Le secret final de l'énergie libre

CouvertureSecretFinal

 

THE FINAL SECRET OF FREE ENERGY

© 1993 T. E. Bearden

Version française - version dubbed into french
Traduction: Alfred Smile
A.D.A.S.
P.O. Box 1472
Huntsville, AL 35807
9 Février 1993 (Révisé le 23 Mars 1993)

 

Partie I

 

Avant-propos (*)

Ce document contient concrètement le secret pour libérer l'énergie du vide simplement, utilisant un nombre varié de source de potentiel (batterie, générateur électrostatique, etc..). L'objectif est de réaliser des appareils à énergie du vide pour le débutant. J'ai découvert le 'principe clé' en une trentaine d’années.

J'ai établit des définitions claires et précises afin de comprendre clairement le procédé. Ce document contient donc les points essentiels établis pour comprendre l'extraction de l'énergie du vide.

L'électromagnétisme est une discipline faussement fondée et incomplète. Par exemple la définition de l'énergie est fausse. Laissez-moi vous énumérer quelques-unes de ces anomalies rencontrées dans le modèle l'électromagnétisme classique comme suit:

-la définition de la charge et du potentiel ne sont pas définies .Les algorithmes pour calculer une amplitude sont bafouées. L'électromagnétisme fait encore usage des champs de force comme causes de tous les phénomènes EM. Il est dit depuis 1959 que les forces sont des effets et non des causes, que les champs de forces EM existent seulement à travers la particule de masse, chargée dans le système physique et que le potentiel est la première cause dans un phénomène EM. La masse et la force n'ont aucunes définitions adéquates, exactes et réelles en électromagnétisme. L'amplitude d'une charge électrique sur un électron n'est pas quantifiable. Elle est plutôt implicite étant une fonction de l'amplitude du flux de photons virtuel échangé entre le vide et la particule chargée. Quand la particule chargée est placée dans un potentiel diffèrent de l’actuel, alors l'amplitude du flux de photons virtuel et enfin l'amplitude de la charge électrique sur l'électron est altérée. La mécanique quantique n'a plus rien à démontrer quand à l'existence d'un éther. Le fait que les champs de forces EM et d'ondes existent dans l'éther est complètement faux.

Seuls, les potentiels et gradients de potentiels existent dans le vide. Les ondes EM dans le vide ne sont pas des champs de forces d'ondes tel qu'il est encore enseigné. A la place des ondes EM il y a oscillation de potentiels et gradients de potentiels. Les potentiels sont caractérisés par la présence d'une structure interne faite par une paire d'onde EM bidirectionnel où les paires d'ondes EM sont en blocage de phase dans une série 
d’harmoniques. Dans une paire d'onde photons et anti-photons sont constamment en couplage et découplage (gravitons à deux spin).C'est ainsi que gravitation et électromagnétisme sont maintenant unifiés

Aucun livre papier ou document ne fait référence aux équations de James Clark Maxwell .Les théorie de Maxwell et ses équations ont été rédigé en quaternion, les quels sont un système mathématique complet .L'électromagnétisme est une discipline échouée qui ne demande que ce qu'on la refasse. Jusque là le modèle présent bloque l'énergie libre, l'antigravité, une physique des champs unifiés, et une théorie unifiée de l'interaction esprit-matière.

Quelques définitions

  • Le vide quantique mécanique : Il se compose d'un intense flux de particules virtuelles (VPF).
  • Énergie et potentiel : L'énergie est synonyme de potentiel et vice versa .Elle est désordonnée statique ou dynamique.
  • Potentiel scalaire : Il est désordonné / dynamique dans le VPF du vide.
  • Potentiel vecteur : Il est désordonné / statique dans le VPF du vide.

 

Structure interne du potentiel scalaire

Structure d'un potentiel scalaire

Le potentiel prend l'aspect d'un flux de particules composé de deux ondes superposées dans l'espace mais inversées dans le temps (une onde [onde+anti-onde] ou [photon+anti-photon] :

StPotScal

 

Un potentiel de l'autre coté de l'univers

Donc nous avons un parfait flux intérieur de particules virtuel (VPF), développé dans le potentiel scalaire électrostatique. Nous avons aussi une disposition ordonnée parfaite développée dans ce potentiel. Quand nous rassemblons un simple ensemble de charge sur une balle ou une petite région de celle-ci, le potentiel scalaire EM de cette charge provient à travers l'univers. En cela nous avons une série d'harmoniques infinies d'ondes EM en phase dans le temps et l'espace s'en allant de la charge vers tout point distant de l'univers entier. Et nous avons une série d'harmoniques infinies d'ondes EM en phase « bloqué » dans l'espace et en phase inversé dans le temps, venant de tout point de l'univers qui revient à la source constituée des charges collectées.

 

Un potentiel est une rivière d'énergie

Le point est que vous avez dévoilé la présence d'une rivière cachée, possible grâce à deux chemins d'énergie entre cette collection de charges et tous les autres points dans l'univers. Il y a une énergie infinie dans chacune de ces ondes et anti-ondes développées. Mais dans une région localisée, la densité d'énergie dans chaque onde est finie. Aucun champ de force n’existe dans le vide, juste des gradients de potentiel.

Le potentiel d'ondes scalaire est en faite un potentiel d'ondes scalaire longitudinal. Les ondes EM dans le vide sont des ondes EG (électro-gravitationnel).

L'énergie interne est illimitée, infinie

Un potentiel statique qui est pareil à un excès d'énergie – est de façon interne – dynamique infini et illimité. Puisque l'énergie interagit localement avec la matière nous parlerons de densité d'énergie local (joules / Coulomb).

Un principe d'une grande importance

La seule façon que vous pouvez d'avoir un gros morceau ou un montant fini d'énergie pour être dissipé dans un circuit comme travail est d'avoir avant tout un potentiel de densité d'énergie local interagissant avec un collecteur local de masse fini. L'interaction normale de masse du collecteur local se fait par les électrons libres du circuit.

Tension, force, gradients de potentiel, charges et travail

Maintenant, intéressons-nous aux aspects des circuits. La tension est essentiellement définie comme étant une chute de potentiel. C'est la dissipation (de façon désordonnée) d'un montant fini de gradients de potentiel. Mais la seul façon d'obtenir un montant fini de gradients de potentiel (énergie) est d'abord en faisant interagir le gradient de potentiel interne /fini et de densité d'énergie en excès avec un collecteur de masse fini. Soit:

[Joules / Coulomb disponible pour être collectés]x[ Coulombs déjà collectés] = excès de Joules déjà collectés avec l'interaction des coulombs, disponible pour la dissipation. Donc la tension est réellement la dissipation d'une collection finie de gradients de potentiel d'énergie EM en excès. La dissipation de potentiel ou gradients de potentiel n'existe pas. Vous ne pouvez donc pas définir l'énergie (=potentiel) comme étant de la propre dissipation.

Nous capturons un gradient de potentiel à l'aide de quelques masses chargées - localement – habituellement des électrons libres sous la forme de gaz d'électrons libres – dans notre circuit. Nous exprimons la densité d'énergie finie d'un gradient de potentiel (avant collection sur les charges), dans la région local (Joules / Coulomb).Le dit-gradient de potentiel est un changement vers le potentiel ambiant ,et donc , il contient un excès de densité d'énergie (l'amplitude peut-être soit positive soit négative).Puis nous recueillons ce potentiel (densité de potentiel) sur un certain nombre de Coulomb, plaçant de minuscules petits gradients de potentiel à travers chaque électrons libres (couplage). Sur chaque particule ayant fait la collection d'un petit gradient, il y a une minuscule force F (s’écrit F°(ma) ,avec (ma) indivisible et inséparable).

Donc ce petit électron potentialisé se déplace tout seul dans le circuit. Dans la charge le petit électron subit secousses et accélérations, d’où radiation d'énergie. L'électron potentialisé s'est débarrassé du gradient réduisant la force à zéro.

 

Collection et dissipation de l'énergie

Nous considérons la densité d'énergie locale de potentiel scalaire en termes de Joules par seconde. C'est à dire dans une sphère spécifique de charge, le montant d'énergie collecté depuis un gradient de potentiel sur le nombre fini de charges collectant cette énergie est égale au nombre de Joules d'énergie par Coulomb multiplié par le nombre de Coulomb recevant le gradient de potentiel. Dissipation: Les Coulombs activés multipliés par l'excès d'énergie collecté par Coulomb activé donne le montant d'énergie dissipé dans la charge (travail effectué).

Nous définissons la collection comme la connexion du gradient de potentiel (une source) vers la masse chargé dans un élément du circuit (le collecteur), où un délai de temps fini pour potentialiser les électrons libres ne permet pas encore le déplacement comme du courant. Dans le collecteur pendant ce délai les électrons piégés sont activés par un gradient de potentiel en couplage avec ces derniers.

Techniquement le temps de délai dans le collecteur est appelé temps de relaxation, dans le cas de gaz d'électron libre (dans un fil ou un élément de circuit).

Pendant ce temps de relaxation les électrons potentialisés sont piégés, sans mouvements comme pour le courant .Chaque capture d'un nouvel électron libre entraine un petit gradient supplémentaire, mais aucun courant ne circule encore. Autrement dit, pendant le temps de relaxation fini, le potentiel est extrait depuis la source et ceci sans circulation de courant. Durant ce temps de relaxation, seul un courant de VPF est extrait de la source et y est réinjecté en continue par les échanges violents du VPF du vide avec les charges bipolaires de la source. Aucune énergie n'est consommée par et dans la source durant ce temps de relaxation mais il y est extrait des densités d'énergie libre. Cette densité d'énergie libre en couplage avec une quantité finie d'électrons nous donne un montant d'énergie collecté fini. Dans ce contexte, laissons l'opération se répéter pour donner une forme utilisable d'énergie libre.

 

Le gaz d'électrons

Une approche de type mécanique classique est nécessaire bien que se soit les lois de la mécanique quantique qui régissent le processus.

Quand un circuit est connecté à une source de gradient de potentiel (batterie), la première chose qui se passe immédiatement est que le gradient de potentiel s'emballe sur le fil relié le parcourant à la vitesse de la lumière.

Sur la surface du fil conducteur le gradient d'énergie se couple aux électrons libres dans le gaz d'électrons libres. Cependant à l'intérieur du fil ces électrons peuvent fortement résister, l'essentiel du déplacement du courant se fait donc à la surface du conducteur et se phénomène s'appelle effet de peau.

 

Force, gradients de potentiel couplé et translation d'électrons

Électrons couplés a un gradient de potentiel le tout en mouvement

Quand l'électron est activé par un gradient de potentiel couplé, il se déplace de lui même jusqu'à ce qu'il perde de son activation ou gradient de potentiel couplé.

Le champ de force EM est connu pour ses effets existant seulement dans et sur la particule chargée et n'existant pas séparément mais aussi n'existant pas dans le vide. Dans ce cas nous avons clairement indiqué que le gradient de potentiel du vide fourni le potentiel pour produire un champ électrique antiparallèle sur et dans une masse chargée par couplage. Un électron potentialisé se déplace uniquement grâce à une force. L'électron potentialisé accélère constamment. Cependant il est maintenu dans un état qui l'empêche de parcourir le fil directement.

L'électron doit sortir de l'intérieur du fil pour se poster à la surface de celui-ci pour être en mesure de se déplacer en tant que courant .Le collecteur est soit une bobine soit un condensateur le tout en matériau 
« spécial ». L'objectif est d'avoir un matériau qui a pour effet d'empêcher la circulation du courant et de maintenir les électrons (obtenu dans un gaz d'électrons libres), temporairement fixes – les électrons continuent de « battre » / « tournoyer » violemment à l'échelle microscopique, mais n'effectuent pas de translations à l'échelle macroscopique – pour un délai fini (temps de relaxation) – à la suite de quoi rassemblés tous ensemble à la surface ils sont préparés pour la circulation du courant. Pendant ce délai fini de temps de relaxation les électrons seront appelés NNTE (No Net Translation Electron). Durant ce délai de non courant les électrons deviennent potentialisés / activés par le gradient de potentiel « imprimé » à travers le collecteur.

 

Le secret de l'énergie libre

2 cycles / 2 circuits

(1) Nous connectons le collecteur à une source primaire de potentiel (batterie), pendant le cours instant où le courant ne circule pas – mais potentialise. C'est à dire pendant le délai du temps de relaxation nous permettons au flux de particules virtuelles (VPF) de circuler sur les électrons NNTE du collecteur pour les potentialiser et les activer – mais pas encore pour leurs permettre de circuler comme courant – mais seulement de les laisser se déplacer transversalement dans le fil du collecteur. Ceci est la capture d'un montant spécifique de gradient de potentiel à l'aide de la source (batterie) vers le collecteur. Nous avons gratuitement élevé la charge du collecteur qui fonctionne après quoi comme une source (batterie) secondaire.

(2) Le collecteur potentialisé est alors brusquement déconnecté de la source primaire (batterie), pour être branché sur un circuit fermé comportant une charge – et la source, la batterie, se trouve connectée à rien à ce moment là (sauf certainement à une densité d'énergie de gradient de potentiel du vide).Pour résumé ce qui a été ponctionné depuis la source est un gradient de potentiel seulement – sans circulation de courant.

Vous avez simplement multiplié la densité d'énergie locale de gradient de potentiel (appelé tension et qui est un excès de Joules/seconde), par le nombre de charges de Coulombs qui est activé dans le collecteur.

Aucun travail sur la charge de la source primaire (résistance interne de la batterie) n'a été permis - soit pas de circulation de courant d'électron n'a eu lieu dans le circuit [batterie-collecteur]. Nous n'avons pas permis cela.

A la place on s'est servi du collecteur activé comme une batterie temporaire secondaire. L'utilisation de cette 
« batterie » secondaire avec la charge se fait de façon tout à fait conventionnel. L'énergie EM capturée sera dissipée et la « batterie secondaire » ne sera plus potentialisée / activée.

 

Le circuit standard pour l'extraction d'énergie

Le circuit conventionnel

Le potentiel « source » bipolaire est connecté en circuit fermé avec la charge. Ceci connecte la résistance interne de la batterie et celle de la charge en série. Les électrons traversent la charge externe du circuit à travers la résistance interne de la batterie, du pôle – au pôle +. La dissipation d'énergie dans la résistance interne de la batterie est du travail qui dérange « la chimie » de la batterie qui s'efforce de maintenir la séparation des charges. De cette manière la séparation des charges de la source (qui est le seul accès au gradient de potentiel d'énergie), est en train de disparaître par la circulation du courant et la batterie qui à son tour se voit détruire le gradient de potentiel.

 

L'énergie de la charge externe est gratuite aux prix de l'énergie de la source

Ici est le secret de l'énergie libre électrique. L'énergie fournissant du travail à la charge est gratuite. La seule énergie qui coûte est celle utilisée à l'intérieur de la source par la résistance interne …
(Les compagnies d'électricité nous roulent dans la farine au sujet du gâchis d'énergie fait par nos appareils)

 

Toute énergie est gratuite

Pas un seul watt d'énergie peut ne pas provenir, en aucune manière, du vide !

 

Dissipation de l'énergie collectée

Le cycle de travail

Le gradient de potentiel est transféré dans le circuit de charge à travers la circulation des électrons lors de la connexion du collecteur potentialisé au circuit de charge. L'électron ne se soucie pas si la batterie est reliée ou non, il est son propre moteur de bateau avec sa propre petite machine de conduction. Lors du passage dans la charge les électrons éjectent leurs petits gradients de potentiel. Quand tous les électrons potentialisés ont irradiés dans la charge, ils ne sont plus alors potentialisés.

Notes de ce que l'on a fait

Nous avons pris quelques densités d'énergie EM capturées c'est à dire un gros morceau de gradient de potentiel, depuis la source puis nous l'avons connecté au collecteur. Sur un collecteur le gradient de potentiel est couplé, potentialisé et activé à ses électrons NNTE. Donc le collecteur à recueilli un montant fini d'excès d'énergie de Joules par Coulomb le tout multiplié par le nombre de coulomb capturés sur ses électrons libres devenus maintenant excité, activés. Désormais nous basculons le collecteur potentialisé à la charge. Rapidement le temps de relaxation dans le collecteur expire. Les électrons potentialisés dans le collecteur sont libérés pour se déplacer dans la charge externe du circuit. L'éparpillement, les chocs, les collisions, les accélérations irrégulières dans la charge éliminent le gradient de potentiel sur les électrons de conduction avec rayonnement EM soit rayonnement de chaleur. En se débarrassant des photons, les électrons perdent leur petit gradient de potentiel et aussi leur activation (excès d'énergie EM).

 

Qu'est-ce que l'énergie dans un circuit électrique

Énergie dans un circuit électrique

Il est un principe limpide.
L'énergie dans un circuit électrique implique seulement la potentialisation et la dépotentialisation des électrons porteurs dans ce circuit. Les circuits électriques utilisent simplement les électrons comme porteur de gradient de potentiel circulant depuis la source vers la charge. La secousse-accélération des électrons-activés dans la charge cause la perte du gradient de potentiel dans l'espace environnant sous forme de chaleur appelé aussi rayonnement EM.

Suite des opérations

Une fois le cycle II terminé nous reconnectons le collecteur à la source (cycle I) pour recommencer à nouveau la collection de gradients de potentiel d'énergie. Alors nous basculons à nouveau le collecteur une fois potentialisé sur le circuit externe de charge (cycle II) suite à quoi les électrons libre potentialisés vont pouvoir perdre leur gradient de potentiel au travers de la charge par rayonnement EM (chaleur).Nous pouvons se faire succéder le cycle I et II autant de fois que nous le souhaitons. Si vous permettez au courant de circuler lors du cycle I, vous réduisez alors la séparation de charge à l'intérieur de la batterie qui s'efforce de fournir le potentiel de la source.

Tout gradient de potentiel (excès de densité d'énergie piégé), est libre d'accès

Le potentiel est dû à l'échange violent de VPF entre le vide et les charges bipolaires séparés fournissant le gradient de potentiel de la source. L'énergie de l'univers entier est en circulation à travers le potentiel de la source. Vous pouvez avoir toute l'énergie piégée que vous souhaitez depuis la source.

Les règles du fer

Si vous établissez un courant, vous détruisez la barrière de bipolarité fournissant le gradient de potentiel (densité d'énergie de la source). Dans ce cas la source est en cours de destruction. Si vous n'établissez pas de courant vous ne détruisez pas la barrière de bipolarité et la source reste intacte. Dans ce cas vous pouvez continuez d'utiliser la source et d'extraire de l'énergie EM piégé à jamais.

 

Encore des définitions

Énergie : Elle est désordonnée et repose sur le VPF.

Énergie EM : Elle est désordonnée et repose sur le flux de photons virtuels du vide.

Énergie statique : Elle est un modèle ordonné, stationnaire avec respect d'un observateur externe.

Énergie dynamique : Elle est un modèle ordonné, non stationnaire avec respect d'un observateur externe.

Potentiel : Il est un modèle désordonné et qui repose sur le flux de particules virtuelles (VPF) du vide.

Potentiel scalaire : Il est un modèle ordonné et qui ne se déplace pas avec respect d'un observateur externe.

Potentiel vecteur : Il est un modèle ordonné qui est en mouvement avec respect d'un observateur externe.

Potentiel scalaire EM : Il est dynamique et repose sur le VPF du vide avec respect d'un observateur externe.

Encore une fois Énergie et Potentiel ont la même définition. Le potentiel est en fait de l'énergie piégée.

 

Le concept double de la Tension

Avant-propos

Le Voltmètre influence la mesure prise (à travers sa résistance interne de mesure) et rigoureusement les valeurs deviennent erronées.

On ne peut de toute évidence mesurer l'énergie ou potentiel comme de la Tension.

Toutefois pour clarifier et améliorer la compréhension des circuits électriques à énergie libre nous aurons besoin d'équations (pseudo-équations) en corrélation avec les moyens de mesures et d’expérimentations actuelles. Bien que faisant du tord à la rigueur d'esprit du scientifique dans le domaine de l'énergie libre.

Les pseudo-équations

T  : trapped (piégé)

m : translated (en mouvement)

d : dissipate or dissipating (dissipé …)

K : energie

V = Volt = chute de potentiel ou potentiel dissipé = rayonnement EM dans la charge (chaleur) = travail effectué par la charge

f : potentiel scalaire électrostatique

coul : Coulombs

i = ampère = dissipation des Coulombs potentialisés par seconde pendant la circulation du courant = amps toujours en translation = Amps sont des Coulombs par unité de temps, seconde, qui sont en train de dissiper leur excitation.

[Il y a seulement amps (avec super conductivité exclut) quand il y a une chute de potentiel à travers une charge (les électrons potentialisés traversent la charge)].

n : nombre d'électrons par Coulomb = 6,3.10^18 électrons/coulomb. 

Df = VT

Travail : Kd = Vd x ampd x sec = watts x sec = puissance x temps = Vd x (could/sec) x sec

-->>Dans le switching nous switchons KT  vers Kd donc :

 KT ==> Kd

Mais :     VT  x coulT = KT

Ou    :     Énergie piégée par Coulomb piégé : [VT] = [KT] / [coulT]

              MONTANT D'ENERGIE PIEGEE A CHAQUE CYCLE : [KT] = [VT] x [coulT]

C'est donc ce à quoi nous souhaitons connaître : le montant d'énergie piégé que l'on peu transférer dépend du nombre d'électron piégé dans le gaz d'électron libre piégé dans le collecteur et du gradient de potentiel appliqué à ces Coulombs piégés pour les potentialiser.

 

Temps de relaxation et semi conducteurs

Temps de relaxation

Le temps que prend les électrons libres dans un conducteur pour atteindre la peau du conducteur (surface fil), après que le potentiel soit appliqué est, évidement, appelé le temps de relaxation. Durant ce temps les électrons libres dans le gaz sont piégés jusqu'au moment de la production de courant (dissipation du potentiel). Cependant, immédiatement après la fin du temps de relaxation, un courant apparaît et la dissipation de l'énergie piégée commence.

Dans le cuivre le temps de relaxation est incroyablement, rapide. C'est environs : 1,5.10^-19 sec. Bien que dans le quartz c'est environs 10 jours ! Donc tel que vous le voyez nous avons besoin d'être situé entre ces deux valeurs et donc nous aurons à mixer ou doper les matériaux. Nous devons avoir un temps de relaxation suffisamment long tel que nous pouvons collecter et  

basculer confortablement entre les cycles I et II. Mais aussi le temps de relaxation nécessaire doit être assez court pour permettre des décharges rapides dans la charge, dès que nous connectons ensemble la source primaire et le collecteur. Plutôt que du simple cuivre nous aurions besoin d'un matériau semi-conducteur dégénéré.

Matériau semi-conducteur dégénéré

Un matériau semi-conducteur est intermédiaire entre un bon conducteur et un isolant. C'est un matériau non-linéaire et dopé. Un matériau semi-conducteur est un matériau qui a toutes ses bandes d'énergie pleines et remplies d'électrons, et enfin qui semble être un conducteur. Avec un tel matériau dopé on peut augmenter le temps de relaxation.

Du bon fil de cuivre... sûrement pas !

Les inventeurs de circuit sur-unitaire obtiennent plus de puissance à la sortie qu'à l'entrée. Mais dès que l'un d'eux cherche à améliorer l'appareil sur-unitaire avec utilisation de composants et matériaux purs et de meilleure qualité... BOOM ! Il n'y a plus du tout de sur-unité. Explication : La plupart des inventeurs obtinrent des effets de succès (parfois irréguliers), lorsqu'ils se débattaient avec des matériaux oxydés, usés, et vieux. En fait moins bon est le matériau meilleur sera le résultat. Plus c'est contaminé et dopé mieux c'est !

Le moment où vous aurez décidé de construire un circuit avec du bon fil de cuivre connecté entre la batterie ou un autre type de source et la partie du circuit contenant le collecteur, vous pourrez dire au revoir à la sur-unité. Vous aurez perdu ça dans le cuivre après les premières 1,5.10^-19 secondes !

Pensez d'un bon conducteur réellement tel que le cuivre comme un matériau linéaire essentiellement. Linéaire signifie énergie conservatrice. La sur-unité peut seulement être obtenue avec un effet hautement non-linéaire. Donc votre conducteur doit être constitué de matériaux non-linéaires. En fait ils doivent être des matériaux de type semi-conducteur dégénéré. Pour le circuit le cuivre et le fil de cuivre doivent être dopés.

L'installation électrique (tout le circuit) doit être constituée d'un matériau semi-conducteur dégénéré (DSC). 
Les industriels peuvent fabriquer cela avec le temps de relaxation désiré.

C'est un tel câblage qui doit être utilisé pour relier la source au collecteur. Le collecteur lui aussi doit être de cette nature. Le collecteur est soit un condensateur soit une bobine.

A l'inverse du collecteur vers la charge on veut utiliser du bon conducteur, du fil de cuivre sera parfait.

Maintenant que cela est fini, l'affaire est dans le sac. Pour la fabrication du matériau DSC, il faudra simplement au préalable calculer un temps de relaxation adéquat pour être adapté et intégré aisément dans le circuit avec les composants qui agissent sur le « switching ». Exemple : pour une valeur de 1 ms on pourrait même utiliser des composants mécaniques, alors qu'avec des nanosecondes les composants seront plus chers peut-être...

Donc dans le collecteur vous calculez le nombre de coulombs piégés que vous avez. Mesurez la « tension 
piégé » (densité d'énergie de potentiel de courant gratuit par coulomb) que vous extrayez depuis la source lors du temps de relaxation après connexion au collecteur. Multiplié le nombre de coulombs piégés dans le collecteur par la tension piégée durant la phase de collection, et vous avez le montant d'énergie en Joules que vous recueillez gratuitement, sans payer pour ça, depuis la source pour un nombre souhaité de cycles.

 

Sources, collecteurs et puissance

Mesurez l'énergie du vide

Vous êtes en train de posséder l'excès d'énergie électrique directement depuis le vide, comme cité plus haut. Le vide va gracieusement reconstituer toute la « tension piégé » depuis la source primaire durant le temps de relaxation des électrons. (Nous ne somme pas obligés d'attendre que le temps de relaxation des électrons soit atteint pour basculer le collecteur sur la charge externe du circuit).

La source peut-être presque rien

Vous pouvez utiliser comme source un simple fil élevé pour se placer entre la Terre et l'Ionosphère avec
200-300V/m. Le fil doit être dopé...

Finalement vous devez ajuster la répétition des « switching » en les synchronisant avec le temps de décharge avec la charge comme suit : (le temps en série est Dt1+Dt2+Dt3+Dt4)

(1) : extraire l'énergie piégé (potentiel), depuis la source sur le collecteur pendant le temps Dt1,

(2) : Basculer le collecteur sur la charge pendant le temps Dt2,

(3) : Attendez la décharge du collecteur à travers la charge durant le temps Dt3,

(4) : Re basculez le collecteur vers la source pendant le temps Dt4.

Limité seulement par un seul modèle?

Évidement il existe des variantes, je vous ai juste donné les points essentiels de la réussite. On peut combiner plusieurs collecteurs, utiliser de la THT pour la source ou placer une batterie à la place de la charge, etc, …

 

 

Partie II

 

 

INFORMATIONS SUPPLEMETAIRES SUR

LE SECRET FINAL DE L'ENERGIE LIBRE

Mise à jour : 15 février 1994
© 1994 T. E. Bearden1994

Use of Step-Charged Capacitor as the Collector by Tom Bearden

 

 

Introduction

Suite à de nouvelles découvertes et de nouveaux brevets déposé, j'ai ainsi rédigé se document.

 

Sommaire de l'invention

Une méthode et un appareil pour l'extraction d'énergie d'onde EM bidirectionnel depuis le vide par le gradient de potentiel scalaire à travers les terminaux d'une source électrique, collectant l'excès d'énergie dans un collecteur sans entropie, puis de façon séparé déchargeant l'énergie collecté à travers la charge pour exécuter un travail, sans renvoyer le courant de la charge à travers la source primaire contre son gradient de potentiel. C'est à dire, contre sa bemf (back-emf). Retirer le courant de la charge interne de la source réduit substantiellement la production de travail à l'intérieur de la source pour ne pas dissiper sa bipolarité. Disant que le travail de dissipation interne étant bien connu pour être la cause d'épuisement de l'habilité de la source à continuer de fournir une emf vers le circuit externe. Par réduction de ces dissipations internes, la source est capable de fournir plus d'énergie pour de la dissipation dans la charge externe qu'il en est pour la charge de la source. La source est capable d'opérer de façon sur-unitaire. LE système est dit ouvert, il extrait et utilise l'excès d'énergie EM depuis une libre circulation dans la source externe (le flux d'échange entre le vide environnant et la source bipolaire fait de cette dernière un système ouvert).

Ce système sur-unitaire peut opérer avec une grande efficacité, sans violation des lois de la physique, de façon analogue, mais entièrement différente, à peu près comme une pompe à chaleur (frigorifique). La bipolarité de la source est utilisée premièrement comme une antenne dipôle pour recevoir l'énergie d'onde EM bidirectionnel circulant depuis le vide et pour diriger cette énergie sans entropie à l'aide de composants « switcher » vers le collecteur ! La conduction des électrons dans le collecteur est temporairement restreinte, lesquels sont en train d'être sur-potentialisé par excès d'énergie en train d'être collecté sur eux. Le collecteur et ses électrons sur-potentialisés sont alors déconnectés de la source et connectés maintenant à travers la charge tel un circuit fermé et séparé. Les électrons dans le collecteur et leur excès d'énergie sont alors automatiquement relâchés pour circuler comme le courant en une décharge à travers la charge. Cette énergie effectue un travail dans la charge. Le collecteur (une fois l'énergie dissipée dans la charge), se rebranche sur la source pour un nouveau cycle de collection.

Fig1B

Figure 1A : Circuit type utilisant un générateur de rampes pour charger le condensateur sans travail, avec décharge séparé de l'énergie collecté sur la charge sans épuisement substantiel sur la source primaire.

Fig1A

Figure 1b : Circuit type pour charger un collecteur en semi-conducteur dégénéré (DSC), avec de simples impulsions sans travail appréciable avec décharge séparée de l'énergie collecté sur la charge sans épuisement substantiel sur la source primaire.

 

Toutes sources électrique de potentiel est déjà une source d'énergie libre

La source agit comme une antenne dipolaire pour recueillir en permanence le courant du potentiel scalaire (d^/dl), (courant se déplaçant sans masse), depuis le vide. Pour les conditions pour une charge libre, (di*/dl) est continuellement reçue depuis le vide par n'importe quel dipôle, et la circulation d'énergie est continuellement échangée en va et vient depuis le dipôle. Cet échange d'énergie libre avec le vide est vrai dans deux points : dans notre circuit qui possède un circuit ouvert de tension ou ddp (différence de potentiel), entre les deux pôles de la source. Les sources d’antennes dipolaires d'énergie libre sont partout. Nous avons juste à apprendre comment casser la symétrie dans l'échange de leurs flux d'énergie avec le vide, collecter quelques influx circulant librement et distribuer cet excès d'énergie collecté vers une charge séparée et isolée. Autrement dit nous avons simplement qu'à copier sur les pompes à chaleur (frigorifique).

Fig2

Figure 2 : Pourquoi les systèmes d'énergie électrique actuels ont une efficacité opérationnelle sous-unitaire?!

 

Condensateur (chargé par pulse) comme collecteur

Continuons notre recherche par un matériau spécial pour un temps de relaxation de gaz d'électrons prolongé pour le collecteur, un alliage composé de 98% d'Aluminium et 2% de Fer.

Cycle 1 (collection d'énergie) :

Cycle2

 

Puis temps de relaxation atteint :

Cycle1-b

 

Cycle 2 (dissipation d'énergie)

Cycle1-a

Cependant la production de cet alliage est assez onéreuse, c'est pourquoi nous recherchons autant que nous le pouvons d'autres solutions.

En attendant, on peut faire déjà autrement. Utilisons un condensateur normal pour le collecteur, en le chargeant avec un générateur de rampes. La preuve que ceci peut librement charger un condensateur avec de l'énergie, sans avoir à effectuer du travail appréciable est déjà connu dans la littérature. Vous pouvez charger un condensateur sans entropie et essentiellement sans avoir à établir un courant de masse d'électrons.

Pour faire court, nous considérons que le condensateur peut-être chargé sans déplacement de masse (d'électrons), de circulation de courant.

Nous envisageons, dans l'usage du circuit, que le déplacement «d'électrons sans masse » est un courant de potentiel scalaire (dØ/dl) - un courant de potentiel pure (d'énergie EM capturé), le long du conducteur ou à travers le vide.

 

Opération avec circuit à 2 fils, fermé, conventionnel

Là il y a circulation de courant dans ce circuit fermé, au travers la charge et le reste du circuit. Les électrons seront considérés comme un fluide matériel pour du travail à faire, pour transporter et décharger l'excès d'énergie EM et en forçant les électrons à revenir à travers la force électromotrice de retour (bemf), qui recharge encore les électrons envoyés avec un excès d'énergie EM, sous la forme d'excès de petites densités d'énergies capturées Ø’S, sur chaque électron recyclé.

Quelques excès de Ø collectés sur les électrons sont dissipés dans la charge comme du travail utile, mais seule la moitié est dépensée (le reste perdu en friction, inefficacité, etc), et ceci sans excès de Ø, petite densité d'énergie capturée.

Ces circuits à boucle fermé sont sous-unitaire perpétuellement (cf. fig. 2).

A noter que ces circuits sont tout de même des circuits ouverts « branchés » sur le vide et recevant en permanence de l'énergie libre, mais ils ont le défaut d'être conçu de manière suicidaire.

 

Efficacité opérationnelle

Nous définissons operational efficiency Alpha comme la puissance moyenne dans la charge divisé par la puissance moyenne à l'intérieur de la source pour dissiper et détruire la barrière de bipolarité.

 

Thermodynamique et système à sur-unité ouvert et en déséquilibre (asymétrique)

Dans cette approche nous avons un circuit ouvert lors de tous cycles de collections, avec une source externe qui reçoit un flux d'énergie sans relâche. Nous avons exprès cassé la symétrie d'échange avec le vide, d'énergie du système, en séparant dans l'espace et à travers le temps, l'opération par un cycle de collection d'énergie et un autre cycle de dissipation d'énergie. L'efficacité opérationnelle de la sur-unité est possible sans violation des lois de la nature. Bien que l'équilibre dans le flux d'énergie local ait été cassé, celui dans le flux d'énergie global ne l'a pas été.

 

Courant de déplacement sans masse

C'est la technique que nous utilisions. On utilise le déplacement de courant sans masse pour charger le condensateur, plutôt que le flux de courant d'électrons (habituel).C'est un flux d'énergie réel néanmoins. Il est un phénomène bien connu dans le chargement d'un condensateur. Un coté du condensateur charge déjà l'autre coté à l'aide justement de se déplacement de courant sans masse, transportant de l'énergie EM réel à travers l'espace qui sépare les deux plaques du condensateur - les électrons eux-mêmes ne traversent pas cet espace.

Le déplacement du courant est toujours bien connu pour être un transport d'énergie libre sans aucune dissipation en puissance ou/et travail. En établissant un déplacement de courant sans masse, seulement à partir de la source antenne à la place d'un flux de courant d'électrons, vous pouvez établir du travail gratuit ou du non travail, sans dissipation d'énergie de la source-antenne.

Le ' truc ' est d'empêcher la circulation de la composante masse (déplacement longitudinale des électrons) du courant électrique dans la source primaire lors du processus de collection.

Dans le document 1/3 nous avons expliqué que ceci pouvait être fait en utilisant pour collecteur un matériau semi-conducteur dégénéré avec un temps de relaxation du gaz d'électrons relativement étendu. Dans ce document il aura été plutôt question de charger gratuitement un condensateur par un générateur de rampes pour des raisons économique.

TBearden

Ci-dessus Tom Bearden théoricien et inventeur en énergie libre

 

 

Partie III

 

APPAREILS ELECTRIQUES SUR-UNITAIRE - PRATIQUE

PRACTICAL OVERUNITY ELECTRICAL DEVICES

© T.E. Bearden - 13 Mai, 1994

 

LEGENDE:

 = produit scalaire

Ø = Champ potentiel électrostatique scalaire

 = Nabla (désigne soit le gradient d'une fonction en analyse soit une connexion de Koszul en géométrie différentielle).

|x| = valeur absolue de x

uf = microFarad

La charge n'est pas quantifiée

La valeur de la charge est changeante lorsque celle ci se déplace dans le circuit et elle se représente par une fonction selon le contexte du potentiel.

 

Les deux composantes du courant électrique

La seule façon de comprendre l'énergie libre est d'abord d'appréhender le courant électrique tel que constitué par deux courants couplés ensemble : [(dØ/dt) (dm/dt)].

Le composant (dØ/dt), est connu et mal compris, il est le déplacement de courant sans masse.

Le composant (dm/dt), est le déplacement de courant de masse.

L'opérateur  signifie couplé à ou sur le point de le faire.

L'opérateur de couplage représente une opération bien réelle : l'échange de photons virtuels entre le potentiel du vide et la masse chargée.

 

La masse est un composant interne de force

C'est à travers la force que la masse prend toute son importance (exemple F=(ma)). On trouve la masse par exemple dans un champ électrique qui est défini comme étant la force par coulomb. Un champ électrique n'existerait pas sans la composante de masse. Un champ scalaire électrostatique ( Ø)cherche à se coupler à la masse d'une charge q tel que (Ø+ Ø)m et de là un champ-E (champ électrique), est créé et existe 
E s -[( Ø)(q)]/|q|. C'est ainsi que la masse devient un composant incontournable de force.

Un condensateur idéal est celui qui est un bloqueur d'électrons

Dans un condensateur classique les plaques et le diélectrique sont en mouvement due aux forces électrique. 
Il s'en suit un courant d'électrons se dissipant dans la source pour faire du travail... Il existe cependant des condensateurs rigidifiés (~$400 à $2000 le condensateur de 1 µF)...

Un condensateur idéal ne laisse pas passer de courant d'électrons mais laisse seulement passer le courant sans masse tel que décrit dans les équations de Maxwell.

 

Composant de blocage d'électrons

Il y a le « transistor semi-conducteur Fogal » du nom de l'inventeur William J. Fogal (un ami de Bearden - détenteur des brevets [5430413 High gain low distortion faste] et [5196809 High gain low distortion faste]). 
Il permet la séparation du courant en deux composants, bloquant uniquement le composant de flux de masse (les électrons).

Le transistor de Fogal bloque le passage des électrons au niveau des pattes, mais laisse le déplacement du courant dØ/dt de potentiel scalaire à travers lui.

 

Énergie, flux, montant fini d'énergie, collecteur

Le flux de courant (dØ/dt) est énergie alors que le flux de courant de masse (dm/dt) est du travail dans le circuit. Toutes mesures à l'aide d'un instrument de mesure ne seront que travail et non le calcul du montant de l'énergie. L'énergie ne peut-être mesurée en pratique et en théorie, à priori.

 

Secret de la sur-unité

La charge (masse chargé), fournie un flux libre sans masse d'énergie EM à partir du vide qui peut-être dirigé vers un collecteur qui emmagasine le tout dans un champ-E ou un champ-B.

Cependant le premier secret de l'énergie libre est le blocage de la composante de charge électrique de masse 
dm/dt du courant dq/dt permettant au flux d'énergie sans masse (dØ/dt)• de circuler vers le collecteur pour obtenir un champ-E ou un champ-B.

Le deuxième secret concerne la façon dont le deuxième cycle se déroule.

La masse du circuit de charge externe et la masse du collecteur devraient être les mêmes pour que le courant d'électrons chargés retourne à travers la fem-back de la source primaire, tel que autant d'excès de travail sera fait à l'intérieur de la source pour dissiper ses séparations de charges que de travail fait dans la charge externe. Dans ce cas la sur-unité serait détruite ! D'où la nécessité d'utiliser deux circuits isolés.

 

Un simple appareil sur-unitaire à boucle ouverte

 

Figu1

Cette figure montre un très simple mais puissant appareil à sur-unité, utilisant un semi-conducteur à blocage de charge [charge blocking semiconductor (CBS) (such as a Fogal semiconductor)], alimenté en AC.

Le ' truc ' du circuit c'est une source AC pour contrôler le CBS qui utilise une partie de l'énergie pour s’auto-alimenter et qui ne laisse passer toujours, uniquement, que la composante sans masse du courant dans le circuit de sortie. Le potentiel scalaire de sortie du CBS est obtenu avec l'enroulement primaire du transformateur élévateur de tension. Le gain en courant du CBS dépendra de la charge connectée dessus, et de son habilitée à bloquer le champ-E des charges capturées en augmentation, comme un flux d'énergie libre (dØ/dt) qui s'établit à travers lui par la charge. Ainsi la charge et le CBS doivent être le mieux pensés/choisies pour ne pas faire échouer nos plans. L'enroulement primaire du transformateur avec le potentiel scalaire (dØ/dt) produit un champ-H. Il emmagasine l'excès d'énergie dans ce champ. C'est un champ-H magnétique normal. 
Tout champ-H est produit par (dØ/dt). Ce champ-H se couple à l'enroulement secondaire. Dans le circuit secondaire le courant est un courant d'électrons et peut circuler sans contrainte du CBS. C'est un courant de masse chargée qui circule désormais dans la charge.

 

Amplification de puissance libre

Si on place un ampèremètre à la sortie du CBS, entre lui et le primaire du transformateur, le courant sans masse sera lu comme si de rien n'était (comme avec un courant d'électrons).

 

La résistance négative: un système (auto-alimenté et CBS) en boucle fermé

Figu2

Le dessin montre le bouclage fermé de l'appareil de tel façon que le système une fois lancé et stable peut se voir retirer la source d'alimentation du circuit.

Une résistance négative accepte des électrons entrant inertes depuis son pôle négatif, mais accepte aussi l'énergie (dØ/dt) entrante depuis le vide comme des photons virtuel se laissant absorbé par des électrons inertes tel que  Ø est ajouté au courant d'électrons créant un excès d'électrons excités.

La résistance négative est maintenant connue pour être une source d'énergie libre auto-contenue.

 http://www.magnetosynergie.com/Pages-Fr/Presentez/SecretFinal/FR-LeSecretFinal-01.htm

 

Et les liens vers les originaux en langue anglaise : 

Partie 1. http://www.cheniere.org/techpapers/Final%20Secret%209%20Feb%201993/indexold.html
Partie 2.http://www.cheniere.org/techpapers/Final%20Secret%20of%2015%20Feb%201994/index.html
Partie 3. http://www.cheniere.org/techpapers/Final%20Secret%2013%20May%201994/index.html

 

Site Internet de Thomas E. Bearden : http://www.cheniere.org/

Posté par rusty james à 23:40 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


LES SECRETS EN PLEINE LUMIÈRE - GÉOMÉTRIE SACRÉE

san francisco secret

0

secret

 

Cette série documentaire en 23 courts épisodes rassemblés en playlist, réalisé par Scott Onstott, étudiant et professeur d'architecture qui s'est penché sur les mystères anciens pendant qu'il était professeur aux États-Unis dans les années 1990, explore les principaux monuments et leurs positions en Égypte, et apporte à votre symbolisme de l'attention codé dans d'autres endroits tels que Stonehenge, Babylone, Baalbek, la Mecque et le Vatican, Jérusalem, Rome, Paris, Londres, Édimbourg, Washington DC, New York et San Francisco.
Secrets In Plain Sight, met en lumière une obsession secrète partagée par les pharaons, les philosophes et les rois, templiers et francs-maçons, grands artistes et architectes, papes, élites et présidents, couvrant toute l’histoire du monde connut jusqu’à nos jours.

Les secrets en pleine lumière, révèle à quel point les anciennes connaissances de l’Égypte ont été codées en unités de mesure, ainsi que dans de célèbres œuvres d’art, dans la conception des bâtiments principaux de la planète, dans l’agencement des rues des villes et les espaces publics, dans le placement précis des obélisques et autres monuments importants sur la Terre, et dans l'harmonie musicale, et l'astronomie.
Le spectateur est amené à percevoir un élégant système harmonique reliant le corps humain avec l’architecture, l’urbanisme, le Système planétaire et solaire, le tout à l’échelle galactique.
Comme un Sherlock Holmes mathématicien, Scott Onstott dévoile les codes numériques cachés qui ont construit et construisent encore notre monde.

La maîtrise technique de Onstott des deux logiciels informatiques utilisés, combinée avec son habileté dans la reconnaissance des formes, vient enrichir les nombreuses illustrations conceptuelles éducatives et stimulantes incluses dans le documentaire. Les images sont d'une beauté mystérieuse, qui invite à la contemplation, la réflexion philosophique et la méditation. Elles nous permettent de percevoir des parallèles entre l'Univers en dehors de nous et notre univers intérieur.
Un tiers des illustrations expose les merveilles métrologiques encodées dans la Grande pyramide de Gizeh. On profite des découvertes de Onstott reliant tout, de la cellule pour le corps humain, aux temples anciens, sites sacrés, à l'architecture moderne, au Nil, à l'art, aux mathématiques, à la physique, le sport, la religion, le Soleil et les planètes, l'étoile Sirius et la distance au centre de notre Galaxie...

Épisode N°1 : Introduction; N°2, 3 et 4 : Washington DC; N°5 et 6 : New York; N°7 : Stonehenge; N°8 : La Grande pyramide; N°9 : San Francisco; N°10 et 11 : L'Égypte; N°12 et 13 : Jérusalem; N°14 et 15 : Rome; N°16 : Astronomie ésotérique; N°17 et 18 : Chartres; N°19 : Londres; N°20, 21 et 22 : Paris; et N°23 : La conclusion.

les secrets en pleine lumière Secrets in plain sight VOSTFR

les secrets esoteriques de la geometrie sacrée Secrets in plain sight VOSTFR

Posté par rusty james à 21:54 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Entrevue avec NIKOLA TESLA pour la revue "Immortality" en 1899.

Nikola-Tesla-Wallpaper

 

 

Tout est Lumière. Dans l’un de ses rayons se trouve le destin des nations. Chaque nation a son propre rayon dans cette grande fontaine de lumière que nous percevons comme le soleil. Et rappelez-vous qu’il n’y a aucun homme qui ait existé et qui ne soit mort !

nikola tesla, plavi portret3

JOURNALISTE : M. Tesla, vous avez remporté la gloire de l’homme qui s’est intéressé aux processus cosmiques. Qui êtes-vous, monsieur Tesla ?
TESLA : La question est juste, M. Smith, et je vais essayer de vous donner la réponse juste.

JOURNALISTE : On dit que vous venez de la Croatie, de la zone appelée Lika, où les arbres, les roches et le ciel étoilé grandissent à côté des gens. On dit que votre village natal porte le nom des flurs de la montagne, et que la maison dans laquelle vous êtes né se trouve à côté de la forêt et de l’église.
TESLA : Tout ce que vous dites est vrai. Je suis fier de mon origine serbe et de ma patrie croate.

JOURNALISTE : Les futuristes disent que le XXème et le XXIème siècles sont nés dans la tête de Nikola Tesla. Ils célèbrent le champ magnétique rotatif et chantent des hymnes au moteur à induction. Son créateur fut appelé «le chasseur qui attrapa la lumière dans ses filets depuis les profondeurs de la terre», et «le guerrier qui captura le feu du ciel». On dit qu’il est le père du courant alternatif et que vous ferez que la Physique et la Chimie dominent la moitié du monde. L’industrie le proclamera comme son saint suprême, un banquier pour les plus grands bienfaiteurs. Dans le laboratoire de Nikola Tesla, on a brisé un atome pour la première fois. On a créé une arme qui produit des vibrations sismiques. Là, on découvrit des rayons cosmiques noirs. Cinq races lui adresseront des prières dans le temple du futur, parce qu’il leur a enseigné un grand secret : on peut arroser les éléments d’Empédocle avec les forces de vie des éthers.
TESLA : Oui, voilà quelques-unes de mes découvertes les plus importantes. Malgré cela, je suis un homme vaincu. Je n’ai pas atteint le plus grand de mes objectifs.

JOURNALISTE : Quel est-il, M. Tesla ?
TESLA : Je voulais illuminer toute la Terre. Il y a suffimment d’électricité pour créer un deuxième soleil. La Lumière apparaîtrait autour de l’Équateur, comme un anneau autour de Saturne. L’humanité n’est pas prête pour la grandeur et le bien. À Colorado Springs, j’ai imprégné la terre d’électricité. Nous pouvons aussi arroser les autres énergies, comme l’énergie mentale positive. Elles sont dans la musique de Bach ou de Mozart, ou dans les vers de grands poètes. À l’intérieur de la Terre se trouvent les énergies de la Joie, de la Paix et de l’Amour, qui s’expriment par exemple au travers d’une fleur qui pousse sur la Terre, de la nourriture que nous lui soutirons et tout ce qui fait de la Terre le foyer de l’homme. J’ai passé des années à chercher le moyen d’inflencer les gens avec cette énergie. La beauté et le parfum des roses peuvent être utilisés comme médicament et les rayons du soleil comme nourriture. La vie a un nombre infini de formes et la tâche des scientifiques consiste à les trouver dans toutes les formes de la matière. Trois choses sont essentielles là-dessus. Je ne fais que les chercher. Je sais que je ne les trouverai pas, mais je ne perdrai pas espoir.

JOURNALISTE : Quelles sont ces choses ?
TESLA : La nourriture est un problème. Quelle énergie, stellaire ou terrestre, peut alimenter les affamés de la Terre ? Avec quel vin peut-on arroser toute la soif pour que les personnes puissent animer leur cœur et comprendre qu’ils sont des dieux ? L’autre chose est de détruire la puissance du mal et la souffance par laquelle passe la vie de l’homme ! Parfois, il y a comme une épidémie dans les profondeurs de l’espace. Dans ce siècle, la maladie s’est étendue de la Terre jusqu’à l’Univers. La troisième chose est : y a-t-il un excès de lumière dans l’Univers ? J’ai découvert une étoile qui pourrait disparaître, selon les lois astronomiques et mathématiques, et malgré cela, rien ne changerait. Cette étoile est dans cette galaxie. Sa lumière peut se diffser à une telle densité, qu’elle tiendrait dans une sphère plus petite qu’une pomme et serait en même temps plus lourde que notre Système Solaire. Les religions et les philosophies enseignent que l’homme peut arriver à être le Christ, Bouddha, et Zarathoustra. Ce que j’essaie de démontrer est révolutionnaire et presque inaccessible. C’est ce qu’il faut faire dans l’univers pour que chaque être naisse comme Christ, Bouddha ou Zarathoustra. Je sais que la gravité est contraire à tout ce qui doit voler et mon intention n’est pas de faire des dispositifs de vol (avions ou missiles), mais d’enseigner à l’individu à récupérer la conscience de ses propres ailes...En plus, je suis en train d’essayer d’éveiller l’énergie contenue dans l’air. Il y a des sources d’énergie principales. Ce que l’on considère comme étant de l’espace vide n’est qu’une manifestation de la matière qui n’est pas éveillée. Il n’y a pas d’espace vide sur cette planète, ni dans l’Univers...Les trous noirs, dont parlent les astronomes, sont les plus puissantes sources d’énergie et de vie.

JOURNALISTE : À la fenêtre de votre chambre de l’hôtel Waldorf-Astoria au trente-troisième étage, chaque matin viennent les oiseaux.
TESLA : Un homme doit être sensible aux oiseaux. C’est à cause de leurs ailes. L’être humain en avait autrefois, réelles et visibles.
 
JOURNALISTE : Vous n’avez pas cessé de voler depuis ces jours lointains à Smiljan !
TESLA : Je voulais voler depuis le toit et je suis tombé. Les calculs des enfants peuvent être faux. Rappelez-vous que les ailes de la jeunesse veulent tout avoir dans la vie !

JOURNALISTE : Avez-vous déjà été marié ? On ne sait pas si vous avez de l’affection pour l’amour ou pour une femme. Les photos de votre jeunesse montrent que vous étiez un homme attractif.
TESLA : Non, jamais. Il y a deux points de vue : ou bien on a beaucoup d’affection ou pas du tout. La voie du milieu sert pour rajeunir la race humaine. Pour certains hommes, les femmes nourrissent et fortifint leur vitalité et leur esprit. Chez d’autres personnes, être seul produit le même effet. J’ai choisi ce deuxième chemin.

JOURNALISTE : Vos admirateurs se plaignent du fait que vous attaquez la relativité. Votre affirmation selon laquelle la matière n’a pas d’énergie est étrange. Tout est imbibé d’énergie, où est-elle ?
TESLA : Il y eut d’abord l’énergie et ensuite la matière.

JOURNALISTE : M. Tesla, c’est comme quand vous avez dit que vous êtes né de votre père et non de vous.
TESLA : Exactement ! Que se passe-t-il avec la naissance de l’Univers ? La matière est créée à partir de l’énergie originelle et éternelle que nous connaissons comme la lumière. Elle brillait et les étoiles, les planètes, l’homme et tout ce qu’il y a sur la Terre et dans l’Univers apparurent peu à peu. La matière est une expression des formes infinies de la lumière, parce que l’énergie est plus vieille qu’elle. Il y a quatre lois de la Création. La première est que le mental ne peut pas concevoir ou mesurer mathématiquement la source de tout le plan déconcertant et obscur. Dans ce plan s’intègre tout l’Univers. La deuxième loi réside dans l’obscurité expansive, qui est la véritable nature de la lumière, depuis l’inexplicable et qui est transformée en lumière. La troisième loi est la nécessité de la lumière de devenir une matière de la lumière. La quatrième loi est : il n’y a ni début ni fin ; les trois lois précédentes ont toujours lieu et la Création est éternelle.

JOURNALISTE : Dans l’hostilité à la Théorie de la Relativité, vous en arrivez même à donner des conférences contre son créateur les jours de ses anniversaires...
TESLA : Rappelez-vous : ce n’est pas l’espace qui se courbe, mais le mental humain qui ne peut pas comprendre l’infini et l’éternité ! Si la relativité était bien comprise par son créateur, il gagnerait l’immortalité, même encore physiquement, si cela était son désir. Je fais partie d’une lumière qui est la musique. La lumière remplit mes six sens : je la vois, l’entends, la palpe, la sens, la touche et la pense. Penser à elle est mon sixième sens. Les particules de lumière sont des notes écrites. Un rayon peut être une sonate entière. Mille boules d’éclairs sont un concert. Pour ce concert, j’ai créé une boule d’éclairs qu’on peut entendre sur les pics gelés de l’Himalaya. À propos de Pythagore et les mathématiques, un scientifique ne peut et ne doit pas les enfreindre. Les nombres et les équations sont des signes qui marquent la musique des sphères. Si Einstein avait écouté ces sons, il n’aurait pas créé la Théorie de la Relativité. Ces sons sont des messages dirigés au mental sur le fait que la vie a un sens, que l’Univers existe en parfaite harmonie et sa beauté est la cause et l’effet de la Création. Cette musique est le cycle éternel des cieux stellaires. L’étoile la plus petite a complété la composition et fait aussi partie de la symphonie céleste. Les battements du cœur de l’homme font partie de la symphonie de la Terre. Newton apprit que le secret se trouve dans la disposition géométrique et le mouvement des corps célestes. Il reconnut que la loi suprême de l’harmonie existe dans l’Univers. L’espace courbe est le chaos, le chaos n’est pas la musique. Einstein est le messager de l’époque du bruit et de la furie.

JOURNALISTE : M. Tesla : Entendez-vous cette musique ?
TESLA : Je l’entends tout le temps. Mon ouïe spirituelle est aussi grande que le ciel que nous voyons au-dessus de nous. J’ai augmenté mon ouïe naturelle avec le radar. Selon la Théorie de la Relativité, deux lignes parallèles se donneront rendez-vous dans l’infini. C’est pour cela que la courbure de l’espace d’Einstein se redressera. Une fois créé, le son dure pour toujours. Il peut disparaître pour un homme, mais il continue à exister dans le silence qui est le plus grand pouvoir de l’homme. Non, je n’ai rien contre M. Einstein. C’est une personne très aimable et il a fait beaucoup de bonnes choses, certaines d’entre elles feront partie de la musique. Je vais lui écrire et essayer de lui expliquer que l’éther existe et que ses particules sont celles qui maintiennent l’Univers en harmonie et la vie dans l’éternité.

JOURNALISTE : Dites-moi, s’il-vous plaît, quelles conditions un Ange réunit-t-il sur la Terre ?
TESLA : J’en dénombre dix. Maintenez un bon enregistrement, et attentif.

JOURNALISTE : Je vais documenter toutes vos paroles, cher M. Tesla.
TESLA : Le premier prérequis est une haute conscience de sa mission et du travail à faire. Il doit, même si ce n’est que vaguement, exister dans les premiers jours. Ne soyons pas faussement modestes : le chêne sait qu’il est un chêne ; un arbuste, à son côté, sait qu’il est un arbuste. Quand j’avais douze ans, j’étais sûr que j’arriverais aux chutes du Niagara. Je savais dès mon enfance que j’atteindrais la plupart de mes découvertes, même si ce n’était pas bien clair...La deuxième condition à réunir est la détermination. Tout ce que j’ai pu, je l’ai terminé.

JOURNALISTE : Quelle est la troisième condition de l’ajustement, M. Tesla ?
TESLA : L'orientation de toutes les énergies vitales et spirituelles en œuvre. Par conséquent, la purifiation des nombreux effets et nécessités que l’homme a. Je n’ai donc rien perdu, j’ai seulement gagné. Je profite ainsi de chaque jour et de chaque nuit. Prenez note : Nikola Tesla fut un homme heureux...Le quatrième prérequis est d’ajuster l’assemblage physique avec un travail.

JOURNALISTE : Que voulez-vous dire, M. Tesla ?
TESLA : Premièrement, le maintien de l’assemblage. Le corps de l’homme est une machine parfaite. Je connais mon circuit et ce qui est bon pour lui. Des aliments que presque tout le monde mange sont pour moi nocifs et dangereux. Parfois, je visualise les cuisiniers du monde tous en train de conspirer contre moi… Touchez ma main.

JOURNALISTE : Elle est froide.
TESLA : Oui. Le torrent sanguin peut être contrôlé, et beaucoup de processus à l’intérieur et autour de nous. Pourquoi avez-vous peur, jeune homme ?

JOURNALISTE : Mark Twain a écrit L’étranger mystérieux, un livre merveilleux sur Satan, inspiré par vous.
TESLA : Le mot « Lucifer » est plus enchanteur. Mark Twain aime blaguer. Quand j’étais enfant, j’ai une fois été guéri en lisant ses livres. Quand nous nous sommes rencontrés ici et je le lui ai dit, il était si ému qu’il a pleuré. On est devenus amis et il venait souvent à mon laboratoire. Une fois, il m’a demandé de lui montrer une machine qui, par sa vibration, provoque un sentiment de joie. C’était l’une de ces inventions pour se divertir, ce que j’aime faire parfois. J’ai prévenu M. Twain de ne pas rester sous ces vibrations. Il ne m’a pas écouté et il demeura plus longtemps. Il se transforma en une fusée agrippant ses pantalons et il entra dans une salle. C’était diaboliquement amusant, mais je suis resté sérieux. Mais, pour ajuster le circuit physique, en plus des aliments, le sommeil est très important. Après un travail long et épuisant, qui requiert un effort surhumain, je serais complètement rétabli après une heure de sommeil. J’ai acquis l’habileté d’administrer le sommeil, m’endormir et me réveiller au moment désigné. Si je fais quelque chose que je ne comprends pas, je m’oblige à penser dans mon rêve pour trouver une solution. La cinquième condition d’ajustement est la mémoire. Peut-être que chez la plupart des gens, le cerveau est le gardien des connaissances sur le monde et la connaissance acquise au travers de la vie. Mon cerveau est occupé à des choses plus importantes que remémorer. Il rassemble ce qui est requis à un moment donné, c’est-à-dire, tout ce qui nous entoure. Il suffit de l’intérioriser. Tout ce que nous avons vu, écouté, lu et appris, nous accompagne sous la forme de particules de lumière. Pour moi, ces particules sont obéissantes et fidèles. Quand j’étais étudiant, j’ai appris par cœur Faust de Goethe, mon livre préféré, en allemand, et je peux le réciter au complet maintenant. J’ai retenu mes inventions durant des années « dans ma tête » avant de les réaliser.

JOURNALISTE : Vous mentionnez souvent le pouvoir de la visualisation.
TESLA : Je vais devoir remercier la visualisation pour tout ce que j’ai inventé. Les événements de ma vie et mes inventions sont réels à mes yeux, comme n’importe quelle chose ou article. Dans ma jeunesse, j’avais peur parce que je ne savais pas ce que c’était, mais plus tard, j’ai appris à utiliser ce pouvoir comme un talent exceptionnel et un cadeau. Je le nourrissais et le protégeais jalousement. Aussi, j’ai fait les corrections dans mes inventions au moyen de la visualisation et je les finissais de cette façon. Au travers de la visualisation, je résous mentalement des équations mathématiques complexes. Grâce à ce don que j’ai, je vais recevoir la distinction de Haut Lama du Tibet. Ma vue et mon ouïe sont parfaites, et j’ose dire qu’elles sont plus aiguës que chez les autres. J’entends le tonnerre à 150 kilomètres de distance et je vois des couleurs dans le ciel que d’autres personnes ne peuvent pas voir. J’ai cette amplifiation de la vue et de l’ouïe depuis que je suis enfant. Plus tard, je l’ai développée consciemment.

JOURNALISTE : Dans votre jeunesse, vous avez été plusieurs fois gravement malade. La maladie est-elle un prérequis pour s’adapter ?
TESLA : Oui. Souvent, c’est le résultat de l’excès d’épuisement ou de la force vitale, mais souvent c’est la purifiation du mental et du corps des toxines qui se sont accumulées. Il est nécessaire qu’un homme souffre de temps en temps. La source de la plupart des maladies est dans l’esprit. Par conséquent, l’esprit peut guérir presque toutes les maladies. Quand j’étais étudiant, j’ai attrapé le choléra qui a ravagé la région de Lika. Je me suis rétabli parce que mon père m’a finalement permis d’étudier la technologie, qui était ma vie. L’illusion pour moi n’a pas été une maladie, mais la capacité du mental à pénétrer au-delà des trois dimensions de la Terre. J’ai eu des illusions toute ma vie, et je les ai reçues comme tous les autres phénomènes qui nous entourent. Une fois, dans mon enfance, je marchais le long de la rivière avec mon oncle et je lui ai dit : «Une truite va sortir de l’eau, je vais jeter une pierre et la couper». Et c’est ce qui se passa. Apeuré et surpris, mon oncle s’exclama : «Vade retro, Satana !». C’était une personne éduquée et elle parlait en latin... J’étais à Paris quand je vis la mort de ma mère. Dans le ciel, rempli de lumière et de musique, des nuages flottaient ; c’étaient des créatures merveilleuses. L’une d’elles avait le caractère de la mère qui me regardait avec un amour infini. À mesure que la vision disparaissait, je sus que ma mère était morte.

JOURNALISTE : Quel est le septième ajustement, M. Tesla ?
TESLA : Savoir comment transformer l’énergie mentale et vitale en ce que nous voulons, et arriver au contrôle de tous les sentiments. Les hindous l’appellent Kundalini-Yoga. Cette connaissance peut être apprise, ce qui requiert beaucoup d’années, ou on peut aussi l’acquérir de naissance. Pour la plupart, je l’ai acquis de naissance. C’est en étroite relation avec l’énergie sexuelle, qui est l’une des plus étendues dans l’Univers. La femme est le plus grand voleur de cette énergie, et par conséquent du pouvoir spirituel. Je l’ai toujours su. C’est pour cela que j’ai été vigilant. J’ai créé de moi-même ce que je voulais : une machine réflexive et spirituelle.

JOURNALISTE : Neuvième ajustement, M. Tesla ?
TESLA : Faire tout notre possible, quelque soit le jour, quelque soit le moment, pour ne pas oublier qui nous sommes et pourquoi nous sommes sur la Terre. Il y a des personnes extraordinaires qui sont en train de lutter contre la maladie, la privation, ou la société qui les blesse avec sa stupidité, l’incompréhension, la persécution et d’autres problèmes dont le pays est rempli. Il y a beaucoup d’anges chutés sur la Terre.

JOURNALISTE : Quelle est la dixième adaptation ?
TESLA : C’est la plus importante. Écrivez dans la revue que M. Tesla a joué. Et toute sa vie, il a joué et il en a profité.

JOURNALISTE : M. Tesla ! Que ce soit en relation avec vos conclusions ou avec votre travail, ceci est un jeu ?
TESLA : Oui, cher jeune homme. Combien j’ai voulu jouer avec l’électricité ! Je frissonne toujours quand j’entends l’histoire du grec qui vola le feu. Une histoire terrible avec des clous et des aigles qui dévorent son foie. Zeus n’avait-il plus de foudres et de tonnerres et il fut blessé par la ferveur ? Il y a un malentendu… Les foudres sont les jouets les plus beaux qu’on puisse trouver. N’oubliez pas de souligner dans votre texte que Nikola Tesla fut le premier homme qui découvrit la foudre.

JOURNALISTE : M. Tesla, vous êtes en train de parler des anges et de leur adaptation sur la Terre.
TESLA : En réalité, c’est la même chose. Vous pouvez écrire ce qui suit : il osa prendre sur lui les prérogatives d’Indri, de Zeus, et de Pérun. Imaginez-vous l’un de ces Dieux avec un costume de soirée noir, avec le chapeau melon et avec des gants blancs en coton, en train de préparer des éclairs, des feux et des tremblements de terre pour l’élite de New-York !

JOURNALISTE : Les lecteurs adorent l’humour de notre journal. Vous me confondez quand vous dites que vos découvertes apportent d’énormes bénéfices pour les personnes et qu’en même temps, elles représentent un jeu. Beaucoup verront cela en fronçant les sourcils.
TESLA : Cher M. Smith, le problème est que les gens prennent tout trop sérieusement. S’ils ne prenaient pas tout trop sérieusement, ils seraient plus heureux et vivraient beaucoup plus longtemps. Un proverbe chinois dit que le sérieux réduit la vie. Mais pour que les lecteurs du journal ne froncent pas les sourcils, retournons aux choses que vous considérez importantes.

JOURNALISTE : Ils seraient ravis de connaître votre philosophie.
TESLA : La vie est un rythme qui doit être compris. Je sens le rythme, je le dirige et je me fais plaisir en lui. C’était très agréable et cela me donna la connaissance que j’ai. Tout ce qui vit est profondément et merveilleusement lié : l’homme et les étoiles, les amibes et le soleil, le cœur et la circulation d’un nombre infini de mondes. Ces liens sont incassables mais on peut les dompter, pour rendre possible et commencer à créer des relations nouvelles et différentes dans le monde, et qu’elles ne violent pas les vieilles. La connaissance vient de l’espace. Notre vision est l’ensemble le plus parfait. Nous avons deux yeux : le terrestre et le spirituel. On recommande qu’ils deviennent un seul œil. L’Univers est vivant dans toutes ses manifestations, comme un animal pensant. La pierre est un être pensant et sensible, tout comme les plantes, les bêtes et l’homme. Une étoile qui brille demande à être vue et si nous n’étions pas si égocentriques, nous comprendrions son langage et son message. La respiration, les yeux et les oreilles de l’homme doivent être en accord avec la respiration, les yeux et les oreilles de l’Univers.

JOURNALISTE : Quand vous dites cela, il me semble entendre les textes bouddhistes, des paroles ou « Parazulzusa » taoïstes.
TESLA : C’est ainsi ! Ceci signifie qu’il existe une connaissance générale, et que la Vérité que l’homme a toujours possédée existe. Selon mon sentiment et mon expérience, l’Univers a une seule substance et une énergie suprême avec un nombre infini de manifestations de la vie. Le mieux est que la découverte d’une nature secrète révèle l’autre. On ne peut pas les cacher. Elles existent autour de nous mais nous sommes aveugles et sourds pour elles. Si nous nous attachons émotionnellement à elles, elles viennent à nous d’elles-mêmes. Il y a un tas de pommes, mais seulement un Newton. Il n’eut besoin que d’une pomme qui tomba face à lui.

JOURNALISTE : Je vous pose une question que j’aurais pu vous poser au début de cette entrevue : que fut l’électricité pour vous, cher M. Tesla ?
TESLA : Tout est électricité. D’abord, il y eut la lumière, source sans fin d’où provient le matériel et qui est distribuée vers toutes les formes que représentent l’Univers et la Terre avec tous leurs aspects de la vie. Le noir est le véritable visage de la Lumière, c’est juste que nous ne le voyons pas. C’est une grâce remarquable pour l’homme et les autres créatures. Chacune de ses particules possède de la lumière, des radiations, de l’énergie thermique, nucléaire, chimique, mécanique et une énergie qui n’est pas encore identifie. Elle a le pouvoir de conduire la Terre sur son orbite. Elle est l’authentique levier d’Archimède.

JOURNALISTE : M. Tesla, vous êtes trop biaisé vis-à-vis de l’électricité.
TESLA : Je suis l’électricité. Ou si vous préférez, je suis l’électricité sous forme humaine. Vous êtes l’électricité aussi, M. Smith, mais vous ne vous en rendez pas compte.

JOURNALISTE : Est-ce pour cela que vous avez la capacité de supporter des décharges d’un million de Volts à travers votre corps ?
TESLA : Imaginez un jardinier attaqué par les herbes. En fait, ceci serait une folie. Le corps de l’homme et le cerveau sont faits d’une grande quantité d’énergie. En moi existe la plupart de l’électricité. L’énergie, qui est différente chez chacun, est ce qui fait de l’humain le « moi » ou l’« âme ». Pour d’autres créatures, dans leur essence, l’âme de la plante est l’âme des minéraux et des animaux. La fonction cérébrale et la mort se manifestent dans la lumière. Quand j’étais jeune, mes yeux étaient noirs, maintenant ils sont bleus et avec le temps, comme la tension du cerveau s’accroit, ils s’approcheront du blanc. Le blanc est la couleur du ciel. À travers ma fenêtre, un matin, une colombe blanche arriva. Je lui donnai à manger. Elle voulait me dire qu’elle était en train de mourir. Des jets de lumière sortaient de ses yeux. Je n’avais jamais vu autant de lumière dans les yeux d’aucune créature comme j’en vis chez cette colombe.

JOURNALISTE
: Le personnel de votre laboratoire parle d’éclairs de lumière, de feu et de tonnerres qui se produisent si vous êtes en colère ou en danger.
TESLA : C’est la décharge psychique ou un avertissement pour être vigilant. La lumière a toujours été de mon côté. Savez-vous comment j’ai découvert le champ magnétique rotatif et le moteur à induction, qui me rendit célèbre quand j’avais 26 ans ? Un soir d’été, à Budapest, je regardais avec mon ami le coucher de soleil. Des milliers de feux faisaient des tours dans des milliers de couleurs flamboyantes. Je me suis souvenu de Faust et j’ai récité ses vers et ensuite, comme dans un brouillard, j’ai vu le champ magnétique tourner et le moteur à induction. Je les ai vus dans le soleil !

JOURNALISTE : Le service de l’hôtel dit que lorsqu’il y a des éclairs, vous avez l’habitude de vous isoler dans votre chambre et de parler tout seul.
TESLA : Je parle avec l’éclair et le tonnerre.

JOURNALISTE : Avec eux ? Dans quelle langue, M. Tesla ?
TESLA : Surtout dans ma langue maternelle. Elle a les mots et les sons, surtout en poésie, raison pour laquelle elle est appropriée.

JOURNALISTE : Les lecteurs de notre revue seraient très reconnaissants si vous expliquiez cela.
TESLA : Le son n’existe pas seulement dans le tonnerre et l’éclair, mais aussi dans sa transformation vers l’éclat et la couleur. On peut écouter une couleur. La langue appartient aux mots, ce qui signifie qu’elle provient des sons et des couleurs. Tous les tonnerres et les éclairs sont différents et ont leurs noms. J’appelle certains d’entre eux par les noms de ceux qui étaient proches de moi dans ma vie, ou bien de ceux que j’admire. Dans l’éclat du ciel et le tonnerre vivent ma mère, ma sœur, mon frère Daniel, un poète : Jovan Jovanovic Zmaj et d’autres personnes de l’histoire serbe. Des noms tels que Asisaiah, Ézechiel, Léonard, Beethoven, Goya, Faraday, Pouchkine et tous les bancs de feux ardents et enchevêtrements d’éclairs et de tonnerres, qui ne cessent pas de toute la nuit, apportant la pluie précieuse à la Terre, brûlant des arbres ou des villages. Il y a des éclairs et des tonnerres, et ils sont les plus brillants et les plus puissants, ils ne s’évanouiront pas. Ils reviennent et je les reconnais parmi des milliers.

JOURNALISTE : Pour vous, la science et la poésie sont une même chose ?
TESLA : Ce sont les deux yeux d’une personne. On enseigna à William Blake que l’Univers naquit de l’imagination, qu’il se maintient et existera tant qu’il y aura un dernier homme sur la Terre. C’était la roue avec laquelle les astronomes ont pu rassembler les étoiles de toutes les galaxies. C’est l’énergie créatrice, identique à l’énergie de la lumière.

JOURNALISTE : Pour vous, l’imagination est plus réelle que la vie elle-même ?
TESLA : Elle donne de la lumière à la vie. Je me suis nourri avec ma pensée, j’ai appris à contrôler les émotions, les rêves et les visions. J’ai toujours apprécié la façon dont j’ai nourri mon enthousiasme. Durant toute ma vie, j’ai passé beaucoup de temps en extase. Voilà la source de ma joie. Elle m’a aidé durant toutes ces années à travailler, ce qui fut suffisant pour cinq vies. Le mieux est de travailler la nuit, à cause de la lumière stellaire et du lien étroit.

JOURNALISTE : Vous avez dit que je suis, comme tout être, la Lumière. Ceci me complimente, mais j’avoue ne pas très bien comprendre.
TESLA : Pourquoi est-il nécessaire de comprendre, M. Smith ? Il suff de croire. Tout est lumière. Dans l’un de ses rayons se trouve le destin des nations. Chaque nation a son propre rayon dans cette grande fontaine de lumière que nous percevons comme le soleil. Et rappelez-vous qu’il n’y a aucun homme qui ait existé et qui ne soit mort ! Il s’est transformé en lumière et il existe toujours en tant que tel. Le secret réside dans le fait que les particules de lumière rétablissent son état originel.

JOURNALISTE : C’est la résurrection !
TESLA : Je préfère l’appeler retourner à une énergie antérieure. Le Christ et beaucoup d’autres connaissaient le secret. Je suis en train de chercher la manière de conserver l’énergie humaine. Il s’agit des formes de la lumière, parfois directement comme lumière céleste. Je ne l’ai pas cherchée pour mon bénéfice propre, mais pour le bien de tous. Je crois que mes découvertes rendent la vie des gens plus facile et plus supportable, et elles conduisent les gens vers la spiritualité et la moralité.

JOURNALISTE : Pensez-vous que le temps puisse être aboli ?
TESLA : Pas totalement, dû au fait que la première caractéristique de l’énergie est qu’elle se transforme. Elle est en constante transformation, comme les nuages des taoïstes. Néanmoins, on peut tirer profit du fait que l’homme conserve la conscience après la vie terrestre. Dans tous les recoins de l’Univers, l’énergie de la vie existe ; l’une d’entre elles est l’immortalité, dont l’origine est hors de l’homme et l’attend. L’Univers est spirituel, comme notre moitié. L’Univers est plus moral que nous, parce que nous ne connaissons pas sa nature et la façon d’harmoniser notre vie avec lui. Je suis un scientifique, la science est peut-être la façon la plus appropriée de trouver la réponse à la question qui me poursuit toujours et qui fait que mes journées et mes nuits se transforment en feu.

JOURNALISTE : Quelle est cette question ?
TESLA : Comme vos yeux brillent ! Je voulais savoir ce qu’il se passe pour une étoile fugace quand le soleil s’éteint… Les étoiles tombent comme de la poussière ou des semences dans ce monde ou dans d’autres, et le soleil se disperse dans nos esprits, dans les vies de beaucoup d’êtres, ce qui renaîtra comme une nouvelle lumière ou comme le vent cosmique dispersés dans l’infini. Je comprends qu’il est nécessaire d’inclure cela dans la structure de l’Univers. Par contre, le problème est que l’une de ces étoiles et l’un de ces soleils, même le plus petit, se conserve.

IOURNALISTE : Mais M. Tesla, vous rendez-vous compte que ceci est nécessaire et est inclus dans la constitution du monde ?
TESLA : Quand un homme devient conscient, son objectif le plus élevé doit être de courir vers une étoile fugace et d’essayer de l’attraper. Il devra comprendre que sa vie lui a été donnée pour cela et il sera sauvé. Un jour, il sera possible d’attraper des étoiles !

JOURNALISTE : Et qu’arrivera-t-il alors ?
TESLA : Le Créateur rira en disant : «Elles tombent uniquement pour que tu les poursuives et que tu prennes possession d’elles».

JOURNALISTE : Tout cela n’est-il pas contraire à la douleur cosmique que vous mentionnez si souvent dans vos écrits ? Et la douleur cosmique, qu’est-ce c’est ?
TESLA : Non, parce que nous sommes sur la Terre… C’est une maladie dont la plupart des gens ne sont pas conscients et qui est à l’origine de beaucoup d’autres maladies, la souffance, la misère, le mal, les guerres et tout le reste, ce qui rend la vie de l’être humain absurde et horrible. On ne peut pas guérir cette maladie complètement, mais la conscience la rend moins compliquée et dangereuse. À chaque fois que l’un de mes proches a été blessé, j’ai senti de la douleur physique. Ceci est dû au fait que nos corps sont faits de matériel similaire, et notre âme est reliée avec les filaments incassables. La tristesse incompréhensible qui nous abat parfois signifie que quelque part, de l’autre côté de la planète, un enfant ou un homme généreux est mort. Parfois, l’Univers tout entier est malade de lui-même et de nous. La disparition d’une étoile et l’apparition des comètes nous affectent plus que ce que nous pouvons nous imaginer. Les relations entre les créatures de la Terre sont encore plus fortes, à cause de nos sentiments et de nos pensées. La fleur sentira encore plus ou bien elle tombera en silence. Nous devons apprendre ces vérités pour être guéris. Le remède est dans nos cœurs et aussi dans le cœur des animaux que nous appelons Univers.

8 PHRASES CÉLÈBRES DE NIKOLA TESLA

  • Peut-être vaudrait-il mieux, dans notre monde présent, qu’une idée révolutionnaire ou une invention, au lieu d’être aidée et applaudie, soit entravée et maltraitée dans son adolescence.
  • Nos vertus et nos défauts sont inséparables, comme la force et la matière. Quand on les sépare, l’homme cesse d’exister.
  • Le développement de l’homme dépend fondamentalement de l’invention. C’est le produit le plus important de son cerveau créatif
  • La compréhension mutuelle serait beaucoup plus facile si on utilisait une langue universelle.
  • J’ai investi tout mon argent dans des expériences pour faire de nouvelles découvertes qui permettront à l’humanité de mener une vie un peu plus facile.
  • Il n’y a pas d’émotion plus intense pour un inventeur que de voir l’une de ses inventions fonctionner.
  • Le scientifique ne cherche pas un résultat immédiat. Il n’espère pas que ses idées avancées soient acceptées facilement. Son devoir est d’asseoir les bases pour que ceux qui viennent montrent le chemin.
  • Un instrument bon marché, pas plus grand qu’une montre, permettra à son propriétaire d’écouter n’importe où, sur la mer ou sur la terre, des musiques ou des chansons, ou un discours d’un dirigeant politique, donné dans n’importe quel autre endroit lointain. De la même façon, n’importe quel dessin ou impression pourra être transférée d’un endroit à un autre.
  • http://www.vopus.org/fr/gnose/articles-interessants/entrevue-a-nikola-tesla.html

Thrive le film pour nous libérer du systéme en nous faisant avaler des couleuvres sur les ovnis

humboldt-cite-noam-chomsky-in-raison-liberte--L-YfjRcO

Au sujet du documentaire Thrive, réalisé par, et c’est intéressant, James Foster Gamble, membre de la famille et de l’entreprise homonyme Procter&Gamble, 80 milliards en 2010. Une des plus grandes entreprises du monde, avec Nestlé ou Unilever.

 


Thrive signifie:
grandir vigoureusement, prospérer.

Prospérer définition:
s’enrichir, se développer, croître

Après l’avoir regardé, quelque-chose me chicanait sans savoir quoi. A part le mot « prospérer » qui ne me plaît pas, car contient « réussite », « enrichissement ». Ensuite j’ai revu un autre docu, le 3e volet de la série Zeitgeist pour observer comment son auteur approche son sujet, et là j’ai pigé.

Ce documentaire offre des observations authentiques et « alternatives » qui parlent à la curiosité et l’idéalisme pacifique de la plupart des gens tout en offrant un message consumériste sous-jacent. C’est du marketing pour vendre de l’immobilisme. Il utilise les codes actuels suggérant un éveil de la conscience qui se passe réellement en nous parlant de phénomènes passionnants, tout en véhiculant des informations contraires, le status quo du capitalisme. Une vraie hypocrisie. Ce n’est pas étonnant, quand on sait par qui est créé et financé ce projet. Une entreprise qui réalise un bénéfice annuel de 80 milliards de dollars tout en dégraissant quand cela optimise ses marges peut-elle remettre en cause le système qui lui a permis de « prospérer »?

thrive

Ci-contre: sur l’affiche du film, un œil qui voit enfin ou un œil qui vous épie?

Enoncer du vrai pour vendre du faux

Thrive montre plein de choses passionnantes mais le message, le fond,FAIT SOURNOISEMENT la promotion des ovnis et tous les phenomenes sont reliés entre eux point par point ,la belle philosophie qui en ressort ressemble a un cas typique dun gateau empoisonné ils racontent tout ce que vous voudriez entendre pour pouvoir vous installer le programme souhaité sur les ovnis qui est une fumisterie diabolique .......Rjames

Le mouvement Thrive, en français développement, épanouissement, est un autre axe des opérations de désinformation made in USA. Mais, finalement, c’est bien que ces couillonnades existent, car cela permet assez aisément de montrer comment on tente de gruger les gens… »
(jp-petit.org/Greer)

Comme par hasard, Foster vante également les mérites de l'énergie du point zéro. Il est secondé par un scientifique, Nassim Haramein.

 

Nassim_Haramein

Nassim Haramein, un des piliers du mouvement Thrive

 

Je vais peut être vous faire sourire en vous disant qu'Haramein a tenté "de me recruter" en prenant contact avec moi il y a quelques années, sous l'angle science. Il n'est effectivement pas dépourvu de connaissances en mathématiques, et en particulier en géométrie différentielle. Plutôt que de continuer à ramer avec la foule de ceux qui tentaient d'y voir clair en cosmologie, après avoir publié un article ou deux dans Physical Review, Harramein préféra mettre son glaive au service de la désinformation, de manière certainement plus lucrative que ce pourrait lui offrir une université.

En refusant, j'ai sans doute loupé une juteuse opportunité. En effet la surface de Boy et beaucoup plus sophistiquée et riche que le tore à gorge nulle, objet devant lequel James Foster Gamble était tombé en arrêt. J'ai toujours pensé, en utilisant en plus les textes Ummo, que j'aurais pu fonder une secte à côté de laquelle la scientologie aurait fait figure de jardin d'enfants.

J'avais également sous le coude des théorèmes susceptibles d'avoir un impact fort comme :

- Deux univers perpendiculaires à un même troisième sont parallèles entre eux

- Une fourchette dont les dents sont infiniment serrées s'appelle une cuillère

- Tout corps astral plongé dans un fluide astral, reçoit une poussée dirigées du bas vers le haut, égal au poids de la matière astrale déplacée.

Dans le film de Thrive vous retrouverez les mêmes thèmes, et très souvent les mêmes personnes, utilisées par Greer dans son film Sirius. Lui-même fait une brève apparition dans Thrive.

Greer c'est la désinformation dans tout ses etats .......à éviter de fait on le voit dans le projet sirius faire des veillées  et invoquer des extraterrestres pour quils apparaissent dit ils aux participants ,ce serait plus liée à de la manipulation cérébrales via des hologrammes ou stimuli par onde electromagnetiques qui permettrait de mettre en état d'hypnose les participants ébahis

 

Posté par rusty james à 13:35 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Montage vidéo inédit - L’existence de Dieu confirmée par la Science ?

mt_blanc_mario

Einstein, “L’escalier de la science est comme l’échelle de Jacob, il ne s’achève qu’aux pieds de Dieu.” Il arrive un moment ou la science n’est plus suffisante pour apporter une explication véritable à nos origines, à notre destiné et au sens de toute chose. La réponse relève donc ensuite plus du bon sens et des considérations métaphysiques que de la science. Peut-être que la vérité ne se trouve ni dans la religion ni dans la science ou dans la philosophie, mais dans les trois réunies…

Néanmoins, il demeure intéressant de constater et de souligner un fait : plus la science avance, plus les textes sacrées des temps anciens se confirment et se révèlent être exacts et en adéquation avec les récentes découvertes. Il ne s’agit pas de faire du concordisme aveugle, mais d’évaluer simplement les faits :

Songer par exemple à la découverte scientifique récente du big bang qui démontrait officiellement que l’univers avait bien un commencement. La lecture de la Genèse l’affirmait déjà il y a plus de 2000 ans. voir l’article : http://www.hebdo.ch/au_commencement_eacutetait_le_big_bang_10612_.html

Songer à la lumière primordiale que l’astrophysique contemporaine a découverte récemment, laquelle indique que l’énergie primordiale de l’univers était d’abord majoritairement sous forme de rayonnement avant que les étoiles ne soient créées. Un communiqué de presse du CRNS dit : “La naissance du cosmos se serait accompagnée de l’émission d’un intense rayonnement”.  Il y a dèjà 2000 ans, la lecture de la Genèse affirme que la lumière fût créée en premier. Voir l’article : http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosbig/decouv/xcroire/rayFoss/niv1_1.htm

Songer à la datation de l’univers et de la terre qui ont plusieurs milliards d’années alors que le texte de la Genèse affirme dans sa lecture littérale qu’elle aurait été créée en 6 jours et que notre terre serait donc jeune. La science prouve à l’aide de la relativité général d’Einstein que ce n’est pas incompatible et que les deux sont vrais, tout dépend du référentiel-Temps dans lequel on se trouve. Car le temps dépend de la matière, de sa gravité et de la vitesse. Voir l’article : http://www.lamed.fr/index.php?id=1&art=374 . Voir également l’article sur la relativité d’Einstein démontrant que l’écoulement du temps change selon la gravité : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/02/17/01011-20100217FILWWW00785-une-prediction-d-einstein-confirmee.php

Songer à la datation de notre première ancêtre commun appelé dans le monde scientifique “Eve mitochondriale”. La science a daté notre ancêtre commun à 150 000 ou 200 000 ans ? Et bien non, les scientifiques se sont aperçus que leur technique de datation basée sur la vitesse de mutation de l’ADN pouvait être 20 fois plus rapide que ce qu’il pensait, ce qui donne : 150 000 années / 20 = 7500 ans. Selon la genèse, Adam, notre ancêtre commun aurait environ 7000 ans. La genèse est une foie de plus confirmée. Voir l’article : http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=18480

Songer aux recherches en génétique menées par Cavalli-Sforza et portant sur la linguistique. Ces travaux penchent ainsi en faveur de l’hypothèse d’une langue originelle… La genèse parle elle aussi d’une langue commune avant la construction de la tour de Babel. Voir l’article : http://www.croixsens.net/creation/langage.php

Songer à ces nombreux squelettes de géants retrouvés et datant de plusieurs milliers d’années, la bible affirme que les géants ont existé…

Songer aux preuves archéologiques de la coexistence des hommes avec les dinosaures et développées par le paléontologue Hans Joachim Zilmmer dans son livre l’erreur de Darwin”. Le texte de la Genèse décrit clairement de gigantesque animaux qui vivaient à l’époque de nos ancêtres.

Songer à cette troublante découverte de l’arche de Noé et confirmant encore une fois les récits bibliques : http://www.7sur7.be/7s7/fr/1506/Sciences/article/detail/1098039/2010/04/26/L-arche-de-Noe-decouverte-en-Turquie.dhtml

Songer à cet article, cosigné par Doron Witztum, Eliyahu Rips et Yoav Rosenberg, et paru en 1994 dans la prestigieuse revue de mathématique ”Statistical science’  qui prouve qu’un code contenu dans la bible existe et qu’il ne peut pas être attribué au hasard.

Songer aux Expériences de Mort Imminentes (E.M.I) vécues par des millions de personnes et aujourd’hui étudiées pas de nombreux scientifiques à travers le monde. Les E.M.I apportant des preuves sérieuses que l’esprit n’est pas le produit du cerveau. Il y a 2000 ans, la bible disait déjà que notre corps possédait une âme et un esprit… Voir les articles suivants : http://meditation-pratique.blogspot.com/2010/07/nde-dune-aveugle-de-naissance.html ET http://www.paranormal-info.com/Preuves-medicales-des-NDE.html

Songer enfin aux innombrables prophéties annoncées il y a des milliers d’années et dont la plupart ce sont réalisées… Voir une petite partie ici : http://www.christiananswers.net/french/q-eden/edn-t003f.html

On pourrait continuer longtemps ainsi.. 

http://www.prisedeconscience.org/science/montage-video-inedit-la-theorie-de-la-creation-a-lepreuve-de-la-science-2095

Tesla a été le plus grand génie inventif du vingtième siècle

Orbs3_Tesla

Tesla est né dans la nuit du 9 au 10 juillet 1856 à minuit, de parents serbes, dans le village croate * de Smiljan, près du mont Velelit. Son père, le révérend Milutin Tesla avait quitté l’armée pour les ordres après s’être rebellé. Sa mère Duka avait un sens inné de l’invention et l’enfance de Nikola fut émaillée de mille petites astuces et travaux de cette mère qui ne savait pas lire mais qui savait par cœur des volumes entiers de poésie. Nikola héritera de cette prodigieuse mémoire car il était capable de déclamer des textes entiers de Goethe.  

 

" Le présent appartient aux sceptiques, le futur, pour lequel je travaille, est à moi."

Nikola Tesla

 



Il partit à new York en 1884, avec dit-on 4 cents en poche, la tête pleine de plans de machines tournantes et volantes et de poésie. Se battant pour ses idées, ses différences de vues avec Einstein sur l’ether furent l’objet de vifs débats entre eux.

Après avoir été boudé pendant des décennies, être passé au travers de cabales destinées à le faire tomber dans l’oubli, le génial Nikola Tesla revient en force dans la quête de l’Energie Libre, mais pas avec ce que notre époque - qui utilise pourtant une partie de ses travaux - lui doit encore.

Rappelons qu’il est l’inventeur du moteur asynchrone, qu’il a introduit l’utilisation du courant alternatif et inventé la célèbre bobine à induction qui porte son nom.

Pourquoi dit-on maintenant que Tesla est un génie ? Parce que, dans notre pays, c'est seulement de nos jours que l'on prend connaissance de ce que Tesla avait imaginé, mieux, fabriqué de ses propres mains. Ses inventions censurées permettent de dire aujourd’hui que l’on est passé à côté d’une autre forme de civilisation.

L’idée maîtresse de Tesla était que la Terre, avec son atmosphère formait un immense condensateur dans lequel il suffisait de puiser. Pour bien le prouver, Tesla alluma 200 lampes (10.000 watts en tout) à 40 km de distance de la source d'électricité, sans fils de connexion.

La Terre et l’atmosphère formant un système résonant, l’astuce était d’en " ouvrir le robinet " en créant un système oscillatoire harmonique sur les mêmes fréquences. A cette époque des débuts de la radio, quand les chercheurs étaient moins spécialisés et travaillaient avec tout ce qui leur paraissait relié à leur passion, il était probablement plus facile pour Tesla de comprendre ces principes.

Il travailla d’ailleurs sur les hautes fréquences, fabriqua des télécommandes sans fil, expliqua comment pouvait fonctionner ce qui deviendra ensuite le microscope électronique et découvrit le principe des radar etc.

Il a laissé 135.000 pages de documents qui sont loin d’être toutes exploitées. La légende s’empare de lui car son approche du futur paraît être la bonne.

Les intérêts de quelques puissants ont détourné l’attention du public de cet homme pacifique et sage. Pourtant, le 27/01/1978, paraissait un rapport de recherche intitulé '' les applications de Tesla dans le monde d'aujourd'hui '' à Stock Exchanges Midwest, Montreal et Philadelphie ".
Ce rapport précise d'emblée qu'il '' ne peut y avoir aucun paramètre dans la recherche d'investissement parce qu'une société humaine engendre constamment le changement. La poursuite de la recherche d'investissement consiste à essayer d'identifier le changement avant que son large impact ne soit compris. Ceci est un rapport inhabituel au sujet tellement étranger à la plupart des actionnaires banquiers et analystes '' …mais dont les '' implications seront si grandes sur le travail qu'ils essaient de faire et les responsabilités qu'ils ont ".

Ce rapport était destiné à faire connaître Nikola Tesla et faire comprendre aux Américains concernés " ce que l'Union Soviétique était en train de faire dans le domaine des hautes énergies, des basses fréquences, des ondes électromagnétiques de longue durée, et l'impact qu'elles paraissent avoir sur les conditions météorologiques et finalement les applications de cette technologie par les militaires ".



On peut affirmer que Tesla a été le plus grand génie inventif du vingtième siècle, peut- être le plus grand depuis Léonard de Vinci. Tesla était un personnage remarquable même s’il restait énigmatique aux yeux de tous. Il était connu pour son mode de vie excentrique, mais il a conservé malgré tout un profil social élevé. Tesla avait de nombreux amis, dont Samuel Clemmons, alias Mark Twain.

Comme Margaret Cheney l’écrit, Tesla (comme Einstein) était un "outsider" à vaste champ d’étude. Où d’aucuns s’arrêtaient net, avertis de ce qui ne pouvait pas être fait, lui, continuait. Il disait avoir lui-même " le courage de l’ignorance ".

Les corporatismes scientifiques modernes n’ont aucune tendance à encourager la survie de tels mutants. Il est tout à fait probable que, de nos jours, ni lui ni Edison n’auraient pu prospérer.

Quand on insiste auprès de nos " bons ingénieurs " (qui par le fait lui doivent leur moyens d’existence), ceux-ci vous diront que Tesla a inventé le courant alternatif et la " bobine Tesla " dont ils se servent quotidiennement, mais ils ne pourront probablement rien vous dire sur ses autres brevets (700) pas plus que sur sa capacité à tirer de l’électricité de l’atmosphère, ou ses conclusions disant que la Terre elle-même était un condensateur, ou ses expériences de transmission d’électricité autour du globe, virtuellement dans n’importe quel endroit de la planète.

Quelques traits de caractères et événements curieux de la vie de Tesla

Tesla a été très marqué par le décès accidentel de son frère Daniel âgé de douze ans, enfant surdoué admiré par Nikola. On sait peu de choses à ce sujet. Cet accident est peut-être en relation avec le cheval - très intelligent - qui avait un jour sauvé la vie au père de Tesla. Ses parents ont été très affectés de cette disparition, et tout ce que Nikola faisait et qui aurait pu lui valoir des compliments était évalué en fonction de ce que son frère Daniel était capable de faire. Le développement de Tesla dans l’enfance semble avoir subi un certain retard. Il fut souvent malade et par trois fois laissé pour mort. Il était obsédé par des pensées de souffrance, de mort. Il avait peur des ogres, des fantômes, du diable…Cependant, il adorait lire, cachant même sa bougie pour lire jusqu’à l’aube.

Sa famille le destinait à une carrière ecclésiastique, ce qui l’a fait souffrir longtemps avant de pouvoir arracher à son père, lors d’une grave maladie, l’autorisation de devenir ingénieur.

Le déménagement de sa famille fut également une épreuve car il aimait la campagne, et son amour des pigeons a certainement pour origine les merveilleux souvenirs de ses jeunes années.

Il avait des phobies, il détestait les boucles d’oreille, le camphre, le contact avec les cheveux. Il lui arrivait d’avoir un goût épouvantable dans la bouche en laissant tomber des carrés de papier dans une assiette d’eau. Il exigeait une douzaine de serviettes à chaque repas avec lesquelles il astiquait soigneusement ses couverts en argent. Il aimait tout ce qui était divisible par trois, calculait le volume de ses aliments, de ses boissons.

Grâce à sa vision précoce d’images (perturbatrices au début), Tesla échappa plusieurs fois à la mort : lors de la baignade où, prisonnier sous une structure en bois, il ne pouvait plus remonter respirer à la surface, ou lorsqu’il est resté agrippé à la maçonnerie du barrage dont l’eau avait monté…

L’entraînement intellectuel qu’il avait reçu dans sa famille, et l’introspection qu’il avait eu à pratiquer depuis tout jeune, alliés à la maîtrise des images mentales lui firent acquérir de grandes possibilités. Il se forgea une volonté de fer, capable de se défaire de toutes ses passions, la cigarette, le café, et surtout le jeu.

La censure au sujet de Tesla

 


A l’âge de 86 ans, Tesla ruiné, est décédé d’une thrombose coronaire dans sa chambre au New York Hôtel dans la 43 ème rue le 7 janvier 1943. Le médecin nota qu’il ne voyait pas de circonstances suspectes.

Quelques jours plus tard, le FBI s’est intéressé à ses papiers dont certains traitaient de nouvelles torpilles, de " rayons de la mort " et de bien d’autres inventions.

Tesla était convaincu du fait que l’Energie Libre existait. Son histoire est bien connue d’un petit groupe de chercheurs et scientifiques dont des russes particulièrement qui consultent les notes et papiers de Tesla au musée de Belgrade. (Voir Michrowski)

On sait bien comment il a déchiré son contrat avec Westinghouse afin de poursuivre son électrification de l’Amérique en courant alternatif, comment on lui a coupé l’herbe sous le pied par l’intermédiaire de J.P. Morgan quand ses expériences de Colorado Springs semblaient montrer que la transmission sans fil était faisable, comment sa tour de Wardenclyffe * à Long Island (une combinaison de station émettrice de radio et d’électricité) a été détruite quand il semblait que son nouveau système dont la théorie et les expérimentations étaient correctes, était proche de supplanter son ancien système à courant alternatif et que chacun pourrait disposer d’une électricité gratuite… mais c'était sans compter que les financiers ne voulaient ni la paix, ni la prospérité pour tout le monde.

En application de la loi FOIA, et après les avoir réclamées pendant 2 ans au FBI, W. Kosanovic, neveu de Tesla a récupéré en 1952 la plupart des archives de son oncle. Quelques dossiers déclassifiés, soit 256 pages (dont beaucoup ne sont ni publiées ni accessibles) contenant quelques informations intéressantes, et des pages sur des événements bizarres. (Voir Lazare Alavanja arrière petit neveu de Tesla dans notre prochain dossier)

Une campagne pour redonner à Tesla , Père oublié de la technologie, la place qu’il mérite

Les livres d’histoire aussi n’ont pas été aimables avec Tesla. Aux USA, des gens font encore référence aux services d’électricité en tant que Société Edison, bien qu’ils utilisent le système à courant alternatif Tesla Westinghouse et pas du tout le courant continu d’Edison.

A la centrale électrique des chutes du Niagara, la petite statue de Tesla n’est même pas éclairée la nuit, délibérément. En 1982, G.D.R., une chaîne de télé allemande passa un film yougoslave sur Tesla produit en 1981 par Kristo Papic de Zagreb. Dans ce film qui a manqué de moyens dans l’assistance technique et scientifique, c’est pourtant Orson Welles qui tenait le rôle de John Pierpont Morgan.

Les étudiants de Robert Wagner de Dexter, Michigan ont mené une campagne destinée à faire entrer Tesla au musée Smithsonian, trouvant très injuste que le musée montre bien son générateur polyphasé, mais dans l’exposition réservée à Edison.

Le buste de l’inventeur offert par les étudiants a été refusé par le conservateur du musée. Le groupe rock "Tesla " s’est allié aux étudiants, une collecte a permis de réaliser le buste en bronze, toujours refusé (en 1996) par le musée qui dit ne pas en avoir l’utilisation.

Le livret traitant des débuts de l’électricité édité par le musée en 1979 ne mentionne même pas Tesla. Pas plus que les manuels ne parlent de la décision prise par la Cour Suprême de Justice des USA en faveur de Tesla (alors décédé) face à Guglielmo Marconi qui avait utilisé 17 brevets de Tesla pour son célèbre signal radio traversant l’Atlantique.

Couverture-Orbs3Format 17 cm x 20 cm MAGAZINE ORBS
192 pages, images et illustrations couleur
Couverture : Carte graphique, vernis sélectif
Papier intérieur : Munken pur 120 gr

Eau, vaccins, chemtrails Ils effacent votre mémoire !

mind-control2_banner-640x267

Sophie Le Gall, la réalisatrice, a parcouru la France pour recueillir les preuves de la contamination de l’eau et interpeller les autorités...
C’est un danger invisible qui menace les foyers, une menace pour la santé des Français, des plus jeunes aux plus âgés. Les citoyens l’ignorent, l’eau potable qui coule de leurs robinets est souvent co...

Posté par rusty james à 15:11 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

John Dee à été inpiré par les démons de la goetie pour créer le NWO

 

4b76bb55

elizabeth_first_sir_john_deeJohn Dee vit le jour pour la première fois le 13 juillet 1527 dans une demeure de Mortlake, bercé par le bruit de la rivière toute proche. On s’aperçut très vite, de la nature surdouée de cet enfant. il se mit à étudier les livres de magie noirs volés par les templiers au temple de Salomon
la goétie est le livre de magie le plus terrible qui soit qui fait appel aux invocations de démons 72 est leur nombre ,pour obtenir le pouvoir aux quatre coins du monde John dee devint dés lors le magicien de la reine Élisabeth 1er et lors d'invocation les démons lui révélèrent le plan qui amènerait le monde sous la domination de l'empire britannique en vue de créer un nouvel ordre mondial dénué de spiritualité et contrôler par les forces noirs qui égarerez  les gens jusqu'à l'arrivé de leur maitre sur terre.non vous ne rêvez pas mais le nouvel ordre mondial est un plan démoniaque inspiré par des démons au plus grand sorcier anglais John DEE.Il est très facile de voir que une fois que les 48 esprits de la terre furent  invoqués l''Angleterre domina le monde aux quatre coins du monde .et le nom qui fut donné fut l'empire britannique.cette magie qui remonte à Babylone.est exposé  avec les ustensiles de john Dee au British Muséum une boule de cristal un miroir noir égyptien et j'en passe ce n'est pas une légende John Dee inspira les rosicruciens et tous les mages du monde entier.

le documentaire ci dessus vous permettra de saisir l'importance de ce personnage dans l'histoire du monde..pensez vous que le pouvoir aujourd'hui s'obtient t il que par le talent ? non, le talent sert a vous endormir un bon orateur sera plus facilement cru , derrière toute cette mascarade il y'a une minorité d'homme qui connaissent l'origine du plan et qui tire réellement les ficelles en coulisse c'est le diable lui même qui les conseils pour la réalisation de son plan connu évidemment par Dieu avant même son élaboration pour comprendre ,il suffit d'imaginer le mal dans un programme ,ce système qui ressemblerait  par exemple à vista  de  microsof aurait son équivalent plus complexe chez Dieu la vie ou la création toute entière ,le diable n'est pas égal à Dieu il est juste un programme installé dans le système , un Malware qui s'est retourné contre le système d'exploitation originel ,et est devenu ,une sorte de virus ,le virus a pour but de causer la chute du système et de le détourner de sa mission première mais a tout moment il peut être effacé a jamais avec tout ce qui s'y trouve par la puissance  de son concepteur ne donnez pas trop d'importance au mal , il n'est présent que lorsque notre mode de fonctionnement n'est pas propre et que nous sommes guidé s par nos pulsions plutôt que par notre coeur pure et sincère ,tourné vers le bien et non les biens matériels qui l'obscurcisse chaque jour un peu plus.

Les ténèbres de nos vies ne sont que l'abscence de lumière dans  nos coeurs. RJames


john dee nwo et esprits  La Goétie.
envoyé par kodemon2. - Rencontrez plus de personnalités du web.

Posté par rusty james à 00:50 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

Le magnifique documentaire de la BBC "Science et islam" enfin en Français (vidéo)

ob_564e1670f142c492e06227005fa31347_science-et-islam-1-jpg

Publié par ALERTE TV FRANCE WEB TV

Réalisé en trois parties (Le langage de la science / l'empire de la raison / et le pouvoir du doute), le magnifique documentaire de la BBC "Science et islam" est désormais disponible en Français. Passionnant du début à la fin.