Le CDC dit que les personnes entièrement vaccinées ont propagé la variante Delta et devraient porter des masques

  • coronavirus-4914028_19206-800x450-c-default

    Le CDC a mis à jour ses directives mardi pour recommander les masques à l'intérieur, même pour les personnes vaccinées.

  • La variante Delta permet aux personnes vaccinées de transmettre plus facilement le virus, a déclaré le CDC.

  • Mais les vaccins restent très efficaces pour prévenir les maladies graves, quelle que soit la variante.

  • Voir plus d'histoires sur la page d'affaires d'Insider .

Une nouvelle science a de nouveau incité les Centers for Disease Control and Prevention à mettre à jour ses directives sur les masques. Le CDC a recommandé mardi que les personnes entièrement vaccinées portent des masques dans les lieux publics intérieurs « dans les zones à transmission importante et élevée ». Cela inclut actuellement une grande partie des États-Unis , y compris la grande majorité des comtés du Sud.

Le CDC a recommandé que tous les enseignants, le personnel, les élèves et les visiteurs des écoles K-12 se masquent également.

L'objectif de ces nouvelles directives, a déclaré la directrice du CDC, Rochelle Walensky, est "d'aider à empêcher la propagation de la variante Delta et à protéger les autres".

Le CDC a déclaré en mai que les personnes vaccinées n'avaient pas besoin de masques , une recommandation basée en partie sur des données indiquant que les personnes vaccinées étaient moins susceptibles de transmettre le virus à d'autres. Mais la variante Delta – désormais la souche dominante aux États-Unis – se comporte différemment des versions précédentes du virus, a déclaré Walensky.

"Les informations sur la variante Delta provenant de plusieurs États et d'autres pays indiquent que, en de rares occasions, certaines personnes vaccinées infectées par la variante Delta après la vaccination peuvent être contagieuses et transmettre le virus à d'autres", a déclaré Walensky lors d'un appel à la presse mardi. "Cette nouvelle science est inquiétante et mérite malheureusement une mise à jour de nos recommandations."

Walensky a déclaré que les enquêtes du CDC ont révélé que la quantité de virus présente chez les personnes vaccinées infectées par Delta est similaire aux niveaux trouvés chez les personnes non vaccinées atteintes d'infections Delta. C'est une indication que les personnes vaccinées peuvent facilement transmettre le virus - même si elles sont moins susceptibles de tomber malades dans l'ensemble.

 

 https://news.yahoo.com/cdc-says-fully-vaccinated-people-201508057.html?guccounter=1&guce_referrer=aHR0cHM6Ly93d3cucGFuZGVtaWMubmV3cy8&guce_referrer_sig=AQAAAFhSKwetYgNaVWrNPAzfPtkAMuNo2x0451Hic2WeyzuQAi48vnvWZbLsKUtP31DDB_2v6VcJQtRbCm554CMOu82x7hi6ugfSb0nZNoPePYSlRzJcxtjycysre41K9gZg1AEuO1-Zu5tv_VOm0K83WTs9UbX79U5xyDjiYuLF-_9a


Vaccin l’inoculation du virus qui provoque le cancer

 

71166664

La division vaccin de Merck, admet l’inoculation du virus qui provoque le cancer par le biais de vaccins. L’interview choquante censurée menée par un médecin historien Edward Shorter pour la télévision publique de Boston WGBH et Blackwell Science a été coupée du livre “The Health Century” en raison de sa teneur – l’admission que Merck a traditionnellement injecté le virus (SV40 et d’autres) dans la population partout dans le monde.

Ce passage contenu dans le documentaire  » In Lies We Trust: The CIA, Hollywood & Bioterrorism », produit et librement crée par les associations de protection des consommateurs et l’experts de santé publique, le Dr Leonard Horowitz, caractérise l’entrevue avec le plus plus grand experts en vaccins du monde, le Dr Maurice Hilleman, qui explique pourquoi Merck a propagé le sida, la leucémie et d’autres fléaux horribles à travers le monde:

 

Production des vaccins facultatifs et non facultatifs: On doit acquérir le germe de la maladie (mais ce n’est pas le germe qui produit la maladie), une bactérie toxique ou un virus « vivant »( il n’est pas possible d’avoir des virus «vivants» , puisque ce ne sont pas des êtres vivants), qui doit être atténué, ou affaibli pour un usage humain, avec une série d’étapes en passant les virus par les cultures de tissus d’animaux à plusieurs reprises pour réduire la potentialité pathogène; exemple: le vaccin associé à la rougeole, les oreillons et la rubéole est préparé dans l’embryon du poussin, le virus de la poliomyélite à travers les reins de singe vert africain, le virus de la rubéole à travers les cellules diploïdes humaines ou des organes disséqués de fœtus avortés.

Comment ils se produisent, c’est ce qu’explique le Dr Alain Scohl dans un article dans lequel sont présentés les éléments les plus significatifs, paru sur le n. 4/97 de Kairos où il affirme: « L’injection de vaccins est pratiquée en dépit de toutes les règles de sécurité habituelles recommandées pour les traitements médicaux ». Les techniques de préparation des vaccins sont tenues secrètes. Normalement, même les grands professeurs ne les connaissent pas. Aujourd’hui, les vaccins viraux modernes sont préparés essentiellement sur des cultures de cellules humaines, fœtales ou animales, cancérisées artificiellement, pour les rendre littéralement immortelles ( elles se reproduisent toujours dans les corps vivants), et avoir une certaine « stabilité du produit », quand il ne s’agit pas de cellules déjà cancéreuses ( lymphomes ).

Pour accroître le rendement de la production, les cellules « immortelles » sont « nourries » avec du sérum sanguin de vache, qui possède un facteur de croissance particulièrement actif. C’est juste le liquide de culture de ces cellules cancérisées qui est inoculé, après filtration et traitement pour atténuer ou éliminer le virus. Il est absolument impossible d’obtenir un produit pur. L’OMS « s’attend  » pudiquement à une pureté de 90%.

Quels sont les dangers? Avec ces vaccins sont inoculés dans notre organisme:

- Des substances cancérogènes certainement dans d’énormes quantités

- Certains outils (sur une échelle cellulaire) servis à la manipulation génétique (dans le cas des vaccins génétiquement modifiés), telles que les enzymes et les portions de l’ADN. Ce matériau peut déclencher à tout moment des variations du message génétique chez le vacciné, aussi bien que le virus connu.

Pour certains vaccins (polio et autres) sont utilisés des cultures de cellules de rein de singe vert africain ( lequel est préparé avec le vaccin contre la polio – le rein du singe contient un ancêtre du VIH, celui qui causerait le sida) le sérum du veau et l’embryon de poussin sont des protéines étrangères, de la matière biologique composée de cellules animales. Les virus appelés improprement «tués» Un virus ne peut pas être tué puisqu’il n’est pas un être vivant, mais seulement une protéine toxique contenant de l’ADN – il est rendu « inactif »- en réalité  » affaibli « - avec la chaleur, des radiations ou des produits chimiques, mais dans certains cas, un état fébrile peut réactiver le virus. Le virus « affaibli » doit ensuite être renforcé avec des adjuvants ( boosters des anticorps ) et des stabilisants, en ajoutant des médicaments, des antibiotiques et des désinfectants toxiques à la base de la préparation:  néomycine, streptomycine, chlorure de sodium, hydroxyde de sodium, hydroxyde d’aluminium, chlorhydrate d’aluminium, sorbitol, gélatine hydrolysée, formaldéhyde (produit cancéreux) et le thimérosal (partie du mercure).

Etant donné que cette « matière toxique organique » est injecté directement dans la circulation sanguine, en ignorant tous les mécanismes de défense immunitaire naturelle, elle peut aussi endommager notre structure génétique, ou immunodéprimer le sujet vacciné. Plusieurs chercheurs ont constaté que les vaccins « trompent » le corps en le stimulant pour se focaliser seulement sur un aspect (à savoir la production d’anticorps) des stratégies multiples et complexes normalement disponibles pour le système immunitaire. Les virus (protéines toxiques) des animaux utilisés dans les cultures de préparation des vaccins et inoculés avec eux, peuvent « sauter » la barrière de l’espèce de manière acculte et inobservable.

C’est exactement ce qui s’est passé pendant les années 50 et 70, quand des millions de personnes ont été infectées par le vaccin contre la polio (Sabin) et contaminées par le virus SV-40 (virus du singe) et est passé par les organes du singe utilisé pour préparer les vaccins.

Le SV-40 – contaminant - ( le 40ème virus de singe relevé depuis que les chercheurs ont commencé à les observer ), est considéré comme un suppresseur puissant du système immunitaire, un déclencheur puissant du VIH, le nom donné au virus du sida. Il se dit qu’il cause un état clinique similaire au SIDA et a été également trouvé dans les tumeurs du cerveau, dans la leucémie et autres cancers de l’homme.

>Les chercheurs le considèrent comme un virus qui provoque le cancer de la plèvre: le mésothéliome.

Selon le Dr David Kessler, ex fonctionnaire de la Food and Drug Administration, « seulement environ 1% des événements graves (réactions indésirables aux vaccins) est signalé à la FDA. Par conséquent, il est tout à fait possible que chaque année des millions de personnes ont des réactions indésirables aux vaccins obligatoires ». Le Dr Robert Mendelsohn, qui a souvent critiqué la médecine officielle pour sa doctrine bigote a soutenu que les médecins sont les prêtres qui distribuent de l’eau sainte sous la forme d’inoculations » pour donner l’initiation rituelle de la grande industrie médicale à notre consécration.

>Le Dr Richard Moskowitz affirme: « Les vaccins sont devenus les sacrements de notre foi dans la biotechnologie. Leur efficacité et leur sécurité sont largement vues comme allant de soi et ne nécessitent pas d’autres preuves ». Chaque année, la FDA reçoit des milliers de rapports de réactions indésirables dues aux vaccins. Ces données incluent des lésions cérébrales et des décès. Ces informations sont stockées dans une base de données secrète du gouvernement (États-Unis) à laquelle les citoyens américains peuvent accéder (avec certaines restrictions) en utilisant le Freedom of Information Act ( Loi sur la liberté d’information ). Elle est divisée en catégories qui incluent les vaccins administrés, les types de réactions, des informations sur les admissions et les décès, et plus encore.

 

Quelques vérités sur l’autisme, l’hypo/hyperactivité et les problèmes scolaires...

noir-blanc-silvia-grav-4



Un ensemble de recherches scientifiques sur des problèmes graves
de la santé et du comportement de nos enfants et la répercussion à
l’adolescence et dans leur vie d’adulte.
Quand on parle de troubles comme: hypo - hyperactivité, problèmes
scolaires, inattention, dyslexie, humeur changeante, violence,
dépression juvénile, manque de confiance en allant en s’accentuant
jusqu’à divers troubles autistiques des plus sévères, accompagnés de
problèmes physiques:
Les psychologues vont aller rechercher les causes dans des problèmes
d’ordre psychique et relationnel, non résolus...!
La médecine conventionnelle va au contraire, apporter une réponse
médicamenteuse, en sachant pertinemment que les amphétamines
qui sont ordonnées à ces enfants et à ces adolescents ne sont pas des
bonbons et que peut-être à la longue...!
Pourtant l’axe de la perturbation biologique est passée sous silence
durant toutes ces années volontairement, mise sous une chape de plomb
et gardée secrète pour bien des raisons... !

L’hyperactivité / THADA

L’hyperactivité est un trouble du comportement de plus en plus
répandu. Un enfant hyperactif se reconnaît à son énergie débordante, à
son agitation, il est sujet à des crises de colère prolongées et régulières,
ainsi qu’une nervosité à fleur de peau. Chez ceux dont l’hyperactivité
est débordante: risque de délinquance.
Ils ont un seuil très bas à la frustration, une mauvaise image d’eux-
mêmes, des tendances à la dépression et d’énormes difficultés à travailler
régulièrement. Ils sont aussi peu structurés, ont tendance à repousser
au lendemain (quand ce n’est pas aux calandes grecques) leurs tâches
quotidiennes qui paraissent alors trop lourdes...
Et encore nous pourrions ajouter d’autres symptômes à ceux de la
longue litanie des symptômes qui compliquent leur vie à souhait depuis
la tendre enfance.
Nous savons de par notre expérience personnelle, qu’il est difficile de
vivre avec un enfant souffrant de ces syndromes, tant au niveau familial
qu’au niveau de l’entourage. Parents, amis, voisins, maîtres ou maîtresses
d’école faisant souvent preuve d’incompréhension et d’intolérance, les
familles se trouvent seules et démunies pour affronter leurs problèmes.

Avec un sévère déficit de l’attention, sans pour
autant être hyperactifs


Ces enfants-là ont souvent une intelligence supérieure et manifestent
cependant un défaut de l’attention voire un manque de concentration,
parfois responsable d’échec scolaire sans pour autant être hyperactif.
Des fois même, certains sont hypo actif.
Cette perturbation se déclare chez les enfants de moins de quatre ans,
mais c’est leur développement qui risque d’être perturbé.
Cela risque de créer à la fin qu’un individu marginalisé, au bagage
scolaire insuffisant, ses symptômes passant souvent inaperçus jusqu’à
la scolarité. Il est rare qu’un enfant atteint de ce syndrome termine
facilement une formation universitaire.
Certains d’entre eux pouvant laisser croire que ce n’est somme toute pas
si gênant de vivre avec un déficit d’attention.
Pourtant, souvent ils reviennent de loin. Ils risquent quelquefois d’être
anéantis par une sévère dépression, qui va leur bouffer leur vie et surtout
les plus belles années de leur enfance ou adolescence.

Ces dépressions

vont souvent rendre les études et les apprentissages excessivement
difficiles, dans tous les sens du terme, avant de les rendre franchement
impossibles.
Ce n’est qu’à force de ténacité et en payant le prix fort qu’ils finissent
pour certains, par réussir à la fac ou dans leurs apprentissages et
effectivement dans leur vie. Comme quoi l’entêtement, est un trait
de caractère qui accompagnant typiquement le THADA, a aussi ses
avantages!

A la hauteur de l’effort C’est aussi ça... !

Ils peuvent braver le jugement hâtif de presque tout leur entourage qui
affirme ou décrètent carrément qu’ils ne sont pas à la hauteur de leurs
ambitions et les autres, leur prêtent tout de même quelques dispositions,
tout cela uniquement pour pouvoir prouver ce dont ils sont capables !
Avoir un THADA (hyperactif), c’est se voir conseiller de toutes parts,
que l’on soit demandeur ou non, et pas toujours dans le sens de ses
intérêts!
Difficile de ne pas ressentir de la colère devant tant de «personnes
qui nous veulent du bien» et nous jugent sur des critères si normatifs.
Certains refusent de se plier et ils vont mettre toute leur énergie dans
leurs études, ou apprentissages au détriment des autres expériences
normales de la vie d’enfants ou de jeunes adultes qu’ils sont. Pour ça, ils
vont ne pas lésiner sur les moyens et vont se servir de leur impulsivité et
de leur intuition, autres caractéristiques parfois bienvenues.

Les adultes hyperactifs / THADA

Difficile de reconnaître une maladie chez des adultes qui présentent des
symptômes qui apparaissent chez Monsieur Tout Le Monde. Seuls les
critères de fréquence et d’intensité de ces comportements permettent
d’opérer une distinction entre le normal (tel que cela pourrait être le cas
d’un adulte qui a tendance à travailler au dernier moment et qui est peu
organisé) et le pathologique (un adulte hyperactif - THADA, pour
qui s’organiser et accomplir les simples tâches de la vie quotidienne
dans des délais raisonnables relève, à peu de choses près, de la science-
fiction !)
Ils ignorent aussi que l’étourderie, et les fréquents retards, les difficultés
d’organisation, la difficulté de se lever le matin et d’affronter la vie
de tous les jours, leur humeur changeante et les capacités de travail
fluctuante et en retour des fait, douter d’eux même ce
qui les fait déprimer. Un véritable cercle vicieux certes gênant, en

lien avec le reste des symptômes.
Ils s’étonnent juste de réaliser qu’ils conservent les symptômes qui vont
se majorer au plus fort de leur dépression !
Rétrospectivement, (bien que de moins en moins dépressifs ils se rendent
compte que les maintes expériences négatives vécues lors de l’enfance,
expériences provoquées par leur déficit d’attention) ils n’ont jamais
osé penser que ces symptômes, de même que les coups de déprime et
les perturbations qu’ils se sont attribués suite à leurs premiers échecs
proviennent en bonne partie d’un manque de bon fonctionnement
neurobiochimique des neurotransmetteurs! ...
Comme quoi les erreurs de parcours, aussi involontaires soient-elles, se paient parfois
cher et très longtemps! Je ne cherche pas à dénigrer le travail
des psychologues, mais ils ne vont tout simplement pas penser que ces adultes
puissent souffrir d’un déficit d’attention, (avec ou sans hyperactivité) ayant un lien
biochimique bien précis. Vous pouvez croire, que chez
certains, les longues p s y c h o t h é r a p i e s
entreprises ont certes quelque peu aidé à dépasser les échecs
attribués à un auto sabotage, ce qui a pu
légèrement améliorer le peu d’estime qu’ ils se portent.
Certains, plus sûr d’eux, ont le besoin de rattraper
le temps perdu en déprime! Ils apprennent à se servir de leur potentiel et développent les qualités propres à ceux qui ont un THADA: l’intuition, la créativité et
l’originalité. Ils apprennent aussi à donner l’impression, à l’extérieur, de
bien fonctionner, ce qui est nécessaire pour leur crédibilité, pour leur
permettre de se lancer dans des domaines inconnus.
Les rares bons thérapeutes vont tout de même pour certains les aider à
traverser bien des tempêtes, et à construire patiemment une meilleure
image d’eux-mêmes! Car cela va les aider à ouvrir des horizons nouveaux
Ils peuvent donner l’impression d’être bien accomplis au regard des
objectifs de la société grâce à leur réussite professionnelle.

Hyperactivité / THADA sont des troubles neurobiochimiques ?

Comment expliquerions-nous sinon, à la lueur d’un seul facteur
psychique, qu’une amphétamine – et d’autres excitants, à l’instar
du café – puissent apaiser les personnes Hyperactives THADA,
sur lesquelles, en revanche, les calmants exercent une action sur
stimulatrice? Comment expliquer, de même, que l’ingestion d’aliments
qui contiennent certaines substances, parviennent à interférer sur le
bon fonctionnement du cerveau des personnes et leur fassent perdre
tout contrôle d’eux-mêmes?
Devant un problème de santé publique d’une telle ampleur, depuis
quelques années, des scientifiques révoltés soulèvent cette chape de
plomb et nous donnent accès à diverses informations et cela nous
permet de pouvoir dissiper, nous parents, tant de problèmes physiques
et psychiques et aussi des malentendus qui nous font passer encore pour
des irresponsables...!
Grâce au courage et aux études de ces scientifiques, la vérité commence
enfin à faire surface.
Afin de bien comprendre, je vous propose un résumé d’un article paru
dans le journal Rolling Stone du 30 juin 2005 «ROBERT F. KENNEDY
JR. est l’un des environnementalistes au sommet de son pays et il est
Président du Waterkeeper Alliance. Son récit «Crimes contre la nature»
a paru dans Rolling Stone 937»
Robert F. Kennedy Jr. se bat avec le Prof. Boyd Halley, épidémiologiste,
pour porter à notre connaissance le plus grand scandale des annales de
la médecine, scandale qui nous concerne tous sur les graves atteintes
neurologiques (retard de la parole, retard mental) sur l’hyperactivité
et l’augmentation de l’autisme. Pathologies causées par le mercure
(Thimérosal ou Thiomersal) présent comme conservateur dans les
vaccins depuis 1931.
Le scandale se produit lors de la réunion de Simpson Wood en présence
de scientifiques travaillant pour les sociétés pharmaceutiques, la FDA et
l’OMS, qui consacrèrent deux jours de réunion pour discuter comment
cacher l’augmentation dramatique de l’autisme (augmentation de 700%
dans le début des années 90).
On assiste alors à toutes les stratégies les plus viles et les plus basses
pour contrecarrer l’étude d’un épidémiologiste qui n’a pas pu se taire
et qui, fort de ses statistiques à l’appui, a révélé le pot aux roses (une
autre étude faite par Lily Pharma mentionne que le mercure sous forme
de thimerosal est toxique pour les cellules à une concentration de une
partie par million). Un sénateur, Bill Frist, reçoit 873’000.- dollars de
contribution pour «immuniser» les fabricants de vaccins dans 4200 cas
de plaintes de parents d’enfants contaminés.
Les conclusions de F. Kennedy Jr.: il s’inquiète des efforts des organisations
officielles comme l’OMS et les dirigeants de gouvernements qui font du
protectionnisme à l’égard des producteurs de vaccins. En approuvant
cette politique, ils perpétuent un grave problème contre l’humanité.
Les producteurs de vaccins continuent à vendre dans les pays du Tiers
Monde pour liquider leurs stocks contaminés. F. Kennedy Jr. conclut
qu’il est difficile de calculer les dégâts que son pays subirait si les nations
du Tiers-monde devenaient convaincues que l’Amérique, connue comme
la nation la plus impliquée dans l’aide internationale, empoisonne ses
enfants (article complet sur le site www.hyperactif.net).
De plus, le mercure, qui s’est trouvé banalisé, est généralisé partout.
Utilisé en abondance dans toutes sortes de préparations: Dans les
cosmétiques, on l’utilise pour la conservation des produits de beauté et
de nombreuses préparations pharmaceutiques, crème, etc. sans égard
pour l’humanité, et on le retire partiellement et silencieusement du
marché (thermomètre) pour que la population ne puisse pas se rendre
compte des dommages subis et ne réagisse pas en conséquence.
Dans la dentisterie, on trouve également du mercure dans les amalgames
dentaires et de nombreuses études scientifiques démontrent les graves
dégât causés notamment par transfert placentaire (travaux du Prof. J-J
Melet et M. Grosmann).
Les métaux lourds toxiques comme le mercure passent la barrière
hémato - encéphalique et vont nécroser les cellules en détruisant les
protéines constitutives de ces cellules.
Les vapeurs de mercure peuvent gagner le système nerveux central
– surtout l’hypophyse par pénétration des terminaisons nerveuses et la
tubuline. (travaux du Prof. Boyd Haley).

Les graves dangers des métaux lourds et mode
d’action du mercure sur la cellule


D’autre part, le mercure inhibe les systèmes de protection cellulaire
contre les radicaux libres. (cancer).
Le mercure provoque la lyse des membranes cellulaires (oxydation
d’un phospholipide membranaire en particulier (Segall et Wood
1974) (maladies cardiovasculaires) Les effets clastogènes du
mercure ont été observés dans les lymphocytes, anomalies chromosomiques
notamment le 21 (Sterfving 1974) (mongole ou handicapé moteur).
L’activité cytotoxique du mercure est liée d’une part à sa grande affinité
pour le souffre entraînant le blocage des fonctions thiol des protéines
(travaux du Prof. Montinari et A Costi).
Le mercure bloque lentement divers systèmes enzymatiques du:
- système immunitaire (infections, allergies)
- système digestif (intolérance, peptidurie)
Les métaux lourds font toutes sortes de blocages enzymatiques et par
conséquent diverses métabolisations ne se feront plus correctement et
provoqueront des intolérances à plusieurs aliments
(Travaux du Pr.Montinari et A Costi).

Si le système digestif ne fonctionne pas correctement !

Des années de recherches ont permis à des scientifiques de mettre en évidence
les liens entre la nourriture et diverses pathologies, et syndromes comme les
brillantes découvertes du prof. Karl L. Reichelt de l’hôpital d’Oslo, en Norvège.
Ses découvertes ont démontré que lorsque les protéines des céréales et du
lait ne sont pas complètement dégradées par notre système enzymatique, ces
peptides, alors transformés en «peptides opiacés», (opiacés par qu’ils possèdent
des résidus de protéines qui ressemblent chimiquement à l’opium et ont donc
des propriétés équivalentes), celles-ci franchissent la paroi intestinale, se
retrouvent dans le système sanguin et peuvent alors franchir la barrière hémato-
encéphalique du cerveau, uniquement si cette dernière est altérée et enflammée
par les métaux.
En occupant et en saturant les récepteurs des cellules nerveuses, les peptides
provenant du gluten et de la caséine, mal métabolisés, vont alors entraîner
des dérèglements du comportement et favoriser le développement de
maladies dégénératives et du système nerveux central. Ex: hyperactivité,
troubles scolaires (de la mémoire, de la concentration, du comportement),
dyslexie, troubles de l’humeur, somnolence, sommeil, divers degrés
d’autisme, schizophrénie, violence, troubles psychologiques et psychiatriques.
Ces substances chez certains individus ne passe pas la barrière du cerveau
mais causent une plus forte inflammation de l’intestin et déclenchent
ainsi les maladies physiques. (Travaux du Pr. Montinari)
Ces peptides vont se comporter dans l’organisme comme certains dérivés
morphiniques et se fixer sur les récepteurs biochimiques spécifiques à
ces substances.
Il faut savoir qu’une molécule de gluten contient 16 molécules opioïdes
(16 résidus qui ressemblent chimiquement à l’opium). Le gluten se
divise en deux groupes: les prolamines et les glutamines. Les prolamines
sont à la source de diverses maladies et problèmes. Et cela a permis de
donner bien des réponses à de nombreuses pathologies...!

La différence entre l’allergie et l’intolérance:

L’allergie est la pointe de l’iceberg, elle se manifeste par une réaction
physique immédiate. Elle est détectable dans le sang par la présence
d’anticorps (IgE, IgA ) fabriqués contre des substances étrangères
(antigènes).
L’intolérance (allergie chronique) est la partie immergée de l’iceberg.
Elle peut amener la transformation de protéines en fragments toxiques
pour l’organisme. En provoquant ainsi l’altération sur n’importe quels
organes de notre système physio pathologique. (Travaux du
Pr. Montinari)

Voici une liste de symptômes de l’intolérance que j’ai pu observer liés à
la non assimilation:

du lait et ses dérivés:
Croûte du lait, muguet, dermatoses, strabisme, transpiration excessive,
problèmes ORL (otites, sinusites, pharyngites) et respiratoires (asthme,
bronchites asthmatiformes) aphtes, diarrhée, crises d’épilepsie, allergies
diverses (y compris aux bijoux, pollens, salive des chiens et des chats,
etc.), dépression, maladies inflammatoires (rhumatismes, arthrites,
arthroses), œdèmes, fibromyalgie, fatigue chronique, obésité, etc...

du gluten:
Pathologies souvent dites d’une façon erronée d’origine
«psychosomatique» ou «gastrique»:
Problèmes scolaires, dyspraxie, dyslexie, déficit d’attention, de
comportement, hypo hyperactivité, problèmes relationnels, violences,
divers types autistiques (avec ou sans langage), tic, toc, automutilations,
perturbation du sommeil, fatigue chronique, maladies de l’intestin
(ballonnements, constipation, cœliaque, maladie de Crohn, coeliaquie,
carcinomes de l’intestin, schizophrénie, etc.
13 ans d’expériences et d’accompagnements d’enfants et d’adultes
souffrant de nombreuses pathologies citées plus haut m’ont permis de
constater les divers mécanismes qu’ont soulevés des chercheurs comme
les Professeurs Boyd Halley, Reichelt, Montinari, Costi, Pelliccia, Picot,
Rabache, Sandhaus, et bien d’autres encore...

Pourquoi ce changement alimentaire est-il si important ?

Sans un traitement adéquat, la présence de métaux lourds qui empêchent
le fonctionnement normal du métabolisme et des cellules, inactivant
certaines de leurs enzymes, aggravent de plus en plus tout le système
digestif et intestinal développant ainsi un système bactériologique:
ces mauvaises bactéries produisent alors des toxines (phényles) qui
déclenchent à leur tour, en franchissant la barrière intestinale, une
longue série de perturbations inflammatoires (surproduction de
mucus). Et si certains individus ont une altération de la barrière hémato
- encéphalique, certains de ces toxiques pourront alors déclencher des
pathologies psychiatriques.
Les manifestations se développent d’après la perturbation due aux
métaux lourds dans l’organisme qui dépendent du seuil de tolérance
de chaque individu, adulte ou enfant, sans compter les problèmes
environnementaux engrais, pesticides, additifs alimentaires tels que
phosphates, colorants et conservateurs, qui depuis une trentaine
d’années, surabondent dans ce que nous mangeons et buvons.
C’est pour cela qu’il est fortement conseillé de commencer en premier
par des analyses du métabolisme:
intolérances le Cyto-aliments-test, puis la peptidurie et la bactériologie
Les analyses des métaux lourds sont seulement nécessaires pour une
dépose des amalgames dentaires.
Attention: faire sortir les métaux avec des chélateurs chimiques ou
naturels sur un corps malade et fatigué aggrave davantage votre cas: le
corps n’est pas un torchon que l’on peut laver à 90 degrés !!!

Adaptons le changement alimentaire individualisé
Oui, nous avons aujourd’hui la chance de pouvoir démontrer les
intolérances alimentaires par analyse biochimique comme le CYTO-
ALIMENTS-TEST qui permet de tester 60 aliments et leur famille
mettant en évidence les pathologies physiques.
De même, une simple analyse urinaire de PEPTIDURIE, va mettre
en évidence des éventuelles toxiques, et leur quantité, susceptibles de
perturber l’activité électrique du cerveau.
Grâce aux nombreuses découvertes du professeur Karl Reichelt et à ses
analyses de peptides urinaires, les parents peuvent, comme je l’ai fait,
mettre en place un changement alimentaire individualisé et permettre
à leurs enfants de se construire une nouvelle vie en pleine santé. Bien
évidemment, j’ai personnellement effectué ces analyses pour mon fils.
J’ai ainsi pu constater que ses problèmes autistiques étaient liés à sa
grande sensibilité au gluten.
Et c’est là que j’ai supprimé le gluten de sa nourriture...
Ce fut comme un coup de baguette magique. Après le nouveau
changement alimentaire sans gluten, mon fils, qui avait encore
un manque de confiance en lui, des difficultés avec l’orthographe,
l’écriture, les dictées, beaucoup de difficultés à faire ses devoirs, une
grande susceptibilité, et très sensible à la frustration, devint comme
par enchantement souriant, de bonne humeur. Il a fait des progrès
extraordinaires. Par ailleurs, tous les troubles du comportement et
les troubles physiques ont disparu, ce qui lui permet de poursuivre
sereinement le cursus scolaire élevé exigé par l’école et de participer à
de nombreuses activités sportives.
Mangez seulement ce que vous pouvez métaboliser !
D’après les résultats des analyses, le fait d’apporter un changement
alimentaire personnalisé pour équilibrer le fonctionnement du corps et
réactiver les émonctoires, est la bonne solution.
Par un changement alimentaire ciblé et bien suivi, le corps réagit
toujours favorablement. Bien évidemment les résultats se constateront,
selon l’âge, la durée de la pathologie, l’ampleur de l’intoxication, les
dégâts causés par la médication et le potentiel de chacun à réagir face
aux problèmes.
Curieusement, la vie devient singulièrement facile et la réussite ne fait
pas peur, mais alors pas peur du tout, quoi qu’en puissent dire certains
psy. et médecins...
J’accompagne ces enfants et adultes qui se ressemblent tant... Je les
accompagne pour que leur chemin de vie ressemble le moins possible à
celui qu’ont emprunté, durant des années, pleins d’autres avant.
Je les accompagne afin qu’ils puissent se mettre à courir, à grandes
enjambées, vers la liberté...
Pour finir, parlons de la Ritaline, ce fameux calmant chimique censé
traiter l’hyperactivité des enfants.
Oui, la Ritaline (ou methylphenidate, son principe actif) est une
amphétamine qui a la particularité de calmer temporairement les enfants
hyperactifs, alors qu’elle rend hyperactive une personne normale. Ce
médicament est donné sur de longues durées pour le confort soi-disant
des enfants, mais aussi des parents et des enseignants à l’école. On se
doit d’être contre cette approche de traitement sur le long terme, parce
qu’on ne peut pas se contenter de supprimer le symptôme apparent de la
maladie et penser ainsi que l’on va aller de l’avant.
Comment un médecin oserait-il donner une amphétamine à un
enfant depuis son plus jeune âge sans faire la moindre analyse, les
moindre contrôles médicaux, et en sachant que la Ritaline est une
béquille qui cache seulement le vrai problème? De plus, on sait que la
Ritaline cause des effets secondaires, retard de croissance, céphalées,
douleurs abdominales, etc... (voir Vidal). Des études (voir réf plus bas)
montrent même que ce médicament est cancérigène (augmentation des
aberrations chromosomiques). Info complémentaires à disposition sur
www.hyperactif.net

Petit à petit, j’ai développé ma propre méthode...

Même si le chemin n’a pas été facile, je ne regrette rien et je serais prête
à le refaire pour revoir autant de sourires sur les visages d’enfants qui
viennent me voir des quatre coins du monde, et qui, pour certains
d’entre eux, m’offrent leurs premières paroles après des années de silence.
Pendant ces treize ans, d’une manière systématique et empirique, j’ai
élaboré chaque dossier d’enfant l’un après l’autre, pour pouvoir donner
aux parents les meilleures solutions possibles afin qu’ils puissent
améliorer l’état de santé de leur enfant.
Aujourd’hui, grâce aux différentes analyses mises en place (bilans),
les plans alimentaires individualisés, la minéralisation, et cela sur des
centaines d’enfants et d’adultes, j’ai pu créer ma propre méthode Delta
6 Désaturase ainsi qu’une thérapie centrée sur la recherche grâce à de
nombreux scientifiques de renommés mondiales que comptent le centre
scientifique Stelior. (www.stelior.com)

STELIOR HYPERACTIF – AUTISTE EPILEPSIE
CP 105 – 1247 Anières/CH Email:
elke@hyperactif.net

Le Conseil d’Etat reconnait le vaccin Pentacoq responsable d’un handicap à 95% chez un bébé de 5 moi

5570806219_6fc62bfddb_z-500x333

Le vaccin Pentacoq, retiré du marché le 22 décembre 2005, mais depuis remplacé par un autre vaccin, était alors un vaccin utilisé contre 5 risques infectieux, la coqueluche, l’haemophilus de type b, la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite.

En 1995, Inès, alors âgé de 5 mois, reçoit ce vaccin sur prescription médicale dans le cadre de la vaccination obligatoire contre la coqueluche, une des 5 valences contenues par le vaccin Pentacoq. 2 autres valences de ce vaccin font partie des vaccinations obligatoires. Une semaine plus tard, Inès est hospitalisée en urgence pour des troubles neurologiques graves qui ne seront pas mortels mais la laisseront handicapée à 95%, en cause une rhombomyélite aiguë « imputable à l’administration du vaccin Pentacoq », estime enfin le conseil d’Etat, après 17 années de procédure.

C’est l’Etat, et en particulier le Ministre de la Santé, puisque la vaccination était obligatoire, qui sont condamnés à verser plus de 3 millions d’euros à cette dorénavant jeune fille lourdement handicapée (et à la MSA qui a financé les frais d’hospitalisation) : en effet jusqu’en 2002, c’est l’Etat qui assumait ce risque lié aux vaccinations (L’ONIAM se charge de ces indemnisations depuis 2004). Le laboratoire Sanofi-Pasteur, fabriquant du Pentacoq, n’aura quant-à lui rien à débourser.

Il aura fallut 17 ans à la justice pour mettre à terme à cette procédure, 17 ans pendant lesquels la victime et sa famille ont attendu une indemnisation de l’Etat, mais le Ministère de la Santé et des Sport, représenté aujourd’hui par Xavier Bertrand, a fait trainer le dossier, 17 ans pendant lesquels l’Etat et donc le contribuable, ont payé des avocats pour s’opposer à la famille de la victime et à la victime.

Le Conseil d’Etat accorde également aux parents et à la sœur de la victime un préjudice moral, ainsi qu’une rente annuelle à la victime.

Source

Conseil d’État, 24 Avril 2012 N° 327915

http://www.docbuzz.fr/2012/05/02/123-le-conseil-detat-reconnait-le-vaccin-pentacoq-responsable-dun-handicap-a-95-chez-un-bebe-de-5-mois-et-condamne-letat-a-plus-de-3-millions-deuros-dindemnites/

Crédit Photo Creative Commons by  Sanofi Pasteur

En 42 jours, supprimez jusqu’à 80% des métaux lourds de votre corps

fsf

Les gens sont régulièrement exposés à de nombreux métaux lourds sans s’en rendre compte. Le mercure, le cadmium et l’aluminium, entre autres, peuvent s’incruster dans notre système nerveux et nos os, et s’accumuler pendant plusieurs années jusqu’à ce que nous commencions à souffrir de problèmes de santé aigus, causés par l’intoxication provoquée par tous ces métaux. Heureusement, il existe une simple combinaison qui permet de chélater les métaux lourds de sorte qu’ils ne soient plus en circulation dans le corps: la coriandre et de chlorella.

Les agents chélateurs sont ceux qui se lient aux ions toxiques des métaux lourds, puis sont supprimés de l’organisme par les voies d’excrétion réguliers. Les médicaments comme le 2,3-Dimercaprol ont longtemps été utilisés comme remède contre l’empoisonnement au plomb ou à l’arsenic, mais ils ont également d’importants effets secondaires. Néanmoins, un bon dosage de coriandre et de chlorella est un puissant chélateur.

Le Dr George Georgiou déclare:

De nombreux professionnels de la santé utilisent des agents chélateurs synthétiques comme le DMPS, le DMSA, le EDTA et autres pour supprimer les métaux lourds de l’organisme. Il y a des avantages et des inconvénients à l’utilisation de ces agents. L’avantage c’est la puissance de leur action. Ils sont capables de supprimer certains métaux dans le corps, mais cela peut représenter un danger pour les systèmes de détoxification de l’organisme.

La coriandre est plus efficace en combinaison avec la chlorella, car elle « mobilise plus de toxines qu’elle ne peut en expulser du corps, cela peut inonder le tissu conjonctif (où se trouvent les nerfs) de métaux qui étaient auparavant stockés dans des endroits sûrs. » Cela peut provoquer une intoxication si un autre agent de liaison n’est pas utilisé pour aider à débarrasser le corps des métaux lourds qui se trouvent dans des zones inaccessibles de l’organisme.

Les personnes qui consomment tous les jours des salades avec beaucoup de coriandre connaissent certainement cet effet: sautes d’humeur, acné, douleurs articulaires et plus. Alors qu’ils mobilisent les métaux lourds, ils ne sont pas tous excrétés du corps assez rapidement, ce qui signifie qu’ils se détoxifient et s’intoxiquent en même temps!

En ajoutant de la chlorella – un agent absorbant intestinal, la retoxificaton du système est impossible. Des études cliniques ont révélé que la chélation des métaux lourds [en utilisant la coriandre et la chlorella] peut éliminer environ 87% de plomb, 91% de mercure, et 74% d’aluminium du corps en 42 jours.

Les propriétés de la chlorella se complètent avec la coriandre pour détoxifier le corps:

  • La chlorella est antivirale.
  • Elle se lie aux dioxines et aux autres toxines environnementales.
  • Elle répare les fonctions de l’organisme.
  • Améliore le glutathion. Le roi de tous les antioxydants.
  • Se lie très bien aux métaux lourds.
  • Les acides linoléiques alpha et gamma contenus dans la chlorella augmentent l’apport en acides gras essentiels.
  • La méthylcobalamine répare le système nerveux et les neurones endommagés par l’empoisonnement aux métaux lourds.
  • La chlorella a la forme de vitamines B12 et B6 la plus facilement absorbée.
  • La chlorella contient de nombreux acides aminés, elle est donc idéale pour les végétariens.
  • La chlorella peut ouvrir les parois cellulaires, ce qui est nécessaire dans le processus de désintoxication.
  • La chlorella répare la flore intestinale.
  • On étudie toujours ses effets détoxifiants, étant donné que la science ne réussit toujours pas à comprendre comment cet agent s’est développé pour être aussi efficace pour débarrasser le corps des substances indésirables.
  • Ce lien décrit le dosage de chélation très spécifique lors de l’utilisation la chlorella.

La coriandre a ses propres propriétés de chélation:

  • C’est un agent très efficace pour mobiliser les toxines et les supprimer.
  • C’est également un anti-inflammatoire puissant.
  • Un antibactérien.
  • La coriandre augmente le cholestérol HDL et diminue le LDL.
  • Elle prévient les gaz et les ballonnements.
  • Les infections des voies urinaires.
  • Peut diminuer les nausées.
  • La coriandre a les fibres dont a besoin le tube digestif.
  • Lutte contre l’anémie grâce à ses niveaux élevés de fer et de magnésium.
  • Diminue les gonflements mineurs.
  • Favorise la santé du foie.
  • On peut l’utiliser comme un expectorant.

Enfin, faites attention à ce que vos taux de magnésium soient élevés avant de commencer un programme de chélation intensive, comme ce minéral aide à détendre les artères et ainsi faciliter l’élimination des toxines.

Sources:
Natural Society
Eddenya

Partager


Vaccins sans danger? Prouvez-le pour 100 000 $, dit De Niro

20170224-150754-g

L'acteur Robert de Niro s'est lancé dans une campagne anti-vaccin accompagné de l'avocat et militant Robert F. Kennedy Jr. Les deux hommes sont prêts à offrir 100 000 dollars à celui qui prouve que le vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons est sans danger pour la santé.

«Nous allons offrir une récompense de 100 000 $, cela s'appelle le 100K Challenge, à tout journaliste ou n'importe qui d'autre qui prouverait qu'il est sûr d'injecter du mercure dans les bébés et les femmes enceintes, au niveau où ils sont actuellement injectés avec le vaccin contre la grippe», a déclaré Kennedy dans une conférence de presse à Washington D.C. le 15 février 2017.

Kennedy et De Niro souhaitent qu'une enquête indépendante soit menée pour comprendre quel impact a le thimérosal sur le corps humain. Le thimérosal est un composé chimique contenant du mercure qui se trouve dans de nombreux vaccins pour éviter une prolifération bactérienne.

Robert De Niro a un fils atteint d'autisme. Il affirme que son comportement aurait changé du jour au lendemain après avoir été vacciné.

http://fr.canoe.ca/sante/nouvelles/archives/2017/02/20170224-150754.html

Posté par rusty james à 14:20 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Un «dispositif nano Armageddon " secret qui imite un virus mortel de la grippe

NDQFINAL1gif


Le programme " Nano domestique Quell " .

, le gouvernement américain a lancé un programme visant à mettre en place un «dispositif nano Armageddon " secret qui imite un virus de la grippe , à activer sur le public dans le cas de soulèvements nationaux , les émeutes et les résistances armées.

Les dispositifs nano sont dispersé via chemtrail  et produit de consommation courants  et sont actifs dans , environ 87% de la population en ce moment, avec une prévision de 98%au minimum depuis  2014.

Les chances que  vous ayez déjà ce dispositif nano à l'intérieur de votre corps au moment ou vous lisez cette article sont de 87% :

les symptomes des frissons toujours aux memes heures qui ressemblent a un debut de grippe tres genant et ensuite plus rien le lendemain ou quelques heures plus tard ,je mets cette articles car j'ai déjà eu ce symptome et je m'etais posé la question si ce n'etais pas provoqué par des ondes radios car connaissant assez bien ce genre de symptome grippal ,je peux vous dire que nous en somme déjà contaminé et que ce programme est déja en place .on comprend mieux que les spots de pub sur les etats grippaux arrive le soir meme ou vous les avez ....Le mode d'activation serait par le reseau cellulaire satelitaire ou drone.
Une fois activé , l'appareil imiterA le virus de la grippe  .  Il n'existe aucun remède ou une façon de le  prévenir

le rapport révèle que les nano robots supplementaires sont dispersés dans les produits de grande marque comme :

danone nestlé et coca cola ainsi ils atteindraient 98% DE LA population us je ne vois aucune raison pour que cette technologie ne soit pas implantée au niveau mondial ordo ab chaos .

NDQFINAL2gif


Les militaires peuvent cibler des endroits très spécifiques , en particulier avec des drones ( pourquoi pensez-vous qu'ils veulent dronessi désespérément ? ) . Ils peuvent cibler une chambre, une petite maison , un complexe d'appartements , un bloc de ville , une ville ou toute une région métropolitaine.

Par un simple tir de ce signal, les dispositifs nano dans votre corps sera activé et vous mourrez de ce qui semble être un cas très grave de la grippe.

L'épidémie de virus peut évoluer à partir de groupes - cibles particuliers ou , ou à une grande épidémie dans toute la ville .

Ce programme n'a pas été créé pour tuer tout le monde . Permettez- moi de le répéter : ils ne cherchent pas à tuer tout le monde . Ils ont créé ce programme pour faire face aux soulèvements nationaux pendant un effondrement économique .

Il est maintenant prêt et mis en œuvre. Lorsque l'effondrement se produira , ils n'auront pas assez de troupes pour contrôler le pays ou faire face à des résistances armées. Ils avaient besoin d' une autre façon de garder le contrôle . En n'ayant pas à tirer un seul coup de feu pour réprimer un soulèvement armé , . Un virus de la grippe apparaît comme un « acte de Dieu» aléatoire au lieu d'une  agression du gouvernement.

Pourquoi pensez-vous qu'ils n'ont pas interdit les armes ?

traduction rusty james

merci au

Dr. Bill H. Weld's Official qui au péril de sa vie nous a revele cette affaire a diffuser au plus grand nombre merci

 

Posté par rusty james à 20:10 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

VACCINS : Comment détoxiquer votre corps des métaux lourds

echoes-2-438454be-4c02-4af5-94b3-6986cabb488f

Traitement de détoxication

Vous vous demandez comment détoxiquer votre corps des métaux lourds. Si des vaccins vous ont été injectés, votre corps est intoxiqué par les métaux lourds qu'ils contiennent. La plupart des vaccins actuels contiennent de l'aluminium. Certains vaccins plus anciens contiennent du mercure. L'aluminium et le mercure sont des métaux lourds qui intoxiquent l'organisme. Ils peuvent se trouver dans les vaccins, mais aussi dans les amalgames dentaires, dans l'eau du robinet, dans certains aliments comme le poisson ou sur le lieu de travail, en particulier dans les usines. Le plomb est également un métal lourd répandu. Sur cette page, vous trouverez un résumé des grandes méthodes de détoxication, ainsi que mon expérience d'un traitement de détoxication aux métaux lourds des vaccins.
Si vous êtes intoxiqués au métal lourd, plusieurs traitements peuvent vous aider. Les traitements possibles sont de trois types : la chélation par un agent chélateur, l'expurgation par remède homéopathique, et l'équilibrage par traitement du terrain.
La chélation consiste à introduire dans le corps un produit chélateur. Le chélateur est un composant compléntaire au métal lourd, avec lequel il va se combiner pour former un produit inactif et éliminable. La chélation, ou plutôt la prise du chélateur, peut être orale, anale, ou sanguine.
L'expurgation par homéopathie consiste à stimuler les processus naturels d'élimination du corps par la prise d'un remède homéopathique. Le remède homéopathique à choisir est une dilution du produit à éliminer. Par exemple, si vous voulez éliminer le mercure de votre corps, une dilution homéopathique de mercure permettra à votre corps d'éliminer les restes de mercure. En homéopathie, la dilution d'un produit ne contient plus le produit mais bien l'information du produit. En le recevant, votre corps réagit comme si le produit était réellement pris et tente de l'éliminer. Comme ce n'est pas le cas, la réaction d'élimination agit sur les restes du produit.
L'équilibrage par traitement du terrain consiste à donner au corps ce dont il a besoin pour éliminer de lui-même les métaux lourds. Eliminer des quantités non naturelles de métaux lourds épuise certaines réserves de l'organisme, comme par exemple les réserves en vitamines C. En redonnant au corps les produits dont il n'a plus suffisamment de réserves, vous lui permettez de fonctionner normalement et donc d'éliminer efficacement les métaux lourds.
Ces trois types de traitement permettent au corps d'éliminer les métaux lourds de trois manières différentes et peuvent être appliqués conjointement.
Lors de mon intoxication par l'aluminium des vaccins, j'ai testé la combinaison de ces trois types de traitements. J'en relate ici les résultats, autant qu'il m'est possible de les discerner. Je fais également part des nombreux remèdes que j'ai trouvés dans les livres et sur Internet. Dans mon désespoir, je les ai tous testés sans grand discernement, afin de m'assurer d'avoir un effet. Pour chaque remède, j'indique les résultats qu'il me semble avoir obtenus en les prenant.
Nous sommes en mai 2004. Après le traitement au gelsémium de mon osthéopathe, je tente de me détoxiquer moi-même, prenant de manière anarchique tout une série de remèdes trouvés dans des livres et sur Internet. Notamment, je prends la combinaison "coriandre - chlorelle - ail des ours" suggérée sur son site web par Christian Recking [http://www.ateliersante.ch]. Les remèdes que je prends en début de traitement sont les suivants :
  • Gelsémium 200K 1x/mois
  • (Gelsémium 5CH tous les deux jours) stoppé le temps du traitement de détoxication
  • Boldo 3x2 capsules/j --> drainage du foie
  • Oméga-3 huile de poisson 1000mg (= EPA 180mg, DHA 120mg)/Vit.E 10mg: 1 gélule/j --> apport acides gras essentiels pour restauration de la myéline
  • Huile de noix (oméga-3) et de sésame (oméga-6): crues première pression à froid --> apport acides gras essentiels pour restauration de la myéline
  • Vitamine C combiné extraction Acerola/synthèse acide ascorbique: 4g/j --> restauration du système immunitaire, restauration collagénique pour saignement des gencives
  • Chlorelle 24g/j --> absorption et élimination des métaux lourds
  • Ail des ours teinture-mère 3x10 gouttes/j --> élimination des métaux lourds
  • Coriandre teinture-mère 3x5 gouttes/j --> surpotentialisation de la chlorelle
  • Silanol silice organique 3 doses liquides/j --> reminéralisation, restauration collagénique pour saignement des gencives
  • Magnésium
  • Dentifrice Weleda au calendula avant d'aller dormir
  • Baume gengival Weleda à la sauge avant d'aller dormir
  • Régime 2/3 monodiète: cerneaux de noix trempés 12h et raisin frais
  • Soupe de poireaux et verdures
  • Erbasit 3x2 comprimés à sucer/j --> éviter la réabsorption des métaux lourds par la paroi du colon (chélation)
La liste est longue. Les effets des remèdes se font sentir dès la première semaine. Le premier jour, je ressens un regain de forme physique. Mes facultés de concentration reviennent peu à peu. La chlorelle colore les selles en vert. Je ressens pendant quelques jours de légères douleurs dans les hautes dorsales. Mon urine très foncée indique une élimination de toxines. Les effets des remèdes sont donc indiscutables.
En revanche, avec autant de remèdes, il est difficile de dire lequel a contribué à quoi. Néanmoins, je pense pouvoir dire que c'est la teinture-mère de coriandre qui m'a le plus aidé. Je le dis avec d'autant plus d'assurance que j'ai continué longuement et avec succès le traitement à la coriandre. De plus, les tests musculaires issus de la kinésiologie appliquée indiquent clairement un effet positif. Pareillement, le gelsémium precrit par mon osthéopathe est clairement toujours actif.
Après une semaine, le traitement a prouvé son efficacité. Cependant, le nombre de remèdes à prendre est trop élevé. Les remèdes homéopathiques dit-on doivent se prendre dissociés à environ 15-30 minutes de tout autre remède. Avec la quantité de remèdes que je prends, plusieurs fois par jour, je passe mon temps m'occuper de savoir quel remède prendre. Je décide donc de m'en tenir à une liste de remèdes restreinte.
Pour restreindre la liste de remèdes, je pratique le test musculaire. Ne souhaitant pas déranger mon osthéopathe pour si peu, je me contente d'imiter sa méthode. Malheureusement, n'ayant à ce moment-là pas de grandes connaissances en la matière, je dois m'y reprendre à de nombreuses fois afin de m'y retrouver dans mes tests. Malgré cela, je finis par restreindre ma liste de remèdes aux produits suivants :
  • Mg Magnécaps 90mg 3x2 gélules/j
  • TM coriandre 3x20 gouttes/j
  • Silicium organique
  • Vit. C acérola pour la forme et le sommeil
  • boldo pour achever le drainage du foie
  • Gelsémium 5CH au besoin
  • P5P (synth. vit. B12, pour les surrénales ?)
  • gelée royale
Je décide d'appliquer ce traitement pendant une nouvelle semaine. Avec ce traitement plus léger, il m'est plus facile d'organiser les prises de remèdes. Pendant cette deuxième semaine, les effets changent quelque peu. Les trois premiers jours, je fais un peu de fièvre et je me sens de nouveau très fatigué. Puis, mon état de santé s'améliore nettement. Les urines sont claires et les selles se normalisent. Sans la chlorelle, les effets les plus marquants semblent se dissiper.
Pour la troisième semaine, je décide de poursuivre le traitement et de reprendre en sus de la chlorelle à dose massive : 50 comprimés en 3 jours. Les urines redeviennent foncées. Les douleurs dans les hautes dorsales reprennent. La fatigue reste très présente. Je ressens quelques crampes. Les plats diététiques suivant l'alimentation vive de Pol Grégoire me redonnent quelque énergie. Les tests musculaires continuent d'indiquer la coriandre comme meilleur remède.
Pour la quatrième semaine, je passe aux remèdes homéopathiques. Les remèdes homéopathiques glanés sur Internet et pouvant être indiqués en cas d'intoxication aux métaux lourds sont les suivants :
  • Aurum Met. 5CH
  • Aurum Mur. 5CH
  • Plumbum Met. 5CH
  • Phosphorus 5CH
  • Kali Phosphorus 5CH
  • Cuprum Met. 5CH
  • Taraxacum (pissenlit) TM
  • Mercurius 5CH
  • Aluminium 5CH
Après quelques tests musculaire, je m'en tiens à l'Aluminium Metallicum. Pendant cette quatrième semaine, je reste très fatigué. Je participe néanmoins à une longue randonnée à vélo ; 175 km en 4 jours. Les 60 premiers kilomètres se sont passés sans problème, le reste s'est passé dans la souffrance. Note : au soleil, ma peau brûle malgré l'écran total. Quand je pense qu'il y a quelques mois je me promenais à midi sans protection au soleil du Sahara ... !
La semaine suivante, je continue uniquement la coriandre. Les tests musculaires ne semblent plus indiquer grand chose. Je ressens toujours une grande fatigue physique. Intellectuellement, ça va un peu mieux, même mon esprit reste plus lent que d'habitude. Mon foie est gonflé et douloureux. La zone des reins/lombaires est tendue et douloureuse. Je bois 2 litres d'eau par jour pour être certain d'éliminer convenablement. Mon oeil gauche est injecté de sang et cligne beaucoup, sans que je m'en rende compte. Mes yeux sont douloureux et piquants. Ma concentration va un peu mieux mais ma fatigue physique s'aggrave malgré une alimentation diététique impeccable. Les rayons de soleil me sont douloureux après 30 secondes. Je les évite autant que possible.
La gelée royale qu'on m'a conseillé de prendre ne donne rien de remarquable. En maison de diététique, une série de remèdes me sont conseillés. Je les achète tous et je les emmène chez mon osthéopathe pour qu'il puisse les tester et faire le point sur mon état. Au test musculaire, les remèdes efficaces sont le plasma marin hypertonique et la co-enzyme Q10. Vitamine C, coriandre et gelsémium sont toujours testés efficaces. Avec ces remèdes, fatigue physique et problèmes à l'oeil passent. Après deux semaines, je ne prends plus que la co-enzyme Q10. Un mois plus tard, mes tremblements et palpitations caridaques reviennent. Je reprends du gelsémium avec succès.
Conclusion : en deux mois, mes facultés de concentration sont allées en s'améliorant. Les symptômes de crise se sont atténués au point d'être négligeables. Les remèdes qui semblent avoir eu sur moi le plus d'effet sont la coriandre, la vitamine C, le gélsémium homéopathique, le plasma marin hypertonique et la co-enzyme Q10. Les 4 mois suivants, je suis resté sans remèdes avec une amélioration constante, au point de me considérer pratiquement guéri.
Mise à jour 2005 :
Environ 12 mois plus tard, dans le courant de 2005, d'importants problèmes de santé se sont déclarés chez moi suite à un stress élévé et continu. Parmi ces problèmes, on peut distinguer la diminution de la vue, des troubles de l'humeur, des selles rouges sang, des difficultés de concentration et de la déprime. Six mois plus tard, se sont ajoutés les symptômes suivants : fatigue, difficultés de concentration, mal de ventre, mal de dos, contractures. Dès l'apparition de ces symptômes, qui nous placent en janvier 2006, la plupart des remèdes, homéopathiques et phytothérapeutiques, que j'avais utilisés jusqu'alors se sont révélés totalement inefficaces.
En revanche, des remèdes très précis, dont la prescription a été confirmée par des tests musculaires de précision, se sont révélés efficaces au point de faire disparaître pratiquement tous les symptômes. Parmi ces remèdes, j'ai pu distinguer parmi les remèdes phytothérapeutiques le romarin, et parmi les remèdes homéopathiques le vaccin Havrix en dilution isopathique répétée. La prise de romarin s'est avérée diminuer progressivement et sans rechute les symptômes généraux. La prise du Havrix isopathique, quant à elle, s'est avérer faire disparaître de manière fulgurante les symptômes résiduels. En revanche, conformément à sa notice, le Havrix isopathique s'est avéré n'être efficace que pendant une trentaine de jours. De plus, conformément aux observations générales de l'homéopathie, la dilution du remède a dû être augmentée progressivement pour conserver son efficacité : de 30K à 200K, puis de 200K à 1000K.
Autant le romarin n'est à mon avis qu'un remède de terrain qui me convenait personnellement au moment où je l'ai pris, autant le vaccin Havrix en dilution homéopathique répétée, me semble être la piste d'une solution symptomatique importante. En effet, étant donné qu'il a été dans mon historique de maladie post-vaccinale, identifié clairement que le vaccin en cause était le vaccin de l'hépatite A Havrix, il est permis de penser qu'un accident post-vaccinal provoqué par un vaccin particulier peut être compensé par la prise du même vaccin en dilution homéopathique. Par exemple, les nombreuses victimes du vaccin de l'hépatite B Engérix-B, notamment lors de la campagne de vaccination massive en France, pourraient trouver un espoir de guérison en la prise du remède Engérix-B à des doses homéopathiques. De même, toutes les personnes se pensant victimes d'une vaccination particulière pourraient essayer de prendre ce même vaccin en dilution homéopathique, et voir quels effets positifs en résulteraient.
Si vous êtes dans ce cas et souhaitez tenter l'expérience par vous-mêmes et/ou avec l'aide de votre thérapeute homéopathe, je serai heureux que vous me communiquiez les résultats de votre expérience.
Mise à jour 2006 :
Il y a deux semaines, j'écrivais le texte suivant : "Actuellement, je suis encadré par des thérapeutes alternatifs, qui ont repris le relais des médecins désemparés. Une dilution homéopathique du vaccin de l'hépatite est aujourd'hui le seul remède qui me soulage. L'effet du remède est instantané et total, mais il ne dure qu'un mois, et entre les deux les réactions adverses sont de plus en plus fortes et de plus en plus longues. Les osthéopathes défont le gros des paralysies, et mes collègues masseurs et masseuses s'emploient à soulager mes douleurs, mais l'un dans l'autre, je souffre la plupart du temps. Et les espoirs de guérison semblent de plus en plus s'envoler."
Aujourd'hui l'espoir renait. Le 18 septembre j'ai pris une dose homéopathique du vaccin. Le rebond a été aussi violent que la maladie elle-même et a duré presque tout le mois. La perspective de subir les symptômes en permanence a été à l'origine de mon désarroi. Néanmoins, il semble que cette manifestation des symptômes ait été la dernière. En effet, aujourd'hui 31 octobre 2006, soit plus de 30 jours après la prise de la dose précédente, je ne ressens plus aucun réapparition des symptômes. Il semble donc qu'après la période d'efficacité du remède, les symptômes aient définitivement disparu. Je touche du bois et n'ose encore y croire, mais il se pourrait que cette médication soit bel et bien efficace, à court comme à long terme.
Mise à jour 2007 :
Le problème du vaccin de l'hépatite A Havrix semble s'être dissipé. Entretemps, j'ai trouvé dans l'ouvrage "la médecine retrouvée" du Docteur Jean Elmiger un protocole de détoxication des vaccins par la méthode de thérapie séquentielle inversée. Cette méthode consiste à prendre une série d'isopathiques homéopathiques des différents vaccins injectés, dans l'ordre chronologique inverse des injections. J'ai testé la méthode et je peux dire qu'elle fonctionne pour moi. C'est ainsi que je prends en ce moment, avec de brillants résultats, des isopathiques des vaccins Mencevax (Méningite) et Typhim (fièvre typhoïde). Les résultats que j'obtiens s'observent sur la couleur des selles, les douleurs dorsales en D5-D8, la fatigue, l'abattement et les facultés intellectuelles. L'efficacité de ces remèdes a également été évaluée et confirmée par le test musculaire de kinésiologie. Il semble donc bien que la thérapie séquentielle inversée du Dr. Jean Elmiger donne de bons résultats.
Je vous tiendrai informé par ce site de l'évolution des symptômes.
Entretemps, si vous avez des questions, n'hésitez pas à me contacter.
Didier Vardet

Vaccins, la controverse

Dans nos pays, les vaccins sont extrêmement répandus, car hautement conseillés, voire obligatoires.
Les autorités médicales, soutenus par les entreprises pharmaceutiques, nous affirment que les vaccins sont sûrs, sans danger, ont des effets secondaires mineurs, confèrent à coup sûr une immunité efficace, sont une prévention à la menace de terribles maladies, sont indipensables pour enrayer les épidémies, et n'ont aucun impact néfaste sur le système immunitaire.
En face du monde médical traditionnel, des vaccinés s'estimant victimes des vaccins qu'ils ont reçu, soutenus par des thérapeutes alternatifs et des journalistes engagés, crient à l'unisson que les vaccins sont lourdement nocifs, peuvent avoir des effets secondaires désastreux comme la sclérose en plaques, n'immunisent que partiellement ou pas du tout, gênent l'éradication des épidémies, et saccagent le système immunitaire.
Dans cette polémique entre les intérêts économiques et la révolte d'individus en quête de vérité et de justice, il est difficile d'y voir clair et de savoir quoi faire. Cet article vise à confronter le point de vue des uns et des autres, et appelle à la vigilance.
La médecine a élaboré du système immunitaire un modèle complexe. En simplifiant fortement, il fonctionne ainsi :
  1. Une protéine (par exemple à la surface d'une bactérie ou d'un virus) est identifiée comme étrangère à l'organisme. C'est un antigène.
  2. Des protéines immunoglobulines spécifiques sont produites. Ce sont les anticorps. Ils ont une affinité spécifique pour l'antigène à neutraliser.
  3. Les anticorps se lient aux antigènes.
  4. Le couple anticorps + antigène (et donc le germe qui porte l'antigène) est détruit.
Cette réponse immunitaire est consécutive à l'infection. Pendant sa mise en route, l'infection a malheureusement le temps de se propager. Le vaccin apporte l'antigène sous une forme non (ou très peu) infectieuse (Figure 1).

Figure 1 - Schéma de principe de la vaccination.
Les vaccins ont pour rôle de stimuler une réaction du système immunitaire contre un élément étranger à l'organisme, tel qu'un germe infectieux ou un allergène. Par exemple, un vaccin peut être constitué d'un virus inactivé. Ces antigènes provoquent la production d'anticorps prêts à l'action dans l'éventualité d'une infection par le virus actif.
Des vaccins existent contre le tétanos, la diphtérie, la rougeole, les oreillons, la rubéole, la poliomyélite, la tuberculose, la coqueluche, la méningite, les pneumocoques, la grippe, la fièvre typhoïde, la fièvre jaune, l'hépatite A, l'hépatite B. Pour ne citer que les principaux.
A l'école on raconte que Louis Pasteur inventa il y a plusieurs siècles la vaccination, reposant sur le principe qu'un corps ayant vaincu une maladie, même sous une forme affaiblie, ne l'attrapera plus par la suite.
On nous affirme qu'à travers l'histoire les vaccins ont enrayé des épidémies : variole, tuberculose, tétanos, etc. Pour appuyer le bien fondé des campagnes vaccinales le gouvernement avance des chiffres statistiques d'évolution des épidémies. Sur cette base, dans un but de prévention et d'éradication des maladies, ils décident de vacciner la population entière. Les vaccins sont offerts gratuitement afin de garantir à tous l'accès à la vaccination. Dans l'intérêt de tous, certains vaccins sont décrétés obligatoires, en particulier ceux contre les maladies que la médecine ne sait pas guérir.
Test-santé nous dit que les vaccins sont sûrs, qu'ils nous protègent des maladies. Qu'ils sont absolument sans danger et sans effet secondaire. Que les vaccins n'ont aucun impact négatif sur le système immunitaire, car seulement 0,1% des défenses immunitaires sont engagées dans le prise en charge d'un vaccin. Qu'en vaccinant l'ensemble de la population ils sont convaincus qu'on pourra enrayer les épidémies et éradiquer les maladies.
Les autorités médicales estiment que les prétendues victimes des vaccinations exagèrent. Qu'ils hurlent sans fondement. Qu'ils ne livrent pas d'arguments objectifs, ni de preuves scientifiques indiscutables.
Je crois en la bonté humaine. Je crois en l'intégrité des médecins, en la valeur de leur serment d'Hippocrate, en leur volonté de soigner les gens du mieux qu'ils peuvent. Je crois en la valeur de ceux qui occupent les plus hautes fonctions de l'autorité médicale.
Je crois en l'indépendance de magazines d'information médicale comme Test-santé, un magazine en lequel croient de nombreux lecteurs, en lequel ils font confiance. Test-santé est un magazine qui s'engage à l'impartialité dans la défense des consommateurs, et des individus en général. Je crois en leur impartialité et leur bonne volonté. Je crois en leur souci de la santé de la population.
Je crois que le système est basé sur de bonnes intentions, sincères, pures, nobles. Je crois que le principe de la vaccination est un bon principe.
Mais je crois aussi que l'enfer est pavé de bonnes intentions de ce type, et qu'il y a une différence entre la théorie et la pratique.
Et que si les gens sont bons de nature, ils sont également imparfaits. Et les systèmes qu'ils inventent le sont encore plus.
En effet, rien ne nous prouve que la vaccination n'a que les bons côtés que nous présentent les industries pharmaceutiques, le gouvernement, les médecins, les magazines et autres sources d'informations. Pour le prouver il faudrait innoculer la maladie à des vaccinés, ce qui est éthiquement impossible.
La réputation d'efficacité de la vaccination repose sur la mesure d'anticorps spécifiques dans le sang. Or il existe des contre-exemples : des vaccinés présentant un taux d'anticorps largement supérieur au seuil considéré comme protecteur, ont tout de même contracté la maladie. Certains en sont morts.
A l'école primaire on nous a enseigné que le malheureux enfant avait été mordu par un chien enragé et que sans la piqûre salvatrice, il aurait inéluctablement contracté cette redoutable maladie. D'après le Docteur Henri Quiquandon [Quiq1978] "la vérité est toute autre ; bien peu de gens savent que le propriétaire du chien mordeur, Max Vone, ainsi que plusieurs autres personnes mordues le même jour par cet animal, restèrent en bonne santé en l'absence de tout traitement, ce qui signifie en clair que le chien n'était nullement enragé". Dans son livre "Pour en finir avec Pasteur", le docteur Eric Ancelet se base sur des documents historiques de la main des collaborateurs de Pasteur pour décrire celui-ci comme un individu opportuniste, torturé par une extrême soif de reconnaissance, ayant truqué les résultats de ses recherches et les contrôles sur ceux-ci avec l'aide de ses amis.
On nous avance des chiffres statistiques relatives à la vaccination mais est-ce une preuve ? Car il existe également des statistiques contraires, et les statisticiens savent que l'on peut faire dire n'importe quoi aux statistiques. Par exemple, depuis 1957, l'OMS ne recense dans les statistiques que les formes paralytiques de la poliomyélite, alors qu'avant la vaccination, toutes les formes de la polio étaient incluses, ce qui permet de faire apparaître une régression des cas qui est loin de la vérité.
Ni les industries pharmaceutiques ni les médecins n'ont intérêt financièrement à ce que la population soit en bonne santé. Ils ont simplement intérêt à soulager des symptômes pour garder une crédibilité. Et les gouvernement, n'ont-ils pas tout intérêt à ce que les gens s'occupent d'autre chose que des affaires publiques ? Comme par exemple de leur santé ?
Les industries pharmaceutiques fonctionnent selon un système dont la survie est basée sur l'argent. Un tel système ne se ramène pas qu'à l'ensemble de ses individus, il a une "vie" propre, un fonctionnement qui le régit, et auquel doivent se soumettre ses employés, au risque d'en être exclus. Et dans un tel système l'association des craintes individuelles devient le moteur de la perversion. Qu'est-ce que le mal, sinon du bien torturé par sa propre soif ?
Le contrôle des industries pharmaceutiques sur la population est multiple (Figure 2).

Figure 2 - Le contrôle des industries pharmaceutiques sur la population.
Un exemple frappant : en 1949, lorsqu'a été décidée au Sénat français la campagne de vaccination nationale par le vaccin du BCG, le président du Sénat n'était autre que le directeur de l'industrie pharmaceutique qui commercialisait le vaccin : l'Institut Pasteur. Ici le lien de "juge et partie" est évident. Par contre avec le temps les intermédiaires se sont multipliés, et les pistes se sont brouillées de plus en plus. Mais le mode décisionnel suit toujours le même schéma malsain. En 1994, l'entreprise Smith-Kline Beecham se servait comme intermédiaire du ministre-pantin Philippe Douste-Blazy pour faire introduire dans les écoles primaires une campagne de vaccination contre l'hépatite B [Simo2001].
Alors qu'un magazine publié par une association de défense des patients s'apprêtait à publier son dossier sur la vaccination, j'ai demandé à la rédaction de citer l'existence de la polémique vaccinale. Pas de prendre parti, non, seulement citer l'existence de la polémique. Afin que chacun soit correctement informé, et puisse s'il le souhaite s'informer plus avant afin de prendre une décision éclairée et adulte. Ils ont refusé, prétextant que cela risquait de compromettre la couverture vaccinale, et de mettre en péril la santé des gens. Lorsque j'ai parlé des effets secondaires comme la sclérose en plaques, ils m'ont dit qu'ils n'avaient aucune preuve d'un lien de cause à effet entre la vaccination et la sclérose en plaques, et qu'ils avaient même des preuves que ce lien n'existait pas. Je leur ai demandé quelles preuves ils avaient, ils m'ont répondu qu'ils avaient lu 4 articles scientifiques. Quatre. Lorsque je leur ai demandé s'ils avaient vérifié que ces études étaient bien indépendantes des industries pharmaceutiques, ils m'ont répondu "on espère" ... Alors voilà: sur base de seulement 4 articles scientifiques, dont "on espère" sans autre vérification qu'ils sont indépendants de tout intérêt commercial, un magazine qui se prétend indépendant conseille la vaccination à l'ensemble d'une population qui leur fait confiance. De la désinformation pour protéger ? Dans quel monde vit-on ? Les gens sont-ils si ignorants et irresponsables qu'il faut décider pour eux de ce qu'il est bon ou non de leur laisser savoir ? Pour une question de santé aussi fondamentale ? Il est vrai qu'il serait téméraire pour un magazine aussi faible de se poser à contre-courant de toute l'industrie pharmaceutique, et de leurs marionnettes (voir la Figure 2).
L'idée de la gratuité des vaccins obligatoires est un leurre. Même si l'individu à qui est injecté un vaccin obligatoire ne le paie pas de manière directe, il le paie de manière indirecte, via sa cotisation à la sécurité sociale, dans les caisses de laquelle l'industrie pharmaceutique qui a produit le vaccin prélève le prix de l'injection. Et comme dans une campagne de vaccination obligatoire c'est toute la population qui est vaccinée, chacun paie sa propre injection. Les vaccins obligatoires ne sont donc nullement gratuits comme le prétend le gouvernement.
Pourtant les alternatives aux vaccins existent. Mais qui les développe et les perfectionne ? Les industries pharmaceutiques principalement. Si l'on regarde la liste de remèdes naturels de la Table 1, on peut se faire une idée de la disproportion de leur chiffre d'affaires par rapport à celui des vaccins.
MaladieRemèdeRéférences
Hépatite Phosphorus 15CH Internet
Hépatite A pissenlit ; Phosphorus 15 CH 10 granules matin et soir pendant 10 jours, Chelidonium 4CH 5 granules, Hydrastis 5CH 5 granules, China 5CH 5 granules reseauproteus.net (pissenlit) ; Internet
Poliomyélyte laisser la fièvre monter à 39-40°C (le virus est détruit à cette température), ne surtout pas essayer de faire baisser la température avec des médicaments Dr. Jean Pilette, La poliomyélite: Quel vaccin ? Quels risques ?
Hépatite C chardon-marie & schisandra Dr. Andrew Weil
Tuberculose Réglisse reseauproteus.net
Diphtérie (? [check]) Chlorure de Magnésium Dr F. Joet, Tétanos, le mirage de la vaccination- travaux du Dr. Neveu
Tétanos Chlorure de Magnésium Dr F. Joet, Tétanos, le mirage de la vaccination - travaux du Dr. Neveu
Fièvre jaune crotalus horribila homéo
Paludisme crotalus horribila homéo
En prévention : utiliser des huiles essentielles (aromathérapie), pour plus d'informations voir les références proposées sur la page suivante :http://www.reseauproteus.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=2002111800
Table 1 - Alternatives aux vaccins : préventions et remèdes
La meilleure alternative n'est-elle pas d'éviter l'infection ? Un article du Reader's Digest rapporte comment le "Docteur Tétanos", un médecin itinérant de l'organisation Médecins Sans Frontières, a sauvé des populations entières d'une terrible maladie qu'est le tétanos : par la vaccination, mais aussi par des mesures d'hygiènes et la fourniture de matériel d'accouchement stérile.
Il existe aux vaccins une explication alternative quant à l'arrêt des épidémies et à l'éradication des maladies : elles ont spontanément régressé, sous l'effet des comportements, de l'amélioration de l'hygiène de la qualité de la vie, bases d'un système immunitaire fort.
Et si les maladies contre lesquels on vaccine n'étaient pas si terribles que ça ? Cela s'apparenterait à de la vente par la terreur. Et si les maladies contre lesquelles on vaccine étaient agravées par la fragilisation de notre système immunitaire par les vaccins, ne serions-nous pas en face d'un paradoxe ?
Certaines vaccinations sont-elles vraiment indispensables ? Est-il indispensable de vacciner les nourrissons contre l'hépatite B, une maladie qui ne s'attrape que par les raports sexuels et les transfusions sanguines contaminées ?
Certains vaccins sont contaminés par d'autres virus, comme le SV-40. C'est ainsi qu'est décédé le petit Alexander Horwin [Horw_WWW]. Désormais ses parents luttent pour faire éclater la vérité; sa maman a pris des cours de biologie, et son papa des cours de droit. Cela ne leur rendra pas leur enfant, mais pourrait bien en sauver des milliers d'autres.
Il est un fait qui ne semble alerter personne et qui me fait tomber de ma chaise : chaque vaccin contient en moyenne 900 microgrammes d'hydroxyde d'aluminium, dose intégralement injectée dans le sang à l'injection. Or, la limite admise d'aluminium dans le sang par les normes sanitaires de l'Union Européenne est de 15 microgrammes par litre de sang, le seuil de toxicité étant situé à 60 microgrammes. L'injection d'un seul vaccin dépasse donc de 10 fois la quantité admise par la norme. L'hydroxyde d'aluminium est accusé de provoquer des maladies auto-immunes et neurologiques comme la polyarthrite rhumatoïde, l'autisme et la sclérose en plaques. Est-il acceptable d'intoxiquer ainsi la population "pour son bien" ?
Un autre effet secondaire est le bloquage et la fragilisation du système immunitaire. Malheureusement ce phénomène est difficile à mesurer. Il est néanmoins de bon ton de remarquer que l'on n'est jamais malade que d'une maladie à la fois. Cette observation suggère que le système immunitaire ne s'occupe que d'une maladie à la fois. S'il reste bloqué sur un vaccin, seul le système immunitaire général est gardien de la santé. Et dans ce processus l'hydroxyde d'aluminium a un effet désastreux : non seulement il déclenche une violente réaction du système immunitaire, mais il en empêche l'arrêt naturel [Info_WWW].
Les victimes qui "hurlent et exagèrent" sont forcément subjectives dans leur expression, sous le coup de la colère, sous le coup de l'impuissance à être entendus, reconnus dans leur drame, pris au sérieux même s'ils ne peuvent apporter de preuves scientifiques, forcément par manque de connaissances scientifiques. Frustrés dans leurs besoins de vérité, de justice, de considération, de respect pour la santé humaine, ont-ils d'autres moyens de faire entendre leur message que de crier plus fort ?
Et les médecins et chercheurs qui voudraient s'essayer à des études contradictoires, où vont-ils trouver les moyens financiers lorsque les seules subventions proviennent des industries pharmaceutiques ? Il n'est aucunement dans l'intérêt d'une industrie que de subventionner des études qui pourraient prouver que les produits qu'ils vendent sont dangereux. Et les médecins rebelles risquent leur carrière par exclusion du système. Ce fut par exemple le cas du Docteur Beljanski ; son exclusion est aujourd'hui reconnue par le conseil de l'Europe comme un cas de violation des droits de l'homme. Enfin, les médecins indépendants qui obtiennent des résultats contradictoires ont du mal à diffuser leurs découvertes, car la diffusion d'informations scientifiques est contrôlée par les mêmes intérêts contraires. Et leur statut de dissident les prive du soutien de leurs confrères ignorants de la perversité du système dans lequel ils évoluent.
Bref, dans cette controverse vaccinale on peut donc constater que deux camps affrontent des arguments contraires et discutables. D'une part les industries pharmaceutiques distillent une information hautement scientifique mais subjective. D'autre part les victimes avancent des raisonnements de bon sens mais dont l'expression est empreinte de colère. Aucune preuve ne fait autorité ni d'une part ni de l'autre.
Au milieu de cette confusion chacun se retrouve avec la responsabilité de se forger sa propre opinion. Et de décider en toute connaissance de cause s'il se fait vacciner ou non.

Publié dans SCANDALES SANITARES

Vaccin : Une Neuropathologiste voit sa carrière détruite pour avoir réfuter la théorie dite du « Syndrome du Bébé Secoué »

ob_656eb1_shaken-baby-syndrome-femme-menottee

Dr Waney Squire

 

«La pire des choses imaginables, c’est de voir des parents enfermés injustement dans des prisons dans l’attente de la mort. Quelque chose de terrible a « infecté » mes collègues médecins – ou en tout cas un nombre considérable d’entre eux.Le temps est venu de mettre fin à cette forme abusive de diagnostic. Le temps est venu pour les médecins d’oser rega rder en face ce qui se trouve dans leur propre littérature médicale et d’examiner les erreurs aux proportions gigantesques qui ont été commises, afin  d’y apporter les corrections qui s’imposent. »  Dr A.Kalokerinos

 

Health Impact News, Editor, 15 mars 2016.

 

La théorie médicale concernant le « Syndrome du Bébé Secoué » (SBS) est en train de perdre rapidement de sa crédibilité. Aujourd’hui de nombreux médecins, scientifiques et avocats dénoncent le « Syndrome du Bébé Secoué », ainsi que le fait que des parents innocents soient accusés à tort de maltraitance d’enfants. Les tribunaux tentent de revoir certains cas sur base des témoignages de médecins  et de professionnels des questions de santé. Certains cas ont récemment été revus.

 

La profession médicale se défend. Les raisons en sont suffisamment évidentes. Le fait d’admettre que la théorie du « Bébé Secoué » soit fausse risquerait d’ouvrir la porte à des litiges majeurs, étant donné le fait que c’est sur base de cette théorie que des milliers de parents ont été condamnés pour maltraitance d’enfants et que peut-être des dizaines de milliers d’entre eux ont été arrachés à leurs familles. Il faut aussi savoir qu’il existe un énorme financement fédéral pour permettre d’enlever ces enfants et les mettre sous la tutelle de l’état.

 

Donc, la stratégie évidente de la profession médicale est d’attaquer les médecins qui témoignent en faveur des parents innocents, et contre la théorie du SBS. Il s’ensuit que la crédibilité de ces médecins est détruite et qu’ils se voient retirer leur licence. Sans le témoignage de ces experts, il serait infiniment plus difficile de lutter contre les fausses condamnations de parents innocents.

 

La dernière tentative dans ce sens est l’action qu’a entreprise le Conseil Médical Général Britannique à l’encontre du Dr Waney Squier, neuropathologiste pédiatrique de renommée internationale. Pour avoir eu le courage de témoigner de la vérité concernant le « Syndrome du Bébé Secoué », ce médecin a vu sa carrière détruite.

 

Christina England, Health Impact News écrit :

 

C’est le vendredi 11 mars 2016 que le Conseil Médical Général Britannique (GMC) a décrété que la neuropathologiste pédiatrique britannique, le Dr Waney Squier, témoin expert de la Défense s’est rendue coupable « d’avoir trompé ses pairs, d’être irresponsable, malhonnête, et de porter atteinte à la réputation de la profession médicale dans le district.»

 

En un mot, elle a été reconnue coupable d’être en désaccord avec l’establishment médical au sujet de la « science »  qui explique le « Syndrome du Bébé Secoué », comme d’avoir parlé au nom de parents innocents.

 

Considérée comme étant la première scientifique du pays dans le domaine de la neuropathologie pédiatrique, le Dr Squier a travaillé comme consultante à l’hôpital John Radcliffe pendant 32 ans. Jusqu’il y a environ 15 ans, elle a soutenu avec véhémence et a adhéré à la croyance traditionnelle. Selon cette croyance, quand un médecin  suspectait qu’un enfant avait été violemment secoué, il fallait faire porter les examens sur la « triade » de dommages que les médecins pensaient être associés au « Syndrome du bébé Secoué » (SBS)

 

Cependant, après avoir étudié et examiné les fondements scientifiques de ce qui, après tout, ne représente qu’une théorie, le Dr Squier a commencé à avoir des doutes qui l’ont conduite à exprimer un scepticisme scientifique qui n’a cessé de croître.

 

D’autres professionnels de santé marquent leur accord avec le Dr Squier et considèrent que la théorie officielle du « Bébé Secoué » relève d’une « science de pacotille »

 

Au fil des ans, un nombre croissant de professionnels a tourné le dos aux théories classiques du SBS, et ce, en faveur de la science. Les experts estiment maintenant qu’il existe toute une série d’autres conditions et circonstances qui peuvent provoquer cette « triade » de dommages.

 

Clive Stafford Smith, avocat des droits de l’homme précise :

 

Le « Syndrome du Bébé Secoué » n’est pas un diagnostic médical qui devrait être traité, mais presque uniquement l’avis d’un médecin qu’un crime a été commis. J’ai représenté un certain nombre de personnes qui ont été condamnées à mort sur base de cette « théorie », bien que de plus en plus de preuves s’accumulent et tentent à montrer que cette « théorie » est un non-sens scientifique. La justice exige cependant qu’un médecin qui détient honnêtement des vues soutenues par des preuves scientifiques soit autorisé à donner un témoignage qui puisse remettre en question d’autres hypothèses. Après tout, il y a quelque 400 ans, on avait interdit à Galileo Galilei  de dire que la terre tournait autour du soleil. Malheureusement, il a fallu attendre 1982 avant que le pape Jean-Paul II reconnaisse que l’Eglise catholique avait eu tort.

 

Mis à part l’impact personnel dévastateur dont a eu à souffrir le Dr Squier, Smith poursuit :

 

Je suis plus que préoccupé par l’administration de la justice à ce sujet, dans ce pays comme dans le monde entier. Des centaines, voire des milliers de parents ou gardiennes ont été condamnés ou ont perdu la garde de leurs enfants quand la profession médicale avait diagnostiqué un crime. Aujourd’hui, si peu qualifiés qu’ils puissent être, les membres du Comité ont annoncé que le GMC ne tolérerait aucune dissidence scientifique. Ceci est absolument vrai. Et si la décision du GMC est de supprimer le nom du Dr Squier du registre médical, cette dernière ne pourra plus pratiquer la médecine. Dans ce cas, le monde aura perdu une merveilleuse scientifique qui avait pris la défense des parents. Malheureusement,  des parents risquent de se retrouver  sans expert pour les défendre et d’être, pour des années, condamnés à la prison pour un crime qu’ils n’ont pas commis.

 

Les membres du General Medical Council sont-ils qualifiés pour statuer des cas de SBS, ou s’agit-il essentiellement d’une « chasse aux sorcières » ?

 

Comme des lettres de soutien (de professionnels de santé) au Dr Squier inondent littéralement le GMC, il est possible, à partir de ces courriers, de comprendre que le cas du Dr Squier est un peu plus qu’une chasse aux sorcières destinée à détruire la crédibilité d’une excellente professionnelle de santé, tout en continuant à promouvoir des théories dépassées, basées partiellement sur une science de pacotille.

 

Le Dr Steven C. Gabaeff qui a été médecin urgentiste pendant 40 ans a commenté le fait que le jury qui devait statuer sur l’affaire était composé d’un officier de la RAF à la retraite, d’un policier à la retraite et d’un psychiatre lui aussi à la retraite, donc de trois personnes ne faisant pas vraiment partie du monde médical. Le Dr Steven précise que le GMC et le MTPS devraient avoir honte d’avoir mis sur pied un jury  partial et ignorant qui ne pouvait comprendre les véritables enjeux. Il s’agissait vraisemblablement d’une configuration frauduleuse pour détruire un atout de premier plan pour la Grande-Bretagne et pour le monde dans la lutte contre les fausses accusations, ainsi qu’un leader mondial dans son domaine.

 

Il s’agit de l’acte le plus vil qui soit pour détruire la brillante renommée d’une personne. Acte perpétré  par des personnes (accusateurs « médicaux ») pris au piège de leurs propres idées fausses, comme à celui de diagnostics périmés. Ces gens ne valent pas mieux que des chasseurs de sorcières dont les vies professionnelles seraient, - si la vérité devait s’imposer,- recouvertes des larmes et des incalculables souffrances des familles qu’ils ont détruites par leurs fausses accusations, leur arrogance, leur narcissisme, leur folie des grandeurs, et l’impact terrible que les condamnations ont eu sur des familles faussement accusées… Le but réel de cette injustice, serait, semble-t-il, le maintien du statu quo…

ob_cff9de_bebe-secoue-pere-triste

Dans une lettre écrite au GMC et destinée à soutenir le Dr Squier, le Dr Steven C.Gabaeff écrit :

 

« Les attaques perpétrées à l’encontre de ceux qui veulent apporter la lumière sur toutes les causes alternatives qui permettraient de mieux diagnostiquer les abus ; ces attaques semblent bien être la réponse à tout ce qui pourrait menacer la pensée même de l’establishment et l’establishment lui-même. Les défis lancés contre le dogme existant proviennent aujourd’hui de nombreux milieux et de nombreux spécialistes médicaux qui en connaissent un peu plus que l’establishment médical lui-même. Les challengers ont fait naître une pensée alternative au sujet de l’étiologie des moyens mal utilisés pour dépister les abus.

 

Cette stratégie qui consiste à honteusement attaquer des personnalités hautement respectées, des leaders dans leur domaine parce qu’elles ne partagent pas des hypothèses douteuses, non démontrées et finalement fausses, n’est pas, en soi, une chose nouvelle. »

 

Dr Michael Powers, QC, éminent spécialiste des questions médico-légales écrit :

 

« Sans vouloir manquer de respect, on peut dire que le tribunal du GMC – composé d’un officier pensionné de la RAF, d’un policier à la retraite, et d’un psychiatre lui aussi à la retraite – n’est nullement qualifié pour comprendre la pathologie complexe d’un cerveau en développement. Il est donc triste, mais pas surprenant que ces personnes soient parvenues à des conclusions erronées. Le forum approprié pour débattre de ces questions serait, sans aucun doute, la communauté internationale des neurosciences. »

 

Ironie Suprême : le Dr Squire est sur le point de recevoir le Prix de « Champion de la Justice » décerné par 69 organisations du monde entier.

 

Dr John Plunkett, qui a réalisé un travail de pionnier sur la validité du « Syndrome du Bébé Secoué » déclare :

 

« C’est l’ironie suprême que le « Réseau Innocence » s’apprête à accorder au Dr Squier le prix 2016 de « Champion de la Justice » au Congrès de San Antonio le 8 avril prochain. Ce groupe  est formé de 69 organisations du monde entier, y compris le Royaume-Uni. - Un minimum de 300 personnes condamnées à tort pour crimes graves ont été disculpées, y compris des personnes pour lesquelles le Dr Squier avait été nommée experte. Comment est-il possible que le « Réseau Innocence » puisse accorder pareil prix au Dr Squier alors que le GMC avait clairement qualifié son comportement de malhonnête et digne de sanction ? »

 

Les parents qui ont été blanchis de crimes qu’ils n’ont pas commis s’expriment

 

Grâce aux efforts incessants du Dr Squier, quantités de parents innocents ont pu garder leurs enfants et éviter de très lourdes peines de prison…

 

Le Dr Bergina Isbell, une maman dévastée qui avait eu recours au Dr Squier écrit :

 

Si nous n’avions pas pu profiter de la recherche poussée du Dr Squier, ainsi que de son engagement indéfectible vis-à-vis de la vérité, ma famille et moi aurions été à la merci d’un personnel médical ignorant qui n’a pas pu mener une enquête approfondie concernant l’affaire de mon fils. Je suis pour toujours reconnaissante au Dr Squier, et mon cœur souffre de l’injustice qui lui est faite.

 

Etre étiqueté coupable pour un crime que vous n’avez pas commis peut conduire à des conséquences extrêmement tragiques. De plus en plus de parents sont abandonnés à leur désespoir, terrifiés et seuls sans pouvoir trouver d’appui. C’est tout récemment que j’ai appris que des parents se sont suicidés après avoir été faussement accusés d’avoir tué leurs enfants, terrifiés d’avoir à être confrontés à la réclusion à perpétuité pour un crime qu’ils n’avaient pas commis !

 

Source : Health Impact News

ob_6a3732_main-derriere-barreaux

« Je n’ai pas le moindre doute que cette affaire finira par être reconnue comme l’une des plus terribles pages de la pédiatrie. » - Dr A. Kalokerinos

Brian Shilhavy, Health Impact News Editor, 13 mars 2016

 

Un nouveau film exposant la corruption derrière une grande partie du diagnostic du « Syndrome du Bébé Secoué » utilisé pour enlever des enfants à la garde de leurs parents, et dans certains cas pour mettre les parents derrière les barreaux, est en train de faire son petit bonhomme de chemin dans le circuit des Festivals du film.

 

Le Syndrome est un film produit et réalisé par Meryl Goldsmith, cinéaste de Los Angeles et par sa cousine journaliste d’investigation, Susan Goldsmith en tant que coproductrice et éditrice. Ce film constitue le premier long métrage de Meryl Goldsmith. Dans le casting, on retrouve des médecins, des juristes, des professeurs de Droit. 

 

ob_75a868_the-syndrome-nominee

Lauren Kirchner qui écrit pour le Pacific Standard Magazine, a récemment interviewé Susan Goldsmith et a aussi recueilli l’avis de l’opposition que ce film a engendrée dans la communauté médicale.

 

Nombre de personnes qui interviennent dans le film ont consacré leur vie professionnelle à attirer l’attention du monde sur les recherches récentes qui ont été réalisées sur les dommages de santé dont on souffert les enfants, de même qu’à défendre devant les tribunaux les personnes qui étaient accusées d’avoir abusé d’enfants.

 

Suite à leur position, ces personnes dont dû faire face à un énorme choc en retour de la part des médecins et des procureurs qui voulaient marquer leur désaccord. Les cinéastes savaient aussi qu’ils allaient être balayés. De nombreux organisateurs de Festivals de films qui avaient envisagé la projection du film furent menacés de poursuites, et accusés de promouvoir la violence envers les enfants, comme l’a révélé une récente interview des cinéastes.

 

Susan Goldsmith explique que le thème même de leur film est de faire apparaitre comment les partisans du Syndrome du « Bébé secoué » et des violents traumatismes crâniens subis par ces enfants se sont évertués à faire taire leurs critiques. Susan Goldsmith poursuit en disant que « ce thème est aujourd’hui toujours d’actualité et qu’elle s’y attendait. Elle ajoute : Nous avons pensé faire évoluer la situation en mettant en lumière ces autres conditions médicales qui peuvent ressembler à des abus mais qui n’en sont effectivement pas. Tout ceci fait effectivement peser une menace sur l’ensemble du groupe de travail qui s’occupe du  Syndrome du Bébé Secoué, ainsi que sur le complexe industriel.

 

Kirchner écrit que ceux qui, dans les milieux médicaux, soutiennent le Syndrome du Bébé Secoué, font tous partie d’un groupe puissant et influent comprenant l’Académie Américaine de Pédiatrie et le Centre National dédié au « Syndrome du Bébé Secoué ». Avant la toute première projection du film, ils ont fait de leurs mains et de leurs pieds pour que le Festival International du Film (Kansas) bloque le film en le qualifiant de « film dangereux» alors qu’ils ne l’avaient encore jamais vu.

 

Ci-dessous une description du film à partir du site même du film :

 

Audrey Edmunds, maman de 3 enfants, a passé 11 ans en prison pour avoir tué un bébé auquel elle n’avait jamais fait le moindre mal. Elle n’est malheureusement pas la seule. Qu’est-ce qui se passe quand des croyances largement répandues et basées sur une science de pacotille aboutissent à la condamnation de personnes innocentes ?

 

Le Syndrome est un documentaire explosif qui représente en quelque sorte la croisade d’un groupe de médecins, de scientifiques et de juristes qui ont fait une fameuse découverte : « Le Syndrome du Bébé Secoué », la théorie responsable des poursuites pour maltraitance d’enfants exercées, chaque année, à l’encontre de centaines de personnes aux Etats-Unis, ne serait pas scientifiquement valide. En fait, tout cela n’existerait même pas, expliquent les auteurs du documentaire.

 

La réalisatrice du film Meryl Goldsmith s’est associée à la journaliste d’investigation déjà primée pour réaliser ce documentaire sur le cauchemar inimaginable que vivent les accusés, et mettre en lumière le courage de ces hommes et de ces femmes qui ont dédié leurs vies à défendre ceux qui font l’objet de poursuites, comme aussi à faire libérér les personnes condamnées.

 

Le Syndrome met en lumière les origines du mythe du « Bébé Secoué ». Il identifie sans ménagement ceux qui ont construit leurs carrières et profité de cette théorie en révélant leur passé choquant. Les partisans de la théorie du « Bébé Secoué » sont dès lors déterminés à faire taire leurs critiques, alors même qu’un nombre impressionnant de vies ont été ruinées.

 

L’année dernière (2014), le professeur de Droit Deborah Tuerkheimer qui apparait dans le film de Goldsmith a écrit un article pour Slate au sujet d’une gardienne de 43 ans, Jennifer Del Prete (Illinois) qui a passé 10 ans de sa vie en prison alors qu’elle avait écopé de 20 ans pour une histoire de « bébé secoué ». Elle a finalement été libérée par un juge fédéral. L’article de Tuerkheimer : «  Un juge déclare finalement que le diagnostic du Bébé Secoué relève d’un « article de foi » a fait comprendre que cette décision du juge « faisait partie d’un nombre croissant  d’avis de juges, de jurés, et même de procureurs au sujet des condamnations pénales sur base de diagnostics du Syndrome du Bébé Secoué ».

ob_c89719_shaken-baby-syndrome-an-article-of-fai

Tuerkheimer poursuit :

 

Toute cette affaire arrive à un tournant critique. La certitude qui avait trait au « Syndrome du Bébé Secoué »… s’est progressivement dissoute depuis des années. Le système judiciaire commence à reconnaitre ce changement mais devrait aller plus loin et peut-être annuler les condamnations passées. (Lire la suite de l’article en anglais).

 

Le Syndrome du Bébé Secoué peut être la preuve d’un rachitisme induit par les vaccins

 

Christina England a commenté le livre du Dr David Ayoub, radiologue à Springfield, Illinois. Ce radiologue a établi un lien entre les fractures des enfants découvertes aux rayons X, et erronément attribuées au diagnostic du « Bébé Secoué », à un rachitisme infantile.

 

Le Dr Ayoub estime que ce n’est pas uniquement la mauvaise alimentation et le manque de soleil qui sont responsables du nombre croissant d’enfants souffrant de rachitisme, mais aussi le nombre croissant de vaccins contenant de l’aluminium.

 

Le Dr Ayoub, expert en rachitisme infantile, a été impliqué dans des centaines de cas de rachitisme mal diagnostiqués dans le monde. Il a accepté de témoigner en faveur de nombreux parents innocents accusés du « Syndrome du Bébé Secoué ».

 

Ne permettez pas que l’industrie médicale puisse bloquer la diffusion de l’important message que véhicule le film The Syndrome. Les fausses accusations de « Bébé Secoué » arrachent les enfants à leurs parents et mettent des innocents derrière les barreaux ! Il faut que le message de ce film puisse atteindre le plus grand public possible ! 

 

Source : Medicalkidnap.com

http://initiativecitoyenne.be/2016/03/une-celebre-neuropathologiste-voit-sa-carriere-detruite-pour-avoir-voulu-refuter-la-theorie-dite-du-syndrome-du-bebe-secoue.html

Posté par rusty james à 12:05 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Cette année, la plupart des Américains refusent le vaccin contre la grippe

 

Par Jefferey Jaxen, Health Impact News, 2 décembre 2015 (Extraits)

ob_f8596b_fille-refuse-la-vaccination

Selon les rapports de presse locaux qui surgissent à travers le pays, les vaccins contre la grippe des années 2015-2016 montrent une efficacité de 18% chez les adultes et une efficacité de 15% chez les enfants. Les médias locaux du Michigan, de la Géorgie, de la Californie, ainsi que d’autres états ont décidé de faire passer cette information dans les titres de leurs journaux, alors qu’au moment d’écrire ces lignes, les médias nationaux ne semblent pas avoir fait allusion à ces chiffres.

 

Bien que sans cesse vanté par les principaux médias comme étant «  la seule et meilleure manière de se prémunir contre la grippe », c’est en fait maintenant la deuxième année consécutive que l’efficacité de la vaccination contre la grippe n’a pas dépassé 25 %. En janvier dernier, USA Today titrait : « Cette saison, le vaccin contre la grippe efficace à 23% ». Ces chiffres lugubres concernant les Etats-Unis, auraient été bien accueillis par les « Officiels » du Centre Canadien de Contrôle des Maladies qui a déclaré lors de la dernière saison de grippe que leurs vaccins contre la grippe offraient une protection pratiquement égale à zéro. […]

 

L’immunité de groupe

 

La définition officielle du gouvernement est celle-ci : Quand la partie critique d’une communauté est immunisée contre une maladie contagieuse, la plupart des membres de cette communauté sont protégés contre cette maladie parce qu’il y a peu de chances qu’une épidémie puisse se produire ». Que l’immunité de groupe soit justifiée ou non, qu’elle soit efficace ou non, elle n’en reste pas moins l’idéologie dominante qui oriente le gouvernement fédéral américain, ainsi que la communauté médicale dominante. L’initiative « Healthy People 2020 » demande que l’on atteigne de 80 à 90 % de couverture vaccinale par rapport à toutes les catégories de vaccinations recommandées. Comment cette immunité de groupe pourrait-elle être atteinte avec une efficacité de 18 et 15% ? […]

 

Vaccin contre la grippe : à vos propres risques

 

Prenons maintenant un moment pour jeter un coup d’œil au mythe du vaccin « sûr et efficace ».

 

Les notices des vaccins contre la grippe recommandés par le CDC et fabriqués par plusieurs compagnies pharmaceutiques dont le Flucelvax, le Flulaval, le Flublok, le Fluarix, l’Afluria, le fluzone et le Fluvirin, toutes ces notices portent l’une ou l’autre des mentions suivantes :

 

« La sécurité et l’efficacité n’ont pas été établies chez les femmes enceintes ou qui allaitent »

 

« … n’a pas été évalué pour son potentiel carcinogène ou mutagène. »

 

Avec respectivement 18 et 15% d’efficacité cette année, nombreux sont ceux qui s’interrogent à juste titre sur le rapport bénéfices/risques. Un sondage effectué en octobre par le NPR sur 3.008 adultes a révélé que 64% de ces adultes refusaient le vaccin de cette année contre la grippe  et donnaient les réponses suivantes :

 

SONDAGE : pourquoi n’avez-vous pas l’intention de vous faire vacciner cette année contre la grippe ?

 

- N’en éprouve pas le besoin

- Risques et effets secondaires

- Le vaccin lui-même peut donner la grippe

- Inefficacité du vaccin

- Inopportun

- Aucune garantie

- Prix du vaccin

- Réactions allergiques

- Autres

ob_959328_sondage-vaccination-grippe

En outre, les enfants semblent assumer un fardeau plus lourd selon les différentes notices :

 

Flubok : «  La sécurité et l’efficacité chez les enfants de 3 ans à moins de 18 ans n’ont pas été établies »

 

Flucelvax : « La sécurité et l’efficacité n’ont pas été établies chez les enfants de moins de 18 ans. »

 

Fluzone : « La sécurité et l’efficacité n’ont pas été établies chez les enfants en-dessous de 6 mois »

 

Fluvirin : « La sécurité et l’immunogénicité n’ont pas été établies chez les enfants en-dessous de 4 ans d’âge. »

 

Flulaval : » La sécurité et l’efficacité n’ont pas été établies chez les enfants de moins de 3 ans. »

 

Afluria : « … non approuvé pour utilisation chez les enfants de moins de 5 ans. »

 

Fluarix : « … Non approuvé pour utilisation chez les enfants de moins de 3 ans. »

 

Fluvirin : «  La sécurité et l’immunogénicité n’ont pas été établies chez les enfants de moins de 4 ans. »

 

En dépit de tout ce que votre médecin pourra vous dire pour vous convaincre de vous faire vacciner contre la grippe, il est un fait que le vaccin n’a pas été évalué pour les risques de cancer, pour la sécurité des femmes enceintes ou celle de différentes tranches d’âges d’enfants. En outre tous ceux qui reçoivent chaque année le vaccin contre la grippe sont en fait les sujets de tests pour un vaccin expérimental aux conséquences sanitaires inconnues. Comme l’a expliqué le Dr Geier, le CDC ne se conforme pas à la loi sur les vaccins  qui exige pour les autres vaccins des études de sécurité à long terme. Mais la chose n’est guère possible pour le vaccin contre la grippe qui change chaque année.

 

Ensuite, comme l’indiquent les derniers chiffres trimestriels rapportés par le Ministère de la Justice sur les dommages vaccinaux, le vaccin contre la grippe s’avère être le vaccin le plus dangereux quant aux dommages et décès qu’il peut engendrer et qui ont été indemnisés par le gouvernement des Etats-Unis. Selon ce rapport, le Syndrome de Guillain Barré  serait la complication la plus fréquente du vaccin contre la grippe.  D’autres complications comprennent la fibromyalgie, la myélite transverse, la polyneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique, l’encéphalomyélite aiguë disséminée, et la mort. […]

 

Source : Health impact news http://initiativecitoyenne.be/