tumblr_m8ocvshTgF1qls1eto5_r1_500 - Copie

tumblr_m9kvorXcLe1qzjl9xo1_500 - Copie

 

1017595_553649858006807_777323563_nLe Projet Hessdalen

M. Strand résuma la conception et le fonctionnement du Projet Hessdalen. Hessdalen est une vallée située au centre de la Norvège, à 120 kilomètres au sud de Trondheim. La vallée mesure 12 kilomètres de long et 5 kilomètres dans sa plus grande largeur. Les collines à l'ouest et à l'est s'élèvent à environ 1 000 mètres au-dessus du niveau de la mer. La plupart des habitants vivent à une altitude de 800 mètres.

En décembre 1981, les habitants de la vallée Hessdalen commencèrent à signaler d'étranges lumières. Quelquefois, elles étaient visibles trois ou quatre fois par jour. Il y eut des centaines de témoignages entre 1981 et 1985 mais le phénomène commença à diminuer pendant l'année 1984, et, depuis 1985 il y a eu peu d'observations. La plupart des observations avaient lieu lors des nuits d'hiver, il y en avait comparativement peu pendant l'été ou la journée.

Les témoignages semblaient correspondre à trois catégories différentes :
1. Type 1 : une "balle" jaune avec un bout pointu orienté vers le bas.
2. Type 2 : une lumière puissante, de couleur bleu-blanc, quelquefois clignotante, toujours mobile.
3. Type 3 : une forme incluant des sources lumineuses de différentes couleurs qui se déplaçaient comme si elles étaient reliées entre elles.


En 1983, un petit groupe de cinq personnes réalisa le "Projet Hessdalen". Ils reçurent l'aide de l'Etablissement de Recherche de la Défense Norvégien, de l'Université d'Oslo et de l'Université de Bergen. Ils réalisèrent une étude dans la vallée Hessdalen du 21 janvier au 26 février 1984 qui compta jusqu'à 19 enquêteurs simultanément sur le terrain. Le dispositif de recherche comprenait trois stations avec des observateurs équipés d'appareils photos dont certains munis de filtres spectroscopiques.

Dans la station principale, les observateurs utilisaient le matériel suivant : des appareils photos, dont certains équipés de filtres spectroscopiques , un détecteur infrarouge, un analyseur de spectre, un sismographe, un magnétomètre, des équipements radar, un laser et un compteur geiger.

Les lumières enregistrées sous le niveau des montagnes devaient provenir de la région d'Hessdalen mais celles enregistrées au-dessus des lignes de crête devaient provenir de plus loin.

Sans l'aide de la triangulation ou de tout autre information, il est impossible de déterminer à quelles distances se trouvaient les lumières. Cependant, quelques phénomènes identifiés comme des lumières furent également détectés au radar. Si l'on considère les valeurs nominales indiquées par le radar, cela impliquerait des vitesses supérieures à 30 000 kilomètres par heure. ( Cependant, voir appendice 4 ).

Pendant quatre jours des lumières inexpliquées furent observées à dix reprises et le magnétomètre enregistra 21 pulsations dont 4 semblaient correspondre à des observations de lumières, suggérant ainsi une relation entre certaines lumières et des perturbations magnétiques. Les filtres spectroscopiques équipant les appareils photos permirent de constater que le spectre semblait continu, sans indication de raies d'émission ni d'absorption.

Des observations sont encore signalées dans la vallée Hessdalen au rythme d'environ 20 témoignages par an. Une station automatique de mesure est en cours d'élaboration au Ostfold College ( Norvège ), et constitue la base actuelle du Projet Hessdalen. Cette station sera équipée d'une caméra CCD. La sortie de la caméra sera reliée à un ordinateur qui déclenchera automatiquement un enregistrement vidéo. Nous espérons que cette station automatique deviendra le premier élément d'un réseau de stations.

A la suite de cette présentation, le comité conclut qu'il serait intéressant de concevoir et de développer un ensemble d'instruments de maniement suffisamment simple. Ces appareils devraient être utilisés selon un protocole strict dans les régions où la probabilité d'observations significatives semble raisonnablement élevée. Selon leurs recommandations, la première des choses à faire est d'équiper un jeu de deux caméras vidéo indépendantes avec des grands angles identiques et de les installer sur des trépieds stabilisés et éloignés afin d'éliminer la possibilité que les mouvements apparents détectés par les caméras proviennent d'un déplacement de la main de l'opérateur ou de vibrations du sol.
Il serait également utile d'installer deux appareils photos identiques, dont un équipé d'un filtre spectroscopique. Cependant, l'utilisation de ces filtres à Hessdalen n'a pas permis jusqu'ici d'obtenir d'informations spectroscopiques. Vu l'importance des données spectroscopiques, il serait très souhaitable qu'un matériel spécifique soit élaboré et installé pour obtenir des données spectroscopiques de haute résolution des sources mobiles fugaces. Ceci est un point important à résoudre.

S'il s'avérait possible d'obtenir des résultats satisfaisants à partir d'un matériel modeste, comme celui suggéré ci-dessus, on pourrait préconiser la conception et l'installation d'un réseau de surveillance permanent. Ce système pourrait avoir des utilisations multiples, ce qui permettrait de partager les coûts et les données obtenues. Cela pourrait ressembler au projet Eurociel qui fut étudié en 1980 en Europe à la demande du GEPAN/SEPRA. ( voir appendice 1 ).

Le comité note que dans les cas qui impliquent des observations répétées ou régulières de lumières ( comme à Hessdalen en Norvège ou à Marfa au Texas ), il est difficile de comprendre pourquoi aucune explication rationnelle n'a été trouvée, et il semblerait qu'un investissement réduit en matériel et en temps produirait des résultats intéressants.

Les “lumières de Hessdalen” ont été observées depuis les années 1940 et sont surveillées par des volontaires depuis 1984.

Hessdalen est une petite vallée dans le centre de la Norvège. De fin 1981 à 1984, les résidents de la vallée se montrent de plus en plus inquièt et alarmés au sujet d’étranges lumières inexpliquées qui apparaissent à plusieurs endroits de la vallée.

Des centaines de lumières ont été observées.

Au plus haut de l’activité on comptait environ 20 rapports d’observation par semaine.


photo : Arne P. Thomassen via Earthlights.org
HESSDALEN, NORWAY
LOCATION: Hessdalen, Norway
DATE/TIME: Winter, 1982
PHOTO CREDIT: Arne P. Thomassen
COMMENTS: The camera was standing on a tripod during the exposure time of some seconds. The yellow light was moving irregularly during the exposure, leaving a yellow trace on the film. Using 400mm lens and 400 ASA color film.



Au courrant de l’été 1983, le Projet Hessdalen a vu le jour. Une enquète de terrain s’est déroulée entre le 21 janvier et le 26 février 1984, pendant ce laps de temps cinquante trois apparition de lumière ont été observées.

En août 1998, une station de mesures automatique a été mise en place à Hessdalen

Voici une vidéo d’une lumière en mouvement filmée à Hessdalen le 4 décembre 1999 :
modération : la vidéo n'est plus disponible car le compte youtube associé a été clôturé

Selon les scientifiques, il est maintenant clair que le phénomène n’est pas lié aux OVNIs, il s’agit plutôt de boules contenant une sorte d’énergie.

Selon Erling Strand du Oestfold College, et directeur du projet HESSDALEN [cf - posts du début -Titilapin] Nous avons des images qui montrent le spectre optique [de ces lumières], et nous pouvons donc déterminer de quels éléments elles sont constituées.”

Marlgré cela, dit-il, il reste beaucoup de travail à accomplir avant de donner une réponse définitive à cette énigme.



Erling Strand's office is at room DI 012 at HIØ Remmen in Halden.
Phone: 69 21 53 14 Fax: 69 21 53 02

Address work:
Remmen
N-1757 Halden, NORWAY
E-mail:Erling.P.Strand@hiof.no

Private:
Bukkholmveien, Ullerøy
N-1747 Skjeberg

Phone: +47-6916 9600, Fax: +47-6916 8018,
Mobile: +47-922 68 256 and +47-414 25 411

source : The Norway Post



MAJ 19/05/2008 : Voici la photo prise à Hessdalen montrées dans le récent documentaire de Canal+

Photo Originale : lumieres créent par des canons à particules voir article ici

Phenomenes ovnis et creation de leurres lumineux par canon à particules

    Est-il techniquement possible de produire un point brillant flottant dans le ciel sans qu’il s’agisse pour autant d’une simple projection lumineuse sur fond de nuages ? Pour répondre à cette question, il nous faut introduire ici le concept de plasma, apparu en 1928. Un plasma est un fluide composé de molécules gazeuses électriquement neutres, d’ions positifs et d’électrons négatifs. En bref, il s’agit d’un gaz ionisé émettant des photons du fait de cette ionisation, et donc plus ou moins lumineux. >Il existe... [Lire la suite]

Seule étude scientifique des OVNi dans l'Histoire  faite par un asytrophysicien à Hessladen en Norvège  avec du matériel évolué

:

Mesures laser, spectromètre etc...

Les conclusions sont peu connues du Public


Je viens de découvrir une étude scientifique faite par un astro physicien sur la seule étude faite sur les OVNI.
Il y a notamment des relevés laser et spectrométriques indiquant à quoi on a à faire précisement
pour la première fois. C'est surprenant, vous allez voir.
*
Je met les liens des documents d'étude dans le texte et les
coordonnées du scientifique.
*
Le texte ci-dessous est destiné à résumer les avis d'ufologues sur les études, avec les liens internet
Cela permet d'avoir un résumé des études.
*
Je met aussi le lien internet du site du scientifique qui propose un abonnement payant à ses études,
car il y a environ 20 OVNI par an sur le site qu'il étudie, qui est en Norvège.
Meme si son abonnement est payant dans le cadre de son projet, Globalement cela a l'air sérieux.
Je met aussi une vidéo sur les témoignages des habitants qui habitent sur le site.
Qu'en pensez-vous ?
*
Je ne m'y connais pas assez dans ce domaine qui est celui des plasmas.
Connaissez vous quelqu'un qui puisse étudier ces preuves scientifiques ?
*
Il existe un site en Norvege où apparaissent continuellement des OVNI. Le site est connu des Ufologues.
C'est le site de Hessdalen
Une station de détection a été installée, et aux dernières nouvelles des rayons laser ont été braqués sur les OVNI par les scientifiques du site, et ceux-ci ont reçu le renvoi de leur rayon
Ils étudient s'ils ont affaire à une reflexion du rayon ou à une message.
http://www.ovnis.atfreeweb.com/lumieres_hessdalen.htm
modération : ce domaine est mis en vente par son propriétaire

Ce qui suit est le texte du lien :
Site de l'équipe scientifique de Norvege qui étudie les OVNI et qui est dirigée par astrophysicien italien.
Les lumières de Hessdalen
Il existe dans le monde entier des lieux où l’on peut observer de façon récurrente des phénomènes lumineux inexpliqués. Le plus célèbre de ces lieux dans l'univers de l’ufologie se trouve en Norvège, dans la vallée de Hessdalen, à environ 300 km au nord d'Oslo.
Depuis 1981 apparaissent là-bas des phénomènes lumineux typiques du phénomène OVNI classique : formes lumineuses isolées ou en groupe, de couleur variable (donnant parfois l’impression d'une surface métallique), souvent pulsantes, immobiles ou se déplaçant de façon erratique, et parfois animées d’accélérations fulgurantes. Leur taille varie habituellement de 1 à 10 m de diamètre et la durée d’apparition s’étale d’une fraction de seconde à plus d’une heure. Les formes sont souvent observées en dessous du sommet des montagnes qui bordent la vallée ou à proximité du sol, et peuvent être ou non détectées au radar, qu’elles soient visibles à l’œil nu ou uniquement à l’aide d’un système de vision nocturne sensible aux rayonnements infrarouges. On observe aussi parfois des éclairs illuminant toute la vallée ou des flashs localisés, ce qui est assez classique en ufologie.
Comme dans le phénomène OVNI, les apparitions peuvent être accompagnées d’effets d'origine électromagnétique qui sont ici essentiellement de deux types : perturbation de l’alimentation électrique et dysfonctionnement des équipements lorsque les lumières se rapprochent, ou sensation de balancement " comme sur un bateau " chez certains des observateurs, sans doute due à l’influence sur le cerveau d’un fort champ électromagnétique de basse fréquence.
Mais contrairement au phénomène OVNI classique, et c’est tout l’intérêt de ces fameuses lumières de Hessdalen, la récurrence des apparitions permet ici à la science officielle de s’attaquer au problème sérieusement à l’aide d’appareils de mesure et non plus au travers de témoignages humains qu’elle a toujours accueillis avec réserve. L’équipe scientifique qui étudie ces phénomènes lumineux sur le terrain est aujourd’hui conduite par l’astrophysicien italien Massimo Teodorani dans le cadre du " Projet Hessdalen ".
Dans une interview donnée à Linda Moulton Howe en 2001 [LMH01],
Massimo Teodorani déclare que l’analyse spectroscopique des lumières de Hessdalen est typique d’un cocktail d’ions et d’électrons et qu’il s’agit donc de plasmas thermiques (comme nous l’avions proposé en deuxième partie au § 11), la température de certains de ces plasmas pouvant dépasser 10 000 °C. Massimo Teodorani ignore la cause de l’apparition de ces plasmas mais il constate une anomalie très surprenante : leur température reste constante même lorsque leur taille augmente, ce qui nécessite un apport d’énergie continuel dont l’origine est inconnue. En ce qui nous concerne et comme nous l’avons détaillé au § 11, nous considérons bien sûr que cette énergie provient d’une source extérieure, qu’il s’agisse d’un canon à particules, d’un canon laser ou d’un canon maser.

Mais Massimo Teodorani ne soupçonne pas qu’un tel stratagème puisse être mis en œuvre et il cherche une origine naturelle à ces plasmas. Et comme il ne la trouve pas, il en vient tout naturellement à se demander si ces plasmas ne dissimuleraient pas un objet solide. En filigrane, on devine alors la possibilité que cet objet soit une " soucoupe volante " même si l’astrophysicien évoque aussi l’idée d’un drone militaire miniaturisé [MT01 p. 39-40].


Nous notons pourtant dans le rapport de l’année 2001 trois indices en faveur de notre hypothèse d’une projection de plasma d’origine militaire :
" [...] il apparaît parfois soudainement comme des "lignes" blanc bleuté dans le ciel, donnant l'impression à l'observateur que des boules de plasma sont tirées à très grande vitesse en direction du ciel " [MT01 p. 8], ce qui nous laisse penser que le rayon du tir est effectivement parfois visible. Les phénomènes lumineux observés sont souvent le résultat de la juxtaposition de points lumineux plus petits allumés alternativement comme on peut le voir lorsque l’on examine trame par trame les images vidéo réalisées [MT01 p. 17 et 21], ce qui cadre bien avec notre idée d’un mode de génération d’images proche de celui de nos téléviseurs (cf fig. 11-b du § 11).

" Les causes physiques du comportement [d’un de ces phénomènes lumineux typique] sont inconnues à l'heure actuelle. Ce que l'on peut simplement remarquer, c'est que le comportement observé indique qu'un mécanisme énergétique essaye d'abord à plusieurs reprises de se mettre en marche avant de pouvoir maintenir un haut niveau de luminosité et de s'éteindre brusquement. " [MT01 p. 28-29].

Ceci correspond précisément selon nous à la mise en route puis à l’arrêt du stratagème utilisé pour produire ces leurres lumineux ou ces leurres radar.


Parmi les indices qui laissent soupçonner que les plasmas lumineux observés à Hessdalen sont d’origine artificielle et nécessitent l’intervention d’une intelligence (que nous croyons pour notre part bien terrestre), nous retiendrons les suivants :
 
Lorsqu’on observe un groupe de lumières en mouvement, la distance entre ces lumières reste constante ce qui voudrait évoquer la présence d’un objet sombre qui les relie. Le plus souvent, il s’agit d’un triangle dont la base est formée de deux plasmas blancs ou jaunes et la pointe d’un plasma rouge [ES02 p. 2]. (Une fois encore, ceci est typique du phénomène OVNI.)

Le plasma lumineux prend parfois une forme géométrique presque parfaite, ce qui ne semble guère naturel, comme en témoigne cet extrait de l’interview de Linda Moulton Howe [LMH01] : " Donc vous regardiez une sorte de boule de plasma et elle s’est soudain transformée en un rectangle ? – Absolument. Nous avons d’abord pensé qu’il s’agissait d’un artefact dû à la caméra vidéo. Mais en comparant la photo de ce phénomène à la vidéo, nous avons vu que [la forme] était identique. " [voir aussi MT01 p. 22 et 26].

Les habitants de Hessdalen témoins du phénomène signalent que les lumières disparaissent lorsqu’on les éclaire fortement. Nombre d’entre eux indiquent aussi que les lumières apparaissent précisément avant ou après qu’on soit en état de les photographier, comme si cela était délibéré.

L’équipe scientifique a eu l’occasion de diriger à deux reprises à environ une heure d’intervalle un laser He-Ne vers une lumière qui se déplaçait durant plusieurs minutes en clignotant régulièrement. Instantanément, la cible a semblé " répondre " 8 fois sur 9 en émettant un double clignotement tant que le laser l’éclairait [ES84 § 3.7 et ES02 p. 4].

Mais pourquoi les militaires choisiraient-ils de générer systématiquement ces lumières en un même lieu, prêtant ainsi le flanc à un examen scientifique approfondi au risque d’être démasqués ?

Notons à ce propos qu’après la première série d’examens scientifiques effectuée au début de l’année 1984, le nombre des apparitions lumineuses a fortement diminué.

Nous pouvons envisager en premier lieu que les lumières de Hessdalen sont dues à un test de production de leurres lumineux. Comme les formes générées sont très simples par rapport à certains ovnis sophistiqués que l’on peut rencontrer de nos jours (voir par exemple le cas d’Haravilliers, au § 42 de la deuxième partie), il faut alors supposer qu’elles sont produites par une armée maîtrisant mal cette technologie. Il peut s’agir soit de l’armée norvégienne elle-même, soit d’une armée alliée ayant passé un accord avec celle-ci. Cette armée ne peut réaliser ces essais dans une zone militaire car cela signerait trop clairement l'origine des phénomènes lumineux observés. Ou alors il lui faudrait les effectuer dans un hangar secret et donc uniquement à petite échelle. (L’armée est en fait confrontée au même problème pour la génération des cercles de culture – outre le fait qu’elle ne cultive pas de céréales – qui lui permettent semble-t-il de tester la précision de ses tirs maser à longue distance.) Elle a sans doute besoin ici d’un lieu stable où les équipements utilisés sont en place pour faire des essais répétés, ce qui diffère du phénomène OVNI habituel où ce qui est testé ponctuellement est d’une autre nature. Ces essais devraient bien sûr être effectués préférentiellement dans une zone totalement désertique pour échapper aux observateurs importuns, mais ces zones sont intrinsèquement hostiles et moins faciles d’accès, et peut-être la réaction des quelques 200 habitants de la vallée de Hessdalen est-elle intéressante à étudier. En outre, il est permis de supposer que ce lieu à des propriétés spécifiques, géologiques ou climatiques par exemple, favorables à la production des leurres lumineux.

Les lumières de Hessdalen sont peut-être aussi l’objet d'un test de détection de leurres lumineux, l’objectif étant de savoir reconnaître les leurres lumineux produits par un pays ennemi et d’arriver à maquiller ses propres leurres pour qu’ils ne soient pas reconnus comme tels. De ce point de vue, l’analyse de ces leurres par des scientifiques étrangers à ces tests peut être instructive sous réserve d’être certain qu’ils ne parviendront pas à percer le mystère de leur origine. La manipulation de ces scientifiques peut aussi constituer une expérience intéressante. Si tel n’était pas le cas, il est probable que l’armée aurait réussi à faire avorter tout projet de recherche scientifique sur les lumières de Hessdalen, ne serait-ce qu’en empêchant le bon fonctionnement de la station automatisée qui surveille 24h/24 une partie de la vallée.

Il est possible enfin que les lumières de Hessdalen ne soient que les retombées involontaires d'un test de production et/ou de détection de leurres radar effectué normalement en dehors du spectre lumineux. Elles auraient donc vocation à disparaître au fur et à mesure que la technologie mise en œuvre sera maîtrisée. Mais si tel est le cas, on peut alors s’étonner que les tests n’aient pas lieu uniquement de jour de façon à rendre les lumières parasites moins visibles.

Au final, il nous semble que c’est probablement l’ensemble de ces tests qui sont réalisés en parallèle. Et sans doute à terme, les scientifiques en viendront-ils à conclure à une origine militaire de ces manifestations à condition qu’ils sachent raison garder face à l’étrangeté du phénomène. Pourtant, cette origine militaire ne devrait jamais pouvoir être définitivement établie, pour cause de secret défense : il faudra donc à un moment ou un autre mettre un terme à cette expérience.
*
Il y est dit sur le site du scientifique :
Vous pouvez aider le projet en devenant "un ami de Hessdalen de projet". Vous aurez alors à un rapport deux fois par an, par la poste. Vous serez également au courant, et pouvez participer aux guidings spéciaux dans Hessdalen. Vous pouvez également obtenir l'information pour les "amis", qui non alway convient au grand public. Joignez maintenant !

! La société pour l'exploration scientifique aura leur réunion de l'Euro SSE chez Røros, Norvège, août 2007. Employez l'occasion de rencontrer les scientifiques et d'écouter leurs présentations.
hessdalen Oppdal-south-18012001-67M par Plusthon


You must make your registration for the meeting to Erling.P.Strand@hiof.no.
Registration received before May 10: The conference fee is 800 NOK.
Registration received between May 10 and June 19: The conference fee is 1000 NOK.
Registration received after July 06. The conference fee is 1200 NOK.
The conference fee should be payed when reservation is beeing done.
Please pay the conference fee to account:
Account name: SSE
Account Address: Erling Strand, Bukkholmveien, NO-1747 Skjeberg, Norway
Account no.: 0539.50.47282
Bank: Postbanken, 0021 Oslo, Norway
BIC: DNBANOKKXXX
A/C for international payments:
IBAN: NO23 0539 5047 282
IBAN: NO2305395047282
http://www.hessdalen.org/
http://www.hessdalen.org/sse/
Erling.P.Strand@hiof.no