Une infirmière dénonce l’obligation de la vaccination contre la grippe

Infirmieres-et-vaccinations

 

J’ai été infirmière pendant 22 ans. Chaque année quand on me demandait si je voulais me faire vacciner contre la grippe, je refusais. Mais aujourd’hui, l’atmosphère a changé et est devenue très bizarre. Si on refuse, on est traité de façon telle que l’on ne se sent plus respectée.

 

Après avoir aussi travaillé pendant 10 ans pour l’industrie pharmaceutique, je me dois de dire que je ne puis plus le moins du monde faire confiance à Big Pharma.

 

Je suis la fille qui est prête et décidée à se lever pour défendre une collègue que l’on voudrait intimider. Dans le domaine de la vaccination, les pressions sont plus courantes que ce que l’on peut imaginer. Dans certains états, les infirmières qui refusent vont jusqu’à perdre leur emploi. Dans certains hôpitaux, celles qui refusent sont obligées de porter un masque : une manière comme une autre de stigmatiser ces personnes, de les culpabiliser parce qu’elles ne font pas ce qu’il faudrait faire vis-à-vis de leurs patients.

 

Il y a surtout une raison pour laquelle j’ai voulu faire ce témoignage. Il s’agit notamment du cas de ma grand-mère qui a contracté la polio après avoir reçu le vaccin. Elle a été très mal pendant tout le temps que je l’ai connue. C’est moi qui ai dû m’en occuper et la soigner. Avant de recevoir ce vaccin, elle avait toujours été en parfaite santé, débordant d’énergie. C’est finalement ce qui est arrivé à ma grand-mère qui m’a décidé à faire des études d’infirmière. Je n’ai pas tout de suite compris pourquoi sa santé s’était subitement dégradée. Mais aujourd’hui, j’ai d’excellentes raisons de refuser les vaccins et je n’accepte plus qu'on me ridiculise pour la position que j’ai prise. Si quelqu’un veut se faire vacciner, je respecte évidemment son choix. Si la personne y croit, c’est OK, c’est très bien pour elle.

 

Mais si on me demande mon opinion, si on me demande : « dois-je me faire vacciner ? », Je réponds clairement que je ne crois pas que vous devriez le faire et j’explique pourquoi. On vous prend vraiment pour une conspirationniste quand vous osez poser  des questions sur la vaccination !

 

Je voudrais suggérer que tout un chacun puisse faire ses propres recherches. Il existe une telle quantité d’informations sur le sujet.

 

Il y aurait aussi quantité de questions à se poser par rapport aux ingrédients que contiennent les vaccins…

 

J’ai toujours souhaité que les infirmières aient la force de défendre leurs opinions, leurs droits.

 

Je voudrais demander à tout un chacun de garder l’esprit ouvert, de faire personnellement ses recherches, de ne plus accepter de se laisser mener par le bout du nez dans une atmosphère de troupeau. Je voudrais que chacun puisse prendre conscience qu’il est le premier responsable de sa santé, qu’il a aussi son mot à dire par rapport à tout ce que d’autres veulent lui fourguer. Les pressions sont actuellement si fortes que l’on pourrait se demander si tout cela ne cache pas quelque chose d'autre.

 

Ce que je veux, c’est que les infirmières puissent s’exprimer, que l’on cesse de les intimider, de les tyranniser.

 

Tout comme moi, d’autres infirmières n’aiment pas les vaccins et ne veulent donc pas se faire vacciner. Je dois ajouter que ce n’est pas une raison pour nous traiter de folles, d’inconscientes, de méchantes. Je suis vraiment en colère par rapport à la situation que doivent vivre actuellement les infirmières.

 

 

http://www.activistpost.com/2014/01/nurse-talks-mandatory-flu-shot-vaccines.html?showComment=13892978696770

 

Aux Etats-Unis, les infirmières se mobilisent contre l’obligation vaccinale

 

Nurses-against

 

                       

 Et vous, comment vous mobilisez-vous??

Aux Etats-Unis, les infirmières se mobilisent contre l’obligation vaccinale

 

 

                       

 Et vous, comment vous mobilisez-vous??

Posté par rusty james à 23:30 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


Vaccins danger :le 22.9.13 NON à la loi révisée sur les épidémies

 

WHO-H1N1-Pandemic

Chers amis,


L'heure est grave. Dans un "quasi-silence assourdissant" sur ce sujet dans les médias depuis longtemps (ou alors avec la parole accordée très majoritairement toujours aux mêmes, représentants des intérêts des multinationales pharmaceutiques...), on nous a préparé un paquet de lois infâmes, indignes d'une démocratie !


Vous avez dit "gouvernement mondial" ? Celui-ci, je n'en veux pas. C'est celui qui orchestre la libéralisation générale, sous le nom de mondialisation, et qui ne favorise la liberté que des multinationales et de quelques entreprises pointues, pas celle des simples citoyens, coincés dans un système de guerre économique, et d'endettement artificiel habilement organisé...


Contraindre à se faire vacciner est un acte gravissime, pour qui connaît la composition complète des vaccins, et leurs risques cachés. Entre autres, une micro-encéphalite post-vaccinale est fréquente, entre autres. Heureusement, elle n'est que "micro-", la plupart du temps. Mais à force de répéter les vaccins....?!?


J’œuvre comme médecin, en cabinet privé depuis plus de 25 ans. Je ne peux rester muet face à ce qui se trame. Et n'ai qu'un regret : n'avoir pas eu la disponibilité de faire connaître ceci plus, plus tôt, plus vite...


On pourra lire la suite de mes réflexions plus loin. Je laisse d'abord ici la place à quelques références internet des référendaires contre cette loi : PRENEZ LE TEMPS DE LES LIRE :

C'EST ASSEZ EFFARANT !


Et à vous de jouer ensuite, pour transmettre à d'autres pendant qu'il est encore temps. Quoi qu'il puisse arriver, plus nous serons nombreux à savoir, et à agir en conséquence, et mieux nous laisserons de chances à une "santé autrement", et à une liberté de conscience, de survivre !!!


Il y a 4 ans, (c'est déjà loin, on compte sur notre oubli ???), le spectre de la grippe H1N1 était brandi dans tous les medias, l'Organisation Mondiale de la Santé (financée pour moitié environ par les producteurs de vaccins) déclarait une pandémie mondiale, tous les gouvernements achetaient des millions de doses de vaccins, et de remèdes antiviraux chimiques prétendument efficaces, puis essayaient de les fourguer à tout le monde. Les 2/3 des infirmiers et infirmières, tout de même méfiants, refusaient de se faire vacciner. Surtout après les 1ères victimes chez les infirmières suédoises....

 

En Suisse, un médecin sur 2 était contre cette vaccination.... pour lui-même et sa famille. Mais parfois la pratiquait sur ses patients. Des millions de francs de vaccins et de médicaments jetés à la poubelle finalement...? Non, les produits seulement. Les francs, eux, sont partis sur les comptes en banque des pharmas... et de quelques autres intervenants probablement.


Et, ce dont on ne parle quasi jamais, mais dont un médecin comme moi sait que cela existe, des victimes d'effets secondaires parfois graves de ce vaccin (comme d'autres), et qui frappent à ma porte 1, 2, 3, voire 4 ans après, parfois au bord du suicide à force de souffrances non reconnues et non soulagées. Parfois, les médecines naturelles parviennent, non sans efforts coûteux, à "récupérer" ces personnes, à leur redonner une santé acceptable. Mais parfois non, ou pas assez.


Restent les yeux pour pleurer, et des consciences à réveiller. Pour que ça ne se reproduise pas.


Or, c'est ce qu'on nous prépare, avec cette nouvelle loi, et en pire ! Grâce à l'aventure H1N1, une partie importante des citoyens, surtout grâce à internet, a pu prendre la mesure du problème des vaccinations, prétendues efficaces et sans danger. Si elles l'étaient, il n'y aurait pas de problème, et aucun besoin de contrainte ou de menace pour que les gens courent se faire vacciner.  Bien conditionnés, certains courent de toute façon.


Mais, en rendant une vaccination obligatoire, on rend toute comparaison scientifique entre vaccinés et non-vaccinés impossible, pour cause d'inexistence des non-vaccinés !!! Or, l'histoire a montré clairement ceci (2 exemples parmi de nombreux autres) :


Aux Philippines au début du 20ème siècle, on a fait de multiples campagnes de vaccinations contre la variole. Résultats : le taux de variole a été multiplié par 6 à 10 (!!!) dans les îles vaccinées, et en particulier à Manille où tout le monde était survacciné, alors que sur l'île philippine de Mindanao, où les habitants avaient refusé d'être vaccinés, l'incidence de la variole était resté identique au point de départ.


En France, "avec la vaccination", la tuberculose a régressé et quasi disparu. Oui mais, ce qu'on ne dit ni ne montre, comme d'habitude :


1/ cette régression avait démarré bien avant l'introduction du vaccin, et était déjà très avancée lors de l'introduction du vaccin.


2/ aux Pays-Bas, où le vaccin n'était pas obligatoire, et où seuls 5 à 10 % de la population s'est fait vacciner volontairement : la régression s'est produite non seulement à la même vitesse qu'en France, mais a abouti à une disparition finalement plus rapide, car il n'y a pas eu les petites remontées momentanées (gommées dans les statistiques usuelles) liées aux campagnes de vaccination telles que pratiquées en France....


Par ailleurs, on nous bassine, malgré les faits ci-dessus et bien d'autres, avec une prétendue protection collective ! Si un vaccin était vraiment efficace et sans danger, le vacciné n'aurait rien à craindre d'un non-vacciné ! Pourquoi alors ce conformisme imposé, cette "chasse aux sorcières", cette suspicion jetée comme par hasard sur les réticents à l'industrie du médicament ?? Une personne, vaccinée ou pas, peut être un porteur sain de microbes. Ils se développent, ou pas, chez d'autres selon leur terrain biologique, leur santé, qui ne saurait pas tenir qu'à la question vacciné ou pas : tant de facteurs de santé interviennent ! Mais la majorité ne sont pas brevetables, donc peu rentables !

 

Combien de personnes savent que les vaccins contiennent pour la plupart des métaux lourds (Mercure, Aluminium), toxiques pour le cerveau, le foie, les reins, la thyroïde etc. ? Et aussi des impuretés génétiques issus des milieux de cultures (pour tous les vaccins viraux) : fragments d'ADN issus d'oeufs, de reins de singes, de foie de singes, de cellules cancéreuses humaines, etc, (tout ceci étant ou ayant été des milieux de culture des virus vaccinaux historiquement)... Etc, etc...


Se référer notamment au livre du Prof agrégé de biologie Michel Georget : " Vaccinations, les vérités indésirables ", éditions Dangles.

 

Pour cela le 22.9.13 NON à la loi révisée sur les épidémies

Contre les pleins pouvoirs, la mise sous tutelle, les vaccinations obligatoires, la surveillance et l'augmentation des coûts! Pour la défense de notre santé et souveraineté!

En rèsume

Télécharchez la révision totale de la loi sur les épidémies (LEpr), la loi sur les épidémies en vigeur (LEp), et les explications du Conseil fédéral avec la touche droite de votre souris.

1. Refus de la dictature sanitaire des grandes compagnies sous le couvert de la protection civile
La Loi sur les épidémies a pour but de prévenir et combattre le déclenchement et la propagation des mala­dies transmissibles. La LEp en vigeur est excellente et recouvre toutes les éventualités. Mais la LEpr dévie de manière irresponsable de la cible en mettant les intérêts des grandes entreprises inter­nationales au dessus de ceux de la population en général. C'est la raison pour laquelle nous avons lancé ce référendum. La LEpr met la Suisse sous tutelle de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et son Règlement Sanitaire Internationale (RSI) (LEpr Art. 80.3). L'OMS est contrôlé par les entreprises pharmaceutiques et financé par la fondation Rockefeller. Selon le RSI tout pouvoir est concentré auprès de l'OMS. La force prime sur le droit. Si l'OMS, comme dans le cas de la grippe porcine, déclare une situation particulière (ou extraordinaire) (Art. 6.1.b + 7), le Conseil fédéral n'a plus le pouvoir d'intervenir et alors ne peut par prévoir ce que l'OMS va faire. Il suffit d'une situation particulière et l'OMS peut ordonner les cantons via l'OFSP (Art. 8.2 + 80.3 + RSI) d'imposer des vaccinations obligatoires et en masse (Art. 6.2.d + 22), des mesures ordonnées avec exécution par voie de contrainte (Art. 32 ff), des interdictions totales d’exercer votre profession (Art. 38), la fermeture de vos entreprises privées (Art. 40.b) et des amendes non limitées (Art. 83).

2. Voulez-vous que le gouvernement fédéral reçoive un pouvoir totalitaire sur nous, citoyens?
En matière de protection contre les maladies transmissibles, l'approche fédéraliste a prouvé que la propre responsa­bilité des citoyens, médecins, municipalités et cantons bien interconnectés nous protège plus efficacement contre des maladies, bien plus que des autorités centralisées le pourraient. Au lieu de ceci, les partisans de la LEpr de manière autori­taire veulent transférer tout le pouvoir aux autorités centralisées (art. 6-7). Entre­prises et autorités natio­nales et interna­tionales sont étroitement imbriqués et obtiennent un pouvoir totalitaire sur nous, citoyens. Voulez-vous aveuglement ac­cepter le risque d'abus de pouvoir - justifié par une "science" pharma­ceutique financée avec des buts lu­cratifs - au détri­ment des contribuables que nous sommes?

3. Voulez-vous être contraints à des vaccinations ordonné par l'OMS?
Conformément à la LEpr, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) peut nous dicter quand de nouveau une pré­tendue pandémie se déclare (art. 6.1.b). Au-delà, le Conseil fédéral s'engage à imposer les mesures obligatoires déter­minées par l'OMS – vaccinations obligatoires (veuillez dispositions pénales) - des «groupes en danger» et des «gens exerçant certaines activités» - infir­mières, policiers, militaires etc. – à apporter à notre pays. C'est à dire: l'OMS constate une «urgence sanitaire» et des compé­tences globales sont transférées! Ici, une séparation des pouvoirs manque. Les conflits d'intérêts ex­hortent à la pru­dence. Rappel: 2009, L'OMS et leurs conseillers, partiel­lement payés par les producteurs de vac­cins, ont proclamé, totalement in­utilement, le niveau le plus haut de pandé­mie grippe porcine. Dans le monde entier, les autorités avaient été acquises à son dictat de dépenser des milliards de recettes fiscales pour les vaccins, lesquels ont en­suite dû être détruits en tant que déchets dangereux par tonnes! Heureusement pour notre population, ceci n'a donné en 2009, aucune vaccina­tion obliga­toire. Et ce statut n'a aucune raison d'être modifié.

4. La mise sous tutelle et la criminalisation du citoyen souverain
Si nous, citoyens souverains, vérifions la «situation particulière» et sans autorisation officielle effectuons une analyse microbiologique pour détecter des «maladies transmissibles» par un laboratoire indépendant, nous sommes punis d'amende (art. 83). Les fabricants de vaccins peuvent-ils nous imposer au travers de l' OMS, quand et pourquoi nous devo­ns nous faire vacciner en Suisse? La crainte d'une pandémie, régulièrement fomentée par les médias n'est pas une rai­son pour octroyer aux puissances étrangères, l'autorité totalitaire sur nous. Laissez-nous préserver nos droits constitu­tionnels et fondamentaux de l'autodétermination et du droit à l'intégrité corporelle!

5. L'irresponsabilité prescrite par la loi de l'industrie pharmaceutique et du corps médical
Avec nos impôts, le Gouvernement fédéral prendrait en charge une partie des éventuels dommages causés à la san­té ré­sultants des vaccinations ordonnées, mais seulement jusqu'à un maximum de CHF 70'000 par personne blessée (art. 65). Le manque de responsabilité est un stimulant pour les fabricants pour fournir des vaccins insuffisam­ment testés; cela in­cite à un risque accru de dommages résultants d'une vaccination obligatoire. Parce que de nom­breux vaccins contiennent des additifs toxiques, les partisans de la vaccination veulent décider eux mêmes quand et pourquoi on vaccine. Sur le site référendaire loi-epidemies-attention.ch vous trouverez des instructions sur la façon de reconnaître les produits douteux. Personne ne doit vous ordonner sous la menace de sanctions de vous faire vacciner avec des poisons comme le mercure/thimérosal (neurotoxine), l'hydroxyde d'aluminium (dégâts cérébraux), le glutamate de so­dium (destructeur du cerveau), polysorbate (infertilité), le formaldéhyde (cancer), l'OCM (tumeurs malignes), nanoparticules (effets inconnus) etc. Notre santé ne doit pas être mise en danger en faveur des intérêts de pouvoir et des profits pharmaceutiques.

6. Si vos données de santé et vos habitudes de voyage venaient à être fichées, partagées et divulguées?
Voulez-vous qu'une base de données de santé nationale et centralisée puissent être confiée aux autorités étrangères (art. 60+62)? Après le secret bancaire, le secret médical cours internationalement à sa perte. En tant que citoyen jouissant d'une répu­tation intègre, vous pourriez, à cause de - éventuellement fausses - données médicales, être détenu par une douane étran­gère, être mis en quarantaine ou être soumis à un traitement médical forcé, et bien plus encore.

7. Non à l'explosion des coûts de la santé! Le LEpr va accélérer la hausse des primes d'assurance de santé. Pratiquement, toutes les modifications législatives depuis l'introduction de la Loi sur l'assurance maladie ont inexorablement entraîné une hausse du coût pour nous les citoyen(ne)s et de profits pour l'industrie pharmaceutique. L'obligation de se faire vacciner permet les entreprises pharmaceutiques de vendre leurs vaccins, y compris les frais de publicité obligatoire avec l'argent de nos impôts. De plus le grand public se doit également de prendre en charge les coût élevés liés aux dégâts de santé sur un nombre incalculable de personnes.

8. La propagande des morts de Berset (Weltwoche, voir fichier pdf): Le Conseiller Fédéral Alain Berset affirme dans le livret de votation concernant la révision de la loi sur les épidémies que 2’000 personnes meurent chaque année d'infections nosocomiales (en milieu hospitalier) en Suisse. L'avocat Markus Erb dénonce ce chiffre fantaisiste. Ces 2'000 décès de la propagande - ainsi que l’erreur très arrangeante concernant les droguistes - ont été imaginés par un groupe de travail qui, sous la houlette du porte-parole du CF André Simonazzi, a conçu et rédigé le fascicule des votations. La Chancellerie fédérale précise que toutes les informations factuelles ont été fournies par le département en charge du thème. Cela veut dire que c’est l’OFSP et le secrétariat général d’Alain Berset qui portent la responsabilité des faux chiffres et citations. Finalement, le Conseil Fédéral à validé le document sans vérifier la pertinence de son contenu.

Pour cela le 22. Septembre 2013 votez NON à la loi révisée sur les épidemies!

Journal de votation: Pour cela le 22.9.13 NON à la loi révisée sur les épidémies
Journal de votation: Pour cela le 22.9.13 NON à la loi révisée sur les épidémies

En gros une nouvelle épidemie mondiale doit etre envisagée la première a été un échec la 2nd sera plus autoritaire ...a faire passer car cela commence par un test en suisse ensuite cela sera généralisé aux autres pays ......

 

Posté par rusty james à 17:18 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Le retour de la grippe aviare mortelle et plan de vaccination mondiale à venir.

Le 11 juillet dernier, le site Huffington Post publiait une dépêche hallucinante de l'agence Reuters, une agence dont l'indépendance est bien sûr très loin d'être garantie... et pour cause, l'affaire semble être parfaitement "entendue", avec discussions des scénarios possibles à l'insu des principaux intéressés, c'est à dire les citoyens.

 

Que dit cette dépêche en substance?

 

Que des grosses quantités de volailles ont dû être récemment abattues dans différents endroits du monde, que le virus aviaire n'est plus qu'à trois mutations d'une forme possiblement léthale d'humain à humain et qu'étant donné le retard de plusieurs mois dans la fourniture des vaccins H1N1 par rapport au début de la (fausse) pandémie, il est nécessaire d'envisager une nouvelle approche en préparation de la prochaine pandémie, à savoir celle d'une vaccination "pré-pandémique" qui pourrait consister à vacciner l'entièreté de la planète sur 3 à 5 ans de temps contre un virus qui ne surviendra peut-être jamais!!

 

Voici en effet quelques passages de ladite dépêche:

 

"En 2009, durant la pandémie du virus porcin H1N1, les vaccins furent disponibles seulement des mois après que le virus se soit propagé à l'ensemble du monde- et même alors, il n'y en avait que pour un cinquième de l'humanité.

 

La prochaine fois, les experts disent que nous aurons besoin d'une autre approche.

 57cf90e3ce7bb69c669c86176cb204a4

Les discussions portent sur une "

 

vaccination pré-pandémique", consistant à immuniser les gens des années à l'avance contre une pandémie grippale qui ne s'est pas encore produite et qui pourrait ne jamais advenir, plutôt que de devoir créer des vaccins dans l'urgence, une fois que la nouvelle pandémie aura débuté."

 

"Même si vous modifiez la production à la faveur de technologies à haut rendement, vous allez encore en rester à devoir chasser le virus" estime David Salisbury, directeur de la vaccination en Grande-Bretagne dont les conflits d'intérêts accablants ont déjà fait d'ailleurs couler beaucoup d'encre.

 

"En un mot, la production actuelle ne résoudra jamais le problème. Vous aurez toujours au moins une, si pas deux vagues d'infection avant que vous ne puissiez obtenir des quantités suffisantes de vaccin pour pouvoir obtenir un effet significatif... Si vous voulez devancer le virus, vous devez adopter une stratégie différente."
 

"Les scientifiques et les fabricants de vaccins ont déjà produit des vaccins pré-pandémiques H5N1 et certains sont stockés par les pays riches comme les Etats-Unis et plusieurs gouvernements européens, à destination de leurs personnels médicaux de première ligne."
 

"Les sociétés pharmaceutiques ont également beaucoup investi dans la grippe et leur capacité de production de vaccins est montée en puissance, en partie à cause de la pandémie de H1N1 mais aussi en réponse aux appels de l'OMS pour une meilleure préparation aux prochaineS pandémieS."

 

" Des programmes annuels de vaccination anti-grippale ont également pris de l'ampleur ces dernières années, avec comme résultats que les campagnes saisonnières sont à présent bien établies dans de nombreux pays développés et dans certains pays en développement et que les structures existent donc pour vacciner beaucoup de gens."
 

"Alors, pourquoi ne pas mettre tous ces éléments ensemble et exécuter une campagne de vaccination pré-pandémique pour prémunir les victimes potentielles avec une vaccination pré-pandémique?"
 

La dépêche se poursuit alors de façon à la fois dramatisante (rappel des ravages de la grippe espagnole, rappel également d'une récente étude ayant prétendu que les décès dus à la grippe H1N1 pourraient avoir été sous-estimés et se monter à 500 000 dans le monde, rappel du taux de létalité de 60% de la grippe H5N1 jusqu'à présent,..) et  pseudo-rassurante (ouf, il y a notre sacrosainte solution, la vaccination prépandémique qui va tout arranger!). C'est ce qu'on peut appeler le tandem "PEUR-PROTECTION": on fait peur parce que cela va alors créer artificiellement un besoin de protection qui n'existerait pas sinon. C'est une technique marketing bien connue pour pousser à consommer.

 

Le communiqué rapporte alors les propos d'un scientifique de Novartis, Rino Rappuoli, qui avait écrit sur le scénario d'une pandémie de grippe aviaire dans le journal Science du mois dernier -Novartis, Sanofi et GSK étant les fabricants de plusieurs vaccins anti-H5N1 déjà approuvés-:

 

"Etant donné que des vaccins anti-H5N1 disposant d'une autorisation sont déjà disponibles, nous avons l'option de vacciner les individus à haut risque ou de vacciner plus largement, incluant les populations de pays individuels ou même de continents entiers, ou encore de vacciner l'entièreté de la planète." a-t-il écrit.

 

"Il s'agit seulement d'évaluer les coûts, la logistique et le risque d'implémenter une telle campagne de vaccination. Cela n'est pas impossible." a-t-il poursuivi.

 

"Une campagne mondiale pourrait prendre de 3 à 5 ans" a-t-il également estimé.

 

Dans la revue scientifique Expert Rev. Vaccines de févier 2012, les scientifiques italiens de l'Institut de Santé publique concluaient ainsi le compte-rendu de leur publication sur l'Aflunov, le dernier vaccin prépandémique en date de Novartis contre le H5N1: "En 2010, le Comité des Médicaments à Usage Humain de l'Agence européenne du Médiament a émis une opinion positive sur l'Aflunov et en janvier 2011, l'Aflunov recevait son autorisation de mise sur le marché. Ce vaccin pourrait être très utile dans l'éventualité d'une adaptation du virus H5N1 aux humains, ce qui pourrait causer une nouvelle pandémie."

 

Le Dr Albert Garcia, porte-parole du pôle "Préparation Pandémique" de Sanofi Aventis, lui, n'est pas aussi enthousiaste au sujet de ces vaccins prépandémiques auxquels il dit "ne pas croire", bien que Sanofi avait pourtant présenté un vaccin prépandémique contre le H5N1 lors d'une conférence internationale, pour lequel ils n'ont finalement jamais demandé d'autorisation de mise sur le marché (AMM).

 

La dépêche de Reuters, qui ne donne toutefois pas du tout la parole au moindre scientifique circonspect se permet d'écrire que l'approche d'une vaccination pré-pandémique paraît sensée, en se basant sur une précédente étude (probablement pas indépendante!) de l'Université de Leicester selon laquelle les gens déjà préalablement immunisés contre une souche différente de grippe garderaient une "mémoire immunitaire" utile en cas de contact avec un autre virus grippal, des années plus tard. C'est ce qu'ils appellent "l'effet d'amorce" mais que d'autres scientifiques appellent aussi le "péché originel", en expliquant au contraire que l'élaboration de futurs anticorps contre de futurs virus sera de moins en moins efficace au fil du temps, précisément parce que le modèle de fabrication de ces anticorps reste calqué sur "l'empreinte virale initiale", un peu donc comme une clé qui serait de moins en moins adaptée à la serrure à force d'essayer de la forcer. Par ailleurs, rien n'est non plus redit ici sur les autres récentes découvertes de chercheurs qui ont pu démontrer que la production d'anticorps n'était pas du tout essentielle dans la lutte contre différents virus.

 

Selon cette dépêche Reuters, qui prépare déjà habilement le terrain, la vaccination pré-pandémique pourrait limiter le tribut humain à payer en cas de pandémie.

 

L'OMS (comment s'en étonner...) semble bien sûr très enthousiaste au sujet d'une telle vaccination pré-pandémique, le Dr Nikki Shindo de l'Organisation ayant affirmé qu'il s'agissait d'une "excellente idée" en théorie. Pour le Dr Shindo, la vaccination permettrait de rendre la maladie moins sévère chez les gens vaccinés, de réduire les décès et de réduire la transmission virale (remarquez le glissement: on ne parle déjà même plus de leur éviter purement et simplement la maladie!)

 

Mais l'OMS est infiltrée par les fabricants or, comme le mentionne tout de même Reuters, "Cela ferait sûrement plaisir aux compagnies pharmaceutiques de se voir offrir une nouvelle opportunité d'accroître leurs capacités de production de vaccins antigrippaux, ce qui leur permettrait potentiellement de rééditer un bénéfice supplémentaire de 7 milliards de dollars, comme ils en ont connu un à l'hiver 2009-2010."

 

"Appliquer toutefois dans la réalité cette idée théorique de vaccination pré-pandémique est une autre affaire" écrit encore Reuters, précisant que cette idée séduirait peu les cénacles gouvernementaux, sans doute bien conscients de la difficulté à convaincre les gens de se faire vacciner (avec les risques d'effets secondaires que cela comporte)  et de dépenser ainsi dans le contexte actuel d'austérité des sommes folles contre une grippe inexistante.

 

Mark Clark, analyste pharmaceutique à la Deutsche Bank, " ne pense pas que le monde est prêt à payer pour quelque chose comme ça maintenant. Le moment n'est juste pas économiquement propice."

 

Mais pour quelqu'un comme le Pr Salisbury, "toutes ces stratégies méritent qu'on y réfléchisse". Il estime que les gouvernements ont encore un bon bout de chemin à faire avant de prendre ce genre de décisions qu'il estime "chargées de bon sens (sic!) et appuyées par la Science (rien que ça!)". On aura vraiment tout lu et tout entendu.

 

Commentaires et analyse d'Initiative Citoyenne:

 

 

Cette dépêche démontre à quel point une certaine caste veut A TOUT PRIX et à l'exclusion de toute autre méthode de prévention, vacciner l'humanité entière, comme si l'inondation vaccinale de la planète entière chaque année via des milliards de doses de vaccins ne suffisait toujours pas!

 

Cette préparation morbide de la population depuis le début des années 2000 à la grippe aviaire est grotesque mais pour les pharmas qui tirent les ficelles, elle ne l'est évidemment pas.

 

Si vous êtes suffisamment attentifs aux différentes "pièces du puzzle" qui s'enchaînent et s'imbriquent sous vos yeux, vous verrez et vous comprendrez qu'il est assez peu probable que ce déploiement colossal de moyens financiers au sujet de la grippe aviaire ne finisse jamais par se solder par le moindre "retour sur investissements". Cela signifie que tout sera fait pour que la prochaine pandémie survienne. Avec des firmes comme Medicago qui ont déjà commencé à produire, sur ordre du Ministère américain de la Défense, des grandes quantités de vaccins pandémiques H5N1, le Pr Lina en France qui a été officiellement payé pour faire se croiser les virus H5N1 et H1N1, les équipes hollandaise et américaine qui ont évidemment fini par réussir à croiser ces virus pour rendre le nouveau venu à la fois très mortel et très contagieux, sans compter bien sûr tous les stocks de vaccins pré-pandémiques+ déjà constitués par de nombreux états, dont la Belgique, et entreprosés on ne sait où, il serait assez aberrant de penser qu'il n'y aura pas une suite.

 

Car oui, plusieurs magnats trépignent déjà en coulisses et tapent bel et point du poing sur la table: ils VEULENT vacciner la terre entière et dans leur esprit, nul doute à cela, vous y passerez également, que vous le vouliez ou non! (avec la bénédiction plus que probable de la très peu respectable OMS). Mme Testori de la Commission européenne non élue n'avait-elle déjà pas exprimé le même genre de souhaits publiquement le 5 octobre 2010 ?

http://www.initiativecitoyenne.be

Posté par rusty james à 10:33 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 février 2013

Neuf questions pour triompher dans tout débat SUR LES VACCINS

vaccin

David Mihalovic, ND

Depuis que la pandémie de grippe a été déclarée, plusieurs soi-disant « experts » des vaccins sont « sortis du bois » pour tenter de justifier l’efficacité des vaccins. Tous répètent comme des perroquets les mêmes perspectives historiques et pseudo-scientifiques que les 9 questions suivantes peuvent facilement déconstruire.

 

Affirmation : L’étude des vaccins, l’histoire de ce qu’ils ont permis de réaliser, leur efficacité et leurs mécanismes sont parfaitement connus et démontrés dans les cercles scientifiques et médicaux.

 

Réalité : Ces prétentions sont complètement fausses.

 

1.   Question à poser : pourriez-vous s’il vous plaît fournir une étude en double aveugle avec placebo contrôlé qui prouve l’efficacité et l’innocuité des vaccins ?

 

2.  Question à poser : pourriez-vous s’il vous plait fournir des preuves scientifiques de quelque étude que ce soit qui confirmerait la sécurité et l’efficacité à long terme des vaccins ?

 

3.  Question à poser : pourriez-vous s’il vous plaît fournir des preuves scientifiques qui pourraient démontrer que la diminution des maladies dans n’importe quelle partie du monde et à n’importe quelle époque est à attribuer à la vaccination des populations ?

 

4.   Question à poser : pourriez-vous s’il vous plait expliquer comment la sécurité des vaccins, la répartition de leurs composants dans le corps, ainsi que leur élimination ont été scientifiquement démontrées si leur pharmacocinétique (l’étude de l’absorption par le corps, la distribution, le métabolisme et l’élimination de tel ou tel produit) n’a jamais fait l’objet d’une étude en ce qui concerne chaque vaccin ?

 

L’un des éléments les plus importants permettant de définir la toxicité de n’importe quel vaccin est précisément sa pharmacocinétique.

 

Dans toute l’histoire des vaccins, il n’existe pas d’étude réalisée en double aveugle avec placebo contrôlé qui ait jamais prouvé leur sécurité, leur efficacité et leurs réalisations (à moins que par réalisations on entende les dommages qui ont été provoqués à toute la race humaine.)

 

Il n’existe pas non plus d’études contrôlées dans quelque pays que ce soit qui auraient objectivement prouvé que les vaccins ont eu un effet direct sur la réduction de quelque type de maladie que ce soit et dans n‘importe quelle partie du monde.

 

Toutes les études qui ont tenté de démontrer la sécurité et l’efficacité des vaccins n’ont pu que se heurter à des problèmes neurotoxiques, cancérogènes, mutagènes ou de fertilité. Mais ces problèmes ont été mis de côté.

 

Affirmation : les conservateurs et les additifs chimiques utilisés dans la fabrication des vaccins sont sûrs et aucune étude n’a prouvé que leur utilisation était dangereuse pour l’homme.

 

Réalité : Cette affirmation est complètement fausse.

 

5.  Question à poser : pourriez-vous s’il vous plait justifier scientifiquement que le fait d’injecter des produits neurotoxiques à un être humain puisse être bénéfique à sa santé et prévenir des maladies ?

 

6.  Question à poser : pourriez-vous fournir un profil de la relation bénéfices/risques démontrant que l’injection d’un produit neurotoxique en vue de prévenir une maladie  présente davantage de bénéfices que de risques pour la santé ?

 

Cette question n’a même plus sa place dans un débat. Il est un fait scientifiquement établi dans des centaines d’études que les conservateurs et les additifs chimiques des vaccins endommagent les cellules. La neurotoxicité, l’affaiblissement immunitaire, l’inflammation auto-immune chronique et les effets cancérogènes ne sont que quelques-uns des nombreux effets qui ont été observés sur le corps humain.

Voir la liste des produits chimiques utilisés dans les vaccins :

http://preventdisease.com/news/09/100509_vaccine_chemicals_inserts.shtml

 

Il est encore heureux que les compagnies pharmaceutiques nous précisent les dégâts que les vaccins peuvent produire sur le corps humain, mais les gens ne lisent généralement pas ces informations, alors que tout ce qu’il y a à faire est de lire la notice de chaque vaccin. Cette notice précise les ingrédients, les effets secondaires qui pourraient parfois s’avérer mortels.

http://preventdisease.com/news/09/092109_H1N1_package_inserts_warnings.shtml

 

A titre d’exemple jetez un coup d’œil  à mon analyse du vaccin Arepanrix H1N1

http://preventdisease.com/news/09/102609_Alert_Canadians_Arepanrix_vaccine_analysis.shtml

 

Tout professionnel de santé qui pense qu’il est justifié d’injecter quelque type de neurotoxine dans le corps d’une personne pour prévenir une maladie quelconque ne peut être que mal informé, induit en erreur ou ignorant de toute logique en ce qui concerne la santé humaine.

 

Affirmation : la personne qui reçoit un vaccin contenant un antigène étranger est à l’abri de futures infections.

 Réalité : Cette prétention est complètement fausse.

 

7.  Question à poser : pourriez-vous justifier scientifiquement que le fait de contourner les voies respiratoires et les muqueuses serait avantageux. Comment pourriez-vous également justifier scientifiquement que le fait d’injecter directement des virus dans le flux sanguin pourrait améliorer le fonctionnement immunitaire et prévenir des maladies ?

 

8.  Question à poser : pourriez-vous justifier scientifiquement qu’un vaccin pourrait empêcher des virus de muter ?

 

9.  Question à poser : pourriez-vous s’il vous plaît fournir une justification scientifique quant à la manière dont une vaccination pourrait cibler un virus chez un individu infecté, alors que le virus en question ne correspondrait pas parfaitement à la configuration virale ou à la souche du vaccin ?

 

Tous les promoteurs de vaccins ne réalisent pas que les voies respiratoires de l’homme (en fait de tous les mammifères) contiennent des anticorps qui initient les réponses immunitaires naturelles au sein de la muqueuse des voies respiratoires. Le fait de contourner les muqueuses du système immunitaire en injectant directement des virus dans le sang conduit à une corruption du système immunitaire lui-même. Il en résulte que les virus pathogènes ou les bactéries ne pouvant être éliminés par le système immunitaire, se maintiendront dans le corps  se multiplieront  ou muteront quand la personne sera, dans l’environnement, exposée à plus d’antigènes, des toxines qui continueront à assaillir son système immunitaire.

 

Malgré l’injection de n’importe quel type de vaccin, les virus continueront à circuler dans le corps et à muter. Quand les fabricants de vaccins ciblent une souche virale sans en connaître exactement les propriétés mutagènes équivaut à viser une cible fixe qui aurait déjà été déplacée. Dans ce cas, le tireur viserait non pas ce qui est mais ce qui était !

 

Les virus de la grippe peuvent muter, se modifier et s’adapter plusieurs fois au cours d’une seule saison grippale. Ce qui rend parfois le vaccin contre la grippe saisonnière totalement inefficace au cours de la saison. Ironie du sort, les défenses immunitaires de l’organisme humain peuvent cibler toutes ces modifications alors que les vaccins en  sont incapables.

 Je n’ai jamais rencontré un défenseur de la théorie vaccinale, scientifique ou médecin qui ait pu répondre à une seule de ces questions, sans parler des huit autres.

 

Au cours d’un débat  ayant trait aux questions qui précèdent, les situations suivantes pourraient se présenter :

 - Ils vont reconnaître leur défaite et admettre qu’ils sont perplexes.

 - Ils vont tenter de discréditer tout ce qui ne se rapporte pas directement à la question posée.

 - Ils formuleront leur réponse en s’appuyant sur des arguments « historiques » et des études scientifiques qui ont été réfutées maintes et maintes fois. Pas un seul partisan des vaccins ne sera jamais à même de répondre directement à ces questions dans un débat public.

 

 http://preventdisease.com/news/09/102809_9_arguments_to_win_any_vaccine_debate.shtml

Posté par rusty james à 18:43 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

05 décembre 2011

DES BONS DE RÉDUCTION SUR LA NOURRITURE À CEUX QUI ACCEPTENT DE SE FAIRE VACCINER CONTRE LA GRIPPE.

2648936788_dc8dbaa1cc

LES MARCHANDS DE VACCINS NE SAVENT PLUS QUE FAIRE POUR LIQUIDER LEURS STOCKS.

ILS NE SAVENT PLUS COMMENT VENDRE LEURS POISONS CAR LES CONSOMMATEURS SONT DE PLUS EN PLUS AVERTIS ET CONSCIENTS QU’ON LES PREND POUR DES IMBÉCILES. ILS ACHÈTENT AINSI DE MOINS EN MOINS DE VACCINS ET LES VENDEURS SE VOIENT DÉPOSSÉDÉS DE LEUR EMPRISE SUR LES CITOYENS ET LEUR PORTE-MONNAIE.

Aussi sont-ils obligés d’avoir recours aux SUBTERFUGES LES PLUS INATTENDUS pour conserver une certaine clientèle et leur cotation en bourse.

AUX ÉTATS-UNIS, ILS ONT DÉJÀ EU RECOURS AUX BONS D’ACHATS pour des vêtements et autres avantages en nature qu’on distribuait aux candidates au vaccin Gardasil, mais ILS ONT TROUVÉ UN AUTRE ATTRAPE-NIGAUD. LES DRUGSTORES DONNENT À PRÉSENT DES BONS DE RÉDUCTION SUR LA NOURRITURE À CEUX QUI ACCEPTENT DE SE FAIRE VACCINER CONTRE LA GRIPPE.



WALGREENS est une chaîne de pharmacie américaine qui représente plus de 6 500 magasins sur l’ensemble du territoire américain. Ces pharmacies, qui sont avant tout des drugstores avec des horaires d’ouverture assez larges, vendent toute sorte de marchandise, médicaments, cartes de vœux, appareils photographiques, produits de beauté et cosmétiques, et plats préparés. LEURS EMPLOYÉS ONT REÇU LA CONSIGNE D’INCITER FORTEMENT LES CLIENTS, LORSQU’ILS PASSENT À LA CAISSE, À SE FAIRE VACCINER CONTRE LA GRIPPE.

D’ailleurs, leur insistance est considérée comme du HARCÈLEMENT par une bonne partie de la clientèle. Mais il est difficile de les blâmer car ils sont pris en otage et RISQUENT D’ÊTRE RENVOYÉS S’ILS N’OBTIENNENT PAS DES RÉSULTATS SATISFAISANTS. En revanche, lorsque ils atteignent leur quota, ils sont remerciés par un iPad.

Mike Adams, qui dirige Natural News, a téléphoné au service de presse de Walgreens pour leur demander si la publicité pour le vaccin contre la grippe faisait partie de la politique de l’entreprise. Or, Robert Elfinger, qui dirige ce service, lui a répondu qu’il n’était pas au courant de cette pression et qu’il n’avait jamais entendu parler de plaintes de clients sur le sujet. Sa réponse restant ambiguë, Natural News a lancé une CAMPAGNE APPELÉE « ARRÊTEZ LE HARCÈLEMENT DE WALGREENS AU SUJET DU VACCIN ANTI-GRIPPE », mais cette campagne s’adresse également aux CVS PHARMACIES, second groupe de drugstores qui compte 7 000 magasins et couvre 41 états et qui agit de manière identique. Il suffit d’aller sur leur site pour voir qu’ils font plus la promotion du vaccin que celle de leurs produits courants.



Ces magasins sont un magnifique terrain de chasse pour les fabricants de vaccins car on en trouve partout et il est difficile de les boycotter car leur proximité attire nombre de gens pressés.

TOUJOURS AUX ÉTATS-UNIS, D’AUTRES MAGASINS DU MÊME GENRE PRATIQUENT LA MÊME POLITIQUE. Certains offrent des bons d’achats, d’autres des produits gratuits comme des sodas, des Kleenex ou autres gadgets, d’autres accordent des réductions de 10 % sur les achats de nourriture.

Il y a deux ans, lors de la « pandémie » de grippe A, le seul vaccin saisonnier a fait monter le chiffre d’affaires de Walgreens de 2,4 %. Qui plus est, 40 % de ceux qui ont accepté le vaccin étaient de nouveaux clients du magasin, qui a ainsi vu grandir sa clientèle.

CETTE ANNÉE-LÀ, ILS ONT VENDU 7,5 MILLIONS DE DOSES DE H1N1 contre 1,2 million l’année précédente.



IL EN EST DE MÊME AU ROYAUME-UNI OÙ, malgré une publicité outrancière, LE VACCIN CONTRE LE PAPILLOMAVIRUS (c’est le Cervarix® qui est le plus utilisé dans ce pays) N’EST PAS AUSSI POPULAIRE QUE LES LABORATOIRES POUVAIENT L’ESPÉRER.

IL EST VRAI QUE LA PUBLICATION DE NOMBREUX ACCIDENTS, ADVENUS « PAR HASARD » APRÈS L’INJECTION CAR AUCUN LIEN N’A PU « ÊTRE TROUVÉ », A INQUIÉTÉ, À BON ESCIENT, DE NOMBREUSES MÈRES. Aussi, les marchands de vaccins ont-ils inventé un NOUVEAU SUBTERFUGE QUI RESSEMBLE DAVANTAGE À DES PRATIQUES MAFIEUSES QU’À LA MÉDECINE.

En effet, le 16 février 2010, le Mail on line nous apprenait que les filles âgées de 16 à 18 ans EMPOCHERAIENT UN BON DE 45 LIVRES SI ELLES ACCEPTAIENT DE RECEVOIR LES TROIS INJECTIONS DU VACCIN, le consentement des parents n’étant pas nécessaire. Non seulement le vaccin est remboursé avec l’argent des contribuables, mais il génère des pots-de-vin !

pourquoi une telle insistance pour vacciner les gens ,Eugénisme ,la réponse n'est pas que dans le vaccin  je pense que le virus sera activé plus tard soit par radiofrequence soit par les chemtrails ...

Posté par rusty james à 14:19 - - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 février 2011

Le vaccin Pandemrix contre la grippe A (H1N1) provoquerait la narcolepsie

dd395_viper___site_Le vaccin Pandemrix contre la grippe A (H1N1) d'un laboratoire britannique est accusé de provoquer l'apparition d'une affection rare du sommeil, la narcolepsie, chez les enfants et adolescents

Les scandales pharmaceutiques ne semblent pas devoir prendre fin. Après les révélations sulfureuses autour du médiator, le "médicament de la mort", puis l'établissement d'une liste de produits pharmaceutiques suspectés d'être inutiles voire dangereux pour la santé, c'est au tour d'un vaccin d'être pointé du doigt. Le Pandemrix (AFP), destiné à protéger les populations contre la pandémie du virus de la grippe A (H1N1), a été distribué par le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK,) et injecté à plus de 90 millions de personnes dans 19 pays lors des campagnes de vaccinations l'an dernier. Aujourd'hui, d'après la plus haute autorité sanitaire finlandaise, ce vaccin a probablement contribué à la multiplication subite des cas de narcolepsie- une affection rare du sommeil pour lequel il n'existe pas de traitement curatif à l'heure actuelle - chez les enfants et les adolescents finlandais en 2009 et 2010.

Neuf fois plus de risque d'être atteint de cette maladie du sommeil
Si l'Institut national finlandais pour la santé (THL) ne veut pas encore se montrer catégorique, réservant son rapport final pour août 2011,  il estime toutefois que les personnes de 4 à 19 ans ont un risque neuf fois plus élevé de souffrir de narcolepsie s'ils ont été vaccinés avec le Pandemrix. Cette affection neurologique, caractérisée par une fatigue extrême et des accès de sommeil impromptus, également appelée maladie de Gélineau, ne concernerait toutefois pas les adultes de plus de 19 ans vaccinés par le même produit. Parmi la soixantaine de jeunes patients finlandais souffrant de narcolepsie recensés, 52 (soit 90 %) avaient reçu des injections du Pandemrix, alors que la couverture vaccinale au sein de cette tranche d’âge n’atteignait que 70 %. Dans la plupart des cas, ces enfants et adolescents avaient vu les symptômes se déclarer dans les deux à dix semaines suivant l'injection."L'association observée est si évidente qu'il est improbable que d'autres facteurs dits collatéraux puissent expliquer le phénomène", a indiqué le THL.

Une vigilance mondiale amorcée
La révélation du THL a aussitôt alerté l'Organisation Mondiale de la santé (OMS), dont le Comité consultatif de la sécurité vaccinale a préconisé l'ouverture officielle d'une enquête qui recenserait au plus vite toutes les données disponibles relatives à l'accroissement observé des cas de narcolepsie. Au niveau de l'Europe, l'Agence européenne du Médicament a lancé une étude de pharmacovigilance tandis que d'autres autorités sanitaires européennes planchent également sur le sujet. Quant à la France, en août 2010, elle avait signalé six cas sans pouvoir établir de lien avec le vaccin, qui bien que commandé à hauteur de 94 millions de doses par le ministère français de la Santé, avait été largement dénigré par le grand public, qui l'estimait trop dangereux.
Julie Ketkosol (www.lepetitjournal.com) jeudi 10 février 2011

Posté par rusty james à 15:21 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,