Les axiomes kabbalistiques et alchimiques secrets

 

path_002c+(1)Très grande

 

Henry More (1614-1687) se voulut, lui aussi, explicitement kabbaliste chrétien. Ne fut-il pas d’ailleurs l’un des correspondants du baron Christian Knorr von Rosenroth, cet érudit ami de Leibnitz ? Il s’était inlassablement plongé dans la forêt des traités des kabbalistes pour espérer y découvrir le moyen de convertir les juifs au christianisme, en leur prouvant que leur propre tradition, si l’on sait l’interpréter en profondeur, finirait par leur prouver la vérité du christianisme. À l’inverse de Fludd qui, s’il connaissait le latin et le grec, ne pouvait lire l’hébreu, Henry More avait une connaissance très poussée des œuvres des plus fameux rabbins kabbalistes. On peut noter chez lui l’influence toute spéciale d’Isaac Luria (1534-1572). C’est à ce dernier que More empruntera le contenu des seize axiomes kabbalistiques, en lesquels se trouveraient énoncés les principes fondamentaux de la Kabbale, tant juive que chrétienne.

Nous allons en donner la traduction française :

1. Rien ne peut être créé à partir de rien.

2. Et comme la matière ne peut être créée.

3. Ni exister par soi en raison de la bassesse de sa nature. Où l’on tire la déduction qui est plutôt un fondement que nulle chose vile ne peut exister par soi.

4. Il n’existe donc aucune matière dans la nature des choses.

5. Tout ce qui est vraiment est Esprit.

6. Mais cet esprit est incréé et éternel, intelligent, sensible, vital, se mouvant par soi, infini dans l’étendue et existant nécessairement par soi.

7. Et par conséquent, cet esprit est l’essence divine.

8. Et aucune essence autre que divine ne peut exister par soi.

9. Comme, à la vérité, il n’existe aucune essence en dehors de celle-ci dans l’univers en vertu des axiomes 1, 2, 3, 8 et qu’il est clair qu’une chose (provient) de cette essence unique, par une action de division – il est évident que l’essence divine peut se diviser.

10. Puisque l’essence divine existe vraiment, il existe d’innombrables particules individuelles, et qui peuvent s’étendre et s’étaler en des cercles de puissance et d’étendue infinies.

11. Et puisque les grains de sable particuliers, les petits grains des pavés et les particules de l’air, de l’éther, etc., sont des parties de cette essence divine, il est tout aussi évident que ces dernières peuvent se réunir et se resserrer en particules extrêmement ténues.

12. De l’assemblage de ces particules est formé le monde qu’on appelle matériel bien qu’il soit en réalité spirituel, formé assurément d’esprits en particules divisées de l’essence divine, contractées et ramassées en monades ou points physiques.

13. Cette contraction est l’état de sommeil ou d’engourdissement pour ces particules divines – leur expansion, l’état de réveil.

14. Il y a différents degrés de réveil, à savoir : dans la vie végétative, sensitive, rationnelle… ; bien plus enfin se font le réveil et l’expansion, dans un cercle d’amplitude et de puissance infinies, jusqu’à ce que cette parcelle divine en cet esprit particulier puisse se construire un Monde formé de terre, d’eau, d’air, de ciel et des autres parties.

15. Et, par conséquent, cet Esprit particulier peut – à partir de l’exemple de la fine poussière de marbre – devenir la plante, à partir de la plante l’animal, de l’animal l’homme, de l’homme l’ange, enfin le Dieu créateur d’une nouvelle Terre et d’un nouveau Ciel.

16. Et on peut dire de même à propos des particules individuelles de l’essence divine, qu’il est nécessaire qu’elles soient ou bien toutes séparables sans doute, ou encore qu’elles puissent être des Dieux créateurs des terres et des cieux, ce qui est cela même qu’un enfant, par une nuit blanche dans les écoles, interrogé par moi sur le point de savoir s’il croyait à un Dieu unique, me répondit en souriant qu’il croyait à l’existence d’un grand nombre de Dieux, distincts les uns des autres.

On voit la manière dont Henry More, résumant ainsi les principes essentiels de la Kabbale d’Isaac Luria, aboutit à une métaphysique immatérialiste et monadiste. Le plus curieux de ces axiomes kabbalistiques est assurément le dernier qui, par la différence instaurée entre l’Absolu et les Créateurs de chacun des innombrables systèmes planétaires, s’écarte singulièrement de l’orthodoxie chrétienne. Henry More met par prudence – on l’aura remarqué – dans la bouche d’un de ses étudiants à Cambridge l’exposé de cette théorie qui pourrait bien friser l’hérésie…

Serge Hutin – extrait de l’article « Note sur la création chez trois kabbalistes chrétiens » publié dans Kabbalistes chrétiens, cahiers de l’hermétisme, éditions Albin Michel, Paris, 1979.

 

Axiomes alchimiques

 

1. – Tout ce qu’on peut accomplir par une méthode simple ne doit pas être essayé par une méthode compliquée.
Il n’y a qu’une seule Vérité dont l’existence n’a pas besoin de preuve, parce qu’elle est elle-même sa propre preuve pour ceux qui sont à même de la percevoir. Pourquoi se servir de la complexité pour chercher ce qui est simple ? Les sages disent : “Ignis et Azoth tibi sufficiunt”. Le corps est déjà en votre possession. Tout ce qu’il vous faut, c’est le Feu et l’Air.

2. – Nulle substance ne peut être rendue parfaite sans une longue souffrance.
Grande est l’erreur de ceux qui s’imaginent que la pierre des philosophes peut être durcie sans avoir été préalablement dissoute ; leur temps et leur travail sont perdus.

3. – La nature doit être aidée par l’art toutes les fois qu’elle manque de force.
L’art peut servir la nature, mais non la supplanter. L’art sans la nature est toujours anti-naturel. La nature sans l’art n’est pas toujours parfaite.

4. – La nature ne peut être améliorée qu’en elle-même.
La nature d’un arbre ne peut pas être changée par l’arrangement des branches, ni par l’addition d’ornements ; il ne peut être amélioré qu’en perfectionnant le sol sur lequel il croît, ou par la greffe.

5. – La nature use de la nature, la comprend et la vainc.
Il n’y a point d’autre connaissance que la connaissance de soi-même. Tout être ne peut réaliser vraiment que sa propre existence, mais non celle d’un élément qui lui est totalement étranger.

6. – Celui qui ne connaît pas le mouvement ne connaît pas la nature.
La nature est le produit du mouvement. Au moment où le mouvement éternel cesserait, la nature entière cesserait d’exister. Celui qui ne connaît pas les mouvements qui se produisent dans son corps est un étranger dans sa propre maison.

7. – Tout ce qui produit un effet pareil à celui produit par un élément composé est également un composé.
L’Un est plus grand que tous les autres nombres, car il a produit l’infinie variété des grandeurs mathématiques ; mais nul changement n’est possible sans la présence de l’Un qui pénètre toutes choses, et dont les facultés sont présentes dans ses manifestations.

8. – Rien ne peut passer d’un extrême à l’autre sauf à l’aide d’un moyen.
Un animal ne peut pas arriver au céleste avant d’avoir passé par l’homme. Ce qui est antinaturel doit devenir naturel avant que sa nature puisse devenir spirituelle.

9. – Les métaux ne peuvent pas se changer en d’autres métaux avant d’avoir été réduits à la prima materia.
La volonté propre, opposée à la volonté divine, doit cesser d’être pour que la volonté divine puisse envahir le cœur. Nous devons nous dépouiller de toute sophistication, devenir semblables à des enfants, pour que la parole de sagesse puisse retentir dans notre esprit.

10. – Ce qui n’est pas mûr doit être aidé par ce qui est parvenu à maturité.
Ainsi commencera la fermentation. La loi de l’induction régit toutes les régions de la nature.

11. – Dans la calcination, le corps ne se réduit pas, mais il augmente de quantité.
Le véritable ascétisme consiste à abandonner ce dont on n’a pas besoin, lorsqu’on a reçu quelque chose de meilleur.

12. – Dans l’alchimie, rien ne porte de fruit sans avoir été préalablement mortifié.
La lumière ne peut pas luire à travers la matière, si la matière n’est pas devenue assez subtile pour laisser passer les rayons.
13. – Ce qui tue produit la vie ; ce qui cause la mort amène la résurrection ; ce qui détruit crée.
Rien ne sort de rien. La création d’une forme nouvelle à pour condition la transformation de l’ancienne.

14. – Tout ce qui renferme une semence peut être augmenté, mais point sans l’aide de la nature.
Ce n’est qu’au moyen de la graine que le fruit portant des graines plus nombreuses vient à la vie.

15. Toute chose se multiplie et s’augmente au moyen d’un principe masculin et d’un principe féminin.
La matière ne produit rien si elle n’est pénétrée par la force. La nature ne crée rien si elle n’est imprégnée par l’esprit. La pensée reste improductive si elle n’est rendue active par la volonté.

16. – La faculté de tout germe est de s’unir à tout ce qui fait partie de son royaume.
Tout être dans la nature est attiré par sa propre nature représentée dans d’autres êtres. Les couleurs et les sons de nature semblable forment des accords harmonieux ; les substances qui ont des rapports les unes avec les autres peuvent se combiner ; les animaux de la même espèce s’associent entre eux, et les puissances spirituelles s’unissent aux germes avec lesquels elles ont de l’affinité.

17. – Une matrice pure donne naissance à un fruit pur.
Ce n’est que dans le sanctuaire le plus intime de l’âme que se révèlera le mystère de l’esprit.

18. – Le feu et la chaleur ne peuvent être produits que par le mouvement.
La stagnation, c’est la mort. La pierre jetée dans l’eau forme des cercles excentriques progressifs, qui sont produits par le mouvement. L’âme qui ne s’émeut pas ne peut point s’élever et se pétrifie.

19. – Toute la méthode commence et finit par une seule méthode : la cuisson.
Voici le grand arcane : c’est un esprit céleste descendant du soleil, de la lune et des étoiles, et qui est rendu parfait dans l’objet saturnien par une cuisson continuelle, jusqu’à ce qu’il ait atteint l’état de sublimation et la puissance nécessaires pour transformer les métaux vils en or. Cette opération s’accomplit par le Feu Hermétique. La séparation du subtil d’avec l’épais doit se faire avec soin, en ajoutant continuellement de l’eau ; car plus les matériaux sont terrestres, plus ils doivent être dilués et rendus mobiles. Continue cette méthode jusqu’à ce que l’âme séparée soit réunie au corps.

20. – L’œuvre entière s’accomplit en employant uniquement de l’eau.
C’est la même eau que celle sur laquelle se mouvait l’Esprit de Dieu dans le principe, lorsque les ténèbres étaient sur la face de l’abîme.

21. – Toute chose doit retourner à ce qui l’a produite.
Ce qui est terrestre vient de la terre ; ce qui appartient aux astres provient des astres ; ce qui est spirituel procède de l’Esprit et retourne à Dieu.

22. – Où les vrais principes manquent, les résultats sont imparfaits.
Les imitations ne sauraient donner des résultats purs. L’amour purement imaginaire, la sagesse comme la force purement imaginaires ne peuvent avoir d’effet que dans le royaume des illusions.

23. – L’art commence où la nature cesse d’agir.
L’art accomplit au moyen de la nature ce que la nature est incapable d’accomplir sans l’aide de l’art.

24. – L’art hermétique ne s’atteint pas par une grande variété de méthodes. La Pierre est une.
II n’y a qu’une seule vérité éternelle, immuable. Elle peut apparaître sous maints différents aspects : mais, dans ce cas, ce n’est pas la vérité qui change, c’est nous qui changeons notre mode de conception.

25. – La substance qui sert à préparer l’Arcanum doit être pure, indestructible et incombustible.
Elle doit être pure d’éléments matériels grossiers, inattaquable au doute et à l’épreuve du feu des passions.

26. – Ne cherche pas le germe de la pierre des philosophes dans les éléments.
C’est seulement au centre du fruit qu’on peut trouver le germe.

27. – La substance de la pierre des philosophes est Mercurielle.
Le sage la cherche dans le Mercure ; le fou cherche à la créer dans la vacuité de son propre cerveau.

28. – Le germe des métaux se trouve dans les métaux, et les métaux naissent d’eux-mêmes.
La croissance des métaux est très lente ; mais on peut la hâter en y ajoutant la Patience.

29. – N’emploie que des métaux parfaits.
Le Mercure imparfait, tel qu’on le trouve ordinairement dans certaines contrées de l’Europe, est tout à fait inutile pour cette œuvre. La sagesse du monde est folie aux yeux du Seigneur.

30. – Ce qui est grossier et épais doit être rendu subtil et fin par calcination.
Ceci est une opération très pénible et très lente, parce qu’elle est nécessaire pour arracher la racine même du mal ; elle fait saigner le cœur et gémir la nature torturée.

31. – Le fondement de cet art consiste à réduire les Corpora en Argentum Vivum.
C’est la Solutio Sulphuris Sapientium in Mercurio.Une science dépourvue de vie est une science morte ; une intelligence dépourvue de spiritualité n’est qu’une lumière fausse et empruntée.

32. – Dans la Solution, le Dissolvant et la Dissolution doivent rester ensemble.
Le Feu et l’Eau doivent être rendus aptes à se combiner. L’intelligence et l’amour doivent rester à jamais unis.

33. – Si la semence n’est pas traitée par la chaleur et l’humidité, elle devient inutile.
La froidure contracte le cœur et la sécheresse l’endurcit, mais le Feu de l’Amour Divin le dilate, et l’Eau de l’Intelligence dissout le résidu.

34. – La terre ne produit nul fruit sans une humidité continue.
Nulle révélation n’a lieu dans les ténèbres si ce n’est au moyen de la lumière.

35. – L’Humectation a lieu par l’Eau, avec laquelle elle a beaucoup d’affinité.
Le corps lui-même est un produit de la pensée, et a pour cette raison la plus grande affinité avec l’intelligence

36. – Toute chose sèche tend naturellement à attirer l’humidité dont elle a besoin pour devenir complète en sa constitution.
L’Un, de qui sont sorties toutes choses, est parfait ; et c’est pourquoi celles-ci renferment en elles-mêmes la tendance à la perfection et la possibilité d’y atteindre.

37. – Une semence est inutile et impuissante, si elle n’est mise dans une Matrice appropriée.
Une âme ne peut pas se développer et progresser sans un corps approprié, parce que c’est le corps physique qui fournit la matière nécessaire à son développement.

38. – La chaleur active produit la couleur Noire dans ce qui est humide ; dans tout ce qui est sec, la couleur Blanche ; et, dans tout ce qui est blanc, la couleur Jaune.
D’abord vient la Mortification, puis la Calcination, et ensuite l’éclat doré produit par la lumière du Feu Sacré qui illumine l’âme purifiée.

39. – Le Feu doit être modéré, ininterrompu, lent, égal, humide, chaud, blanc, léger, embrassant toutes choses, renfermé, pénétrant, vivant, intarissable, et le seul employé par la nature.
C’est le Feu qui descend des cieux pour bénir toute l’humanité.

40. – Toutes les opérations doivent être faites dans un seul Vaisseau et sans le retirer du Feu.
La substance employée pour la préparation de la Pierre des Philosophes doit être rassemblée en un seul lieu et ne doit pas être dispersée en plusieurs lieux. Quand une fois l’or a perdu son éclat, il est difficile de le lui rendre

41. – Le Vaisseau doit être bien clos, en sorte que l’eau ne s’en échappe pas ; il doit être scellé hermétiquement, parce que, si l’esprit trouvait une fissure pour s’échapper, la force serait perdue : et en outre il doit être bien clos, afin que rien d’étranger et d’impur ne puisse s’introduire et s’y mélanger.
II doit toujours y avoir à la porte du laboratoire une sentinelle armée d’un glaive flamboyant pour examiner tous les visiteurs, et renvoyer ceux qui ne sont pas dignes d’être admis.

42. – N’ouvrez pas le Vaisseau avant que l’Humectation soit achevée.
Si le Vaisseau est ouvert prématurément, la plus grande partie du travail est perdue.

43. – Plus la Pierre est alimentée et nourrie, plus la volonté s’accroîtra.
La sagesse divine est inépuisable ; seule est limitée la faculté de réceptivité de la forme.

Source : http://www.collegium-rosae-crucis.com/

et : http://logedermott.over-blog.com/

Posté par rusty james à 16:44 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Enki satya et annunaki : la propagande sataniste NU Ageuse

Reptilian-Hybrid-Sumerian-Gods

babylon

us-ny-bala ville de babylon à New york

la pomme d'adam est la petite tentation ainsi New york est appelé la grande pomme ou la grande tentatrice avec sa babylon avenue et sa ville  et sa statue de lucifer dans son port  enki shiva ishtar tant de nom pour lux ferro l'apporteur de lumière.

statue2

le site loveenki incite les visiteurs à se soumettre à un rituel d'engagement auprès d'Enki. Ce rituel ( http://www.loveenki.com/enki/2012/01/ri ... ie-a-enki/ ) est très ressemblant aux rituels du satanisme :

1) écriture d'une lettre reniant toutes les religions (et leur Dieu, le Saint Esprit, le bouddhisme, etc) en faveur "du seul Dieu Créateur" Enki, et en inversant les principes au point de traiter Dieu "du vrai Satan". 2) signature de cette lettre de ses initiales avec son sang 3) cette lettre doit finalement être "brulée", avec comme intention que "le message arrive à Enki et traverse l'astral sans être pollué"

D'autre part, Enki (aussi appellé Satya, alors qu'auparavant ils l'appelaient clairement Satan, ) serait une pauvre victime de Dieu qui l'aurait appelé ainsi pour le nommer "l'adversaire" (complète invention).ces sites sont extrêmement dangereux pour votre âme, si vous pratiquez ce rituel vous attirez vers vous des démons et en leur faisant allégeance ils seront un plaisir de venir de vous emmener à votre mort au purgatoire ainsi le pacte de sang que vous avez signé étant brûlé sera irrévocable donc il faut être assez stupide pour livrer son cou ainsi au plus grand bourreau de l'humanité Malgré son Enki proquo...

Enki ne cherche qu'à Enkilosé votre esprit pour mieux vous tromper aujourd'hui il ne vous dise plus "Dieu n'existe pas ou le diable n'existe pas , ils ont compris que la plupart des gens savent qu'ils existent alors ils inversent Dieu est en fait le mal et le mal est le bien aussi énorme comme stratagème, ça fonctionne sur des personnes n'ayant aucune spiritualité active c'est-à-dire aucun contact avec la source conversation rompu par les sens trop occupés à nourrir les démons du bas astral qui se nourrissent de vous dans vos actions négatives les plus basics,le but c'est de vous enrôler dans un courant New age très puissant Enki Satya même pas le courage de porter leur vrai nom il travestisse leur nom pour faire plus soft et se différencier.....tEnez vous hors de portée de ces charlatans et de ces suppôts du mal car il en va de votre éternité, athée croyant ou agnostique sachez que vous vous retrouverez avec les gens que vous auraient suivi et cela pour l'éternité la vie je le répète n'est juste qu'un test ne vous laissez pas leurrer par ces personnes abjectes qui se foutent de vous et veulent juste porter la couronne en ramenant le plus d'âme comme trophée, j'espère de tout coeur qu'au moins une âme sera sauvée de leur griffe ce sera ma plus grande satisfaction.......Godblesss

eclairs

ps : évitez aussi le poison de Dana Goldstein.  Cette Dana Goldstein est aussi une grosse manipulatrice qui sous prétexte de dénoncer le Judaïsme/Sionisme,fait de la propagande luciférienne sans retenue,à côté de son baratin sur tout un tas d'autres sujets.

Tout ces écrits sont basés sur une inversion totale des principes traditionnels.
Le jeu à laquelle joue cette personne (qui qu'elle soit) est extrêmement vicieux et retors,car en fait sa dénonciation apparente du judéo-talmudisme ne sert qu'a séduire,et ce dans le seul but de mieux tromper encore,et d'attirer les gogos dans le piège.

calliope_la_voix_des_flammes_de_tabitha_king_et_michael_mcdowellLa propagande contenue sur ce site est extrêmement grave et dangereuse pour ça,d'autant plus qu'elle mélange le vrai et le faux pour donner le change de plus belle (stratégie du gâteau empoisonnée bien maitrisée par tout les imposteurs mondialistes).
Vous verrez certaines choses vraies,ce qui aura tendance à vous faire baisser votre garde,et c'est exactement la chose attendue pour vous faire avaler toutes la subversion cachée en douce à côté,et celle-ci est présente en masse,on a affaire à de gros morceau bien crasseux.

Cette "Dana Goldstein" blasphème autant de venin haineux contre le Christ .
C'est une luciférienne notoire,en fait son raisonnement inversé est dans la droite lignée de la subversion de la conscience à la sauce "philosophie des lumières",humaniste et culte de l'être suprême,qui as pris son envol au XVIII° siècle après la Révolution Française,une haine mortelle contre tout ce qui a trait au divin et au Monothéisme ressort de chacun de ces textes,bien sûr le tout saupoudré de new-age intensif,ce qui est tellement en vogue à notre époque,avec des gens qui ne jugent que sur l'apparence,la Dana n'invente rien dans ces stratégies de subversion,elle ne fait que reprendre des techniques éprouvées par d'autre avant elle,et de longue date.

On est tout simplement en présence d'une agenture au service de l'idéologie du Mouvement Révolutionnaire Mondial,ni plus ni moins.
Les juifs-sionistes et le Judaïsme Talmudique dénoncés là-dedans ne sont là que pour induire en erreur et donner une apparence de sincérité et d'honnêteté à son but ultime qu'elle se propose,celui de nous faire comprendre,et croire,que Satan est le seul Dieu véritable que l'on doit adoré,le seul Dieu qui nous aime,le "Dieu-Bon". (et oui,encore une fois ! )

Au final elle fait le jeu de leur élite (kabbaliste/luciférienne) qu'elle feint de dénoncer,donc c'est du pur foutage de gueule tout ça.

Elle n'hésite d'ailleurs pas à l'affirmer clairement,c'est Satan qui a crée l'humanité,et les délires flatteurs new-age humaniste qui vont avec sont là pour mieux faire passer la couleuvre :
Sa propagande est plus ou moins reprise de celle des palladistes lucifériens (et des autres élites maçonniques,des banquiers internationaux Khazars,ainsi que de toute la cabale onusienne affiliée,"Lucis Trust",etc,etc...)

Leur doctrine,on peut la décrire rapidement,d'ailleurs j'en avait déjà fait un court résumé sur un autre sujet :
Au sens symbolique du terme,chez les Lucifériens,ce terme Illuminati représentent donc symboliquement cette "illumination" par la connaissance,et c'est celle de "Lucifer",leur Dieu,que les Palladistes appellent leur Dieu-Bon,principe opposé au Dieu mauvais "Adonaï" (le Dieu des chrétiens et des musulmans).Cette croyance est basée sur une dualité qu'ils considèrent comme universelle,et sur l'inversion des valeurs des croyances traditionnelles,dont ils considèrent les adeptes comme des profanes et des dégénérés,des faibles d'esprits,des "goys",juste bon à être aveuglés par la superstition,et juste bon à être gouvernés par eux les Supérieurs,pour le bien de l'humanité (toujours selon leur doctrine bien sûr).Ils sont les "éclairés" et vous,croyant,êtes les égarés,vous vous êtes fait piéger par Adonaï le mauvais principe,le Dieu à lequel vous croyez naïvement,voilà ce que celle-ci leur enseigne encore.Ils sont donc porteur de lumière,c'est à dire "porteur de la connaissance",celle de Lucifer,leur Porteur de Lumière (connaissance) Divin,à qui ils associent ce principe.En effet,dans leur doctrine,c'est Lucifer qui offre ce "don" de connaissance à l'homme au commencement de la création,ainsi que le don de reproduction (c'est la raison pour laquelle le "phallus" est vénéré chez les lucifériens comme dans les branches profondes de la maçonnerie,comme principe actif de reproduction).Bien sûr,c'est une fausse connaissance pour nous,mais dans leur doctrine à eux,par exemple la doctrine palladiste,elle leur enseigne cela précisément.Le Fiat Lux lui-même est Luciférien aussi dans leur doctrine,il est très présent,et ils y sont très attachés,il est très souvent-là dans leurs écrits,ils n'a simplement pas la même représentation symbolique que dans le Christianisme.Tout est question d'inversion par rapport à celui-ci là-dedans,c'est tout.

merci à paralleye de novusordoseclorum

djinn

En bonne élève il sait que son maitre lui a permis de porter la couronne sa récompense suprême pour pervertir l'esprit de millions de jeunes........

.il y a des preuves pour des gens doués d'intelligence et des gens qui comprennent, cherchez par vous-même, confrontez les informations si vous etes sincères n'ayez aucune crainte vous serez guidé et les anges déchireront pour vous le voile du mensonge pour que vous puissiez voir ce dont ces damnés voulez-vous occulter.....pour attirer vers vous de bonnes énergies, adoptez un bon comportement, invoquez régulièrement Dieu, si vous etes dans le doute demandez lui, il vous répondra, purifiez votre vie évitez les soûleries et les drogues et votre esprit deviendra clair comme du cristal alors vous serez prêt à entrer en relation avec votre créateur qui vous aiment plus que tout et qui ne désire pour vous que la réussite sur terre comme dans l'au-delà n'écoute que votre coeur éloignez-vous de ces personnes qui obstruent le chemin de votre élévation..

coeur neige

Pourquoi font-ils tout cela ?

Satan l'ennemi de l'humanité a été banni ainsi que ces millions de génies et démons qui le suivirent (il y a de bons génies pas tous mauvais ils choisissent leur vie libre arbitre comme l'homme) (pour avoir refusé de s'incliner devant le premier homme prétextant il n'est fait que de matière minérale alors que je suis fait de feu, pourtant il était le génie préféré de Dieu et sur terre le plus grand croyant ainsi par son comportement Dieu l'avait élevé parmi les anges le premier génie parmi ceux qui peuplaient la terre avant l'homme, le jour Dieu a montré de l'intérêt pour sa créature;il devint jaloux comme un enfant gâté qui n'accepte pas la venue d'un autre...). ils n'ont plus aucune chance de rédemption, ils veulent donc condamner avec eux tous les humains car c'est pour l'amour de l'homme que Dieu les a damné, ils ont donc une haine incommensurable à notre égard, c'est pour cette raison se sachant foutu ils ont juste le temps de corrompre les humains qui n'ont  pas ou plus de foi, c'est leur plus grande satisfaction, les humains qui le suivent ont été trompé par des messages comme ceux de loveenki et tant d'autres , quant aux aux autres il y a les lignées de sang de Satan ce sont ses enfants ils suivent leur père, ils leur a promis qu'ils ne sauront pas juger par Dieu et il leur donnera l'éternité quand il aura prouvé que les humains ont déserté les rangs de la foi ainsi ils croient que Dieu les abandonnera sur terre qui sera la prison des damnés, foutaise ils vont tous ramassés et personne ne sera rétribué dans ses rangs,Est-ce qu'un virus qui infecte un système et ces programmes peut-il être rétribué pour cela, aucunement la finalité du système rebelle  sera d'être écrasé et un nouveau système meilleur sera installé, les mauvais seront formatés car ayant la forme athée et les autres sauvegardés ils vivront ainsi dans un système de paix et d'amour et cela éternellement car plus aucun mal ne sera introduit dans cette matrice de lumière et de paix ..........R james. 

DOC Le hip-hop est une religion satanique

corioAfrika-Bambaataa-12

afrika_bambaataaLE FONDATEUR DU hip hop A EU LE CULOT DE FAIRE FAIRE CE SIGNE A DES MILLIONS DE JEUNES ON LEUR FAISANT CROIRE QUE Cétait le signe de reconnaissance au sein de la nation ZULU comme gourou de secte il  a le profil.une autre ruse et le fameux survetement remonté au mollet code vestimentaire des jeunes qui écoutent le rap , il a été implanté par le code franc maçon pour bien montrer leur capacité à controler les masses regardez

pendu2et je parle pas du nouveaux salut avec l'épaule qui vient direct de ces loges monkey see monkey do ils l'ont bien compris.

 Pochette de disque avec le papillon du projet monarch programmation de masse en préparation

Looking+for+the+Perfect+Beat+19801985+cover

logo-mighty-zulu-kingz-new-break-orderlogo  su site de la zulu nation no comment

Le Hip Hop n’est rien d’autre qu’une véritable organisation religieuse. C’est dans les années 70 que Kevin Donovan, plus connu sous son nom d’artiste Afrika Bambaataa, participa activement au développement de la culture et de la musique Hip Hop. Le Hic c’est qu’il fonda le Hip Hop sur la base des enseignements Zulu, et ceux de L'Égypte antique. Par la suite, il créa aussi la « Zulu Nation » pour faire connaitre le Hip Hop à travers le monde entier. Le site internet de la Zulu Nation en dit long sur la nature du Hip Hop www.zulunation.com Voici les liens vidéo du documentaire Le hip hop est une religion, documentaire dans lequel vous découvrirez beaucoup d'informations choquantes.

 







 

La paralysie du sommeil suite : les oppressions nocturnes des incubes et sucubes

 

abildgaard

IncubusDepuis des siècles, des hommes et des femmes ont raconté avoir subi des attaques sexuelles par des entités invisibles pendant qu'ils étaient couchés dans leur lit. Sont-ils victimes de troubles psychologiques, médicaux ou démoniaques ?

Le mois dernier, j'ai reçu le message électronique suivant :

    J'ai besoin d'une réponse franche. Connaissez-vous quelqu'un ayant eu une expérience sexuelle avec un esprit ? Je suis veuve depuis peu et depuis le 1er août, je ne cesse d'avoir la visite d'« amants spirituels » - pas toujours à contrecœur.

J'ai répondu en demandant plus de détails, et voici ce que j'ai reçu :
Je suis une femme de 47 ans. Pendant environ six ans, ma fille et moi avons senti des pas sur le lit ou toute autre surface sur laquelle nous dormions. Mon mari et mon fils pensaient que nous étions folles. Ca arrivait même lorsque nous étions complètement réveillées ou au moment où nous nous mettions au lit. Les pas étaient légers et parfois le lit bougeait légèrement. A certaines reprises, pendant ces six années, je me réveillais dans une « atmosphère sexuelle ». A cette époque, j'éloignais rapidement ces tentations. Mon mari était malade depuis cinq ans (infarctus et autres complications), et est mort en décembre dernier. Quelques mois avant sa mort, je l'ai trouvé assis sur le bord du lit, très pâle. Il me dit que quelque chose avait sauté sur son lit. Cela s'était déjà produit auparavant et il avait toujours accusé le chat, même si celui-ci n'était pas dans sa chambre. Cette fois, il a cru et en a été retourné. Le 1er août 1999, les entités sont revenues dans mon lit et cette fois, je me suis laissée aller à un moment de faiblesse. Je ne comprends pas comment j'ai pu car la seule pensée me fait frémir. Les premières fois, mon cœur battait comme un tambour. Dès que ça commençait, ça ne s'arrêtait plus. J'ai développé un appétit sexuel insatiable et n'arrêtais pas d'y penser 24 heures sur 24. « Eux » non plus. J'essayais de rationaliser en me disant qu'il s'agissait d'esprits amicaux mais je savais au plus profond de moi-même que ce n'était pas le cas.
(...)

    Je dois trouver de l'aide. Tout cela est la stricte vérité.

Le moins que l'on puisse dire est qu'il s'agit d'une histoire assez perturbante, décrivant un cas classique d'attaque par un incube. Dans les traditions paranormales, un incube est un esprit ou un démon qui attaque une femme, normalement lorsqu'elle est dans son lit, dans le but d'avoir une relation sexuelle. Un homme peut également subir de tels assauts, et dans ce cas l'esprit est connu sous le nom de succube. Des persécutions par des incubes et des succubes sont relatées depuis au moins le Moyen Age.
  
Dans un phénomène lié, connu comme « le syndrome de la vieille sorcière », la victime sent la présence d'une entité reposant lourdement sur son corps, lui rendant la respiration difficile. Cette manifestation s'accompagne même de sensations d’étranglement, mais sans le composant sexuel propre à l'incube.
(... mentions de la description de tels phénomènes par Shakespeare dans Roméo et Juliette, acte 1, scène 4 et dans « Le Horla » de Guy de MaupassantD'après le Dr Cheyne, « La paralysie du sommeil, ou plutôt la paralysie du sommeil avec des hallucinations hypnagogiques et hypnopompiques, se singularise comme une source particulièrement plausible des croyances relatives non seulement à des enlèvements par des extraterrestres, mais aussi à toutes sortes de croyances en des réalités alternatives ou en des créatures d'autres mondes. La paralysie du sommeil est un état dans lequel une personne, le plus souvent couchée sur le dos, et sur le point de s'endormir ou de s'éveiller, réalise qu'elle est incapable de bouger, de parler ou de crier. Cela peut durer quelques secondes ou plusieurs minutes et même parfois assez longtemps. Les gens déclarent souvent avoir senti une « présence » généralement décrite comme malveillante, menaçante ou diabolique. Une intense sensation d'épouvante et de terreur est très fréquente. » Les recherches du Dr Cheyne montrent que jusque 40 % de la population a vécu une telle expérience au moins une fois. La paralysie est due à la libération d'hormones au cours du sommeil paradoxal qui paralysent le corps et l'empêchent d'agir en dehors du rêve. Normalement, les hormones se dissipent avant la fin du rêve et avant le réveil. Dans de rares cas, cependant, les hormones continuent à annihiler les fonctions motrices du corps lorsque le dormeur s'est réveillé, et celui-ci se retrouve paralysé. Le cerveau éveillé essaie de trouver une explication rationnelle à cette paralysie et invente donc l'entité ou la présence démoniaque. Dans des cas encore plus rares, le phénomène s'accompagne d'hallucinations parfois horribles, telles que des formes noires, des démons, des serpents, la vieille sorcière elle-même, et même des petits hommes verts.
Le Dr Cheyne cite une autre étude émettant l'hypothèse qu'un profond sentiment de paralysie pourrait être une forme humaine latente de l'« immobilité tonique », à savoir l'action de feindre la mort sur laquelle se reposent souvent les animaux de proie lorsqu'ils sont traqués, chassés, attrapés et attaqués ; soit une stratégie de survie induite par la peur ou par une importante entrave.

    –– Trouble psychologique ou démoniaque ? ––––––––––

La paralysie du sommeil pourrait expliquer le phénomène de la vieille sorcière, mais qu'en est-il des assauts sexuels ? La femme qui m'a écrit m'a dit que les attaques ont commencé dans sa chambre, mais qu'elles se sont vite déroulées en dehors de la maison, lorsqu'elle était complètement réveillée au bureau. Sa fille et son mari ont aussi été témoins des débuts de ce phénomène. Et cette femme n'est pas la seule à avoir eu une telle expérience. (...)

Il y a de plus en plus de discussions sur ce type d'expérience sur le Delphi Paranormal bulletin board (sous le titre General, recherchez « Incubus »). Une personne déclare :
   

Incubes, le film

Incubes est un des films "perdus" les plus demandés par les fans de l'horreur ou du fantastique. Réalisé en 1965 et ayant pour vedette William Shatner (qui jouera plus tard dans star Trek), Incubes fut le premier film américain à utiliser l'espéranto. Un critique de Paris-Match l'a désigné comme "le meilleur film fantastique depuis Nosferatu". Il est disponible exclusivement sur le site web "Incubus" où on peut même entendre un dialogue de Shatner en Esperanto.

« Je souffre également de ce problème depuis des années. J'ai fini par réaliser que :

   1. Plus j'en avais peur, plus ça avait de pouvoir. Les attaques s’intensifiaient.
   2. Lorsque j'ai commencé à demander l'aide de Dieu, les attaques ont diminué, mais ne se sont, à ce jour, pas arrêtées complètement. Je pense qu'il y a une connexion entre « ça » et le fait que, lorsque j'étais enfant, j'ai été abusé sexuellement par mon père.

Cette déclaration indique un lien psychologique très probable entre l'abus sexuel et le phénomène de l'incube, et il serait intéressant de découvrir si les statistiques étayent ce lien.

Il n'est pas surprenant de voir que plusieurs organismes religieux, particulièrement les fondamentalistes, considèrent ce phénomène comme des attaques par des forces du mal. Sur www.demonbuster.com, un site avec un point de vue chrétien fondamentaliste, l'auteur écrit : « Ces démons existent vraiment ! Ils ont des rapports sexuels avec des hommes et des femmes lorsque ceux-ci dorment, et vous savez que c'est vrai. Il ne s'agit pas d'un rêve et ce n'est pas le fruit de votre imagination. Si vous vivez cette situation, la délivrance et la guerre spirituelle peuvent y mettre fin. »
 
Ce qu'il faut savoir la paralysie du sommeille est une des conséquences du sommeille lui même et a chaque fois que nous nous endormons notre ame quitte notre corps ce qui ressemble a une mort et chaque matin notre âme rejoins notre corps nous ressuscitons  ,ce voyage astrale nous permet d'échapper a notre 3D pour accéder aux autres dimensions ce qui nous permet de voir l'avenir ou le passé ou de rencontrer des personnages historiques ...il arrive parfois si la personne a une conscience éveillé qu'elle ouvre les yeux trop rapidement  alors elle se verra descendre et rentrer dans son corps allongé sur le lit. parlez en autour de vous et de nombreuses  personnes se sont vus descendre vers leur lit et  cela se passe chaque nuit alors comment ne pas croire a l'âme et a sa survie après la mort les preuves sont là devant vos yeux pour ceux qui regardent encore tout ces faits sont réels et expérimentés par des milliers de personnes chaque nuits..

Lorsque notre corps est immobile et paralysé des entités incubes ou succubes ou djinns pénètrent dans notre corps  et nous manipules et ils nous insufflent des rêves lugubres ,lorsque nous sentons une oppression durant notre sommeille nous désirons nous réveiller trop rapidement et parfois nous ne sommes plus dans le même plan a savoir nous sommes éveillé mais pas notre corps qui reste sous le contrôle de l'intrus alors on cris mais le corps ne répond pas on veut bouger et notre corps et paralysé si cela se répète trop souvent alors on peut parler de possession qui dans les cas les plus graves se finisse en HP pour schizophrénie.( parce que la personne change de voix par exemple )n'oubliant pas que la psychiatrie de freud exclut les maladies dites de l'âme étonnant de la part d'un sataniste férue d'esoterisme qui ne pouvait ignorer les cas d'emprise ou de possession.il existe un lien avec ces attaques et le rhésus sanguin negatif qui ont une faille que les incubes exploitent a merveille  à savoir qu'une personne qui a connu ces attaques servira de récepteur pour ces entités et développera un don de voyance et de prémonition. 

Dans cette videos  vous verrez que une personne qui  a été possédé  servira de recepteur aux esprits invisibles et ils s'exprimeront par sa bouche ,ces djinn batisseurs du premier monde habitaient la terre bien avant l'homme et leur civilisation fut détruite ,pour cette raison que nous découvrons beaucoup de civilisation englouties ,

 

La paralysie du sommeil est un phénomène se rencontrant dans toutes les cultures du monde ; maintes d’entre celles-ci attribuent le trouble à la présence d’un esprit démoniaque : la paralysie du sommeil est parfois assimilée à un envoûtement. La conscience pendant la paralysie du sommeil porte différentes appellations :

Au Maroc : « boughttat » (« celui qui couvre ») ; un « gars noir » très lourd, une vieille femme ou encore un djinn, écrase de son poids la poitrine du dormeur.
En Algérie : « jedma » (« cauchemar »).
En Turquie : « karabasan » (« le gars noir »).
En Chine : « gui ya chuang (« fantôme qui écrase [le dormeur] contre le lit.
Au Japon : « kanashibari » (« maintenu par une étreinte de fer »).
Au Mexique : « subida del muerto » (« le mort qui monte dessus »).
Au Canada (Terre-Neuve) : « Ag Rog ou Old Hag » (« vieille sorcière »).
Chez les Inuits : « augumangia » en Inupik et « ukomiarik » en Yupik ; le trouble est attribué aux esprits.
En Russie : c’est la colère du « domovoï », l’esprit de la maison châtiant des personnes pour mauvais devoirs conjugaux ou trahison.
Aux Antilles françaises : le phénomène est probablement à l’origine de la croyance aux « Dorlis », des chiens volants qui pénètrent au cours de la nuit des cases pour épier et parfois violer des jeunes femmes ; des ciseaux sont accrochés sur les portes pour s’en protéger.
En Europe médiévale : la paralysie du sommeil est liée à la présence de démons ou à la sorcellerie.

Si vous êtes attaqués régulièrement et que vous voulez vous protéger et dormir tranquille il existe un verset à écouter chaque soir

contactez moi je vous donnerez le lien Godbless très très efficace un ami me l'avait conseillé .ne jamais paniquez  invoquer le nom de Dieu sincèrement vous  vous réveillerez ,

Ne pas dormir sur le ventre ni sur le dos MAIS SUR LE coté droit ainsi votre corps est verrouillé sauf en cas d'impureté alcool drogue etc là vous etes bons lol

Quand on dit il a l'alcool mauvais en fait ces incubes attendent que vous baissiez la garde avec l'alcool et vous pousse à vous énerver après ils prennent le control de votre esprit et c'est pendant ce laps de temps que vous etes capable de faire les pires choses et graves les gens présents vous diront tu n'étais plus toi meme  et ils ont raison .l..(possédé tant que vous etes énervé).....ne pas se focaliser sur ces cauchemards c'est que des suggestions  une illusion .

La foi doit précéder l'intelligence pour que l'intelligence soit la récompense de la foi.

St Augustin

 

Egyptien de souche : Près de 50% des Européens auraient un ancêtre commun avec Toutankhamon

Des chercheurs suisses ont fait une découverte surprenante. Selon une analyse génétique, près de la moitié des Européens de l'Ouest auraient un ancêtre commun avec le pharaon Toutankhamon. C'est une découverte inédite et plutôt inattendue qu'a faite une équipe de généticiens suisses du centre généalogique iGENEA basé à Zurich. Selon les analyses génétiques qu'ils ont réalisées, près de 50% des Européens de l'ouest auraient un ancêtre commun avec le pharaon Toutankhamon mort en 1323 avant notre ère. Pour arriver à une telle conclusion, les chercheurs ont en fait reconstruit le profil ADN de Toutankhamon, de son père Akhenaton et de son grand-père Aménophis III à l'aide d'informations contenues dans un film du réseau Discovery. Ils ont alors observé que le jeune pharaon appartenait à l'haplogroupe R1b1a2, soit exactement comme 50% des hommes de l'Europe de l'ouest. Comme l'explique Radio-canada.ca, un haplogroupe est un groupe qui forment des blocs de différents gènes situés sur un même chromosome à proximité les uns des autres et qui est habituellement transmis ensemble à la descendance. Selon les chercheurs, ceci serait donc bien la preuve que la moitié des Européens a un ancêtre commun avec Toutankhamon. Mais plus étonnant encore : seuls 1% des Egyptiens actuels partageraient l'haplogroupe du pharaon décédé. D'après l'étude suisse, l'ancêtre commun en question, serait originaire du Caucase et aurait vécu il y a environ 9.500 ans. Ce n'est qu'ensuite en 7.000 avant notre ère que les descendants auraient migré pendant l'expansion de l'agriculture. Toutefois, la relation avec l'Egypte n'a pas été clairement expliquée par les scientifiques qui souhaitent désormais mener davantage de recherches avec d'autres membres de la famille de Toutankhamon. Publié par Émeline Ferard, l
 http://www.maxisciences.com/toutankhamon/pres-de-50-des-europeens-auraient-un-ancetre-commun-avec-toutankhamon_art16190.html
Copyright © Gentside Découverte

Firefox_Screenshot_2017-06-08T07-41-16le royaume de pharaon comportait deux couleurs la couronne blanche pour la haute egypte et la couleur rouge pour la basse egypte  la croix des templier et lunion des deux couleurs de pharaon et de la suisse sa base europeenne  ils ont donné la couleur bleue aux pays qui combattent pour le royaume la suisse quand a elle reste neutre et en paix dès lors les nations asservies prirent le bleu dans leu drapeau bleu blanc rouge france pays bas etats unis ont ces couleurs ils represnetent les pays combattants des templiers

Firefox_Screenshot_2017-06-08T07-39-02

Firefox_Screenshot_2017-06-08T07-40-26

Firefox_Screenshot_2017-06-08T07-50-46

hoover d'origine suisse des son arrivée au pouvoir les banques suisses ont provoqués le Krach boursier pour spolier des millions d'americains et ont crée la BRI pour rappatrier les valeurs ainsi détournés le plus grand hold up du siècle

beaucoup de president ont de's origines pharaoniques de sion comme Obama ........

Firefox_Screenshot_2017-06-08T08-00-16

Firefox_Screenshot_2017-06-08T07-58-59

 

Firefox_Screenshot_2017-06-08T07-58-21

Les descendants de pharaons via la branche des Mérovingiens ont envahit l'europe et l'ont gouvernés ,tous les rois et Tsar ou sar kosy sont descendant de la royauté egyptienne , comme nous le dit de manière voilé le film matrix  souvenez vous

Le Merovingien ( Lambert WILSON )

 C'est un trafiquant de l'information. aristocrate français comprendre l'aristocratie française  , 

 C'est l'ancêtre de presque tous les programmes de la Matrice, l'un des plus anciens et des plus dangereux il est dit dans le film que le Mérovingien est la clef evidemment c'est l'origine de toutes les lignée pharaoniques et à ce titre il existe un pays qui est leur capital cest sion est ce un hasard si ce pays a été préservé des guerres et de toute fiscalité

paradis fiscal des nouveaux pharaons du monde cest une base sure templière crée par l'élite et pour les plus hautes lignée ,pr'euve en est comment se fait t il que HItler au lieu denvahir la suisse a envahit un pays pauvre comme la pologne cela revient a attaquer un kebab au lieu de s'en prendre a la Banque Centrale .........ils existent des liens entre les nazis suisses et les allemands d'ailleurs de nombreux nazis se sont réfugiés en Suisse sans etre inquiétés...........

L’ouvrage de Luc van Dongen, «Un purgatoire très discret. La transition « helvétique » d’anciens nazis, fascistes et collaborateurs après 1945» (éditions Perrin, 2008) est issu d’une recherche doctorale richement documentée portant sur une zone grise de l’histoire de la Suisse qui est encore peu éclairée : le vaste processus de « reclassement » des ex-nazis, fascistes et collaborateurs français qui ont bénéficié de l’aide suisse pour leur réinsertion après la Deuxième Guerre mondiale, y compris au service des Alliés.

 

S’insérant dans la lente évolution du dévoilement du rôle de la Suisse face aux fascismes, en rupture avec la propagande officielle de neutralité et de politique d’« asile tranquille et sûr aux étrangers persécutés pour des raisons religieuses ou politiques » (1), la thèse de Luc van Dongen explore l’autre face de la politique d’accueil helvétique.

 

Le débat critique sur la politique des autorités suisses à l’égard des réfugiés ne cesse de surprendre. Il a connu plusieurs remous depuis la Deuxième Guerre mondiale (2). La dernière vague de contestations est apparue au cours des années 1990, lorsque des familles de victimes juives ont tenté de demander des comptes à des banques suisses ayant conservé dans leurs coffres des fonds dits en « déshérence » qui n’avaient jamais été restitués à leurs propriétaires ou à leurs descendants depuis la guerre. Sous la pression publique internationale, les autorités helvétiques ont entamé un processus de relecture de ce passé dérangeant et chargé une Commission Indépendante d’Experts Suisse-Seconde Guerre Mondiale, sous la direction du professeur Jean-François Bergier, de réaliser une enquête sur le rôle de la Suisse durant le conflit. Ces débats, qui ont débouché sur la publication de rapports à la fin des années 1990 et en 2001 ont généré un regain d’intérêt pour cette question parmi les chercheurs en histoire suisse. Cette ardeur a pourtant été rapidement freinée par les autorités qui ont décidé, après la diffusion de ses travaux, de fermer l’accès à certaines archives qui avaient été utilisées par la Commission …

L’étude de Luc van Dongen se penche plus particulièrement sur la période qui fait suite à la défaite des puissances de l’Axe. Par un examen de fonds d’archives suisses, italiennes, allemandes, françaises et anglaises, mais aussi en recourant à des témoignages oraux qui mettent l’historien aux prises avec les non-dits de la documentation officielle, elle tente de reconstituer la trajectoire d’anciens acteurs de ces régimes autoritaires qui incarnent le délit de crime contre l’humanité dans l’imaginaire collectif du XXe siècle. Elle présente le cas de cadres italiens, allemands et français qui ont occupé une fonction importante dans le conflit, mais aussi de simples exécutants, militants ou témoins qui ont traversé les hostilités avec une implication à géométrie variable en fonction des circonstances. Ainsi, l’auteur présente à la fois les parcours de requérants célèbres comme Edda Ciano (fille de Mussolini), l’ancien ambassadeur du Duce à Berlin Dino Alfieri, ou l’éditeur Mondadori, d’intellectuels pétainistes comme René Gillouin, formant pour un temps un « Vichy-sur-Léman », mais aussi d’individus de l’ombre comme Rudolf Diels, chef de la Gestapo de 1933 à 1934, du SS Franz Sommer, un nazi auteur de nombreux assassinats, ou de fonctionnaires peu connus (médecins, économistes, journalistes, simples collaborateurs qui fuient les épurations, etc.) comme le rédacteur du Petit Parisien ou de Présent, Lucien Bourguès.

le travail de Luc van Dongen mérite d’être salué car il a le courage d’affronter le dissensus contrairement aux ouvrages d’histoire à succès. En contribuant à déconstruire les mythes identitaires qui feraient de la Confédération helvétique un «Sonderfall» au milieu de la tempête, marqué par la neutralité et l’aide humanitaire, Un purgatoire très discret porte un regard minutieux et sans complaisance sur la politique d’accueil des autorités helvétiques qui contredit les multiples mésusages de l’histoire pratiqués par la propagande officielle. à suivre ...........

 

______

(1) Citation extraite du rapport d’Edgard Bonjour, Histoire de la Neutralité suisse. Quatre siècles de politique extérieure fédérale, tome VI, chap. 1, La Baconnière, Neuchâtel, 1970, p.9 (rapport rédigé sur commande officielle du Conseil fédéral). En dépit de certains passages critiques, ce rapport enracine dans le mythe de la neutralité helvétique.

(2) Voir la publication en 1953 des documents diplomatiques allemands (Akten zur deutschen Auswärtigen Politik 1918-1945, Serie D, vol V) qui mentionnent l’initiative suisse d’apposer un « J » sur le passeport des juifs allemands et motivent la commande fédérale d’un rapport. Ce dernier, établi par Carl Ludwig est plutôt accablant, La politique pratiquée par la Suisse à l’égard des réfugiés de 1933 à 1955, Berne, 1957. Il est repris par l’écrivain Alfred Häsler en 1967 sous la métaphore « La barque est pleine ». Au cours des années 1970, la polémique est à nouveau soulevée par la thèse critique de l’historien Daniel Bourgeois, Le Troisième Reich et la Suisse, 1933-1941, Neuchâtel, 1974), qui aborde l’étroite relation entre la Suisse et le IIIe Reich, notamment en ce qui concerne le recyclage de l’or nazi.

(3) Luc van Dongen, op.cit., p. 427.

(4) Joëlle Kuntz, L’histoire suisse en un clin d’œil, Genève, éd. Zoé, 2006 et George Andrey, L’histoire de la Suisse pour les nuls, Paris, éd. First, 2007.

Posté par rusty james à 15:40 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


Esotérisme : Le côté obscur de Londres

Londres a été habitée pendant des milliers d'années et la diversité de ses colonies a abouti à une collection riche, sinon particulière, de traditions occultes. Les premiers humains ont chassé ici il y a plus de quatre cent mille ans. 

Tandis qu'une riche faune et une base stratégique au bord de la rivière auraient attiré de nombreuses colonies, on se demande comment les anciens ont vraiment vu leur paysage, et combien ont été dessinés ici en raison de la courbure caractéristique de la Tamise.

City of London -- Dragon Statue -- Reptilian


Le serpent est l'un des symboles occultes les plus anciens, représentant de nombreux concepts ésotériques, y compris la dualité, le bien et le mal, et l'harmonie avec la terre. 

Grâce aux merveilles de la technologie, une image du serpent sous la forme de la Tamise a été diffusée quotidiennement à des millions de téléspectateurs à travers le monde pendant près de trois décennies, grâce à l'émission de télévision Eastenders, dont les génériques l'air. 

Comme d'autres anciennes colonies en Europe, Londres était habitée par des sociétés mégalithiques qui construisaient des cercles de pierres et des tertres funéraires. L'âge du fer a introduit des établissements plus sophistiqués et des forts de colline qui, malheureusement, ne peuvent vraiment être appréciés aujourd'hui que par la photographie aérienne.

Il s'agit notamment des colonies de Wimbledon Common, d'Heathrow et des Chambres du Parlement actuelles, pour n'en nommer que quelques-unes. L'urbanisation a presque effacé l'empreinte mégalithique de Londres, mais certains vestiges, tels que Primrose Hill, avec son curieux tumulus et ses vues à couper le souffle sur Londres, subsistent. 

En fait, Primrose Hill deviendrait un lieu de prédilection des occultistes William Blake et Dion Fortune, entre autres, et les plans, quoique plus tard avortés, seraient faits pour construire un complexe funéraire pyramidal colossal au sommet de la colline, avec plus de cinq millions de nids d'abeilles. tombes en forme.

Il existe de nombreuses preuves de pratiques occultes survenues à Londres dans les temps anciens: des effigies de cire d'abeille, datant de cinq mille ans, ont été trouvées dans la Tamise, représentant la tentative de l'homme d'exploiter les pouvoirs occultes par le chamanisme. été découvert dans la Tamise, suggérant des offrandes votives aux divinités celtiques. 

De même, quoique plus de mille ans plus tard, un casque Viking à corne dorée, apparemment cérémoniel, a été découvert dans la Tamise, près de Waterloo. L'artefact incroyable est unique en Europe et semble renforcer la tradition occulte des ancêtres de Londres et leur révérence pour la rivière serpentine.

Le chef troyen Brutus a établi une ville ici en 1100 BCE et l'a appelée Troia Nova, ou Trinovantum.Plus tard, le roi Lud 1er siècle BCE l'a rebaptisé Caer Lud, qui a évolué en Caerlundein, Londinium et enfin Londres. 

On raconte que des géants vivaient à Londres à l'époque de Brutus et qu'il en captura deux, Gog et Magog, et les employa comme porteurs à la porte de son palais. 

Brutus est également associé à une autre légende, la London Stone, un rocher curieux dont on sait peu de chose. Certains disent que c'est venu de Troie, d'autres croient que c'était une pierre de druide ou même la pierre d'où Arthur a extrait Excalibur. 

Un proverbe médiéval déclare,

Tant que la pierre de Brutus sera en sûreté, Londres sera si longtemps florissante.

William Shakespeare a écrit à propos de la pierre et, curieusement, beaucoup croient que ses pièces ont été réellement écrites par Francis Bacon ou Christopher Marlowe, qui étaient tous les deux reliés ésotériquement. Un autre occultiste londonien, William Blake, a écrit sur la pierre de Londres dans son poème, Jérusalem (1820):

"Enfin, il s'est assis sur London Stone et a entendu la voix de Jérusalem."

Clairement, la relique jeta une fois un charme magique sur la ville. Malheureusement, il est maintenant intégré dans un bâtiment abandonné en face de la station de métro Cannon Street, son ancienne gloire mais un lointain souvenir. 

Je vous salue les Romains: Comme Above So Below

L'arrivée des Romains a marqué une étape importante dans l'évolution de la tradition occulte de Londres et en 54 avant notre ère Jules César et ses hommes ont traversé la Tamise à l' ouest deLondres, signalant la nouvelle ère. 

Les Romains étaient particulièrement menacés par les druides, qui, selon César, étaient impliqués dans le culte divin et le sacrifice humain, y compris l'incinération de prisonniers, ou même d'innocents, dans des «hommes en osier».

Bien sûr, les tribus indigènes de Londres semblent avoir rendu hommage à leurs dieux pour leur protection contre les Romains, comme l'indique un bouclier de bronze décoratif incrusté de verre coloré trouvé dans la Tamise près de Battersea qui date de cette époque. 

Les premiers habitants de Londres étaient incroyablement résistants et se sont battus courageusement pour maintenir leur identité culturelle. Cent ans plus tard, la reine Boudica saccagea la ville et vaincu les Romains, violemment, sinon brutalement, en représailles au viol de ses filles et au meurtre des druides; mais les Romains vengeraient bientôt cette attaque et éteindraient tout sauf les druides et leurs traditions occultes largement orales.

L'invasion romaine a changé pour toujours le paysage, la langue, la culture et le processus de pensée des Britanniques indigènes. Il y a beaucoup d'expositions de musée à Londres qui documentent ces changements via des artefacts et des re-créations. D'un point de vue occulte, il y avait un changement de conscience moins tangible, mais non moins fondamental, qui commençait à avoir lieu: l'introduction du Mithraïsme, et la théologie de 'comme ci-dessus, tellement plus bas'. 

On ne sait pas grand-chose de cette ancienne école de mystères, à l'exception de Mithra, le dieu romain de la lumière, mais nous savons aussi que cela impliquait le massacre ritualiste des taureaux et incluait un système d'initiation à sept degrés. À l'instar des rituels maçonniques qui se dérouleront quelque quinze cents ans plus tard dans la Grande Loge de Londres, le mithraïsme comprend des repas rituels et une poignée de main secrète.

Les Romains ont mené leurs rituels dans des temples souterrains appelés mithraea, et plusieurs de ces temples évocateurs ont été découverts à Londres, y compris un temple remarquable de 60 pieds de long, 26 pieds de large sous la rivière Wallbrook maintenant souterraine. 

Les origines du mithraïsme sont incertaines, bien qu'il soit connu pour avoir été populaire parmi les soldats romains, probablement parce qu'il fournissait un cadre réconfortant pour l'au-delà, et c'est compréhensible. 

Dans leur profession, une mort prématurée était presque inévitable. Le culte est d'origine romaine ou persane et le nom «mi-it-ra» a été retrouvé inscrit dans un traité de paix de 1400 avant notre ère entre les Hittites et le royaume de Mitanni dans le nord de la Syrie.

Ceci est intéressant, car les deux régions ont une riche tradition de vénération de taureaux et chacune était contemporaine de l'Égypte dynastique, où je crois que la tradition du mithraïsme est née. En Egypte , le massacre des taureaux Apis («abeille» en latin) a abouti à 1000 âmes, représentées comme des abeilles, étant nés hors du corps du taureau mort. 

La tradition occulte de l'abattage des taureaux, référencée dans l'épopée mésopotamienne de Gilgamesh et la cérémonie d'ouverture égyptienne de la bouche, commémore ce que les anciens ont observé dans la constellation du Taureau: un chasseur tue un taureau avec des marques distinctives (3 étoiles) sur son front, tout comme le taureau Apis a des marques distinctives sur son front.

Je crois que l'adoption par Londres de la tradition occulte de «comme ci-dessus si bas» se retrouve également dans la légende du roi Arthur, que chaque nation celtique revendique comme la leur, notamment l'Angleterre. 

Dans un récent documentaire sur King Arthur que j'ai présenté pour le National Geographic Channel, j'ai exprimé ma conviction, au grand dam du producteur, que l'ambiguïté autour des origines d'Arthur est due au fait qu'il n'a jamais existé. Au contraire, il était un héros archétypal, qui vivait dans la constellation de la Grande Ourse, connue comme la «Grande Ourse», qui signifie Arthur.

L'homme aurait observé la Grande Ourse, qui ressemble à un plateau (l'objet qui était considéré comme le Graal dans le premier récit complet) tournant autour de l'Étoile Polaire, promettant de revenir, comme Arthur. Le ciel de la nuit comprend également un contour d'un homme avec une cuisse blessée, qui ressemble beaucoup au roi Fisher. 

Et, bien sûr, Arthur a combattu douze batailles et il y avait douze chevaliers de la table «ronde»; un pour chacune des douze constellations peut-être? La légende du roi Arthur était-elle juste un autre archétype, un peu comme le mithraïsme? 

L'arrivée des Templiers


Kinghts templar


L'Ordre de l'Hôpital de Saint Jean de Jérusalem a été fondé en 1099, peu de temps après la Première Croisade. Moins de cinquante ans plus tard, ils ont établi leur quartier général au Prieuré de Clerkenwell, dont les vestiges sont maintenant un musée. À travers la ville, les Templiers ont établi une base à High Holborn, dans un temple romain autrefois vénéré par Hugues de Payens. 

Les Templiers ont quitté leur siège social et ont construit l'église du Temple entre Fleet Street et la Tamise, une église ronde basée sur l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem. 

En accord avec leur pouvoir ailleurs en Europe, l'Ordre installa le Maître de l'Église du Temple au Parlement, s'assurant ainsi que leurs points de vue occultes puissants fassent partie de la législature de la nation.

Le terrain entre Fleet Street et la Tamise était la propriété des Templiers et se divisait en Temple Extérieur et Temple Moyen, avec Temple Church servant de Temple Intérieur. Chacune d'elles existait au-dessus de la Flottille Flottée et, dans la tradition occulte, un courant souterrain fournit une augmentation divine aux rituels et à l'accomplissement spirituel. 

Vers le milieu du 19ème siècle, le conte de Sweeney Todd, le baron démon de Fleet Street, a commencé à émerger. 

Le mythe urbain gore semble dépourvu de mérite historique, ce qui incite certains à spéculer que la légende d'un tueur en série dans le voisinage de la cité templière pourrait être un souvenir d'anciens sacrifices rituels. Aujourd'hui, un dragon garde l'entrée de Temple Bar et rappelle l'une des traditions ésotériques qui s'y pratiquaient autrefois.

Malgré le récent film hollywoodien mettant en vedette Johnny Depp et Helena Bonham Carter, la légende de Sweeny Todd a été largement remplacée par celle qui a eu lieu un demi-siècle plus tard, en 1888, lorsqu'un tueur en série du nom de Jack the Ripper a assassiné cinq femmes, former un pentagramme à 5 côtés dans le processus et enlever leurs organes le long du chemin, y compris, dans certains cas, leurs coeurs. 

Les tueries rituelles se poursuivent à Londres et la Tamise continue d'être le dépositaire des restes rituels des victimes. Au cours des dernières années, l'analyse des torses sans membres découverts dans la Tamise a incité les autorités à soupçonner le meurtre rituel et la superstition comme la raison des crimes. Ce n'est pas une nouvelle tradition à Londres.

La comptine, «London Bridge est en train de tomber», est décrite par Henry Bett, l'auteur anglais de Myths and Legends, comme le souvenir folklorique de l'ancienne pratique du sacrifice humain lors de la construction d'un pont. 

Invoquer le monde des esprits

Une croyance dans l'occulte semble avoir aidé Londres à atteindre la prospérité pendant les périodes d'adversité en suspens. Dr John Dee (1527-1608), qui a utilisé une boule de cristal et un miroir pour guider la reine Elizabeth à travers l'une des époques les plus difficiles de l'histoire britannique, est peut-être l'exemple le plus célèbre (voir " John Dee et l'apocalypse énochienne ") .

Mais il y a beaucoup d'autres exemples de traditions occultes dans la cour du roi et de la reine.Prenez, par exemple, l'histoire particulière du roi Charles II (1630-1685), qui a présenté à sa maîtresse, une résidente de l'ouest de Londres, un griffon. 

La silhouette en forme de chien avec des ailes est tombée dans une rivière locale, a survécu et a fini dans la Tamise, près du point où César avait traversé. 

Il a été plus tard jumelé avec un deuxième griffon que Joseph Banks, un scientifique qui a accompagné le capitaine Cook sur ses voyages, avait rapporté d'une île exotique dans l'océan Pacifique. 

Le récit nous porte à croire que le griffon a pu être un véritable animal, qui s'est multiplié avant de s'effacer de l'histoire, pour être revu dans les années 1980, et à plusieurs reprises par divers citoyens de l'Ouest londonien.

Charles II a également domestiqué les corbeaux à la Tour de Londres, une tradition résumée comme suit: 

 "Si les corbeaux de la Tour de Londres sont perdus ou s'envolent, la Couronne tombera et la Grande-Bretagne avec."

La croyance semble provenir de la légende du dieu celte, Brân le Bienheureux, dont le nom signifie «Bienheureux Corbeau» en gallois et qui a été tué dans une bataille par ailleurs réussie contre un adversaire, le roi irlandais, Matholwch. 

La tête de Brân a été enterrée sous l'endroit où se trouve la Tour, face à la France comme un talisman contre d'autres envahisseurs étrangers. La légende du griffon et du corbeau pourrait-elle être liée? 

Henry VIII (1491-1547) a créé une révolte religieuse avec une grande conséquence quand il a rompu les liens de Rome dans un acte connu sous le nom de la dissolution des monastères.

Étant donné les nombreuses cathédrales et ordres qui furent ensuite transformés en ruines, un certain nombre de sectes différentes auraient pu être coupables de l'acte de profanation qui attendait le roi après sa mort. Sur son chemin de Londres à Windsor, où il serait enterré, le cortège funèbre du roi reposa pendant la nuit à Syon Abbey dans l'ouest de Londres. 

Le matin, on a découvert que des chiens sauvages avaient ouvert son cercueil et ravagé son corps, ce qui a amené certains à spéculer que l'attaque était un acte délibéré de vengeance perpétré par un membre ou un groupe d'individus de l'un des ordres monastiques qu'il avait défiés. . 
Phénix s'élevant

Le grand incendie de 1666 a dévasté Londres, détruisant plus de 13 000 bâtiments. Ce qui est moins connu, cependant, c'est que les croyances occultes ont empêché l'extinction d'une épidémie autrement facile à gérer. 

Ceci est confirmé par des témoignages de première main de Londoniens dont la croyance dans les prophéties de Mother Shipton et de Nostradamus, dont chacun pensait avoir prédit le feu catastrophique, les a conduits à se sentir démunis et indignes d'éteindre le feu et de sauver la ville de son destin. 

De ses cendres est née une vision d'une Nouvelle Jérusalem, dirigée par le franc - maçon et architecte Christopher Wren, qui s'est inspiré des traditions occultes de la Kabbale et de l'arbre de vie en particulier, en plus de la géométrie sacrée de l'Ancien Testament .

Wren a réintroduit le nombre sacré de 2.000 coudées, soit environ 2/3 de mille, ce qui représentait la distance du Mont des Oliviers à Jérusalem (le plus loin un Juif a été autorisé à marcher pendant le Sabbat), et a proposé que beaucoup de nouveaux les bâtiments construits doivent être séparés de 2 000 coudées. 

La Cathédrale Saint-Paul est la plus impressionnante parmi les conceptions impressionnantes et occultes de Wren, qui, sans surprise, est alignée de 2 000 coudées de Temple Bar à l'Ouest et de 2 000 coudées de St Dunstan à l'Est. 

Miraculeusement, l'édifice magnifique a survécu aux bombardements d'une guerre mondiale, et il n'est pas étonnant que le Premier ministre Winston Churchill a adressé à son personnel chaque matin avec la question pensive: «Est-ce que Saint Paul est toujours debout?

Poignant, Saint-Paul est où Wren est enterré. Heureusement pour tous, le monument fabuleux se dresse toujours comme le phare ésotérique qu'il a toujours été destiné à être. 

D'autres bâtiments érigés après l'incendie, tels que le monument et la colonne de Nelson, ont été conçus avec des dimensions d'inspiration occulte ou alignés avec les solstices. 

De plus, l'étudiant de Wren Nicholas Hawksmoor suivit la tradition occulte en plaçant des obélisques égyptiens au sommet des églises, formant, selon les estimations de certains, un pentagramme sur le sol à travers Londres.

La tradition de créer des bâtiments aux dimensions occultes avait été renaissance et continuait dans des périodes ultérieures de développement, comme la statue ailée et nu d'Anteros, le dieu vengeur grec d'amour réadmis, érigé à Piccadilly Circus en 1892, et qui était à l'origine orienté vers le Parlement, vraisemblablement pour envoyer «l'amour» et pour produire de plus grandes synergies au sein du gouvernement. 

Le roi George III (1738-1820) était un homme remarquable et l'un des nombreux rois occultes de l'Angleterre. En 1769, George III attend avec impatience l'achèvement d'un observatoire d'alchimistes dans le quartier londonien de Richmond upon Thames.

En commandant le travail, George III créait son observatoire personnel et son méridien, en dépit du fait que l'Observatoire officiel et royal - et le méridien, la marine du pays - avait été établi à Greenwich cent ans plus tôt. 

Le roi était passionné par l'astronomie et a chargé son architecte, le célèbre occultiste Sir William Chambers, de terminer le travail à temps pour voir le transit de Vénus, qui a eu lieu cette année le 3 juin. 

Les méridiens existent depuis l'antiquité. Alors que le placement d'un méridien est arbitraire, sa fonction est très spécifique: projeter une ligne imaginaire à travers la surface terrestre, s'étendant du Pôle Nord au Pôle Sud, reliant ésotériquement tous les endroits dans une longitude donnée.

Dans le cas de George III, il a projeté son propre méridien directement sur la Tamise serpentée, un magnifique paysage fluvial, riche en histoire et réputé pour ses habitants visionnaires, des innovateurs tels que JMW Turner, Alexander Pope, James Thompson, Horace Walpole, David Garrick et William Hogarth, pour n'en nommer que quelques-uns. 

Le Méridien était spécial car il croisait en chemin des sites sacrés qui faisaient partie de ce que George envisageait comme une nouvelle Arcadie; un diamant à l'état brut - un paradis au milieu du chaos urbain de Londres. 

L'aube des Occultistes

City of London -- Dragon Statue -- Reptilian 02


Incontestablement le plus grand explorateur spirituel du 18ème siècle, Emanuel Swedenborg (1688-1722), originaire de Stockholm, a passé une grande partie de son temps à Londres. Il a finalement déménagé à Wellclose Square, un ancien foyer de notables ésotériques, y compris Rabbi Falk, «Le Ba'al Shem de Londres». 

Toujours au XVIIIe siècle, le poète, peintre et ésotériste né à Londres William Blake (1757-1827) est devenu l'un d'une longue tradition d'écrivains dont le travail peut avoir besoin d'être reconsidéré dans le contexte d'une découverte récente; pas un temple, un livre ou un objet, mais un portail, soi-disant concentré dans le jardin de l'église Saint Marylebone.

Le portail est dit par les occultistes modernes pour être une porte d'entrée vers une dimension et une conscience alternatives, accessibles seulement aux initiés. On dit que le soi-disant champ d'énergie / porte cosmique s'étend jusqu'à Primrose Hill, qui est précisément l'étendue de terre que Blake écrivait dans son poème épique, Jérusalem. 

Lord Byron est né dans l'église; Francis Bacon y était marié, tout comme Robert Browning et Elizabeth Barrett. Lord Nelson a fait baptiser sa fille à l'église et Charles Dickens a vécu à peu de distance. Chacun peut-il puiser dans l'énergie occulte du portail pour valoriser son art?

A l'approche du 20ème siècle, Londres est devenue ésotériquement liée à l'Egypte ancienne et à d'autres villes sacrées, lorsqu'un obélisque de l'ancienne capitale d'Héliopolis fut installé sur la rive sud de la Tamise. 

Comme Rome et Paris avant elle, et New York peu de temps après, Londres possédait maintenant l'un des objets les plus chargés dans la tradition antique, un obélisque égyptien; un puissant talisman au dieu du soleil. 

L'aiguille de Cléopâtre, comme l'obélisque de Londres est connu, est flanquée de deux répliques de sphinx qui semblent protéger l'ancienne structure. En fait, les sphinx ornent l'ensemble du quai de Londres, y compris les accoudoirs sur les bancs le long de la Tamise.

En 1917, pendant la Première Guerre mondiale, une bombe d'un raid aérien allemand a atterri près de l'obélisque, mais, inexplicablement, n'a produit aucun dommage réel. Le sphinx avait-il protégé Londres d'un destin désastreux? 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un mythe urbain surgit où des sorcières britanniques se seraient rassemblées pour aider Winston Churchill à dissuader Hitler d'avancer sur la Grande-Bretagne. Étant donné les traditions occultes de Londres en ce moment, qui peut dire que les sorcières n'ont pas joué leur rôle dans l'effort de guerre? 

Les victoriens étaient obsessionnels sur toutes les questions du surnaturel et la légende de Spring-Heeled Jack, le Bogeyman de Londres, a persisté tout au long du règne de la reine Victoria.

On dit que la créature pouvait traverser les murs, avait le nez et les oreilles pointus et les yeux enflammés. Un demi-siècle plus tard, la créature reviendrait, semble-t-il, cette fois comme une apparition d'un vampire au 20e siècle au cimetière de Highgate. 

La légende du vampire Highgate a ses racines dans les contes de créatures qui ont parcouru le quartier nord de Londres auteur de Dracula Bram Stoker. La pratique du satanisme n'était pas rare à Londres et certains croient que la créature aux yeux enflammés s'est manifestée par des rituels sataniques et est restée dans ce royaume, avant de devenir plus tard connue sous le nom de Spring-Heeled Jack et Highgate Vampire. A part la spéculation, on se demande si la légende de Dracula a été inspirée par les traditions secrètes de Londres. 

Cults Wars

La Société Théosophique, co-fondée par Madame Blavatsky (1831-1891), a introduit la notion que l'évolution de l'humanité était régie par un élu choisi connu sous le nom de «fraternité». Le spiritualiste né en Ukraine croyait que l'occulte et la science fonctionnaient en tandem, et l'occulte était simplement en train d'accéder à des domaines que la science n'avait pas encore vaincus. 

Il n'est pas surprenant que son arrivée à Londres en 1887 ait fait sensation et qu'elle ait rapidement fondé WB Yeats, l'une des figures littéraires les plus importantes du XXe siècle, ainsi qu'Oscar Wilde, George Bernard Shaw et même Thomas Edison .

Malgré son succès à remplacer le spiritualisme victorien, la Société Théosophique eut sa propre compétition, l'Ordre Hermétique de l'Aube Dorée, dont le premier temple, Isis-Urania, fut créé par Samuel Liddell Mathers en 1888, et qui mena ses premiers rituels funéraires. à Thavies Inn, au large de Holborn Circus. Le rituel aurait inclus la promulgation de la mort et de la renaissance de Christian Rosencreuz, le fondateur de l'Ordre Rosicrucien. 

La Golden Dawn aurait été basée sur des rituels contenus dans un «manuscrit chiffré» codé. D'autres croyaient que c'était une ruse de rivaliser avec la Société Théosophique.

Quoi qu'il en soit, la Golden Dawn s'est développée rapidement, convertissant 50 membres dans sa première année et 250 autres dans sa seconde, avant de commencer à imploser dans plus de ramifications que Clapham Station a des voies ferrées. 

Aleister Crowley a été initié lorsque le groupe a commencé à se fragmenter en diverses ramifications, comme l'Alpha et l'Omega qui se sont formées autour de 1900. Crowley avait une réputation féroce d'occultiste et sa propre mère le considérait comme l'Antéchrist de l'Apocalypse et la 'Grande Bête'. 

Crowley a étudié à Cambridge avant de déménager dans un appartement aux Chancery Lane 67 & 69 Lane à Londres, où ses études occultes ont prospéré avec l'aide d'un mentor du nom d'Allan Bennett, qui lui a présenté le bouddhisme.

Ici, les deux hommes ont cherché à exécuter «l'Opération Abramelin», un intense rituel de six mois conçu pour conjurer l'Ange Gardien Sacré. 

Un récit suggère que Crowley a réussi, car on dit qu'il est rentré chez lui une nuit seulement pour trouver sa porte ouverte et que des «êtres semi-matérialisés» marchent autour de son appartement.Crowley avait entre ses mains toutes sortes de traditions secrètes, et malgré son engagement maçonnique ailleurs en Europe, la United Grand Lodge of England lui refusa l'admission. 

Un autre occultiste célèbre du 20ème siècle était Dion Fortune, qui a quitté Alpha et Omega et a rejoint un autre dérivé de Golden Dawn, le Stella Matutina (Morning Star), un groupe connu à l'origine sous le nom Mystic Rose ou Ordre du MR dans l'extérieur.

La fortune a quitté parce qu'elle a craint qu'elle était sous attaque psychique, et a continué à écrire le livre définitif sur la protection psychique et occulte. En 1924, elle forme son propre culte, la Fraternité de la Lumière Intérieure, qui se réunit à Primrose Hill. 

En 1960, le poète et occultiste français Jean Cocteau, présumé Grand Maître du Prieuré de Sion, visita l'église Notre Dame de France à Leicester Square. Ici, il a créé une fresque dédiée à la Vierge Marie, qui comporte un Soleil Noir et des références sur couche de savoir voilé.

L'année 2000 est venue et est repartie, le seul hommage au millénaire étant la création d'un «dôme» (maintenant appelé «O2»), qui était niché dans l'une des courbures du serpent Thames. Cependant, l'année précédente, 1999, avait vu la création d'un édifice encore plus ésotériquement puissant, le London Eye. 

Cette grande attraction, la grande roue d'amusement Ferris wheel se dresse majestueusement sur les rives de la Tamise. La structure domine le paysage, rappelant de nombreux symboles circulaires occultes, allant des concepts zen de complétude et de plénitude à la mort brutale des hérétiques sur la roue Catherine.

Il comprend également une boussole maçonnique d'airain en son centre, ainsi que le nom d'un autre ancien symbole occulte, l'œil qui voit tout. L '«œil» est devenu une partie puissante du paysage dans une période de temps très courte et une qui est colorée allumé pendant les occasions spéciales, telles que le réveillon du Nouvel An. 

Avance rapide jusqu'en 2012 et les Jeux olympiques de Londres, dont le logo ressemble inexplicablement au mot «Zion» et dont le stade se trouve au milieu de rues symboliquement nommées (voir «The London Olympics Conspiracy»). On se demande quelle influence invisible les puissances occultes peuvent avoir au Parlement.

Les fondements des traditions occultes de Londres sont vastes et profonds et représentent un microcosme de la tradition ésotérique dans le monde entier. Si l'histoire est une indication, il est peu probable que ces traditions disparaissent de sitôt, bien qu'elles puissent se déplacer sous terre, à peu près de la même façon que les rivières oubliées de Londres, pour survivre. 

Par Andrew Gough, le magazine New Dawn ; Pour la meilleure expérience de lecture, procurez-vous la version numérique complète de ce magazine avec toutes les illustrations de cet article. © Copyright New Dawn Magazine,

Posté par rusty james à 03:06 - - Permalien [#]
Tags : , ,

Secrets esoterique de l’énergie des pyramides et Tesla

 

pyramid11

 

La pyramide possède t’elle des propriétés énergétiques ? C’est ce qu’on peut lire dans de nombreux manuels d’ésotérisme. Depuis l’Antiquité, elle représente  la plus reculée le meilleur rapport entre force et équilibre. Elle confirme que les Anciens possédaient la connaissance des lois fondamentales de l’univers et avaient eu accès au monde des énergies subtiles. Utilisée par différentes civilisations dans différentes régions du monde, elle peut avoir deux développements très différents : la forme traditionnelle que l’on retrouve en Egypte et en Chine s’oppose à la pyramide en cône tronqué connue surtout en Amérique centrale et du Sud.
Ces deux développements revêtent une grande importance, car le résultat énergétique est totalement différent.

LES ENERGIES DE LA PYRAMIDE
La radiesthésie (mais également la kinésiologie) peut prouver le rôle important joué par les pyramides au niveau énergétique. Dans ce cas, il ne s’agit pas d’énergies connues, mesurables par des instruments normaux, mais d’énergies subtiles que l’on ne peut déceler que par voie radiesthésiste ou par les effets qu’elles ont sur l’environnement ou les êtres vivants. Ces effets peuvent être étudiés en laboratoire avec des modèles de différents types (avec des matériaux qui en représentent uniquement la structure et avec des parois ouvertes, ou bien avec des structures et des parois pleines). En outre, les résultats obtenus sont répétables et à chaque fois identiques. La pyramide agit à l’égard de l’énergie comme un amplificateur, comme un’accumulateur ou comme un blindage puissant, selon la manière dont elle est positionnée dans l’environnement.

EMISSIONS PROPRES DE LA PYRAMIDE
La physique microvibratoire nous explique que la pyramide émet des ondes de forme qui lui sont propres (voir Thèmes : Ondes déforme) et qui sont substantiellement négatives pour la matière vivante. Or ce phénomène s’avère lorsque la pyra-mide est positionnée selon un certain schéma prenant comme référence les points cardinaux.
Cela constitue une preuve que les ondes de forme sont la résultante de l’interaction entre la structure géométrique d’un objet et le champ magnétique terrestre, qui est capturé par celle-ci, « informé » et émis à nouveau, avec des caractéristiques propres. La pyramide la plus connue, reproduite plus de soixante fois dans l’Egypte pharaonique après une période d’élaboration (voir la pyramide de Joser) est celle qui est dotée, dans sa partie supérieure, du pyramidion classique (appelé ben ben).
Si elle est positionnée avec les quatre faces tournées vers les quatre points cardinaux, elle n’émet pas d’ondes de forme et conserve toutes les émissions énergétiques à l’intérieur de sa structure.
Cela signifie que si elle est posée au-dessus d’un nœud géopathogène, l’influx négatif est bloqué et ne sort pas.
Des relevés radiesthésistes effectués à l’intérieur de la pyramide de Khéops (ainsi que dans d’autres pyramides du même type) ont révélé que les réseaux énergétiques qui entourent le globe, tels que le réseau de Curry et celui d’Hartmann, ne sont pas présents à l’intérieur de la pyramide. Une orientation différente de ce type de pyramide provoque toutefois des émissions d’un type différent.

Plusieurs cas peuvent se présenter :
1) outre le fait que les faces sont tournées vers les points cardinaux ;
2) la pyramide peut se trouver orientée avec les sommets du carré de la base vers les quatre points cardinaux : dans ce cas il n’y aura pas d’ondes de forme émises mais, quel que soit le type d’énergie présent à l’intérieur de la pyramide (positive ou négative) elle sera dégagée librement vers l’extérieur ; 3) la pyramide est désaxée par rapport aux deux solutions précédentes : non seulement elle libérera l’énergie qu’elle (ou le lieu où elle se trouve) émet normalement mais elle irradiera également des ondes de forme négatives qui lui sont propres.

LA PYRAMIDE TRONQUÉE
La pyramide tronquée, caractéristique des structures pyramidales de l’Amérique centrale (civilisation aztèque) ou du Sud, présente les mêmes caractéristiques que la pyramide traditionnelle positionnée avec les sommets de la base orientés vers les quatre points cardinaux, ne bloquant par conséquent aucun type d’énergie.
En outre, elle émet vers le haut l’énergie présente en elle.
Il est intéressant de réfléchir sur le rôle des pyramides d’Amérique centrale. En effet, sur les terrasses placées à leur sommet étaient sacrifiés des êtres humains (des milliers et des milliers chez les Aztèques). Or, la pyramide tronquée a la capacité de recueillir l’énergie sous-jacente (par exemple géotellurique provenant du milieu environnant) et de la projeter vers le haut, où se trouvaient généralement les victimes sacrificielles. Dans ce cas, les prêtres sont généralement représentés soit complètement nus (ils entrent en interaction positive avec l’énergie du lieu) soit lourdement revêtus (ils doivent se protéger contre un milieu hostile) tandis que les victimes sont toujours nues (choisies selon la polarité appropriée). Leur sacrifice libère de l’énergie et entre en interaction comme un catalyseur entre les influx négatifs recueillis dans l’environnement et projetés vers le haut et l’influx positif du champ énergétique rappelé du haut vers le bas, pour assurer une neutralisation des opposés et une amélioration énergétique environnementale.

QUELQUES RECHERCHES RECENTES …
Selon le Dr Philip Callahan, de granit rose – qui a été utilisé dans la construction de la Chambre des Rois de la Grande Pyramide – est l’une des substances les plus paramagnétiques. Il a mesuré le calcaire, qui a couvert la Grande Pyramide, est diamagnétique ». Paramagnétique se dit d’une substance qui acquiert une aimantation de même sens que le champ magnétique dans lequel on la plonge, mais qui perd cette aimantation lorsqu’on la sort du champ.Si le moment magnétique résultant est nul : le matériau est diamagnétique . Lorsqu’on le soumet à un champ magnétique extérieur , il réagit faiblement en créant un champ magnétique contraire ( ceci est dû à la déformation des nuages électroniques ) Le cône de forme et de la forme pyramidale sont souvent considérés comme l’équivalent d’énergie. Les deux sont dit pour générer un champ de spin de l’apex.

Vous pouvez voir ici une photo Kirlian montrant le tourbillon d’énergie en double hélice sortant du sommet de la pyramide.

Secrets de l’énergie des pyramides et Tesla dans Bienvenue ici le blog RS017 hardy1
Légendes Mary et Dean Hardy de Allegan dans le Michigan. Les Hardys ont pris une pièce d’or et l’ont suspendue à la Chambre du Roi niveau d’une Grande Pyramide réplique grandeur nature. Après un certain temps la pièce en or a présenté des gouttes d »huile » à sa surface. Un autre expérimentateur a reproduit cette exprience avec une autre pyramide. Cette expérience reprend les travaux du Dr Dee Nelson de 1979.
Le Tesla Coil ou bobine Tesla est placé au niveau de la Chambre du Roi. Il se compose de deux ou parfois trois circuits électriques couplés en résonnance. Ce mécanisme fut inventé par le scientifique américaino- serbe-  Nikola Tesla autour de 1891. Il est généralement utilisé pour produire un courant d’électricité de très haute tension,faible, et de haute fréquence en courant alternatif.

 

Joshua Gulick suggère que la pyramide est le « feu secret » des alchimistes. Il affirme qu’il a utilisé ce feu secret pour dissoudre l’or métallique dans l’alchimique de l’or et que cette huile de l’or a séché, tout d’abord en une poudre blanche, puis une poudre rouge. Ces produits de l’or sont bien décrits dans la littérature alchimique comme des étapes vers la pierre philosophale. Selon Joshua : « Le grand secret de l’alchimie est ce qu’on appelle le« feu secret », quelque chose qui peut, au fil du temps, dissoudre l’or en une poudre blanche. Il est dit que l’ensemble du processus est complété par ce« au feu »sans interaction humaine. Il est également dit que le processus est «un jeu d’enfant», et ça l’est vraiment. Le secret du feu qui dissout l’or est une énergie émise par une forme pyramidale. Pas très étonnant, le mot «pyramide» est traduit par «feu au milieu. »
J’ai utilisé [...] une pièce d’or suspendu au milieu d’une pyramide de huit pieds de haut et de sections de tube en cuivre qui forment une image pyramidale. La pièce exsude un liquide qui sèche en une poudre blanche. Il ne s’agit pas de condensation comme la pièce est à la température de l’air et l’humidité est faible. J’ai nettoyé la pièce, et le liquide / poudre réapparaît. Ce n’est pas une propriété signalé normalement de l’or, mais il est tout à fait cohérent avec la première étape du processus alchimique, obscurément liés dans les textes que j’ai étudiés.  »

Selon d’autres auteurs, c’est cette forme d’énergie qui a été utilisé pour faire léviter des blocs de pierre lors de la construction des pyramides.

hard Energie des Pyramides . dans Energie des Pyramides 

Selon les auteurs du livre « Pyramid Energy » la photo ci-dessus appelée Bobine Caducée a été utilisée pour faire léviter des blocs de pierre qui ont été utilisées pour construire les pyramides. Les chemins ont été construits, flanquée de rangées de sphinx, le long de laquelle un circuit appelé solitron créait un vortex en spiral, et était alimentée par des bobine générateurs.

Deux antennes entre lesquelles un « vortex » faisait léviter les pierres.
Les prêtres égyptiens utilisant ces bobines utilisées, un passif (sur la gauche) et un actif (à droite). La bobine active été reliée à la terre sur des « points sacré » et prenait donc sa source dans le réseau énergétique planétaire. La raison pour laquelle les scientifiques d’aujourd’hui ne peuvent pas dupliquer cette prouesse est simple, car «ils n’ont pas étudié la source d’alimentation appelé grille électromagnétique terrestre. » Hardy & Killick expliquent plus en détail:

« Les anciens ont utilisé ce réseau pour parvenir à la lévitation et à la communication dans le monde entier. C’est la raison pour laquelle des pyramides se trouvent dans le monde entier. La pyramide de Kheops en Egypte est générateur d’une bobine et a été construit pour puiser dans la grille de la Terre. Le panneau de contrôle principal de cette grille a été l’arche de l’alliance. » [Hardy & Killick, Pyramid Energy, p. 165. p. 169]

QUELQUES EXPERIENCES AVEC LES PYRAMIDES
Comment se fait-il qu’une simple pyramide de carton aiguise une lame de rasoir usagée ? ou parvienne à momifier un morceau de viande placé à l’intérieur ? Pourquoi certains volumes émettent-ils une énergie d’origine inconnue et cependant mesurable ? C’est toute l’énigme des « ondes de forme », et des curieux phénomènes dont elles paraissent responsables qui se pose là. Un mystère que la science voudrait bien expliquer et dont certaines civilisations de la haute Antiquité avaient peut-être percé le secret… Dans le dossier n » 91304, au Bureau des inventions de Prague, il y a la description d’un appareil bien insolite qui est prosaïquement décrit sur la page de garde comme L’ustensile à usage d’aiguisoir de lames de rasoir. Le système a été déposé en 1959 par un ingénieur du nom de Karel Drbal, bien connu en Tchécoslovaquie parce qu’il y fut, entre autres, responsable de la création du réseau national de télévision. L’aiguisoir est décrit comme une pyramide de carton ou de plastique qui mesure 23,40 cm de côté sur 15, 10 de hauteur. Elle comporte une base carrée, amovible. sur laquelle on la pose comme une cloche. Sur cette base sont dessinées les médianes, et à leur intersection se trouve un petit parallélépipède de la taille d’une boîte d’allumettes. Il est spécifié que les dimensions de ce dernier n’ont pas une importance capitale mais qu’elles ne doivent toutefois pas excéder 6.50 cm de hauteur. L’idéal est 5 cm. ce qui correspond au tiers de la pyramide.

Pour utiliser le système. il faut une boussole. car on oriente la pyramide de façon que L’une des médianes se trouve très exactement sur un axe nord-sud- Il est aussi indispensable de procéder à distance de tout appareil électrique ou électromagnétique. La lame de rasoir émoussée est posée sur le socle de 5 cm, les tranchants tournés face à l’est et à l’ouest. On place la pyramide sur sa base au-dessus de la lame et on attend six jours. La lame est affûtée. Drbal prend soin de préciser que, par la suite, il suffit de la remettre dans la même position sous la pyramide pour qu’elle retrouve son fil du jour au lendemain ! Ce qui est incroyable. c’est que ça fonctionne sans que l’on puisse expliquer pourquoi ni comment !
Ce n’est bien sûr qu’une hypothèse. déclare l’ingénieur tchèque. Mais il semble que toute évolution chimique, physique, biologique de la matière se produisant dans un espace donné varie en fonction de la forme de cet espace- Pourquoi ? On l’ignore tout à fait. Mais force est de constater qu’en utilisant des formes appropriées, la pyramide, en l’occurrence. On accélère ou on ralentit le processus… Pourquoi la Pyramide ? Et plus particulièrement, dans le cas de l’aiguisoir de Prague, à l’échelle de celle du pharaon Chéops, en Egypte ?

Modestement, Drbal, dans ses Mémoire. avoue ne pas. être tout à fait à l’origine de la découverte. Au début des années cinquante, raconte-t-il. un touriste français (mais oui), M. Bovis, visite la pyramide égyptienne. Dans la chambre mortuaire, un fait l’intrigue. L’humidité y est grande, et pourtant des cadavres de chats. d’insectes et de rongeurs, sans doute morts après avoir pénétré et s’être perdus dans les galeries. n’ont pas pourri, ils se sont littéralement momifiés. Bovis se demande alors si l’architecture même du tombeau ne serait pas pour quelque chose dans le phénomène. Il se dit que les prêtres égyptiens possédaient sans doute des connaissances que nous ne pouvons pas soupçonner sur les propriétés de certaines matières, de certaines formes ou de certaines lignes de force capables de modifier un processus naturel comme celui de la décomposition des matières organiques…

( …) Enel et lui-même parvinrent à la conclusion que toute la statuaire, l’architecture et même le graphisme de certaines civilisations de l’Antiquité obéissaient à ces lois des émissions de forces. Lignes, volumes, disposition, orientation…, tout était calculé pour générer un équilibre idéal, une intégration parfaite dans l’espace de certains lieux et de certains hommes privilégiés…Une science perdue ou volontairement occultée ? Une science ou une magie mais ne se rejoignent-elles pas quelque part ? qui aurait donné le Nombre d’or des plus grands monuments sacrés de jadis ? Le mathématicien Ravatin et son organisme de recherches, le groupe Ark’All, se demandent si ces formes d’énergies inconnues ne jouent pas avec des structures du continuum autres que celles prises en compte par notre science d’aujourd’hui. Avec les émissions d’énergies dues aux formes, conclut le célèbre parapsychologue soviétique Sergueïev, sans doute irions-nous beaucoup plus loin, si nous en savions davantage, qu’avec toute notre électricité et notre nucléaire. Il y a certainement des raisons pour que ces connaissances se soient…perdues. Malgré tout, peut-on, quotidiennement, utiliser ces ondes de forme ?

Le docteur Serge V King est un des plus grands spécialistes au monde des pyramides et autres structures propres à émettre des « ondes de forme ou de force », qu’elles soient positives ou négatives. N’ayant aucun intérêt immobilier dans l’affaire Onan pas plus qu’ailleurs. son propos est donc uniquement scientifique. Voici écrit-il dans l’introduction de son livre Pyramidal Energy Book (« Manuel de l’énergie des pyramides » en français) une liste de ce que la pyramide est susceptible d’accomplir. L’ordre n’est pas préférentiel (et la liste n’est pas complète) :

  Aiguiser les lames de rasoir et la coutellerie ;

  Adoucir le café, le thé et le tabac

  Donner à l’eau du robinet un goût d’eau de source ;

  Stimuler la croissance des plantes ;

  Accélérer le temps de germination des graines ;

  Conserver la nourriture ;

  Rehausser les saveurs naturelles ;

  Faire mûrir les fruits et les légumes ;

  Retarder la croissance des algues et empêcher celle des bactéries ;

  Améliorer la réception de la radio et de la télévision ;

  Recharger les batteries ;

  Augmenter la conscience et rendre la relaxation plus profitable ;

  Stimuler le processus de guérison et alléger la douleur ;

  Rendre et enlever la ternissure ;

étrange pyramide !!!
envoyé par contrelapenseeunique.
Chercheurs en énergie des pyramides :
Page du Dr. J.D. Nelson of the University of Wyominghttp://www.keelynet.com/unclass/hardy1.htm http://rso17.unblog.fr/2013/09/03/secrets-de-l%E2%80%99energie-des-pyramides-et-tesla/
Page de Joshua Guilck http://www.subtleenergies.com/ormus/tw/pyramidgold.htm
Twin Serpents http://www.subtleenergies.com/ormus/tw/2serpents.htm

LE CODE SECRET DE LÉONARD DE VINCI

hed


Léonard De Vinci a laissé dans beaucoup de ses œuvres plusieurs messages cryptés plus ou moins compréhensibles, mais celui dans lequel il a transmis le message le plus secret et inaccessible est sûrement le dessin le plus connu et reproduit dans le monde, dans ses versions les plus disparates, > « l'Homme de Vitruve » < dans lequel le maître indique « la clé secrète » pour comprendre « la clé maçonnique pour la quadrature du cercle » .

L’HOMME GÉOMÉTRIQUE

L’homme est géométrie. Le buste entre quatre fois dans la hauteur, la tête huit fois, le visage dix fois. 
Dans le célèbre dessin exposé à Venise, Léonard de Vinci l’inscrit dans le cercle et dans le carré (formes de symétrie parfaite), en lui conférant le mouvement, dans un jeu de mutation et d’équivalence.

tritt

Nous sommes dans le domaine de la recherche anthropométrique sur les rapports harmonieux et proportionnels dérivés de Vitruve, une conception qui influença l’architecture jusqu’aux projets d’églises de plan central, combinaison et transmutation de cercles et de carrés.
Cette symétrie, présente dans la nature, l’homme l’a souvent transmise à ses créations, en commençant par les architectures : les Pyramides de Ghizè, le Parthénon, le Colisée, la Domus aurea, Castel del Monte, l’église cistercienne San Galgano, Villa Almerico  dite « la Rotonda»,  place Saint-Pierre, le Taj Mahal, la Tour Eiffel, le Pentagone, les coupoles de Buckminster Fuller.

mon
mon2

La proportion dorée fut très utilisée par les Égyptiens puis par toutes les cultures du bassin méditerranéen. Les astrologues de cour, à travers l’étude des étoiles et en particulier de la Constellation d’Orion, avaient compris que la « spirale dorée » était la clé et la matrice de la vie sur la terre et dans toute la création.

eg3



RECTANGLE Égyptien                CONSTELLATION D’ORION

L’échelle des racines des nombres et le rectangle fondés sur la

CONSTELLATION D’ORION

orion-piramide

dont l’étoile la plus lumineuse et sacrée pour les Égyptiens est Sirius.

sirio_in_chiave_egizia

blue

Ce rapport harmonieux est représenté par la spirale logarithmique, dite également « spirale dorée » à travers laquelle le développement harmonieux de la forme est lié à la nécessité des êtres vivants de croître « selon nature » d’une manière optimale et la moins dispendieuse possible.

forme
Vous pouvez commencer par n’importe quel point et générer tout le langage de la création.
spir3

Des études sur les centres de gravité qui conduisent Léonard de Vinci à des conclusions novatrices à propos de l’homme et transférées à la mécanique des fluides et à toute la nature. Dans cette figure énigmatique, il nous indique que l’homme a les mêmes mesures dorées qui régissent l’Univers, auquel il est uni dans un rapport harmonieux, proportionné et indissoluble entre les parties d’un ensemble, selon la vision hermétique égyptienne, grecque et romaine, récupérée par la suite au Moyen Âge.

sgvitruvian

L'ésotérisme arabe, qui influença pendant les Croisades les Templiers, Frédéric II de Souabe, Frère Élie et saint François d’Assise dans leur voyage en Égypte et en Palestine, et Célestin V, eut influença sûrement tout autant Léonard, qui, justement dans le dessin de l’Homme de Vitruve, semble exprimer la même conception hermétique et philosophique, se montrant convaincu qu’il existe un rapport étroit entre al - Kawnun insanun – kabirun > l’Univers est un Grand Homme < wa-l-Kawnun- çaghîr > et l’homme est un petit univers < plusieurs siècles avant les Égyptiens.

palpito della piramide

Dans la nature et chez tous les êtres animés et inanimés on rencontre les mêmes formes archétypiques, identiques, expressions dans la nature d’ordre et d’harmonie : rondes, coïncidantes, entrelacées, ramifiées.

schem

Les carrés se transforment en triangles, en rectangles <> le dodécaèdre se décompose en un cube <> deux octaèdres et un cube forment un icosaèdre, exactement comme l’avait indiqué il y a longtemps Platon (427-348 avant J.-C.)  dans le Timée à travers ses 5 polyèdres. Cela vaut la peine de reprendre son raisonnement...

geom-fr


«
Dieu commença donc par composer le corps de l'univers de feu et de terre. Mais il est impossible à deux choses de bien se joindre l'une à l'autre ….. qui présentaient déjà l'aspect propre à chacun d'eux, se trouvaient cependant dans l'état où doit se trouver tout être dont Dieu est absent, …. Dieu les tira de l'imperfection où ils étaient, pour les rendre aussi beaux et aussi parfaits que possible : que ce soit là notre principe constant dans tout ce qui va suivre. ….. D'abord c'est une chose évidente pour tout le monde que le feu, la terre, l'eau et l'air sont des corps. Voyons comment ces quatre corps sont devenus parfaitement beaux, différents entre eux, mais pouvant naître réciproquement l'un de l'autre en se dissolvant...... Cette recherche nous fera connaître la vérité sur l'origine de la terre, du feu, et des corps qui leur servent de termes moyens ; et alors nous n'accorderons à personne qu'on puisse voir quelque part des corps plus beaux que ceux-là, dont chacun appartient à un genre unique. Il faut donc nous empresser de constituer harmoniquement ces quatre genres excellents en beauté, afin de pouvoir dire que nous en connaissons suffisamment la nature ».

De quels corps PARFAITEMENT beaux parle PLATON ?
Le dialogue dans le Timée de Platon contient la plus ancienne description connue des 5 solides réguliers.


 

Seulement ces cinq – nombre sacré pour Pythgore – et aucun autre, avec toutes leurs faces formées de polygones réguliers à angles égaux peuvent être contenus dans « une sphère ».

« L'icosaèdre est inscrit dans le dodécaèdre. Dans les croisements de la maille qui vient ainsi se former on peut poser les sommets des cinq polyèdres platoniciens.

Il y avait un avertissement  dans le portique de l’Académie d’Athènes, où Platon donnait ses cours : « Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre ».
Il est possible que la fascination provoquée par ces polyèdres naisse de l’inconscient collectif. Bien que Platon ait été le premier à décrire officiellement ces figures, elles représentaient déjà les mystères des connaissances secrètes dans l’école pythagoricienne où il fut initié, mais leur origine est encore plus ancienne.


Le carré de ces nombres premiers est lié, selon une lecture hermétique, à 7 énergies planétaires, et précisément :

1)      3 x  3  <>  Saturne
2)      4 x  4  <>  Jupiter
3)      5 x  5  <>  Mars
4)      6 x  6  <>  Soleil
5)      7 x  7  <>  Vénus
6)      8 x  8  <>  Mercure
7)      9 x  9  <>  Lune

Platon était particulièrement obsédé par le dodécaèdre
et par l'icosaèdre, à cause de la distribution ingénieuse de leurs faces, mais surtout par le dodécaèdre, qui contient tant le nombre sacré > 5 < que le nombre fondamental >12 Le dodécaèdre, selon sa façon géométrique de voir le monde, formait en effet la base du réseau d’énergie subtile de notre planète. Platon en avait un tel respect qu’il n’osait pas le nommer directement. Il pensait en effet qu’il y avait un rapport étroit entre le dodécaèdre et le globe terrestre, thèse qui a été partagée par de nombreuses savants à toutes les époques.

>L'icosaèdre peut-être inscrit dans le dodécaèdre. Les autres polyèdres platoniciens peuvent s’inscrire dans les maille ainsi croisées, créant > Le Polyèdre de Métatron < qui les contient tous les cinq.


Polyèdre de Métatron

 

I cinque poliedri sono la rappresentazione in chiave geometrica dei quattro principali elementi chimici, che compongono il nostro corpo e rappresentano il 96,5 % del peso di un organismo:

1) Idrogeno ( H )

2) Ossigeno ( O )

3) Carbonio ( C )

4) Azoto ( N )

Les cinq polyèdres sont la représentation en forme géométrique des quatre principaux éléments chimiques qui composent notre corps et représentent 96,5 % du poids d’un organisme :

1)      Hydrogène ( H )

2)      Oxygène ( O )

3)      Carbone ( C )

4)      Azote ( N )

La majeure partie des atomes d’oxygène est combinée pour former des molécules d’eau parce que, comme nous le savons, les organismes et les cellules sont faits d’environ 70 % d’eau ; la dynamique de la vie et la santé sont issues de réactions chimiques et d’interactions physiques qui se vérifient dans des solutions aqueuses.

 

Les 5 polyèdres, unis dans le Polyèdre de Métatron, tournent selon des rythmes déterminés > exactement comme les diverses énergies de notre corps. C’est une clé de lecture « occidentale » comme la clé de lecture « orientale » qui est parvenue à identifier « le corps énergétique » et à décrire de manière précise les points (voir chakras) et les canaux (voir méridiens de l’acupuncture), à travers lesquels l’énergie circule ou est bloquée, donc la vie, mais surtout la conscience du corps avec toutes les informations qui stagnent jusqu’à s’épuiser et disparaître au niveau conscient.

Le polyèdre de Métatron n’est autre que la représentation symbolique de l’énergie qui circule dans les noyaux vivants, métaphoriquement représentée par les 5 polyèdres platoniciens.

Tout ceci rentre dans ce que l’on appelle aujourd’hui la géométrie sacrée. Elle se base sur deux aspects principaux : la création de solides connus comme « solides platoniciens » et la combinaison de figures complexes en partant de la plus simple et parfaite, le cercle, comme dans la basilique de Collemaggio à L'Aquila, où l’énergie des cinq solides se développe pour se concentrer et former le polyèdre qui les renferme tous.


Tout système microcosmique et macrocosmique se manifeste sous sa forme la plus élémentaire, la sphère.
La nature de la Géométrie sacrée consiste dans l’existence d’une absolue fluidité, sans interruptions.

Elle continue de se déployer jusqu’à la création de toutl'Univers.Chaque partie a des liens avec leTout.



Une proportion fondamentale dans la géométrie sacrée est ce qu’on appelle la proportion dorée.


Ce rapport a été considéré, depuis sa découverte, comme représentation de la loi universelle de l’harmonie.



Dans les représentations sculpturales et picturales, l’élément commun de toutes les figures est la mesure dorée, comme dans le célèbre tableau de Léonard de Vinci « La Joconde »,  qui cache, comme tous les tableaux de Léonard, un code mathématique et géométrique sur la base d’une science artématique cryptogéométrisante lointaine, oubliée depuis longtemps et désormais incompréhensible, selon la thèse proposée par Vasile Droj dans son livre traduit en italien « Codice Universale-Sottocodice Leonardo da Vinci »  Ed. Universale. Ce n’est donc pas le fait du hasard que chacune de ses œuvres a une signification bien déterminée, contenant des rapports des proportions capables de transmettre un message symbolique précis.


La symétrie, terme grec qui signifie « juste proportion, équilibre », atteint sa significativité maximum à des époques anthropocentriques comme la Renaissance, période où « l’emblème le plus connu de la symétrie humaine » est le dessin de l’Homme de Vitruve, rendu populaire par Léonard de Vinci, qui représente le corps avec les jambes et les bras écartés à l’intérieur d’un cercle et d’un carré, dont les centres coïncident avec le nombril.
Cette étroite liaison de rapports géométriques entre l’homme et l’univers, entre l’Un et le Tout fut étudiée en profondeur par Léonard, qui montre surtout dans la « construction » de l’Homme de Vitruve que les implications et les correspondances géométriques peuvent devenir un parcours créatif et initiatique. Léonard étudie les proportions du corps humain et sa commensurabilité par rapport aux formes géométriques parfaites (le cercle et le carré).

Il s’agit d’analyses scientifiques qui ont des finalités cosmologiques (correspondance entre le micro et le macrocosme) et artistiques (représenter correctement la figure humaine et projeter des architectures basées sur les proportions du corps humain, selon l’antique enseignement du peuple égyptien, qui connaissait ce > rapport doré <  fondamental le nombre d'or le phi

http://soscollemaggio.com/fr/le-code-secret-de-leonard-de-vinci.html

 

 

Posté par rusty james à 23:27 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

Pourquoi la mort n'est pas le terme final de nos âmes ?


aedazda

On peut s'appuyer sur l'existence de l'âme et son indépendance à l'égard du corps comme une preuve indiscutable de la résurrection, et d'un univers après la mort.

Les savants qui se sont penchés sur les aspects obscurs de l'âme ont émis plusieurs hypothèses. Mais au fur et à mesure que prennent de l'ampleur les débats philosophiques, que les sciences se répandent et que s'accroît la culture, des signes plus évidents de l'existence de l'âme en tant qu'entité indépendante voient le jour, bien que nous n'ayons pas réalisé le succès total au sujet de la connaissance de la nature de l'âme, et que nous n'ayons pas écarté les voiles sur tous les secrets complexes de cet élément éternel.

Pour cette raison, la religion  considère la nature de l'âme comme une vérité insaisissable que l'homme ne connaîtra jamais avec précision. Quand on interrogea le Prophète - que la paix de Dieu soit sur lui et sur ses descendants - au sujet de l'âme, il répondit:

«Et ils t'interrogent sur l'Esprit - Dis: «L'Esprit est de l'affaire de mon Seigneur.» Et on ne vous a apporté que peu de science.»42

Des  siècles sont passés depuis cette réponse au cours desquels le domaine du savoir humain s'est étendu par rapport à ce qu'il était au temps des Prophètes , et rien de fondamental n'est venu compléter cette réponse. De nos jours encore le secret de l'âme ici échappe à l'entendement humain, et nul n'a pujusqu'le percer, ni l'expliquer. Nous demeurons donc à cet égard, comme le Coran l'a clairement énoncé, enveloppés dans un voile de mystére et de confusion et il semble peu probable qu'on parvienne un jour à le lever.

* * *

 Le philosophe français Henri Bergson écrit à ce sujet:

«Posons comme postulat, comme le fit Platon, une définition de l'âme, et disons qu'elle ne se désintègre pas car elle est simple, ni ne se corrompt car elle est indissociable; et qu'elle est éternelle de par sa nature. Puis après, nous aborderons, par la voie de déduction, l'idée de la descente des âmes dans le temps, puis l'idée du retour à l'éternité. Mais que direz - vous à un homme qui nie l'existence de l'âme ainsi définie? Et comment résoudrez - vous réellement les questions relatives à l'âme, son principe réel, son devenir réel, ou plutôt comment pourrez - vous vous les poser en termes réels? Tout ce que vous aurez fait sera de réfléchir en théorie sur un concept intellectuel peut - être vide, ou d'expliquer incidemment le sens d'un mot attribué par la société à une partie du réel, découpée pour les commodités du discours?

La décision demeurera profonde tant que la définition sera fortuite (accidentelle).
Après deux mille ans de réflexion basée sur lui, le concept platonique n'a guère fait progresser d'un seul pas, notre connaissance sur l'âme.»
43

Le docteur Chaucer, chercheur anglais écrit:

«Certains ont affirmé que l'ensemble des actes mécaniques du cerveau constituent le «moi» ou «l'essence».
D'autres encore ont prétendu que l'on devrait lui ajouter une étincelle mystérieuse qui sort du corps au moment de la mort.

Vous savez que les philosophes ont longtemps réfléchi sur l'âme, sa nature, sa place dans le corps, et si elle est périssable ou éternelle. Mais cette question n'a toujours pas reçu une solution définitive, et continue d'être l'objet de réflexion des savants.
Beaucoup de penseurs, des temps récents, ont décidé d'étudier la question sous un autre angle, et se sont fixés pour règle d'écarter le problème complexe et obscure de l'âme et d'étudier seulement la mentalité et la psychologie, c'est-à dire un ensemble de sentiments, de croyances et d'idées.»
44

Si l'homme prêtait vraiment attention à son échec dans le domaine de la connaissance de l'âme, comment pourrait - il se retenir de reconnaître qu'il existe une force mystérieuse qui nous incite à nous incliner devant le Créateur et à Le glorifier?

Personne, même parmi les matérialistes dont les opinions divergent radicalement avec celles des adeptes des religions, n'a pu aller jusqu'à nier cette vérité. Ils reconnaissent comme acceptables les sciences comme la psychologie, et la médecine psychosomatique; mais la différence essentielle réside en ce que les savants religieux et les métaphysiciens croient en l'existence d'une autre chose qui concerne la vie humaine, qui est distincte au corps materiel, et qui fait partie des réalités pures et immatérielles, dotée d'une nature spécifique, et qui est la source de la méditation et de la reflexion.

Cela ne veut pas dite que le corps et l'âme soient distincts dans la réalité, l'un étant complétement indépendant de l'autre. Ils forment deux réalités liées, ayant en même temps deux natures différentes.

Quant à la pensée philosophique matérialiste, elle tourne autour de l'idée qu'il n'existe pas d'essence indépendante de la matière appelée Ame.
Ils persistent dans cette idée en arguant de ce que toute l'activité du cerveau et de ses systèmes obéissent aux lois de la matière, et ne consiste qu'en effet physique, et des actions et réactions chimiques des cellules cérébrales et nerveuses.

Notre système nerveux transmet nos perceptions à l'organe central qui est le cerveau, et ces perceptions constituent une unité dont on ne peut dissocier les parties les unes des autres; les phénomènes spirituels ne sont rien d'autre que ces activitiés physico - chimiques. Et lorsque les cellules de cerveau se disloquent et se dispersent, que les réactions entre les différents organes du corps s'annulent, et que les cellules cessent de se mouvoir et de se reproduire, il ne reste alors rien de la réalité de l'homme qu'un corps matériel. On ne peut donc pas admettre une forme de subsistance spirituelle, et l'existence d'une chose d'essence différente, indépendante et non - naturelle, et cela parce que la modalité d'apparition des êtres et de leur subsistance est conditionnée par les liens matériels dans le temps et dans l'espace.

Et c'est là que diverge la conception divine de la conception matérialiste, et que chacune prend sa propre orientation.

* * *

Si nous admettions la thèse matérialiste, l'homme ne consisterait qu'en un appareil composé d'instruments et de différents moyens, et qui perd la vie et la faculté de penser lorsque se disloque l'influence réciproque entre les parties de sa matière corporelle.

Cette thèse ne peut pas expliquer la nature de l'esprit humain, ni celle de l'homme lui - même.
Il est vrai que le corps obéit aux lois de la physiologie, mais cela ne veut pas dire que l'homme est entièrement régi par des lois matérielles. Il est également vrai qu'il existe un lien entre les phénomènes spirituels et les cellules cérébrales, en ce sens que l'esprit n'est capable, dans cet univers, d'aucune activité, autrement que par l'intermédiaire d'un ensemble de moyens et de causes.
Les cellules du cerveau et les neurones et les réactions chimiques du cerveau, tout cela constitue des moyens pour l'esprit, et ce dernier exerce son activité par l'intermédiaire de ces moyens.

On peut s'interroger dès lors si l'esprit et ses activités - comme la volonté, la décision, la compréhension constituent - ils des réalités indépendantes de la matière, ou bien sont - ils des réalités matérielles pures dépendantes des lois matérielles en toute circonstance et dans toutes les conditions?

Lorsque nous parlons avec une personne éloignée de nous au moyen d'un appareil téléphonique, l'auditeur principal est - ce nous ou bien le combiné?
Il en va de même au sujet du cerveau. Les cellules cérébrales constituent les outils de travail de l'esprit et ne créent pas l'esprit. Et tous les arguments avancés par les matérialistes pour démontrer leur thèses, établissent seulement qu'il existe une relation entre les perceptions de l'homme et les cellules de son cerveau, et non que ce dernier accomplit l'acte de perception, et aucun penseur adepte de la religion ne prétend que la pensée est éloignée de toute influence des cellules cérébrales.

Les savants matérialistes ont beau s'appuyer sur les sciences expérimentales et les travaux de laboratoires pour démontrer le lien entre la perception et l'intellect d'une part, et les réactions chimique cérébrales d'autre part, cela ne prouve rien d'autre sinon que les nerfs et le cerveau ont un rôle décisif et déterminant dans la réalisation de la perception et des situations psychologiques.
On ne peut en aucun cas conclure de ces expériences que la réalité de l'esprit et de l'âme ne consiste en rien d'autre qu'en ces moyens et en ces réactions chimiques et physiques. Enfin, démontrer cette relation ne suffit pas pour éclaircir les propriétés de la perception et de la conscience.

* * *

Pour donner un exemple, comparons l'esprit à l'énergie électrique employée pour faire fonctionner un appareil donné. A chaque rupture de courant électrique l'appareil connaîtra une phase de mort apparente, bien que l'ensemble de ses pièces soient en bon état.

Par conséquent, la relation de l'âme et du corps cesse avec la mort de l'homme, mais cette rupture ne signifie pas dépérissement et anéantissement del'âme et de l'esprit. C'est un état comparable à celui que connaissent un appareil téléphonique, un récepteur radiophonique ou de télévision quand ils sont en panne. Nous ne percevons aucune voix, et nous ne voyons aucune image sur l'écran, parce que le moyen de liaison a cessé de fonctionner, alors que l'image et le son existent partout, sans que pour notre part nous les percevons. Nous n'en avons conscience que lorsqu'ils nous sont transmis par ces appareils.

Donc, de même que dans le cas d'une panne du combiné téléphonique, du récepteur radiophonique ou de la télévision, le son et l'image continuent d'être émis, et ont une existence indépendante du fonctionnement de ces appareils, de même l'âme humaine jouit de son autonomie tout en étant liée au corps, et ne disparaît pas avec le dépérissement du corps.

* * *

Nous savons que le fonctionnement des différents organes du corps - qui se ressemblent plus ou moins - est fondamentalement différent du fonctionnement du cerveau. Par exemple, le fonctionnement des reins et de tous les organes consiste en activité physique et chimique et est lié avec le système interne.

Alors que les phénomènes spirituels sont liés au monde extérieur, et distincts de notre existence. Il est évident que le monde extérieur ne se présente pas à la profondeur de notre existence; il nous faut cerner les entités extérieures par la connaissance et le savoir, et les cellules du cerveau sont incapables d'accomplir une telle mission.

Ces cellules ont beau subir l'influence du milieu extérieur, comme toutes les parties du corps, elles ne peuvent accéder à une connaissance de ce milieu. S'il en était ainsi, nous nous servirons de notre système digestif ou de notre poumon pour appréhender les choses extérieures. Par conséquent, les particularités de nos perceptions nous démontrent la domination d'une autre réalité sur notre existence.

Lorsque nous discernons entre le vrai et le faux, que nous percevons la beauté et la distinguons de la laideur, nous traitons en réalité de chose s extérieures que nous soumettons à des criteres. Il existe donc une force qui discerne le vrai du faux, le juste et l'erreur, et c'est cette force qui peut nous expliquer la réalité obscure de l'âme, car lejugement et le discernement échappent au cadre du système nerveux, et procèdent de la pensée et de l'activité intellectuelle, et l'on ne peut les expliquer par les sens et l'expérimentation.

Cette lumière invisible qui emplit notre intimité et nous confère la capacité de discerner entre le bien et le mal, le vrai et le faux, le beau et le laid, n'est autre que cette réalité absolue, cette âme éternelle qui est l'axe de tous les événements temporels, et qui demeure fixe et indissociable.

* * *

Il existe une autre réalité pour démontrer l'indépendance de l'âme: c'est l'unité de la personnalité que l'on retrouve tout au long de la vie de l'individu.

Sans doute, la connaissance qu'a l'homme de son existence n'est pas la même qu'il a des objets extérieurs.

Car la connaissance de ces derniers se fait par l'intermédiaire des représentations mentales de ces objets. Par conséquent, notre connaissance des objets extérieurs relève de la «science acquise» ('ilm hossouli), alors que la connaissance de l'homme de sa propre existence ne se fait pas par la représentation mentale.

C'est un savoir présent en lui en tout temps et inséparable de lui. C'est pourquoi on l'appelle: «science présentielle » ('ilm hodhouri).

C'est une science permanente, ne connaissant ni altération ni dépérissement. Iljouit de la continuité et de l'invariabilité dans la conscience, les sens et l'observation. Cette science est considérée comme représentant le savoir le plus évident de tout être humain.

Cette réalité qui échappe aux deux règles de changement et dépérissement propres à la réalité objective (extérieure), qui dirige et domine le corps terrestre eu n'obéit à aucune contrainte biologique, et que nous appelons le «moi», est une seule et même chose depuis les premières étapes de la viejusqu'à ses derniers instants; et c'est par elle que l'homme accède à l'éternité.

Au point de vue des rangs existentiels, elle se situe toujours sur un niveau qui ne se confond jamais avec celui de la matière. Tout homme garde et préserve l'unité de sa personnalité tout au long des étapes successives de sa vie.

Voyons à présent si cette réalité particulière est cet ensemble de cellules cérébrales ou quelque chose d'autre.

Nous savons que l'ensemble des cellules du cerveau se renouvellent complètement tous les 7 ans environ, grâce à l'alimentation que le corps recoit de l'extérieur.
Certaines cellules se transforment en énergie, et de nouvelles cellules naissent pour remplacer celles qui sont mortes..Et tout êtrevivant est ainsi reconstitué plusieurs fois dans sa vie, en raison des changements et transformations que subissent les cellules et les organes de son corps.

Si notre existence se réduisait seulement à ces parcelles de matières, et que n'existait aucune force invisible dominant cette communauté cellulaire et l'ordre régissant le corps, notre essence devrait nécessairement présenter des caractéristiques matérielles. Et aucun être humain n'aurait eu la conscience d'être toujours la même personne qu'il fut dix ans auparavant, car le système nerveux et le cerveau ainsi que tout le corps auraient, pendant cette période de temps, renouvelé toutes leurs cellules. Or, chacun de nous a conscience d'être doté d'une réalité permanente invariable tout au long de sa vie, et qui est ce qu'on appelle la personnalité.

* * *

Tout homme peut méditer sur son intérieur, (bâtin), et concevoir l'existence en lui d'une âme pure, différente qualitativement de son existence physique. Chacun de nous perçoit en lui - même une sorte d'autonomie, de continuité, de présence constante; et ce sont là des faits incompatibles avec l'existence matérielle en constante transformation.

Une chose qui exerce sa souveraineté sur le corps, et qui ne lui ressemble pas en ce qu'elle échappe à l'anéantissement, ne peut pas être considérée comme un produit de la matière ni soumise à ses lois. De telles hypothèses sont incapables d'expliquer la réalité humaine.

Chris Morisson dit:

«Il est admis que l'existence et la formation de cet univers ne sont pas accidentelles, car le système de l'univers fonctionne selon des lois déterminées.
L'émergence de l'homme doué de la raison et de la faculté de penser, parmi le règne animal, est une question encore plus importante et plus confuse qu'on ne le pense.

Son apparition n'est pas due à des évolutions matérielles, mais nécessairement à l'intervention du Créateur. Ainsi, l'homme devient un instrument mécanique fonctionnant sous le contrôle d'une autre main.
Nous nous demandons alors:
«Qui contrôle cette machine? Quelle est la main qui la fait mouvoir?»

La science n'a pas pu encore connaître ce gérant, mais il est indiscutable pour les savants que ce Régisseur n'est pas un être matériel.
Tout notre progrès se résume, jusqu'à présent dans l'idée que Dieu a insufflé dans notre existence une lueur de Sa science. L'homme traverse en ce moment l'âge de l'adolescence dans la création. Il a commencé à concevoir l'existence de l'âme. Il utilisera graduellement cette faveur céleste pour connaître la dimension de l'éternité et de l'immortalité en soi.»
45

Si les manifestations de l'âme faisaient partie des particularités du corps, et résultaient des activités du cerveau ou du fonctionnement du système nerveux, comment nous expliquerions - nous la permanence et la subsistance de la personnalité?

L'explication avancée par certains matérialistes basée sur la relativité du moi, et sur l'idée que l'essence tout en étant la même subit des transformations et des changements, cette explication est poétique, illusoire, et ne présente rien de scientifique, et ne rend pas compte de l'unité de la personnalité.

Cette explication erronée procède d'une mauvaise compréhension et signifie queje ne suis pas l'homme d'il y a quelques instants, je suis quelqu'un qui a pris sa place, mais je m'imagine aussi que je suis le même homme.

Outre cela, les représentations constituent des actes qui émanent de moi, et ce n'est pas le moi qui est un ensemble de représentations différentes se succédant les unes aux autres et se trouvant dans le cerveau.

* * *

Nous percevons deux réalités dans notre existence.
L'une est la structure apparente du corps, et qui fait l'objet des sciences expérimentales. L'autre consiste en choses non - sensorielles qui ne sont pas des reflets et des réactions du corps, comme la reflexion, la compréhension, le désir, l'amour, la colère, la conscience, et qui ne se prêtent pas aux sciences expérimentales et ne peuvent être mesurées en termes matériels.

Il s'agit de réalités différentes, supérieures au corps et le dominant, comme lorsqu'un homme se montre prêt à mourir pour échapper à une vie d'opprobre. Il rompt les contraintes biologiques de son corps, se refuse à manger, ou décide même de faire une grève de la faim jusqu'à la mort.

Nous faisons face à un sujet réel expérimental. Avec quelle logique matérielle pourrions - nous analyser cette volonté d'airain qui vajusqu'à sacrifier le corps pour des idéaux et des aspirations mentales?

Prétendre que l'homme n'est rien qu'un ensemble de fonctions biologiques matérielles exige de donner au préalable des explications sérieuses et logiques à ces questions. Si le moi se résumait au corps, comment pourrait - il en même temps commander et exécuter les ordres?

Tous ces commandements de la volonté, la maîtrise des différents instincts et des éléments du corps, sont une preuve manifeste de l'existence d'un élément supérieur distinct de la matière, duquel procède la volonté humaine, et cette prééminence d'une forme de l'existence sur l'autre nous conduit à une réalité supra temporelle.

Dieu dit dans le Saint Coran:

«... Et par l'âme et comme Il l'a ordonnée, en sorte qu'Il lui a inspiré son libertinage de même que sa piété.»46

Du point de vue coranique, l'homme est doté, à titre particulier, d'une essence caractérisée par la compréhension et le mouvement. Compréhension parce qu'elle est capable d'intuition, et mouvement parce que cette essence est la source d'un ensemble d'actes qui servent de fondements à la piété ou à la corruption.

Quelle est donc cette essence caractérisée par la conscience et la force? Tous les organes du corps ne jouissent pas de ces caractéristiques.

Il est donc nécessaire que le corps ait pour corollaire une essence autonome et authentique dotée de ces propriétés que nous avons mentionnées.

La matière présente une réaction qui peut servir de révélateur des agents stimulants; et cette réaction est la même dans les mêmes conditions. L'eau gèle dans le froid; les minéraux se dilatent sous l'effet de la chaleur; ce sont là des réactions naturelles invariables. Mais l'homme a la capacité de réagir de façon totalement différente, et même contradictoire, devant un même agent. Cela nous montre que l'âme, et la volonté qui émanent de lui, sont des choses immatérielles échappant aux propriétés de la matière.

* * *

L'opération de perception montre que celle - ci comprend deux choses: le moyen, l'organe de perception, comme l'oeil par exemple, et la puissance de perception.

Il existe une loi physique qui dit que tout être ne pouvant pas percevoir le mouvement du système dans lequel il se trouve, doit observer ce système de l'extérieur, et constater le mouvement des choses et le passage du temps.

L'homme ne peut pas observer par exemple le mou vement de la terre tout en étant sur elle; il doit se situer à l'extérieur de son système.

Par conséquent, si nos facultés perceptives ne se situaient pas hors du mouvement permanent du temps, nous n'aurions pas pu percevoir son passage. Donc la perception du temps est une preuve manifeste de l'extériorité de nos facultés perceptives.

Si nous supposions que notre perception varie d'in stant en instant, et se mouvait avec le temps, nous ne pourrions guère saisir le mouvement temporel, car notre perception serait émiettée, chaque partie devenant indépendante de l'autre.

Donc pour percevoir le temps, il est nécessaire que nos facultés perceptives se situent hors du mouvement du temps, et le dominent. Ainsi, est prouvée l'existence d'une faculté perceptive, comme réalité indéniable, indépendante du temps.

Donc, une partie de la réalité humaine vieillit et meurt avec le temps, une autre partie demeure hors de l'atteinte des vagues du temps, ne disparaît pas, et ne connaît point d'extinction L'Imam Ali, l'Emir des Croyants, dit:

«Ô hommes! Nous avons certes été créés, tous, pour la permanence et non pour l'extinction. Vous serez donc transférés de cette demeure - ci. Faites donc un bon viatique pour ce lieu ou l'on vous conduit et ou vous serez pour l'éternité.»47

* * *

Parmi les propriétés de la matière, il existe un rapport particulier entre le contenant et le contenu. Par conséquent, l'être le plus grand ne peut pas s'intégrer entièrement dans l'être le plus petit.

Par exemple, si, nous nous trouvant sur des hauteurs élevées, nous contemplions de larges vallées, des plaines immenses, ayant une végétation luxuriante, des oiseaux, des rocs énormes entassés les uns sur les autres, et que toutes ces choses étaient représentées en détail dans notre esprit, à la manière d'une grande page d'un livre ouvert devant notre âme et notre regard intérieur, ces différentes images, si étendues dans la réalité, trouveraient - elles place dans notre cerveau et dans ses cellules infimes, avec toutes leurs particularités?

Cette matière limitée peut - elle contenir en elle toutes ces choses énormes sans que rien n'y manque?
Il est certain que la raison répond négativement à cette question. Car nous savons tous qu'un être physiquement plus grand ne peut entrer dans un volume inférieur au sien. N'est - il pas nécessaire que le conte nant soit plus grand que le contenu ou au moins égal à lui?

Nous pouvons aisément nous représenter mentale ment une grande ville, avec ses bâtiments, ses avenues, ses jardins, ses autobus et ses habitants. Sur la base de la loi de l'incompatibilité du grand avec le petit, il semble comme évident que les images mentales sont très grandes, et ne sauraient être contenues par les cellules microscopiques du cerveau. Car il est indiscutable que la correspondance n'est possible que si le contenu est inférieur au contenant ou s'il y a égalité entre eux, alors que notre faculté perceptive présente des propriétés et des caractéristiques déterminées qui ne peuvert s'appliquer aux propriétés de la matière. Elle ne peut par conséquent pas être relative seulement à un ensemble de relations physiques qui l'accompagnent et avec lesquelles elle fonctionne.

Nous ne pouvons donc admettre ce fait qu'en cas de réalisations des images mentales; nous connaissons une autre sorte d'existence - outre un ensemble préalable de réactions physico - chimiques - ayant des caractéristiques particulières se situant hors des propriétés du corps matériel. Cette nouvelle sorte d'existence a entre autres propriétés, celle de pouvoir contenir des domaines immenses et de conserver en elle des images perceptives indélébiles

* * *

Les matérialistes disent: L'apparition de ces images dans le cerveau est comparable à la représentation d'un livre volumineux par un microfilm qui montre les choses dans des dimensions réduites, mais qui peut les restituer au besoin dans leurs vraies dimensions.

Mais où se trouv e le lieu de ces grandes images dans le cerveau et le système nerveux?

Ou bien nous nions l'existence de ces grandes images dans le cerveau, ou bien nous leur trouvons un lieu adéquat. Or personne ne peut nier l'existence de ces représentations, et si l'âme était matérielle, et que la perception n'était que l'activité cérébro - spinale, les grandes images n'auraient pas pu s'adapter et s'ajuster aux petites cellules, car elles demanderaient plus d'espace. Alors que dans le cas du microfilm, il n'existe dans la réalité que le livre et les films très petits.
Il faut admettre l'intervention d'un élément invisible qu'est l'âme, et qui est une réalité pure, capable de créer des grandes images, après une série d'opérations cérébro - spinales, qui n'en constituent que des préalables et des préparatifs. Ainsi, le problème est résolu, et nous évite les explications insuffisantes et étroites.

D'autre part, la distinction et la dissociation entre les phénomènes mentaux et les phénomènes physiques est nécessaire. Ces deux sortes de phénomènes ne présentent pas les mêmes caractéristiques et la même nature. La matière est toujours accompagnée d'un ensemble de propriétés générales, comme l'acceptation de représentations différentes, alors que les phénoménes mentaux ne le sont pas. Par conséquent, cette dualité et l'abscence de ressemblance nous conduisent aussi à reconnaître l'indépendance de l'âme et son autonomie.

* * *

Les êtres matériels exigent un développement graduel dans le temps et dans l'espace. Tout être subissant des transformations et des changements graduels a besoin de l'espace; et le mouvement engendre par lui même son temps. Outre cela, le déterminisme nécessaire des êtres matériels est la mort dans le temps, et leur entrée dans l'obscurité du néant.

De même, parmi les phénomènes matériels, il ne s'en trouve aucun qui ne puisse se prêter au fractionnement, soit au moyen d'instruments appropriés, soit mentalement en raison de leur infimité. Mais, en revanche, les phénomènes psychiques échappent à cette règle.

Nous nous représentons un grand immeuble sans que nous ayons pour cela besoin de temps.

Toutes sortes de visages, de formes, de couleurs, de noms, de nombres, de numéros, de mots, de titres s'accumulent dans la mémoire, sans qu'elles se mélangent, ou qu'elles s'effacent les unes les autres.

L'esprit perçoit toutes sortes de paysages et d'images et tout incident petit ou grand, l'enregistre et le conserve. Même si nous oublions des choses, celles - ci n'en demeurent pas inscrites à jamais dans le registre de l'âme, et ressurgissent, en certaines occasions et sous l'effet de certains facteurs, à la surface de la mémoire.

Où sont déposées dans le cerveau toutes ces choses avant de surgir brusquement à la vitesse de l'éclair dans notre esprit? Où se trouvent ces images mentales qui constituent un secret stupéfiant?
L'explication matérialiste à ce sujet est - elle réaliste?

Les idées peuvent - elles naître des accidents matériels; et des lignes tracées sur les cellules du cerveau? Les cellules et les circonvolutions cérébrales peuvent - elles enregistrer les évènements et faits puis les restituer à l'esprit en toute fidélité et en détail?

Cette explication n'irait - elle pas à l'encontre de la réalité?
Si le cerveau était le centre réel de la pensée, les idées et notions qu'il contient devraient disparaître et mourir lorsque meurent les cellules qui les portent.

* * *

Nous changeons de cellules cérébrales plusieurs fois dans la vie, et l'image de nos amis et de nos frères demeure inchangée et fixe dans notre mémoire depuis notre jeune âge.
Si notre cerveau changeait entièrement son contenu, y compris nos connaissances précédentes, pour le remplacer par de nouvelles cellules, il serait impossible de se référer au savoir passé. Toutes nos perceptions ultérieures ressembleraient à celles qui les ont précédées, mais pas elles - mêmes. Alors que nous savons que notre référence aux sujets anciens vise à rénover des notions, et non à renouveler la science, et si nos concepts ètaient matériels, il aurait été impossible de se rappeler les connaissances précédemment acquises.

Le philosophe Henri Bergson dit:

«Mais nous rappelons seulement que l'observation des faits, normaux ou morbides, par les sens et la conscience, nous démontre l'insuffisance des explications physiologiques de la mémoire, et qu'il est impossible d'attribuer au crâne la préservation des souvenirs.
Nous pouvons suivre les épanchements successifs de la mémoire, depuis les cas où elle se referme et ne libère que les informations dont la nècessité est impérieuse pour l'accomplissement de l'acte entrepris jusqu'au degré où elle secoue tout le passé qui ne s'oblitère jamais totalement.
Nous avons dit à titre de comparaison que ce faisant, nous montons du sommet du cônejusqu'à sa base. Le cône n'entre au contact de la matière qu'à son sommet Mais dès que nous traversons le sommet, nous entrons dans un domaine nouveau. Quel est ce nouveau domaine? Appelez - le esprit, ou si vous préférez, appelez - le âme, saufqu'il faut convenir sur le sens qu'on donnera au terme.

Sous ce terme, nous entendons un ensemble d'expériences, non une définition conventionnelle. De cette étude expérimentale, nousoboutirons à la possibilité ou à l'éventualité de la survivance de l'âme après le corps, car nous aurions désormais constaté de façon tangible dans cette vie quelque chose révélateur de l'indépendance de l'âme à l'égard du corps.
Cette éternité de l'âme ne constitue qu'un aspect de son autonomie. Oui, notre connaissance des conditions de la subsistance après la mort, en particulier de sa durée serait très insuffisante: s'agit - il d'une subsistance à terme, ou d'une permanence éternelle?
Mais nous nous serions, pour le moins, guidés vers un point pouvant faire l'objet de l'expérience, et il sera possible de montrer la réalité de façon irréfutable. Et il sera possible que notre connaissance prenne la voie du progrès. C'est ce que nous avons appelé l'expérience du monde inférieur. Et si nous passons à présent au monde supérieur, nous rencontrerons un autre type d'expérience, l'intuition mystique, qui est associée à l'essence divine. Ces deux expériences se rencontrent - elles? Cette subsistance après la mort, - qui semble assurée à toutes les âmes, du fait même qu'une partie de leurs activitiés sont indépendantes désormais du corps -, cette subsistance est - elle semblable à celle acquise par les âmes supérieures dès ce monde inférieur?

Rien ne nous sera plus utile, pour en connaître davantage que deux choses qui sont l'élargissement et l'approfondissement de ces deux expériences.»48

On ne remarque pas un lien entre les dégâts et l'atrophie qui atteignent le cerveau d'une part et l'oubli des évènements d'autre part. Alors que la moindre défaillance d'un souvenir déterminé entraîne une défaillance de la cellule liée à ce souvenir.
Si certaines cellules cérébrales venaient à se perdre, l'homme souffrira d'un handicap dans la faculté de parole, mais ses souvenirs seront préservés et ne seront pas altérés.

Mais dans le cas de traumatismes craniens graves, quand le cerveau connaît une inflammation chronique, ou bien la destruction de quelque partie, l'équilibre se rompt entre le cerveau et les souvenirs, car l'oubli se produit toujours selon une règle précise et particulière Le malade oublie d'abord les noms de ses amis et de son entourage, puis enfin oublie les mots se rapportant à des actes.

Ici, nous ne remarquons aucun lien entre la perte subie par le cerveau, et l'oubli des souvenirs, au point de vue de l'ordre, de la quantité, et de l'étalement dans le temps. Alors que selon la thèse des matérialistes, il devrait nécessairement exister un lien direct entre le dommage subi par la mémoire, et le dommage matériel qui a atteint le crâne.

Ces réalités nous prouvent que le crâne n'est que l'instrument permettant d'enregistrer les souvenirs et les notions, et dans l'opération de remémoration, le cerveau ne joue qu'un rôle intermédiaire de transformation des objets mentaux en phonèmes, en paroles. Sa mission se résume dans l'instauration d'un lien entre l'âme et l'univers matériel.

Nous avons donc besoin, en matière d'objets mentaux, d'un phénomène supérieur à la cellule cérébrale, en l'occurence l'âme pure indépendante de la matière, et aux lois de laquelle seront soumis tous les souvenirs, les notions et les représentations.

Le Professeur Guy ton écrit dans son ouvrage intitulé La Physiologie, considéré comme une référence à ce sujet:

«Le problème le plus difficile dans l'étude de la conscience, de la pensée, de la mémoire et de l'apprentissage réside en ce que nous ignorons le mécanisme nerveux d'une idée quelconque.»

* * *

Les lois et les concepts ne sont pas divisibles, et les cellules cérébrales ne leur servent pas de refuge. Ces perceptions et évidences sont liées à une entité immatérielle.
Par exemple, quand nous disons: «cet oiseau est vert», il n'y a pas de doute que l'oiseau est susceptible de différenciation, et que la couleur verte peut aussi être différenciée, mais le concept de la couleur de cet oiseau ci n'accepte nullement l'indétermination.

Si nous considérons la pensée comme un produit de la matière, l'indétermination générale qui s'ensuivrait devrait nécessairement trouver sa conceptualisation; et celle - ci n'est possible que par l'esprit. Or, la pluralité, l'indétermination du genre ne se prête pas à une conceptualisation.

Par conséquent lorsqu'un des actes de l'esprit - qui est la pensée-, perd toute trace matérielle, qui est indétermination et pluralisme, nous en concluons qu'il est caractérisé par l'immatérialité; et il est nécessaire alors que la source de la pensée, - qui est l'âme - possède également cette qualité d'immatérialité. Nous avons ainsi pu montrer l'immatérialité de l'âme à travers l'immatérialité de la pensée.

De ce qui précède, il s'avère que les arguments illusoires et froids auxquels ont recours les matérialistes pour réfuter la métaphysique, outre qu'ils reposent sur des hypothèses non - fondées, comme celles de réduire les phénomènes vitaux comme la reflexion, la conscience et la perception à des phénomènes matériels, peuvent être combattus avec des preuves logiques solides.

De pareilles théories ne peuvent pas lever le voile qui recouvre les secrets de la réalité, car les sciences expérimentales ont proclamé leur impuissance à connaître la nature et le mode opératoire de ces phénomènes.

Si le système philosophique matérialiste se montre incapable d'apporter des réponses à ces questions, il tombera en désuétude, comme une monnaie n'ayant plus cours légal. Enfin, quand la philosophie aura atteint sa maturité, que la pensée atteindra son plein développement, et que l'homme se dégagera des perspectives étroites qui le condamnent à l'unidimensionnalité, la philosophie matérialiste sera jetée dans la poubelle de l'histoire, comme d'autres conceptions périmées.

Lorsque l'esprit se déconnecte de la matière pyramidal il rejoint les désirs plus profond de l’âme,
pour ne former plus qu'un son corps devient connecté au cube par ses aspirations spirituelles alors il découvre la plénitude et la pleine croissance de son être et retourner au Paradis perdu Au commencement l'homme vivait en harmonie avec le cube d’où il tirait son énergie et son rayonnement

 

http://travelmeant.net/fundamentals_of_religion/day_of_resurrection/la_resurrection

Maître Philippe de Lyon l'un des plus célèbres thaumaturges de la fin du XIXe siècle

arton1127-7d600

MAGIE ET MÉDECINE

 

Durant quelques décennies, le souvenir de Maître Philippe de Lyon l'un des plus célèbres thaumaturges et des plus étranges voyants de la fin du XIXe siècle, s'était estompé dans les mémoires.
Or, depuis quelques années, des lettres et des témoignages nous arrivent d'un peu partout, sur la "présence" physique du maître à nos côtés, sur sa réincarnation. Un retour annoncé par lui-même.

GUÉRISSEUR DÈS L'ÂGE DE 13 ANS

Né à Loisieux (Savoie) le 25 avril 1849 à 3 heures du matin et mort le 2 août 1905 à l'Arbresle, Nizier Anthelme Philippe connut dès le plus jeune âge quelques manifestations des étranges pouvoirs qui se développèrent en lui par la suite.
Parlant de son enfance et de ses dons, il disait : «J'ignore tout de moi, je n'ai jamais compris ni cherché à m'expliquer mon mystère. J'avais six ans à peine et déjà le curé de mon village s'inquiétait de certaines manifestations, dont je n'avais pas conscience... J'obtenais des guérisons dès l'âge de 13 ans, alors que j'étais encore incapable de me rendre compte des choses étranges qui s'opéraient en moi.» (Mercure de France 16 juin 1918).
A l'âge de quatorze ans, il quitta son village, pieds nus, pour aller vivre chez son oncle Vachod, établi à Lyon comme boucher.

 

APPRENTI BOUCHER

Il y apprit le métier tout en effectuant de modestes études à l'Institut Sainte-Barbe où un père s'intéressa à lui et lui permit d'obtenir son "certificat de grammaire". L'adolescent regretta de ne pouvoir poursuivre jusqu'au bac. Mais sa survie dépendait des trente francs par mois que lui donnait son oncle et des quelques pourboires qu'il glanait auprès des clients qu'il livrait à domicile.
Assoiffé de connaissances, il s'efforça de mener de front des études personnelles et l'apprentissage de la boucherie. Il se cultiva par les livres, lisant de préférence des ouvrages de vulgarisation scientifique, des traités de médecine populaire, de santé par les plantes, de chimie élémentaire, se passionnant également pour la religion et l'occultisme.
C'est à la boucherie qu'il dévoila pour la première fois en public son don de guérison. Un jour que son oncle s'était grièvement blessé d'un coup de hachette, son commis fixa la main qui saignait abondamment et se mit mentalement en prière. Il supplia Dieu de raccomoder le pouce détaché de la main. En quelques instants, le sang coagula, la plaie se cicatrisa et le doigt bandé par le jeune homme se ressouda promptement. A l'hôpital, le médecin de garde voyant la blessure propre et sans infection, renonça aux points de suture traditionnels, se contentant de placer une attelle de protection. Le bouche à oreille fonctionna vite dans le quartier, et le jeune commis boucher fut sollicité par le voisinage au moindre accident.
Selon Alfred Haehl, son biographe et ami, Philippe donnait des "séances" au cours desquels il guérissait des malades. En 1872 il ouvrit son premier cabinet de guérisseur spirituel, boulevard du Nord, à Lyon, devenu aujourd'hui 8, boulevard des Belges.
 

DES ÉTUDES MÉDICALES

Désireux d'étudier la médecine pour laquelle il se sentait une forte vocation, il s'inscrivit comme auditeur libre à la Faculté de Médecine de Lyon. De 1874 à 1875, il fréquenta également avec assiduité le service du Professeur Bénédict Teissier à l'Hôtel-Dieu.
On dit que le jeune homme y obtint spontanément de nombreuses guérisons inexplicables qui intriguèrent son patron mais suscitèrent la jalousie parmi les étudiants et les assistants, mécontents de voir cet empirique empiéter sur leur chasse gardée. Les détracteurs de maître Philippe nient qu'il ait réellement suivi des cours de médecine à la Faculté. Pourtant, ces "inscriptions" existent bel et bien.
 

LE GUÉRISSEUR

Ainsi, un jour, une jeune femme qui souffrait le martyre, fut amenée à la consultation sur une civière, sans que la patron ni aucun de ses assistants ne parvienne à diagnostiquer son mal avec précision. Elle se plaignait d'essoufflement, de violentes douleurs sur le côté et ne parvenait pas à tenir sur ses jambes, apparemment sans raison. Le jeune Nizier affirma doucement que la patiente était atteinte d'une double embolie pulmonaire. Sous les yeux ébahis du patron, de ses assistants et du personnel hospitalier présents à la consultation, le jeune homme dit simplement à la malade : «Lève-toi, maintenant tu es guérie.» Et la patiente se leva, à l'instant, soulagée de ses douleurs à la surprise de tous.
Apprenant qu'il guérissait sans avoir obtenu le parchemin qui seul pouvait l'y autoriser, une cabale le chassa de l'hôpital et il se vit refuser sa cinquième inscription d'auditeur libre, sous le prétexte "qu'il faisait de la médecine occulte et agissait en véritable charlatan".
Le Dr Lalande, son gendre, membre de l'Institut, écrit dans ses Souvenirs sur Maître Philippe : «Il fréquenta les hôpitaux de Lyon, très aimé des uns et détesté des autres. Il consolait les malades et souvent demandait aux médecins de ne pas les opérer. Parfois les malades se trouvaient guéris avant la date fixée pour l'opération.»
Si ses études de médecine tournèrent court, la renommée de guérisseur de Maître Philippe ne fit que croître. On lui attribua des guérisons incroyables, des rétablissements spectaculaires et on prétendit même qu'il avait ressuscité un mort.
Pourtant, sa méthode de guérison était purement spirituelle. Maître Philippe ne touchait pas ses patients, il les magnétisait rarement. Il exerçait publiquement son sacerdoce, parfois devant plusieurs dizaines de personnes, parmi lesquelles des médecins. Il demandait simplement au malade un engagement moral de se réformer, et en appelait à l'aide de Dieu.
 

COMMENT IL OPÈRE

Le Dr Gérard d'Encausse qui assista à plusieurs guérisons de Maître Philippe raconte comment il opérait :
«J'étais là, avec deux autres médecins, quand une maman de vingt à vingt-deux ans est arrivée, portant dans ses bras un petit enfant de cinq ans, la tête ballante et les yeux vitreux. Elle dit à Philippe :
- Mon enfant doit mourir; et comme vous m'avez sauvée il y a dix ans, je viens vous demander de guérir mon enfant." Nous sommes trois médecins qui l'examinons et nous découvrons un cas de méningite tuberculeuse très prononcée. L'enfant semblait condamné, en effet.
Il faut que je vous dise, maintenent, comment Philippe opérait. Il y avait toujours là près de 80 à 100 personnes. Philippe n'était pas du tout "poseur". D'un caractère bon enfant, il faisait toujours rire les malades. Alors, devant tout le monde, il dit, en voyant le pauvre petit que nous avions examiné : "On peut guérir cet enfant. Voulez-vous vous engager tous à ne pas dire du mal des absents pendant trois mois ?"
Tout le monde bondit et répondit que ce n'était pas possible. En marchandant, on est arrivé à deux heures. Moi, je n'ai jamais pu rester deux heures sans dire du mal des absents ! Eh bien ! Philippe a dit :
"C'est entendu ! Vous allez essayer de ne pas dire du mal des autres durant deux heures". L'enfant était dans une pièce à côté. Au bout de deux heures, je suis allé le chercher. Je l'ai pris par la main et il a fait avec moi le tour de la salle ; il était guéri.»
 

UN RICHE MARIAGE

En 1877, il épousa Jeanne Landar, une de ses riches consultantes, qu'il avait guérie alors que ses médecins désespéraient de la sauver. Ce mariage lui apporta l'aisance matérielle et lui permit de poursuivre sa vocation sans soucis d'intendance. Au cours d'une vie entièrement consacrée aux malades et aux pauvres, Maître Philippe voyagea beaucoup. Il fut appelé en consultation par quelques grands de ce monde. Il séjourna à la cour des Tsars, soigna le Bey de Tunis, échangea une correspondance suivie avec des gens célèbres qui étaient venus le consulter et qu'il avait guéris.
Contrairement à beaucoup de grands initiés et occultistes d'alors, Maître Philippe refusait de s'éloigner de l'Église. Il ne voulait pas être considéré comme un mage, un homme chargé de "pouvoirs occultes".
De sa voix douce, il affirmait :
«Je ne suis que le simple berger, le mandataire, et tout ce que je fais, ce n'est pas moi qui le fais, c'est Celui à la volonté de qui rien ne résiste.»
Mais ses convictions profondes s'apparentaient à la philosophie martiniste, mouvement spirituel dont plusieurs de ses amis faisaient partie.
 

MAÎTRE PHILIPPE VOYANT

Ami intime du Dr Gérard Encausse (Papus), et de son épouse, il leur annonça la naissance d'un fils, Philippe, dont il sera d'ailleurs le parrain.
(Lire: Philippe Encausse Le Maître Philippe de Lyon - Thaumaturge et Homme de Dieu.)

En présence de Maître Philippe, le Dr Encausse fut aussi le témoin de plusieurs phénomènes de voyance étonnants.
Un jour, Philippe vint à Paris invité au baptême du fils Durville. Il avait donc pris le train depuis Lyon et, en arrivant chez les Durville, il prit le fameux magnétiseur à part et lui dit :
- Aujourd'hui, Hector, vous ne croyez à rien ; mais plus pour longtemps, la foi vous reviendra pour toujours".

 

AUTRES TÉMOIGNAGES

«A la porte de l'église St-Merri, où se faisait le baptême du fils Durville, il y avait un vieux mendiant, délicieux comme type, couvert de guenilles, avec une barbe à moitié rasée.
Alors Philippe va se placer à côté de lui et, comme s'il se parlait à lui-même, il dit à l'oreille du mendigot:
"J'ai 10.000 francs en or puis 5.000 francs en billets de banque".
L'autre sursauta et le regarda avec épouvante. Philippe continuant de parler lui indiqua l'endroit où était caché le magot.
Le brave mendiant se leva d'un bond et s'en fut aussitôt s'assurer que son trésor était toujours dans sa cachette."
Un type vint un jour rue de la Tête d'Or assister à une séance de Maître Philippe. Un assistant du thaumaturge lui demande :
- Est-ce pour vous ?
- Pour moi? Vous me croyez donc aussi bête que tous ces gens qui sont là ? Non, je ne viens pas pour moi. Je suis tout simplement chargé de faire une commission et quant à moi, je n'ai rien à demander".
Philippe qui avait entendu sa réponse, le regarde et lui dit :
- Monsieur, voulez-vous venir un instant dans la pièce d'à côté.
Là, Philippe lui dit : - Savez-vous ce que vous faisiez le 28 juillet 1884, à trois heures du soir?... Vous étrangliez une femme. Ne craignez rien, moi seul vous ai vu, mais la police ne va pas tarder à vous découvrir. Si vous vous voulez demander pardon au Ciel tout de suite, elle ne vous trouvera pas.
Or cet homme, qui voulait faire l'esprit fort, tomba à genoux et implora le pardon du Ciel.

Témoignage :
PRÉDICTIONS DE MAÎTRE PHILIPPE

«Mon grand-père maternel, officier de la garde du Tsar Nicolas II, connut dans sa jeunesse un homme étrange et fascinant qu'il appelait familièrement Maître Philippe. Je me souviens, qu'enfant, j'étais fasciné par les mille prodiges qu'il nous racontait à son sujet, de simples guérisons aux plus incroyables aventures de magie.
Après la révolution de 1917, mon aïeul se réfugia en France où il se maria avec une princesse russe tombée dans la misère. Convaincu de la résurrection de sa patrie et au retour des Romanov sur le trône, il fit jurer à ses héritiers de maintenir les traditions ancestrales dans la famille, d'apprendre la langue et l'histoire russes à leurs descendants.
L'an passé, après la mort de mon père, j'héritai de la maison de famille savoyarde où vécut mon grand-père. En déballant des cartons de vieilleries au grenier, je tombai sur des livres, des papiers, des correspondances, des photographies qui m'intriguèrent.
J'eus beaucoup de peine à déchiffrer les lettres jaunies, mais ce que j'y découvris me stupéfia. Au milieu d'un échange de courrier entre Maître Philippe et mon aïeul qu'il considérait comme son disciple, je tombai sur une sorte de journal écrit de la main de mon grand-père, relatant les hauts faits de son maître spirituel.
En voici quelques extraits:
"Hier, M.P. m'avait donné rendez-vous à Fourvière. Le prêche de l'abbé F. nous sembla pauvre et terne. Il mettait en doute le pouvoir de la foi, affirmant que les miracles rapportés par la Bible ne devaient pas être pris à la lettre, mais en tant que "symboles".
A la fin de la messe M.P. demanda à parler au prêtre. Il lui dit qu'il se trompait, que Dieu exauçait toujours les prières et les voeux des âmes pures. Même de nos jours !
"Que la foudre tombe sur cette église si je peux croire à ces balivernes !" blasphéma l'impie.
Alors, regardant l'abbé droit dans les yeux, mon ami fit un geste et aussitôt un éclair fulgura dans la pénombre de la cathédrale et la foudre tomba à nos pieds, suivie d'un effrayant coup de tonnerre."
A la date du 21 septembre 1901, il notait:
"Hier, à Compiègne où loge la cour impériale, le Tsar Nicolas II et la Tsarine Alexandra ont longuement reçu M.P. qui leur fut présenté par la Grande Duchesse Militza et sa soeur.
Selon des confidences de la princesse Anastasia, M.P. aurait annoncé à Sa Majesté Impériale, la naissance d'un fils pour 1904, et au monarque une défaite militaire suivie d'une révolution. A son retour, M.P. me dit qu'il avait aussi guéri la Grande Duchesse d'un oedème pernicieux." (...)
Plus loin:
"Désirant s'attacher M.P. à demeure, Sa Majesté impériale demanda à M. Delcassé, ministre des affaires étrangères, que le gouvernement français lui octroie le diplôme officiel de médecin, pour qu'il puisse l'inviter à la cour impériale sans faire jaser les envieux.
Les lois républicaines s'opposant évidemment à cette demande incongrue, le ministre ne put accéder à cette demande. Le Tsar offusqué de la fin de non-recevoir opposée à sa requête, nomma Maître Philippe président d'une commission d'inspection sanitaire de son empire, avec rang de général!" (...)
Quelques mois plus tard:
"Invité à Tsarskoïe-Sélo, M.P. obtint par la seule prière de nombreuses guérisons spectaculaires. Sa renommée de Mage grandit lorsque, au cours d'une promenade en mer sur le yacht impérial, M.P. réussit, à la demande du Tsar, à calmer le vent qui soufflait en tempête." (...Quelques lignes biffées). "Lors d'une revue militaire à Tsarskoïe-Sélo, M.P. parvint à détourner un orage menaçant et à faire cesser la pluie. Et l'on me rapporte encore bien d'autres merveilles."
Le journal s'achève en janvier 1905 sur ces curieuses prédictions :
"Après la naissance du Tsarevitch, M.P. écrivit au Tsar Nicolas II une longue lettre en forme de testament, l'informant de sa prochaine désincarnation. Il y précisait qu'il quitterait son apparence terrestre le 2 août 1905. Il lui annonçait aussi la chute de l'Empire russe pour la prochaine décennie, le massacre des chrétiens et de toute la famille impériale. Il "voyait" un siècle d'horreurs et d'obscurantisme pour la Russie."
La missive se terminait sur cette étrange prophétie :
"Après des décennies de bouleversements sanglants et de grandes tribulations, un empire disloqué et des guerres civiles, la Russie recouvrera son souverain légitime, réincarnation et héritier de la dynastie impériale, qui lui apportera la prospérité et la paix. Je reviendrai moi-même sous les traits d'un enfant, et ceux qui doivent me reconnaître me reconnaîtront."»

collag10


       http://www.science-e
Les NOMBRES selon Maitre Philippe


La Nature accorde souvent à des êtres des qualités exceptionnelles, indépendamment de toute étude et de tout travail.
Mais ces qualités sont limitées.
Ainsi personne ne peut connaître la vie des nombres pour déchiffrer, grâce à cela, les secrets de la vie universelle. Wronski était un de ces privilégiés.
La machine qu'il a voulu construire ne pouvait lui ici-bas obéir, car ici-bas aucun corps n'est assez parfait, pour transmettre à l'homme l'inscription (l'enregistrement) des lois spirituelles. (Novembre 1899)

1 est le nombre de Dieu ;
7 celui de Marie. Il a deux enfants :
3 et 5.
Le nombre de l'homme est 9.
Celui de la limite de la sphère matérielle est 72.
Le Christ avait en lui les nombres 7 - 3 - 72 et 33.

Nous dépendons ici du nombre 7 (les sept couleurs), et nous avons beaucoup à faire avant d'en sortir. (29-11-1903)

Il y a sept soleils dans un soleil, sept planètes dans une planète, sept corps dans un corps, sept personnes dans une personne, sept générations dans une génération. (Avril 1897)

La moisson du blé se fait au septième mois ; la moisson humaine tous les 7.000 ans, car nous avons le nombre 7 en nous.
L'homme n'est qu'une collection de millions d'êtres. Tous ces êtres ont, comme nous, les nombres 3 et 7.
3 : âme, esprit et corps.
7 : les mêmes sens que le tout : vue, ouïe, goût,

odorat, toucher, intuition et attraction.
3 et 7 et 3 fois 7 et leurs multiples sont les nombres de l'homme.

8 est le nombre directeur de la terre.

Neuf plantes réunies contiennent les vertus curatives de tout végétal, parce que le nombre 9 correspond .à la vertu des plantes dans la nature. Dans l'homme il a aussi sa correspondance.

Le Christ est resté quarante jours sur la terre après sa résurrection ; cela avait une signification et la tradition s'est perpétuée inconsciente dans l'Eglise.
Le nombre 40 reste encore dans l'humanité.
La quarantaine existe pour nous.
En général, après la mort vous avez 40 jours de sommeil ; pendant 40 jours vous avez le calme.

Chaque être possède 72 rayons lumineux. Un rayon en forme trois. Trois en forment sept.
Sept en forment soixante-douze, qui ont chacun une couleur différente.
Il est possible de savoir, d'après un nombre tiré au sort, quel est celui qui reviendra, car un nombre en appelle un autre de sa famille.
De nombreux ouvrages ont été consacrés à ce merveilleux Bon Homme, aussi ne vais-je vous parler que de ceux que j'ai parcourus.

Le plus exhaustif, le plus complet pour commencer, il s'agit à mon sens de celui de Alfred Haehl. Il a rencontré le Maitre en compagnie de Papus, et ne l'a plus jamais quitté. Dans son livre « Vie et Paroles du Maitre Philippe » aux éditions Dervy, il y a une petite notice biographique, des témoignages de guérison, et surtout les paroles et enseignements classés par thèmes.

La collection « Autour de Maitre Philippe » (éditions Le Mercure Dauphinois) a édité de nombreux livres et témoignages de proches et contemporains. La plupart sont des extraits de cahiers personnels ou de journaux intimes.

« Confirmation de l’Évangile » de Jean-Baptiste Ravier. On y trouve des anecdotes, des récits de « Séance » (des assemblées gratuites où Maitre Philippe guérissait et enseignait) et des questions-réponses. Un livre intéressant pour compléter le précédent.

« Guérisons et Enseignements de Maitre Philippe » de Claude Laurent. De même facture que celui de Jean-Baptiste Ravier, mais plus formel, surtout porté sur les guérisons et le magnétisme.

« Vie et Enseignement de Jean Chapas » de Philippe Collin. Jean Chapas fut le successeur désigné de Maitre Philippe qui l'avait ressuscité alors qu'il avait neuf ans ! Une biographie intéressante d'un homme modeste – il a une allure de vieux sec à la Pagnol, chapeau, canne à pêche et éternelle cigarette au coin de la bouche – mais dont l'âme avait une profondeur que jalouseraient s'ils en étaient encore capables bien des rishis de l'Inde.

« Les Carnets de Victoire Philippe » sont les extraits des journaux intimes de la propre fille de Maitre Philippe, morte à vingt-cinq ans. Pour tous ses bienfaits dispensés, il semble qu'il fût interdit au Maître de guérir son propre entourage. Ce livre est plus anecdotique, vraiment pour les passionnés.

Deux autres livres un peu différents. A la fin du dix-neuvième et au début du vingtième siècle s'agitait tout un monde ésotérique de francs-maçons, de magistes, d'occultistes et de magnétiseurs. En France, nous dirons que le chef de file était le docteur Gérard Encausse (« Papus ») qui a été un grand diffuseur de savoir ésotérique. On multipliait les ouvrages, les initiations, les pseudonymes dans une intense fébrilité.
Parmi ceux-ci, il y a eu « Sédir » (Yvon Le Loup), « Phaneg » (Georges Descormiers) et « Marc Haven » (le docteur Lalande). Chacun était proche de Papus, et a rendu visite au Maitre à Lyon dont la renommée grandissait malgré sa modestie naturelle. Tous les trois ont été bouleversés, ont laissé tomber leurs travaux de magistes et ont suivi la voie (la voix ?) de l’Évangile. (Tout comme Louis-Claude de Saint-Martin, ce me semble, à son époque.)
Le docteur Lalande épousa la fille de Maître Philippe. Sédir et Phaneg se sont consacrés le reste de leurs vies à des associations similaires mais non rivales de bonnes œuvres et d'explications « ésotériques » de l’Évangile, des réunions de prières et de guérisons semblables à celles que tenaient leur Maître.

Sédir a écrit « La vie inconnue de Jésus-Christ », qui est intéressant si l'on s'intéresse à l'aspect ésotérique du Christianisme.

Pour Phaneg, on peut trouver « L'Esprit qui peut tout », qui est un recueil des causeries données dans le cadre de son association, qui traitent elles aussi de l’Évangile et de ses explications plus secrètes, celles destinées "à ceux qui ont des oreilles pour entendre".

(source : "Vie et Paroles" du Maitre Philippe par A. Haehl)t-magie.com/sm50/sm0006phil.htm
Serge Alexis SPIRIDOV