La TV espionne les utilisateurs à leur insu – La TV connectée vous regarde, vous écoute, et enregistre vos infos personnelles!

TV RUSTYJAMES

Big Brother, allégorie de la surveillance généralisée, s’invite dans les salons par l’entremise des téléviseurs connectés. 
Image: DR
Les réseaux sociaux vous espionnent, votre smartphone vous espionne, votre téléviseur n’allait pas se gêner d’en faire de même. Un blogueur britannique du nom de DoctorBeet a découvert que sa TV connectée de marque LG l’espionnait à son insu. Il relate son expérience sur son site.

Les fabricants de téléviseurs connectés enregistrent les habitudes de leurs téléspectateurs afin d’afficher des publicités en rapport avec leurs goûts dans les différents menus de navigation. Chez le fabricant coréen, la fonction s’appelle Smart Ad.
L’option de suivi peut être déclenchée, sauf que voilà, dans le cas de LG, les informations continuent d’être collectées et transmises aux serveurs de la firme. Fâché par cette découverte le blogueur a contacté LG pour lui demander des explications.

Réponse de l’entreprise: toute personne qui emploie un téléviseur connecté de la marque en accepte forcément les conditions d’utilisation. Et de recommander à DoctorBeet de se retourner contre le vendeur du téléviseur qui ne l’a pas averti que ses informations personnelles allaient être connectées.

Pour éviter les fuites, le blogueur préconise de bloquer manuellement sur le routeur certains noms de domaine liés à Smart Ad. La liste est disponible sur son blog.
Big Brother au salon - Les téléviseurs connectés posent de nouveaux défis à la protection de la sphère privée. En 2012, des experts étaient parvenus à pirater une Smart TV de Samsung afin qu’elle filme ce qui se passe dans la pièce autour d’elle.
Plus récemment, Microsoft a renoncé à braquer en permanence les caméras de son dispositif Kinect sur les joueurs de la console de salon Xbox One.
(Newsnet)

TV Connectées : LG récupérerait des infos personnelles à l’insu des utilisateurs

Clubic.com – [...] Téléviseurs connectés LG : le constructeur coréen récolte des données liées aux habitudes de visionnage des utilisateurs de ses appareils, pour mieux cibler sa publicité, et ce même si ces derniers ont désactivé la fonctionnalité de suivi.
[...]  DoctorBeet, a pris l’initiative de décortiquer le procédé. Et ce qu’il a découvert ne lui a pas plu.
[...] Au détour de l’exploration des paramètres de sa télévision, le blogueur découvre une option, nommée « Collecte d’information de visionnage », qu’il passe en Off en imaginant que LG va arrêter de tracer ses habitudes.

LG TV connectée

Mais par acquis de conscience, DoctorBeet décide de réaliser ensuite une analyse du trafic pour déterminer les données envoyées sur le réseau pas son téléviseur. Et c’est là où le bât blesse : même en désactivant cette fonction, l’écran continue à transmettre à un serveur distant des informations concernant les chaînes et programmes visionnés, et même le nom des fichiers stockés sur une clé USB connectée. Les données sont envoyées en clair sur les serveurs de LG.

Effrayé par sa découverte, le blogueur a pris contact avec LG pour avoir des explications. La firme lui a répondu par email, sans détour : « Malheureusement, comme vous avez accepté les Termes et Conditions sur votre TV, votre requête concerne votre détaillant. Nous estimons que vous auriez dû être mis au courant de ces termes et conditions dans votre point de vente, et pour des raisons évidentes, LG est incapable de commenter cette action » explique la firme. En clair, LG est dans son bon droit car les conditions d’utilisation du téléviseur indiquent que LG peut collecter les données des utilisateurs. La firme estime que c’est aux magasins qui commercialisent les téléviseurs de faire de la pédagogie sur la question, et de donner ensuite le choix au client d’acheter ou non l’appareil.

Si LG se cache derrière les conditions générales de vente de ses téléviseurs, l’entreprise ne répond pas à la question concernant la fameuse option qu’il est possible de désactiver dans le menu du téléviseur. « Que l’option soit réglée sur marche ou arrêt, les informations sont envoyées » déplore le blogueur. Pour l’utilisateur lambda qui n’a pas les moyens de suivre les transferts de données, la pratique manque de transparence.

Conscient qu’il n’obtiendra pas plus de réponse et de solution de la part de l’entreprise, DoctorBeet propose une solution aux possesseurs d’un téléviseur LG qui ne veulent pas être surveillés : le blogueur a mis en ligne une liste de domaines à bloquer sur un routeur « pour empêcher l’espionner et la publicité sur des téléviseurs que nous, clients, avons acheté ». Il est également possible que la firme sud-coréenne, qui pas encore répondu aux sollicitations de la presse, finisse par réagir face à la médiatisation de cette découverte.
Clubic.com 

Lien court pour cet article:
Big Brother – La TV espionne les utilisateurs à leur insu – La TV connectée vous regarde, vous écoute, et enregistre vos infos personnelles!
>> http://wp.me/p2WU9O-eS

Posté par rusty james à 20:55 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


11 mars 2010

20 mai 2009

La crise actuelle sera pire que la crise de 1929

Le rebond actuel des actions est, selon toutes probabilités, un piège du marché baissier. Un véritable boom impliquerait une vraie augmentation des profits. Ca ne se produira sans doute pas. Les prix de l’immobilier américain approchent peut-être leurs plus bas — mais ils ont peu de chances d’entamer une nouvelle hausse considérable de notre vivant. Une fois qu’une bulle éclate… c’est en général terminé pour le secteur concerné durant au moins une génération. Il faudra du temps avant que les propriétaires oublient ce qui est arrivé aux prix de leurs maisons. Et il faudra du temps avant que les investisseurs soient prêts à se lancer dans de nouveaux paris hypothécaires.

* Il faudra aussi du temps avant que les Américains ne reviennent à leurs habitudes de prodigalité. Non seulement ils n’ont plus le nantissement suffisant pour contracter de nouvelles dettes, mais ils prennent de l’âge et ils deviennent plus sages. Les dépenses de consommation ont grimpé de 2,2% ce dernier trimestre aux Etats-Unis. C’est probablement un coup de chance. Les Américains ne peuvent dépenser ce qu’ils n’ont pas. Et ils doivent épargner pour une longue retraite… en sachant que leurs maisons et leurs actions peuvent perdre de la valeur à tout moment. Les derniers chiffres que nous ayons vus montrent que le taux d’épargne américain est revenu aux alentours des 5% — une hausse considérable par rapport au zéro de l’an dernier. Il n’y a aucun moyen de voir l’épargne ET les dépenses grimper en parallèle.

* De plus, leurs revenus chutent. Les salaires sont en baisse de 1,2% aux Etats-Unis par rapport à l’an dernier. A mesure que cette dépression s’installera… ils perdront plus de revenu encore.

** “L’économie se contracte plus rapidement que dans les années 30″, titrait le Financial Times cette semaine. Un organisme de recherche prévoit une chute de 4,3% des revenus nationaux britanniques — substantiellement inférieure aux estimations du gouvernement. La raison à ces nouvelles perspectives est que “le commerce mondial a chuté plus que prévu“, expliquait un économiste étudiant la question. Le rapport prévoit une dette publique britannique à 100% du PIB.

* Les choses ne sont guère différentes aux Etats-Unis. Le PIB chute au taux annuel de 6%. Si cela se poursuit pendant encore quelques années, cette crise sera pire encore que la Grande Dépression des années 30 — qui a atteint les Etats-Unis bien plus durement que la Grande-Bretagne (probablement grâce aux mesures vigoureuses des administrations Hoover et Roosevelt).

* Les pertes boursières de l’an dernier était pires que celles de 29. Il est donc raisonnable de penser que la prochaine phase — le déclin économique — sera elle aussi pire que dans les années 30.

* Selon nos calculs, l’économie américaine porte environ 20 000 milliards de dollars d’excès de dette. Jusqu’à ce que cette dette soit éliminée, l’idée d’un boom sain n’est qu’un mirage. Et pour se débarrasser de toute cette dette, il faudra soit une période longue et difficile de travail et de sacrifices — à mesure que le remboursement se fait… soit quelque chose de bien pire.

* Nos pensons que les autorités — qui n’ont toujours pas la moindre idée de ce qui se passe — choisiront la seconde solution… quelque chose de bien pire.

* Mais quoi, exactement ? Nous avons quelques idées… et quelques suppositions : restez à l’écoute !

Posté par rusty james à 14:17 - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 mai 2009

déficit colossal pour Obama qui chasse le gaspillage

07.05.2009 La Maison Blanche a présenté jeudi son projet de budget détaillé pour l'exercice 2010, année de la relance de l'économie mais aussi du début, encore modeste, de la réduction d'un déficit public gigantesque pour l'administration de Barack Obama.

Le président Barack Obama après la présentation du budget 2010, le 7 mai 2009 à Washington ©  Jim Watson

Le président, dont le premier exercice entier va être compliqué par une conjoncture économique défavorable, a insisté en présentant ce budget sur la chasse au gaspillage.

"On dépense beaucoup d'argent inutilement, inefficacement, et, dans certains cas, de manière vraiment ahurissante", a-t-il dit.

Comme annoncé en février, la Maison Blanche compte durant l'exercice 2010 (qui débutera en octobre) réduire le déficit public aux environs de 1.200 milliards de dollars, contre 1.750 milliards estimés pour l'exercice en cours (qui s'achève en septembre).

Autrement dit, pour chaque dollar dépensé, seuls deux-tiers sont financés par des recettes fiscales et le tiers restant par l'endettement.

La moitié des économies proviennent du budget de la défense, qui continue cependant d'augmenter à un moment où les Etats-Unis restent engagés en Afghanistan et en Irak.

Les subventions agricoles et l'éducation sont aussi des sources d'économies conséquentes.

Un volume de plus de 1.300 pages détaille, par administration et par département (les ministères), l'affectation des quelque 3.400 milliards de dollars de dépenses de l'Etat fédéral sur l'exercice 2010.

Elles comprennent une "réserve" de 250 milliards de dollars mise à disposition du département du Trésor pour intervenir dans le secteur financier, sans autre détail. "L'administration travaillera avec le Congrès pour déterminer la taille et la forme adéquates de tels efforts", s'est bornée à indiquer la Maison Blanche.

La majeure partie (environ 350 milliards de dollars sur 787 milliards) du plan de relance voté en février par le Congrès doit aussi être dépensée sur cet exercice.

Les opérations militaires à l'étranger sont dotées de 130 milliards et la sécurisation de la frontière avec le Mexique de 27 milliards.

Symbolisant la volonté d'éliminer le superflu, le Bureau de gestion et du budget (OMB) de la Maison Blanche a publié un document qui énonce 121 dépenses obsolètes et inefficaces supprimées ou considérablement réduites.

Le montant de 17 milliards de dollars ainsi économisé est "une belle somme, même dans les normes de Washington", a jugé M. Obama.

Mais c'est "une fraction de pourcentage par rapport aux milliers de milliards que ce budget ajouterait à la dette publique", a tonné le chef de l'opposition républicaine au Sénat, Mitch McConnell. "Il est clair qu'il y a beaucoup plus à faire pour protéger nos enfants et petits enfants", a-t-il insisté, mettant en garde contre le poids de l'endettement pour les générations futures.

Le Congrès à majorité démocrate avait approuvé fin avril un projet de budget préliminaire, et doit se prononcer sur ce projet détaillé.

"Même si le Congrès ne devrait pas donner son accord à tous les changements proposés par l'exécutif, le processus (d'audit sur les dépenses inutiles) et les projets qui en résultent sont un pas dans la bonne direction et un signe de discipline budgétaire", a estimé le président de la commission budgétaire de la Chambre des représentants, John Spratt.