010

un filament étrange sur le soleil en pleine activité

(Source : Noxmail)  strange_filament_ring_on_the_sun_16_oct_2010

Quel est cette bague étrange qui est en développement sur le Soleil ?

JPG - 74.5 ko

La tache solaire 1112, située dans le quadrant sud-est, a été la source d’un filament géant qui s’étire actuellement de 400,000 km à travers la surface du Soleil.

Cependant, aujourd’hui, il semble y avoir le développement d’un anneau circulaire énorme qui semble être en liaison avec l’énorme filament magnétique de la tache solaire 1112. La plupart des images de longueur d’onde différentes aujourd’hui du Soleil montrent tous cette fonction, encore plus avec la SDO (Solar Dynamics Observatory) du site de la NASA.

SpaceWeather.com annonçait aujourd’hui :

    Un vaste filament magnétisme coupe à travers l’hémisphère sud du Soleil aujourd’hui. Un brillant « point chaud » juste au nord de mi-parcours du filament est le rayonnement UV de la taches solaires 1112. La proximité n’est pas une coïncidence ; le filament semble être enraciné dans les taches solaires ci-dessous. Si il y a éruptions des taches solaires, il risque de provoquer l’éclatement de toute la structure. Cela mérite notre attention …

Ce qui me préoccupe, c’est que si en effet il s’agit d’un filament magnétique énorme encerclant l’ensemble du Soleil, il est maintenant à l’heure actuelle directement en face de la Terre. Si la tache solaire 1112 éclate, le filament pourrait aussi exploser dans une massive CME ?

Ce phénomène particulier sera terminé dans quelques jours lors de sa rotation autour du Soleil, mais elle sert à nous rappeler qu’il y a de plus en plus d’événements qui se passe sur le soleil depuis que nous sommes dans le nouveau cycle vers un prochain maximum solaire (avec un pic en 2013 2012 ).

JPG - 68.6 ko

un filament magnétique énorme qui s’étend sur une distance incroyable à travers le soleil, en provenance de Sunspot 1112.

Mise à jour :

Publié : 2010 16 octobre 2156 UTC

Une fusée M2.9 X-ray s’est produit à 19h12 UT au S20W26 dans les environs de région active 1112. Il n’y a pas de preuve d’un CME associés. La poussée a été limitée dans le temps. Le filament dans la région de la fusée n’a pas éclaté comme on le voit dans les images PROBA2/SWAP.

La tache 1112 vient de produire une éruption solaire (16-Oct, 2156 UTC) et nous avons apparemment échappé à une catastrophe pour le moment … il n’a pas enflammé le filament. Toutefois, 1112 est encore face à la terre et pourrait facilement exploser … Les yeux sont rivé sur elle …

Mise à jour 17-Oct-2010 :

Alors que les rapports indiquaient hier une éruption de classe M3 qui est la plus importante en trois mois, la tache solaire 1112 est encore en croissance et l’énorme filament qui y est associés demeure intacte et prêt à s’enflammer si une puissante fusée explose dans les prochaines heures.

Image prise Composite 1435 UTC aujourd’hui,the_sun_composite_image_17_oct_2010

Posté par rusty james à 01:21 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,