La macrobiotique le plus ancien système de santé

sante-femmes-F

En tout premier lieu, les racines de la macrobiotique puisent leurs origines dans la civilisation grecque pour l'Occident et dans le taoïsme chinois pour l'Extrême-Orient. Ce qui en fait sans contestation possible la plus ancienne (2500 ans) technique de soins et anti-aging par l'alimentation. Durant ces millénaires, la macrobiotique s'est constamment enrichie de l'expérience des alchimistes, des médecins, et du bon sens populaire.

A la Renaissance malgré l'opposition violente de l'église, la macrobiotique devenait un des piliers de la médecine, pour atteindre son apogée au 18è siècle avec le célèbre médecin Allemand C.W.Hufeland.

Entièrement remaniée par le Japonais G.Ohsawa dans les années 1950 qui va lui adjoindre toute la science d'Extrême-Orient, elle apparaît alors dans toute son efficacité et acquerra sa notoriété dans des guérisons spectaculaires. Michio Kushi aux Etat-Unis lui donnera une légitimité et une dimension internationales par une approche plus pragmatique et de nombreux séminaires.

Les 10 points consensuels à la plupart des régimes, que nous avons décrit ci-dessus, correspondent point par point aux recommandations habituellement conseillées en macrobiotique.

L'assiette recommandée à ceux qui débutent se compose des aliments et groupes d'aliments suivant :

Céréales 40% – Légumineuses 10% – Légumes 25% – Algues 5% – Protéines 10% – Potages 10%.



Ces proportions ne sont pas le fruit du hasard, elle sont l'exact reflet de l'évolution biologique de l'homme sur des milliers d'années.

La structure des dents reflète l'ordre de l'univers. Nous avons 32 dents qui correspondent aux 32 vertèbres de la colonne vertébrale.Ce qui fait au total 64, qui est le nombre des hexagrammes du I-King qui est le livre traditionnel de cosmologie pratique. Nos dents, celles qui poussent après les dents de lait, reflètent l'histoire biologique de l'homme et les types d'aliments les plus appropriés à consommer.


Sur 32 dents, nous avons :
20 molaires qui servent à broyer les céréales
8 incisives plus appropriées pour couper les légumes
4 canines qui servent à manger la viande.

Ainsi 28 de nos dent, les molaires et les incisives sont spécialisées pour la consommation de végétaux. Alors que les canines servent pour les produits animaux. Le rapport étant de 7 à 1. C'est la raison pour laquelle notre alimentation devrait se composer de cinq partie de céréales complètes en grains, de deux parties de légumes et d'une partie de produits d'origine animale.

L'histoire biologique de l'homme est le résultat de son alimentation essentiellement céréalienne, à laquelle des légumes étaient ajoutés en supplément. Comme on le voit d'après la structure de nos dents, les aliments d'origine animale ne forment qu'une minime partie de l'alimentation. En fait, il en a été fait usage surtout au cours des périodes extrêmement froides et aux époques glaciaires, par exemple.

Mais alors… allez vous me dire, pourquoi ne pas manger cru.
La cuisson des aliments est justement ce qui différencie l'homme du singe ou de la vache. Pour qu'un singe, de qui nous descendons, devienne "homo sapiens" il a fallu deux événements concomitants : 1° la cuisson – 2° la salaison – le temps.

Pour comprendre cela, il faut faire appel à la dialectique taoïste, qui est appelée également "yin-yiologie" en macrobiotique.
La totalité des phénomènes universels, toutes actions, toutes matières sont soumis à deux forces polaires opposées et complémentaires (polarité) qui sont désignées symboliquement par yin et yang. Comme vous le savez, en macrobiotique, tous les aliments peuvent être classés en deux catégories : yin et yang.

Yang représente la force de contraction/rétraction.
Yin représente la force d'expansion/dilatation.
Lorsque nous consommons des aliments de type yin, nous sommes soumis à l'action de la force d'expansion et de dilatation(yinnisation).
Lorsque nous consommons des aliments de type yang, c'est l'inverse, c'est la force de contraction qui déploie ses effets (yanguisation).

Sont yin : le froid - les végétaux - les crudités - les fruits - les légumes - l'eau - les corps gras - le sucre - l'alcool, etc.
Sont yang : le chaud - la cuisson - le sel - la viande - la pression - les graines, etc.

Vous avez compris maintenant un des grands secrets de l'Univers, la clé de la connaissance.

La cuisson, le rôtissage, le grillage et le sel permettent de modifier la polarité d'origine des aliments et de rendre yang des produits qui étaient yin au départ.

Les grands singes (gorilles) vivent dans un environnement très yin; la forêt humide, à l'abri du soleil brûlant, mange de grande quantités de végétaux crus – feuilles, jeunes pousses et fruits. Leurs constitution est donc yin, grosse tête, énorme ventre, digestion lente, peu actifs et long repos.

L'homme est donc un grand singe qui s'est adapté à son milieux, après être sorti de sa forêt ( certainement par obligation) pour s'aventurer dans la plaine africaine, il a dû pour survivre, changer complètement son alimentation, manger des graines, des végétaux secs et même parfois de la viande crue ou grillée, lors des grands incendies de la savane. Au cour des millénaires ce grand singe s'est donc yanguisé (devenir plus yang) et il est devenu notre ancêtre commun l'homo erecticus, plus petit, plus maigre, plus rapide, plus actif, avec un cerveau plus compact.

Si vous voulez suivre le chemin inverse de l'évolution, mangez cru, mangez des fruits, mangez des pousses et vous redeviendrez un singe, bon d'accord, il faudra quelques milliers d'année, mais la Nature a tout son temps. Sans oublier, que yin- expansion c'est la vie et yang-contraction la mort.

L'obésité fait également appel aux phénomènes de yinisation (devenir plus yin) : trop manger, trop de liquide, trop de gras, trop de sucre, etc, pas assez d'activité. Vous savez maintenant ce qui vous reste a faire pour éviter ce processus morbide.

Naviguez entre yin et yang, trouvez le juste milieu le plus adapté à votre constitution et à votre condition c'est la clé de la santé définitive.

Mais vous n'êtes pas obligé de me croire, la véritable preuve, c'est l'expérimentation. C'est pourquoi G. Ohsawa à nommé son livre le plus célèbre « Le Zen Macrobiotique » car le zen se concentre exclusivement sur l'expérience et ne se préoccupe pas d'interprétation.

Les détracteurs, paradoxalement, souvent des membres du corps médical, émettent plusieurs critiques envers le régime macrobiotique :

Une carence en Vit. B12 en Vit.C et en calcium :
L’affirmation selon laquelle la viande est la seule source de B12 est fausse.
Le besoin journalier de l’homme est de 1 micro-gramme. (1 millionième)
Le foie de bœuf il est vrai, qui est le plus riche en B12 en contient 10 à 20 mg. par 100 gr.
Les algues nori en contiennent 13 à 29 micro-gramme pour 100 gr.
En contiennentt également le germe de blé, la farine complète fraîche, tous les produits lacto-fermentés, choucroute, miso, tamari, natto etc. les oeufs, le saumon et les algues izikis. Il est même admis par la biochimie que l’homme est capable de synthétiser la B12 au niveau de ses intestins. ( Bactérie lactique végétale ).
On a laissé entendre dans le milieu médical qu'une carence en B12 chez les végétariens et les macrobiotiques entraînerait à long terme un déficit cognitif (intellectuel), c'est possible, mais alors qu'on m'explique pourquoi les Hindous végétariens, fournissent les meilleurs informaticiens du monde.

Vitamine C – besoin journalier 30 mg.

Orange si chère aux sportifs et aux végétarienx = 49mg/100gr. Pomme = 5mg./100gr.
Brocoli et choux frisé 118mg./100gr. – Algues 15 à 20mg./100gr. – Noisette 7,5 gr./100gr.
Pour le calcium (Ca), le besoin d'entretien est de 1 à 1,5 gr. par jour, on trouve beaucoup de Ca dans les feuilles de choux(100mg./100 gr.), Brocoli (150mg/100gr) ainsi que dans tous les légumes verts. Les algues en contiennent 1.400 mg. pour 100gr. Les céréales environs 50mg/100gr.
Comme vous le voyez, les accusations diététiques émises à l'encontre de la macrobiotique ne tiennent pas après une analyse objective.

Juste une petite remarque au sujet de certaines carences qui pourraient se manifester après quelques années d'une macrobiotique mal comprise chez des personnes pratiquant une alimentation sélective – j'aime pas les algues, j'aime pas les choux, j'aime pas les pickles, etc. – comme vous pouvez vous en rendre compte ci-dessus, ces aliments sont essentiels à l'équilibre nutritionnel de la diète macrobiotique. L'alimentation macrobiotique est parfaite du point de vue diététique, à conditions de ne rien rejeter et de ne rien rajouter, mais adapter.

Pour résumer :
La macrobiotique et de loin le plus ancien système de santé existant, elle s'est développée sans interruption depuis Platon jusqu'à nos jours. Elle est issue d'une longue tradition et du bon sens populaire. ses principes reposent sur des lois universelles ancestrales. Elle est le reflet de l'évolution biologique de l'homme. Elle n'a jamais été influencée par les pouvoirs, ni par l'économie puisqu'elle est gratuite. Elle s'adapte à chacun et à chaque cas suivant sa constitution et sa condition. Récemment, soit depuis les années 1950 des principes issus de la philosophie d'Extrême-Orient lui ont été inclus, comme la classification énergétique des aliments d'après leurs polarités yin ou yang.
L'ultime preuve macrobiotique, aucun des régimes cités plus haut n'a vraiment fait ces preuves sur le long terme, alors, que des milliers de personnes à travers le monde pratiquent la macrobiotique d'Ohsawa, sans interruption depuis plus de 50 ans.

Citons les 7 principales règles macrobiotiques :

  • Apprendre à reconnaître le jeu permanent des deux forces antagonistes et complémentaires yin et yang. Les utiliser comme guide pour comprendre le jeu de la vie dans la nature, dans notre corps, dans nos comportements et dans tous les phénomènes qui nous entourent.
  • Dans le but de respecter les polarités harmonieuses de la nature, il est conseillé de ne pas utiliser de produits alimentaires contenant des additifs chimiques, et de donner la priorité aux aliments issus d’une agriculture biologique, artisanale et régionale ayant subi le moins de transformation possible.
  • Consommez des fruits et légumes provenant de la même zone climatique où vous vivez, en respectant la saison biologique naturelle de végétation, correspondant à chaque végétal. Introduire régulièrement dans son alimentation des légumes sauvages locaux.
  • La consommation de produits animaux devrait être restreinte dans la mesure du possible, et répondre à ces trois critères :
    Manger les espèces qui ne fuient pas.
    Manger les espèces biologiquement les plus éloignées de nous.
    Ne pas manger de sous-produits animaux provenant d’un vol ou d’un détournement abusif.
    Bannissez totalement les produits laitiers: Ces produits ne sont pas conçus pour la consommation humaine et de plus ils ont des taux élevés d’herbicides, d'antibiotiques et d'hormones de croissance. Sur le plan psychique, les produits laitiers nous maintiennent à un niveau infantile. (Le lait est pour le petit veau, et le miel permet aux abeilles de se nourrir durant l’hiver)
  • Composition de l’assiette macrobiotique standard de base sous un climat tempéré :
    Potage : 10 %
    Céréales : 40 %
    Légumineuses : 10 %
    Légumes : 25%
    Algues : 5 %
    Protéines : 10 %
  • Le 95 % de la ration alimentaire journalière devrait être cuite - 80 % en saison chaude. (ajouter régulièrement du persil sur les céréales)
  • “ Non credo “ ne pas croire mais comprendre pour arriver à une conviction par sa propre réflexion. Croyance, foi et superstition sont en réalité synonymes d’ignorance.
    “ Vivere parvo “ savoir se contenter de l’essentiel sans gaspiller les dons de la vie. Être reconnaissant pour tout ce que l’on a reçu.




Souvent dans les forums ou lors de réunion entre enseignants macrobiotiques, la proposition est mise en avant de rendre la macrobiotique plus simple, plus abordable pour tous - en supprimant - ce qui fait sa puissance et sa notoriété et qui la distingue de tous autres thérapeutique, je veux parler de la classification yin-yiologique des phénomènes universels, la science de yin et yang.


Si vous n'introduisez pas la compréhension yin-yologique (yin/yang) dans l'alimentation, le régime macrobiotique n'est qu'un régime de plus, parmi des dizaines d'autres. Avant toute chose, avant de vouloir vous guérir d'une grave maladie, avant de composer votre premier menu, avant de cuisiner votre premier plat macrobiotique, avant de préparer du gomasio, étudiez et comprenez l'yin-yologie, la science de yin et yang. Alors seulement, vous mesurerez la supériorité de la doctrine macrobiotique sur toutes les autres, et vous même deviendrez votre propre médecin, libéré de toutes les servitudes liées à la médecine symptomatique.

Voilà le tableau original conçu par Ohsawa avec les 10 régimes au choix selon votre état de santé. Comme vous pouvez le voir, certains de ces régimes comportent de la viande, des salades et des desserts, mais pour mieux dénigrer la macrobiotique, seules les mono-diètes 100% de céréale on été mises en avant par le corps médical et les diététiciens.

Pasted Graphic

La véritable difficulté, qu'il ne faut pas occulter, c'est l'isolement social dans lequel la pratique de la macrobiotique peut mettre une famille et ses enfants. C'est pourquoi la macrobiotique est véritablement un choix de société, un combat de pionnier contre la malbouffe et la consommation à outrance. Cette époque arrive à son terme ni l'humanité, ni la planète ne peuvent le supporter davantage, alors saisissez cette opportunité, créez des petits groupes partout sur la terre et les petite rivières formeront bientôt de puissants fleuves.

Souvent la macrobiotique est critiquée sans que ses principes aient été véritablement analysés. J'espère avec cet article avoir rassuré les adeptes, convaincu les indécis et permis aux autres de se faire une opinion correcte sans à priori négatif.


Nous sommes ce que nous mangeons

Gérard Wenker - Février 2008

( voir le livre sur " Histoire de la macrobiotique à travers les âges).

Posté par rusty james à 14:53 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,