Le Combustible Fossile Est Un Déchet Nucléaire

Des nuages inquiétants de raison éclairée assombrissent le ciel au-dessus du camp environnemental. Les troupes de choc environnemental, les warmistes, ont ouvert un assaut frontal direct sur la science avec leur hypothèse de changement climatique «causée par l'homme». Quand la vraie science a commencé à examiner ces affirmations, une foule d'autres erreurs de «science environnementale» sont apparues.

Pour étayer les affirmations sur les capacités mythiques du dioxyde de carbone atmosphérique à déterminer les conditions climatiques, les warmistes ont élaboré un bilan énergétique rayonnant [google Earth energy balance]. un problème, une source de chaleur est complètement ignorée.

Le bilan de l'AGW montre UNIQUEMENT l'apport solaire. Les 259 billions de miles cubes de roche en fusion qui forme notre planète ne sont pas fondus, ou maintenus à la température actuelle par le rayonnement électromagnétique solaire. Cette planète est réchauffée en interne par la fission des 700000 miles cubes de matière fissile brûlant dans notre manteau.

Ce facteur est ignoré car il n'a jamais été quantifié. Il est facile d'ignorer ce que vous ne pouvez pas mesurer, mais une erreur garantie dans toute analyse scientifique appropriée. L'analyse objective déclenchée par la fraude climatique a maintenant un effet d'entraînement sur un large éventail de la pensée scientifique. La conséquence involontaire est que davantage de groupes environnementaux pensent que les pierres angulaires sont en train d'être démolies.

Pour que tout modèle scientifique soit correct, il doit inclure toutes les variables et constantes. Les warmistes ont choisi d'ignorer le flux de chaleur de fission interne de la Terre . La Terre a une fine croûte fraîche, flottant sur un chaudron fondu de roche, strictement en raison de la chaleur de fission des éléments lourds en décomposition sous nos pieds.

Ignorer le flux de chaleur nécessaire pour maintenir la Terre en fusion est une grave erreur dans le diagramme du bilan thermique du réchauffement. Ignorer la variabilité évidente de cette force de fission est une grave erreur dans les prédictions du réchauffement climatique sur le changement climatique. Nous savons que les volcans, l'expression la plus visible de l'énergie de fission de la Terre, ne sont pas constants. quantité pour l'ampleur ou la variabilité de la fission de la Terre, les warmistes ont simplement choisi d'ignorer ce facteur de changement climatique.

Quand Alfred Nobel a inventé le trinitrotoluène (TNT), c'était un bond en avant dans l'énergie livre par livre par rapport aux explosifs chimiques précédents.L'énergie nucléaire, la plus grande force connue dans l'univers, peut être soit la fusion d'atomes plus petits, soit la fission de atomes plus gros. La force d'énergie de ces réactions est si grande qu'elle est mesurée en mégatonnes de TNT pour chaque livre de réactif nucléaire.

Les atomes sont composés de protons, de neutrons, d'électrons et de sous-particules. Lorsqu'un grand atome est frappé par une particule à grande vitesse, il peut se séparer, libérant de l'énergie et un réseau de petits groupes de protons, de neutrons et d'électrons qui peuvent être complets, individuels atomes ou le plus souvent isotopes d'atomes. La plupart des isotopes sont instables et subissent une nouvelle fission pour atteindre une configuration stable. Ces réactions secondaires sont appelées réactions filles et pour l'uranium, il y en a plus d'une douzaine.

L'article de cet auteur, «Force motrice pour tous les changements climatiques» couvre cette science de la Terre plus en détail, mais pour l'instant, le dilemme auquel le mouvement environnemental est confronté provient de cette condition de la Terre existante. Les atomes des réactions de fission sont dans un environnement de chaleur et de pression extrêmes. Certains de ces atomes filles sont des gaz inertes stables et non réactifs, d'autres trouvent rapidement un atome correspondant et forment une molécule diatomique stable. Pour les atomes restants, la chaleur et la pression forcent une nouvelle liaison moléculaire.

Le Pic Pétrolier Et Le Trou De Kola

Au même moment où Hubbert façonnait sa `` théorie du pétrole de pointe '' basée sur Malthus, les géologues russes élaboraient une théorie abiogénique de la production de pétrole naturel. Les origines des approvisionnements en hydrocarbures de la Terre. Dans les années soixante-dix, le professeur Thomas Gold a présenté sa version de la théorie russe.

Ces deux théories abiogéniques ont été réfutées par de véritables puits forés. La théorie russe originale était que sous la chaleur et la pression, les «roches se décomposaient» en molécules d'hydrocarbures qui montaient ensuite dans les emplacements des réserves liées à la roche. que les microbes souterrains ont créé du pétrole dans ces réserves.

Deux, des puits spécialement forés, n'ont pas réussi à trouver les microbes d'or dans aucun échantillon, ce que Gold a imputé à l'erreur de l'opérateur.Dans les années soixante-dix, il y avait une précipitation pour creuser jusqu'à l'interface manteau / croûte pour déterminer les conditions réelles de la Terre. Le trou dans cette expérience était le site de forage russe de Kola qui a fourni un indice surprenant des sciences de la Terre.

Les Russes ont pu atteindre 42000 pieds de profondeur contre une chaleur et une pression énormes, ce qui nécessitait une nouvelle technologie de forage.

Pour rester liquides, les boues de forage doivent avoir un point d'ébullition supérieur à la température ambiante et le point d'ébullition généré par le frottement de forage. La température ambiante pour ce trou de 42000 pieds de profondeur approchait 350F degrés et le point d'ébullition élevé, les boues de forage à base de pétrole étaient détruites par l'eau de Les structures rocheuses. L'eau ne pouvant pas être produite à partir de la décomposition des roches, elle a donc été déclarée comme eau «élémentaire».

Cette condition fournit l'indice manquant pour résoudre la «théorie de l'huile biogénique» qui n'avait pas été incluse dans les théories russes et or défectueuses. Les atomes d'hydrogène, d'oxygène et de carbone nécessaires à la production naturelle d'hydrocarbures de la Terre proviennent de « Production de fission élémentaire. La liaison moléculaire crée un certain nombre de molécules simples dont le méthane, le dioxyde de carbone et le dioxyde d'hydrogène (eau).

Ces molécules simples montent ensuite dans des réservoirs rocheux stables où la chaleur et la pression, dans un processus de distillation fractionnée inverse, forment les chaînes hydrocarbonées plus longues.La nature solvant de ces composés absorbe alors la matière organique de la roche, donnant une empreinte organique. Les hydrocarbures qui pénètrent dans les couches de sédiments organiques enfouis peuvent alors convertir cette ancienne biomasse en charbon.

En l'absence de moyen de quantifier le taux de fission ou le ratio des sous-produits, il nous reste à deviner quel est le taux moyen de production d'hydrocarbures sur Terre, mais il est certain que le PÉTROLE est une ressource renouvelable. Warmistes et écologistes, mais cela ne fait qu'empirer.

La Signification Du Pismo Et De La Brea

La Californie est dotée de noms de lieux intéressants issus de son héritage multiculturel. Pismo Beach est nommé d'après le mot indien Chumah pour «globes de goudron» en raison de l'écoulement naturel d'hydrocarbures trouvé sur cette plage. L'expédition espagnole de Portola en 1769 a découvert « «Les geysers fondus de goudron» de nos jours Les fosses de goudron de La Brea au centre-ville de Los Angeles. La Brea est l'espagnol pour le goudron.

Le goudron suinte toujours du sol à La Brea, en baisse maintenant à environ 10 gallons par jour. Des globes de goudron s'échouent toujours à Pismo Beach, mais sont maintenant imputés aux efforts de forage ou d'expédition ratés de l'homme. n'apparaît pas finie à court terme, il y a une chose qui est FINI. La Terre n'a qu'une capacité de stockage finie pour cette production quotidienne de pétrole.

C'est un double coup dur pour les éco-wackos. Le pétrole est une ressource renouvelable et la récolte de cette ressource par l'homme, peut être un avantage réel pour l'éco-système. Aussi horrible que la catastrophe de BP Deepwater Horizon était, le le déversement total a été estimé à seulement quatre fois le taux annuel de «fuite». Les bactéries naturelles qui éliminent les dégâts de BP font face à cette sortie naturelle d'hydrocarbures depuis des millions d'années.

Une théorie intéressante sur le triangle des Bermudes implique la libération soudaine de méthane souterrain. La pression de l'eau augmente avec la profondeur au taux d'une atmosphère de pression pour chaque 33 pieds de profondeur . Pour rester un gaz, le méthane doit être comprimé à la pression ambiante du formation souterraine de stockage. Une bulle de gaz d'un pied cube libérée à 5 000 pieds de profondeur sous l'océan, gonflerait à 1 500 pieds cubes et éclaterait à la surface.

D'énormes bulles s'élevant sous un navire de surface sans méfiance briseraient la coque et provoqueraient un naufrage instantané.Une fois au-dessus de la surface, le nuage de méthane plus léger que l'air se disperserait et monterait dans l'atmosphère.À un moment donné, ce nuage atteindrait le rapport stoechiométrique optimal et serait soumis à une explosion massive. Les avions volant à basse altitude sont pleins de sources d'inflammation et frapper ce nuage de méthane invisible provoquerait une explosion massive. Même les formations d'aéronefs disparaîtraient en une boule de feu instantanée, ne laissant aucune nappe de pétrole et peu de débris flottants.

Si un arbre tombe dans la forêt, peu importe qu'il y ait du son. Cet arbre tombé représente une ressource potentielle. L'homme peut transformer cet arbre en produits utiles ou il peut brûler la matière cellulosique et récupérer l'énergie solaire stockée chimiquement. l'homme peut choisir de laisser cet arbre pourrir dans la forêt.

Il n'y a rien de fondamentalement supérieur à l'option «rot dans la forêt». Le bois en décomposition fournit une source de nourriture pour les maladies et les insectes prédateurs. Le résultat est exactement le même en ce qui concerne le bois. Des portions sont retournées au bois. l'air comme le dioxyde de carbone et des portions sont renvoyés dans le sol. La question devient, est-ce que la planète est mieux si les humains «contrôlent» la forêt ou si les insectes et les maladies contrôlent la forêt?

Et il en va de même pour la ressource renouvelable récemment découverte par l'humanité. L'humanité récoltera-t-elle et utilisera-t-elle cette ressource ou les groupes de pression sur-financés et les forces gouvernementales en expansion submergeront-ils la raison et imposeront-ils un contrôle inutile de cette ressource?

Il est assez évident que pour récolter cet arbre, l'humanité doit affronter de terribles éco-insectes et des microbes gouvernementaux insensés.

[L'article ci-dessus a été publié pour la première fois dans Canada Free Press en septembre 2010]

À propos de l'auteur: Joseph A. Olson est co-auteur du « Slaying the Sky Dragon - Death of the Greenhouse Gas Theory»,  le premier volume complet de démystification de la théorie des gaz à effet de serre au monde. Ingénieur texan à la retraite et écrivain scientifique passionné,  Joe Olson  PE est un penseur innovateur respecté avec plus de 100 articles majeurs sur le génie civil et le climat à son actif. Olson a été invité à de nombreuses émissions de radio, y compris  Coasttocoastam.com,  où il est un fervent défenseur de la méthode scientifique traditionnelle anglaise, impressionnant les auditeurs / téléspectateurs par ses vastes connaissances.

Posté par rusty james à 10:18 - - Permalien [#]
Tags :


Des Fouilles Au Costa Rica Ont Révélé Une Sphère De Pierre Massive, Presque Parfaite

Des fouilles au Costa Rica ont révélé une sphère de pierre massive - presque parfaite -, ce qui a incité les experts à se demander comment une telle précision avait été obtenue il y a des milliers d'années.

«Nous avons étudié le terrain dans lequel se trouvent plus de 15 de ces sphères, et certaines sont placées à côté de zones qui donnent accès à des immeubles résidentiels comme si elles y étaient placées pour vous accueillir. Ils étaient utilisés comme un signe de hiérarchie, de rang et de distinction ethnique », explique l'archéologue Francisco Corrales du Musée national du Costa Rica.

stone-spheres-costa-rica-cover-e1606683820307

Les sphères de pierre massives sont appelées les sphères de pierre de Diquis, une région au sud du Costa Rica, et ont été fabriquées entre 300 et 1500 après JC par les prédécesseurs de la culture Boruca, explique un post sur le post Facebook sur le Musée national du Costa Rica.

Ces sphères massives étaient situées au sein de colonies importantes, formant des ensembles ou des alignements et faisant partie des principales structures architecturales, pour renforcer le prestige d'un lieu et la position de pouvoir des dirigeants.

stone-spheres-costa-rica-e1606683899675

La grande quantité de ces sculptures, la finition fine de leur surface, leur sphéricité presque parfaite, la variété des tailles, ainsi que le processus de fabrication, le symbolisme et l'utilisation dans les espaces publics en font des objets archéologiques exceptionnels, explique le site Diquis .

«C'est une opportunité incroyable d'étudier ces éléments uniques au monde et en particulier les cinq sphères partiellement enfouies situées dans la zone archéologique Finca 6», explique l'archéologue et chercheuse mexicaine Isabel Medina.

«Nous travaillons à libérer les sphères en utilisant une fouille archéologique afin de documenter leur état, à la fois sur la surface supérieure exposée et sur le sol, dans le but de former un enregistrement de l'état physique de chacune.

Selon Medina, la décision de maintenir les sphères à moitié enterrées «a été adéquate pour sa conservation in situ et son étude ultérieure», qui est déjà prise par une équipe multidisciplinaire du Musée national du Costa Rica.

stone-spheres-costa-rica-2

Les sphères ont une perfection incroyable puisque «certaines d'entre elles atteignent 96%», explique Corrales, qui étudie également les instruments avec lesquels les sphères ont été fabriquées:

«Nous avons trouvé les outils qui ont été utilisés près des sphères et les instruments qui ont été utilisés pour lisser la pierre. Ils étaient faits de divers matériaux, granit et roches de gabbro, calcaire ou grès, mais surtout du gabbro.

La production de sphères impliquait le broyage de gros blocs de pierre ignée, tels que le gabbro, la granodiorite et l'andésite ou des pierres sédimentaires telles que le calcaire et le grès.

Le processus impliquait de hacher la surface avec des outils en pierre, les anciens utilisaient la chaleur car elle permettait d'enlever des couches supplémentaires de roche et à l'aide d'outils en bois, il était possible de contrôler leur rondeur.

La surface a été traitée avec des abrasifs comme du sable assorti et les plus grandes sphères ont également été polies pour leur donner du lustre ou de la brillance.

Il existe des sphères de quelques centimètres jusqu'à 2,66 mètres de diamètre et elles peuvent peser jusqu'à 25 tonnes.

La matière première pour leur création se trouve dans les contreforts de la Cordillère Costeña . De là, le matériau ou la sculpture semi-finie a été déplacé vers le site où la sphère serait située et y a été terminé.

On ne sait pas comment les anciens transportaient les pierres, mais c'était un travail complexe, qui impliquait une grande organisation, une mobilisation des personnes, l'utilisation de leviers et de bases de roulement.

Malheureusement, la plupart des sphères ont été supprimées de leur site d'origine, ce qui signifie que des informations précieuses sur leur origine et leur utilisation sont actuellement manquantes.

L'observation de l'objet isolé, sans le contexte social dont il faisait partie, a généré une série de mythes et de spéculations sans fondement scientifique.

En sous-estimant les cultures précolombiennes, certains réfléchissent à la façon dont les extraterrestres les ont créées, tandis que d'autres voient dans leur incdredible shpae des traces de la mythique Atlantide, des dispositifs de navigation, des portes entre dimensions temporelles et des conteneurs d'énergie ésotérique. Faites votre choix.

Les anthropologues Ivar Zapp et George Erikson affirment que les sphères sont la preuve que dans le delta des Diquis, une civilisation autrefois grande s'est installée près de la mer.

Dans leur travail, l' Atlantide en Amérique, ils soutiennent que les pétro-sphères indiquaient des routes marines, et étaient utilisées comme instruments de navigation, et que leurs alignements pointaient vers des sites mégalithiques comme les colonnes d'Hercule (Gibraltar), les pyramides d'Egypte, Stonehenge ou Pâques. Island, suggérant que les Atlantes étaient liés à d'autres civilisations, et des preuves de leur exsitnece sont présentes au Costa Rica.

Référence: Ancient-code.com

Posté par rusty james à 12:19 - - Permalien [#]

Projet Coast: Programme de guerre chimique et biologique de l'apartheid

552gq5exudi51

Au début des années 90, la reconnaissance publique et le démantèlement de son programme d'armes nucléaires a donné à l'Afrique du Sud une direction morale dans la prévention de la prolifération des armes nucléaires et dans la poursuite du désarmement nucléaire mondial. Peut-être à peu près de la même manière, les révélations sur son programme secret d'armes chimiques et biologiques (CBW) et la transparence avec laquelle le gouvernement les a traités, ont permis à l'Afrique du Sud de jouer un rôle de premier plan dans les négociations pour le renforcement des armes biologiques et biologiques de 1972. Convention sur les armes à toxines. La transparence de son expérience des années d’apartheid confère une réelle crédibilité à la position éthique et pratique de l’Afrique du Sud en matière de désarmement international.

Le programme secret de CBW de l'Afrique du Sud, baptisé Project Coast, a débuté en 1981 et s'est officiellement terminé en 1995. ostensiblement motivé par la nécessité de développer de meilleurs agents de contrôle des foules et des équipements défensifs de CBW, le programme se concentrait en pratique sur la production de poisons destinés à la assassinat d'ennemis de l'État à l'intérieur et à l'extérieur du pays et de substances chimiques inappropriées. Conçu et exploité au-delà des contrôles politiques, militaires et financiers ordinaires, le projet Coast a fonctionné sur la base d'une myriade de sociétés écrans, de transactions illicites, de relations personnelles et de structures de pouvoir invisibles.

S'appuyant sur les preuves présentées lors du procès pénal du Dr Wouter Basson, directeur général de Project Coast, de nombreux entretiens et d'autres documents pertinents, Project Coast: Apartheid's Chemical and Biological Warfare Program par Chandré Gould et Peter Folb offre un compte rendu méticuleux de l'Afrique du Sud. programme clandestin de CBW sous l'apartheid. Le livre, qui contient une préface de l'archevêque Desmond Tutu, apporte une contribution majeure à notre connaissance du programme sud-africain d'apartheid CBW et sert d'avertissement sur les graves dangers posés par CBW en l'absence d'une supervision adéquate.

ans une confession choquante, faite à la caméra dans un nouveau documentaire publié le mois dernier, un ancien membre du service de renseignement sud-africain de l'époque de l'apartheid a déclaré que le virus du sida et d'autres maladies avaient été délibérément répandus parmi la population dans le but de tuer. autant de noirs que possible. Ses aveux, considérés comme la pointe de l'iceberg, ont relancé le débat bouillonnant sur tout le phénomène du sida en Afrique. Rapport de Baffour Ankomah.

Ce n'est pas la première fois que d'anciens membres de l'ère de l'apartheid avouent ouvertement avoir utilisé des armes chimiques et biologiques pour tuer des Noirs. 

 

Au cours du tristement célèbre procès de 30 mois du Dr Wouter Basson, surnommé le Dr Death (du 4 octobre 1999 au 11 avril 2002), nombre de ses anciens collègues, qui figuraient parmi les 200 témoins appelés par l'État, ont déclaré que Basson avait utilisé ses serviteurs et des agents de Project Coast (le nom non officiel du programme CBW de l'Afrique du Sud) pour tuer les Africains noirs «en grand». 

 

Témoignant sous serment lors du procès de Basson, le Dr Daan Goosen, premier directeur général de Roodeplaat Research Laboratories, la société-écran de la Force de défense sud-africaine (SADF) à Pretoria où était basé Project Coast, a déclaré: «Il y a beaucoup de gens qui pensent que Basson était une guerre héros parce qu'il a tué les Noirs en grand.  

 

Des témoins après témoins ont déclaré à la cour que sur une période de 10 ans, à partir de 1983, Basson, un brigadier de l'armée et un célèbre cardiologue qui voyageait avec le président PW Botha, a appliqué ses compétences médicales et sa formation militaire pour éliminer les opposants au régime d'apartheid en d'une manière des plus diaboliques.

 

Les détails déchirants qui ont émergé du procès de Basson ont rappelé aux observateurs avertis ce qui s'était passé en Rhodésie voisine (maintenant le Zimbabwe) pendant la guerre de libération qui a apporté l'indépendance au Zimbabwe en 1980. La Rhodésie a exploité une unité de guerre chimique et biologique pendant la guerre d'indépendance.

 

Au procès, Basson a admis devant le tribunal que: «La recherche sur le sida était une couverture idéale [pour Project Coast] parce qu'elle était très d'actualité en 1988.» À ce stade, a-t-il déclaré, «l'essentiel de la recherche sur le sida en Afrique du Sud a été effectué par le biais du Conseil de la recherche médicale, où certains des chercheurs étaient sur notre liste de paie clandestine.

 

Il a déclaré que la société écran de la SADF, Delta G, et le chercheur Graham Gibson ont commencé à effectuer des recherches distinctes sur le sida pour la SADF quelques années plus tard.

 

D'autres témoins au procès de Basson ont déclaré que Project Coast avait entrepris ce qui suit: «Recherche sur une arme bactérienne spécifique à la race; un projet pour trouver des moyens de stériliser la population noire d'Afrique du Sud; une discussion sur la propagation délibérée du choléra par l'approvisionnement en eau; production à grande échelle de drogues dangereuses; l'empoisonnement mortel des dirigeants anti-apartheid, des guérilleros capturés et des risques de sécurité présumés; même un complot visant à introduire du thallium - un métal lourd toxique qui peut altérer de façon permanente la fonction cérébrale - dans les médicaments de Nelson Mandela avant sa sortie de prison en 1990. » 

 

Les témoins ont raconté comment des souches de bactéries mortelles comme l'anthrax, le choléra et le botulinum ont été cultivées par Project Coast pour être utilisées comme armes contre les opposants à l'apartheid. D'autres armes comprenaient des cigarettes contenant de l'anthrax et des tournevis cachant des seringues hypodermiques remplies de poisons. Project Coast a également fabriqué de la bière empoisonnée, du chocolat, des rabats d'enveloppe, des sprays déodorants, etc.

 

Selon des témoins, Project Coast «s'est appuyé sur un réseau mondial d'espions, d'ex-soldats, de briseurs de sanctions, de passeurs et de guerriers biologiques pour obtenir les produits chimiques, les toxines, les cultures virales, l'équipement spécialisé et l'expertise nécessaires pour développer le programme - et puis sur une chaîne d'assassins pour livrer la marchandise ».

 

Basson lui-même a admis devant le tribunal que ses contacts à l'étranger ne savaient pas ses relations avec la SADF. «Parfois, il était un chercheur médical - cela a assez bien fonctionné, en 1984, pour persuader les Centers of Disease Control d'Atlanta, aux États-Unis, d'envoyer 8 envois de virus Ebola, Marburg et Rift Valley en Afrique du Sud», selon Tom Mangold dans son livre de 2001, Plague Wars: The Terrifying Reality of Biological Warfare .

 

Labyrinthe d'offres louches

 

Pendant des mois, de nombreux gouvernements étrangers ont suivi nerveusement le procès de Basson de loin alors qu'il menaçait d'exposer le réseau et le labyrinthe d'accords profondément embarrassants et louches entre Project Coast et les services de renseignement d'une multitude de pays, dont l'Amérique, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Suisse, Allemagne de l'Est, Croatie, Libye, Chine, Israël, Pakistan, Irak, Iran, Taiwan et autres.

 

Un ancien associé de Basson, Johan Theron, un ancien officier du renseignement, a raconté à la cour comment lui et d'autres, avec l'aide de Project Coast, ont tué des `` centaines '' de Noirs et jeté leurs corps dans la mer au large de la Namibie à l'aide d'un petit avion. 

 

Theron a déclaré que l'armée sud-africaine avait capturé trop de membres de l'Organisation du peuple sud-ouest africain (SWAPO) de Namibie pour avoir de la place pour tous les accueillir. Il a donc été décidé de réduire la surpopulation en tuant certains des soldats de la SWAPO. 

 

Au début, a déclaré Theron, ils ont essayé d'étrangler les captifs. Lorsque cela s'est avéré trop difficile et traumatisant, même pour les tueurs, les militaires ont opté pour des injections mortelles. C'est à ce moment-là que Project Coast est arrivé, pour leur fournir de grandes quantités de Scoline, Tubarine et seringues. 

 

Theron a déclaré au tribunal qu'entre 1979 et 1987, ils avaient assassiné «des centaines» de prisonniers de la SWAPO par des injections mortelles. Leurs corps ont ensuite été chargés dans un petit avion, trois à la fois, et jetés dans l'océan Atlantique, à une altitude de 12 000 pieds.

 

En fin de compte, les Américains et les Britanniques ont forcé le président FW de Klerk à fermer Project Coast et à détruire ses archives. «De Klerk a d'abord résisté», selon le magazine New Yorker , «mais a finalement obéi. La démarche a également conduit au désarmement nucléaire de l'Afrique du Sud. Ne voulant pas céder l'arsenal nucléaire du pays à Mandela, De Klerk a permis aux États-Unis d'entrer et de le retirer.

 

Basson, qui a également géré le projet de bombe nucléaire en Afrique du Sud pendant environ six ans, a admis devant le tribunal qu'il avait fourni aux agents de police des drogues incapacitantes utilisées dans les opérations d'arrachement transfrontalières, mais a déclaré que c'était sur les ordres de l'ancien chef de la SADF, le général. Liebenberg. «Ces personnes constituaient une menace directe pour la société sud-africaine… La cible n'était pas mon patient, je me suis occupé de la population sud-africaine.» Dans leur langage, «transfrontalier» ou «zone opérationnelle» couvrait l'ensemble de l'Afrique australe et même au-delà.

 

Basson a bien sûr nié une grande partie des 200 témoignages des témoins de l'État devant le tribunal, et bien qu'il ne puisse appeler même un seul témoin pour sa défense, le seul juge blanc du procès, Willie Hartzenberg, l'a libéré après 30 mois de procédure.

https://newafricanmagazine.com/21738/

Posté par rusty james à 02:09 - - Permalien [#]
Tags :

Histoire secrète des monarchies europeennes

 

Screenshot - 2020-05-08T033221

HISTOIRE PEU CONNUE DE LA MONARCHIE EUROPÉENNE

Posted by Rusty james news on Thursday, May 7, 2020

 

Posté par rusty james à 03:36 - - Permalien [#]
Tags :


BIZARRERIES ET SINGULARITÉS DE L'HISTOIRE du 1 ER aVRIL

i9djwi2

Il faut ici, comme certains savants, grands explorateurs d'étymologies nébuleuses, rechercher, d'abord, de quel idiome antique est dérivé le nom français donné au mois que quelques poètes ont appelé le plus beau de l'année, sans doute, quand il n'en est pas le plus triste, le plus humide et le plus crotté (1) ;

S'il faut, dans l'esprit de cette sentence classique et passée en proverbe, qui proclame heureux celui qui, en toutes choses, a pu connaître l’origine et les causes premières (felix qui potuit rerum cognoscere causas) ; s'il faut, je le répète, faire ici de l'érudition avec l'érudition de nos devanciers, je dirai que dans leurs profondes investigations, et à l'aide de quelques complaisantes substitutions et transformations de lettres, ils ont découvert que le mot AVRIL était parfaitement formé du mot latin april, aprilis ou aperelis, qui lui-même était né d'un autre mot latin, aperire, qui veut dire ouvrir ; de sorte que le mot avril serait à peu près synonyme de porte , entrée, ouverture.

En effet, disent toujours les savants, en appelant à leur secours une ingénieuse métaphore, c'est dans le mois d'avril que la nature ouvre son sein pour reproduire tous les trésors qu'elle renferme ; le mois d'avril est la porte du printemps, l'entrée au solstice d'été, et semble présider, ainsi que le dit Virgile, à l'ouverture de chaque année nouvelle.

Il est constant, d'ailleurs, qu'à diverses époques dans l'antiquité, et même en France, avant le règne de Charles IX, l'année commençait au mois d'avril ; ce qui, en dépit d'une foule d'excellentes raisons, que je ne veux point combattre et qui ont prévalu, paraîtrait plus naturel et plus raisonnable que de la faire commencer quand tout finit et meurt.

Je suppose donc que le lecteur voudra bien admettre avec moi, jusqu'à ce qu'on ait trouvé mieux, l'étymologie tant soit peu équivoque du mot avril (2), et que fort satisfait sur ce point assez futile , il n'est pas moins curieux de rechercher encore ce que peut lui apprendre d'intéressant la monologie du mois d'avril.

II.

Chez les peuples de l'antiquité, et longtemps encore au commencement de notre ère, on célébrait au mois d'avril le retour du printemps et la fertilité de la terre, par des fêtes allégoriques en l'honneur du laboureur et de l'agriculture. Dans beaucoup de localités on retrouve encore aujourd'hui des souvenirs et des restes de ces fêtes, et les cérémonies religieuses, chez les catholiques, de la Saint-Marc et des Rogations, sont une sorte de consécration des usages antiques.

Les Grecs et les Romains invoquaient Cérès pour obtenir d'abondantes moissons ; Cybèle pour qu'elle rendit fécondes les jeunes épouses ; car alors, sans doute, une nombreuse lignée n'était point une calamité, et la philosophie ou l'économie sociale de ce temps ne préconisait pas probablement comme un bonheur la stérilité dans les ménages.

On sacrifiait à Bacchus, protecteur des vignerons ; à Jupiter, le père des humains, dont on lavait soigneusement la statue, en la couvrant de myrthe et de fleurs nouvelles ; à Vénus, la déesse de la génération, des plaisirs et des amours : c'était à elle que le mois d'avril était particulièrement consacré.

Le 1er de ce mois, les dames romaines avaient grand soin de se mettre en un bain mélangé d'essence, et de brûler force parfums sur l'autel de Cypris, après avoir pris une ample portion de lait mêlé de miel et de pavots ; amalgame mystique auquel était attachée la croyance d'heureux effets.

Elles portaient encore leurs offrandes dans les temples de la Fortune virile, qui leur inspirait l'art de déguiser leurs défauts et de perfectionner les charmes du corps et de l'esprit ; les jeunes filles aussi ne manquaient pas de sacrifier à Erycine, et ne demandaient à la complaisante déité que la beauté, les moyens de plaire et de séduire, et surtout le bonheur d'avoir promptement un époux.

L'hypocrisie, le faux semblant et le mépris des sentiments naturels, n'avaient donc point encore envahi la société ; sage époque, où l'on ne croyait pas que l'innocence virginale fût incompatible avec la connaissance précoce des lois et des devoirs de l'hymen, où la première éducation apprenait d'abord à la jeune fille à quoi la destine la nature et la société ; autres temps autres moeurs : pruderie, petits mystères, petites précautions, petits scrupules pour de bien petits motifs ; qui pourrait nous démontrer ce que la morale y a gagné ?

On me pardonnera ces réflexions austères et fugitives ; elles viennent spontanément à la pensée et ne sont pas hors de propos. A quoi servirait l'étude des temps, si ce n'est à comparer et à commenter ?

Indépendamment des fêtes de Cérès, qu’ont appelait Eleusines et qu'on célébrait en certaines contrées, comme à Athènes, au mois d'avril, au retour d'une période de quelques années, et de plusieurs autres fêtes non moins solennelles qu'il serait trop long de détailler ici, Tite-Live et Strabon parlent de l'usage presque général de consacrer aux dieux tout ce qui prenait naissance le premier avril, ce qu'on appelait le voeu du printemps, ver sacrum.

Chez divers peuples, le mois d'avril était encore l'époque de quelques autres fêtes qui n'avaient pas toujours pour but le culte de la rénovation des êtres et les joies symboliques de l'agriculture et des amours, mais qui se rattachaient à des usages locaux ou à des faits historiques. Telles étaient les fêtes Hibristiques en usage à Argos, où les femmes, en mémoire du courage qu'elles avaient montré dans la défense de leur patrie contre les entreprises de Cléomène, roi de Sparte, avaient le droit de revêtir des habits d'homme, et d'insulter et de frapper même leurs maris, comme un reproche perpétuel du peu d'énergie dont ils avaient fait preuve en cette occasion. Enfin, qui n'a pas lu quelque relation de la pompe avec laquelle, de temps immémorial, l'empereur du céleste empire, l'empire de la Chine, fait aux premiers jours du printemps l'ouverture des travaux agricoles, en traçant lui-même un premier sillon avec une charrue d'or ?

Mais il est bon, je pense, de ne pas prolonger davantage toute cette histoire ancienne du mois d'avril ; érudition de collége tant soit peu surannée de nos jours, et nécessaire cependant au complément de cet opuscule.

III.
 
Chez les modernes, le mois d'avril a perdu toutes ses illustrations emblématiques et religieuses ; ses solennités séculaires ont disparu, et si quelque motif lui donne encore quelque droit à notre attention, c'est que, par suite des modifications successives des moeurs et des usages des peuples, ont succédé dans ce mois (on ne sait trop à quelle époque, ni à quel sujet), au culte sérieux des bienfaisants mystères de la nature, des jeux frivoles et des passe-temps joyeux ; sans aucune analogie avec les traditions sacrées, et que d'assez longues et vieilles habitudes ont transmis jusqu'à nous sous ce nom assez peu motivé de Poissons d'avril.
 
Ces passe-temps, auxquels beaucoup d'autres, comme moi peut-être, ont naguère encore, dans la jeunesse, pris quelque plaisir, et que les préoccupations incessantes de notre époque et le pédantisme glacé, récemment introduit dans nos relations de société, ont peu à peu proscrits, étaient alors assez redoutés des gens crédules, des esprits simples, des nouveaux venus, que les plus rusés se réjouissaient de mystifier de toutes manières en les faisant aller, agir en tous sens, les renvoyant de Pierre à Paul, toujours sous de nouveaux prétextes, pour rire ensuite à leurs dépens et leur faire goûter à toutes sauces ce qu'on est convenu d'appeler le Poisson d'avril.
 
Le premier jour d'avril surtout, est le jour consacré aux pièges de toutes espèces tendus à la bonne foi, à la simplicité ; toutes les ruses sont bonnes, et l'on ferait un livre fort récréatif des nombreux récits que fournissent sur le Poisson d'avril les chroniques joyeuses.
 
Celui-ci, que signalent certaines habitudes paresseuses et peu matinales, réveillé en sursaut bien avant l'aurore, est arraché aux douceurs d'un sommeil profond ; on le connaît curieux, on l'entraîne aux champs ; là, le cou tendu, la bouche béante, on lui fait, pendant deux heures, humer le brouillard, pour voir, chose remarquable, lui dit-on, le passage de l'équinoxe sur un nuage. Celui-là, fort sensible aux sons argentins des écus, est averti de se rendre en un lieu indiqué pour toucher une somme importante qui lui arrive de la manière la plus inopinée ; le piège est vulgaire et commun ; mais qui résiste à cette amorce ? Il se hâte d'arriver, et tout essoufflé, la mine béate, l'avis en main, il réclame avec empressement la somme annoncée ; mais l'adresse est fausse, les titres ne sont pas en règle, que sais-je ? Des malins compères s'entendent pour multiplier les courses et les démarches ; il faut des pourboires, des rançons de toutes espèces ; il vide sa bourse, ne reçoit rien, et sous peine de passer pour un rustre, il doit, après tout, convenir de la meilleur grace du monde, que la plaisanterie était fort piquante.
 
Ici c'est un tendre et mystérieux rendez-vous, qui promet à certain mari peu scrupuleux sur la foi conjugale, le plus doux et le plus inattendu tête à tête. Enivré d'espérance, parfumé d'eau de rose, après vingt prudents détours habilement ménagés, il parvient au discret boudoir où l'attend le bonheur. Que trouve-t-il ? Sa femme ! Elle ne peut se passer d'un cachemire qu'on lui refuse depuis longtemps : l'occasion est belle, le cas est grave, et mille écus, c'est modeste, paient cette étourderie. Là, c'est un jeune pastoureau, d'ordinaire fort éloquent sur le chapitre de ses succès galants et de ses prouesses en escrime, mais dont la brillante réputation n'a guère pour garant, que ce qu'il appelle ses indiscrétions ; sur les perfides avis de joyeux amis, il se rend en triomphateur où il se persuade recueillir une ample moisson de plaisirs. Mais l'heure s'écoule, l'isolement règne autour de lui, la beauté sensible fait défaut ; peut-être va-t-il prendre son parti, quand tout-à-coup se présente un de ces spadassins, fermes sur la hanche, avec lesquels il n'y a point de quartier ; notre Faublas est pris au trébuchet. Heureusement d'officieux témoins ne manquent pas d'arranger l'affaire, et le mystifié, fort content d'en être quitte pour une brèche à sa vanité et le déjeuner d'usage, jure un peu tard qu'on ne l'y reprendra plus.
 
On fait accroire à cet autre que je ne sais quel monarque de la Chine ou de l'Indoustan, sur le bruit de son mérite, vient de le créer mandarin ; il ne peut se dispenser d'une visite aux ambassadeurs qui lui apportent la nouvelle, et nouveau bourgeois-gentilhomme, on procède burlesquement à sa réception.
 
Ce dernier trait, tout historique et que l'on peut regarder comme le plus célèbre et le plus complet des poissons d'avril, est relaté très en détail dans un petit ouvrage, fort rare, intitulé la Mandarinade (3), dont le héros est un estimable ecclésiastique, nommé l'abbé de Saint-Martin, et qui vivait à Caen, ville de Normandie, vers la fin du siècle dernier. Connu par son genre de vie extraordinaire, la singularité de ses ouvrages et plus encore par son extrême bonhomie, on trouva plaisant de persuader à cet homme, aussi bon que crédule, qu'un livre très bizarre qu'il venait de publier sur le moyen de vivre en santé au-delà de cent ans, était parvenu jusque sous les yeux du roi de Siam, qui, charmé, lui assurait-on, d'une découverte aussi précieuse, avait résolu de députer à l'auteur des ambassadeurs extraordinaires, chargés de lui offrir le titre de son premier médecin et de le recevoir mandarin (4). On conçoit qu'il fallut avoir recours à des mascarades analogues, à des pièces revêtues d'un caractère apparent d'authenticité, et même à une autorisation du roi de France qu'on feignit de solliciter en faveur du nouveau récipiendaire. Ces mesures furent si bien prises, la comédie si bien jouée, que le héros de la pièce, enthousiasmé d'ailleurs d’un tel honneur, consentit à tout ce qu'on voulut, accepta toutes les épreuves et tout le grotesque cérémonial qu'on lui fit subir. La réception fut des plus comiques, et cette longue et curieuse mystification, dont toute la ville fut témoin, à laquelle prirent une part active les personnages et les magistrats les plus éminents, fut complète ; plus de deux ans après, l'abbé de Saint-Martin était encore dans l'erreur. On ne parvint qu'avec peine à le désabuser ; il se croyait toujours mandarin.
 
Nos aïeux, on le sait, prenaient grand plaisir à s'intriguer de la sorte. Personne n'oubliait le jour des attrapes, les uns pour en faire, les autres pour s'en garantir ; et chacun, sur le qui vive, se défiait des amorces trompeuses. Aujourd'hui que nous sommes plus sages ou plus sots, ces badinages seraient mal accueillis : cela cadrerait mal avec la suave gravité de notre adolescente aristocratie, et le bon ton de notre progressive époque a proscrit la franche gaîté du vieux temps : monsieur Jovial est un type qui a disparu : Tartuffe a pris sa place ; on rumine, on ne rit plus (5).

IV.
 
Je sais que certain observateur au langage caustique, viendra nous dire qu'il est maintenant des poissons d'avril d'autre sorte, qu'il en est de tous les mois et de toutes les saisons ; qu'on peut avec aussi bon droit dire poisson de juillet ou de septembre que poisson d'avril ; il nous citera mainte bonne niche, mainte tricherie, mainte espièglerie à l'ordre du jour, moins risibles peut-être et moins naïves, mais d'un effet plus sûr. Eh ! vraiment, ajoutera-t-il, en doutez-vous ? Les poissons d'avril sont plus que jamais en honneur, non point les amusements frivoles qui désopilaient si bien la rate de nos grand'mères, mais ces poissons d'avril perfectionnés, qui ont passé des moeurs et des réjouissances du peuple dans les habitudes du monde élevé ; non point ces poissons d'avril qui pour des vétilles faisaient trotter menu de gauche à droite, de l'est à l'ouest, de la ruelle au cabaret, quelques badauds qui se laissaient leurrer, mais bien ces poissons d'avril qui font valeter d'une manière non moins pittoresque, d'autres novices, courant à perdre haleine, du palais Bourbon au Luxembourg, du Luxembourg aux Tuileries, des Tuileries aux ministères, des ministères à la Bourse, de la Bourse à l'Académie, de l'Académie chez tels et tels fonctionnaires : tous, la main tendue, avides de recevoir le hochet et le bonbon dont on leur fait un appât ; non pas poissons d'avril de hobereaux et de vilains, mais beaux et grands poissons d'avril de rois, de diplomates, de ministres, de très hauts et très puissants députés, d'illustrissimes académiciens, etc. , etc. ; traquenards fameux, attrapes mutuelles où l'on escamote à l'envi, les empires, les pouvoirs, les emplois, les millions, la gloire, un méchant fauteuil , les droits et les libertés.
 
Oh ! oh ! tout doux , mon imagination vagabonde ! cette innocente philippique, à propos de poissons d'avril, pourrait effaroucher plus d'un lecteur mal disposé, plus d'un esprit timide. Mais alors je leur répéterai, comme ci-dessus : A quoi sert donc l'étude des temps et des choses, si ce n'est à les comparer et les commenter ? Et l’histoire n'est pour moi qu'une longue énumération chronologique de poissons d'avril : incrédules, prenez et lisez !
 
Sans nous arrêter, du reste, en de si hautes régions, qui de nous n'a pas goûté ou ne goûtera pas quelque jour, de ces poissons d'avril d'espèces si variées, si séduisantes, qui, dans la vie commune, surgissent sous nos pas à tous, et nous mènent presque toujours, le plus gaîment du monde, de déceptions en déceptions ?
 
Tels, entre autres, ces poissons d'avril désastreux qui surprennent, à certain jeu, le spéculateur mal avisé, pour lequel le télégraphe n'agite pas ses longs bras ; gobe-mouche inféodé, toujours habilement exploité.
 
Ces poissons d'avril, plus anodins, que vous ménage quelquefois, je le dis à regret, et les cas sont rares, j'aime à le croire, tantôt l'innocence, aux longs cils noirs, au regard adouci, au maintien décent, fleur en bouton qu'on vous presse de cueillir ; tantôt, un miracle de graces et de talents que vantent à haute voix tous les échos d'alentour, et dont le père, honorable industriel, a, depuis un an, triplé sa dépense et préparé son bilan ; tantôt, cette veuve à l'allure agaçante qui ne compte, dit-on, que vingt-cinq printemps, fut la perle des épouses , et dont les rigueurs bien connues désespèrent dix rivaux. Dieu sait que je ne veux pas médire ! mais en ce cas, amateurs, jeunes ou surannés, que sollicite un désir d'hymen... garde à vous !
 
Ces poissons d'avril horriblement décevants qui nous escamotent l'héritage d'un ingrat célibataire qu'on n'avait cessé de bourrer de petit soins, et à qui surgit in extremis je ne sais quelle nièce inconnue, ou je ne sais quel fils adoptif ;
 
Ces poissons d'avril littéraires ou dramatiques qui ruinent l'espérance de vingt créanciers qui ont hypothéqué leurs droits sur le succès incontestable d'un chef-d'oeuvre escompté d'avance ; mais le public a jugé, le livre est refermé, la toile est tombée... Néant !
 
Ces poissons d'avril qui font grincer les dents, maugréer et maudire, et que dame Justice n'épargne guère aux incorrigibles plaideurs ;
 
Ces mille et un poissons d'avril, enfin, ces mille et un pièges tendus sous les fleurs, toujours renaissants pour de nouvelles dupes, sous des formes mille fois variées ; ces mille et une tromperies, tours de passe-passe, fort plaisants, ma foi, qui font si bien ricaner dans l'ombre les rusés Méphistophélès, dont les griffes crochues harponnent jusqu'au vif les innocents tourlouroux des phalanges industrielles ; ces poissons d'avril, pour en finir, désignés plus ou moins clairement, dans le glossaire de l'idiome satanique des faiseurs d'affaires, sous le nom d'associations, sociétés plus ou moins anonymes , compagnies, commandites, spéculations à primes, exploitations universelles, fabrication au rabais, brevets d'invention, privilèges, action en participation, ventes de fonds, liquidations, consignations, canaux, vapeur, chemins de fer, houille, asphalte , etc., etc. Approchez, grands et petits, tout le monde en aura ; les premiers venus sont le mieux lotis. Vive donc le poisson d'avril au dix-neuvième siècle, et rira bien qui rira le dernier !....
 
Cependant, si dans le meilleur des mondes et sous la meilleure des républiques possibles (6), la crainte d'être pris pour dupes doit à bon droit nous rendre moins crédules, souvenons-nous qu’on peut aussi se repentir d’avoir été défiants ;  pour preuve, qu’il me soit permis de rappeler cette historiette que tout le monde connaît, mais qui doit trouver place dans l’histoire des poissons d’avril.
 
Un jour, et ce devait être un premier d'avril, certain plaisant, placé sur le Pont-Neuf, offrait de la meilleure grace du monde à tous les passants, d'échanger des écus de six livres tous neufs contre des pièces de vingt-quatre sous ( monnaie du temps) ; il avait parié qu'en un temps donné il ne dépenserait ainsi qu'une somme très modeste ; beaucoup s'approchent, sourient, touchent les écus, les pèsent, les font sonner, mais s'en vont en hochant la tête : « Ils sont faux, disent-ils ; à d’autres ! est-ce que ce monsieur croit faire des dupes ? » Le plus grand nombre ne daignait pas même s'arrêter. Une femme seulement, c'était pure curiosité, après beaucoup d'hésitation, risque ses trois pièces de vingt-quatre sous. Ce fut tout ce que notre homme recueillit ; il gagna sa gageure et garda ses écus. Le lendemain, tout Paris sut la vérité du fait, et plus d'un quidam regretta de n'avoir point conclu l'affaire.

Cet avis en vaut mille.

V.
 
S'il est facile de remplir sa mémoire des facétieux poissons d'avril du temps passé, et de gloser tout à son aise sur ceux plus sérieux des temps modernes, il est beaucoup moins aisé de connaître l'origine véritable des premiers poissons d'avril, et de l'usage singulier de ces intrigues innocentes, objet principal de mon travail. En vain j'ai interrogé Aristote, Pline et Sénèque, en vain j'ai consulté chroniqueurs et romanciers du moyen âge, et feuilleté maint in-folio, le tout, il faut l'avouer, presqu'en pure perte ! Suivant les uns, cet usage remonte au temps d'un certain duc de Lorraine que Louis XII faisait garder à vue dans la citadelle de Nancy. Un beau jour, juste le premier avril, il saute à pieds joints dans la Meuse et s'échappe à la nage, ce qui fit dire aux Lorrains que c’était un poisson qu’on leur avait donné à garder. Selon d'autres, les pêches du mois d'avril sont souvent stériles, et plus d'un friand, pendant ce mois, voit manquer sur sa table ou sur celle de son amphitrion le mets délicat sur lequel il avait compté ; d'où serait venue la coutume de dire : Manger du poisson d'avril, donner un poisson d’avril, etc. (7). Si l'on en croit des étymologistes plus profonds, nos jeux populaires du premier avril seraient une dégénération des pieuses représentations de la passion de notre Seigneur, et une parodie de la promenade dérisoire qu'on lui fit faire en le renvoyant de Caïphe à Pilate, et dans ce sens, poisson d'avril ne se dirait que par corruption pour passion d'avril. C'est bien la peine de se faire savant, de passer sa vie à avaler la poussière des bouquins et à déchiffrer des grimoires, pour n'avoir à dire ici que de pareilles rapsodies. J'en suis désolé, mais la science fait défaut. Je ne doute pas cependant que plus tard, demain, peut-être en ce moment même, un antiquaire, plus heureux ou plus patient que moi, ne découvre la bonne, la véritable origine ; en attendant, chacun peut choisir dans ce qui vient d’être dit, ce qui lui conviendra le mieux, ou en inventer comme j'aurais pu le faire moi-même, si j'avais moins de conscience.

VI.
 
Ce serait trop long et dépasser le cadre destiné à cette petite notice, que d'épuiser tout ce que l'histoire des peuples modernes pourrait encore fournir de curieux sur les coutumes singulières et les cérémonies religieuses ou profanes en usage au mois d'avril, soit que ces peuples en aient hérité de l'antiquité la plus reculée, soit que la cause s'en rapporte à quelques faits de leurs annales particulières ; et cette surabondance même deviendrait étrangère à notre objet principal. Il suffira, je pense, de raconter ici, comme un des specimens les plus dignes de remarque, ce qui se passe chaque année, le 1er d'avril, dans le palais des descendants de Mahomet : la fête des Tulipes. On sait quelle vénération les musulmans portent à cette fleur qui est née dans leur climat, les hommages presque divins qu'ils lui rendent, et qu'un présent de tulipes rares est une des plus grande, marques d'estime qu'ils puissent accorder.
 
Le premier d’avril donc, jour mémorable, jour brillant et fortuné pour les vrais croyants et plus encore pour les épouses du sultan, on construit dans la grande cour du sérail de vastes et magnifiques galeries sous lesquelles est rangée sur de nombreux degrés disposés en amphithéâtre, une prodigieuse quantité de carafes garnies des plus belles et des plus rares tulipes, entremêlées de vases précieux, de lampes, de flambeaux et de globes de verre de différentes couleurs.
 
Tous ces riches échafaudages sont surmontés de cages d'or, où des milliers de serins et d'oiseaux divers célèbrent, par leurs mélodieux gazouillements, l'heureux réveil de la nature.
 
A l'entrée de la cour s'élève majestueusement le somptueux pavillon de Sa Hautesse, devant lequel, sur de riches tapis, sont déposés les présents magnifiques offerts à leur maître par les courtisans et les officiers du palais.
 
Lorsque tout est prêt, les eunuques font sortir avec leur politesse accoutumée, c'est à dire a coup de fouet, tous ceux qui sont inutiles ou de trop, ouvriers et curieux. Le progrès est encore peu sensible à constantinople. Chez nous, on le sait, c’est plus poliment qu’on vous met à la porte. Les clôtures extérieures se ferment, et les femmes du sérail, les célestes houris, plus fraîches et plus vermeilles que les tulipes, plus resplendissantes que les flambeaux, plus brillantes, plus vives, plus sveltes que les fauvettes et les serins, plus suaves que les parfums (style oriental), viennent animer ce nouveau paradis, où l'art et la nature réunis charment tous les sens à la fois. L'air retentit des plus doux concerts, bientôt elles forment mille jeux, mille danses voluptueuses ; dociles aux moindres voeux du sultan, toutes rivalisent, pour lui plaire, de séduction, de graces et d'agaçantes coquetteries ; heureuse celle sur qui vient tomber, même par distraction, un coup d'oeil du grand monarque de la sublime Porte. La fête se termine enfin, et le gracieux Kislar Aga (8) vient offrir de la part du grand seigneur des bijoux et des colifichets à celles de ses femmes qui out eu le bonheur de lui donner le plus de plaisir ou le rare talent de le distraire quelques minutes de l'ennui qui le dévore.

VII.

Il eut manqué quelque chose à la célébrité du mois d’avril, s’il n’eût été l’objet des inspirations fréquentes des favoris du Parnasse. Les poètes anciens et modernes ont tous chanté le mois d'avril comme le temps de la verdure, des fleurs et des amours ; Ovide et Virgile ont célébré ses mystères. Et qui ne connaît pas les tendres sonates, les galantes ballades, les sentimentales bucoliques que le doux avril a souvent dictées à nos Bertaud, nos Deshoulières, nos Desportes, nos Ronsard ?

 

Célébrez son triomphe, habitants des campagnes !


s'écrie dans son enthousiasme notre chantre des Mois,

Il rajeunit le thym sur le front des montagnes
Blanchit dans les vergers les tendres arbrisseaux
Epaissit le gazon qui borde les ruisseaux,
De la reine des fleurs parfume la corbeille
Et prépare le miel que vient cueillir l'abeille. (9)


Dans un ballet des saisons joué à Versailles en présence de Louis XIV, le mois d'avril personnifié s'exprime ainsi :

              J'anime toute la nature,
Des plus affreux hivers j’écarte le frimas,
J'amène les beaux jours, les fleurs et la verdure,
La terre à mon retour reprend tous ses appas,
        Les ris, les jeux, la charmante jeunesse
         Accompagnent tous mes pas ;
         Les plaisirs me suivent sans cesse
        Tout languit où je ne suis pas.
Que la terre embellie étale mes bienfaits,
Que la brillante Flore et le jeune Zéphire
Parfument en tous lieux l'air que chacun respire.

 

Ces banalités poétiques, pastorales et champêtres à l'usage des petits-maîtres parfumés d'ambre, des langoureuses marquises et des grisettes métromanes du siècle passé, sont aujourd'hui peu goûtées, et il faut sans doute aux Victor Hugo, aux Lamartine, aux Marcellus, aux Viennet qui depuis ont envahi le Permesse, et à leurs admirateurs, des sujets plus saisissants, des épopées plus impressionnables, des tableaux moins naturels.
 
Pour morceau final et complément de cette monologie un peu bavarde du mois et du poisson d'avril, et ne rien laisser ignorer de tout ce qui peut avoir rapport à ce grave sujet, je dois placer, ici un conte ingénieux dans lequel l'un de nos poètes, qui s'est exercé avec succès dans,le genre naïf créé par La Fontaine, raconte fort agréablement l'origine du poisson d'avril :

Pour corriger, il faut s’y prendre bien.
Sans cet art là, beaux discours n’y font rien ;
   Rien n’y fait la douce éloquence.
   Et pour réussir, je prétends
   Que savoir le faible des gens
Sera toujours la suprême science
Que d’hommes a qui la raison
Ne peut jamais rien faire entendre !
J’en connais un : le brusque-t-on ?
               C'est un lion
            Sachez-le prendre,
Par l'endroit faible, il deviendra mouton
L'entêtement, peut-être, n'est pas vice ;
Mais quel défaut ! Un Picard entêté
    Etait malade, et l'exercice
    Devait lui rendre la santé.
Mais comment faire ! il avait projeté,
    Par goût, peut-être par caprice.
    De ne bouger. Or, un projet,
    Une fois entré dans sa tête,
            Plus n'en sortait.
Je l’ai mis là, répondait-il, c'est fait :
    Le médecin n'est qu'une bête.
    Que répondre à cela ? Lecteur,
Il faut vous dire que notre homme
    Etait le plus friand mangeur
    Qu'on ait vu de Paris à Rome.
    Friand surtout de fin poisson.
    Un jour arrive en sa maison
Un inconnu qui lui dit à l'oreille :
Monsieur, grande nouvelle ! on pêche pris d'ici
    Un gros poisson inconnu jusqu'ici,
   Mais d'un goût.... c'est une merveille :
   Jamais poisson n'eut une chair pareille.
Ah Dieu ! pourriez-vous bien, dit-il, m'en procurer ?
        - La chose est un peu difficile,
Il en vient ce mois-ci, dit-on ; mais dans la ville
       Il faudra l'empêcher d'entrer ;
Car s'il entre une fois, c'est une affaire faite.
      Les princes en feront l'emplette ;
Le roi peut-être aussi va-t-il s'en emparer.
- S'en emparer ! ô ciel comment s’y prendre
Quel stratagème ? – Il en est un certain :
     C'est d'aller vous-même l'attendre.
     - Où l'attendre ? - Sur le chemin.
Oh ! j'irai. Quand vient-il ? - Demain,
Après demain. Quant au jour, on l'ignore ;
    Mais c'est dans ce mois. - Oh ! j'irai,
    Et palsambleu j'en goûterai.
    Il tint parole ; dès l'aurore,
Au devant du poisson il court le lendemain,
Avril était venu, la feuille allait éclore,
    Les champs n'étaient point sans appas,
Mais de leur renaissance il ne s'occupait guère.
     Ce n'était point là ses affaires,
     C'est le poisson qu'il appelle tout bas,
     Et le poisson n'arrive pas.
     Suivant toujours la même route
     Le jour d'après, dès le matin,
     Il vient encore, encore en vain.
Deux fois, trois fois de même ; il enrageait sans doute,
     Mais l'espérance abrégeait le chemin.
     Longtemps ainsi dura la promenade.
Pas le moindre poisson ; mais l'exercice enfin
     Avait guéri tout à fait le malade,
Quand sur sa route un jour parut son médecin.
Oh ! oh ! dit celui-ci , vous avez bon visage !
     Qu'attendez-vous sur ce rivage?
     - Un poisson fort exquis, dit-on
Mais on l'aura mangé, je commence à le croire.
     - Un poisson, j'en connais l’histoire ;
C’est un poisson d'avril : il est de ma façon.
      Vous ne m'en voudrez point j'espère,
Pour vous l'avoir servi ; car c'est par ce mets là
      Que votre guérison s'opère.
      Du poisson il se consola.
      Grand merci de ce bon office,
      Lui dit-il ; sans cet artifice,
      On eût en vain tenté ma guérison.
      On sait que l'homme, en sa vieille saison,
Est souvent un enfant qu'il faut tromper de même,
     Et qu'un innocent stratagème
     Peut sur lui plus que la raison.



Cy finissent les dits et notables enseignements tout
au long et sans rien requérir mis en lumière par votre
serviteur, touchant les origines et curiosités
des poissons d'avril : si daventure le lecteur parvenu
bénevolement jusqu'à l'EXPLICIT maugrée
tant soit peu sur l'insuffisance,
incertitude et vanité du présent poisson
scientifico-littéraire,  l'auteur
tres humblement lui recorde qu'icelui
ne pouvait être autre
chose que poisson d'avril.
 
le 1 avril
de l'an de grace 1843.

 


Notes :
(1) Avril le doux, s'il s’y met, est le pire de tous. (Vieux dicton populaire).
(2) Quelques-uns, Ovide entre autres, font dériver le mot aprilis d'un mot grec qui voudrait dire Vénus ou puissance de Vénus, parce qu'elle exerçait dans ce mois tout son empire :
Que n'ose pas l'envie ô Vénus : des jaloux
Vous disputent ce mois qui n'appartient qu'à vous.
……………………………………………………
On veut, que du retour des beaux jours du printemps,
Avril ait pris son nom : mais l'aimable immortelle
Revendique ses droits sur la saison nouvelle.
Vénus, ame puissante, anime l'univers.
Son empire s'étend sur les êtres divers,
Et de la terre aux cieux sa ceinture féconde
De vie et de bonheur environne le monde.
Fastes d'Ovide, traduction de F. de Saintonge. Paris 1804, V. 2, p. II.
(3La Mandarinade, ou Histoire du Mandarinat de l'abbé de Saint Martin. Caen, 1686, in-12 avec portrait.
(4) Précisément à cette époque, il venait d'arriver un France des ambassadeurs siamois qui firent grand bruit, ce qui rendit pour le bon abbé le fait plus vraisemblable.
(5) Il y a à peu près un siècle, dit Richard Steele, l'auteur du Spectateur, ces plaisirs du mois d'avril étaient fort en vogue en Angleterre, « où chacun se mettait en tête de donner le plus de bayes qu'il pouvait, ce qui faisait que l'on riait plus en ce jour qu'en aucun autre temps de l'année ». Il ajoute qu'un individu de sa connaissance se vantait d'avoir chaque année, le premier d'avril, fait plus de cent dupes, et cela depuis plus de dix ans. Tome I, p. 217.
(6) Expression facétieuse dont se servit le vieux Lafayette, lorsque d'une fenêtre de l'Hôtel de Ville de Paris, après les trois jours révolutionnaires de juillet 1830, il présenta au peuple, assemblé sur la place, le duc d'Orléans, qu'on n'avait point encore nommé roi, en disant : Voici la meilleure des républiques. Ce fait restera comme une des plus notables curiosités historiques.
(7) Un vieux proverbe qui dit :
Se faire en avril poissonnier,
Ou hors d’âge apprendre un métier,
On n’y profite d’un denier ?
Semblerait justifier cette étymologie.
(8) Capitaine à la porte du sérail.
(9) Roucher, poème des Mois.

 

 http://www.bmlisieux.com/curiosa/monologi.htm

Posté par rusty james à 01:14 - - Permalien [#]
Tags :

Nikolas tesla un génie oublié a qui nous devons tant de progrès technique

 

 

tt_main

Figure 1.

Nikola Tesla envoie 500 000 volts à travers son corps

éclairer une lampe à vide sur une photo à exposition multiple

[vers 1898].


introduction

 

Depuis mon enfance, j'étais destiné au clergé. Cette perspective était suspendue comme un nuage sombre dans mon esprit. Après avoir passé onze ans dans une école publique et un établissement supérieur, j'ai obtenu mon certificat de maturité et me suis retrouvé au point critique de ma carrière. Dois-je désobéir à mon père, ignorer les vœux les plus affectueux de ma mère, ou dois-je me résigner au destin. Cette pensée m'oppressait et je regardais l'avenir avec effroi.

 

À ce moment-là, une terrible épidémie de choléra a éclaté dans mon pays natal. Les gens ne savaient rien du caractère de la maladie et les moyens d'assainissement étaient des plus pauvres. Ils ont brûlé d'énormes tas d'arbustes odorants pour purifier l'air, mais ont bu librement de l'eau infectée et sont morts en foule comme des moutons. Contrairement aux ordres péremptoires de mon père, je me suis précipité chez moi et j'ai été frappé. Neuf mois au lit avec à peine la capacité de bouger semblaient épuiser toute ma vitalité, et j'ai été abandonné par les médecins. Ce fut une expérience angoissante, non pas tant à cause de la souffrance physique qu'à cause de mon intense désir de vivre. À l'occasion d'un des évanouissements, mon père m'a acclamé par la promesse de me laisser étudier l'ingénierie; mais il n'aurait pas été réalisé s'il n'y avait pas eu une merveilleuse cure apportée par une vieille dame. Il n'y avait aucune force de suggestion ou d'influence mystérieuse à ce sujet. De tels moyens n'auraient eu aucun effet sur moi, car je croyais fermement aux lois naturelles. Le remède était purement médicinal, héroïque sinon désespéré; mais cela a fonctionné et en un an d'alpinisme et de vie en forêt, j'étais apte à l'effort physique le plus ardu. Mon père a tenu parole et, en 1877, je suis entré au Joanneum de Gratz, en Styrie, l'une des plus anciennes institutions techniques d'Europe. J'ai proposé de montrer des résultats qui rendraient à mes parents leur amère déception due à mon changement de vocation. Ce n'était pas une détermination passagère d'une jeunesse légère; c'était une résolution de fer. Comme un jeune lecteur du Scientific American pourrait tirer profit de mon exemple, je vais l'expliquer.

 

 

Quand j'étais un garçon de sept ou huit ans, j'ai lu un roman sans titre "Abafi" - Le Fils d'Aba - une traduction serbe du hongrois de Josika, un écrivain de renom. Les leçons qu'il enseigne ressemblent beaucoup à celles de «Ben Hur» et, à cet égard, elles pourraient être considérées comme une anticipation du travail de Wallace. Les possibilités de volonté et de maîtrise de soi ont énormément séduit mon imagination débordante et j'ai commencé à me discipliner. Si j'avais un gâteau sucré ou une pomme juteuse que je mourais d'envie de manger, je le donnerais à un autre garçon et subirais les tortures de Tantale, peiné mais satisfait. Si j'avais une tâche difficile devant moi qui était épuisante, je l'attaquerais encore et encore jusqu'à ce qu'elle soit terminée. J'ai donc pratiqué au jour le jour du matin au soir. Au début, cela demandait un effort mental vigoureux dirigé contre la disposition et le désir, mais au fil des années, le conflit a diminué et finalement ma volonté et mon souhait sont devenus identiques. Ils le sont aujourd'hui et c'est là que réside le secret de tout succès que j'ai obtenu. Ces expériences sont aussi intimement liées à ma découverte du champ magnétique tournant que si elles en constituaient une partie essentielle; mais pour eux, je n'aurais jamais inventé le moteur à induction.

 

La première année de mes études au Joanneum, je me levais régulièrement à trois heures du matin et travaillais jusqu'à onze heures du soir; sauf dimanche ou jours fériés. Mon succès a été inhabituel et a suscité l'intérêt des professeurs. Parmi ceux-ci, le Dr Allé, qui a donné des conférences sur les équations différentielles et d'autres branches des mathématiques supérieures et dont les adresses étaient des délices intellectuels inoubliables, et le professeur Poeschl, qui a occupé la chaire de physique, théorique et expérimentale. Je me souviens toujours de ces hommes avec un sentiment de gratitude. Le professeur Poeschl était particulier; on disait de lui qu'il portait le même manteau pendant vingt ans. Mais ce qu'il lui manquait dans le magnétisme personnel, il le rattrapait dans la perfection de son exposition. Je ne l'ai jamais vu manquer un mot ou un geste, et ses démonstrations et expériences se sont toujours déroulées avec une précision horlogère. Au cours de l'hiver 1878, un nouvel appareil a été installé dans la salle de conférence. C'était une dynamo avec un aimant permanent laminé et une armature Gramme. Le professeur Poeschi avait enroulé du fil autour du champ pour montrer le principe de l'auto-excitation et fourni une batterie pour faire fonctionner la machine comme moteur. Pendant qu'il illustrait cette dernière caractéristique, il y avait une étincelle vive au niveau du commutateur et des balais, et je me suis risqué à remarquer que ces dispositifs pourraient être éliminés. Il a dit que c'était tout à fait impossible et a comparé ma proposition à un schéma de mouvement perpétuel, ce qui a amusé mes camarades de classe et m'a beaucoup embarrassé. J'ai hésité un moment, impressionné par son autorité, mais ma conviction s'est renforcée et j'ai décidé de trouver la solution. A cette époque, ma résolution signifiait plus pour moi que le vœu le plus solennel.

 

L'un des premiers moteurs à induction. Bien qu'il ne pesait qu'un peu plus de 20 livres, il développait 1/4 de puissance à une vitesse de 1800 tours, une performance considérée comme remarquable à l'époque.

 

J'ai entrepris cette tâche avec tout le feu et la confiance illimitée des jeunes. À mon avis, c'était simplement un test de volonté. Je ne savais rien des difficultés techniques. Tout mon mandat restant à Gratz a été passé dans un effort intense mais infructueux, et je me suis presque convaincu que le problème était insoluble. En effet, pensais-je, était-il possible de transformer l'attraction constante de la gravitation en une force tourbillonnante! La réponse a été un non catégorique. Et n'était-ce pas également vrai de l'attraction magnétique? Les deux propositions sont apparues à peu près les mêmes.

 

En 1880, je suis allé à Prague, en Bohême, pour réaliser le souhait de mon père d'achever mes études à l'université. L'atmosphère de cette vieille et intéressante ville était propice à l'invention. Les artistes affamés étaient nombreux et on pouvait trouver de la compagnie intelligente partout. Ici, j'ai fait la première étape distincte à l'avance, en détachant les commutateurs des machines et en les plaçant sur des arbres distants. Chaque jour, j'imaginais des arrangements sur ce plan sans résultat, mais sentant que je m'approchais de la solution. L'année suivante, ma vision de la vie a soudainement changé. J'ai réalisé que mes parents faisaient trop de sacrifices pour moi et j'ai décidé de les soulager du fardeau. La vague téléphonique américaine avait atteint le continent européen et le système devait être installé à Budapest. C'est apparu une opportunité idéale, et j'ai pris le train pour cette ville. Ironie du sort, mon premier emploi fut celui de dessinateur. Je détestais le dessin; c'était pour moi le pire des ennuis. Heureusement, je n'ai pas tardé à obtenir le poste que je cherchais, celui d'électricien en chef de la compagnie de téléphone. Mes fonctions m'ont mis en contact avec un certain nombre de jeunes hommes qui m'ont intéressé. L'un d'eux était M. Szigety, qui était un remarquable spécimen d'humanité. Une grosse tête avec une horrible bosse d'un côté et un teint jaunâtre le rendait très laid, mais de son propre cou, son corps aurait pu servir de statue d'Apollon. Sa force était phénoménale. À cette époque, je m'étais épuisé par un travail acharné et une pensée incessante. Il m'a impressionné par la nécessité d'un développement physique systématique et j'ai accepté son offre de m'entraîner en athlétisme. Nous nous entraînions tous les jours et je gagnais rapidement en force. Mon esprit a également semblé devenir plus vigoureux et comme mes pensées se sont tournées vers le sujet qui m'a absorbé, j'ai été surpris de ma confiance en la réussite. À une occasion, toujours présente dans mes souvenirs, nous nous amusions dans le Varos-liget ou le City Park. Je récitais de la poésie, que j'aimais passionnément. À cet âge, je connaissais des livres entiers par cœur et pouvais les lire de mémoire mot par mot. L'un d'eux était Faust. Il était tard dans l'après-midi, le soleil se couchait et je me souvins du passage:

 

"Sie rückt und weich, der Tag ist überlebt,
Dort eilt sie bin und fördert neues Leben,
Oh, das kein Flügel mich vom Boden hebt
Ihr nach und immer nach zu streben!

Ach, zu des Geistes Flügeln wird so leicht
Kein körperlicher Flügel sich gesellen! "

 

Alors que je prononçais les derniers mots, plongé dans mes pensées et émerveillé par la puissance du poète, l'idée est venue comme un éclair. En un instant j'ai tout vu, et j'ai dessiné avec un bâton sur le sable les schémas qui étaient illustrés dans mes brevets fondamentaux de mai 1888, et que Szigety comprenait parfaitement.

indexllk

 

Il est extrêmement difficile pour moi de mettre cette expérience devant le lecteur dans sa vraie lumière et sa signification car elle est tout à fait extraordinaire. Lorsqu'une idée se présente, elle est, en règle générale, grossière et imparfaite. La naissance, la croissance et le développement sont des phases normales et naturelles. C'était différent avec mon invention. Au moment même où j'en ai pris conscience. Je l'ai vu pleinement développé et perfectionné. Là encore, une théorie, aussi plausible soit-elle, doit généralement être confirmée par l'expérience. Pas comme celui que j'avais formulé. Il était démontré quotidiennement que chaque dynamo et moteur était une preuve absolue de sa solidité. L'effet sur moi était indescriptible. Mes imaginations étaient équivalentes aux réalités. J'avais réalisé ce que j'avais entrepris et m'étais imaginé atteindre la richesse et la renommée. Mais plus que tout cela a été pour moi la révélation que j'étais un inventeur. C'était la seule chose que je voulais être. Archimède était mon idéal. J'admirais les œuvres d'artistes, mais à mon avis, ce n'étaient que des ombres et des semblants. L'inventeur, pensais-je, donne au monde des créations palpables, qui vivent et travaillent.

 


Nikola Tesla était l'un des plus grands inventeurs électriques des temps modernes dont le travail fondamental, y compris l'invention du moteur à induction, du système polyphasé à courant alternatif, des lampes fluorescentes, de la télécommande et de l'intelligence artificielle, est au cœur de notre société technologique; pourtant, peu de gens ont entendu parler de lui.

Même au cours de la vie de l'inventeur, un auteur a admis que lorsque le nom de Tesla était suggéré comme le plus grand Américain yougoslave vivant, il "restait embarrassamment silencieux ... Le nom n'était même pas vaguement familier" [8].

Bien que les biographes de Tesla aient écrit leurs biographies afin que "Tesla ne soit pas oublié par un monde oublieux" [15] , le monde a oublié et il y a des raisons précises pour lesquelles.

William Terbo , le neveu de Tesla, chef de la Tesla Society, a déclaré que l'une des principales raisons de la non-reconnaissance du nom de son oncle est qu'aucune société ne s'y identifie étroitement.

Bien qu'elle soit un facteur contributif, cette idée ne répond pas pleinement à la question car aucune société n'est étroitement liée à d'autres inventeurs comparables dont nous nous souvenons, tels que les frères Wright, Cyrus McCormick ou Eli Whitney.

Dans une enquête sur la reconnaissance du nom que j'ai menée en 1983 auprès de 80 nouveaux étudiants du Collège général de Bristol Community College, MA, de 43 élèves de la classe supérieure de génie électrique de l'Université de Rhode Island et de 46 étudiants d'ingénierie des écoles du soir du Nassau Community College de Long Island, NY, sur sur un total de 169 participants, seuls 28 (17%) ont reconnu le nom de Tesla, tandis que 49 étudiants (28%) ont correctement identifié Marconi et 159 étudiants (91%) connaissaient Edison.

Lorsque 24 étudiants (55%) du groupe de génie électrique de l'URI savaient qui était Tesla, aucun étudiant non ingénieur n'a reconnu son nom [37].

De plus, dans une revue de 13 manuels consacrés à l'histoire de l'invention (répertoriés dans la bibliographie), bien qu'Edison soit apparu dans chacun d'eux et A, 4arconi dans la plupart, le nom de Tesla n'est apparu qu'en 5, et parmi eux seulement 3, (23 %) a expliqué sa contribution de manière claire [37, 4, 5, 7, 8, 12, 13, 17, 18, 20, 24, 26, 45, 48].

Alors que la plupart des traités sur Tesla acceptent son statut obscur comme acquis, aucune tentative complète n'a été faite pour en définir les raisons spécifiques.

Cet article tente d'analyser les principaux facteurs contributifs.

tesla45_02

 
Figure 2.

Le papier à en-tête sur le papier à lettres de Tesla a souligné plusieurs de ses réalisations.

 


Histoire


En 1888, Tesla a présenté au monde sa brillante création du système polyphasé AC.

Avant l'invention de Tesla, le courant alternatif à écoulement naturel était converti dans une direction au moyen d'un dispositif inefficace appelé le commutateur (une série de brosses métalliques). Cette perte d'énergie était énorme, et à cause de cela, les générateurs ne pouvaient transporter de l'électricité qu'à environ un mile, puis uniquement pour éclairer les maisons.

Après l'invention de Tesla, l'énergie électrique ainsi que la simple énergie pour l'éclairage des maisons ont pu être transportées sur des centaines de kilomètres; car l'inventeur avait conçu un moyen d'organiser deux (ou plus) courants déphasés entre eux de telle sorte qu'ils généraient un champ électromagnétique unique qui tournait dans l'espace.

Un aimant de réception placé dans ce champ pourrait maintenant faire tourner un moteur sans utiliser de commutateur. Il a également expliqué l'effet mathématiquement. Presque du jour au lendemain, l'invention de Tesla a fait un bond en avant dans les arts électriques.

Quelques années plus tôt, Tesla avait offert le nouveau système à Thomas Edison, pour qui il avait travaillé après avoir émigré en Amérique. Malheureusement, Edison était un homme de DC et se méfiait de travailler avec ce qu'il percevait comme les hautes fréquences contraires et dangereuses de l'AC.

Cependant, George Westinghouse , un concurrent d'Edison [33] et un spécialiste des appareils à courant alternatif a réalisé l'importance de la création de Tesla et a ensuite acheté l'invention pour un million de dollars déclaré, plus les redevances.

tesla45_03

Figure 3.

Le système électrique polyphasé de Tesla a été utilisé pour illuminer l'Exposition universelle de Chicago de 1893 ... un événement social et culturel incroyablement populaire et extrêmement influent.

Des millions d'Américains ont vécu la Foire pendant ses six mois d'existence sur les rives du lac Michigan, et des millions d'autres ont vécu avec son héritage tout au long du XXe siècle et jusqu'au XXIe.

Westinghouse ne s'est pas contenté d'acquérir un appareil qui supprimait un commutateur, il a obtenu les droits sur un système électrique complet qui était si complexe qu'il devait être divisé en sept inventions majeures et 40 brevets!

Inclus dans ce paquet étaient des inventions telles que:

  1. la bobine Tesla.

  2. le générateur de courant alternatif et la dynamo.

  3. moteurs asynchrones synchrones et dépendants de la charge.

  4. le champ magnétique tournant, un principe entièrement nouveau derrière le système polyphasé.

En 1895, l'invention de Tesla a été utilisée avec succès en Suisse, en Allemagne et en Angleterre, à l'Exposition universelle de Chicago et aux chutes du Niagara.

C'était aussi le moyen de la création du système ferroviaire électrique. Aujourd'hui, pratiquement chaque centrale électrique de la planète doit son existence à Tesla, car sa création est restée inchangée un siècle après sa conceptualisation. En tant qu'individu unique, Tesla a modifié le cours de l'histoire de manière dramatique.

Bien qu'il ait été une figure très visible tout au long de l'âge d'or , une tête d'affiche de la première page de,

  • Le New York Times

  • Examen des avis

  • Colliers

  • Monde électrique et ingénieur

  • Le siècle,

... Tesla est morte dans l'obscurité.

Ironiquement, la plupart de ses amis et collègues sont toujours des personnages historiques bien reconnus.

Ces notables comprenaient,

  • Mark Twain, photographié dans le laboratoire de Tesla en 1894

  • George Westinghouse

  • Thomas Edison

  • Rudyard Kipling

  • John Jacob Astor, qui a soutenu financièrement Tesla et a maintenu une résidence pour lui au Waldorf Astoria

  • Stanford White, célèbre architecte et concepteur de la tour de transmission malheureuse de Long Island de Tesla

  • J. Pierpont Morgan, partenaire commercial de Tesla en 1901, et aussi l'homme le plus riche et le plus puissant de son époque

Tesla n'était pas un inventeur ermite obscur; il était un bon vivant de l'élite sociale des Gay Nineties.

tesla45_04

Figure 4.

Le courant à haute tension traversant le corps avant d'exciter les lampes à incandescence. La boucle est maintenue sur la bobine résonante par M. Clemens (Mark Twain)

Tiré du magazine Century d'avril 1895.

L'histoire du déclin de la renommée de Nikola Tesla est une quête psycho-historique [32], [34], [37] .

Car il semblerait que, étant donné qu'il était l'auteur incontesté du système électrique utilisé aujourd'hui, et que ses autres inventions comprenaient également la communication sans fil (par exemple, la radio), les lampes au néon et fluorescentes, la télécommande et le robot, on pourrait penser que chaque enfant qui grandit connaîtrait le nom de Tesla, tout comme ils connaissent Newton, Galileo, Edison, Henry Ford ou Marconi.

On pourrait également penser que chaque ingénieur électricien saurait également qui était Tesla, et pourtant beaucoup ne le savent pas.

Pour expliquer pourquoi il en est ainsi, deux événements majeurs seront discutés, culminant tous les deux en 1901: la relation Tesla / Morgan et la croyance de l'inventeur en la possibilité d'une communication interplanétaire.

Les deux sont intrinsèquement liés à la disparition de ce grand inventeur.


Chronologie des relations Tesla / Morgan


En 1884, Tesla est arrivé en Amérique pour travailler pour Thomas Edison .

À cette époque, Morgan avait déjà été impliqué financièrement avec le "Wizard of Menlo Park" pendant plus de quatre ans. En fait, Morgan a été le premier citoyen privé de l'histoire à avoir installé un éclairage électrique dans sa maison. [29]

En 1891, Morgan a littéralement poussé Edison hors de sa société Edison Electric car l'inventeur avait réussi à accumuler une dette de 3,5 millions de dollars [16].

En combinant l'entreprise avec l'entreprise Thomson-Houston, General Electric est né.

Il n'y avait qu'un seul problème:

GE avait besoin du système polyphasé Tesla.

À long terme, les ingénieurs de Morgan tels que Steinmetz et Thomson savaient qu'ils ne pourraient pas survivre avec leurs générateurs Edison DC primitifs. C'est pourquoi Morgan a approché Westinghouse au milieu des années 1890 pour échanger les droits de leurs brevets de chariot Vanderpoel pour le système polyphasé Tesla [27].

En raison des restrictions sur le contrat de Tesla avec Westinghouse, l'inventeur n'a reçu aucun avantage direct de cet énorme compromis financier.

tesla45_05

 
Figure 5.

Le premier télautomate pratique. Une machine ayant tous ses mouvements corporels ou de translation

et les opérations du mécanisme intérieur contrôlées à distance sans fil.

Tesla l'a démontré en 1898 dans les jardins de Madison Square!

À peu près à la même époque, en 1898, Tesla a inventé et exposé son spectaculaire torpilleur télécommandé au salon Electrical Show de Madison Square Garden, un magnifique bâtiment financé par Morgan et conçu et géré par le flamboyant architecte Stanford White.

Cette machine, que Tesla appelait le télé-automate, contenait tous les principes de la radio, de l'action électrique à distance et aussi du robot. La presse a qualifié la création de «torpilleur sans équipage» [38].

En 1899, après avoir déménagé à Colorado Springs pour construire un laboratoire d'essai de transmission sans fil afin d'envoyer des impulsions dans le monde entier, Tesla a envoyé ses fantastiques photographies électriques (le 29 octobre) à:

  • son bailleur de fonds, John Jacob Astor

  • ses amis les plus proches RU Johnson, rédacteur en chef de The Century

  • sa femme Kathryn

  • Stanford White [42 / Scherf]

Comme Morgan travaillait avec McKim du cabinet d'architectes McKim, Mead & White, sur la construction de la bibliothèque Morgan à l'époque, et comme Morgan et White étaient les principes du jardin, il est également très probable que White ait montré ces photos à Morgan.

Cependant, alors que Tesla était à l'ouest et déconnecté de New York, Marconi commençait à se faire une réputation mondiale.

Pendant les mois les plus spectaculaires des expériences de Tesla, y compris la création de paratonnerres de 100 pieds, le jeune inventeur italien avait capturé la première page du New York Times avec sa couverture sans fil des courses de yachts de l'America's Cup.

Tesla était bien conscient de la coïncidence car son secrétaire / directeur George Scherff , qui s'occupait du laboratoire de New York à l'époque, lui écrit le 2 octobre 1899 que "le New York Herald continue de faire exploser Marconi" [42].

Morgan, en tant que membre de la New York Yacht Association, a sans aucun doute été impressionné par le succès de Marconi, et on pourrait dire, rétrospectivement, que l'événement a également précédé la défaite ultime de Tesla dans la course au sans fil. Ainsi, le retour de Tesla à New York quelques mois plus tard, en janvier 1900, a été accueilli avec des émotions mitigées. La préoccupation de Morgan concernant une éventuelle liaison avec Tesla était extrêmement complexe car Tesla était un type assez complexe.

Dès avril 1894, Tesla était décrit par un auteur comme un rêveur et pourtant aussi,

"un inventeur phénoménal du monde oriental, dont on attend un peu moins que s'il portait la lampe d'Aladin à la main" [25].

tesla45_06

 
Figure 6.

Tesla semble être assis calmement près de sa bobine de 12 millions de volts à Colorado Springs ...

il s'agit en fait d'une double exposition (une technique que Tesla a largement utilisée dans ses recherches).

Certes, on pourrait dire que Tesla lui-même a soutenu et en vérité conçu ce personnage comme en témoignent ses spectaculaires conférences et photographies.

Tesla n'était pas au-delà de l'utilisation de la photographie trompeuse, par exemple, des expositions multiples et des réclamations extraordinaires à l'appui de sa cause. Néanmoins, Tesla était avant tout un ingénieur discipliné.

Pendant son séjour au Colorado, l'inventeur a pu établir expérimentalement qu'il pouvait traverser le globe avec des pulsations électriques; il a également indiqué qu'il avait illuminé des ampoules électriques par transmission sans fil à une distance de 40 kilomètres de son laboratoire expérimental.

Le travail et les plans ultimes de Tesla ont tous été publiés dans un extraordinaire traité de 25 000 mots dans The Century en juin 1900 intitulé «Le problème de l'augmentation de l'énergie humaine» [39].

Si Morgan avait pu parcourir 10 000 à 15 000 mots de philosophie, il aurait lu dans cette pièce le principe de la résonance (le secret derrière les circuits accordés), le télé-automate et aussi les brillants concepts de Tesla sur la façon dont il allait distribuer l'électricité de son émetteur grossissant. Énoncé assez brièvement, Tesla prévoyait d'ériger une grande tour électrique avec une surface arrondie ornée de nombreux terminaux pointus pour stocker l'énergie.

La hauteur de la tour a été précisément déterminée par sa relation harmonique avec la taille et les propriétés électriques de la terre. La tour actuelle de Wardenclyffe a atteint une hauteur de 187 pieds et une profondeur de 120 pieds, de sorte que la longueur totale de l'appareil était de 307 pieds [1], [6], [9], [19] .

Le long du centre principal de la tour se trouvait un serpentin primaire et secondaire et des condenseurs qui augmentaient les vibrations électriques à plusieurs millions de volts.

L'appareil de Tesla impliquait la transmission de vibrations électriques intenses dans la terre et sa réception par des tours de réception similaires réparties à n'importe quel point éloigné du globe.

 

tesla45_07


Figure 7.

Laboratoire de haute altitude de Tesla à Colorado Springs .

Une grande partie du travail controversé de Tesla, y compris les tests initiaux

pour la transmission de l'énergie sans fil a été effectuée ici.

Air liquide à des températures de -197 ° C [44; Brevet américain 685 012], créé par les oscillateurs mécaniques de Tesla [44; Le brevet US 5141,68] serait utilisé pour créer un "trou d'évier" [39] pour attirer les ondes stationnaires transmises; et en même temps, les températures extrêmement basses augmenteraient extraordinairement l'intensité, le grossissement et la durée des oscillations capturées.

Il n'est pas inconcevable que Tesla ait également utilisé le principe de la supraconductivité qui aurait radicalement transformé la nature des énergies entrantes, car les travaux dans ce domaine remontent au début des années 1900 [3].

Des impulsions propagées, réglées mathématiquement sur une fréquence de résonance ou un courant tellurique de la terre "rebondiraient ... des limites éloignées de la terre" et monteraient sur des tours de réception où l'énergie pourrait être stockée dans la crête bulbeuse ou transmise à des dispositifs mécaniques dans une variété de façons, y compris la propagation d'énergie en lignes droites à travers l'espace, au moyen de fils, en créant des alternances entre le sol et la borne élevée ou en transformant les énergies à des fréquences plus élevées et en les distribuant à travers le milieu naturel [44] - Brevet américain 685956.

Il ressort des pages 199 à 205 de l'article The Century [39] , que Tesla prévoyait de pomper l'énergie de la terre en la convertissant sous une autre forme.

Il donne comme analogie l'idée d'utiliser l'électrolyse pour transformer l'eau en hydrogène et en oxygène lorsqu'elle s'écoule dans un réservoir (placé au fond d'un lac). Si le système était parfait, le réservoir ne serait jamais rempli et l'eau entrante, qui pourrait être exploitée, fonctionnerait pratiquement pour toujours (ou jusqu'à ce que l'approvisionnement soit épuisé).

Tesla a déclaré explicitement que cette situation idéale ne pouvait pas être réalisée.

Le principe, cependant, apparaît comme des appareils sonores, résonnants et un froid extrême (et peut-être la supraconductivité) attireraient l'énergie et l'émetteur grossissant la convertirait pour la distribution.


Figure 8.

La signature haut que Tesla a signé

peu de temps après son retour triomphal de Colorado Springs

révèle des envolées fantaisistes et une touche d'égomanie.

La signature du bas semble plus sérieuse,

écrit après que Tesla se rende compte que Marconi a piraté ses idées.

Malgré quelques doutes, Morgan a été impressionné et, au cours des derniers mois de 1900, Tesla a été invité à la maison Morgan sur Madison Avenue où il a diverti la famille, leur montrant des appareils électriques et sans fil intéressants, a rencontré son amie Ann, la fille de Morgan, et discuté d'un partenariat potentiel avec le grand financier.

Par coïncidence, quelques mois avant que Tesla n'ait finalisé les arrangements pécuniaires avec Morgan, juste après son retour triomphal du Colorado, l'écriture et la signature de Tesla ont commencé à lui montrer de curieuses fioritures.


Système mondial de puissance et de lumière


Le rêve de Tesla, qu'il a révélé à Katheryn Johnson le 19 avril 1907, était de créer une «ville radio» (terminologie actuelle), un centre de radiodiffusion central sur Long Island interconnecté à plus de 30 autres tours [43] , le tout qui distribuerait alimentation, lumière, musique et images sans fil.

Cette vision a également été discutée avec Stanford White , sans doute en 1898 lorsqu'ils ont travaillé ensemble au Madison Square Garden pour concevoir une salle d'éclairage artificiel pour le salon de l'électricité. Pour un montant de ~ 950 $, White a donné son temps et ses talents pour rédiger les plans d'un gigantesque édifice de 15 étages et d'un laboratoire d'accompagnement.

Les deux ont ensuite été érigés à Shoreham, Long Island, à 65 milles de New York.

Cela s'appelait Wardenclyffe .


Figure 9.

Le transmetteur grossissant Tesla et le laboratoire de Wardenclyffe,

Long Island a été conçu par Stanford White.


La rencontre Tesla / Morgan


Lorsque John O'Neill a écrit sa biographie classique de Tesla en 1944 [23] , il n'avait pas accès aux lettres de microfilm des fichiers de Tesla, et donc O'Neill a incorrectement attribué la contribution de Morgan à l'entreprise comme étant de nature philanthropique.

Ces informations proviennent très probablement directement de Tesla, que O'Neill a interviewé longuement pour son livre.

Au moment où Hunt et Draper ont écrit leur biographie en 1964 [15] , ils avaient accès à ces lettres [42] et ont correctement révélé les détails du partenariat Tesla / Morgan (discuté ci-dessous).

Cependant, ni cette deuxième biographie ni la nouvelle biographie de Chaney [6] n'ont expliqué exactement pourquoi Tesla n'a pas pu terminer la tour, ni les raisons spécifiques pour lesquelles sa relation a échoué avec Morgan.

Après une étude détaillée de ces lettres et une comparaison avec les données historiques de la vie de Tesla et Morgan, l'analyse précédente a été créée afin d'expliquer de manière plus vivante la nature exacte de cet événement. Pour commencer, il est clair que dès le début, Morgan hésitait à croire aux capacités de Tesla.

Le 10 décembre 1900, Tesla écrit à Morgan pour expliquer pourquoi il s'était retiré "à la hâte" le vendredi soir précédent. Morgan avait fait une "remarque désinvolte" concernant les articles de journaux attribuant l'invention du sans fil et du système de climatisation à d'autres personnes.

Une coupure de presse du professeur Slaby , un ingénieur électricien allemand très respecté, a été incluse, indiquant que Tesla était,

"père du sans fil ... [qu'il avait] fondé d'une manière aussi claire et précise" [42].


Figure 10.

En 1901, J Pierpont Morgan prit le titre de

«La force économique la plus puissante de la planète»!

La gamme complète de la crédibilité de Tesla était attaquée sur tous les fronts.

Par exemple, en réponse à l'article de Tesla publié en juin 1900 dans The Century, Popular Science Monthly a écrit une critique intitulée "Science and Fiction":

Il est évident que les [rédacteurs en chef du siècle] ne connaissent pas la science des déchets et ne font apparemment aucun effort pour découvrir la différence [entre] les médicaments frauduleux, les faux inventeurs et les entreprises insensées. [47]

Tesla assure Morgan de ses priorités antérieures dans le courant alternatif ainsi que dans le sans fil et d'autres notes dans cette même lettre détaillée qu'il,

"a obtenu de larges droits sur les caractéristiques fondamentales ... de la transmission sans fil ... qui offrent des chances sans précédent dans l'exploitation commerciale qui méritent toute votre attention."

Et puis en guise de finale, Tesla défie hardiment le grand J.Pierpont Morgan:

Avant d'aller plus loin, permettez-moi de vous rappeler que s'il n'y avait eu dans le monde que des personnes timides et serrées, rien de grand n'aurait jamais été accompli.

Raphaël n'aurait pas pu créer ses merveilles, Christophe Colomb n'aurait pas pu découvrir l'Amérique, le câble atlantique n'aurait pas pu être posé. Vous devriez tous être l'homme à vous lancer dans cette entreprise ... [qui sera] un art d'une valeur inestimable pour l'humanité.

Tesla avait approché Morgan avec un plan pour envoyer des messages sans fil en Europe.

Son véritable objectif, cependant, était la transmission du pouvoir ainsi que de l'information. Pour diverses raisons, notamment l'impossibilité apparente de la tâche, Tesla n'a pas révélé cet objectif primordial.


Figure 11.

John Pierpont Morgan (1837-1913) a commencé sa carrière en 1857 en tant que comptable,

et est devenu partenaire de Drexel, Morgan and Company en 1871!

Au début des années 1900, Morgan était la principale force derrière les fiducies,

contrôler pratiquement toutes les industries américaines de base.

Lors de leur première réunion, Morgan avait offert une scission uniforme, mais Tesla a insisté pour que Morgan conserve "la plus grande part" parce qu'il voulait que Morgan contrôle la société, et aussi, dans un sens psychanalytique, parce que Tesla cherchait probablement un substitut père / frère aîné. qui s'occuperait de son "fils" de la même manière qu'un philanthrope soutiendrait un protégé [34], [37].

Le contrat a été conclu en février 1901 et signé en mars.

Tesla devait recevoir un total de 150000 $ (50000 $ de plus que ce qu'il avait initialement demandé), et en retour Morgan a reçu 51% de la société et également 51% de tous les brevets actuels et futurs dans la transmission sans fil et la lumière artificielle du jour. Ce n'était pas du goût de Tesla car il avait proposé que Morgan ne prenne qu'un pourcentage de l'entreprise, pas les brevets.

Tesla "n'a rien dit de peur de vous offenser". [41; 10/13/1404].

Bien qu'il ne soit pas complètement conquis, Morgan s'attendait à ce que Tesla réussisse, à rapporter des courses de yachts pendant que le financier traversait les mers à Londres et à envoyer des messages sans fil aux vapeurs océaniques. C'était l'étendue de leur contrat. Il n'était pas question de distribuer le pouvoir ou la lumière.

Le 12 février 1901, Tesla a écrit une note de remerciement:

Comment puis-je commencer à vous remercier au nom de ma profession et de mon propre grand homme généreux! Mon travail proclamera haut et fort votre nom au monde.

Vous verrez bientôt que non seulement je suis capable d'apprécier profondément la noblesse de votre action, mais aussi de faire de notre investissement essentiellement philanthropique une centaine de fois la somme que vous avez mise à ma disposition d'une manière si magnanime et princière!


Figure 12.

Signature de JP Morgan sur le contrat de 1901 avec Nikola Tesla

concernant le développement de la communication sans fil.

En tant que concepteur de l'évolution de la vie humaine, Tesla a pris des libertés dans sa perception de ses relations commerciales avec Morgan. Cependant, du point de vue du financier, l'arrangement était assez simple.

Il ne s'agissait en aucun cas d'un investissement philanthropique.


The Billion Dollar Trust


Néanmoins, Morgan était dans un esprit entreprenant.

Les mois mêmes où Tesla a élaboré les détails de son partenariat, Morgan organisait également une énorme fiducie sidérurgique qui serait capitalisée à un milliard et demi de dollars. En mars 1901, Morgan contrôlait les industries sidérurgique, électrique, maritime, minière et électrique; il avait également une grande patte dans les conglomérats de téléphone, de chemin de fer et d'assurance.

Les nouveaux potentiels du sans-fil étaient un petit pari parallèle pour Pierpont.

En réaction à la «Morganisation», l'anarchie a commencé à devenir une alternative politique viable; le travail a également continué de faire grève contre les barons voleurs; Morgan souhaitait donc beaucoup assurer un climat économique stable.

Cependant, le financier devait avoir ses ennuis avec le monopole de l'acier, en partie à cause des problèmes du marché et surtout à cause des conflits du travail.

Pour compenser la possibilité de ce grand conglomérat de repli et augmenter le potentiel de revenus supplémentaires, Morgan a «enrôlé» le célèbre manipulateur de titres James Keene pour créer un intérêt artificiel. Keene a acheté et vendu de gros blocs de US Steel à des investisseurs fictifs afin de créer l'illusion d'un intérêt haussier [47].

Le simulacre a fonctionné et en quelques semaines, le Big Board a connu les jours de négociation les plus actifs de l'histoire de la bourse. Un mois plus tard, Morgan partait pour son séjour annuel en Europe. Il espérait, au moment de son retour, que sa sidérurgie serait stabilisée et que ses opérations sans fil transmettraient des messages transatlantiques.

Les temps semblaient bons.


Figure 13.

Cet article de première page du New York Times

était encore une autre confirmation «scientifique» de la vie sur Mars.

 


Communication interplanétaire


Malheureusement pour Tesla, avant même la signature du contrat de mars, l'inventeur avait des difficultés.

Cela était dû en grande partie à ses déclarations interplanétaires spectaculaires.

Influencé par l'astronome de Harvard Perceival Lowell , qui a discuté de son analyse des «canaux de Mars» et de sa croyance en la vie intelligente là-bas, et par les écrits de science-fiction sur les martiens de HG Wells et George DuMaurier (le grand-père de Daphne) [35] , Tesla a annoncé au monde qu'il peut avoir reçu des fréquences pulsées de l'espace extra-atmosphérique, probablement Vénus ou Mars.

PARLER AVEC LES PLANÈTES
Nikola Tesla


.... J'avais perfectionné l'appareil auquel je me référais si loin que depuis mon laboratoire dans les montagnes du Colorado [1899] je pouvais sentir le pouls du globe tel qu'il était, notant chaque changement électrique qui se produisait dans un rayon de 1100 miles

.... Je ne pourrai jamais oublier les premières sensations que j'ai ressenties quand il m'est apparu que j'avais observé quelque chose qui avait peut-être des conséquences incalculables pour l'humanité.

.... Mes premières observations me terrifièrent positivement, car il y avait en elles quelque chose de mystérieux, pour ne pas dire surnaturel

.... Le sentiment grandit constamment sur moi que j'avais été le premier à entendre le salut d'une planète à l'autre

De nombreux critiques ont attaqué la crédibilité de Tesla.

Je pense qu'il est juste de dire en termes de renommée et d'acceptation, Tesla n'a jamais récupéré, même aujourd'hui, 60 ans après sa mort et plus de 100 ans après le début des articles. Son nom est tombé en disgrâce, perdu pendant des années dans des cercles occultes et sur des étagères poussiéreuses [31], [35], [36] .

Un mystérieux Mr. X d'un périodique:

a averti ... tous les lecteurs ... [que] les déclarations récemment publiées de M. Tesla l'ont discrédité aux yeux des juges compétents ... Ses écrits vifs doivent être lus avec une extrême prudence.

Ses expériences électriques orientées vers des usages commerciaux doivent être jugées par un succès commercial avéré. Ses spéculations sur la science sont si téméraires qu'elles perdent tout intérêt. Son philosophage si ignorant qu'il ne vaut rien [49].


Figure 14.

Percival Lowell (1855-1916) est montré ici à son observatoire de renommée mondiale près de Flagstaff.

Ses écrits sur Mars ont alimenté beaucoup de spéculations dans les milieux scientifiques au tournant du 20e siècle!

L'attaque, cependant, n'était pas monolithique.

The Electrical World & Engineer, un magazine beaucoup plus prestigieux et honorable, a simplement rapporté les revendications interplanétaires de Tesla. Ayant également rapporté les découvertes des canaux de Mars de Lowell (au cours des 7 dernières années), la communauté électrique n'était pas aussi horrifiée que les factions de la presse populaire.

Hunt et Draper suggèrent que Tesla aurait pu capter les impulsions d'un quasar [15] ; alors que je fais l'hypothèse que Tesla peut avoir intercepté les expériences européennes de Marconi ou les impulsions de certains autres dabbler dans la transmission sans fil [34], [36] .

Morgan, sans aucun doute, a été perturbé par les attaques de la presse et par les affirmations farfelues de Tesla. Cependant, le financier ne pouvait pas se plaindre trop fort car son ingénieur en chef pour General Electric, Elihu Thomson , montrait les «canaux de Mars» à tous ses travailleurs à travers le nouveau télescope qu'il venait d'acheter! [45].

Peu de temps après, avant même que Morgan ne parte pour l'Europe, Tesla a entrepris (par inadvertance) de faire exactement ce qu'il avait promis de ne pas faire. Il a trompé son bienfaiteur; Morgan ne lui pardonnerait jamais.

Le sort a été lancé après que Tesla a lu un article de Marconi sur ses nouveaux brevets sans fil qui ont été approuvés par les ingénieurs-conseils Pupin et Edison:

J'ai [Marconi] d'abord réalisé un arrangement ... dans lequel est inclus le primaire de ce qui peut être appelé une bobine Tesla, dont le secondaire était connecté à la terre ou au conducteur aérien ... [19] .

Tesla fait référence à l'événement dans une lettre à Morgan qui a été écrite trois ans plus tard:

Quand j'ai découvert, plutôt accidentellement, que d'autres, qui jetaient ouvertement le ridicule sur ce que j'avais entrepris et discrédité mon appareil, l'utilisaient secrètement, évidemment attachés à la même tâche, je me suis retrouvé confronté à des conditions tout à fait imprévues ... Votre [Morgan's] la participation a appelé à une révision minutieuse de mes plans.

Je ne pouvais pas développer l'entreprise lentement à la manière d'une épicerie. Je n'ai pas pu signaler les courses de yachts ni signaler les vapeurs entrants. Il n'y avait pas d'argent là-dedans. Ce n'était pas une affaire pour un homme de votre position et de votre importance.

Peut-être n'avez-vous jamais pleinement compris le sens de cette obligation.

[42; 10/13/19041.]

Dans ce passage, Tesla affiche une incompréhension totale de la personnalité de Morgan, car, contrairement à l'inventeur dont les idées existaient dans des lieux abstraits et futuristes, l'esprit de Morgan était présent.

Il aimait la voile et les courses de yachts, et en voudrait un autre suggérant ce qu'un homme dans sa position devrait faire ou ne pas faire.

Tesla dit à Morgan dans cette lettre qu'il devait changer ses plans. En raison de «l'avantage de concurrents avisés», Tesla a décidé de construire une immense tour au lieu des deux émetteurs plus petits qu'il avait initialement proposés.

Paradoxalement pour l'altruiste Tesla, sa cupidité était également une forte force de motivation car son objectif était simplement d'enterrer l'opposition et de créer une entreprise "à la mesure de votre position [de Morgan] dans la vie et de la mienne en tant que pionnier dans cet art, qui est à l'origine de tous principes essentiels [42; 13/10/1904].

Tesla avait atteint le sommet de l'humanité. Son ego se leva avec l'occasion, car le sorcier avait conçu un système de télécommunications qui éclipserait non seulement les industries du câble et du téléphone existantes, mais aussi les entreprises de service de fil d'actualités, d'éclairage et de distribution d'énergie.

Ce système sans fil mondial distribuerait non seulement de simples messages codés en Morse, ce que Marconi avait prévu, mais également des conversations téléphoniques internationales, des photos et des articles de journaux aux voiliers, le pouvoir de faire fonctionner des tramways de Londres et de la lumière pour le monde.

La vision ultime de Tesla comprenait même la création de pluie dans les déserts, la lumière du jour artificielle dans le ciel pour éclairer les voies de navigation la nuit, ainsi que la communication interplanétaire!

Ayant atteint la conscience cosmique, Tesla avait offert cette création au roi financier du monde, et le monarque avait accepté.

Pour l'inventeur, c'était un détail que cette vision n'était pas en accord avec les spécificités du contrat, (ou que s'il avait réussi, Hiorgan et le reste de la communauté financière auraient dû révolutionner leurs systèmes d'alimentation, d'éclairage et de communication. ).

Et même si, par hasard, Morgan ne devait pas fournir de fonds supplémentaires, Tesla avait toujours son propre argent et la personnalité pour attirer des investisseurs supplémentaires.

 

tesla45_15

 

Figure 15.

Une grève des métallos

menace gravement la confiance d'un milliard de dollars de Morgan.

 


Panique à Wall Street


En tant que l'un des rebondissements les plus fantastiques du destin de l'histoire, le coupable par inadvertance de la disparition économique de Tesla - le seul homme responsable d'une panique à Wall Street et d'une inflation nocturne - n'était autre que le bienfaiteur de Tesla, J. Pierpont Morgan !

Tesla a fait référence à ces événements survenus au printemps 1901, deux ans plus tard dans une autre lettre à Morgan:

Vous avez soulevé de grandes vagues dans le monde industriel et certains ont frappé mon petit bateau. Les prix ont augmenté en conséquence, deux fois, peut-être trois fois plus qu'ils ne l'étaient, puis il y a eu des retards coûteux, principalement en raison des activités que vous avez excitées.

[42; 4/8/1903]

Cette note fait référence à mai 1901, plus précisément au 10 mai e , lorsque le krach boursier; et les jours qui ont précédé le 10 e .

Cela faisait seulement 60 jours que Tesla avait signé son contrat avec Morgan, 30 jours après que Morgan avait navigué pour l'Europe; Pourtant, Tesla avait déjà changé de façon irréversible ses plans. Ayant été joueur et joueur de billard à l'université et à ses débuts à New York, ces anciennes tendances ont refait surface après que Tesla s'est accroché au plus gros poisson de Wall Street.

Il avait calculé les probabilités en fonction de certaines hypothèses sur la stabilité de l'économie et la rapidité de son accès aux 150 000 $ de Morgan, et il a procédé avec audace et confiance avec l'achèvement du chef-d'œuvre.

L'effondrement du marché boursier en mai 1901 s'est produit en raison d'une rivalité amère qui existait entre J. Pierpont Morgan, contrôleur de la Northern Pacific Railroad, et un homme qu'il détestait pour l'avoir déjoué une décennie plus tôt, Ned Harriman, président de l'Union Pacifique.

Avant de partir pour l'Europe, Morgan avait pris le contrôle d'une troisième ligne concurrente, le Chicago Burlington, qui s'étendait de la côte est à Chicago et du Mississippi à la Nouvelle-Orléans.

Pendant que Morgan était en Europe, Harriman, avec l'aide de son courtier Schiff, au lieu d'essayer de lutter contre le Chicago Burlington, a hardiment décidé d'acheter le Pacifique Nord à la place.

Il faudrait près de 100 millions de dollars dans la vente de nouvelles obligations pour lever le capital, mais au moment où Morgan l'a découvert avec sa maîtresse en France, Harriman détenait déjà plus de 50% du Nipper, mais moins de 50% des actions ordinaires avec droit de vote. Morgan a câblé à son bureau de Wall Street pour racheter son entreprise à tout prix.

Le 9 mai e , le stock est passé de 150 à 1000 dollars par action !!

La plus grande panique générale que Wall Street ait jamais connue est venue hier sur le marché boursier, avec pour résultat qu'avant sa vérification, de nombreuses fortunes avaient été balayées [22] .

Même le précieux US Steel de Morgan est tombé d'un sommet de 46 à un moment donné, à un creux de 8 dollars par action [14] ! De nombreux investisseurs ont été ruinés financièrement et certains se sont même prétendument suicidés.

Ce bouleversement économique a créé pour Tesla des charges financières qu'il n'aurait pas pu prévoir. Couplé à son changement de plans, c'est-à-dire ses tentatives de créer un émetteur grossissant plus puissant, Tesla n'a pas pu honorer ses factures. Les entreprises, en plus d'augmenter leurs prix, exigent désormais un paiement immédiat.

Morgan était également à court d'argent à ce moment-là et était donc en retard dans la livraison des fonds qu'il devait encore à l'inventeur. En plus de cela, le gouvernement voulait que Morgan restitue les actions aux investisseurs d'origine aux prix d'origine.

En réponse, Morgan a déclaré que ce serait tout un exploit de "déchiffrer les œufs et de les remettre dans leurs poules d'origine!"

 

tesla45_16


Figure 16.

Ces séries de signatures montrent la polyvalence de l'image de soi de Tesla sur une période de 10 ans.

Notez le très petit N majuscule dans l'échantillon du 21/08/1899 créé

à la hauteur de sa capacité créative au Colorado.

Parfois, Tesla avait une image de soi assez petite. Une contradiction intérieure est révélée

par les vastes changements de taille dans la première initiale.

Remarquez comment la structure de l'écriture se désintègre en 1906.

Tesla, en tant que victime innocente parmi tant d'autres, se trouve maintenant dans une situation difficile.

L'économie s'était effondrée sous lui ironiquement en raison de l'homme même dont il avait besoin de plus de capitaux. Ce n'était pas le bon moment pour Tesla de rencontrer Morgan, pour expliquer son changement de plans, demander le solde des 150 000 $ initiaux et demander des fonds supplémentaires.

Des titres tels que les suivants ont secoué l'âme du puissant financier à l'esprit familial:

RICHE DÉNONCÉ PAR LE TRAVAIL SOCIALISTE
Des milliers de personnes à Cooper Union encouragent les assauts verbaux contre Capital.

JP Morgan accusé d'avoir tenté de «faire confiance à la Terre».

"C'est le siècle", a déclaré le président Lucien Sanial, "dans lequel il va y avoir une révolution sociale ... Whoop est allé le public en agitant des chapeaux et en criant follement pendant une minute ... Charles Knoll [a suivi et] a dit qu'il a favorisé l'adoption de résolutions qui "refroidiraient et feraient trembler les colonnes vertébrales des capitalistes" [21] .

Tout au long de juillet 1901, Morgan a vécu à bord de son yacht de 300 pieds de long, le Corsair, qui a été amarré à une jetée près de son bureau de Wall Street [30] .

Au cours de ce mois, Tesla l'a rencontré pour expliquer à Morgan qu'il avait changé leur accord afin de construire un émetteur plus puissant. Il adoucit le coup en déclarant que le plan plus vaste détruira non seulement la concurrence, mais aussi qu'il produira des bénéfices plus importants.

Morgan, cependant, reste impassible et exige une comptabilité plus claire de l'endroit où tout l'argent déjà attribué est allé.

Tesla, ayant déjà fait une erreur, aggrave les choses en déclarant que:

  1. Il a besoin de plus de fonds à cause de la panique financière que "vous" (Morgan) avait initiée.

  2. Tesla dit à Morgan que s'il avait construit la centrale de Niagara Falls, comme le suggérait Rankine (partenaire de la Tesla Electric Company et chef de la Niagara Power Company), elle serait désormais opérationnelle [29] .

    [42, 1/13/1904; 10/17/19041.]

Morgan est consterné.

Tesla avait non seulement rappelé à Morgan qu'il était responsable du bouleversement de Wall Street, mais aussi, Tesla avait en effet rompu son contrat. En septembre, allié de Morgan, le président McKinley a été abattu par un anarchiste. Au cours de la semaine où il est mort, et à un moment donné, Morgan a déclaré que c'était le moment le plus malheureux de sa vie [30] .

Tesla a écrit un autre plaidoyer pour des capitaux supplémentaires.

Son timing est atroce; cependant, Morgan devait encore à Tesla de l'argent sur l'accord initial et Tesla faisait face à une forclusion avant même que la construction de la tour n'ait commencé [42; lettre à White, 13/09/1901].

On part d'une proposition, tout dûment calculé, c'est financièrement fragile. Vous vous livrez à des opérations impossibles, vous me faites payer le double, oui, me faites attendre 10 mois pour les machines. En plus de cela, vous produisez une panique.

Quand, après avoir mis tout ce que je pouvais ramasser, je viens vous montrer que j'ai fait de mon mieux, vous me virez comme un garçon de bureau et vous rugissez pour qu'on vous entende à six pâtés de maisons; pas un cent; il est réparti dans toute la ville. Je suis discrédité, la risée de mes ennemis.

[42; 1/14/1904]

En novembre, Tesla se regroupe et envoie à Morgan des documents juridiques, notamment des brevets sur divers aspects cruciaux de sa machine sans fil.

Il promet encore une fois de battre Marconi dans la course au sans fil. Morgan accuse réception des brevets dans une lettre de son secrétaire à Tesla le 11 novembre 1901.

Cependant, en décembre, Marconi a réussi à transmettre la lettre S (point / point / point - les mêmes 3 impulsions que Tesla a dit avoir reçues de l'espace extra-atmosphérique alors qu'il était au Colorado en 1899 [37] ) de l'Angleterre au Canada.

Le cercueil a été fermé sur la relation de Tesla avec Morgan, et Marconi a gagné la couronne en tant que plus grand inventeur mondial du sans fil.

 

tesla45_17


Figure 17.

L'échantillon supérieur, typique du script de Tesla au fil des ans, montre la clarté et la force intérieure.

L'échantillon du bas montre une désintégration de la piste d'écriture ... indiquant un effondrement mental.

 


Stress débilitant


Malheureusement pour Tesla et pour diverses raisons psychologiques, il a refusé d'abandonner Morgan, lui écrivant plus de 50 lettres au cours des 5 prochaines années, plaidant et demandant alternativement des fonds supplémentaires pour achever le projet.

Avec courage, prévoyance pour l'image transcendante, persévérance et aussi un sens du destin derrière lui, Tesla a poursuivi son projet pendant 9 mois supplémentaires, procédant publiquement comme si tout allait bien. La tour a été élevée à ses 187 pieds, avec un sommet bulbeux élaboré quelque temps dans la seconde moitié de 1902.

Sûrement quand M. Morgan a vu; sûrement, lorsque M. Morgan comprit et comprit jusqu'où l'inventeur était parvenu avec des fonds si inadéquats, le noble philanthrope et noble seigneur de l'église allait céder, changer d'avis et aider une fois de plus son protégé des arts électriques; car Morgan était également le protégé de Tesla.

Poussé par l'ego-mania, une dépendance névrotique et un besoin irréconciliable de changer l'opinion de Morgan, l'inventeur était implacable dans ses appels et envoie un autre barrage de lettres:

"Si c'est une bonne chose, pourquoi Morgan ne te voit-il pas?"

"Morgan est le dernier homme à laisser aller une bonne chose."

Cela dure donc depuis deux ans. J'avance, mais comment? Comme un homme nageant contre un ruisseau qui le porte vers le bas.

N'écouterez-vous rien du tout? Voulez-vous me laisser peut-être succomber, perdre une couronne immortelle. Allez-vous déprécier un bien d'une immense valeur, que l'on dise que votre jugement était défectueux, tout simplement parce que vous aviez dit non.

Puis-je maintenant vous faire une nouvelle proposition pour surmonter la difficulté? Je te dis que je rendrai ton argent au centuple

[42; 10/17/19041.]

Prêt à donner au monde la plus grande invention de tous les temps, Tesla est au bord de l'effondrement.

Il le dit même à Morgan à la fin d'une lettre de 1500 mots reproduite en partie dans ce texte:

.... Depuis un an, M. Morgan, il n'y a presque pas une nuit où mon oreiller n'est pas baigné de larmes, mais vous ne devez pas me considérer comme un homme faible pour cela. Je suis parfaitement sûr de terminer ma tâche, quoi qu'il arrive.

Je regrette seulement qu'après ... avoir acquis des connaissances et des capacités spéciales que je possède maintenant seul et qui, si elles étaient appliquées efficacement, feraient avancer le monde d'un siècle, je devrais voir mon travail retardé.

[42; 10/13/1904].

Tesla essaie tout pour que Morgan transcende le petit avion matériel à partir duquel leur arrangement commercial a été façonné. Comme il l'écrit, son émetteur grossissant à 200 000 $ et son laboratoire se présentent comme une ombre géante, mais impuissante, d'une formidable potentialité.

Morgan répond finalement par l'intermédiaire de sa secrétaire, le 14 octobre 1904, que,

"il sera impossible pour [moi / Morgan] de faire quoi que ce soit en la matière".

Tesla avait délibérément écrit à Morgan lorsque le financier rencontrait l'archevêque de Canterbury [30] , essayant de faire appel à son esprit chrétien.

C'est une dernière position, un dernier essai pour puiser dans les centres supérieurs de Morgan, mais le grand inventeur est sur le point de s'effondrer:

19/12/1904
Monsieur
... Je savais que vous pourriez refuser ... Quelle chance ai - je à la terre le plus grand monstre de Wall Street avec le fil d'araignée de l'âme ....

Je suis venu à vous enrôler votre génie et la puissance non à cause de l'argent. Vous devez savoir que je vous ai honoré en faisant autant que moi-même. Vous êtes un grand homme, mais votre travail se fait sous une forme passagère, le mien est immortel.

Je suis venu vers vous avec la plus grande invention de tous les temps. J'ai plus de créations originales nommées d'après moi que tout autre homme qui m'a précédé, à l'exception d'Archimède et de Galilée - les géants de l'invention.

Six milliards de dollars sont investis dans des entreprises basées sur mes découvertes aux États-Unis aujourd'hui.

Je pourrais puiser à votre vue pour un million de dollars si vous étiez le Pierpont Morgan d'autrefois ...

Tesla avait retiré tous les arrêts. On ne peut s'empêcher d'être ému en lisant ces lettres.

Naturellement, Tesla négociait avec d'autres investisseurs potentiels, notamment:

  • Henry Clay Frick

  • Jacob Schiff

  • Thomas Fortune Ryan,

... trois des hommes les plus riches du monde.

Cependant, en raison d'un scandale d'assurance impliquant ces personnes, ainsi que de diverses pierres d'achoppement placées par Morgan sur la situation (comme exiger le remboursement de son investissement initial), Tesla n'a pas pu obtenir un autre bailleur de fonds.

Mon opinion personnelle est que c'est l'une des histoires les plus importantes du siècle, car si Tesla avait réussi dans ses plans, l'évolution de notre société technologique aurait été substantiellement différente de ce qu'elle était. D'une part, la communication de masse serait arrivée au moins 20 ans plus tôt.

Le dernier coup psychologique pour Tesla s'est produit en 1906 après la mort de Rankine (d'une crise cardiaque) et de Stanford White (qui a été assassiné dans un scandale d'amour infâme avec le mannequin Evelyn Nesbitt). Tesla était désormais presque seule. Il ne pouvait plus faire face à ses amis comme les Johnson, il ne pouvait plus faire face à son échec et souffrait d'une dépression nerveuse [34], [37] .

En raison de mon travail en graphologie, j'ai découvert une désintégration complète de son écriture cette année-là [32] .

Son secrétaire George Scherff confirme mon hypothèse:

Wardenclyffe, 4/10/1906
Cher M. Tesla:
J'ai reçu votre lettre et je suis très heureux de savoir que vous êtes en train de vaincre votre maladie. Je ne vous ai presque jamais vu aussi mal en point que dimanche dernier; et j'ai eu peur [42] .

 

tesla45_18


Figure 18.

Cette photographie d'un modèle montre comment la tour Tesla construite sur Long Island en 1901

aurait semblé terminé. De son apparence, personne ne déduirait que

il devait être utilisé à de grandes fins qui dépassaient de loin les communications «sans fil».

 


Conclusion


L'histoire de Tesla est celle d'un grand triomphe.

Un génie dont les inventions du système polyphasé, des lampes fluorescentes, du moteur à induction, de la radio, de la télécommande et de l'intelligence artificielle sont sans précédent dans les annales de la réalisation créative.

On pourrait regarder sa manie de l'ego et sa vision incessante du tunnel concernant le besoin psychanalytique de faire reculer Morgan pour son échec ultime à Wardenclyffe, ou l'insensibilité de Morgan. Cependant, il a fallu un esprit, un courage et une planification stratégique incroyables non seulement pour conclure un accord avec Morgan en premier lieu, mais pour ériger le laboratoire et la tour de 187 pieds après sa chute avec le magnat de Wall Street.

Avec tous les défauts, les phobies et les compulsions de Tesla, il lui a fallu plus de 3 ans pour réaliser que Morgan ne pouvait pas être influencé.

Ayant donné des inventions à l'humanité qui sont toujours l'épine dorsale de notre existence technologique, Tesla était incapable de comprendre qu'un homme aussi puissant que Morgan n'avait pas la capacité de transcender les limites de leur accord écrit. Morgan, en tant qu'homme de principe, a vu une rupture de contrat, et c'est tout.

Un autre facteur majeur impliqué dans la disparition de Tesla, outre l'effondrement de l'économie en mai 1901 et l'abandon de Tesla par la société elle-même, était, bien sûr, ses revendications extraordinaires de communication interplanétaire.

Néanmoins, Tesla n'était nullement le seul à croire à une vie intelligente au-delà de la Terre.

Autres promoteurs inclus,

  • Lord Kelvin

  • Elihu Thomson

  • Perceival Lowell, l'astronome de Harvard [35]

Même en 1956, Werner von Braun a exprimé la probabilité que Mars soit habitée par de vastes étendues de végétation [46].

Cependant, cette affirmation, à laquelle Tesla s'est attaché avec ardeur pendant les 40 prochaines années, était la `` cerise sur le gâteau '' qui a servi à confirmer le prétendu manque de capacité pratique de Tesla, et en même temps à faire enterrer son nom dans des cercles occultes.

Néanmoins, les phénomènes liés au placement éventuel de sa réalisation sous terre et à la suppression virtuelle de son nom de nombreux livres d'histoire n'ont été que partiellement expliqués. D'autres variables incluent: la jalousie vindicative parmi ses pairs, la suppression de son nom du moteur Westinghouse, le traumatisme des guerres mondiales intermédiaires et la décroissance naturelle au fil du temps.

Bien que l'obscurcissement de la véritable contribution de Tesla à la société soit un événement multidéterminé, il s'agit néanmoins d'un exemple étonnant de répression de masse basé en grande partie sur une tendance à mépriser celui qui `` tombe de la grâce ''.

Tesla avait placé sa confiance dans la société - il avait fait ses preuves dans le passé d'une manière extraordinaire - et la société lui avait fait défaut. La peur des potentialités transcendantes, le déni de croyances précédemment chères (comme la vie sur Mars) et le fort besoin de simplifier la nature de l'existence étaient également des facteurs.

Marconi, avec son bipeur sans fil, était beaucoup plus facile à comprendre.


Les références

[1] L. Anderson, «Wardenclyffe: A forfeited dream», Long Island Forum, août / septembre 1968.
[2] L. Anderson et J. Ratzlaff, Dr. Nikola Tesla: Bibliography, Palo Alto, CA: Ragusan Press, 1979.
[3] J. Blatt, Théorie de la supraconductivité. New York: Academic Press, 1964, p. vi.
[4] R. Bourne (éditeur), Smithsonian Book of Invention. New York: WW Norton & Co., 1978. [Non / Tesla]
[5] R. Burlingare, Machines That Built America. New York: Harcourt et Brace, 1972. [Non / Tesla]
[6] M. Cheney, Tesla: L'homme hors du temps. Englewood Cliffs, NJ: Prentice Hall, 1981.
[7] E. Chressy, Découvertes et inventions du 20e siècle; Londres: Routledge & Kegan, 1923. [Non / Tesla]
[8] J. Crowther, Découvertes et inventions du 20e siècle. Londres: Routledge & Kegan, 1955. [Non / Tesla]
[9] M. Freedman, "Creuser pour les tunnels mystères se termine avec le secret du scientifique intact", Newsday, 13/02/1979, p.
26.
[10] M. Freedman, «Inventeur célèbre, tunnels mystères liés», Newsday 3/16/1979, p.
19.
[11] E. Gertz, "Qui est Nikola Tesla? Qui en effet!" The Paper: A Chicago Weekly, 22/10/1960, p.
1.
[12] J. Gies and F. Gies, Those Ingenius Yankees. New York: Thomas Crowell Publ., 1976. [Yes/Tesla]
[13] E. Heyn, 100 Years of Popular Science. Garden City, New York: Doubleday, 1972. [Yes/Tesla]
[14] E. Hoyt, The House of Morgan. New York: Dodd, Mead & Co., 1966, pp. 237-257.
[15] I. Hunt and W. Draper, Lightning in Hands: The Life Story of Nikola Tesla. Hawthorne, CA: Omni Publ, 1964/77, p.
123.
[16] M. Josephson, Thomas Edison. New York: McGraw Hill Publ. Co., 1959> p.
362.
[17] W. Kaempffert, A Popular History of American Invention. New York: Charles Scribner, 1924. [Yes/Tesla]
[18] F. Klemm, The History of Western Technology. New York: Macmillan Publ., 1959. [No/Tesla]
[19] G. Marconi, "Syntonic wireless telegraphy," Electrical Review, 6/22/1901, p. 783.
[20] J. Meyer, World Book of Inventors. New York: World Publ. Co., 1956. [Yes/Tesla]
[21] New York Times, "The rich denounced," 5/2/1901, p.7 col 1.
[22] New York Times, "Fear and ruin in a falling market," 5/10/1901, p. 1, col 6.
[23] J. O'Neill, Prodigal Genius. New York: David McKay & Co., 1944.
[24] A. Pacey, The Maze of Ingenuity. New York: Holmes & Mercer Publ. Co., 1975. [No/Tesla]
[25] FJ Patten, "Nikola Tesla and his work," Electrical World, 4/14/1894, pp. 496-499.
[26] C. Polla and d. Birdsell, The Technology of Man. New York: Holt, Reinhart & Winston, 1976. [No/Tesla]
[27] H. Prout, George Westinghouse, An Intimate Portrait. New York: John Wiley & Sons, 1939, p.
163.
[28] Public Opinion, "Science and sensationalism," 12/1/ 1898, p. 684.
[29] D. Rankine, Memorabelia of Wm. Birch Rankine. Niagara Falls: Power City Press, 1926, p.
30.
[30] H. Satterlee, J. Pierpont Morgan: An Intimate Biography. New York: Macmillan Publ. Co., 1939.
[31] M. Seifer, "Tesla: The man who fell to earth," Ancient Astronauts, 9/1977, pp. 23-26. (H. Imber, pseudonym.)
[32] M. Seifer, "Forty years of the handwriting of Nikola Tesla," presentation before The National Society for Graphology, March, 1979.
[33] M. Seifer, "The battle of the currents," MetaScience Quarterly, Vol 1, #1, Spring, 1979. pp. 101-102.
[34] M. Seifer, "Nikola Tesla: The forgotten genius," in Psychohistory: Persons & Communities Conference, edited by J. Dorinson and J. Atlas, International Psychohistorical Association, 2/18/1983.
[35] M. Seifer, "Life on Mars: A turn of the century group fantasy," in Proceedings of the Sixth Annual Int'l Psychohistorical Association, City College of New York, June, 1983.
[36] M. Seifer, Tesla: Mad Scientist of the Gilded Age. New York: Windsor Total Video, 1984.
[37] M. Seifer, Nikola Tesla: Psychohistorical Analysis of a Forgotten Genius. Doctoral dissertation in progress, Saybrook Institute, San Francisco, CA.
[38] N. Tesla, "Torpedo boat without a crew," Current Literature, 2/1899, pp. 136-137.
[39] N. Tesla, "The problem of increasing human energy," The Century, 6/1900, pp. 175-211.
[40] N. Tesla, "Talking with the planets," Current Literature, 3/1901, pp. 359-360.
[41] N. Tesla, My Inventions. VT: Hart Publ., 1982. (Originally published, 1919.)
[42] N. Tesla, Private correspondence with J. Pierpont Morgan (1900-06); George Scherff (1899-1938); Robert Underwood Johnson (1894-1938); George Westinghouse (1891-1907); Samuel Clemens (1894); Stanford White (1901) Washington, DC, Library of Congress.
[43] N. Tesla, Private correspondence with Kathryn and Robert Underwood Johnson (1894-1938). New York: Butler Library, Columbia University.
[44] N. Tesla, Lectures, Patents and Writings. Belgrade: Nikola Tesla Museum, 1956. Patent numbers: 514168; 646621; 685012; 685953; 685954; 689955; 685956; 685957; 685958; 723188; 725605; 787412; 1119732; pp. P-225-227; P-293-359.
[45] C. Tuska, Inventeurs et inventions. New York: McGraw Hill, 1957. [Non / Tesla] [46] W. Von Brawn, W. Ley / P. Bonestell, L'exploration de Mars. New York: Viking Press, 1956, p. 64, 84-85. [47] G. Wheeler. Pierpont Morgan and Friends: Anatomie d'un mythe. Englewood Cliffs, NJ; Prentice Hall, 1973, p. 232-233.
[48] ​​T Williams, Brève histoire de la technologie du 20e siècle. New York: Oxford University Press, 1957. [Oui / Tesla]
[49] Mr. X, "Science and fiction", Popular Science Monthly, juillet 1900, pp. 324-326.

Posté par rusty james à 22:25 - - Permalien [#]
Tags :

Témoignage de John Todd sur son expérience de la sorcellerie musicale et de L'industrie

 

etna1

À l'automne 1978, John Todd a pris la parole à l' église baptiste Elkton Maryland lorsque le Dr Berry était pasteur. Voici les transcriptions de la réunion:

UNE CHOSE QUE JE VOUDRAIS DITES AVANT DE COMMENCER, il ne semble jamais échouer que lorsque j'ai fini, quelques-uns de mes frères et sœurs dans le Seigneur ont peur dans leur cœur. Il n'y a aucune raison d'avoir peur dans votre cœur. Il semble que chaque fois que nous parlons de l'ennemi, les chrétiens ont peur plutôt que de se réveiller et de se battre fou! Donc, je demande simplement que si vous avez cette peur dans votre cœur une fois que cela est terminé, vous devez simplement entrer dans votre chambre de prière ou à l'avant ou quelque part seul avec le Seigneur et discuter de la question avec Lui.

IL N'Y A RIEN A FAIRE PEUR QUAND IL VIENT AU DIABLE; IL A ÉTÉ DÉFAITE IL Y A 2 000 ANS! Et c'est pourquoi je suis ici; il a été vaincu il y a 2000 ans! Je pense que ce qui m'a rendu le plus fou quand j'ai été sauvé, c'est que j'avais servi quelqu'un depuis que j'étais enfant, pendant plus de 20 ans, qui a été vaincu il y a plus de 2000 ans! Et je suppose que la seule raison pour laquelle je l'ai servi était que je ne savais pas qui il était jusqu'à ce que je sois sauvé, cela a pris cette illumination.

TANT QUE FRÈRE BERRY A PRÉCÉDÉ CE MATIN SUR LE DIABLE aveuglant les yeux des gens de Dieu et les yeux du monde, prenez-le pour un fait, il peut le faire! Pendant une vingtaine d'années, je l'ai servi comme prêtre et comme grand prêtre, puis comme grand druide et plusieurs milliers de personnes le servaient sous moi, et je n'ai jamais réalisé une seule fois qui je servais.

IL Y AVAIT BEAUCOUP DE CHOSES QUE J'AI APPRIS DANS WITCHCRAFT, je ne vais pas vous dire ce qu'elles étaient, mais il y avait beaucoup de choses que j'ai apprises et beaucoup de choses que j'ai enseignées comme un enseignement standard dans la sorcellerie. Au cours de votre apprentissage ou de ce que nous appelons la «Cour extérieure», on vous dit de faire les choses et vous ne demandez pas pourquoi vous les faites. Si vous demandez pourquoi, ils vous disent que vous êtes méchant et que vous ne devriez pas demander, principalement parce qu'ils ne savent pas!

Je ne savais jamais pourquoi je faisais les choses que je faisais ou pourquoi j'enseignais les choses que j'enseignais. Ils ont travaillé, alors nous les avons fait. Après avoir été sauvé, il m'a fallu le salut pour savoir pourquoi ils fonctionnaient. Et je suppose qu'après avoir su cela, il n'y a aucun moyen de revenir à ce dont vous êtes sorti. Très rapidement ce soir - eh bien, je ne peux pas être très rapide, mais je vais essayer - je veux donner mon témoignage, puis je veux le retourner pour des questions et des réponses.

J'AI APPRIS DE MANIÈRE DURE, APRÈS CINQ ANS, ET IL EST NORMAL POUR MOI DE DIRE LES CHOSES QUE JE DIS, mais c'est stupéfiant pour vous de les écouter. Et je me rends compte que lorsque les réunions sont terminées, beaucoup de choses que je dis sont étranges pour les chrétiens. La plupart d'entre vous ont grandi dans des foyers chrétiens, ou même si vous étiez dans le monde, vous n'étiez pas très proche de ce que j'aimais, donc quand je dis des choses, pour moi ce sont des choses de tous les jours.

Je suppose que c'est pourquoi nous avons un tel ministère réussi avec les gens dans les drogues et les gens dans l'occulte, parce qu'ils ont essayé de dire aux chrétiens pendant des années les choses dans lesquelles ils avaient été et ce qu'ils avaient vécu, et ils les regardaient comme s'ils étaient fous. Puis je viens et je dis: «Oh! Oh, bien sûr, je t'écouterai, j'y suis allé! » Je connais les mêmes choses, et je vais m'asseoir là et je vais écouter et ils trouvent très remarquable que je crois en eux, parce que je les ai aussi expérimentés.

DONC JE NE PAS GASP DE QUELQU'UN QUAND ILS ME DISENT ILS ONT VU DES DÉMONS ou flotté des choses dans l'air ou reçu des réponses sur des planches Ouija ou obligé les gens à faire leur propre volonté par sorts, parce que j'étais là et je le sais, mais en même temps, je sais combien il est faible par rapport à ce que j'ai maintenant.

NOUS ALLONS À ST. PAUL QUAND ILS ONT EU LEUR CONVENTION CETTE ANNÉE, ce qu'ils ont annulé. Ils l'ont en ce moment à Washington, DC, c'est la dernière nuit, et c'était dans toutes les premières pages des journaux là-bas. Les chrétiens à travers les États-Unis disent: «Vous ne vous attendez pas vraiment à ce que nous croyions que les sorcières sont organisées!» - Non, ils ont juste des sénateurs et des membres du Congrès et les meilleures sorcières là-bas dans une seule convention, ils ne sont pas organisés , pas du tout!

MAIS DE TOUTE FAÇON, NOUS ÉTAIS LÀ, ET BEAUCOUP DE SORCIÈRES S'APPROCHENT DE MOI ET ME DEMANDENT POURQUOI JE DEVIENDRAIS CHRETIEN. Vous voyez, les sorcières sont d'avis que les chrétiens sont soit la chose la plus mauvaise qui ait jamais vécu, soit ce sont les gens les plus stupides qui aient jamais vécu. Ils voulaient savoir pourquoi je devenais chrétien. J'ai dit: «Parce que je suis plus puissant maintenant que je ne l'étais quand j'étais sorcière!» - Ce n'est pas la vraie raison, mais je l'ai dit avec des mots qu'ils comprendraient. Et ils ne pouvaient pas comprendre cela. Je sais ce qu'ils ressentent.

QUAND J'ÉTAIS DANS WITCHCRAFT, JE N'AI JAMAIS CONSIDÉRÉ LE CHRISTIANISME JUSQU'À LA NUIT QUE J'AI SAUVÉ. Je n'ai jamais pensé que c'était une réponse, je n'ai jamais considéré que Jésus était une réponse et j'ai pensé que les choses dans l'église chrétienne étaient stupides, au moins, et tout au plus dangereuses - et je suppose qu'elles sont dangereuses pour la sorcellerie. Mais pour expliquer de quoi je parle très rapidement:

JE VIENS D'UNE FAMILLE APPELÉE LES COLLINS. Certains d'entre eux de ce côté de l'océan Atlantique en provenance d'Angleterre ont changé de nom pour Todd avant la guerre civile. Cela ne veut pas dire que tous les Collins sont Todds ou la famille dont je viens, mais cette famille a amené Witchcraft aux États-Unis.

J'étais à Philadelphie l'autre nuit et je ne comprends pas de quoi il s'agissait, mais après mon départ, le journal a décidé que leur plus grande campagne serait contre moi, et beaucoup de choses que j'ai dites dans mon témoignage, ils ont dit qu'ils avaient vérifié et ne l'étaient pas. C'est drôle, nous les avons vérifiés et ils l'étaient toujours! - Comme beaucoup de choses que je mentionnerai ce soir.

NOUS AVONS MÊME ÉTÉ DIT QUE WITCHCRAFT A COMMENCÉ À L'EXTÉRIEUR DE SALEM, MASSACHUSETTS, ET MÊME NOMMÉ LA BAIE QUE LES SORCIÈRES ONT ATTEINTES qu'ils ont nommé d'après la sorcière principale, mon ancêtre, Frances Collins, et le journal a dit que cet endroit n'avait pas exister. Ça existe. Nous avons regardé la carte et elle était toujours là! Nous ne comprenons pas très bien ce qu'ils faisaient, mais je suppose qu'ils ont confondu suffisamment de gens pour ne pas en tenir compte. Nous nous demandions quand les gens allaient se déplacer, mais de toute façon, je venais de la famille Collins.

RAPPELONS-MOI RAPIDEMENT, AUCUNE SORCIÈRE N'A ÉTÉ EXÉCUTÉE À SALEM. Il y aura bientôt un livre à ce sujet de Chick Publications. À l'exception d'une prostituée, toutes les personnes exécutées à Salem étaient chrétiennes, et elles ont été jugées et condamnées par un jury et par un pasteur qui n'était pas un pasteur mais un marchand d'esclaves embauché par les Collins. L'église a été construite par les Collins et le jury était tous membres de l'église des Collins. Inutile de dire qu'ils n'étaient pas chrétiens, c'étaient des sorcières. Nous y sommes retournés et avons fait des recherches!

MAIS POUR CONTINUER RAPIDEMENT POUR QUE JE NE VOUS CONFUSE PAS TROP ... BIEN QUE J'AI DÉJÀ DÉTRUIT VOTRE LEÇON D'HISTOIRE DE L'ÉCOLE SECONDAIRE, j'ai l'habitude de le faire. Je vais détruire plus que ça avant la fin de la nuit! Mais quand j'étais jeune, j'ai commencé à pratiquer la sorcellerie. J'ai lancé mon premier sort quand j'avais huit ans, et j'ai commencé à étudier pour la prêtrise quand j'avais 13 ans. On m'a demandé de rejoindre la Cour extérieure du clan là-bas à Columbus, Ohio, où j'ai grandi, et à 14 ans, j'ai été initiée .

JE VOUDRAIS AJOUTER CELA AVANT DE CONTINUER, QUAND LE SERVICE EST TERMINÉ, JE SERAIS HEUREUX DE PARLER AVEC LES MAÇONS PRÉSENTS, et je comparerai mon initiation à la sorcellerie mot pour mot, action pour action, avec la vôtre. Ils sont identiques sans changement, et je serai heureux d'en discuter avec vous.

APRÈS QU'À 18 ANS, J'AI INITIÉ UN GRAND PRÊTRE. Cela a fait de moi le pasteur au pouvoir, plus ou moins. Vous voyez dans la sorcellerie, l'église est un peu différente, seuls les ministres se rencontrent, et ils se réunissent une fois par mois. La congrégation ne sait même pas qui est dedans. Ils vont seulement chez leur prêtre et lui demandent une faveur, ils ne se réunissent jamais. Mais à 18 ans, j'ai été nommé grand prêtre.

Cela m'a fait dépouillé de l'armée américaine ou du service militaire américain, car toutes les dénominations ou confréries de sorcellerie sont des églises déductibles d'impôt reconnues par le gouvernement fédéral et, par conséquent, leurs ministres n'ont pas à servir! Je suis resté 4-D, mais beaucoup d'entre nous à l'époque pensaient qu'il était important de démarrer la sorcellerie dans les différentes bases militaires, alors nous nous sommes enrôlés de toute façon, et c'était en 1968.

QUAND J'AI ÉTÉ DÉCHARGÉ EN 1970, IL Y AVAIT UN COUVERT DANS CHAQUE BASE MILITAIRE AUX ÉTATS-UNIS ET EN EUROPE DANS LES QUATRE BRANCHES DU SERVICE! Donc ça pousse très vite. Mais j'ai servi le Vietnam, j'ai pris l'avion et je me suis réenrôlé pendant six ans et j'ai purgé 30 jours de mon mandat de six ans, je suis allé en Allemagne pour cette période. Et jusqu'à cette époque, je pensais que la sorcellerie était comme être baptiste ou catholique, c'était une religion. Je ne savais pas qu'il y avait autre chose que la sorcellerie, et c'est là que se trouvent la plupart des sorcières. En fait, à cette époque, je croyais en un système divin de dieux et de déesses et j'y croyais très dévotement, j'y avais été élevé toute ma vie. Je croyais aux pouvoirs psychiques et c'est tout ce en quoi je croyais.

TANT QUE J'AI ÉTÉ EN ALLEMAGNE UNE NUIT, APRÈS AVOIR PRIS QUELQUES MÉDICAMENTS ET FAIT BEAUCOUP DE BOISSON, J'AI PRIS UNE TIR DANS LE MILIEU DU CENTRE-CENTRE AVEC UN OFFICIER ET L'officier a été tué. Maintenant, l'armée a un non-non strict sur les officiers de tir, ils n'aiment pas ça, alors ils m'ont placé à l'isolement, et je suis là, attendant plus ou moins Leavenworth.

NOUS AVONS DÉJÀ OFFÉRÉ UN PLAIDOYER AU JUGE QUE NOUS PLAIDERONS DE LA COUPABILITÉ S'IL VOUDRAIT ME DONNER 30 ANS ET L'APPELER QUITTER, et il l'a déchiré et s'est moqué de nous. J'étais donc à peu près sûr de ce qui m'intéressait et je me suis assis là. Et finalement, à la suite d'une émeute qui s'était produite à la palissade quelques jours auparavant et d'un homme placé à l'isolement avec moi, puis libéré de la palissade, j'ai été informé par téléphone de la situation dans laquelle j'étais.

J'AI ÉTÉ EN ALLEMAGNE UN PEU DE TEMPS QUE JE N'AI PAS EU LE TEMPS DE DÉMARRER UN COVEN À STUTTGART, et je n'avais aucun moyen de faire passer le mot. Alors l'homme a passé un coup de téléphone à Los Angeles pour aller chercher ma mère adoptive et lui a dit que j'étais dans une situation difficile. Je lui avais dit de lui dire de jeter un sort au jury pour qu'ils pensent que j'étais une personne vraiment sympa , et c'est tout ce que je pensais qu'ils feraient. J'avais vu des sorts comme celui-ci fonctionner plusieurs fois - je les ai vu travailler plusieurs fois récemment devant les tribunaux - mais je ne m'attendais pas à ce qui s'est passé!

ENVIRON TROIS JOURS APRÈS QUE L'HOMME A FAIT L'APPEL TÉLÉPHONIQUE, MA PORTE DE CELLULE S'EST OUVERTE ET IL A TROUVÉ UN SÉNATEUR et UN CONGRESSMAN DES ÉTATS-UNIS, quelques généraux et une décharge honorable. L'honorable libération n'a donné aucune raison pour laquelle j'étais libéré; Je viens d'avoir une libération honorable comme si j'avais purgé tout mon temps. J'avais tout mon temps, mon grade et mon grade, même mon habilitation de sécurité très secrète.

IL M'A ÉTÉ DIT QUE MES DOSSIERS DE LA COUR MARTIALE ONT ÉTÉ DÉTRUITS et que mon dossier militaire serait déposé auprès d'un greffier de sécurité top secret afin que personne ne puisse y entrer, et c'était la fin. Le sénateur et le membre du Congrès sont partis, je suis allé à Ft. Dix et a attiré le reste de mes papiers et autres trucs, et s'est dirigé vers Columbus, Ohio, se grattant la tête tout le temps en se demandant quel type de sort était si bon qu'il y avait des sénateurs et des membres du Congrès pour faire son offre!

Je ne savais toujours pas ce qui se passait, alors je suis arrivé à OHIO et j'ai recommencé à poser des questions le jour où j'y suis arrivé. On m'a dit qu'ils m'attendaient et voici une enveloppe avec un billet aller simple en première classe pour l'aéroport Kennedy à New York, 2 000 $ pour dépenser de l'argent, et je devais prendre le prochain vol et ils faisaient un téléphone appeler et leur dire que je venais. C'était bien, sauf que je voulais savoir qui étaient «eux». Ils ont dit que je le saurais à mon arrivée, alors j'ai pris l'avion, j'ai décollé, j'ai atterri à l'aéroport et bien sûr, quelqu'un attendait de me rencontrer.

- UNE PERSONNE DONT LES LIVRES QUE J'AI LUS ET QUI J'AI PENSÉ ÉTAIT L'UN DES PLUS GRANDS SORCIERS, DES SORCIÈRES HOMMES QUI ONT JAMAIS VU, et je me suis senti très privilégié de pouvoir rester avec lui pour en apprendre davantage sur la sorcellerie grâce à lui. Maintenant, j'ai donné son nom - que je vais donner une minute - à Philadelphie dimanche soir dernier. J'ai même donné son travail au moment où je restais avec lui, sauf que les journaux ont appelé l'université pour laquelle il était censé travailler et l'université a nié qu'il n'ait jamais été là.

C'EST DRÔLE, JE MÊME ASSIS DANS SES CLASSES À L'UNIVERSITÉ. Ils ont un moyen de dissimuler les choses. Il a maintenant son propre collège pour les sorcières, et son nom est le Dr Raymond Buckland, et à cette époque, il était chef du département d'anthropologie de l'Université Columbia, bien que l'Université Columbia aime à dire qu'il n'a jamais existé maintenant.

MAIS J'AI APPRIS AVEC LUI PENDANT UN PEU DE TEMPS, J'AI APPRIS UN PEU PLUS AU MARYLAND, J'AI ÉTÉ EN CALIFORNIE et J'AI ÉTUDIÉ UN PEU PLUS. Au cours de ce processus, j'ai commencé à apprendre ce que la plupart des sorcières ne savent pas, et c'est que les dieux qu'ils adorent n'existent pas, qu'ils sont imités par ce que nous appelons des «esprits familiers» ou des guides spirituels, des démons - les sorcières ne les appellent pas des démons, ils aiment les appeler des guides spirituels - et qu'il n'y a qu'un seul dieu et son nom est Lucifer.

MAINTENANT C'ÉTAIT UNE CHOSE CHOQUANTE POUR MOI DEPUIS QUE J'AI ÉTÉ SOULEVÉ DE CROIRE QUE LE DIABLE N'EXISTAIT PAS. Vous voyez, les sorcières ne sont pas des satanistes, elles ne croient pas en Satan, et on m'a rapidement expliqué que Lucifer était un bon dieu et non un mauvais dieu, et que Jésus était l'imitateur. J'ai donc appris, et j'ai appris beaucoup de choses, à la fois de la sorcellerie, et j'ai aussi appris pourquoi les sénateurs et les politiciens étaient là!

ILS ONT ÉTÉ LÀ PARCE QUE NOUS AVONS ÉTÉ LA RELIGION D'UNE ORGANISATION POLITIQUE APPELÉE ILLUMINATI, et on m'a tout raconté sur les Illuminati et son histoire. J'ai été instruit des choses qu'il avait faites, des choses qu'il allait faire et des choses que j'allais faire. Et avant de continuer, je veux vous montrer quelques choses qui vous aideront à expliquer. (Graphiques:)

CETTE CHOSE QUE VOUS VOYEZ ICI EST AU DOS DE VOTRE FACTURE À UN DOLLAR, ET C'EST QUOI C'EST LE SCEAU DE L'ILLUMINATI. L'Amérique nous dit que c'est l'envers du Grand Sceau des États-Unis, le seul problème est que les États-Unis n'ont jamais scellé un seul document avec lui, et n'ont jamais l'intention de le faire! Il existait avant que les États-Unis n'existent, et je vous invite, si vous connaissez votre latin, à regarder vos billets d'un dollar plus tard, et en bas, vous verrez du latin.

IL DIT: "CE NOUVEL ORDRE QUI A COMMENCÉ 1776" - CELA NE SIGNIFIE PAS LE 4 JUILLET, MAIS LE 1er MAI 1776, LE JOUR DE LA CRÉATION DES ILLUMINATI. Il se compose de trois pyramides dans un sphinx, que je vais parcourir très rapidement. Nous avons mis quelques blocs ici, mais il y a des centaines de blocs dans chaque pyramide. Ceci est l'organisation politique. Ceci est la pyramide du milieu. Il s'agit de certaines des organisations politiques et policières qu'ils utilisent, et nous en avons mis en place qui concernent principalement les États-Unis.

AU-DESSUS DE CHAQUE PYRAMIDE, VOUS VOYEZ UNE PIERRE PIERRE AVEC UN YEUX EN CELUI-CI. La pierre angulaire est la famille ou le tribunal Rothschild qui gouverne les Illuminati, ils en ont été les créateurs. L'œil est Lucifer, leur dieu et leur voix. Les 3 premiers blocs supérieurs se trouvent sur chaque pyramide. (Voir photo ci-dessus.)

LE BLOC SUPÉRIEUR EST DANS CE QUE J'AI ÉTÉ INITIÉ, LE CONSEIL DES 13 A APPELÉ LE CONSEIL DU GRAND DRUIDE. Ils n'acceptent que les ordres des Rothschild et de personne d'autre. Ils sont leur sacerdoce privé. Le Conseil des 33 est directement sous eux, c'est-à-dire les 33 plus hauts maçons du monde. Le Conseil des 500, certaines des personnes les plus riches du monde - il y en a 500, en fait, certaines des personnes les plus riches et des conglomérats du monde - c'est leur véritable pouvoir comme je vais vous le montrer dans une minute.

JE NE PENSE PAS QUE VOUS POUVEZ VOIR BEAUCOUP D'ÉCRITURE SUR CE, MAIS C'EST L'ORGANISATION DE WITCHCRAFT. La Golden Dawn est le 4e bloc là-haut, et c'est le coven privé des Rothschild. Le Aquarian Arts Festival est l'organisation qui relie toutes les confréries occultes de St. Paul, l'église des sorcières d'Amérique dont j'étais membre. L'église de tous les mondes est située à Saint-Louis. Ce sont des dénominations comme Northern Baptist, Southern Baptists, Independent Baptists, etc.

LE CONSEIL NATIONAL DES ÉGLISES, LA FRATERNITÉ SATANIQUE D'AMÉRIQUE, LA SCIENTOLOGIE, L'UNITÉ, est la principale plate-forme pour que les sorcières soient des orateurs de ce qu'ils considèrent comme des chrétiens. L'église de Wicca est une autre dénomination; c'est à Greenfield, en Caroline du Nord.

LA LIGUE ANTIDIFFAMATION AQUARIENNE EST UNE ORGANISATION QUI A ÉTÉ FORMÉE PAR L'UN DES GRANDS DROUIDES, ISAAC BONOVITZ, et l'American Civil Liberties Union. Son but est de faire passer des lois et de poursuivre les églises chrétiennes devant les tribunaux fédéraux pour diffamation contre les sorcières et l'occulte, et elles ont gagné des millions de dollars devant les tribunaux fédéraux.

LA FRATERNITÉ GARNARIENNE EST LA SORCIÈRE TRADITIONNELLE EN ANGLETERRE. L'Ordre de la Rose-Croix - un autre mot pour cela est Rose-Croix - ils sont un ordre de sacrifice. Et le Saint Ordre de la Jarretière est un autre groupe de sorcellerie anglaise traditionnelle. (Points:)

C'EST LE SYMBOLE LE PLUS IMPORTANT: C'EST LA PUISSANCE DE L'ILLUMINATI. Sans le Sphinx, le mystère des Illuminati n'aurait aucun pouvoir. C'est de là que vient tout son pouvoir. Vous remarquerez que le chef de celui-ci est la famille Rothschild et le Conseil des 500. Sous cela, les Rockefeller, Duponts, Kennedys, Onasises et autres familles. La reine Juliana est également membre du conseil de 500.

DANS LE CENTRE EST SON CŒUR, LA BANQUE D'ANGLETERRE, LA BANQUE DE FRANCE, LA LOI SUR LA RÉSERVE FÉDÉRALE. La plupart des gens pensent que la Federal Reserve Act est une organisation gouvernementale. Ce n'est pas! Cela n'a rien à voir avec le gouvernement des États-Unis; c'est une société actionnaire détenue par des particuliers. Une grande partie du stock appartient à des non-Américains.

DE NOMBREUSES BANQUES ET SOCIÉTÉS CÉLÈBRES SONT DÉTENUES OU CONTRÔLÉES PAR LES ILLUMINATI. Nous disons aux chrétiens à travers les États-Unis que les femmes au foyer et les maris ne peuvent pas faire leurs achats un jour ou une semaine sans acheter auprès d'une entreprise appartenant aux Illuminati, c'est impossible.

PHILLIP ROTHSCHILD A ORDONNÉ À UNE DE SES MAÎTRESSE D'ÉCRIRE UN LIVRE DE 1100 PAGES qui décrirait à toutes les sorcières comment elles prendraient le contrôle du monde à travers les Illuminati: cela s'appelle Atlas Shrugged. (Par Ayn Rand) Une des choses qui se passe en première page des journaux à travers les États-Unis en ce moment. En fait, elle a passé un tiers du livre à décrire comment ils augmenteraient les prix du pétrole, puis détruiraient plus tard les champs de pétrole, puis ils fermeraient également complètement le charbon.

IL A ÉGALEMENT DÉCRIT COMMENT ILS FONT EXPLOSER LES MOULINS À GRAIN, comment ils feraient dérailler les trains. Leur seul but est de mettre en faillite leurs propres entreprises et de détruire leurs propres entreprises jusqu'à ce qu'elles détruisent la monnaie du monde entier, tout en étant financièrement si solides qu'elles y résisteraient!

MAINTENANT POUR RETOURNER À MON PROPRE TÉMOIGNAGE PENDANT QUE TOUT LE MONDE OBTIENT UN SOUFFLE! Je sais que vous pensiez que vous alliez beaucoup entendre parler de lanceurs de sorts ou de fantômes effrayants, mais je vous ai surpris, j'ai quelque chose de plus effrayant à vous dire! Quoi qu'il en soit, comme j'ai appris tout cela, j'ai été emmené à Colorado Springs, à l'extérieur du NORAD Center, à environ un mile au même endroit, et soumis à une initiation pour le Conseil des 13, puis j'ai déménagé à San Antonio où j'ai vécu jusqu'à J'ai été sauvé et j'ai gouverné une zone de 13 États que j'avais à partir de là.

LORSQUE J'AI ÉTÉ SAUVEGARDÉ, J'AVAIS 5000 COVENS, DANS D'AUTRES MOTS, DES ÉGLISES, TOTALANT 65 000 PRÊTRES ET PRÊTRESSE. Ce sont juste les ministres, pas la congrégation, donc c'est assez grand. Cet État n'était pas l'un d'eux, il est dirigé par Mme Buckland, mais l'Ohio était l'un d'eux, donc c'est assez proche. J'y ai vécu jusqu'à ce que je sois sauvé le jour de la fête du Travail de 1972. Et ce qui a conduit à mon salut était le suivant:

LES GRANDS DRUIDES SE RENCONTRENT HUIT FOIS PAR AN SUR LE SABBAT DES SORCIÈRES À DIVERS ENDROITS DANS LE MONDE. J'ai accueilli la dernière réunion à laquelle j'ai assisté, elle a eu lieu à San Antonio au Casino Building. Un courrier de l'ambassade de Londres, membre de notre département d'État, a apporté une pochette de courrier scellée - afin que l'Immigration ne puisse pas la toucher - à la réunion et l'a laissée. Il n'avait jamais été ouvert depuis le moment où il avait été scellé à l'ambassade de Londres.

DR. BUCKLAND A DÉCOUPÉ LE SCEAU ET A RETIRÉ SIX LETTRES QUI ONT ÉTÉ SCELLÉES AVEC CE BLASON ILLUMINATI. Les quatre premiers n'étaient que des affaires, de l'argent que nous devions payer ici et là et ainsi de suite. En fait, le Grand Druid Council n'est rien d'autre que des banquiers glorifiés, ils écrivent des millions de dollars de chèques à des personnes dans les domaines politique et religieux chaque mois. Mais les deux dernières lettres m'ont amené à vouloir sortir.

EN TANT QU'ENFANT, J'AI PARTICIPÉ ACCIDENTELLEMENT À QUELQUES COURS DU DIMANCHE parce que je n'avais rien de mieux à faire, et pendant ces cours, j'ai entendu parler du Livre de l'Apocalypse et de certaines choses qu'il contient - ce qui était très étrange, étant de retour au début Des années 60 pour entendre quelque chose comme ça, au moins dans le genre particulier d'église où j'allais, qui était plutôt libérale. J'avais donc un petit aperçu de ce que les chrétiens ressentaient dans leur Bible. Je pensais que c'était stupide, mais j'avais un peu d'expérience.

MAINTENANT, MÊME SI J'AI FAIT PARTIE DE LA MISE EN PLACE D'UN GOUVERNEMENT MONDIAL, J'AI TOUJOURS UN GENRE DE RIGUEUR QUI ÉTAIT JAMAIS EN COURS, que nous étions sérieux, que c'était une sorte de petit jeu auquel nous jouions. Tant que les Rothschild avaient tout l'argent à dépenser pour nos plans, nous avons continué et dépensé l'argent. Je ne l'ai donc pas pris au sérieux avant d'ouvrir les deux dernières lettres.

MAINTENANT DANS LA PREMIÈRE LETTRE QUE NOUS AVONS OUVERT DE CES DERNIERS DEUX, ÉTAIT UN GRAPHIQUE, ET DANS CE GRAPHIQUE IL A ÉNUMÉ UN PLAN DE HUIT ANS POUR LA REPRISE MONDIALE SE TERMINANT LE MOIS DE DÉCEMBRE 1980. Depuis que je suis sorti, je n'ai pas vu une chose échouer ou être retardée sur ce chronogramme. Je ne dis pas que cela ne sera pas retardé, mais cela va prendre beaucoup de chrétiens faisant beaucoup de prières sérieuses que je n'ai pas encore vues. Ensuite, la dernière lettre que nous avons ouverte contenait - maintenant je vais devoir la citer et ensuite je vais devoir l'expliquer, puisque les sorcières disent anglais mais elles disent des mots qui peuvent ne rien signifier pour vous - elle disait:

«NOUS AVONS TROUVÉ UN HOMME QUE NOUS CROYONS ÊTRE LE FILS DE LUCIFER. Nous pensons que grâce à ses œuvres et à notre soutien, il peut devenir le chef de ce monde, arrêter toutes les guerres et enfin ramener la paix dans ce monde ravagé par la guerre. » Maintenant, cela signifiait littéralement que nous avions trouvé une personne d'une puissance si fantastique qu'il pouvait convaincre les gens qu'il était leur seul salut. Maintenant que cela signifiait littéralement en termes chrétiens, il était possédé par un démon comme personne ne l'avait jamais vu! (Ed: l'Antéchrist, 1Jn.2: 18; Rev.13.)

APRÈS AVOIR LU QUE LE 1ER AOÛT 1972, J'AI DÉCIDÉ QU'IL ÉTAIT LE TEMPS DE REGARDER AILLEURS POUR SORTIR. Maintenant, cela n'avait pas été une nouvelle idée, avant de devenir un grand druide, j'avais pensé à sortir. –Alors une jeune actrice en Californie a été exécutée et laissée pendue avec la gorge coupée d'un pied, ce qui est un des cartes de tarot - pour dire à toutes les sorcières qu'elle avait trahi la sorcellerie et que c'était sa mort. Et après avoir vu cela et ce qui est arrivé à Sharon Tate, j'ai décidé de rester. Mais maintenant, je voulais sortir. Je ne savais pas comment sortir et je ne considérais pas du tout le christianisme comme une issue, mais je voulais sortir.

AINSI UN MOIS ROULÉ AUTOUR ET JE ME SUIS PROFONDÉMENT IMPLIQUÉ DANS LES DROGUES. En fait, la nuit où j'ai été sauvé, je pesais 149 livres parce que je faisais 150 $ par jour de vitesse à la méthédrine - ce qui est le plus important - ce que les gens de la rue appellent le «cristal». Donc j'étais littéralement dans un pétrin paranoïaque à cause de cette drogue, et tous ces plans ne m'avaient pas rendu plus reposant.

SO UN SAMEDI APRÈS-MIDI UN BAPTISTE PRÉDICATEUR EST VENU À TRAVERS MOI DANS L'UN DE NOS MAGASINS OCCULTES. Il était là parce que du jour au lendemain, il avait réalisé que la sorcellerie était réelle, alors qu'il l'avait toujours considérée comme une fable sur les sorcières volant sur des balais avec des verrues sur le nez et des chapeaux pointus. La façon dont il l'avait trouvé était qu'il avait trouvé sa fille une prêtresse initiée d'un clan de sorcellerie! Un soir, il l'avait surprise à lancer des sorts dans sa chambre.

Il est donc devenu très réel pour lui, et après beaucoup de prière et de jeûne, il a décidé de traquer quelques sorcières et de voir s'il ne pouvait pas en témoigner. Il n'atteignait pas sa fille, alors il pensait qu'il irait à la tête et s'ils étaient sauvés, peut-être que sa fille serait sauvée. Il m'a donc trouvé dans l'un de nos magasins occultes appelé «Le bazar espagnol» à San Antonio et a commencé à témoigner de moi.

DES TOMBES ANCIENNES DÉCOUVERTES SOUS DEUX PYRAMIDES MAYAS METTENT EN LUMIÈRE DE MYSTÉRIEUX «ROIS SERPENTS»

maya-snakes_10241

Les fouilles en cours des pyramides mayas dans plusieurs endroits du Guatemala ont révélé deux tombes intactes qui se sont «miraculeusement échappées» aux tunnels des pillards pendant plus de 1 300 ans.

Les tombes, datées de l'époque précédant immédiatement l'effondrement mystérieux de la civilisation maya, contiennent des trésors qui aideront à faire la lumière sur une guerre civile menée entre une famille de `` rois serpents '' et un royaume rival.

La découverte a été rendue possible grâce à une nouvelle technologie qui permet aux archéologues de tirer des lasers au sol depuis un hélicoptère pour recréer des images détaillées de la surface de la Terre, et les archéologues s'attendent à ce que cette technique révèle beaucoup plus de structures de la civilisation maya dans les mois à venir.

"Nous avons la pointe de l'iceberg", a déclaré à Alan Yuhas, The Guardian , l'un des archéologues, Francisco Estrada-Belli de l'Université de Boston 

«Nous allons devoir réécrire tous les livres d'histoire maya et la complexité de la civilisation maya, de la culture. À l'heure actuelle, nous avons 1%, malgré 100 ans de recherche. »

Les deux tombes ont été trouvées dans les anciennes ruines de Holmul - un site archéologique précolombien de la civilisation maya, datant d'environ 650 à 700 après JC. Les ruines sont situées dans la région du bassin du Petén, à environ 500 km (310 miles) au nord de la ville de Guatemala.

La première des deux nouvelles tombes - une chambre construite à l'intérieur d'une pyramide - contient le squelette d'une personne d'âge moyen avec des incrustations de jade dans les dents, et ce qui semble être un os de tibia humain inscrit.

L'os, dont Estrada-Belli a dit au Guardian qu'il s'agissait d'une "très, très rare découverte", aurait pu appartenir à un parent de la personne enterrée dans la tombe, ou à un important prisonnier de guerre, mais nous devrions en savoir plus une fois l'inscription terminée. été décodé.

Les dents suggèrent que le tombeau appartenait à quelqu'un de l'élite dirigeante, car les incrustations colorées de jadéite, de pyrite de fer, d'hématite, de turquoise, de quartz, de serpentine et de cinabre étaient autrefois une coutume parmi la royauté maya.

Une frise sculptée (illustrée ci-dessus) représentant cinq dirigeants a été trouvée à proximité du tombeau, mais aurait été érigée bien avant la vie de celui qui a fini par être enterré à l'intérieur.

La deuxième tombe, contenant également les restes d'une personne d'âge moyen, a été trouvée dans une pyramide séparée, et a été décorée avec un éventail de vaisseaux et d'ornements de jade, dont un collier de jade pourrait être un "trophée de guerre", a  déclaré Estrada-Belli presse lors d'une récente conférence de presse.

«Il s'agit de la première découverte majeure de ce type. Les offres comprennent des céramiques élaborées et des objets en os et en coquille », a-t- il déclaré . "Le plus intéressant est celui qui a une inscription qui déclare que l'objet est une pièce de collier de jade et appartient à un roi d'un autre endroit."

maya-tombs

Reconstruction des pyramides Holmul. Crédit: J Gonzalez, PACUNAM

L'épigraphe de l'équipe, Alexandre Tokovinine, a déclaré à Yuhas au Guardian qu'il s'agit du premier artefact en jade qui mentionne un `` roi des serpents '' - une partie d'une famille qui a gouverné l'empire Maya peu de temps avant son effondrement. Ils ont utilisé un emblème à tête de serpent comme sceau officiel.

"L'inscription sur le collier, qui contient une tête de cormoran sculptée qui se transforme en l'image d'un dieu solaire, est inhabituelle, car elle appartient à un roi d'une ville entièrement différente: 'Yuknoom Ti' Chan, Saint roi de Kaanul, ' » Rapporte Yuhas .

"Le roi était membre de la dynastie des serpents, à 160 kilomètres de leur ancienne capitale, Dzibanche, qui se trouve dans le Mexique moderne."

La découverte suggère que l'influence de la dynastie des serpents s'est étendue bien plus loin qu'on ne le pensait auparavant, et pourrait être une indication qu'ils ont insisté pour `` s'insérer '' dans les confins de leurs royaumes.

On ne sait pas pourquoi ils ont fait cela, mais les `` combats '' entre les rois serpents - suggérés par une découverte distincte d'il y a quelques mois - auraient pu avoir quelque chose à voir avec cela.

"[Les] hiéroglyphes pourraient également révéler un autre roi de la dynastie des serpents nommé Waxaklajuun Ubaah K'an, qui a probablement régné vers 635 après JC", a rapporté Josh Hrala pour nous en août. "L'équipe dit que cette découverte suggère qu'il aurait pu y avoir deux rois - peut-être des frères - en lice pour le trône."

Posté par rusty james à 10:13 - - Permalien [#]
Tags : , ,

Le Vatican a recruté et formé hitler pour creer le nazisme

 

donovan__wild-bill

oss-seal200

 
Chevaliers papaux William (Wild Bill) Donovan et Allen Dulles, fondateurs de la CIA 

dulles-oss-id

«Au début de 1933, les deux frères Dulles ont assisté à une réunion en Allemagne au cours de laquelle des industriels allemands ont accepté de soutenir la candidature de Hitler au pouvoir en échange de son engagement de briser les syndicats allemands. Quelques mois plus tard, John Foster Dulles négocia un accord avec le ministre de l'Economie de Hitler aux termes duquel tout le commerce de l'Allemagne avec les États-Unis serait coordonné par le biais d'un syndicat dirigé par le cousin d'Averell Harriman. Alors que les nazis imposaient un climat favorable aux affaires, les profits de Thyssen et d’autres sociétés augmentaient considérablement, et la Union Banking Corporation devenait de plus en plus une machine nazie de blanchiment d’argent.   En 1934, George Herbert Walker a placé Prescott Bush au rang des entreprisesmembres du conseil d’administration, et Bush et Harriman ont également commencé à utiliser la banque comme base d’un système complexe et trompeur de sociétés de portefeuille. (plus ici)
La compagnie maritime Hambourg-Amerika, contrôlée par Harriman et Walker depuis 1920, avait une implication particulièrement élevée des nazis dans ses opérations. En 1934, une enquête du Congrès révéla qu'il était devenu un front d'espionnage, de propagande et de corruption de IG Farben pour le compte du gouvernement allemand. Plutôt que de conseiller à Walker et Harriman de se départir de ces avoirs contaminés, Prescott Bush a embauché Allen Dulles pour aider à les dissimuler. À partir de 1937, les frères Dulles serviront Bush et Harriman dans toutes leurs transactions secrètes avec des entreprises nazies.   Ils ont également effectué des services de camouflage similaires pour d'autres, comme les Rockefeller.
Un nazi à la maison blanche: la série de John Carlson
Il ne s’agit pas simplement d’exterminer les Juifs et les ethnies non catholiques: des camps sacrificiels en Pologne ont été aménagés dans le Pentagram satanique, concentrant ainsi les forces démoniaques dans sa conception;   noyau interne contenait un autel sacré à la déesse mère de Cybèle . L'adoration de Cybèle continue avec le port du couvre-chef rond… 

cybele-worship-priest-of-dagon

Le recueil de faits concernant la vraie nature de la  messe satanique de masse, des sacrifices humains conjoints avec l'Holocauste, sans que le moindre murmure de la complicité Vatican-jésuite, se poursuive à ce jour. Ce n’est pas un hasard si Hollywood adore célébrer le sanglant empire jésuite-papal-nazi

110713pentagram1

(1) Pulawy - Le palais / temple de Cybèle est au sud-ouest de la ville (centre du Pentagramme; au nord-est de la croix gammée); (2) SE d'Ostrow - Camp de Sacrifice humain de Treblinka (3) SE se trouvant devant Pulawy, ville de l'Ukraine appelée Lviv; située à l'ouest de cette ville, le camp de Sacrifice humain de Janowska était souvent présentée à tort comme un camp de travail; (4) Passé Cracovie jusqu'à la ville de Bielsko-Biała: camp de sacrifice humain d'Auschwitz; (5) Nord de la ville de Lodz: camp de sacrifice humain pour enfants ; (6) À l’est de Wlodawa - près de la frontière ukrainienne - camp de sacrifice humain de Sobibor. (7) En outre, au moins trois autres camps de sacrifices humains ont été mis en place le long des «lignes telluriques» du Pentagramme, notamment Belzec, Tomaszow Mazowiecki et Majdanek. (Almanach du mal PDF)
Holocauste (fr. Grec holokaust) signifiant complètement (holos) BURNT (Kaust) VIVANT sacrifice ou "OFFRE BURNT à Dieu" dans ce cas à Satan, Dieu de ce monde (plan physique, terrestre)
SS. (= SEDE SACRORUM en latin ou SAINT-SIÈGE) Les officiers nazis redoutés du Troisième Reich ont été étiquetés avec les insignes officiels de l'armée papale de la Sainte Inquisition aka

 

 «CHEVALIERS DU SAINT-SIÈGE» ou «SS nazis» (sens réel de SS, pas de Schutzstaffel)
Fondateur: Cardinal Eugenio Pacelli (Pape Pie XII)

pope-pius-xii-460_980938c


Le cardinal Eugène Pacelli marche sur le tapis rouge

Commandé par le général jésuite Wlodimir Ledochowski (pape noir n ° 26)

 

PENTAGRAMME DU MAL ET MONDE GRILLE DE CONTRÔLE DE NWO

Le Grand Pentagramme diabolique diabolique Vatican-Jésuite n'est pas le seul pentagramme à se connecter à Rome - il existe un jumeau qui se connecte également au pôle Nord et à Rome, formés au même moment par les mêmes personnes qui ont planifié le meurtre de masse de millions de personnes. Sa pierre angulaire a été posée le 11 septembre (11 septembre 1941) et c'est pourquoi le WTC (Twin Towers) de New York a été détruit le même jour…

 

pentagon

Adolf Hitler est entré en contact avec le DAP vers juin 1919, soit cinq mois après sa création, en tant qu'agent double et officier du renseignement du groupe de la Reichswehr bavarois contrôlé par des catholiques et chargé de faire rapport de ses activités. Son acceptation dans les rangs du réseau Intel de la Reichswehr catholique bavaroise a été rendue possible grâce au soutien de son parrain, le nonce apôtre-catholique, l'archevêque cardinal Eugenio Pacelli, basé à Munich. Entre la fin de 1919 et son déménagement à Berlin en 1925, Hitler rencontra son mentor, le cardinal Pacelli, toutes les quelques semaines. Sœur Pascalina Lehnert, femme de ménage et amie de Pacelli, a rendu son témoignage «aux faits» aux réunions régulières et sur des roulettes de Hitler et de Pacelli pendant 41 ans. Sœur Pascalina Lehnert. Hitler a été accepté en tant que 55ème membre du Parti des travailleurs allemands (DAP) et n'a joué aucun rôle actif jusqu'au début des années 1920, lorsque le minuscule Parti des travailleurs allemands faisait face à la faillite et à l'extinction en raison de la gestion désastreuse de la société hebdomadaire Thule.journal The Münchener Beobachter (Observateur de Munich) de Drexler, Feder, Eckart et Harrer. Plutôt que d'être affecté à un autre projet Intel, Hitler fut rapidement et honorablement licencié du service militaire à la fin du mois de février 1920 et passa du jour au lendemain d'un membre du parti mineur au chômage à son rôle de sauveur de la DAP en fournissant tout l'or nécessaire pour garder le Münchener Beobachter (Observateur de Munich) et le DAP à flot. Dans une certaine mesure de l'influence et du contrôle qu'Hitler avait maintenant comme financier miraculeux, le parti changea son nom en mars 1920 en Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei ou (NSDAP) - Parti national des travailleurs allemands socialistes et le nom de son journal en Völkischer Beobachter Observateur) après son achat par le NSDAP renommé de la Thule Society. Plus tard,Ce qui n’a jamais été dit, c’est que Hitler, porteur de millions de dollars, semblait sortir de nulle part pour transformer un petit groupe éclectique en un mouvement politique. Vatican Hofjuden Rothschild / Rockefeller a acheminé de l’argent via Wall Street à Rudolph Hess pour la nouvelle marionnette des jésuites. (VIDEO financement de Hitler)

 

 

mein-kampf-thumb16861997

Au début de 1921, le cardinal Pacelli avait également aidé Hitler en introduisant discrètement dans le NSDAP des membres catholiques essentiels et dignes de confiance tels que Rudolf Hess , Hans Frank et Alfred Rosenberg . Lors d'une réunion extraordinaire du parti le 28 juillet 1921, Hitler prit sa décision et fut élu président du NSDAP contre les souhaits de ses fondateurs. Maintenant, avec son protégé en charge, Pacelli a poussé le NSDAP à accélérer sa transformation. Peu de temps après avoir été nommé Führer, le supérieur général Wlodimir Ledochowski fournit des prêtres jésuites à Adolf Hitler en 1921 pour aider à établir une branche paramilitaire du NSDAP connue sous le nom de Sturmabteilung (SA), également connue sous le nom de "Brownshirts", dirigé à l'origine par Ernst Röhm. Le nouvel insigne officiel du parti, la croix gammée a également été adopté. Le plan donné au Cardinal Pacelli par Hitler à la fin de 1921 selon lequel le NSDAP devait s'organiser en milice catholique prête à s'emparer du pouvoir dans l'année.
Au début de novembre 1923, après des dépenses considérables, le NSDAP comptait maintenant environ 20 000 membres et quelques milliers de membres du «Brownshirts» Sturmabteilung. Sous la pression de démontrer les résultats, Hitler a lancé son coup d'Etat pour la prise de contrôle de la nuit allemande le 8 novembre - le soi-disant "Putsch de Beer Hall" commençant par un rassemblement de 2 000 partisans à travers Munich. Il échoua instantanément, les troupes de la Reichswehr ouvrant le feu sur les rebelles et Hitler, avec le reste des dirigeants du parti, fut arrêté et reconnu coupable de trahison en mars 1924 - le parti fut interdit de toute branche militaire et empêché de se présenter aux élections pour quatre années.  Il faut noter clairement qu'il n'y a absolument aucune preuve crédible que le père Heinrich Himmler ait été associé à Hitler ou à un membre du NDSAP de toute façon jusqu'en 1929. Il n’ya pas non plus de preuve crédible que le NSDAP ait utilisé le mot «nazi» ou «parti nazi» jusqu’à l’arrivée de Himmler. Les deux faits cruciaux ont été délibérément obscurcis et déformés à l’égard de l’évolution exacte des événements menant à la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, c’est l’emprisonnement de Hitler (même si elle a duré 12 mois jusqu’au 20 décembre 1924) a été une victoire majeure de la propagande de Pacelli et des jésuites en faveur de leur protégé. À la prison de Lansberg, Hitler s'est rendu à plusieurs reprises par Bernhardt Staempfle SJ. pour que le processus d'extraction des grandes lignes de l'autobiographie et du manifeste politique s'appelle Mein Kampf «Ma vie». Quelques mois après sa libération, le père Staempfle SJ avait achevé le tome I “A Reckoning” - 12 chapitres décrivant les arguments essentiels du nationalisme catholique (fascisme) en Allemagne, parsemés de demi-fiction de la vie de Hitler. Les jésuites ont même trouvé un agent de presse américain né en Bavière, nommé Ernst Hanfstaengl, qui avait travaillé pour Franklin Delano Roosevelt et entretenait des relations étroites avec de nombreuses personnalités de la "haute société" allemande et américaine, dont le baron des médias William Randolph Hearst . Hanfstaengl a joué un rôle déterminant dans la transformation de l'image publique d'Hitler en un «chevalier chrétien catholique» contre la «menace juive mondiale».
En 1933, élections nationales, Schutzstaffel sous le contrôle du p. Himmler SJ comptait au moins 52 000 membres hautement qualifiés et absolument fidèles, loin de l'incompétence de dix ans plus tôt à Munich.
 
SS-Reichsfuhrer Heinrich Himmler, SJ; «Homme de marque» jésuite-papale pour les SS du Troisième Reich (= Sede Sacrorum aka Chevaliers du Saint-Siège)
Himmler, SS & Satanic Black Magik
C'est en mars 1933 que le monde a vu le mot «nazi» déchaîné comme une force politique religieuse lors des élections qui ont suivi la destruction du Reichstag (Parlement) par des agents de Schutzstaffel et imputé aux communistes…
 
ÉTYMOLOGIE DU NAZI
L'étymologie (origine) et la signification du nazi   1933 marque la première année d'utilisation du mot religieux nazi (de l'hébreu nasi qui signifie «chevalier») comme nouveau nom officiel du NDSAP au sein du gouvernement.  On prétend souvent et à tort que le mot «nazi» vient de l'extraction au hasard de lettres du premier mot du nom du NSDAP - NA tionalso ZI alistische Deutsche Arbeiterpartei afin de produire une simple abréviation. Cette explication est manifestement fausse car le NSDAP a déjà une abréviation parfaitement connue et bien connue - NSDAP! Le mot "nazi" est apparu seulement aprèsHitler a assumé le pouvoir invité par Franz Von Papen pour une raison totalement différente. Le mot Nazi / Nasi remonte à l'époque des Conseils de Sanhédrin de Palestine formés pour la première fois par les Romains au 1er siècle avant notre ère. Pour les membres du judaïsme moderne, les Nasi étaient les chefs spirituels nommés du Sanhédrin, par opposition aux dirigeants temporels du grand prêtre du temple principal. Bien qu'il y ait une certaine incertitude quant à la crédibilité de toute l'histoire revendiquée du bureau de Nasi et de la lignée des érudits rabbiniques de la Maison de Hillel, il ne fait aucun doute que cette position a existé à un moment donné.   Le problème pour les lecteurs modernes concernant la relation directe avec le terme hébreu (Nasi) pour chevalier et nazi pour le NDSAP en tant que «nouveaux chevaliers allemands» est que Hitler et le NDSAP étaient censés s'opposer racialement à tout ce qui était «juif». Sans une compréhension de la vraie histoire concernant Israël étant historiquement une région appelée Samara / Samarie et Juda étant Yahud, sans une compréhension des lignées de prêtres phéniciens / Samaritains / Sépharades comme des Khazars, des Vénitiens, des rois de Septimanie comme quelques-uns Par exemple, l’utilisation du mot «Nasi» en tant que «nazi» semble absurde.   Le simple fait est que le mot et l’étiquette du 16ème siècle, «JEW», masquaient deux anciens groupes religieux / culturels / raciaux distincts et totalement séparés, avec absolument rien en commun sauf une histoire d’antipathie, de haine, de guerre et de renaissance. Les prêtres-rois sarmates / séfarades / sadducéens du Nord, inventeurs de l'hébreu, les descendants des Phéniciens étant les ennemis mortels des prêtres rupestres séfarades / araméens / sadducéens du sud de Judud (Judah). Le terme «Juif» équivaut à dire que tous les peuples du Moyen-Orient sont des «Orientaux», revendiquant faussement une homogénéité et une unité culturelle identifiable. L'étymologie du mot nazi est entièrement sarmate / sadducéenne / séfarade - les fondateurs de Venise et un ensemble de familles qui étaient devenues très riches et puissantes dans leurs liens avec le culte romain contrôlant l'Église catholique depuis les XIIe et XIIIe siècles. Aujourd'hui, nous les connaissons sous le nom délibérément trompeur de «Global Jewish Bankers». La vérité choquante concernant les nazis est que, plutôt que de chercher à détruire toute sorte de «complot bancaire juif mondial», ils se sont en fait efforcés de le voir rétablir un contrôle prééminent sur le système financier européen et finalement au culte romain du Vatican, qu'ils servent [en tant que gardiens du trésor du Vatican]
« Le Traité de Paris de 1763 désigné roi George III « Arc-trésorier et le prince électeur de Saint Empire romain germanique. » Et « , selon  l' Encyclopédie Judaica, Rothschilds portent le titre « Guardians of the TRÉSOR DU VATICAN. » Le Trésor du Vatican détient impérial richesse de Rome. La richesse impériale croît proportionnellement à ses victoires à la guerre - comme l' implique l' autonomisation des jésuites, Regimini militantis ecclesiae , l'Église en guerre est plus nécessaire que l'Église en paix. Selon l' armure illustrée de la Rome impériale par H. Russell Robinson ,Les soldats césariens se protègent au combat avec des boucliers peints en rouge. La troupe étant la ressource la plus précieuse de l'État (le concile de Trente l'a reconnu en préférant les jésuites à tous les autres ordres religieux), il est facile de comprendre pourquoi le bouclier rouge a été identifié à la vie même de l'Église. D'où la pertinence du nom Rothschild [Rot-schild] , en allemand pour «bouclier rouge». La nomination de Rothschild donna à la Papauté noire une confidentialité financière absolue et un secret…

illumroth1-rot-schild


Rothschild (Rot-schild) Satanic-Bloodline Crest (Heraldry)

Qui chercherait jamais dans une famille de Juifs orthodoxes la clé de la richesse de l'Église catholique romaine? Je crois que cette nomination explique la raison pour laquelle la Chambre des Rothschild est célèbre pour avoir aidé des nations à partir en guerre. »( Tupper Saussy, Rulers of Evil, p. 160-161).

412px-capitol_dome_statue_washingto


la liberté; Aigle au sommet de la couronne (12) Pentagrama; Combien passant sous l'inscription maçonnique

Le Capitole américain regorge d'indices sur ses origines romaines. «Freedom», la déesse romaine dont la statue couronne le dôme, a été créée à Rome dans l'atelier du sculpteur américain Thomas Crawford. Nous trouvons tout un panthéon de divinités romaines dans la grande fresque couvrant la rotonde intérieure du dôme: Perséphone, Cérès , Liberté, Vulcain, Mercure, voire un George Washington divinisé .Ces figures ont été créées par l'artiste du Vatican Constantino Brumidi. Le fait que l'État national ait évolué en tant que «capitale» témoigne de l'influence romaine. Aucun bâtiment ne peut à juste titre être appelé une capitale, à moins que ce ne soit un temple de Jupiter, le grand père-dieu de Rome qui a dirigé le ciel avec ses foudres et nourri la terre avec ses pluies fertilisantes. S'il s'agissait d'un capitolium, il appartiendrait à Jupiter et à ses prêtres. La mascotte de Jupiter était l'aigle, que les pères fondateurs ont également fabriqué leur mascotte. Un aigle romain en tête de l'idole au pouvoir de la Chambre des représentants, une baguette en argent sterling et ébène de 12 pouces appelée une «masse».La masse est «le symbole de l'autorité à la Chambre». Lorsque le sergent d'armes la montre devant un membre indiscipliné du Congrès, elle rétablit l'ordre. Sa position à la tribune indique si la Chambre se trouve en "comité" ou en "session" (Dirigeants du Mal: ​​F. Tupper Saussy, Chapitre 1, Subliminal Rome)

CapitolEntrance

Symboles païens dans une ville américaine

*       *       *

SECRÉTARIOT CARDINAL D'ÉTAT: PREMIER MINISTRE DU PAPE
TARCISIO BERTONE: Premier ministre du monde

cardinal-tarcisio-bertone


Cardinal Tarcisio Bertone

 
*       *       *
À l’insu de la majorité des catholiques et des non-catholiques, l’Église mère a incorporé CHAQUE ancienne forme de culte païen. En utilisant DECEIT et son autorité civile mondiale, elle a non seulement infusé le protestantisme avec ces rites démoniaques, affaiblissant ainsi son effet, mais a simultanément élevé le culte satanique. La plupart des catholiques n'ont aucune idée de la nature barbare de l'Église et rejettent d'emblée toute information contraire à la soi-disant doctrine officielle de l'Église…
À VOIR! Un traité brillant élimine TOUT doute de la nature du culte romain…
LES DEUX BABYLONS ou CULTE PAPAL: Alexander Hislop
CRÉATION D'UN ÉTAT DE VILLE SOUVERAIN DU VATICAN VIA LE TRAITÉ LATÉRAN ET MUSSOLINI
SEDES SACRORUM (latin Sedes pour siège / voir, Sacrorum pour saint), également connu sous le nom de Santa Sede et le mot «SS» également appelé «Saint-Siège» en anglais, désigne l'appareil juridique par lequel le pape catholique romain et la curia des évêques revendiquent une entité souveraine avec des droits légaux supérieurs. L’Église catholique a recours à deux personnalités juridiques pour gérer ses affaires internationales: la première en tant qu’État international appelé État de la Cité du Vatican, dont le pape est le chef du gouvernement. Deuxièmement, il s’agit de la personnalité juridique suprême, AU-DESSUS DE TOUTES LES AUTRES personnalités juridiques sous lesquelles TOUT bien et tous les biens et toutes les «créatures» sont sujets.Le droit international limite le caractère exécutoire de sa première personnalité en tant qu'État international. Le statut souverain de la Cité du Vatican reste tributaire de la reconnaissance d'un accord connu sous le nom de «TRAITÉ LATERAIN» signé entre le dictateur fasciste catholique / assassin de masse Benito Mussolini en 1929 et son soutien politique, le pape Pie XI.

Mussolini et le pape Pie XI ont signé le traité de Latran

Cette reconnaissance reste un défi et un mépris des lois internationales existantes interdisant la reconnaissance des États voyous et des lois créées par des dictateurs assassins de masse. L’applicabilité juridique de la deuxième personnalité de l’Église catholique en tant que Saint-Siège dépend de l’adhésion continue aux lois, définitions, conventions et alliances juridiques accumulées depuis le Moyen Âge concernant la primauté du pape sur tous les biens et toutes les créatures. Ces statuts, conventions et alliances demeurent le tissu et le fondement du système juridique moderne de la plupart des États du monde.
Sous le pape Innocent VIII, le rôle de l'inquisition / inquisiteur a été modifié pour renforcer son autorité légale et spirituelle lors de l'envoi d'hérétiques. Vers 1483, Tomás de Torquemada fut nommé inquisiteur général d'Aragon, de Valence et de Catalogne.   Ses tortionnaires et sa milice spéciale ont ensuite été bénis d'être assermentés dans l'ordre sacré le plus élevé du culte romain - les SS ou les chevaliers du Sedes Sacrorum.  Comme ordre militairede l'ordre catholique romain, les ordres légaux du Pontife Romain ont octroyé aux Chevaliers du Sedes Sacrorum (SS) l'ordre de perpétrer une sainte Inquisition contre tous les hérétiques, y compris les assassinats, la torture et la contre-intelligence, à protéger le nom de la Sainte Église catholique romaine et représenter directement les intérêts du Saint-Siège en tant que premier ordre des Saints Chevaliers - le SS (Sedes Sacrorum ou Saint-Siège).
 

Posté par rusty james à 13:37 - - Permalien [#]
Tags :