L’Intuition, la « mère » de l’imagination n’est plus officiellement usitée dans notre société occidentale.

619f24be7e8aa6291fa3357f6a8f1c0c

Il est aisé de critiquer la société contemporaine mais il est temps maintenant d’en venir à l’Intuition, cette grande inconnue des temps modernes. Si la Raison sert à pouvoir vivre dans notre société, à quoi peut donc bien servir l’Intuition ? Il s’agit d’une question fondamentale qui a rarement été traitée puisque l’Intuition a surtout été réfutée et dénigrée. On peut considérer que l’hémisphère droit est le siège de l’Intuition.

La créativité, l’art, la compréhension globale, l’imagination dépendent de l’hémisphère droit et découlent de l’Intuition. Nous avons vu que de la Raison découlait l’Ego et la logique. L’Intuition, la « mère » de l’imagination n’est plus officiellement usitée dans notre société occidentale. Qu’est-ce que l’Intuition à la fin ? L’Intuition est la capacité cérébrale de percevoir dans son ensemble des données que la Raison ne pourrait ni percevoir ni traiter. Avant d’aller plus loin, j’aimerai comparer la Raison à la « force centrifuge » permettant à une meule d’affûtage de tourner sur elle-même .

La Raison fait donc tourner cette meule dans le but d’affûter des outils tranchants. Le travailleur place ses outils sur cette meule qui tourne. Il se rend compte que la pierre chauffe encore et toujours au contact du métal et que plus la pierre chauffe, moins elle affûte correctement. La meule représente le cerveau et la force centrifuge représente la Raison. La pensée rationaliste étudie des données, les examine sous toutes les coutures et en déduit des hypothèses.

Ce travail fait « chauffer » le cerveau en quelque sorte. Cela représente donc bien la « force centrifuge » qui entraîne la meule dans sa course à l’affûtage. Maintenant, nous allons ajouter de l’eau sur la meule pendant que le travailleur affûte ses outils. Il constate alors que la pierre refroidit et que les outils s’affûtent correctement. L’Intuition représente « l’eau » qui coule sur la meule. Elle vient équilibrer l’action de la « force » qui fait tourner la meule. L’Intuition vient au secours de la Raison et leurs effets mutuels se complètent (meilleur affûtage de la lame) au lieu de s’annuler.

Il était important de présenter cette allégorie au lecteur afin de faciliter la compréhension de ce paragraphe . En revenant à notre objectif, on peut dire que l’Intuition est un « outil » permettant au cerveau de percevoir des choses abstraites dans leur globalité. Elle apporte donc « l’eau » au moulin de la Raison. La Raison étudie des données et l’Intuition lui apporte des informations. On se rend alors compte qu’au lieu de s’annuler, la Raison et l’Intuition se complètent pour faire de l’homme un être amélioré qui prend conscience de son existence dans un environnement beaucoup plus large. La combinaison simultanée de la Raison et de l’Intuition permet à l’humain d’acquérir une Sagesse qu’il ne peut connaître sans cette symbiose.

Actuellement, la Raison réfute toute Intuition. Il y a donc un combat féroce entre l’hémisphère gauche et droit qui a lieu dans le cerveau des êtres humains, l’hémisphère gauche étant à chaque fois vainqueur. Cela signifie que l’homme occidental contemporain refuse d’écouter l’Intuition qui lui parle. Nous avons tous en nous « une voix » qui parle et qui affirme des choses exactes, c’est le résultat de l’hémisphère droit qui traite dans sa globalité les informations.  Malheureusement, la société occidentale contemporaine n’apprend pas à l’individu à développer son Intuition. On s’entêtera plutôt à apprendre les mathématiques dans leur aspect rationaliste plutôt que dans une approche spirituelle. L’étudiant ainsi formé devient un être capable de calculer mais incapable d’utiliser les mathématiques en vue d’une fonction créatrice. Je ne parle pas de créativité dans les jeux vidéo par exemple mais la créativité artistique de la main de l’homme. Les mathématiques pourraient par exemple être utilisées pour dessiner des œuvres magistrales en utilisant le nombre d’or. Ce sont des choses que l’on n’apprend plus actuellement.

L’Intuition se développe lorsque l’individu apprend à lâcher prise et à se laisser porter par les événements. L’Ego refuse de lâcher prise parce qu’il souhaite contrôler la totalité des informations qui transitent dans le cerveau. La Raison, liée à l’Ego, est donc surdimensionnée par rapport à l’Intuition parce qu’il y a un processus sociétal extrêmement puissant qui conditionne l’individu à utiliser sa Raison au lieu de son Intuition. L’Intuition, lorsqu’elle est développée, permet à l’homme de devenir voyant, médium, magicien, sourcier, guérisseur, magnétiseur et bien plus encore selon ses capacités de base. En effet, chaque individu est différent et possède des possibilités qui lui sont propres. Par exemple, un peintre de talent pourra décupler sa créativité en se laissant porter par son Intuition. Il est nécessaire de souligner que l’artiste a la possibilité innée d’utiliser son hémisphère droit, au contraire du mathématicien qui sera plus logique et donc dominé par la Raison.

L’Intuition n’est donc pas un don mais une capacité native que possèdent tous les êtres humains. Elle est seulement plus ou moins développée selon le développement spirituel de l’individu. Par exemple, un individu dominé par ses passions (attrait pour la matière) sera dans l’impossibilité d’exploiter son Intuition parce qu’il aura des préjugés très fort s qui l’empêcheront de croire à l’existence de cette capacité naturelle. Un voyant ou un médium est seulement une personne qui a pu développer son Intuition grâce à un événement particulier. Souvent, les personnes deviennent médium ou voyant suite à un événement marquant qui déclenche un choc. Le choc est souvent à l’origine de cette capacité à pouvoir utiliser l’Intuition.

On remarque souvent qu’une personne qui souffre a besoin de son imagination pour oublier sa vie sordide. On peut supposer qu’en développant son imagination, elle s’ouvre à des possibilités et accepte l’Intuition comme un outil fabuleux qui permet de la consoler. Ceci dit, n’importe quel individu rationaliste a la possibilité de développer son Intuition en acceptant cette capacité naturelle. La négation de l’existence de l’Intuition (préjugé) empêche l’individu rationaliste d’accéder à cet état d’esprit particulier. En effet, le préjugé et tout sentiment négatif en général empêche d’accéder à cette capacité. Plus un individu s’épure de ses défauts, plus il est en mesure d’utiliser son Intuition et de développer par conséquent le sentiment de compassion appelé « Amour ». On se rend compte que l’Intuition se développe uniquement lorsqu’un individu arrive à se débarrasser d’une majeure partie de sa négativité.

Cette capacité naturelle (l’Intuition) est inactive chez les êtres négatifs mais est existante chez les êtres positifs. Il existe donc une sorte de mesure de protection dans le cerveau qui empêche « à n’importe qui » d’accéder à un savoir qui pourrait lui donner des privilèges sur les autres. Cela signifie que la personne malintentionnée ne peut pas accéder à l’Intuition ou si elle le fait c’est par une voie ésotérique particulière mais elle ne peut pas d’elle- même développer cette capacité intrinsèque. Je pense tout particulièrement à Hitler qui a acquis d’immenses pouvoirs ( à travers la haine ) qui lui ont permis d’accéder au pouvoir par le biais de la Société de Thulé. Cependant, il s’agit d’un très mauvais exemple puisqu’il représente tout ce qui a plongé l’humanité dans une noirceur absolue et c’est tout ce qu’il faudrait idéalement combattre pour mener l’humanité vers la sortie du tunnel.

Pour conclure ce paragraphe, nous préciserons que l’Intuition se différencie de la Raison par le fait qu’elle est perçue comme un sentiment de vérité. Pour être plus clair, l’individu qui utilise son Intuition « accède » à des informations qu’il ne pourrait obtenir qu’après de longues années de lecture ou d’étude. Il approche un savoir caché en quelques instants seulement (par des flashs qui lui donnent un sentiment de « savoir ») alors que la Raison utilise seulement les cinq sens pour acquérir des données. L’Intuition peut donc correspondre à ce sixième sens dont l’on parle depuis déjà quelques années chez les scientifiques. La Science semble redécouvrir lentement la roue parce qu’elle avance par tâtonnement, dans l’incertitude et le doute que lui procure la Raison. 

Pour fini, l’Eglise, quant à elle, interdit purement et simplement toute recherche d’acquisition de données par le moyen de l’Intuition qu’elle qualifie de « démoniaque ». Les préjugés sont tenaces, même à notre époque. Celui qui utilise de nos jours l’Intuition aurait pu être condamné au bûcher pendant la Sainte Inquisition. Le démon se trouve donc également dans l’Esprit de ceux qui souhaitent maintenir l’humanité dans le matérialisme et la méconnaissance d’elle- même


Nous sommes tous les miroirs les uns des autres

miroir

Lorsque nous sommes contrariés par quelque chose, c’est que le retour de situation nous ramène (souvent inconsciemment) à une partie de nous-mêmes que nous n’avons pas réglée / guérie. Un "pattern" qui se répète peut-être souvent, par ailleurs, si on fait un retour sur notre vie passée et courante.

Le but, dans cette pratique, est de ramener à notre conscience ce que nous n’avons pas guéri encore et qui nous fait vivre des situations qui ne nous sont pas agréables.

Nous ne sommes jamais en colère (par exemple, pour cette émotion) contre quelqu’un d’autre que nous-mêmes, de nous faire vivre encore cette situation, contre notre incapacité à changer notre situation... C’est pourquoi il est bon d’exprimer sa colère, ça fait du bien, mais APRÈS être allés voir pourquoi cette situation / personne nous "a mis" en colère...Nous pouvons ainsi ensuite exprimer à la personne que nous estimions "responsable" de notre colère ce qui nous a dérangé dans son attitude avec des mots plus calmes et de façon constructive.

En agissant ainsi, on ne refoule pas son émotion, on la canalise dans une prise de conscience et une nouvelle sagesse s’installe... Mais il est important de ne pas la refouler, si elle est trop forte, tapez dans des coussins, courrez, faites du vélo... défoulez-la ! Ensuite les réponses vont venir puis une discussion basée sur le partage avec la personne qui a été votre miroir pourra s’installer. Il est dommage de perdre l’amitié de quelqu’un parce que nous n’avons pas réglé quelque chose qui NOUS appartient.

Le miroir que quelqu’un nous reflète en nous faisant vivre une émotion dérangeante peut avoir trois raisons :

1. La personne vous miroite une partie de vous-mêmes que vous n’aimez pas. C’est une partie de vous que vous n’acceptez pas et/ou et que vous désirez changer. Le défaut de cette personne est aussi le vôtre si vous ne l’aimez pas dans l’autre (= si son attitude vous dérange). Cela prend beaucoup d’humilité pour réaliser ceci ! Accueillez ce miroir sans vous attarder à la quantité, grosseur ou qualité de celui de la personne qui vous le reflète, il n’est probablement pas de la même taille que ce que vous n’aimez pas en vous, c’est juste un message de prise de conscience à votre niveau que l’autre vous envoie par son attitude dérangeante.

En acceptant que vous avez vous aussi ce défaut que vous n’aimez pas chez l’autre, 50% du cheminement vers votre guérison est déjà fait et vous découvrirez ensuite, par une demande sincère à Dieu, d’où vous vient ce défaut (votre passé, votre éducation, votre vécu ou même une de vos vies antérieures peut en être la cause). Si cette prise de conscience est trop pénible et que vous n’arrivez pas à la régler seul, consulter un thérapeute. Vous pouvez être devant un problème qui vous empêche de vivre à d’autres niveaux et qui peut être une clé vers une vie plus sereine si vous tournez la clé de la porte de cette guérison.

Exemple :

Agathe travaille dans un bureau où son patron la traite régulièrement de façon humiliante, ce qui la met en colère. Elle aime son travail mais ne sait comment faire pour se sentir à la hauteur de ce que son patron veut d’elle, même si cela fait des années qu’elle travaille là et qu’elle sait que son travail est apprécié.

En acceptant de voir quel miroir son patron lui reflète, Agathe a réalisé que son patron la ramène à son passé avec son père, lequel l’humiliait régulièrement plutôt que de l’encourager, ce qui la mettait en colère.

En comprenant cette situation, Agathe a travaillé en thérapie afin de retrouver sa confiance en elle à ce niveau, à pardonner à son père son attitude dégradante envers elle, et à se pardonner à elle-même de se faire vivre ces situations humiliantes.

En guérissant ce "pattern", Agathe a maintenant une relation agréable avec son patron.

2. La personne nous miroite une partie de vous-mêmes que vous êtes / avez mais que vous n’avez pas encore développée. Vous avez cette capacité qu’a l’autre, cette qualité, mais vous n’avez pas encore réalisé que vous l’avez aussi et/ou vous n’avez pas encore trouvé comment la développer. L’exercice de cette phrase, par une demande intérieure sincère à Dieu (ou à votre Maître), vous donnera la réponse à votre question et vous donnera aussi les outils pour développer cette qualité. La prise de conscience est déjà 50% du chemin de fait !

Exemple :

Robert a une amie qui l’énerve régulièrement par son attitude de "je sais tout". Il l’aime toutefois beaucoup parce qu’elle lui apporte des connaissances au niveau de son cheminement qui lui font du bien mais, chaque fois qu’il lui partage une de ses émotions qu’il vit et qui le dérange, elle lui parle clairement de certaines choses qu’il a à régler en lui et elle met toujours le doigt sur quelque chose de vrai... qu’il n’a pas forcément "envie" d’entendre...

Robert est en cheminement personnel et aimerait être aussi "instruit" que son amie. Il n’accepte pas de se sentir "en-dessous" de son amie à ce niveau. C’est pourquoi il préfère se distancer d’elle et ne plus lui parler plutôt que de mettre son orgueil de côté, accepter qu’elle a raison et et apprendre encore plus avec son amie afin de se sentir à son niveau par les guérisons dont elle lui parle et les outils qu’elle peut lui partager.

3. La personne vous miroite une partie de vous-mêmes que vous n’êtes / n’avez plus : il s’agit alors du "test ultime", c’est la dernière fois que vous allez vivre cette situation dans votre vie car vous avez guéri ce "pattern". C’est un dernier test pour vous le faire voir tout de suite. Vous déconnectez instantanément de l’émotion dérangeante en le réalisant et celle-ci disparaît aussitôt.

Dominique Jeanneret

http://www.nal.qc.ca/do/IRI/index.html

Le syndrome du larbin ou pourquoi les hommes sont ils des moutons .

Très grandejjdjdGrande

Le syndrome du larbin ( à lire)

I) Définition

Chez un individu, le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. Ce syndrome diminue les capacités d’analyse du larbin et se traduit par un blocage psychologique l’incitant à agir préférentiellement contre ses propres intérêts au profit de ceux qui l’exploitent.


II) Analyse des symptômes

L’amour démesuré qu’affiche le larbin à l’égard des patrons, des rentiers ou des milliardaires, est l’acte de foi qui structure son discours. Le larbin agit sans discernement de ce qui pourrait être bon pour lui, il intellectualise le débat pour tenter de nous convaincre que piocher chez les riches est toujours la pire des solutions, quand bien même il en serait bénéficiaire. Les arguments économiques qu’il invoque inlassablement n’ont pas servi à forger sa conviction, le syndrome du larbin est malheureusement une vocation qui se trimbale dès le plus jeune âge et contre laquelle il n’existe aucun remède. Le larbin n’a pas choisi d’aimer les riches, il aime les riches parce qu’il est un larbin. De tendance nettement libérale le larbin est celui qui vous vante les bienfaits du bouclier fiscal alors même qu’il ne paye pas d’impôts. C’est encore le même larbin qui voudrait réduire ou supprimer l’impôt sur la fortune même s’il sait qu’il ne sera jamais concerné par la question. Un écervelé victime du syndrome du larbin n’a pas de conscience politique, il vote instinctivement dans l’intérêt de ceux qui l’exploitent pour s’attirer leur bienveillance. Le larbin estime que l’argent qui lui fait défaut, est beaucoup plus utile dans le coffre d’un riche qui pourra ainsi le réinvestir beaucoup plus utilement qu’il ne l’aurait lui même dépensé. Le larbin cautionne tous les sacrifices et les plans d’austérité dont il pourrait être l’objet comme la baisse des salaires, ou encore l’augmentation de l’âge de la retraite même si son travail ne lui convient d’aucune façon et que ses maîtres ne lui offrent aucune perspective d’améliorer sa condition.

Le biais de conformité, que l’on pourrait aussi appeler syndrome de Panurge, désigne la tendance que nous avons parfois à délaisser notre raisonnement intime pour rallier l’avis de la majorité – indépendamment du bien-fondé de celui-ci. Dès les années 1950, le psychologue Solomon Asch avait montré que dans une simple tâche perceptive consistant à comparer les longueurs de différents segments de droite, la connaissance de l’avis majoritaire suffit à faire prendre des décisions absurdes à des individus qui, isolés, répondent correctement.

Récemment, des psychologues de l’Université de Princeton ont étudié ce qui se passe dans notre tête lorsque nous nous laissons entrainer dans des processus de ce type. Une structure cérébrale nommée insula, repli du cortex cérébral au niveau des tempes, semble déterminer le basculement d’opinion, l’abandon de l’analyse personnelle au profit de la posture conforme aux attentes du groupe. Cette insula est réputée centraliser des informations de nature émotionnelle en provenance du corps, et s’activer lorsque l’individu sent peser la menace d’être exclu de son groupe d’appartenance. Le biais de conformité résulterait d’une pression sociale exercée par le groupe sur l’individu, créant une peur d’être marginalisé.

Les conséquences de cet effet touchent notamment aux mécanismes électoraux. Condorcet, philosophe et mathématicien, montrait au XVIIIe siècle que le système démocratique livre des décisions sensées, à condition que les électeurs soient ignorants des décisions prises par leurs voisins. Autrement dit, il faut savoir se protéger du biais de conformité. C’est aussi ce qu’a montré une étude réalisée dans l’entre-deux tours de l’élection présidentielle française en 2012. Quelque 1 000 votants étaient interrogés sur leurs intentions de vote au second tour ; dès lors qu’on leur présentait les résultats d’un sondage fictif allant dans le sens contraire de leur intention initiale, ils changeaient d’opinion dans 25 pour cent des cas, pour rallier l’avis majoritaire exprimé par le sondage. Neurosciences, mathématiques et psychologie sociale concordent donc sur un point : pour éviter de réveiller le mouton qui sommeille en l’homme, évitons de le perturber par des influences majoritaires.

Par Sébastien Bohler

Source : actuwiki

http://indicescibles.blogspot.fr/2012/12/le-syndrome-du-larbin.html">http://indicescibles.blogspot.fr/2012/12/le-syndrome-du-larbin.html

Intelligence émotionnelle, intelligence intuitive : la fin de l’hégémonie du QI

133755-bigthumbnail

Une nouvelle conception de l’intelligence émerge depuis une une vingtaine d’années, dans laquelle les émotions et l’intuition occupent une place à part entière.

intelligence intuitive intuition émotionnelle

L’intelligence ne se borne pas à des capacités logico-déductives et verbales. Elle inclut, entre autres, des capacités intuitives et émotionnelles.

Etre intelligent, c’est être capable de logique, de déduction, d’abstraction. C’est répondre haut la main aux tests de QI, lesquels, inspirés des travaux d’Alfred Binet, au début du XXe, dominent notre manière de concevoir l’intelligence. Oui… Mais. Et si l’intelligence, c’était beaucoup plus que ça ? Et si l’intelligence avait d’autres visages, qui eux, ne se calculent à la hauteur du quotient intellectuel ?

De l’intelligence sociale de Thorndike à aux intelligences multiples de Gardner

Dès les années 20, Edward Lee Thorndike, psychologue américain, s’insurge contre cette vision étriquée de l’intelligence. Il met en avant le caractère multidimensionnel de l’intelligence, et distingue les capacités abstraites des capacités sociales. Novatrice, sa thèse passe pourtant inaperçue. Il faudra attendre les années 80 pour que, de nouveau, un théoricien ose remettre en cause le consensus de « l’intelligence intellectuelle ». C’est Howard Gardner, éminent professeur de psychologie à Harvard qui met le feu aux poudres. Il publie un livre confidentiel, destiné à l’origine à un cercle fermé de spécialistes. Mais, contre toute attente, « Frames of Mind : the Theory of Multiple Intelligence », a du succès auprès du grand public. Gardner y expose sa théorie des intelligences multiples, égratignant au passage la société occidentale et sa démarche de normalisation.

« notre société souffre de trois déformations, ‘l’occidentomanie’, la ‘testomanie’ et ‘l’élitomanie’»,. ‘L’occidentomanie’ consiste à mettre certaines valeurs culturelles occidentales, héritées de Socrate, sur un piédestal. La pensée logique et la rationalité sont certes importantes mais elles ne sont pas les seules. La ‘testomanie’ reflète la tendance à privilégier les compétences ou les manières de faire facilement quantifiables. (…)‘L’élitomanie’ : (…) il est dangereux de croire qu’une approche unique par exemple logico-mathématique, peut fournir toutes les réponses à un problème donné », Howard Gardner.

Les aptitudes liées à la compréhension de la nature humaine permettent d’être heureux

 Le chercheur constate qu’un Q.I. élevé ne garantit en rien le succès, la réussite ou le bonheur. Selon lui, -en dehors des aptitudes habituellement reconnues, à savoir l’intelligence logico-déductive  (aptitudes pour les maths, la déduction) et verbale (maniement du langage)- il existe d’autres intelligences, tout aussi importantes, qui doivent, à leur tour, être valorisées. Aux côtés des  aptitudes spatiales (s’orienter, se représenter en 3 dimensions), musicales (penser en sons, en rythmes) et kinesthésiques ( savoir utiliser son corps), Gardner identifie deux formes d’intelligences « personnelles », directement liées à la compréhension de la nature humaine. Il distingue :

. L’intelligence interpersonnelle : aptitude à discerner l’humeur, le tempérament, la motivation et le désir des personnes, à y répondre correctement et à nouer des relations avec les autres.

. L’intelligence intrapersonnelle : capacité « intrapsychique » à avoir une connaissance de soi, accéder à ses sentiments, émotions, comprendre ses forces et ses faiblesses.

Le chercheur souligne que ces deux dernières aptitudes, peu connues, difficiles à cerner, sont indispensables pour mener son existence à bien, faire les bons choix de partenaire amoureux ou d’orientation professionnelle… bref, être heureux. La théorie de Gardner, qui dérange une partie de la communauté scientifique, va être poussée plus loin et étoffée au cours de la décennie suivante. Elle va donner naissance au courant de « l’intelligence émotionnelle ».

On doit au chercheur de Harvard, Howard Gardner, d'avoir bouleversé dans les années 80 la notion d'intelligence avec sa théorie des Intelligences multiples, et la mise en avant des capacités inter et intrapersonnelles, liées à la compréhension de la nature humaine, les émotions et l'intuition.

On doit au chercheur de Harvard, Howard Gardner, d’avoir bouleversé dans les années 80 la notion d’intelligence avec sa théorie des Intelligences multiples, et la mise en avant des capacités inter et intrapersonnelles, liées à la compréhension de la nature humaine.

Les émotions nous aident à faire les bons choix

 C’est le psychologue et journaliste scientifique américain Daniel Goleman qui a popularisé cette notion, avec la parution, en 1995, du best-seller mondial « L’Intelligence Emotionnelle ». Dans cet ouvrage, il passe en revue une série d’études menées dans les domaines des neurosciences et de la psychologie. Les émotions, jusqu’alors perçues comme l’ennemi de la raison, sont réhabilitées. Au contraire, bien utilisées, elles sont leur principal allié. Ainsi, « l’esprit émotionnel », plus rapide que l’esprit rationnel, est capable de déchiffrer les sentiments chez les autres et en nous-mêmes, et possède une vue d’ensemble de la situation. Dans les situations complexes, en cas d’urgence, de danger, les émotions, par leur « caractère hautement adaptatif » seraient les plus efficaces. Elles nous permettraient de faire les bons choix. On observe par exemple que des individus, privés d’émotions accidentellement ou à la suite d’une opération, se trouvent soudainement incapables de prendre la moindre décision, même la plus anodine, leur vie se transformant en enfer (cf L’erreur de Descartes, du neuroscientifique américain Antonio Damasio). En d’autres termes, les émotions nous guident vers la bonne décision plus rapidement que l’esprit rationnel, pour peu qu’on les laisse s’exprimer sans nous envahir. ‘Agir sous le coup de l’émotion’ n’est donc pas nécessairement une mauvaise chose.

 De l’intelligence émotionnelle à l’intelligence intuitive

 Dans la lignée de l’intelligence émotionnelle, la notion d’intelligence intuitive fait timidement mais sûrement son apparition. Thème de recherche privilégié des neurosciences depuis une dizaine d’années, l’intuition est, pour les chercheurs, la marque de l’intelligence de notre inconscient. Capable d’amasser une quantité phénoménale de données, dont la plupart échappent à la vigie de notre conscience, notre cerveau est capable de bien des prouesses. Il peut, à « l’insu de notre plein gré », faire des analogies, des rapprochements, des associations. Il est capable de traiter une grande quantité d’informations en un temps record et procéder à une analyse express de la situation.  Le tout, de manière inconsciente. Longtemps méprisée et déniée au profit de l’intelligence rationnelle, la notion d’intelligence intuitive commence à intéresser les entreprises, en particulier sous son versant management et leadership. Elles voient dans cette nouvelle approche colle avec la nécessité d’être réactif dans un monde ne perpétuel mouvement.

 L’intelligence intuitive recoupe plusieurs aptitudes, dont certaines relèvent aussi du champ de l’intelligence émotionnelle, et des intelligences intra et interpersonnelles de Gardner, liées à la compréhension de la nature humaine, parmi lesquelles :
- Des aptitudes liées à la conscience de soi
Capacité d’être en contact et accepter son inconscient, affinités avec le langage symbolique, analogique et métaphorique, bonne connaissance de ses forces et de ses faiblesses, capacité d’être en accord avec soi-même, facilité pour l’introspection, capacité de comprendre, identifier et gérer ses propres émotions, capacité d’être en relation avec le monde sensible.
- Des aptitudes liées à la conscience des autres
Capacité à sentir, capter les autres, leurs émotions, à comprendre les non-dits et les signaux subtils, propension à l’empathie, c’est-à-dire à se mettre en résonance avec l’autre pour comprendre ce qu’il vit et ressent, capacité -conscientisée ou pas- à décrypter le langage corporel, facilité pour l’observation attentive.

Intelligence rationnelle, sociale, émotionnelle, intuitive… En ce début de XXIe siècle, la copie de l’intelligence est en train d’être sérieusement revue et corrigée. Cependant, on est encore loin de l’intégration de cette vision à 180 degrés dans la société et le système éducatif, largement dominés par la référence intellectuelle au QI. En attendant un jour peut-être que l’intuition et les émotions fassent l’objet d’une matière spécifique dans les grandes et les petites écoles, méditons sur cette  phrase du psychologue suisse du développement de l’enfant Jean Piaget (1896-1980) : « L’intelligence, ça n’est pas ce que l’on sait, mais ce que l’on fait quand on ne sait pas ».

 

__________________________________________________________

Source(s) : histoiredintuition.com (par Isabelle Fontaine /

W.I.S.E. comment la scientologie vampirise les entreprises dans le monde

 

scientology

W.I.S.E. (World Institute of Scientology Enterprises), fondée en 1979, regroupe toutes les façades de la secte de Scientologie à travers le monde, sans les reconnaître officiellement comme affiliées.

Son logo est une lionne protégeant ses petits, une image rassurante pour un inquiétant réseau de marques comme la C.C.H.R. (Citizens Commission on Human Rights), en français la C.C.D.H .(Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme , une sorte de contrefaçon de la Ligue des Droits de l’Homme), Narconon (en France « Non à la drogue Oui à la vie », pseudo cures de désintoxication pour drogués, des cibles faciles ?), etc…

Des centaines d’entreprises qui utilisent la « technologie administrative », notion inventée par Ron L. Hubbard, l’écrivain devenu gourou.

Voici un extrait de l‘émission québécoise « Le Pouvoir Caché »,


Scientology - W.I.S.E. - "Le pouvoir caché" par Rotulette

 

 

A quoi un membre de WISE s'engage-t'il vis-à-vis de la secte criminelle? Voici le "Code d'un membre de Wise", qu'on trouve en anglais pages 9 à 13 de l'annuaire WISE 1999.

 

===

En tant que membre de WISE, je m'engage à respecter le Code d'un membre de WISE pour le bien de tous.

1. Je promets d'apprendre et d'appliquer la technologie administrative de L. Ron Hubbard jusqu'à l'obtention d'un résultat standard.

2. Je promets de me servir de la technologie d'éthique et de justice de L. Ron Hubbard et de m'assurer qu'elle soit appliquée de façon standard

3. Je promets de toujours attribuer à L. Ron Hubbard la source des technologies administratives, d'éthique et de justice, et de m'assurer que les autres fassent de même.

4. Je promets d'insister pour avoir des lignes de communications élevées et de la clarté, affinité et réalité, et sais la conséquence de ne pas remplir ces conditions , et je promets de travailler continuellement et efficacement à maintenir un niveau élevé d'ARC dans le groupe.

5. Je promets d'utiliser les technologies de Ron Hubbard pour résoudre toute dispute.

6. Je promets de lire entièrement, comprendre et obéir en tous points à l'accord WISE.

7. Je promets de prendre responsabilité pour la protection des marques de commerce et droits d'auteur de la dianétique, de la scientologie et de WISE.

8. Je promets de garder ma propre éthique en place et de prendre responsabilité d'obtenir que les autres alentour aient aussi leur éthique en place, en accord avec les normes éthiques élevées établies dans les écrits de L. Ron Hubbard.

9. Je promets de prendre responsabilité pour les accords que j'établirai avec d'autres et de m'assurer qu'ils soient vrais, corrects et complètement compris par toutes les parties exprimées par écrit.

10. Je promets de prendre responsabilité de faire progresser et de promouvoir l'application standard des technologies administratives, éthiques et de justice de L. Ron Hubbard.

11. Je promets de protéger les autres de la rumeur et des faux rapports, en n'agissant pas et en ne faisant pas suivre des données non vérifiées ou privées de substance.

12. Je promets de remplir toutes mes obligations financières pour lesquelles j'aurai pris accord.

13. Je promets de ne pas entrer en affaires, financières ou autrement, avant d'avoir enquèté et pris la responsabilité pour ceux avec qui j'entre en affaires.

14. Je promets de toujours délivrer ce que j'ai promis.

15. Je promets d'établir un échange abondant comme seule condition à l'échange.

16. Je promets de m'en tenir au principe selon lequel l'argent et le support ne se font que via la production et la livraison de produits échangeables.

17. Je promets de maintenir de bonnes relations avec le public, la communauté d'affaires et les autorités civiles.

18. Je promets de prendre responsabilité de protéger les églises de scientologie des distractions, gènes ou mauvais usage de leurs lignes et de leur personnel.

19. Je promets de ne pas utiliser les églises de scientologie et leurs lignes de communication pour des buts de gain financier personnel.

[nota du traducteur: ceci est évidemment faux, puisque dans le même temps, les membres WISE reçoivent des commissions commerciales sur les nouveaux clients amenés à la secte]

20. Je promets de ne pas trouver d'excuses pour me servir des églises de scientologie et de leurs lignes de communication pour augmenter le gain financier personnel d'un individu, mais de faire ma part afin de m'assurer qu'elles opèrent exclusivement en direction des objectifs spirituels de la religion scientologie.

21. Je promets de remplir les buts de WISE et de prendre responsabilité pour augmenter et améliorer les membres de WISE.

22. Je promets d'établir un bon exemple d'efficacité des technologies adminsitaryives, d'éthique et de justice de L. Ron Hubbard.

23. Je promets de prendre responsabilité pour promouvoir une civilisation nouvelle, au sein de laquelle les gens capables puissent prospérer et les gens honnètes avoir des droits.

24. Je promets d'obéir à ce code afin que tous les membres de WISE progressent et prospèrent.

===

Quelques réflexions:

#19: tous les membres de WISE touchent des commissions des organisations de scientologie sur les gens qu'ils convainquent d'y prendre des services.

 les scientologues regardent d'un très mauvais oeil les gens peu ou pas productifs: ils finiraient bel et bien par les éliminer, comme le recommande leur gourou "Et débarrassez-vous [des gens qu'Hubbard n'aime pas] d'eux tranquillement et sans vous en faire", dit-il.

A plusieurs endroits, l'impétrant doit "prendre responsabilité" pour d'autres. C'est une façon de faire payer au membre tout ennui qui pourrait provenir d'une relation. Ainsi, le patron de Pabnda a probablement été contraint de "prendre responsabilité" de son adhésion à WISE en m'attaquant en justice.

A plusieurs endroits aussi, il faut s'engager à respecter les technologies administratives, d'éthique et de justice d'Hubbard. Je défie ici même TOUS les membres de Wise de prouver qu'ils appliquent toutes ses absurdités dont le résultat final est aisé à constater quand on observe la Scientologie elle-même: réputation criminelle définitivement assise, procédés en affaires horripilants et délictueux, système de justice véritablement totalitaire, et mieux vaut rire quand on entend le mot "éthique" de la bouche d'un grand patron de la scientologie: le Chiffre d'affaires et les bénefices tiennent en effet lieu de méthode majeure de mesure de l'éthique de toutes les organisations de la secte. On en trouve une très jolie preuve au point #7 ci-dessus: il s'agit de protéger les marques de commerce scientologie, dianétique, et WISE.

Et n'oublions pas que L. Ron Hubbard était si éthique qu'il a été condamné à quatre ans de prison ferme, plus grosse amende, pour escroquerie et extorsion. Paris, 17e Chambre correctionnelle, 1978. Il n'a pas fait appel.


www.antisectes.net/wise-jacobsen.htm

WISE — World Institute of Scientology Enterprises

http://www.wise.org/en_US/index.html

 

La Banque nationale organise-t-elle l’impunité des banquiers, même confrontés aux ennuis judiciaires ?

Bankster_flambeur_zps3769cbe0

© Dieter Telemans/Imagedesk

 

La saga Fortis n’a pas dit son dernier mot. Le naufrage de l’institution, en 2008, pourrait mener l’ancienne fine fleur de la banque à devoir répondre de ses actes en justice. Tous n’ont entretemps pas pris leurs distances avec le monde de la finance. Deux d’entre eux y opèrent encore en haut lieu. Malgré leur inculpation, et la menace d’un renvoi en correctionnelle que demande le parquet de Bruxelles et que la chambre du conseil devrait trancher en septembre.

Filip Dierckx et Herman Verwilst sont déclarés toujours bons pour le service. Le premier reste numéro deux de BNP Paribas Fortis et président de Febelfin. Le second se maintient à la présidence du conseil d’administration d’Optima Bank. Ni l’un ni l’autre n’ont perdu la confiance de leur employeur. Ni celle de la Banque nationale qui leur a confirmé leur brevet de compétence et d’honorabilité.

Tant de mansuétude reste une énigme pour le député fédéral Ecolo Georges Gilkinet. « La Banque nationale ne semble pas s’inquiéter de la situation ni des conséquences sur les établissements où les deux personnes citées restent des dirigeants. » Ce n’est pourtant pas faute, dans le chef du parlementaire, de chercher à comprendre. Ni d’avoir relancé le ministre des Finances, Koen Geens (CD&V). Face au député vert un peu trop insistant, Geens reste muré dans ses vérités : le rappel théorique de la règle du « fit and proper », et le sacro-saint respect de la présomption d’innocence. Le ministre insiste : ce principe exige « une certaine retenue ». Il permet aussi d’éluder le fond de la question.

C’est le langage qui plaît à Febelfin, la puissante fédération du secteur bancaire, très chatouilleuse sur les droits de la défense et la protection de la vie privée. L’élu écolo du peuple avance, lui, d’autres priorités : « Le sentiment de l’injustice représentée par l’impunité de ceux qui ont commis des erreurs, volontaires ou non. La loi bancaire de 1993 va beaucoup plus loin que l’argument de la présomption d’innocence. Elle exige des dirigeants d’institutions financières, plus que d’un autre citoyen, qu’ils soient exemplaires dans l’exercice de leurs fonctions.»

La langue de bois connaît ses limites. En juin dernier, Alfred Bouckaert jette l’éponge. Rattrapé par un vieux dossier de fraude fiscale qui le menace d’un procès en correctionnelle, l’ex-dirigeant du Crédit Lyonnais Belgium renonce à présider le conseil d’administration de Belfius, la nouvelle banque publique. Une tuile pour le gouvernement fédéral. Et un bel embarras : les anciens ennuis judiciaires du banquier n’étaient pas inconnus de l’équipe gouvernementale qui l’avait néanmoins nommé, en novembre 2011. Au regard de la loi, Alfred Bouckaert n’était donc pas si « fit and proper » que ça. Allô, la Banque nationale ?

Pour le coup, difficile pour Koen Geens de botter en touche : « S’agissant de faits datant de 23 ans, cette affaire a été supposée prescrite par Monsieur Bouckaert. Vu le parcours professionnel impressionnant de ce dernier, ces éléments n’ont pas été jugés comme constituant un obstacle à sa nomination. » C’est comme si, éblouie par un tel CV, la Banque nationale n’avait pas vu la petite tache qui y figurait. Et en avait oublié cet autre réflexe que commande sa mission d’évaluation: celui de s’informer auprès des autorités judiciaires d’enquêtes en cours et d’affaires toujours pendantes.

Mauvaise note décernée à l’évaluateur. Qui se retrouve à son tour évalué. Sévèrement. « Tout le monde est ’’fit and proper ’’ aux yeux de la Banque nationale, y compris des personnes ayant dirigé de grandes institutions bancaires belges qui sont allées dans le mur », commente Georges Gilkinet. L’élu en retire la désagréable impression « d’une proximité entre le contrôleur et le contrôlé ».
Yves Delacollette, ex-remuant patron de la Deutsche Bank Belgique reconverti dans la consultance, n’y va pas par quatre chemins : « Il y a deux poids deux mesures, selon que l’on est un grand ou un petit dans le monde de la banque. D’un côté, la CBFA (NDLR : Commission bancaire, financière et des assurances, devenue FSMA) demandait au patron de Citibank de renoncer à son mandat de CEO, au motif qu’il serait peut-être cité en justice dans un dossier de commercialisation de produits Lehman Brothers. Et de l’autre, Filip Dierckx, bien qu’inculpé, peut rester en fonction à la direction de BNP Paribas Fortis et à la présidence de Febelfin. C’est inacceptable. »

Favoritisme, complaisance. Impossible pour la Banque nationale de rester insensible à la critique, sous peine de maintenir la fâcheuse impression de procéder à des évaluations-bidon. Une nouvelle circulaire, signée du gouverneur Luc Coene en date du 17 juin, est censée recadrer la politique « fit and proper » de l’institution. Elle annonce une vigilance accrue dès qu’une procédure judiciaire est en jeu et pourrait entacher l’honorabilité d’un dirigeant.

http://www.levif.be/info/actualite/belgique/banques-passeport-pour-l-impunite/article-4000369798731.htm?nb-handled=true&utm_medium=Email&utm_source=Newsletter-09/08/2013

16 janvier 2013

Collapse (L’effondrement) est un documentaire sur l'orientation dramatique de l'humanité

rusty james news videos rare

Collapse (L’effondrement) est un documentaire général qui traite de l’orientation de nos sociétés pour ne pas dire de l’humanité toute entière. Du pic pétrolier (peak oil) en passant par la guerre en Irak ou la démographie exponentielle de la planète, chaque courbe ascendante a forcement son inverse tôt ou tard, à plus forte raison dans un monde fini comme le notre, l’inévitable est pour Michael Ruppert, une évidence. Michael Ruppert ? C’est un ancien enquêteur de la police de Los Angeles, il a ensuite été journaliste d’investigation pendant 30 ans et c’est l’un des seuls à avoir prévu la crise financière quand tous les experts économiques rejetaient ce scénario. Le pic pétrolier sonnera, d’après lui, le glas de nos sociétés modernes, 90% de notre économie étant basé sur cette ressource (carburant, polymères, plastiques en tous genres, innombrables dérivés …).Cet homme apparemment sincère et d'une grande expérience sur le sujet, semble pourtant comme beaucoup d'autres oublier volontairement l'essentiel à savoir :

- Qui a volontairement mis en place un système entièrement basé sur une énergie fossile limitée conduisant inévitablement au chaos final...

- Qui a empêcher Nicolas Tesla de poursuivre ses recherches sur l'énergie des Neutrinos (Particules d'Éther (5ème élément pour les grecs))

- Qui a appuyé sur le bouton stop pour arrêter la chute de Wallstreet à exactement - 777,7(68) le 29 septembre 2008 jour de la fête des anges des chrétiens et jour du nouvel an juif faisant ainsi coïncider l'apocalypse selon saint jean et l'effondrement en cours de l'économie mondiale (Lire le livre 777 de Pierre Jovanovic)...

- Qui a payé et fait ériger les Georgia Guidestones où sont inscrit les 10 commandements pour l'humanité future avec comme premier commandement : "Il faudra maintenir le nombre d'individu sur la planète en dessous de 500 000 000.".....

- Qui a construit la suisse du dessous comme un gigantesque abri antinucléaire Bactériologique et Chimique à l'échelle du pays tout entier avec des villes et des hôpitaux souterrain...

- Qui a érigé les centaines d'obélisques, de hiéroglyphes du soleil et de pyramides architecturales sur la plupart des bâtiments d'État et demeures bourgeoises dans cette même Suisse

- Qui a créer la Suisse...

- Qui a construit des infrastructures également NBC du même type que la Suisse du dessous à l'aéroport de Denvers aux USA....

- Qui a rédiger et mis en circulation les protocoles des sages de Sion pour que les juifs payent bientôt et de nouveau de leur vie une politique mondialiste dont ils ne sont responsable que par ignorance de l'objectif final de ceux qui leur font croire qu'ils pourront un jour dominer le monde...

- Qui a érigé la cours suprême d'Israël (la plus haute juridiction de l'État Hébreu qui culmine sur l'un des sommets les plus haut du pays) sur le modèle d'un temple avec une pyramide et l'œil d'Horus sur son toit...

- Qui a érigé le parlement Européen sur le modèle architectural de la tour de Babel...

- Qui a mis en circulation la Prophétie de saint Malachie qui annonce la future et certaine chute de la nouvelle Babylone qu'est devenu le Vatican...

- Qui a permis au Vatican d'ériger L'observatoire du Mont Graham en Arizona où ce trouve aujourd'hui tourné vers le Ciel les deux yeux de Lucifer (noms des 2 télescopes)

- Qui a plastiquer le WTC7 (la troisième tour dont aucun politique ni média ne parle) qui s'est effondré comme les deux premières tours sans aucun dommage pouvant expliquer une telle chute le 11 septembre 2001....

- Qui a créer Al Qaïda et dans quel but...

- Qui est derrière les effondrements de l'histoire de l'économie moderne.

- Qui a permis à Hitler de faire sa guerre éclair en fournissant le pétrole que l'Allemagne n'avait pas pour faire fonctionner ses blindés

- Qui est derrière la mise en place des deux dernières guerres mondiales qui n'étaient en fait principalement que deux vastes programmes de réduction de la population mondiale.

- Qui est à la tête des institutions Européennes pour veiller à ce que cette structure politique incroyable de non sens atteigne son objectif le moment voulu.

- Qui est derrière l'idéologie New Age et la société Théosophie doctrine et courant de pensée de structures telles que l'ONU ou la future gouvernance mondiale...

- Qui sont derrière des groupes comme : Les Bilderberg, La Trilatérale, Le CFR, La Round Table, La société Fabienne, Les Skulls and Bones, Le club du siècle etc....

Pourquoi oublier de telles évidences qui défient les lois de la probabilité en matières de coïncidence ?

Je pose la question.... Pourquoi oublié de mentionner ne serait-ce qu'une de ses évidences des origines réelles du chaos qui s'en vient et surtout pour protéger qui ?

08 novembre 2011

Un document secret des illuminés de Bavière décrypté par un programme informatique

illuminatiLe code du Copiale est un mystérieux cryptogramme, contenant près de 75.000 caractères, qui avait été retrouvé dans une université de Berlin-Est à la fin de la Guerre froide et que l'on attribue à une société secrète allemande du XVIIIe siècle. Des scientifiques de l'université de Californie du sud et de l'université suédoise d'Uppsala ont réussi à en décrypter une partie grâce à un algorithme informatique de détection et de traduction de langages, raconte le Los Angeles Times.

Les chercheurs ont tout d'abord isolé les caractères grecs et latins des symboles abstraits pour tenter de comprendre une partie du message mais ont réalisé que ces premiers étaient insignifiants. Le travail était rendu plus complexe par l'absence d'espace entre les caractères, comme le montre la présentation de leur recherche.

Sachant que le texte provenait d'Allemagne, ils sont partis de l'hypothèse selon laquelle les symboles abstraits pourraient être des approximations de caractères germaniques. «Je suis heureux de savoir que les logiciels de linguistique peuvent nous aider à décoder des cryptogrammes historiques», a confié Kevin Knight à Annenberg TV News, chaîne télévisée de l'Université de Californie du Sud. «Maintenant, j'espère que les techniques de décodage peuvent aider à concevoir de meilleurs logiciels de traduction.».

Les premiers mots déchiffrés étaient «Cérémonies d'initiation» suivi de «Section secrète». Les chercheurs ont réussi à déchiffrer 16 pages du document, qui en compte 105, et ont découvert qu'il décrivait les rites d'une société secrète intéressée par l'ophtalmologie, comme celui de s'épiler les sourcils. Ou encore le mode de reconnaissance entre membres : si un membre veut savoir comment va Hans, par exemple, l'autre personne doit d'abord lui répondre en mentionnant un prénom qui commence par la seconde lettre du prénom déjà cité, Anton par exemple.

Selon le Guardian, l'équipe de Kevin Knight a avoué avoir d'autres projets de cryptographie en tête avec la technologie qu'elle a mise au point ; la scuplture Kryptos qui se trouve dans l'enceinte du quartier général de la CIA, le cryptogramme du tueur de Zodiaque dans les années 1960 en Californie ou encore le manuscrit de Voynich du début du 15e siècle. Toutefois, Elonka Dunin, qui anime un site sur la cryptographie, se veut dubitative. «Généralement, cette technique de décryptage a déjà été utilisée pour ces cryptogrammes», estime-t-elle sur le site MSNBC.

Slate

17 avril 2011

J'ai vomis dans mes corn flakes vidéos excellente sur nos vies

soleil_fondecransaIl y a des vidéos qui tentent d'expliquer des choses pendant des heures sans qu'on soit plus avancé à l'arrivée et puis il y a parfois de ce genre de pépites qui vous résument en moins de 4 minutes ce que sont nos vies.

Dans un monde noir et blanc, seul les étoiles sont en couleurs

Si les enfants veulent tous devenir astronaute c'est pour se barrer de cette Terre où ils devront vivre toute leur vie. Ensuite ils grandissent, oublient la NASA à cause d'un 5.5 en Math. Ecoutent du Black Métal et vomissent la bière vendue par pack de 30. Ils se haïssent eux mêmes sans trop savoir pourquoi. Le lycée leur apprend les modalités de l'échec, de l'humiliation, de la clope et du suicide. Ceux qui auront leur bac se ruineront en Malibu-Coca. Puis, le soleil éclaire un peu plus leur chemin. Ils voient un peu mieux l'avenir, parce qu'il n'y en a pas. Ils se psychanalysent eux même découvrant que tous ça,ce n'est peut être pas seulement de leur faute. Alors on se met à faire de la politique. Un autre monde est possible. Le changer serait tellement cool. Ils achètent des T-shirt avec des étoiles rouges, et trouvent le mot Révolution très beau. Ca ressemble à Revolver, mais surtout à Evolution.Ils arretent de manger du Mac Do, refusent d'être français, ne regardent plus la météo, de toute façon demain, il pleuvra.
Le doute se mêle à leurs tentatives, vaines forcément. Pourquoi refaire le monde, puisqu'il va péter ? Et puis ils se rendent compte que boire une bière fraiche avec une belle brune ce n'est pas si mal. Le regard d'une fille d'une fille vaut mieu qu'un combat perdu d'avance. L'amour pas la guerre, ce genre de conneries. On emmerde une dernière fois la société, on revend son poster du Che. Cette fille devient notre femme, la bière fraiche devient votre bide. On s'entasse dans un meublé qu'il faudra payé. Un boulot et puis une bagnole avec l'ouverture centralisé et la clim en option. On économise pour Noel et un peu de soleil à la plage. On devient gros, moche, aigri. Les petits cons arrêtent de jouer dans notre pelouse et on se souvient qu'avant on avait des projets, on se souvient...On était jeunes, pleins d'idées, tout ça pour rien, parce que maintenant on attend comme tout le monde son abonnement au programme télé. Alors, avant de mourir, on va voir son petit fils. Il veut devenir astronaute.

 

Posté par rusty james à 02:47 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,