mf global
Une des plus grosses maisons de courtage de Wall-Street a fait faillite aujourd’hui.

Victime de la dette européenne, MF Global a vu son action plonger de -70% la semaine dernière.
La société avait une exposition de 6 milliards de dollars en dettes souveraines européennes dont la moitié en dette italienne et 1 milliard en dette espagnole.

C'est la fin d'un des noms phares de Wall Street. Le courtier américain MF Global, qui vient de connaître une semaine noire, s'est placé lundi 31 octobre sous la protection du régime des faillites. Avec des actifs de plus de 41 milliards de dollars, le groupe entre dans l'histoire des 10 plus gros dépôts de bilan des Etats-Unis depuis plus de 30 ans.

Cette « fin » signe aussi l'échec de la stratégie de son patron, Jon Corzine, ancien dirigeant de Goldman Sachs et ex gouverneur du New Jersey, visant à transformer MF en banque d'investissement -impliquant une plus grande prise de risque sur les fonds propres. Ses positions en Europe ont été pointées du doigt par le régulateur, les analystes et les agences de notation : le groupe a publié tout récemment une exposition de 6,3 milliards de dollars à la dette souveraine européenne, notamment italienne et espagnole. « Vouloir changer de business model était très courageux. Mais c'est beaucoup plus compliqué de le faire lorsque le volume traité n'est pas celui de Goldman Sachs », souligne un observateur du secteur. « Quand on fait du trading pour compte propre, il faut une taille critique, comparable à celle d'une vraie banque. Il faut bien séparer les métiers », ajoute Jean-Pierre Aubin, président du courtier BGC en France (précisant ne pas avoir d'activité pour compte propre).

Parmi les plus importants créanciers de MF Global figurent les banques JP Morgan et Deutsche Bank, et même la chaîne de télévision américaine CNBC.

MF Global, qui aurait engagé dès la semaine dernière des banques pour le conseiller sur une vente totale ou partielle, n'aurait pas réussi à céder ses actifs ou à se vendre en totalité. Selon la presse anglo-saxonne, l'intermédiaire aurait eu des discussions avec l'américain Interactive Brokers Group, qui ont achoppé. Les négociations portaient sur une offre autour de 1 milliard de dollars, d'après le « Wall Street Journal ». Le quotidien précisait toutefois que la transaction était compliquée et que le montant pouvait changer. « Un milliard, ça me paraissait beaucoup... », souligne un professionnel.

MF Global, spécialiste des matières premières et des dérivés listés (avec des activités proches de celles du français Newedge), issu d'une scission du britannique Man Group en 2007, aurait discuté avec au moins cinq acquéreurs potentiels : des banques, des sociétés de capital investissement et des courtiers, rapporte l'agence Bloomberg. Macquarie Group, Barclays, State Street, ou encore JC Flowers faisaient partie des établissements cités comme potentiels « prédateurs ». Certains étaient notamment intéressés par sa clientèle privée haut de gamme.

http://www.lesechos.fr/investisseurs/actualites-boursieres/0201722092330-le-courtier-mf-global-affaibli-par-la-dette-europeenne-depose-le-bilan-241950.php

Le dépôt de bilan du groupe pourrait envoyer une onde de choc sur les marchés similaire à la faillite de la banque Lehman Brothers en 2008.
A qui le tour ?