3 verres de lait par jour... La recette pour une mort précoce?

milk_cans_in_mountain_panoramapar

Une nouvelle étude, menée par une équipe de chercheurs de l’Université d’Uppsala, en Suède, conclut que consommer de grandes quantités de lait présente plus de risques pour la santé qu’on ne le pensait jusqu’alors.

L’équipe de scientifiques a suivi un groupe comprenant plus de 100 000 Suédois pendant une vingtaine d’années. Des données provenant de la FAO, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, ont montré qu’en 2007, la Suède était le pays du monde où l’on consommait le plus de lait par tête dans le monde.

Jusqu’à présent, le corps médical recommandait de consommer une grande quantité de produits laitiers pour réduire le risque de fractures, en raison du calcium qu’ils contiennent. Cela est particulièrement vrai pour les femmes, qui sont plus sujettes à l’ostéoporose.

Or, non seulement l’étude n’a pas mis en évidence de réduction du risque de fracture chez les femmes avec une consommation plus élevée de lait, mais de plus, elle a montré qu’au-delà de 3 verres de lait, les femmes encourraient un risque de fracture plus grand que lorsqu’elles se contentaient d’un seul verre. Pour chaque verre de lait additionnel que les femmes consommaient, leur taux de mortalité augmentait de 15%. Pour les hommes, l’augmentation correspondante était de 3%.

« Les femmes mouraient plus tôt et avaient plus souvent des fractures lorsqu’elles buvaient de grandes quantités de lait. Les hommes avaient aussi des taux de mortalité plus élevés, mais nous n’avons pas constaté une augmentation des fractures osseuses chez eux », a expliqué le Professeur Karl Michaëlsson.

Les chercheurs soulignent que leurs travaux ne permettent pas de tirer des conclusions définitives, et que des études complémentaires seront nécessaires avant de formuler toute recommandation de modification de l’alimentation quotidienne. Ils soupçonnent que ce sont les niveaux élevés de galactose et de lactose qui sont responsables de la nocivité relative du lait.

Ces deux constituants du lait, qui sont en fait des sucres, peuvent en effet augmenter le stress oxydatif et l’inflammation chronique, qui sont tous deux des facteurs de maladies mortelles.

En revanche, la consommation de produits laitiers fermentés, comme le yaourt, était associée à des taux de mortalité et de fractures moins élevés, notamment pour les femmes.


Des activateurs de croissance utilisés dans les élevages,dans les yaourts de vos enfants

probiotique

SUPER IMPORTANT ­ A DIFFUSER LARGEMENT

 

Pour votre info.

 QUI MANGE DES YAOURTS, QUI EN DONNE A SES ENFANTS?  - 

* YAOURTS ACTIVIA ET ACTIMEL*
 
DANONE OBLIGÉ DE RETIRER SA PUBLICITÉ  MENSONGÈRE APRÈS 15 ANS DE MATRAQUAGE ET  DE DÉGÂTS

 

Le «pavé dans le pot de yaourt» qu¹a lancé  Didier Raoult, chercheur français dans la prestigieuse revue scientifique «Nature» de septembre 2009 a fini par être payant.


Pour le patron du labo de virologie de la Timone à Marseille, les yaourts et autres boissons lactées farcis aux probiotiques  que l¹on nous fait avaler depuis près de 20 ans auraient une    grosse part de responsabilité dans l¹épidémie d¹obésité qui  frappe les enfants. Les probiotiques que Danone ajoute à tout va dans divers yaourts sont selon les allégations de la marque assénées à la télévision, censées « booster » les défenses immunitaires.
 
On en trouve plus de 1 milliard par pot d¹Activia ou d¹Actimel.


Le hic est que ces bonnes bactéries «actives et vivantes»,  (dixit: Danone), sont les mêmes que celles utilisées depuis   longtemps dans les élevages industriels comme activateurs  de  croissance pour faire grossir plus rapidement cochons et  poulets. Un porc ainsi gavé de probiotiques, c¹est plus de 10 % de gagné sur la balance.  Danone pousse donc à «élever» nos enfants comme des cochons ou des poulets. En fait, en début d¹année, des chercheurs ont eu l¹idée decomparer la flore intestinale des obèses et des non obèses. Et là, surprise, les premiers étaient bourrés de probiotiques - ceux qu¹on trouve justement dans les yaourts «santé plus». Didier Raoult commente: «On a autorisé pour l¹alimentation humaine des activateurs de croissance utilisés dans les élevages, sans chercher à savoir quel serait l¹effet sur les enfants».
 
Du coup, celui-ci a réclamé des études pour connaître le rôle précis de TOUS les produits lactés dans l¹épidémie d¹obésité infantile. En outre, il n y a pas que les enfants qui sont victimes de cette supercherie; j¹ai rencontré de nombreuses femmes potelées bien que sous alimentées, et qui cherchaient désespérément à maigrir en se limitant à quelques yaourts par jour plus quelques babioles. Et désespérante désillusion, elles continuaient à grossir, étaient de plus en plus fatiguées et fragiles, surtout en hiver où il est indispensable de se YANGUISER, alors que les yaourts sont hyper YIN.
 
D¹où l¹article «Aigle moqueur» que j¹avais passé dans «Pratique de Santé» sous le titre «DEVENEZ XXL AVEC DES YAOURTS»  Finalement, les semeurs d¹alerte indépendants ont fini par émouvoir les services officiels avant que le scandale n¹éclate trop au grand jour. C¹est ainsi qu¹ils viennent de mettre la pression sur le groupe Danone, l¹obligeant, selon les termes délicats des grands journaux «à revoir sa copie» (Un monstre comme Danone, çà se ménage).


Il faut tout de même réaliser que cela pourrait être un coup dur pour le lobby puisque les groupes Actimel Europe et Activia Europe pèsent ensemble > 1,5 milliards d¹Euros sur un chiffre total Danone de 15 milliards, soit 10 %.  Mais je ne me fais guère de soucis pour cette entreprise de tricheurs, car entre ses discrètes et adroites manoeuvres de retrait publicitaires et les addictions de beaucoup de consommateurs automatisés, il n¹y a pas vraiment le «feu au lac», en attendant qu¹on nous invente une autre «salade à la mode».

 

 

*Marie-Ange ZWICKERT*
Secrétariat Maintenance /Belle-Idée - Hôpital de Bellerive/
Département d'Exploitation HUG
Tel 022.305.42.19
Fax 022.305.42.15
marie-ange.zwickert@hcuge.ch