Champollion a-t-il traduit les hiéroglyphes ?

Il est couramment enseigné que Champollion était un égyptologue français (né à Figeac en 1790, mort à Paris en

1832) et qu'il a été amené à déchiffrer l'écriture hiéroglyphique en étudiant la pierre de Rosette et l'obélisque de

Philae (dont le texte hiéroglyphique comporte une correspondance grecque sur le socle). Ses résultats sont

présentés à l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1822 dans la Lettre à M. Dacier traitant de l'alphabet

des hiéroglyphes phonétiques.

{Livre, Encyclopédie Larousse Multimédia}

Il ne fait donc aucun doute, si on se fie à ses propos, que Champollion a traduit les hiéroglyphes...

Or, il faut savoir que...

Les Grecs disaient que la hiéroglyphique est une langue sacrée.

{Livre, Grande Hypothèse (La), Slosman Albert, Ed. Robert Laffont}

Albert Slosman (égyptologue) nous fait remarquer qu' "Il n'est nul besoin d'être une lumière dans les disciplines

égyptologiques pour comprendre qu'il est illogique de prétendre que ces splendides constructions couvertes de

gravures, et de hiéroglyphes soient uniquement le fait d'ouvriers travaillant sur l'ordre d'architectes des Ptolémées,

alors que ni les uns ni les autres ne pouvaient traduire la langue sacrée, belle et bien perdue !"

{Livre, Grande Hypothèse (La), Slosman Albert, Ed. Robert Laffont}

D'après Albert Slosman, il y a cinq principaux dictionnaires de hiéroglyphes. On n'y trouve pas deux idéogrammes

ayant la même signification.

{Livre, Grande Hypothèse (La), Slosman Albert, Ed. Robert Laffont}

Si Champollion a traduit les hiéroglyphes, pourquoi y a t'il de nos jours plusieurs dictionnaires en donnant des

définitions totalement différentes ?

Pourquoi, si ce n'est qu'ils n'ont pas été traduits mais seulement interprétés et qu'il reste des découvertes à

accomplir ?

D'après Albert Slosman, la raison pour laquelle les hiéroglyphes n'ont pas été traduit est que Champollion était

mort jeune et a laissé ses travaux inachevés. Ils furent édités par son frère qui prit le nom de Champollion-Figeac.

{Livre, Grande Hypothèse (La), Slosman Albert, Ed. Robert Laffont}

Des documents viennent confirmer ses propos :

Monseigneur Affre, archevêque de Paris écrivit une lettre à l'Académie pour attirer l'attention de ses honorés

membres sur la façon dont "certains orientalistes utilisaient les travaux du regretté Champollion pour créer une

science à laquelle personne ne comprendrait rien et uniquement dans le but d'obtenir des chaires d'égyptologie à

5000 livres par an".

De même, M. Alexis de Goulianof écrivit en 1839, dans son livre "Les Eléments de la Langue Sacrée des

Egyptiens" :

"La vague où le savant français M. Champollion a laissé les éléments de sa doctrine a dû, nécessairement, jeter

les archéologues dans le champ des hypothèses plus ou moins arbitraires et les autoriser en quelque sorte à

substituer leur opinion aux données équivoques du fondateur de la théorie."

{Livre, Grande Hypothèse (La), Slosman Albert, Ed. Robert Laffont}

Pour Albert Slosman, "Chérénon, qui fut le compilateur du Savoir par la Hiéroglyphique, restera pour la postérité

celui qui fut le premier à rendre publics des éléments de ce qui s'appelait la "Langue Sacrée des Egyptiens".

C'était l'un des hiérogrammates les plus assidus à la fameuse bibliothèque d'Alexandrie, bien avant que Jules

César, jaloux, ne donne l'ordre de la brûler."

{Livre, Grande Hypothèse (La), Slosman Albert, Ed. Robert Laffont}

Donc même s'il est de notoriété de dire que Champollion a traduit les hiéroglyphes, il est plus honnête de dire qu'il

a amorcé le travail de déchiffrement, qu'il aurait pu peut-être les traduire complètement s'il avait vécu plus

longtemps, mais que malheureusement le destin en a choisi autrement...

Pour la petite histoire, Champollion faisait remonter les dynasties pharaoniques à l'an 5285 avant JC. Il dut se

rétracter peu de temps après pour ne pas avoir de souci avec l'église car c'était avant la naissance d'Adam admise

par l'Eglise en 1815

L'Egypte a des secrets mais chacun doit être vigilent des théories officiellement reconnues (ainsi que des autres

théories) car bien souvent l'histoire a été adaptée à la convenance de ceux qui l'enseignent et non pas à la réalité

des faits historiques

{Livre, Grande Hypothèse (La), Slosman Albert, Ed. Robert Laff