DES TOMBES ANCIENNES DÉCOUVERTES SOUS DEUX PYRAMIDES MAYAS METTENT EN LUMIÈRE DE MYSTÉRIEUX «ROIS SERPENTS»

maya-snakes_10241

Les fouilles en cours des pyramides mayas dans plusieurs endroits du Guatemala ont révélé deux tombes intactes qui se sont «miraculeusement échappées» aux tunnels des pillards pendant plus de 1 300 ans.

Les tombes, datées de l'époque précédant immédiatement l'effondrement mystérieux de la civilisation maya, contiennent des trésors qui aideront à faire la lumière sur une guerre civile menée entre une famille de `` rois serpents '' et un royaume rival.

La découverte a été rendue possible grâce à une nouvelle technologie qui permet aux archéologues de tirer des lasers au sol depuis un hélicoptère pour recréer des images détaillées de la surface de la Terre, et les archéologues s'attendent à ce que cette technique révèle beaucoup plus de structures de la civilisation maya dans les mois à venir.

"Nous avons la pointe de l'iceberg", a déclaré à Alan Yuhas, The Guardian , l'un des archéologues, Francisco Estrada-Belli de l'Université de Boston 

«Nous allons devoir réécrire tous les livres d'histoire maya et la complexité de la civilisation maya, de la culture. À l'heure actuelle, nous avons 1%, malgré 100 ans de recherche. »

Les deux tombes ont été trouvées dans les anciennes ruines de Holmul - un site archéologique précolombien de la civilisation maya, datant d'environ 650 à 700 après JC. Les ruines sont situées dans la région du bassin du Petén, à environ 500 km (310 miles) au nord de la ville de Guatemala.

La première des deux nouvelles tombes - une chambre construite à l'intérieur d'une pyramide - contient le squelette d'une personne d'âge moyen avec des incrustations de jade dans les dents, et ce qui semble être un os de tibia humain inscrit.

L'os, dont Estrada-Belli a dit au Guardian qu'il s'agissait d'une "très, très rare découverte", aurait pu appartenir à un parent de la personne enterrée dans la tombe, ou à un important prisonnier de guerre, mais nous devrions en savoir plus une fois l'inscription terminée. été décodé.

Les dents suggèrent que le tombeau appartenait à quelqu'un de l'élite dirigeante, car les incrustations colorées de jadéite, de pyrite de fer, d'hématite, de turquoise, de quartz, de serpentine et de cinabre étaient autrefois une coutume parmi la royauté maya.

Une frise sculptée (illustrée ci-dessus) représentant cinq dirigeants a été trouvée à proximité du tombeau, mais aurait été érigée bien avant la vie de celui qui a fini par être enterré à l'intérieur.

La deuxième tombe, contenant également les restes d'une personne d'âge moyen, a été trouvée dans une pyramide séparée, et a été décorée avec un éventail de vaisseaux et d'ornements de jade, dont un collier de jade pourrait être un "trophée de guerre", a  déclaré Estrada-Belli presse lors d'une récente conférence de presse.

«Il s'agit de la première découverte majeure de ce type. Les offres comprennent des céramiques élaborées et des objets en os et en coquille », a-t- il déclaré . "Le plus intéressant est celui qui a une inscription qui déclare que l'objet est une pièce de collier de jade et appartient à un roi d'un autre endroit."

maya-tombs

Reconstruction des pyramides Holmul. Crédit: J Gonzalez, PACUNAM

L'épigraphe de l'équipe, Alexandre Tokovinine, a déclaré à Yuhas au Guardian qu'il s'agit du premier artefact en jade qui mentionne un `` roi des serpents '' - une partie d'une famille qui a gouverné l'empire Maya peu de temps avant son effondrement. Ils ont utilisé un emblème à tête de serpent comme sceau officiel.

"L'inscription sur le collier, qui contient une tête de cormoran sculptée qui se transforme en l'image d'un dieu solaire, est inhabituelle, car elle appartient à un roi d'une ville entièrement différente: 'Yuknoom Ti' Chan, Saint roi de Kaanul, ' » Rapporte Yuhas .

"Le roi était membre de la dynastie des serpents, à 160 kilomètres de leur ancienne capitale, Dzibanche, qui se trouve dans le Mexique moderne."

La découverte suggère que l'influence de la dynastie des serpents s'est étendue bien plus loin qu'on ne le pensait auparavant, et pourrait être une indication qu'ils ont insisté pour `` s'insérer '' dans les confins de leurs royaumes.

On ne sait pas pourquoi ils ont fait cela, mais les `` combats '' entre les rois serpents - suggérés par une découverte distincte d'il y a quelques mois - auraient pu avoir quelque chose à voir avec cela.

"[Les] hiéroglyphes pourraient également révéler un autre roi de la dynastie des serpents nommé Waxaklajuun Ubaah K'an, qui a probablement régné vers 635 après JC", a rapporté Josh Hrala pour nous en août. "L'équipe dit que cette découverte suggère qu'il aurait pu y avoir deux rois - peut-être des frères - en lice pour le trône."

Posté par rusty james à 10:13 - - Permalien [#]
Tags : , ,


Ozette, une Pompéi Nord-américaine découverte .

Lake_Ozette_Trail_WA_sunset

A l’instar de Pompéi ensevelie sous les cendres du Vésuve, il semblerait qu’un tremblement de terre au XVIème siècle soit à l’origine de l’ensevelissement du site d’Ozette sous une coulée de boue. Situé sur la Péninsule Olympique, à l’Ouest de Seattle (Washington), et occupé depuis le premier siècle de notre ère, le site est unique en son genre.  Sa conservation  exceptionnelle et la richesse des objets retrouvés lors des fouilles en ont fait une “Pompéï américaine”. C’est donc un voyage au cœur de l’ancien village Makah d’ Ozette que je vous invite à entreprendre.

 

Carte de la Péninsule Olympique et des réserves actuelles d’Indiens

Carte de la Péninsule Olympique et des réserves actuelles d’Indiens

A la suite d’un orage en 1969-1970 furent découvertes des traces du village disparu d’Ozette, cinquième village du peuple Makah. Les premières fouilles eurent lieu dès 1970 sous l’égide de Richard Daugherty alors que plusieurs plank houses sont exhumées de terre : quatre dans leur totalité plus deux autres partielles. La coulée de boue permis une excellente conservation du site dans une région où l’humidité détruit la plupart des restes de l’activité humaine en deux cents ans.

Pendant onze ans, ce sont plus de 55.000 objets qui sont retrouvés dans les maisons et aux abords. Ces objets sont aujourd’hui pour la plupart conservés au Makah Cultural and Research Center à Neah Bay.

 

Ozette, National Register of Historic Places

Ozette, National Register of Historic Places

Les maisons, appelées shed plank houses, étaient fabriquées en cèdre rouge, abondant sur toute la côte Nord-Ouest du Pacifique. Construites le long de la côte, elles mesuraient environ 30m de long en moyenne, abritant environ trois à cinq familles. A Ozette, des milliers de panneaux de bois retrouvés permirent une reconstitution du village : toit, murs, banquettes, poteaux de support. Un système de drainage réalisé à partir de planches de bois et d’os de baleine s’occupaient de l’étanchéité du sol des maisons. Les fouilles ont aussi permis de recomposer l’aménagement de l’espace intérieur de la maison : préparation des repas, fabrication d’objets, réserve, repos, etc.

 

Maisons et canoës Makah sur la plage de Neah Bay, University of Washington Library, 1911
Maisons et canoës Makah sur la plage de Neah Bay, University of Washington Library, 1911

Parmi les objets retrouvés, environ 6000 étaient réalisés à partir de la vannerie et du tissage : paniers, vêtements, chapeaux, matelas, berceaux. Les objets en bois sont cependant les plus nombreux : outre les maisons et leurs décors, on y a aussi découvert des coins, des crochets pour appâts, des clubs, des masses, des arcs et flèches, des pointes et des coffres sculptés. A un niveau inférieur, ont été découverts des artefacts plus anciens : des éclats en pierre, des couteaux, des pierres abrasives et meules en pierre.

Certains objets furent retrouvés en association, formant des panoplies pour chaque activité : chasse, pêche, chasse à la baleine, travail du bois, etc.

Trophée de chasse col de baleine recouvert de plus de 700 dents de loutre
Trophée de chasse : col de baleine recouvert de plus de 700 dents de loutre

Habitée depuis le 1er siècle avant Jésus Christ selon les datations au Carbone 14, le site d’Ozette nous offre un magnifique aperçu de ce que pouvait être la vie d’un peuple de la côte Nord-Ouest jusqu’au XVIème siècle.
Les tribus présentes descendaient de populations installées sur la côte Nord-Ouest il y a 10.000 ans. Les Makah, plus précisément, sont apparentés aux tribus du Sud de Vancouver Island sont les Nootka, face à la Péninsule Olympique. Ozette faisait partie des cinq villages Makah occupés toute l’année : Neah Bay, Biheda, Wayatch, Tsoo-yess et Ozette, situés au niveau de Cape Flattery au Sud du Détroit de San Juan de Fuca. Il se peut qu’Ozette ait été un village semi-autonome de par son éloignement des autres villages.

Les activités principales du village étaient la chasse au phoque et à la baleine ainsi que la pêche en été ; le travail du bois et les cérémonies hivernales comme les potlatchs en hiver. L’organisation sociale était semblable à celle que l’on retrouve dans les tribus septentrionales : les décorations variaient au sein des différents espaces dédiés à chaque famille selon la position sociale d’un noyau familial. On y retrouvait entre autre des symboles héraldiques ou des trophées de chasse à la baleine. Les distinctions sociales variaient selon l’activité de la famille. L’organisation sociale était aussi régie par des lois héréditaires et de parenté.

Nous pouvons aussi comprendre les relations entre les différentes tribus et leurs échanges grâce à la découverte de coquillages d’ormeau provenant de Vancouver Island par exemple ; mais aussi des paniers enroulés de Puget Sound (au Sud) et des bols en bois sculptés de la rivière Columbia (Canada). La présence de ces objets pouvait être due à l’échange de présents organisés lors des potlatchs (cérémonies de distributions de biens) ou bien d’échanges commerciaux.
Bien que la totalité du site n’ait pas encore été fouillé et étudié, on comprend déjà, alors que les premiers contacts avec les Européens n’auront pas lieu avant deux cent ans, que le peuple Makah, ainsi que les tribus de la côte Nord-Ouest, était, dès leur sédentarisation, un peuple organisé, sédentaire aux diverses pratiques culturelles, sociales et rituelles. Le dernier mot ira pour l’une des plus remarquables découvertes sur ce site : un pétroglyphe relatant un fait historique, l’arrivée d’un bateau à voile.

Pétroglyphe arrivée d’un bateau, Ozette
Pétroglyphe : arrivée d’un bateau, Ozette

Bibliographie

  • Amérique du Nord, Arts premiers ; Janet Berlo et Ruth Phillips ; 2006, Albin Michel
  • Handbook of the American Indian, Volume 7 : Northwest Coast ; Smithsonian Institution, Washington, 1990
  • Indians of the Northwest Coast ; Maximilien Bruggmann et Peter R. Gerber, Facts on File New York & Oxford, 1989
  • www.histoiredelantiquite.net

Pyramides et énergie libre : Des secrets qui nous sont cachés .

pyramid-846x383

Les pyramides, sont considérées comme des tombeaux. Or dans aucune d'entre elles nous trouvons traces de sarcophages ou d'inscriptions royaux stipulant qu'il s'agit de tombeaux de rois. Alors pourquoi nous dit ont le contraire en permanence ?! Parce que les vérités changeraient la donne pour les élites qui nous contrôle. L'aire du pétrole et du nucléaire sont révolus. Réveillez-vous ! prenez conscience de l'importance de "l'énergie libre", et des changements bénéfiques pour nos vies. Cela peut régler une grande partie de nos problèmes !! Il parait assez évident que cette technologie soit connue depuis les travaux de Tesla (fin du XIXe/début XXe)

 Il s’agit d’une des pièces du puzzle qui pourrait nous amener à comprendre que s’il y a bien une stratégie du secret autour de ces technologies c’est donc qu’elle traduit la volonté de contrôle de la majorité de la population, via l'asservissement au pétro-dollar, en particulier...

Un ingénieur informaticien Égyptien dévoile à Total-Green le secret de l’énergie libre des pyramides.

Le secret réside dans un cristal de quartz de forme pyramidale et qui est utilisé comme source d’énergie primaire dans le Métatron-H. C’est cet appareil qui sera réservé aux temples religieux, aux églises, aux centre de santé & vitalité, aux centres de méditations, aux centres de recherches en éveil spirituel et autres.

 

Cette énergie électrique à ceci de particulier, c’est qu’elle est douce, harmonisante et permet le recueillement et l’éveil de la conscience.

Cette technologie, comme toutes les technologies conçues, mise au point et brevetées par Total-Green, est réservée aux membres du Club Privilège de Total-Green.

Total-Green demeure toujours le leader mondial de l’énergie libre. Vous verrez de nombreux énoncés de d’autres sources affirmant qu’ils détiennent le « secret », mais on constate rapidement en creusant un peu que leur systèmes ne sont pas au point. Seul Total-Green dispose d’une technologie non seulement fonctionelle à 100%, mais également brevetée, sous différentes formes, dans plusieurs pays.

capteur_scalaire-846x383

Capteurs d’ondes scalaire primaires qui permettent la transformation d’énergie solaire en énergie électrique, grâce aux I.P.S. de Total-Green.

Grâce à cette nanotechnologie Sunfix, la génératrice I.P.S. (In Power Source System) produira l’énergie électrique nécessaire pour votre maison, votre commerce ou votre usine. Ce système peut fournir de 20 à 100KW, selon vos besoins.

Les bâtiments religieux du Québec (Canada) seront les premiers clients corporatifs avec certaines co-ops d’habitations écologiques.

Des mini-centrale de 400 à 1000 KW peuvent être installées pour des petites villes et plus grandes productions commerciale et industrielle.

capteur_scalaire2

Énergie libre des I.P.S. de Total-Green

Il s'agit d'une énergie produite à partir de source naturelle primaire qui est transportée magnétiquement à une source d'énergie secondaire de production électrique, qui elle fournit l'électricité nécessaire, sans arrêt, à vie. Peut aussi servir de chargeur à batterie et pile, si nécessaire, et selon les demandes spécifiques des clients membres du Club Privilège de Total-Green

 

http://www.ipstotalgreenenergy.com/capteur-scalaire-sunfix/

http://savoirtoutetplus.canalblog.com/archives/2015/02/16/31534454.html

15 mai 2011

Les pyramides oubliées de la civilisation de Caral

post_59_11191851160Puisant sa source au XXXe siècle avant J-C, la civilisation dite de Caral, aussi appelée de Norte Chico, est considérée comme la plus ancienne du continent américain. Etablie sur la côte Pacifique, au pied de la Cordillère des Andes, sur l'actuel Pérou, elle doit son nom à un site archéologique important situé à 180 kilomètres au nord de Lima.

A l’instar de bien d'autres civilisations, Caral a construit des pyramides, qui se dressent sur une surface de 65.000 mètres carrés et dont la plus grande mesure à sa base 150 x 160 mètres pour une hauteur de 18 mètres, le sommet étant plat et recouvert d’un amphithéâtre dont les gradins peuvent contenir plusieurs centaines de personnes. La population, estimée à une dizaine de milliers de personnes, avait mis au point un vaste réseau d’irrigation et cultivait du coton ainsi que divers légumes et fruits, et vivait aussi du produit de la pêche.

En 1994, Ruth Shady Solis, une archéologue américaine, explore le secteur et découvre que les monticules de terre présents à Caral cachent en réalité les ruines de gigantesques pyramides. Elle en détecte une 40aine, ainsi que 2 places circulaires encaissées dans le sol, un amphithéâtre, des petites maisons de pierre et de bois, le tout réparti sur 65 hectares.

La pyramide principale, la "Pyramide Mayor", possédait des dimensions vertigineuses. Sa base de 160m par 150m soutenait l'ensemble de la structure haute de 18m. Au sommet, une esplanade, accessible par un grand escalier, comportait un receptacle destiné à entretenir les feux sacrés, ainsi qu'un petit bâtiment de plusieurs pièces construit en pierres volcaniques, assemblées avec du mortier. Dominant la grande place et visible de tous, cette terrasse était probablement utilisée pour des rituels religieux. Une civilisation anéantie en quelques générations

Grâce à des photographie aériennes, les scientifiques observèrent que les 3 pyramides sont placées sur une spirale logarithmique. Ainsi ils retracèrent la spirale jusqu’à sa source et trouvèrent cet endroit particulier dans le désert à quelque kms des pyramides Une autre spirale part à partir d’un autre trou non loin du premier, dans une direction différente. Ces spirales ont été créé dans la quatrième dimension ( dimension que nous ne percevons pas ), par Thot, Râ et Araragat, il y a bien longtemps…Chaque intersection que créés ces deux spirales, détermine un lieu énergétique, pour ainsi dire il y en aurait 83 000 sur toute la surface de la terre.
caral_anfiteatro_2


 

Les pyramides oubliées de Caral (1 sur 5) par rapharaon
Les pyramides oubliées de Caral (2 sur 5) par rapharaons

Les pyramides oubliées de Caral (3 sur 5) par rapharaons
Les pyramides oubliées de Caral (4 sur 5) par rapharaons
Les pyramides oubliées de Caral (5 sur 5) par rapharaons

Posté par rusty james à 12:57 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

07 avril 2010

les pyramides secretes chinoises

pyramid_chine6Par Hartwig Hausdorf
   
traduit par Nenki     31-06-01
   
Selon une ancienne     légende chinoise, au-delê d'une centaine de pyramides     découvertes en Chine sont les legs de visiteurs extra-terrestres.
   
Au tournant du siècle,     deux marchands australiens se retrouvèrent dans une vast     e région dans les plaines de Qin Chuan, en Chine centrale.     Ils découvrirent plus d'une centaines de pyramides. Lorsqqu'ils     demandèrent au gardien d'un monastère local ce     qu'étaient ces pyramides, on leur confia que, selon les     documents ancients instaurés dans le monastère,     elles étaient très anciennes. Étants donné     que les documents étaient vieux de 5000 ans, nous ne pouvons     que deviner l'age même de ces pyramides. On leur dit que     les pyramides étaient de l'age lrosque 'Les Vieux Empereurs'     régnaient en Chine et que ces emprereurs avaient toujours     " stressé " le fait qu'ILS n'originaient pas     de la Terre. Plutôt qu'ils étaient les descendants     des 'Fils du Ciel qui descendirent sur cette planète en     rugissant avec leurs 'dragons de feu métalliques' . Ils     affirmèrent également que ce sont ces visiteurs     venant de l'espace qui les avaient construites.
   
   
 
   
Zones Interdites
   
En mars 1998, j'ai     visité moi-même la Chine et me sui rendu dans les     'zones interdites'qui entourent la ville de Xian en Chine Centrale.     C'est dans la province de Shensi que je fis la trouvaille de     ces 6 pyramides légendaires. Lors de mon retour en octobre     1994, j'apportai avec moi ma caméra vidéo et tourna     environ 18 minutes de film. Plus tard, à mon retour à     la maison, en visionnantle clip vidéo je remarquai lors     d'un zoom qu'il y a avait beaucoup plus de pyramide dans le background.     À date j'en ai compté plus de cent dans une surperficie     de 200 kilomètres carrés.
   
   
Coïncidence     ! Ou est-ce le même alignemnet que les pyramides de Giza...Les     trois symbolysent-t-elles Sirius?
   
   
 
   
   
 
   
 
   
Certaines de ces     pyramides sont maintenant dans un état piteux, du au fait     qu'elles furent grandement pillées par les fermiers locaux     et les résidents. Ces pyramides sont généralement     construites de glaise et de terre et non de pierres et certains     fermiers allèrent même jusquê s'approprier     du matériel pour leurs champs et domaines. C'est une honte     mais c'en est ainsi. J'ai eu beaucoup de difficulté à     obtenir la permission de continuer mon investigation sur ces     artéfacts des plus fascinants. Le gouvernement sont maintenat     très protecteurs de ces lieux et ne permettent aucune     excavation. La seule lueur d'information que j'ai pu obtenir     provint d'un archéologue chinois, le professeur Xia Nai,     qui me confia que les excavations quelconques devront être     fait par la prochaine génération de scientifiques.
   
   
Drôle de respect     pour les ancêtres que d'y planter des connifères     !
   
Le Gouvernement     chinois a déjê planté des connifères     à croissance rapide sur les pyramides afin que dans 20     ans personne ne puisse dire " Quelles pyramides ? Ce ne     sont que des collines naturelles avec des arbres dessus.Voilê.     " Je me demande bien qu'est-ce qu'ils essaient de couvrir     ou cacher.
   
   
La Grande Pyramide     Blanche
   
Toutes les pyramides     que je connaissent se situent dans les plaines de Qin Chuan et     varient en grosseur de 25 à 100 mètres. Toutes     à l'exception d'une qui se situe au nord, dans la vallée     de Qin Lin. On l'a surnommée 'La grande Pyramides Blanche'.     ELLe est immense, environ 300 mètres (1000 pieds) de hauteur.     Je pourrai s dire que c'est la mère de toutes les pyramides     de Chine. Un autre point intéressant au sujet de cette     Grande Pyramide Blanche, et peut-être la raison pour laquelle     le gouvernement chinois me refusa la permission d'y aller, est     le fait suivant : dans les environs immédiat qui entoure     cette fameuse merveille, le gouvernement a construit une rampe     de lancement de fusée pour leur programme spaciale et     bien entendu l'endroit est interdit et scellé aux visiteurs     et étrangers. Je crois que les chinois sont plus paranoïaques     que les américains.
   
   
Ci-haut: Pyramide     de Chine
   
   
Ci-haut: Pyramide du     Soleil de Téotihuacan, Mexique
   
'The Mexico Connection'
   
Comme vous pouvez le constater     les pyramides chinoise ressemblent de près à celles     de l'Amérique centrale ou méso-amérique     (Mexico, Guatémala, etc.). Lorsque je découvrit     les pyarmides de Chine, immédiatement les pyramides que     j'avais vu dans les jungles du Yucatan me vinrent à l'esprit.     Ces même pyramides étaient également recouvertes     d'une épaisse végétation au moment de leur     première découverte et étaient presqu'identique     aux pyramides des plaines Qin Chuan. La ressemblance est vraiment     ahurissante. Peut-être ont-elles été construites     par les même 'Fils du Ciel'. En ce moment je suis sur le     sentier d'un autre mystère de la Chine. Dans une région     de la Chine centrale, non loin des pyramides de Qin Chuan, se     trouve un peuple qui serait supposément les descendants     de ces ancêtres " étrangers ". Je planifie     d'y aller cette année ou la prochaine et si je découvre     quelconque patelin ou lieu extra-terrestre je promets de vous     le laisser savoir. Finalement, j'aimerais portez votre attention     sur le travail volumineux d'un auteur de Vienne, Peter Krassa.     Il a écrit deux livres intéressant sur les traces     des extra-terrestres en Chine, le premier publié en 1974     et le second en 1984. Peter m'accompagna à Quin Chuan     en mars 1984 et co-auteur de mon second livre Satelitten der     Gotter (Satellites des Dieux). Malheureusement ce livre n'est     pas encore publié Angleterre.
   
Cet article a déjê     été dans la revue UFO Reality volume3, août/sept     , 1996
   

   
   
   
The Burma Tibetian     Pyramid The Burma Tibetian Pyramid is called 'The Pyramid of     Gathering'. It is a bright white pyramid that is well preserved     in the Buhtan Province. The limestone is still preserved beyond     imagination. It supposedly glows under light. This pyramid was     spotted by U.S. pilots in China in WWll flying over the hump     in Burma. It is mentioned much by an Irish author Mona Rolf.     It same size as the Khufu Pyramid in Egypt.
   
   
(La première     photo d'une pyramide chinoise fut prise en 1945 vers la fin de     la 2 ième guerre mondiale. Cette pyramide blanche est     située dans les montagnes de Qin Ling Shan environs 60     miles au sud-ouest de X'ian. La photo se trouvait dans les filières     de l'Armée U.S. pendant 45 années avant qu'elles     vienent à la connaissance du publique.)