Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
rusty james news
rusty james news
  • Le terme « complotiste » a été initié par la CIA pour décrédibiliser, dès 1967, toute personne réfutant les conclusions de la commission Warren, sur l'assassinat du Président Kennedy. developpe avec des documents de preuve
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog

 

90243223_3015402811831487_8561877086778687488_o (1)

3323033

coronavirus-patentes

images (19)

219-2199429_love-heart-beautiful-wallpapers-happy-valentines-day-nature

1025600_652515874786871_1894874949_o


nVskOPKB

téléchargement (100)

universal-biometric-identity-1024x576

91848411

téléchargement (11)

tree_horizon_sunset_128367_5000x2830

f04543b60ef77267e2b31c5f3920fbb0

photo-1542805700-2fadb851b97a

qxJUj0O

 

pIHMc8u

7kKizZj

ZcuYl3V


sea-beach-sunset-boats-red-sky-1080P-wallpaper-middle-size

night-sky-background-7047

sky-wallpaper-38

18557077_1435376306500820_5842715664996553589_n

 

 

798041343248-national-geographic-wallpaper-zealand-photo-waikawau-desktop-bigest-images

Firefox_Screenshot_2017-02-18T13-56-14

16195622_1077703329024709_5740688279216232976_n

sf

 

Pyramides-Gizeh

atlantide-compressor

Ancien-arbre-1

Ancien-arbre-2 - Copie

Ancien-arbre-3 - Copie

h21

h25

h25

h26

h27

SDSDS

SZSDFZFS

ZDZD

931270ecd7_50010171_bohr-heisenberg-aip-niels-bohr-library

don

 

1a686c3b37ddba12f5e282679288047b

62e74d09a526f5250c3c16f5bbb7d342

3a2057e1930aac61c9451db179973253

5aa85f74b15975d75e8a6d4e547b40b0

5c3e0b7842f37a0d63504d0a032ca422

5f6fce1a34d9027bdedb78ef0658a5af

9dbf5fc4a80275b619f44e3e7a8314d2

a37cf9c85664975cf3660c8f21f70899

a96a954487d536bd6f75942a6d02f5b9

a977356a4e04ae0cdaf4c67ca90d1939

ad9ee9f2e4a1d0e83945b78313c60f27

b7e27913185d0679a669ce0f634d95f0

Archives
23 mars 2014

La peine de prison du futur pourra-t-elle durer mille ans en connectant des cerveaux humains à des ordinateurs

prison_8_0

Et si une condamnation à perpétuité se mettait à durer bien plus qu’une vie? La biotechnologie, rapporte le Telegraph, pourrait être utilisée pour piéger les prisonniers et leur faire croire, ressentir, que leur emprisonnement dure 1.000 ans. C’est ce qu’assure un groupe de scientifiques britanniques qui planche sur le sujet.

La philosophe Rebecca Roache, en charge d’une équipe de chercheurs de l'université d'Oxford travaillant sur la façon dont les futures technologies pourraient transformer les punitions, explique qu’ainsi les condamnations des prisonniers pourraient leur paraître bien plus lourdes sans que l’on ait besoin de recourir à la peine de mort pour autant. Et cela permettrait selon elle de prononcer des peines plus adaptées à certains crimes odieux.

publicité

Dans un article publié en 2013 sur son blog Practical Ethics, elle expliquait avoir beaucoup pensé, en démarrant sa réflexion, au cas de Daniel Pelka:

«Daniel avait 4 ans quand il est mort en mars [2012]. Dans les derniers mois de sa courte vie, il fut battu, affamé, maintenu sous l’eau jusqu’à perdre conscience juste pour que sa mère puisse avoir un peu de "tranquillité"; tout traitement médical lui fut refusé, enfermé dans une petite pièce ne contenant qu’un matelas sur lequel il était censé à la fois dormir et déféquer, humilié et privé d’affection, et soumis aux abus les plus absurdement créatifs, comme être forcé à manger du sel quand il demandait un verre d’eau

Les parents purgent aujourd’hui une peine à perpétuité pour ce meurtre, ce qui ne paraît pas suffisant à la philosophe.

Dans une interview publiée le 13 mars 2014 sur le site Aeon, Rebecca Roache explique que plusieurs psychotropes peuvent transformer le sens du temps que les individus peuvent avoir. «On pourrait donc imaginer de développer une pilule, ou un liquide, qui donnerait l’impression à des individus de purger une peine de 1.000 ans».

Sur son blog, elle explique aussi que l’état de la recherche permet de penser que l’on pourrait bientôt connecter des cerveaux humains à des ordinateurs pour accélérer le rythme auquel le cerveau fonctionne:

«Faire en sorte que le cerveau d’un criminel aille un million de fois plus vite que normalement permettrait au criminel de purger mille ans de peine en huit heures et demi. Evidemment, cela serait beaucoup moins cher pour le contribuable que d’allonger la vie des détenus [ce que la science permet aussi selon elle d’envisager] pour leur faire purger mille ans en temps réel.»

Dans l’interview accordée à Aeon, la chercheuse concède:

«Bien sûr, il y a une perception commune qui suggère que jouer avec le cerveau d’une personne est invasif à un degré inacceptable. Mais il est envisageable de ne pas avoir à interférer avec le cerveau directement.»

Avec la lumière par exemple. La distorsion du temps, rappelle Roache, est déjà utilisée lors d’interrogatoires, via des expositions constantes à la lumière, ou au contraire fluctuantes, c'est à dire ne correspondant pas à l’alternance naturelle du jour et de la nuit.

Mais l’administration de psychotropes ou l’hyperstimulation sensorielle (comme l’exposition à des lumières constantes de jour comme de nuit) sont considérés comme de la torture. Allonger la vie d’un détenus pour lui faire vivre mille ans de prison ou lui faire éprouver mille ans de prison via de nouvelles technologies semble devoir se ranger dans cette même catégorie. Une conception peu enthousiasmante de la peine du futur.

http://www.slate.fr/life/84647/peines-prison-futur

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité