Résumé : Il sera démontré que les ondes scalaires, qui restent normalement inaperçues, sont très intéressantes en termes de leur utilisation pratique pour les  technologies de l'information et de l'énergie en raison de leurs caractéristiques particulières. Les mathématiques et les dérivations physiques sont démontrées par des expériences pratiques.
La démonstration prouve les informations suivantes: (1) la transmission sans fil d'énergie électrique,(2) la réaction du récepteur vers l'émetteur (3), l'énergie libre d'une sur-unité avec une effectivité de l'ordre de 10, (4) la transmission d'ondes scalaires avec 1,5 fois la vitesse de la lumière, et (5) l'inefficacité de l'utilisation d'une cage de Faraday comme écran contre les ondes scalaires.

Les rayonnements scalaires de Tesla

Voici la description de cinq expériences scientifiques extraordinaires, qui sont incompatibles avec la physique classique. Après mon bref exposé, je vais vous démontrer la transmission d’ondes électriques longitudinales.

Il s'agit d'une expérience historique, car il y a 100 ans, le célèbre physicien expérimental Nikola Tesla a mesuré les mêmes propriétés de ces ondes que moi.

Il est l’auteur d'un brevet concernant la transmission d'énergie sans fil (Tesla, 1900). Puisqu'il avait mesuré beaucoup plus d'énergie au récepteur que ce qui est émis par l'émetteur, il avait nommé son invention «émetteur amplificateur».

A partir des effets sur l'émetteur mesurés, Tesla a calculé la résonance de la terre qui se situe, en fonction de son évaluation à, 12Hz. La résonance de Schumann d'une onde, qui va de pair avec la vitesse de lumière, se situe à 7,8 Hz, toutefois, Tesla arrive à la conclusion que son onde se déplace à 1,5 fois la vitesse de la lumière (Tesla, 1905).

En tant que fondateur de la diathermie, Tesla avait déjà mis en évidence l'efficacité biologique et l'utilisation possible en médecine de ces ondes. La diathermie d'aujourd'hui n’a rien à voir avec le rayonnement Tesla, elle utilise le mauvais type d’ondes, et par conséquent, n'a guère d’intérêt médical.

La découverte du rayonnement Tesla a disparue des manuels scolaires. Il y a deux raisons pour cela:

1. Aucune école n'a pu reconstruire un «émetteur amplificateur». 
La technologie demande simplement trop de moyens et coûte trop cher. Du coup, les résultats n'ont pas été reproduits, condition impérative à la reconnaissance du rayonnement Tesla.

J’ai résolu ce problème par l’utilisation de composants électroniques modernes pour remplacer le rupteur et par l’utilisation de tensions de 2 à 4 Volts plutôt que des tensions élevées. Je propose l'expérience sous forme de kit expérimental avec lequel la démonstration peut être reproduite aussi souvent que souhaitée. Ce kit expérimental tient dans une mallette et a été vendu 50 fois dans les 4 dernières semaines. Certaines universités peuvent déjà confirmer les effets. L'efficacité énergétique se situe entre 500 et 1000%.

2. L'autre raison pour laquelle cette importante découverte est tombée dans l'oubli se trouve dans l'absence d'une description de champ approprié. Les équations de Maxwell ne décrivent que des ondes transversales, pour lesquelles les vecteurs de champ oscillent perpendiculairement à la direction de propagation.

501329OndesscalairesthorieetexpriencesKonstantinMeyl01

 


Figure 1. La partie vectorielle de l'équation des ondes (dérivée des équations de Maxwell).

Equations d'onde

Selon les travaux de Laplace, bien connus dans le domaine de l'analyse vectorielle, une onde peut être exprimée en deux parties: une partie vectorielle, qui résulte des équations de Maxwell, et une partie scalaire, selon laquelle la divergence d'un champ vectoriel est un scalaire. Nous voulons répondre à la question suivante: «Quelles sont les propriétés des ondes scalaires décrites par cette partie?»

Si nous obtenons le vecteur de champ à partir d'un potentiel scalaire φ, alors, cette approche nous conduit immédiatement à l'équation d'onde hétérogène, qui est appelé onde de plasma.
Les solutions sont connues, comme pour les ondes de plasma d'électrons, qui sont des oscillations longitudinales de la densité électronique (ondes de Langmuir).

959317OndesscalairesthorieetexpriencesKonstantinMeyl02
Figure 2. La partie scalaire des équations d'ondes décrivant les ondes électriques longitudinales (dérivées des ondes plasmiques)

Le modèle du vortex

L'expérience de Tesla et ma reconstruction historique, montrent cependant d’autres solutions.
De telles ondes longitudinales existent même sans la présence de plasma et se propagent dans l’air et même dans le vide. Du coup, la question suivante se pose: «Quel ce que l'écart E décrit dans ce cas?». Comment se transmet l'impulsion, de sorte qu'une onde stationnaire longitudinale puisse se former? Qu’est ce qui produit une onde de choc, s'il n'y a pas de particules qui puissent se pousser les unes les autres ?

J'ai répondu à cette question en étendant la théorie des champs de Maxwell aux vortex du champ électrique. Ces tourbillons de potentiel électrique sont capables de former des structures, et se propagent dans l'espace en raison de leur nature particulière d’ondes de choc longitudinales. Le concept de ce modèle est basé sur le modèle de vortex annulaire de Hermann von Helmholtz, rendu populaire par Lord Kelvin. Dans mes livres, (Meyl, 1996, 1998, 1999, 2002), je décris les dérivations mathématiques et physiques.

En dépit de l'ensemble des difficultés théoriques de ce champ, tout physicien cherchera initialement une explication conventionnelle. Il tentera les approches suivantes:

863132OndesscalairesthorieetexpriencesKonstantinMeyl03


Figure 3. Interprétation en tant que système résonant ouvert

Interprétation en tant que système résonant

Tesla a présenté son expérience à, entre autres, Lord Kelvin, il y de cela 100 ans, Tesla avait parlé d'une transmission par vortex. De l'avis de Kelvin, cependant, la transmission par vortex ne se fait pas de manière ondulatoire, mais plutôt par rayonnement. Kelvin avait clairement reconnu que toute interprétation électromagnétique du phénomène devait échouer, ne serait-ce que parce que le parcours des lignes de champ est différent.

Imaginons un circuit résonnant, composé d'un condensateur et d’une inductance  Si les deux électrodes du condensateur sont séparées, il s’étire alors entre elles un champ électrique. Les lignes de champ partent d’une sphère à l'émetteur, et pour se concentrer à nouveau au niveau du récepteur. De cette manière, une grande efficacité et un couplage serré peuvent être attendus. De cette manière, certains des effets remarqués, mais pas tous, peuvent être expliqués.

L'inductance est alors subdivisée en deux transformateurs, qui sont construits de manière identique. Si une tension sinu oïdale est amplifiée par l’émetteur, elle sera alors réduite au niveau du récepteur. La tension de sortie devrait alors être inférieure ou au plus égale à la tension d'entrée, mais elle est sensiblement plus grande!

Un schéma de câblage alternatif peut être établi et calculé, mais n’expliquera en aucun cas le fait que le résultat mesurable que des diodes électroluminescentes s’allument vivement au niveau du récepteur (U> 2 volts), alors qu’en même temps, des diodes électro luminescentes semblables à l’émetteur ne s’allument pas.

Si la loi de conservation de l'énergie ne peut être transgressée, alors il ne reste qu’une seule interprétation possible: le condensateur ouvert tire de l'énergie de son environnement. Si on ne tient pas compte de cet apport, l'erreur de calcul par le modèle classique est de l’ordre de 90%. Dans ce cas, il vaut mieux faire abstraction du calcul.

Le calcul correct portera sur les champs oscillants, parce que les électrodes sphériques changent de polarité à une fréquence de l'ordre de 7 MHz, et sont en résonance. La condition de résonance se lit comme suit: de fréquence identique et de phase opposée. L'émetteur module évidemment un champ dans son environnement, tandis que le récepteur collecte tout ce qui répond à la condition de résonance.

Aussi, dans la question ouverte au sujet de la vitesse de transmission du signal, l'interprétation par circuit résonnant échoue. Mais le technicien RF a encore une autre explication toute prête,expliquée ci-dessous.

Interprétation par les champs proches

Des effets sont mesurés, dans le champ proche d'une antenne, qui d'une part sont inexplicables, car ils échappent à la théorie du champ normalement utilisés,  et qui, d’autre part, peuvent être expliquées par les effets des ondes scalaires que j'ai démontré.

Tout le monde connaît une application pratique (par exemple, à l'entrée des magasins, où le client doit passer entre deux des détecteurs d'ondes scalaires).

Dans mon expérience, l'émetteur est situé dans la cette mystérieuse zone proche. Aussi, Tesla travaillait toujours dans cette zone proche. Mais celui qui en demande la raison découvrira que l'effet de champ proche n'est autre que la partie scalaire de l'équation des ondes. Mon explication est la suivante: les porteurs de charge qui oscillent avec une fréquence élevée dans l’antenne forment des ondes stationnaires longitudinales. En conséquence, les champs dans la zone proche d'un dipôle Hertzien sont aussi des champs d’ondes scalaires longitudinales.

Comme c'est le cas pour les porteurs de charge dans la tige de l'antenne, l'angle de phase entre courant et tension est à 90 ° et est présent dans le champ proche, cela revient à dire que le champ électrique et le champ magnétique sont déphasés de 90 degrés. Dans le champ lointain, cependant, l'angle de phase est de zéro degré. Mon interprétation est que le vortex se brise, il se désintègre, et des ondes radio transversales sont alors formées.

Interprétation par les vortex

La décroissance des vortex, cependant, dépend de la vitesse de propagation. Calculé à la vitesse de la lumière, les vortex sont déjà dégradés en moins de la moitié d’une longueur d'onde. Plus grande de la vitesse, plus grande est la stabilité, pour être entièrement stable à 1,6 fois la vitesse de la lumière. Ces vortex très rapides contractent les dimensions. Ils peuvent maintenant tunneler.

 Par conséquent, une accélération à une vitesse supérieure à la vitesse de la lumière au se produit pour créer cet effet de tunnel. Par conséquent, aucune cage de Faraday n’est en mesure de bloquer ces tourbillons.

Étant donné que ces vortex de champ de particules sont en oscillation permanente à haute fréquence, changeant leur polarité du positif au négatif et vice-versa, ils n'ont aucune charge, en moyenne, dans le temps. En conséquence, ils sont capables de pénétrer dans les solides pratiquement sans entrave. Les particules ayant cette propriété sont appelés neutrinos en physique.
 Le champ d'énergie qui est recueilli dans mon expérience, et qui possède cette
propriété, provient du rayonnement de neutrino qui nous entoure. Parce que la source de ce rayonnement, qu’elle soit d'origine naturelle ou artificielle, est loin de mon récepteur, toute tentative d’interprétation par le champ proche ne convient pas. Après tout, ne l'émetteur installé dans la zone de champ proche ne devrait-il pas fournir moins de 10% de la puissance effectivement reçue? Donc, les 90% qui nous concernent ici ne peuvent pas provenir de la one de champ proche!

Expérience

Au niveau du générateur de fonctions j’ajuste la fréquence et l'amplitude du signal sinusoïdal avec lequel l'émetteur est alimenté. J’ajuste le régulateur de fréquence, jusqu'à ce que les diodes électroluminescentes du récepteur s’allument brillamment, alors que celles de l’émetteur s’éteignent. À ce stade, il y a transmission d'énergie. Si l'amplitude du signal est réduite jusqu'à ce qu'on soit assuré qu'aucune énergie excédentaire n’est émise, un gain d'énergie est remarqué, il y a donc par amplification de l'énergie. Si je débranche la prise de terre du récepteur, les LEDs de l’émetteur s’allument. La réception de l’énergie est donc ressentie au niveau de l’émetteur.

436835OndesscalairesthorieetexpriencesKonstantinMeyl04


Figure 4. Propagation du champ électrique émis par le dipôle

L'auto-résonance des bobines de Tesla est, selon le compteur de fréquence, de 7MHz.

Maintenant, si je descends la fréquence jusqu’à environ 4,7MHz, les LED du récepteur s'allument à nouveau, mais de façon moins vive, et le signal est facilement bloqué par un blindage, sans retour d'effet perceptible sur l'émetteur. 
Maintenant, nous sommes sans ambiguïté dans une zone de transmission hertzienne celle qui va de pair avec la vitesse de la lumière. Puisque la longueur d'onde n'a pas été modifiée, est-ce que l’on peut extraire à partir de la proportion des fréquences la proportion des vitesses de propagation? L’onde scalaire, en suivant cette théorie, se propage à (7/4.7 =) 1,5 fois la vitesse de la lumière!

Si je place l'émetteur dans un boîtier en aluminium, dont je ferme la porte, aucun signal ne devrait être perçu par le récepteur. Les laboratoires spécialisés en électromagnétique dans ce cas précis, en effet ne peuvent détecter quoi que ce soit, mais, en dépit de ce fait, les LED du récepteur brillent! En tournant la bobine réceptrice, on peut vérifier qu’il s’agit bien d’un couplage électrique et non magnétique, mais la cage de Faraday coupe les champs électriques.

L'onde scalaire traverse évidemment la cage, à une vitesse plus rapide que la lumière, par effet tunnel!
Références

_Meyl, K. (1996). Électromagnétique de l'environnement (Elektromagnetische
Umweltverträglichkeit). Villingen-Schwenningen: INDELVerlag.
_Meyl, K. (1998). Teil 1: Umdruck zur Vorlesung. Villingen-Schwenningen. 3. Aufl.
_Meyl, K. (1999). Teil 2: Energietechnisches Seminar. 3. Auflage.
_Meyl, K. (2002). Teil 3: Informationstechnisches Seminar 2002. Auszugsweise enthalten. In
_Meyl, K. Skalarwellentechnik, Dokumentation für das Demonstrations-Set. Villingen-
Schwenningen: INDEL-Verlag.
_Tesla N. (1900). Apparatus for Transmission of Electrical Energy. US Patent No. 645,576.
New York.
_Tesla N. (1905). Art of Transmitting Electrical Energy Through the Natural Mediums. US
Patent No. 787,412. New York.


Notes:

Cet article est basé sur une présentation faite par l'auteur à la conférence de la Society forScientific Exploration, Amsterdam, Octobre 2000.
Ce texte est extrait du Journal of Scientific Exploration, Vol. 15, No. 2, pp. 199–205, 2001
0892-3310/01
© 2001 Society for Scientific Exploration
(Traduction par tika à partir de la traduction anglaise de Ben Jansen)