Cette plante purifie l’air de votre maison en absorbant les toxines

Si vous souhaitez filtrer l’air dans votre maison, vous n’avez pas besoin d’acheter des purificateurs d’air électriques coûteux. L’air peut être filtré avec les bonnes plantes. Les plantes d’intérieur courantes peuvent fournir une arme précieuse dans la lutte contre la hausse des niveaux de pollution de l’air intérieur.

Ces plantes sont utiles dans l’absorption des gaz potentiellement dangereux et le nettoyage de l’air à l’intérieur des maisons, les lieux publics intérieurs et les immeubles de bureaux.

La NASA a conclu que les plantes que vous choisissez de mettre dans votre maison font une différence. Voici quelques-unes des meilleures plantes qui aideront à rendre votre environnement intérieur sain.

La plante qui va éliminer toutes les toxines de votre maison et qui est considérée comme une bombe d’ oxygène est l’Aloe Vera.

C’est une plante facile à entretenir qui éradique les produits chimiques polluants présents dans les produits de nettoyage. Elle purifie l’air en absorbant le dioxyde de carbone, le monoxyde de carbone et le formaldéhyde.

En outre, lorsque les produits chimiques nocifs sont à un niveau élevé dans votre maison, la plante va développer des taches brunes pour vous tenir informé.

aloe-vera-277948_960_720

 

 

Vous pouvez également utiliser le ficus .

Cette plante ne nécessite pas beaucoup de lumière et purifie très bien l’air. Soyez prudent avec cette plante , ne la laissez pas à proximité des enfants et des animaux de compagnie car ses feuilles sont toxiques.

Le lierre est une autre plante connue pour ses capacités à purifier l’air, c’est une vraie bombe d’ oxygène. C’est l’une des meilleurs plantes pour purifier l’ air , car elle absorbe le formaldéhyde. Le lierre améliore également les symptômes d’allergies ou d’ asthme. Soyez prudent avec cette plante , car elle est toxique pour les animaux et les enfants, donc essayez de la garder hors de leur portée.

Ficus-Benjamina-Intro-900-804x800-768x764

Le Chlorophyton chevelu est placé parmi les 3 premiers types de plantes d’ intérieur qui sont excellents pour éliminer le formaldéhyde par la NASA. Il est capable d’absorber les toxines de l’air – le formaldéhyde, le styrène, et le monoxyde de carbone.

L’estragon  est également une bombe d’ oxygène, il est presque indestructible. Il élimine les toxines et vous ne manquerez pas d’ oxygène avec cette plante dans votre maison. Il améliore la pureté de l’ oxygène. Cette plante émet l’ oxygène la nuit tout en prenant simultanément le dioxyde de carbone- nous en produisons naturellement lorsque nous expirons.

http://sain-et-naturel.com/

Posté par rusty james à 20:38 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Pollution dans les maisons 5 à 10 fois plus élevé que celui de l’air extérieur.

994909_10200353112423238_56828281_nMoyenne

L’état de nos habitats et le taux de pollution qu’ils renferment, taux 5 à 10 fois plus élevé que celui de l’air extérieur. Ce qui a de quoi nous faire réfléchir et repenser nos habitudes de vie. Je vous propose donc aujourd’hui quelques astuces pour y remédier…

pollution-maison-300x254

 

 

Les contaminations intérieures sont chimiques et biologiques. Les sources chimiques de ces contaminations sont les suivantes, du moins les plus connus:

 

  • Bougies parfumées et produits diffuseurs d’odeurs
  • Prises anti moustiques
  • Acétone/ white spirit qui émettent des substances irritantes et potentiellement dangereuses et ce même à travers le conditionnement
  • Peintures neuves, parquets neufs, tapisserie
  • Certaines moquettes
  • Certains rideaux
  • Meubles neufs (il est d’ailleurs conseiller d’aérer les pièces de ceux ci en extérieurs quelques semaines avant de les monter)
  • Canapés
  • Produits ménagers qui dégradent la qualité de l’air.
  • Produits anticalcaires

 

Pour palier à cette pollution, aérer les maisons 15 minutes matin et soir, durant ce laps de temps les murs n’ont pas le temps de ce refroidir.

 

formaldehyde-danger-warning-sign

Le polluant le plus sérieux qui se trouve sur vos canapés, dans la peinture, la colle de bois agglomérée et dans certains produits ménagers ainsi que dans les dernières sources de pollution citées plus haut est leformaldéhyde. C’est un composé très volatil qui provoque des irritations et des inflammations des yeux, des voies respiratoires (nez, gorge, poumons, aggravation de l’asthme) et de la peau (rougeurs, démangeaisons). Les chercheurs ont d’ailleurs démontré une hausse des cancers rhinopharyngés liés  à l’exposition à cette substance, notamment dans les entreprises qui travaillent avec elle. Longtemps classé comme cancérigène possible pour l’homme, il a été reclassé comme « cancérigène certain » par le Centre international de recherche sur le cancer.  Il est également démontré qu’il y a des conséquences neurologiques traduisant par une fatigue accrue, des angoisses, des migraines, des nausées ou des vertiges. Des réactions allergiques peuvent se produire en présence de doses extrêmement faibles.

 

Où se niche le formaldéhyde?

 

Des études sur cette substance sont menées, malheureusement les financeurs de ces recherches sont de gros lobbies de l’industrie chimique, ce qui donne largement de quoi méditer sur la neutralité des résultats de ces dites études qui ne révèlent, comme par hasard, aucun danger à employer cette molécule.
L’AIMCC (Association des Industries de Produits de Construction) refuse les étiquetages détaillés des produits et des émissions chimiques demandés par le ministère de l’écologie dans le « Plan national santé/environnement 2009/2013″mais accepte cependant une étiquette discrète et facilement dissimulable. Cette association a demandé à ce que Bruxelles n’approuve pas le projet de lois, ce qui a été refusé, heureusement. La personne interrogée dans le reportage nie la pollution engrangée par cette substance dans les maisons en affirmant qu’elle est « sûre et sans risque », ce malgré les tests effectués par des chercheurs indépendants. De quoi laisser perplexe quand à la fiabilité de ces lobbies…

 

Il existe heureusement des résines naturelles à base d’huile de tournesol qui n’exigent aucun ajout de solvant et qui remplace les résines chimiques de la peinture. Non seulement les salariés de ces entreprises sont protégées mais en plus les risques de dégagement de produits chimiques dans les maisons sont nuls, de quoi ravire tout le monde ! D’autant que ces peintures ne coûtent pas plus cher au consommateur car elle est conditionnée dans des poches plastiques. Il existe de fait d’autres solutions alternatives, ces peintures et le fait d’orienter ses choix vers des meubles en bois massifs, des produits écologiques et sans formaldéhyde.

 

Des produits ménagers qui polluent, oui, oui ….

 

Le ministère de l’écologie a demandé une étude sur 3 ans par des scientifiques dans une maison témoin dans laquelle sont utilisés les produits ménagers conseillés par les industriels. Une augmentation de la pollution dans l’air a augmenté de 2 à 3 fois, 30 composés organiques volatiles ont été retrouvé dont le formaldéhyde à 91%. L’utilisation de plusieurs produits est encore pire qu’avec un seul car les substances s’ajoutent les unes aux autres et créent une autre substance par la combinaison des produits entre eux.

 

Moralité, plus on fait le ménage, plus on pollue.

 

Pour être certain de ne pas polluer vos intérieurs rien de tel que des produits maisons. Ainsi voici quelques astuces simples et économiques.

 

 

tumblr_mwabpuDZZZ1svrh8zo4_500

 

Produit multi-usage (dans un flacon spray) ou pour le sol à proportions recalculées en fonction du volume d’eau:

 

1L d’eau

1 cuillère à soupe de vinaigre blanc

1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude

Quelques gouttes d’huile essentielle pour l’odeur

 

Pour l’entretien des meubles en bois (dans un pot en verre):

 

5 cuillères à soupe d’huile d’olive

5 cuillères à soupe de citron

 

Liquide vaisselle:

 

1 savon de Marseille (le véritable savon de Marseille)

30 cl d’eau

1 cuillère à café de bicarbonate de soude

1 cuillère à soupe de cristaux de soude

1 cuillère à soupe de vinaigre blanc

Quelques gouttes d’huile essentielle

 

 Plongez le savon de Marseille dans 30 cl d’eau (maximum) bouillante. Une fois qu’il est totalement dissous, ajoutez-y le bicarbonate de soude, le vinaigre blanc et les cristaux de soude. Mettez cette préparation dans un récipient adapté et pour finir, versez une dizaine de gouttes d’huiles essentielles. Agitez le tout.

 

Lessive liquide pour le linge:

 

100g de copeaux de savon de Marseille
2 litres d’eau
3 cuillères à soupe de bicarbonate
5 gouttes d’huile essentielle

Faites chauffer un litre d’eau et mettez-y les copeaux de savon avec le bicarbonate. Mélangez le tout jusqu’à dissolution et laissez reposer une heure minimum. Versez la préparation dans un bidon et ajoutez un litre d’eau tiède et l’huile essentielle. Bien secouer le tout.
Si vous sentez que la lessive est encore trop compacte le lendemain, rajoutez un litre d’eau.
Cette recette est faite pour le linge blanc mais si vous souhaitez fabriquer votre lessive pour le linge de couleurs, il suffit de remplacer le bicarbonate par des cristaux de soude.

 

Dépoussiérant pour les meubles:

 

1 litre d’eau

1 noisette de savon noir

5 gouttes d’huile essentielle

 

CHEMTRAILS ET CHIMIOTHÉRAPIE: PLUS SEMBLABLES QU’IL N’Y PARAÎT

london chemtrails

Il existe des explications différentes données aux chemtrails, pour lesquels des scientifiques qui voudront bien en parler utilisent le terme de “géo-ingénierie” pour rendre sensiblement le largage de métaux toxiques au-dessus de nos têtes et notre empoisonnement ainsi que celui de nos familles plus respectable et, disons, “scientifique”. Certains des soi-disants “scientifiques” de la géo-ingénierie disent que la géo-ingénierie est nécessaire pour sauver la planète d’un changement climatique désastreux, mais bien sûr cela n’arrive pas en ce moment, c’est juste une proposition. D’autres affirment que rien de tel n’est même envisagé (ce n’est qu’une énorme théorie du complot). Aucun des porte-paroles officiels du gouvernement ne reconnaît ce qui se passe maintenant. Ils sont confiants que vous ne regardez jamais sérieusement vers le ciel, et que si pour une quelconque raison vous le faites, grâce à l’effet abrutissant de l’éducation publique et des médias, vous ne saurez pas ce que c’est que vous voyez.

Le phénomène lui-même est très simple à identifier à l’œil nu. Vous pouvez observer des chemtrails se faire répandre presque tous les jours depuis à peu près n’importe où aux USA, et désormais dans beaucoup d’autres pays (dont la France, ndt). Quand des avions volent à haute altitude, vous pouvez parfois voir une très courte traînée de gaz derrière eux qui disparaît très rapidement. C’est ce qui s’appelle un “contrail”, abréviation de condensation trail (traînée de condensation, ndt), provenant de la condensation de la vapeur, et qui apparaît alors que les gouttelettes d’eau se dispersent. Ensuite il y a d’autres avions qui laissent de longues traînées derrière eux qui ne se dispersent pas. Celles-là sont les chemtrails. Elles ne se dispersent pas parce qu’elles sont constituées de particules solides, pas de gouttelettes d’eau.

Pendant longtemps, commençant quand les chemtrails ont commencé à apparaître dans tous les USA dans les années 90, ceux qui en parlaient étaient rejetés comme des théoriciens illuminés de la conspiration. Mais maintenant, il y a des preuves solides que les chemtrails sont réels. Des patentes décrivent certains des matériaux qui sont pulvérisés. Des lanceurs d’alerte militaires confirment que ces matériaux sont chargés à bord des avions à réaction pour être pulvérisés. Nous avons des preuves vidéo des embouts de pulvérisation sur les avions, et des nuages qui se gonflent des particules pulvérisées. Des échantillons d’air, d’eau et de sols relèvent les mêmes métaux toxiques, dont l’aluminium, le baryum et le strontium, et une liste d’autres matériaux toxiques dans le mélange, qui pleuvent sur nous presque tous les jours. Il n’y a plus de doute sur la question de savoir si cela se produit ou pas, ni subsiste-t-il de doute sur le fait que notre santé et la santé des animaux, des plantes et de la biosphère dans son ensemble sont gravement agressées. Les nano-particules telles que celles qui sont pulvérisées peuvent traverser la barrière sang-cerveau et affecter nos fonctions cérébrales, tout en empoisonnant d’autres parties de notre corps en même temps. L’aluminium et les autres métaux élèvent le pH des sols, réduisent radicalement la santé et les effectifs de toutes les formes de vie, depuis les micro-organismes du sol, en passant par les plantes et les arbres, les animaux, et l’humanité.

Certains des “scientifiques” qui admettent cette pratique, qu’ils nomment “géo-ingénierie” (c’est-à-dire ingénierie de la Terre), disent que la géo-ingénierie pourrait être requise pour nous sauver du réchauffement global et du changement climatique. Bien sûr, ils le font déjà, mais ils disent seulement que cela pourrait devenir nécessaire. Ils peuvent reconnaître qu’elle pourrait avoir “quelques effets nocifs” mais que nous pourrions en vouloir de toute façon tout comme nous pourrions avoir besoin de chimiothérapie contre le cancer.

Une grande partie de mon parcours comprend une longue expérience en santé holistique. Je peux vous affirmer que je ne voudrais JAMAIS de chimiothérapie contre le cancer ou contre quoique ce soit d’autre, tout comme n’importe quel médecin ayant une compréhension claire de ce que c’est, de ce que cela fait au corps humain, et qu’il existe des alternatives naturelles et sûres. La chimio”thérapie” tue les cellules avec des poisons très puissants, injectés directement dans votre système sanguin. L’idée est qu’ils tuent aussi les cellules cancéreuses, ce qui est vrai, et l’espoir est qu’ils les tuent avant qu’ils ne vous tuent. Souvent, cela ne se passe pas très bien, et vous mourez en premier, alors que les cellules cancéreuses prolifèrent. Même avec la faible dose de chimiothérapie pratiquée par certains médecins que je respecte et dont les motivations sont bonnes, je ne suis pas convaincu qu’elle soit jamais un bon choix, en comparaison à ce qu’il est possible de faire d’autre.

Avec les chemtrails (géo-ingénierie), l’idée est qu’en bloquant l’ensoleillement naturel et en l’empêchant d’atteindre la Terre, un refroidissement peut se produire, et à priori si on le fait perpétuellement, un réchauffement global dangereux peut être évité. La même technologie dévie des perturbations pluvieuses et des courants aériens dans les directions où des “scientifiques” pensent qu’ils devraient être, puisqu’ils sont tellement plus sages que la nature. Bien sûr un problème avec cette théorie est que les matériaux utilisés (tout comme en chimiothérapie) sont mortels en eux-mêmes. Ils tuent la vie sur Terre, depuis les organismes du sol jusqu’à nous, et ils bloquent l’ensoleillement qui est indispensable à la vie (ce qui aboutit à couper dans nos ressources en oxygène). Il y a bien sûr un point d’intérêt à cette approche pour les entreprises fabriquant des OGM comme Monsanto, qui travaillent en ce moment-même avec des Universités comme Cornelle et d’autres, à développer des arbres et des plantes OGM toxiques qui vivront là où les formes de vie naturelles périraient d’empoisonnement à l’aluminium. L’idée est que les entreprises de biotechnologie seront propriétaires de toute la nature, pour notre propre bien bien sûr.

Naguère je pensais que ces choses étaient commises du fait de la stupidité de nos dirigeants. Maintenant je me rends compte que c’est en partie vrai et en partie faux. c’est vrai, parce que beaucoup de gens à beaucoup de niveaux du gouvernement et de l’industrie croient leurs supérieurs qui leur disent que rien de mal ne va leur arriver s’ils vont pulvériser ces poisons partout, c’est juste les affaires courantes, et les scientifiques ont déjà déterminé que c’est une bonne idée. C’est déjà très haut sur le stupidomètre, mais c’est plus confortable pour beaucoup de gens, plutôt que de devoir vraiment réfléchir à ce que tout cela veut dire et au futur que cela crée. Où cela ne vient pas de la stupidité, c’est quand vous regardez aux niveaux plus élevés de contrôle, et vous arrivez là où la conception, les programmes et les ordres proviennent d’eugénistes. Ce sont là les gens dont l’intention est de réduire la population de la Terre. La plupart d’entre eux se disent qu’ils resteront dans l’élite privilégiée, et seuls ceux qui sont “en-dessous d’eux” mourront, et aussi c’est nécessaire “pour la Terre”. La plupart ou tous ces niveaux de contrôleurs ont tort, ils sont aussi programmés pour l’extermination, une fois leur fonction remplie.

Pareillement, dans ce qui se fait appeler de nos jours la “santé publique”, les protocoles tels que la chimiothérapie sont administrés par ceux qui ne veulent pas s’admettre à eux-mêmes ce qu’ils sont en train de donner au patient, bien que beaucoup d’entre eux ne prendraient jamais ce genre de traitement pour eux-mêmes. Mais aux niveaux plus élevés de contrôle, le but de la plupart de la médecine moderne est aussi l’eugénisme, tout comme c’est le cas avec les chemtrails.

Pour davantage de détails et de documentation sur les chemtrails et la géo-ingénierie, vous pouvez commencer par étudier ce qui se trouve sur le site Internet www.geoengineeringwatch.org, ainsi que sur www.globalskywatch.com. Ils vous mèneront à d’autres sources à étudier. Pour une bonne explication de l’effet mortel de la médecine moderne, vous pouvez commencer en lisant le papier écrit par le Dr. Gary Null et le Dr. Carolyn Dean, intitulé “Death by Medecine” (“La mort par la Médecine”, ndt). Mais ce qui est important, c’est que nous nous faisons graduellement et volontairement tuer, éliminer comme indésirables de la planète, par ceux qui sont actuellement au contrôle du gouvernement et des systèmes économiques. Et la purge s’accélère maintenant, devenant beaucoup moins graduelle. La vérité est que nous sommes face à un système qui est très sophistiqué, se servant d’opérations psychologiques, de tromperies et de programmation pour faire que la population ciblée fasse son travail, et concrètement se détruise (c’est-à-dire nous). Les détails sont très complexes, mais le plan n’est pas si compliqué. Se servir des moyens à la disposition du petit groupe aux manettes pour se débarrasser de la population indésirable de la Terre, leur laissant la planète, et peut-être un petit nombre d’esclaves si les robots ne peuvent pas gérer toutes les tâches pour eux. Voilà, en gros, où nous nous trouvons.

Alors pourquoi devrions-nous nous préoccuper de ces détails qui, si nous les regardons de près, pourraient être trop stressants et pénibles? Quand j’ai décidé d’aller aussi profondément dans l’étude de ces nombreux domaines reliés entre eux, afin de voir comment nous pourrions améliorer l’humanité, j’ai dû prendre la décision que je ne me laisserais pas aspirer par la sombre mentalité qui transpire de ces programmes malveillants, et l’équilibre a été difficile, mais nécessaire, à maintenir. En réalité, la seule raison de devenir complètement éveillé à cette situation est de voir comment nous pouvons y remédier.

L’un de nos droits inaliénables et essentiels, reconnu mais non issu de notre Constitution, est le droit de nous défendre ainsi que d’autres par la force si nous sommes attaqués. Je pense qu’il est crucial de préserver ce droit, mais je ne pense pas que cela soit la manière de régler définitivement ce problème du système gigantesque qui a été mis en branle pour notre destruction. En fait, je pense que les dirigeants espèrent que nous aurons recours à la force physique en premier, pour qu’ils puissent lâcher leurs sbires et leurs meilleures armes sur nous, et ne pas être vus comme les agresseurs. Ils ont mis beaucoup d’accent sur la préparation à nous massacrer en masse.

Mais tandis qu’ils espèrent que nous devenions les agresseurs violents qu’ils peuvent facilement étiqueter comme “les méchants”, ce qu’ils redoutent réellement est quelque chose de beaucoup plus subtil, et infiniment plus puissant, au point qu’ils feront quasiment tout et n’importe quoi pour que nous n’en sachions rien.

Einstein a enseigné au monde que la quantité d’énergie cachée dans une seule particule de matière est en fait suffisante pour reconstruire l’univers entier. E=mc². La puissance de la conscience chez les êtres humains éclipse cette équation an comparaison. Si jamais nous nous éveillons et réalisons qui nous sommes réellement, ce de quoi nous sommes véritablement faits, et ce qu’est cette chose à laquelle nous nous référons avec le terme totalement inadéquat de “conscience”, leur domination sur nous est terminée. Cette puissance appartient à chacun(e) d’entre nous, et attend d’être découverte. Elle nous permettra de faire directement tout ce que nous pouvions faire avec la technologie, et beaucoup plus. Là se terre la peur de ceux qui sont en haut du noir système, qui connaissent cette puissance, mais savent aussi qu’ils n’y auront jamais accès, comme il ne peut jamais être utilisé par ceux qui ont une intention malveillante.

Il est inévitable que nous allons le découvrir, comme nous avions cette conscience il y a longtemps. Quand cela sera dépend de nous. Cette pièce de théâtre se dévoile sur plusieurs niveaux, bien que nous ne soyons pas conscients de la plupart d’entre eux. Que la souffrance continue et devienne grandement pire, ou que nous initions un changement vers l’expérience de l’amour et de la guérison est en réalité entre nos mains. Nous regarderons en arrière vers cette époque un jour, que j’espère très prochain, saurons que c’est vrai, et nous aurons accompli les changements pour libérer cette puissance.

Source: http://blogs.naturalnews.com/chemtrails-and-chemotherapy-more-alike-than-you-think/

 

Trouvé sur globalepresse.com

Posté par rusty james à 17:42 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Résonance - Les effets des ondes sur l'organisme

pensee10

Les craintes sur la santé des fœtus, des enfants et des adolescents sont «justifiées». Selon l’Afsset, leurs tissus sont plus vulnérables et avec l’utilisation «de plus en plus précoce» des appareils sans fil, leur durée d’exposition est plus longue. Des résultats d’études ont également suggéré «la possibilité d’une augmentation du risque de gliomes (type rare de tumeurs du cerveau) pour une utilisation du téléphone mobile d’une durée supérieure à dix ans.» De même, des «excès de lymphomes et leucémies (types de cancer)» ont été observés chez des militaires exposés à des radars dont les radiofréquences sont les plus élevées (2.000 MHz minimum).

Sur quelles pathologies les ondes n’auraient-elles pas d’effets?

Le stress, les insomnies, la stérilité, l'hypersensibilité électromagnétique, l'aggravation des cancers (dans le cas de l'utilisation de téléphones portables), le système nerveux, cardio-vasculaire, et oculaire. Selon l’Afsset, il n’y a aucune preuve que les radiofréquences émises par les téléphones portables provoquent ce type de pathologies. 

 


Résonance - Les effets des ondes sur l'organisme par zindabad7

OMS "la pollution atmosphérique est la première cause environnementale de cancers chez l’être humain"

chemtrail

Le 17 octobre octobre 2013 marquera peut-être un tournant dans la lutte contre la pollution athmosphérique. En effet, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) vient de reconnaitre officiellement la pollution atmosphérique comme la première cause environnementale de cancers chez l’être humain : antérieurement classée comme “probablement cancérigène”, la pollution de l’air est devenue “cancérigène certain”, une dénomination aux impacts lourds. Nous respirons donc quotidiennement, en particulier ceux habitant les villes, et encore plus ceux habitant Paris et sa région, 12 000 litres par jour d’air, devenu cancérigène du fait de la pollution.

les experts du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), une agence de l’Organisation Mondiale de la santé (OMS), ont effectivement estimé qu’il y avait dorénavant suffisamment de preuves pour affirmer que la pollution de l’air provoque des cancers des poumons mais aussi des cancers de vessie.

Dans leurs analyses les experts ont séparé la pollution liées aux gaz et celle liée aux particules (les fameurse PM 10, 5 et 2.5). Les particules étaient, elles, déjà classées comme polluant cancérigène pour l’homme depuis juin 2012, (tout comme le diesel qui les émet en grande quantité). Selon un autre récent rapport, ces particules ont tué au moins 42 000 personnes en France depuis l’an 2000 (cf. article Docbuzz).

La pollution de l’air était déjà identifiée comme un facteur augmentant le risque de survenue de nombreuses pathologies respiratoires et cardiaques. Ce sont 223 000 personnes dans le monde qui ont été tuées par un cancer des poumons causé par la pollution, selon les données les plus récentes datant de 2010. Mais l’impact négatif de la pollution va bien au-delà, en réduisant par exemple le poids de naissance des bébés.

Lorsque la prise de conscience touchera l’ensemble de la société, et qu’une majorité d’humains souhaiteront au minimum protéger leurs enfants, les effets de cette pollution pourront enfin être combattues. Selon le directeur du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), Christopher wild « il y a des méthodes efficaces de réduire la pollution de l’air et, étant donnée l’importance de l’exposition qui touche les personnes dans le monde entier, ce rapport devrait adresser un signal fort à la communauté intrnationale piur entreprendre des actions sans attendre ».

Les actions à menée devraient cibler bien évidemment la circulation automobile, en particulier au cœur des villes et en particulier les véhicules diesel et les poids lourds grand émetteurs de particules. Les industries sont également visées, en particulier celles moins contrôllées des pays en développement comme la Chine ; les récentes pollutions dramatiques de Pékin sont un exemple des pires conséquences de cette pollution où le niveau de particules dans l’air avait atteint des sommets (Cf. article Docbuzz).

Outre une réduction de l’exposition à un cancérigène dorénavant certain, la lutte contre la pollution atmosphérique réduira le risque d’asthmes, de bronchites, d’hospitalisations et donc réduira également les dépenses de santé (cf article Docbuzz).

Source

 IARC: Outdoor air pollution a leading environmental cause of cancer deaths
International agency For Cancer research
OMS

http://www.docbuzz.fr/2013/10/17/123-oms-lair-pollue-que-nous-respirons-est-cancerigene/

Crédit Photo Creative Commons by  jepoirrier


Géo-ingénierie : scientifiques, milliardaires et militaires s’allient pour manipuler l’atmosphère

unnamed

Pulvériser du soufre dans la stratosphère, modifier la chimie des océans… Pour contrer le réchauffement climatique, des techniques de manipulation du climat à grande échelle sont à l’étude. Des projets déjà expérimentés, hors laboratoire et sans aucun contrôle international, qui attirent scientifiques, milliardaires et compagnies pétrolières. Alors que des organisations de la société civile demandent un moratoire, les militaires s’y mettent et appellent à se doter d’armes météorologiques. La « géo-ingénierie », une nouvelle menace environnementale et… anti-démocratique ?

Dans les arcanes gouvernementales, on la surnomme « le plan B ». Son vrai nom, la « géo-ingénierie ». Pour contrer le réchauffement climatique, plutôt que de miser sur les réductions de gaz à effet de serre, des chercheurs étudient des dispositifs de manipulation du climat à grande échelle. Au menu, des techniques allant de l’ensemencement en fer des océans à la gestion du rayonnement solaire. Des expérimentations sont déjà menées. Considérées comme fantaisistes il y a vingt ans, ces recherches sont désormais suivies de près par les gouvernements. L’ONG internationale ETC Group, qui travaille sur les technologies émergentes, a publié une carte de ces expériences de géo-ingénierie et de modifications du climat, depuis 60 ans. L’Amérique du Nord, l’Europe et l’Australie font partie des trois zones les plus actives (en rouge sur la carte) en terme de géo-ingénierie.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Modifier la composition chimique des océans

Quelque 45 techniques de géo-ingénierie sont recensées dans l’encyclopédie Wikipedia. Clive Hamilton, dans son livre Les apprentis sorciers du climat [1], examine huit d’entre elles, considérant les autres comme « purement imaginatives », voir « spéculatives ». Chercheurs et investisseurs se concentrent principalement sur les techniques de capture du carbone, avec un intérêt particulier pour les océans. Nos océans constituent une formidable éponge à carbone grâce au rôle joué par les phytoplanctons, qui fournissent par photosynthèse plus de la moitié de l’oxygène de la planète. Pour favoriser l’éclosion de ces planctons marins, une douzaine d’expériences de « fertilisation en fer » ont été conduites par les scientifiques depuis le début des années 90.

Une expérience de trois mois conduite dans l’océan Austral en 2009 a refroidi les espoirs placés dans l’ensemencement en fer. Quatre tonnes de poussières de fer ont été éparpillées sur une zone de 300 km2. Rapidement, une efflorescence de phytoplanctons est observée, mais elle s’arrête au bout de deux semaines. La fertilisation des mers grâce au fer ne donnerait donc naissance à du phytoplancton que pour un court laps de temps. « Ensemencer les mers de fer n’est pas non plus sans conséquence écologique, ajoutent les auteurs de l’ouvrage Scénarios d’avenir [2]. Accroitre leur teneur en fer contribue à accélérer le processus déjà en cours d’acidification des océans. » La fertilisation peut aussi avoir des répercussions sur toute la chaine alimentaire marine. Ces risques n’ont toutefois pas empêché un businessman californien de déverser 100 tonnes de sulfate dans l’océan Pacifique, sur une zone de 10 000 km2, en toute illégalité, en juillet 2012 (lire notre article).

Pulvériser du soufre dans la stratosphère

Autre technique en vogue, la pulvérisation d’aérosols soufrés. En 1991, les cendres projetées dans l’atmosphère par le mont Pinutabo assombrissent suffisamment la Terre pour la refroidir d’environ 0,5°C pendant une année. Avant que la situation ne revienne à la normale une fois le nuage de cendres retombé au sol [3]. Partant de ce constat, la Royal Society, l’académie des sciences britanniques, considère la pulvérisation d’aérosols soufrés dans la stratosphère comme « la plus prometteuse » des méthodes de gestion du rayonnement solaire [4]. Ces minuscules particules d’aérosols seraient pulvérisées sous forme de dioxyde de soufre, de sulfure d’hydrogène ou d’acide sulfurique. Paul Crutzen, prix Nobel de chimie, a estimé à 5 millions de tonnes par an la quantité de soufre nécessaire pour bloquer environ 2 % du rayonnement solaire !

Imaginez une flotte d’aéronefs, volant à haute altitude, équipés de réservoirs et de dispositifs de pulvérisation. L’utilisation de canons de l’artillerie navale, de ballons ou d’un tuyau suspendu dans le ciel sont également à l’étude... Si ces aérosols étaient pulvérisés par des avions de chasse, il faudrait chaque année un million de vols d’une durée de 4h chacun ! [5] D’autres études évoquent des impacts sur le niveau des précipitations. Cette technique pourrait gravement perturber la mousson indienne, compromettant les ressources alimentaires de près de 2 milliards de personnes. Dernière objection de taille : « L’impossibilité de tester cette technique sans mise en œuvre grandeur nature », conclut Clive Hamilton.

Des brevets qui attirent les milliardaires

Un duo de scientifiques nord-américains est très impliqué dans la recherche en géo-ingénierie : David Keith, physicien, et Ken Caldeira, spécialiste des sciences de l’atmosphère. David Keith détient avec d’autres le brevet du « Planetary Cooler » (réfrigérateur planétaire), un dispositif d’absorption du carbone. Il a créé une start-up, Carbon Engineering Ltd, pour développer une technique de capture de CO2 dans l’air, à l’échelle industrielle. Parmi les investisseurs de ces sociétés : Bill Gates, mais aussi le milliardaire canadien N. Murray Edwards, magnat du pétrole qui a fait fortune dans les sables bitumineux en Alberta. Quant à Ken Caldeira, il est associé à Bill Gates au sein de la société Intellectual Ventures, qui a fait breveter plusieurs technologies, notamment le « StratoShield » (strato-bouclier) : des tuyaux suspendus à des ballons dirigeables dans le ciel permettant de disperser des aérosols soufrés.

Bill Gates a engagé plusieurs millions de dollars pour financer la recherche en géo-ingénierie [6], et aider au financement d’une série de rencontres sur la géo-ingénierie. La deuxième fortune mondiale a soutenu financièrement deux scientifiques de Harvard pour tester au Nouveau-Mexique du matériel visant à injecter des minuscules particules dans la stratosphère (lire notre article). Il a aussi investi dans la société Silver Lining qui travaille sur les techniques d’éclaircissement des nuages marins. « Pas moins de 10 personnes affiliées à Silver Lining figurent parmi les 25 auteurs d’un des principaux articles sur l’éclaircissement des nuages » relève Clive Hamilton. Richard Branson, un autre milliardaire, propose une récompense de 25 millions de dollars dans le cadre du défi « Virgin Earth Challenge » à quiconque concevra le meilleur plan pour extraire le carbone de l’atmosphère.

Solution miracle pour les pétroliers et les conservateurs

« Ceux-là mêmes qui contestent la réalité du réchauffement montrent un intérêt croissant pour l’ingéniérie du climat », souligne Clive Hamilton (lire notre article sur les climatosceptiques). Quoi de mieux que cette solution miraculeuse permettant de ne pas changer le mode de développement actuel et sa consommation massive d’énergies fossiles ? Plusieurs compagnies sont sur les rangs, à l’instar de la Royal Dutch Shell qui finance une étude sur l’ajout de chaux dans les mers. Steven Koonin, alors directeur scientifique du géant pétrolier BP (avant de travailler au département de l’Énergie des États-Unis), est à l’origine d’une réunion d’experts pour le compte de l’entreprise Novim Group. Elle a abouti en 2009 à un rapport influent sur l’ingénierie du climat.

La géo-ingénierie est aussi appuyée par plusieurs think tanks conservateurs. « La géo-ingénierie apporte la promesse d’une réponse au réchauffement climatique pour seulement quelques milliards de dollars par an. Au lieu de pénaliser les Américains moyens, nous aurions la possibilité de répondre au réchauffement climatique en récompensant l’inventivité scientifique... Stimulons l’ingéniosité américaine. Assez du diktat vert », a déclaré le républicain Newt Gingrich, ancien président de la chambre des représentants des États-Unis. Tout est bon pour maintenir la société de consommation à son niveau actuel. Un intérêt stratégique qui n’a pas échappé aux forces armées.

Développer les « armes météorologiques »

Cela fait des décennies que les stratèges militaires veulent « faire de la météo une arme ». Au milieu du 20ème siècle, Bernard Vonnegut, un physicien américain, découvre la capacité de l’iodure d’argent à agglomérer la vapeur d’eau des nuages en gouttes. II suffit donc d’ensemencer les nuages avec ce composé inorganique pour faire pleuvoir – quasiment – à volonté. En 1967, l’US Air Force lance l’opération Popeye. Chaque jour, des avions bombardent les nuages vietnamiens d’iodure d’argent, modifiant la climatologie locale, pour tenter d’embourber les lignes de communication de la guérilla communiste [7]. Ce premier usage guerrier de la géo-ingénierie sera dévoilé le 3 juillet 1972 par le New York Times. Il faudra quatre ans de négociations pour que les Nations Unies adopte une Convention interdisant la modification de l’environnement à des fins militaires ou toutes autres fins hostiles [8]. Mais en 1996, des officiers de l’US Air Force rendent un rapport appelant les États-Unis à de doter d’armes météorologiques d’ici… 2025.

« Parmi les scientifiques travaillant dans l’armement s’est développée l’idée que la compréhension et le contrôle exercé sur la technologie suffiraient à les rendre sûres », analyse Clive Hamilton. Edward Teller, à qui est attribuée la co-paternité de la bombe H, propose en 1997 de prévenir le réchauffement de la planète en bombardant l’atmosphère de particules qui réfléchiraient la lumière incidente du soleil. Coût : un milliard de dollars. « Comme d’autres, Teller ressent la fascination du nucléaire et de la puissance de la technologie moderne, soulignent les auteurs de Scénarios d’avenir. C’est probablement de cet enthousiasme obsessionnel pour les armes atomiques et de cette très puissante "arrogance technologique" que Teller en est venu à la géo-ingénierie ».

En octobre 2011, un autre rapport soutenant fortement la recherche en géo-ingénierie est publié par le think tank Bipartisan Policy Center. Le journaliste du Guardian John Vidal décrit ce groupe de travail comme « la crème du lobby scientifique et militaire émergent en faveur de la gé-oingénierie » [9]. Parmi ce lobby, David Wehlan, directeur des systèmes de défense chez Boeing qui a travaillé pendant de nombreuses années sur des projets d’armement à la DARPA, l’agence de recherche du Pentagone. La DARPA a elle-même convoqué une réunion sur la géo-ingéniérie. Une étude commandée par le Pentagone en 2003 conseillait déjà d’examiner de manière urgente les options de géo-ingénierie pour contrôler le climat... [10]

Quel pays aura la main sur le « thermostat planétaire » ?

Cette arrogance technologique américaine a son pendant en Russie. Le scientifique russe Yuri Izrael, vice-président du Giec jusqu’en 2008, a été le premier à conduire une expérimentation en situation réelle de dispersion d’aérosols, par hélicoptère à basse altitude. Connu pour son climato-scepticisme, il défend la géo-ingénierie plutôt que les réductions d’émissions. « En Chine, des tensions existent déjà entre les provinces au sujet de l’ensemencement des nuages pratiqué depuis longtemps dans le pays, certaines provinces accusant les autres de "voler leur pluie" », pointe également Clive Hamilton. Aujourd’hui, la géo-ingénierie devrait requérir une gouvernance mondiale morale et politique, selon ETC Group. Or, la probabilité que les 193 membres des Nations Unies se mettent d’accord est très faible.

« Si un filtre solaire était entièrement déployé pour réduire la température de la terre, il faudrait au moins dix ans d’observations climatiques mondiales pour séparer les effets de ce filtre, des autres causes liées à la variabilité climatique », illustre Clive Hamilton. Comment savoir par exemple si une sécheresse en Inde ou au Pakistan est causée par le réchauffement climatique ou par ce filtre solaire ? « Et si l’Inde souffre des effets des variations mondiales, alors que les États-Unis bénéficient d’un temps plus clément, il importe beaucoup de connaitre le pays ayant la main sur le thermostat planétaire ».

Quand la science fiction devient une option politique

Dans les années 90, ces projets de manipulation délibérée du climat étaient majoritairement considérés comme de la sympathique science-fiction, ou comme des diversions détournant des politiques de réduction des émissions. « Ce qu’il y a de nouveau, c’est que la géo-ingénierie est sortie de certains cercles fermés de scientifiques, académiques et autres groupes de recherche pour entrer dans les salles de négociation intergouvernementales », commente Joëlle Deschambault, d’ETC Group. Ces techniques sont ainsi mentionnées dans le « résumé à l’intention des décideurs », du dernier rapport du Giec rendu public le 27 septembre 2013.

Le rapport du Giec évoque deux techniques : la gestion du rayonnement solaire et l’élimination du dioxyde de carbone [11]. Les auteurs conviennent qu’ils disposent d’une mince littérature scientifique pour véritablement évaluer ces techniques et leurs impacts. Selon une source proche du ministère du Développement durable, l’idée d’intégrer la géo-ingénierie dans le dernier rapport du Giec remonte à une réunion de 2010 en Corée du Sud. « Il commençait à y avoir des publications dans ce domaine-là, et les représentants des différents pays ont jugé qu’il valait mieux en parler », précise t-il à Basta !. Pour Geneviève Azam de l’association Attac, cette seule évocation leur donne une légitimité, en dépit du moratoire des Nations unies sur ces technologies adopté en 2011 [12].

Les lacunes du droit international

« Tant que n’aura pas lieu un débat approfondi visant à établir comment les divers pays souhaitent procéder en la matière, un moratoire sur l’ensemble des activités de géo-ingénierie hors laboratoire représente la seule voie sensée »,préconise ETC Group. Un certain nombre de traités stipulent déjà l’interdiction de causer des dommages transfrontaliers. Les pays de la Convention de Londres, qui réglemente les rejets en mer, et ceux de la Convention sur la diversité biologique, ont adopté des résolutions interdisant les expériences d’ensemencement par le fer, sauf sous certaines conditions, des études d’impact préalables et un encadrement strict.

Mais le droit international présente d’énormes lacunes. Aucun texte par exemple n’empêche un individu de déployer un bouclier solaire par dispersion d’aérosols soufrés.... Les pays ne sont pas davantage respectueux du droit international de l’environnement. En 2008, l’Allemagne a déclaré que la résolution de la Convention sur la diversité biologique était « non contraignante », lorsque son ministère de la Recherche a décidé d’approuver une expérience de fertilisation des océans avec du fer.

Les nouveaux apprentis sorciers du climat

Une des options portées par des organisations de la société civile serait de créer un nouveau traité ou une nouvelle agence internationale de supervision des différentes techniques de géo-ingénierie. En attendant, les recherches et expérimentations à ciel ouvert se poursuivent. Le gouvernement chinois a inscrit récemment la géo-ingénierie parmi ses priorités de recherche en géosciences, rappelle Clive Hamilton. En France, l’Agence nationale de la recherche finance un atelier de réflexion prospective sur la géo-ingénierie, qui devrait aboutir à un rapport fin 2013.

« Les travaux récents en sciences du système Terre ont fait progresser notre connaissance de manière significative mais ils ont également révélé l’étendue vertigineuse de notre ignorance », rappelle Clive Hamilton. Les modifications du système climatique ne peuvent être isolées des modifications des autres éléments du système Terre. Quelques individus et institutions aspirent néanmoins à mener des expériences aux conséquences bien incertaines pour l’ensemble de la planète. Et Clive Hamilton d’interroger : « Ne sommes-nous pas en train de jouer à Dieu, avec les risques que cela comporte ? »

Sophie Chapelle

http://www.bastamag.net/article3404.html

http://lesmoutonsenrages.fr/2013/10/22/geo-ingenierie-scientifiques-milliardaires-et-militaires-sallient-pour-manipuler-latmosphere/#more-53333

une chose faut arrêter de prendre les gens pour des imbéciles çà fait déjà plus de 50 ans qu'ils nous pulvérisent leur poison sur nous ils viennent juste de découvrir la possibilité de le faire et pour notre bien en plus mdr...............article qui a pour but de manipuler non le climat mais vos cerveaux...

ce qui est bien c'est qu'il suffit de voir quels sont les sites qui répandent de telles sornettes ainsi vous venez tout bonnement de comprendre dans quel camps ils sont .......de plus le titre ne dit pas pour manipuler le climat mais l'atmosphère ,comme çà l'idée ne vous viendrait même pas qu'il puisse le faire .................

@Sophie_Chapelle sur twitter

Photo de Une : CC Sascha Pohflepp

P.-S.

A lire sur ce sujet :
- Clive Hamilton, Les Apprentis sorciers du climat : raisons et déraisons de la géo-ingénierie, coll. Anthropocène, Ed. Seuil, 2013.
- ETC Group, Géopiraterie : argumentaire contre la géo-ingénierie, 2010, à télécharger ici.
- Bertrand Guillaume, Valéry Laramée de Tannenberg, Scénarios d’avenir : futurs possibles du climat et de la technologie, Armand Colin, 2012.

Notes

[1Clive Hamilton, Les Apprentis sorciers du climat : raisons et déraisons de la géo-ingénierie, coll. Anthropocène, Ed. Seuil, 2013.

[2Bertrand Guillaume, Valéry Laramée de Tannenberg, Scénarios d’avenir : futurs possibles du climat et de la technologie, Armand Colin, 2012.

[3Alan Robock, Martin Bunzl, Ben Kravitz et Georgiy L. Stenchikov, « A test for geoengineering ? », Science, vol. 327, 29 janvier 2010.

Fukushima Alerte radioactivité:l’irradiation frappera la Côte Ouest américaine en 2014

fukushima-boiling-water-31-07-2013Voici l’endroit ou l’eau en provenance des réacteurs endommagés fuit vers l’océan Pacifique…l’eau est en ébullition.

fuku2-1040a-blocks_desktop_largeUne photo aérienne montre la centrale nucléaire de Fukushima, dans le nord du Japon. L’eau radioactive déversée lors d’une catastrophe provoquée par le tsunami en 2011 fait tranquillement son chemin vers la zone côtière américaine.Sur cette photo prise en altitude on peut deviner la chaleur et le bouillonnement de l’eau et la différence de couleur.

Un panache radioactif d’eau dans l’océan Pacifique à partir de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon, qui a été paralysée par le séisme et le tsunami 2011 atteindra probablement les eaux côtières des États-Unis à partir de 2014, selon une nouvelle étude. Le long voyage des particules radioactives pourrait aider les chercheurs à mieux comprendre comment les courants marins circulent dans le monde entier.

Les Simulations de l’océan  (par ordinateur) ont montré que le panache de césium-137 radioactif libéré par la catastrophe de Fukushima ,en 2011, pourrait commencer à verser dans les eaux côtières des États-Unis à compter de début 2014 et le pic de 2016. Heureusement, deux courants océaniques au large de la côte orientale du Japon - le courant de Kuroshio et l’extension du Kuroshio - a dilué la matière radioactive tellement que sa concentration est tombé bien au-dessous des niveaux de sécurité de l’Organisation mondiale de la Santé dans les quatre mois suivant l’incident de Fukushima. Mais ça aurait pu être une histoire différente si une catastrophe nucléaire avait  frappé de l’autre côté du Japon.

"L’impact environnemental aurait pu être pire si l’eau contaminée aurait été libéré dans un autre environnement océanique la circulation était moins énergique et turbulent», a déclaré Vincent Rossi, un océanographe et chercheur post-doctoral à l’Institut de physique interdisciplinaire et Systèmes complexes, en Espagne.

Communiqué de l’eau radioactive de Fukushima a pris son temps,voyageant à travers le Pacifique. Par comparaison, le rayonnement atmosphérique de la centrale de Fukushima a commencé à atteindre la côte ouest américaine au sein de quelques jours seulement, de l’arrière en cas de catastrophe en 2011.

Suivi de la trajectoire de la radioactivité
Le panache radioactif a trois sources différentes: des particules radioactives tombent de l’atmosphère dans l’océan, l’eau contaminée directement sortie de l’usine, et l’eau qui a été contaminé par des particules radioactives de lixiviation du sol contaminé.

Cette projection informatique montre l'ampleur estimée de la plume de la centrale de Fukushima déversement d'eau radioactive en 2014. L'étendue des États-Unis eaux côtières est indiquée par une ligne noire, avec une boîte noire renfermant Hawaii.

Cette projection informatique montre l’ampleur estimée de la plume de la centrale de Fukushima  du déversement d’eau radioactive ,jusqu’en en 2014. L’étendue des eaux côtières américaines est indiquée par une ligne noire, avec une boîte noire renfermant Hawaii (en bas au centre).

La libération de césium 137 de Fukushima en de  plus turbulent courants orientale du Japon signifie la matière radioactive est diluée au point de poser peu de danger pour l’homme au moment où il quitte les eaux côtières du Japon . Rossi a travaillé avec d’anciens collègues au changement climatique au  Centre de recherche de l’Université de New South Wales en Australie, pour simuler la propagation de la radioactivité de Fukushima dans les océans -( une étude détaillée dans le numéro d’Octobre de la revue Deep-Sea Research Part 1 ).

Les chercheurs ont en moyenne 27 essais expérimentaux de leur modèle – chaque terme de départ dans une année différente – afin de veiller à ce que la propagation simulée du césium -137 comme un «traceur» n’a pas été particulièrement affecté par les conditions initiales de l’océan. De nombreux océanographes préfèrent utiliser le césium -137 pour suivre les courants océaniques , car il agit comme un traceur passif dans l’eau de mer , ce qui signifie qu’elle n’interagit pas beaucoup d’autres choses, et se désintègre lentement avec une longue demi- vie de 30 ans .

«Un des avantages de ce traceur est sa longue demi-vie et notre capacité à mesurer assez précisément , de sorte qu’il peut être utilisé à l’avenir pour tester nos modèles de circulation océanique et de voir comment ils représentent la réalité au fil du temps ", a déclaré Rossi LiveScience . " A l’époque , il y  a20 ans, nous pouvions sortir , prenez les mesures partout dans le Pacifique et les comparer à notre modèle. "

Voyagez à travers le Pacifique
L’ équipe s’est concentrée sur la prévision de la trajectoire de la radioactivité jusqu’à ce qu’il atteigne les eaux du plateau continental qui s’étend de la côte américaine à environ 180 miles (300 kilomètres) au large des côtes. Environ 10 à 30 becquerels (unités de radioactivité représentant x désintégration par seconde) par mètre cube de césium -137 pourrait atteindre  la côte US et les eaux côtières du nord du Canada et de l’Oregon entre 2014 et 2020. ( Ces niveaux sont bien en deçà des limites de la US Environmental Protection Agency pour l’eau potable ).

Par comparaison, la côte de la Californie peut recevoir seulement 10 à 20 becquerels par mètre cube 2016-2025 . C’est plus lent, moins d’impact provient des courants du Pacifique participant du panache radioactif vers le bas en dessous de la surface de l’océan dans un voyage lent vers la côte californienne, ce que Rossi a expliqué .

Une grande partie du panache radioactif de la version initiale de Fukushima ne sera même pas atteindre les eaux côtières américaines sitôt. Au lieu de cela , la majorité de la césium -137 restera dans la gyre du Pacifique Nord – une région de l’océan qui circule lentement dans le sens horaire et a piégé des débris dans son centre pour former le " Garbage Patch Great Pacific " – et continuent d’être dilué pendant environ une dix ans après la publication initiale de Fukushima en 2011. ( On s’attend à L’eau du courant de fuite de la centrale  prenne  un chemin semblable à long terme pour suivre le panache initial libéré, Rossi a dit. )

Mais le panache finira par échapper à la gyre du Pacifique Nord en une forme encore plus diluée. Environ 25 pour cent de la radioactivité initialement publié se rendra à l’océan Indien et du Pacifique Sud sur deux à trois ans après la catastrophe de Fukushima ,ce que  le modèle a montré .

http://michelduchaine.com/2013/09/04/alerte-radioactivitelirradiation-frappera-la-cote-ouest-americaine-en-2014/

Posté par rusty james à 02:24 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

La composition des chemtrails présent dans l'atmosphère

Chemtrail_20MorgellonsComposition des chemtrails :

D’après les nombreuses analyses des échantillons de résidus de CT disponibles sur internet, les substances suivantes ont été recueillies par les sites suivants: http://www.carnicom.com/bio.htm

Éthylène Dibromide (Dibrométhane):

Banni en 1984 par l’EPA, l’EDB (C2H4BR2) est un additif de pétrole cancérigène et un insecticide avec une odeur de chloroforme. On prétend qu’il est semblable à l’iodure d’argent employé pour l’ensemencement des nuages et la modification du climat. Quand on l’absorbe, l’EDB cause la dépression du système nerveux central et l’oedème pulmonaire.
Les symptômes de l’oedème pulmonaire sont: l’essoufflement, l’anxiété, respiration avec un sifflement et la toux. C’est un produit hautement irritable pour les muqueuses et les voies respiratoires.

Le Pseudomonas aeruginosa:


Bactérie très répandue et très résistante qui se trouve dans la poussière. Les souches naturelles ont été trouvées responsables de la contamination des hôpitaux et de l’eau potable. Lorsque inhalée par ceux qui souffrent d’une déficience du système immunitaire, tels que les victimes de la fibrose kystique, cette bactérie forme des amas de mucus appelés bio-films qui sont de véritables barrières infranchissables empêchant les défenses immunitaires et les antibiotiques d’agir.

Le Enterobacteriaceae:

Ce produit comprend la E. Coli et Salmonelle qui sont responsables des cas d’empoisonnement. Le plus intéressant dans la famille des entérobactériaceae est le Klebsiella genus dont l’espèce est responsable des infections causant la pneumonie.

Serratia marcescens:

Un dangereux pathogène qui peut causer la pneumonie. La documentation nous indique qu’une des plus grandes expériences militaires implique l’emploi du Serratia marcescens lors d’un épandage sur San Francisco.
Les militaires répandirent ce produit sur la population pour tester l’efficacité d’une attaque bio-terroriste. Il s’ensuivit une épidémie de pneumonies qui tua un homme et qui augmenta les infections pulmonaires de 5 à 10 fois.

Streptomyces:

Les streptomycetes sont employées pour produire la majorité des antibiotiques employés en médecine générale et en médecine vétérinaire ainsi qu’en agriculture en tant qu’agents anti-parasitaires, herbicides et métabolites pharmacologiquement actifs.
 
Un enzyme restrictif:

Employé en laboratoire de recherche pour blesser et fusionner l’ADN. Cette enzyme fend et ouvre l’ADN et permet d’y insérer les segments désirés avant d’être réorganisé.
Autres bactéries et moisissures toxiques capables de provoquer une maladie de coeur, l’encéphalite, la méningite, ainsi que des problèmes respiratoires et gastro-intestinaux aigus.
Aucun virus n’est listé ci-dessus. C’est parce que les virus sont difficiles à détecter en laboratoire, encore moins à identifier. Néanmoins, la plupart des maladies résultantes ne répondent pas aux antibiotiques, suggérant que leurs causes sont en réalité virales.

De ce que la documentation nous dit, les gouvernements du monde entier sont impliqués dans des épandages agressifs d’agents à effets biologiques sur la population. Il est évident que le gouvernement est impliqué directement ou indirectement puisqu’il est responsable du traffic aérien.
Ils risquent beaucoup en faisant l’épandage durant la journée afin d’affecter le plus de personnes possible alors que celles-ci peuvent les apercevoir par en-dessous.

Altération et incorporation d’ADN …
Il est concevable que nous puissions être infecté soit par une bactérie ou par un virus et que nous en soyons malade. Pendant ce temps, la bactérie ou le virus va altérer lentement notre ADN avant d’être anéanti par notre système immunitaire. Après que la maladie a été éliminée, les cellules altérées restent et continuent de se reproduire.
Quelquefois, elles deviennent cancéreuses si le gène porteur est à l’état brut et défectueux.
Comme il est mentionné, les CT contiennent des agents biologiques manipulés qui rendent les gens malades. Est-ce que cela ne suppose t-il pas une tentative internationale, par ceux qui sont responsables des programmes de CT, d’exécuter une thérapie génétique massive sur la population

Posté par rusty james à 21:15 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Des bactéries dans les couches supérieures de l’atmosphère

chemtrails

Des bactéries dans les couches supérieures de l’atmosphère influenceraient le climat  29/01/2013 12:22 (Par Sandra BESSON)
Des bactéries dans les couches supérieures de l’atmosphère influencent le climat
Des bactéries vivant dans les couches supérieures de l’atmosphère auraient une certaine influence sur le climat et la météo.

Malmenées par les vents arides et les rayons ultraviolets, certaines bactéries arrivent non seulement à survivre dans les couches supérieures de l’atmosphère, mais pourraient également affecter le climat, d’après une étude publiée le 28 Janvier dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences.

 

Dans le cadre de l’une des premières tentatives visant à explorer la microbiologie atmosphérique dans les altitudes élevées, des chercheurs ont analysé des échantillons d’air prélevés par une mission de recherche sur les ouragans menée par la NASA pendant six semaines en 2010.

 

 

 

Un total de 314 types différents de bactéries a été collecté dans les masses atmosphériques autour de 10 kilomètres au-dessus du Golfe du Mexique, de la Mer des Caraïbes, de l’Océan Atlantique et des Etats-Unis continentaux.

 

 

  Que se passe-t-il là haut et comment cela change dans le temps ? Il y a des choses que nous ne savons pas

 

Bien que les scientifiques n’aient piégé qu’une petite partie des matières, les bactéries ne représentaient que 20% de l’ensemble des particules –biologiques et non-biologiques- soit un pourcentage plus important que dans l’atmosphère plus proche de la Terre.

 

« Je suis extrêmement surprise de la densité bactérienne élevée dans ces altitudes élevées » a déclaré Ulrich Karlson, un microbiologiste environnemental de l’Université d’Arrhus au Danemark, qui n’a pas été impliqué dans l’étude. « C’est un environnement difficile ».

 

« L’un des prochains défis est de comprendre le rôle de ces organismes » a déclaré Konstantinos Konstantinidis, un microbiologiste environnemental de l’Institut Georgia de Technologie à Atlanta et l’un des auteurs de l’étude.

 

Les analyses génétiques ont révélé que certains microbes dans les couches supérieures de l’atmosphère étaient liés aux bactéries censées catalyser la formation de cristaux de glace et la condensation de nuages. Le processus fondamental, appelé nucléation, a lieu lorsque les molécules dans l’air se regroupent autour d'un ensemble de particules, souvent de la poussière ou de la suie. En fonction de la température, ces complexes peuvent former des gouttes d’eau plus grosses ou des cubes de glace gelés, conduisant à la formation de nuages, à la pluie ou à des chutes de neige.

 

Ces derniers résultats appuient les théories émergentes selon lesquelles les communautés de bactéries, et notamment dans les couches supérieures de l’atmosphère où la poussière est relativement rare, pourraient influencer le climat et la météo, d’après ce qu’a indiqué un co-auteur de l’étude, Athanasios Nenes, un scientifique atmosphérique pour l’Institut Georgia de Technologie.

 

« Il y a une reconnaissance accrue selon laquelle ce ne sont pas seulement des spores qui flottent dans l’air » a déclaré Noah Fierer, un écologiste microbien de l’Université du Colorado à Boulder. Mais Noah Fierer a déclaré que davantage de recherches étaient nécessaires pour comprendre l’importance relative des bactéries nées dans l’air, par rapport à d’autres éléments atmosphériques.

PS .l'auteur ne connait pas les chemtrails ,il aurait ainsi fait le rapprochement avec ces bactéries qui ne réchauffe pas le climat c'est de la désinformation mais assure la rentabilité pharmaceutique ........

 

Des échantillons prélevés par une mission de la NASA auparavant, pendant et après deux ouragans, ont aussi permis aux chercheurs d’étudier les effets de la météo extrème sur le microbiome atmosphérique. Les tempêtes ont injecté un grand nombre de nouvelles cellules –y compris des bactéries fécales- dans le ciel.

 

La composition bactérienne varie en fonction du lieu et du moment, mais 17 types de bactéries formaient le noyau du microbiome parmi les échantillons. Noah Fierer a déclaré qu’une meilleure compréhension de l’écologie bactérienne du ciel représente une nouvelle frontière excitante pour l’histoire naturelle. « Que se passe-t-il là haut et comment cela change dans le temps ? Il y a des choses que nous ne savons pas ».

Posté par rusty james à 13:51 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 mai 2013

"Bienvenue dans l'Anthropocène" est une vidéo originale et spectaculaire pour la conference "planet under prssure"

 00002396

En seulement quelques générations, l'Homme a profondément transformé son support de vie pour améliorer ses conditions de vie. Malheureusement, la pression insoutenable des activités humaines a rompu les grands équilibres naturels de la Terre.

L'Anthropocène serait donc une nouvelle période de l'ère géologique quaternaire et succéderait à l'Holocène daté de seulement - 11 600 ans. Rappelons que l'Holocène est une période interglaciaire qui a été particulièrement propice à l'expansion des sociétés humaines sur la Terre.

Aujourd'hui, pour la première fois, nous faisons partie de cette génération qui a la responsabilité de l'avenir de l'humanité. Nous pouvons encore prendre en main notre avenir mais il faut faire preuve de courage et d'inventivité. Voici le message de ce film de 3 minutes qui débute lors de la

 

Révolution Industrielle, il y a 250 ans.

Des images exceptionnelles des flux d'énergie (électricité, pipelines...), de communication (câbles sous-marins) et de transport (routes, voies ferrées, voies maritimes et trafic aérien) montrent la toile qui s'est tissée sur toute notre planète. De plus, des données sont surperposées sous forme d'un graphique, celles-ci montrent l'emballement de nos activités et de la croissance démographique à partir des années 1950.

Le film a été produit dans le cadre de l'ouverture du portail éducatif consacré à l'Anthropocène et aux sciences des changements globaux : Anthropocene.info

"L'Anthropocène change notre relation avec la planète. Nous avons une responsabilité nouvelle et nous devons déterminer comment y répondre." Elinor Ostrom, prix nobel d'économie, Université d'Indiana.

Sources

Auteur

 Christophe Magdelaine / notre-planete.info -

Posté par rusty james à 11:22 - Permalien [#]
Tags : , , ,